Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Deuxième partie — Science et conscience des savoirs

Fontenelle à l’Académie des sciences : de l’autorité du discours scientifique

Maria Susana Seguin

Texte intégral

  • 1 Citons, à titre d’exemple, Académies et sociétés savantes en Europe (1650-1800), Actes du colloque (...)

1La création des grandes académies royales constitue, en France, un acte politique majeur, marquant la naissance de l’absolutisme et étendant l’autorité royale jusqu’à la création, l’élaboration et l’expression des idées nouvelles. Cet événement capital dans l’histoire intellectuelle française a déjà fait l’objet d’études très importantes1, même si de nombreux aspects de ses répercussions sociales, politiques, intellectuelles restent encore à explorer. Ainsi, on peut par exemple s’interroger sur les modalités selon lesquelles se développe, dans ce contexte, un discours d’autorité qui permet d’imposer les normes et les hiérarchies par lesquelles cette autorité s’exerce dans l’espace public, tout comme la tension qui peut exister, toujours du point de vue discursif, entre l’exercice de cette autorité verticale, et la réaction des acteurs de la vie intellectuelle dans leur aspiration à l’indépendance et à la liberté de création. L’existence d’un discours d’autorité hiérarchique se double dans ce cas de l’existence d’un discours de contestation de l’autorité, ou si l’on veut, de la revendication d’une autre forme d’autorité propre aux espaces fermés que sont les académies, une autorité purement intellectuelle, mais qui doit également être légitimée aussi bien dans ses objectifs que dans ses fondements et ses méthodes.

  • 2 Une lettre de privilège du 6 avril 1699 accorde à l’institution le droit de faire imprimer « les Re (...)

2Le cas de l’Académie royale des sciences est de ce point de vue éclairant. Créée en 1666, puis dotée de statuts royaux en 1699, elle constitue un de ces espaces intellectuels conçus pour contribuer au rayonnement du pouvoir royal, hiérarchiquement très organisé, et chargé d’imposer dans l’espace public un discours d’autorité apparemment simple, puisqu’il s’agit d’élaborer et de diffuser les connaissances que l’institution reconnaît comme porteuses d’un savoir validé et reconnu, et bénéficiant de l’approbation d’une communauté légitimée par son existence même. Rappelons à ce propos que les statuts de l’Académie royale des sciences accordent à la compagnie le droit de publier les résultats de ses travaux en s’émancipant de toute sorte de censure religieuse et politique2, ce qui implique que les académiciens ont la possibilité de déclarer ce qui est ou non admis comme un savoir légitime : il leur reviendra donc à plusieurs reprises durant cette période de trancher sur les théories scientifiques servant de cadre aux travaux des savants, comme lors du débat autour du calcul infinitésimal, qui a lieu dans les premières années du xviiie siècle.

  • 3 Le titre complet est Histoire de l’Académie royale des sciences... avec les mémoires de mathématiqu (...)
  • 4 Préface sur l’utilité des mathématiques, publiée de manière indépendante avec les Éloges des académ (...)
  • 5 Éloge du Marquis de l’Hôpital, HARS 1706, p. 126.

3Mais le statut autoritaire d’un discours de savoir, et d’un savoir utile à la communauté, ne saurait se réduire à un décret royal ni à la hiérarchisation d’une compagnie savante. De fait, lors du lancement de ce qui deviendra la publication officielle de l’institution, l’Histoire et Mémoires de l’Académie royale des sciences3, son premier secrétaire perpétuel, Fontenelle, propose, en guise de préface générale à l’entreprise éditoriale, une ardente défense « de l’utilité des mathématiques4 » et des autres savoirs pratiqués par ses confrères de la savante compagnie, obligé qu’il se sent de légitimer l’existence d’une institution financée par le pouvoir royal au milieu d’une société où il est nécessaire d’être « ignorant par bienséance5 ». Cette question deviendra même centrale dans tous les volumes de cette Histoire que Fontenelle rédigera pour l’institution entre 1699 et 1740, et dans lesquels la question de la légitimité propre du discours savant se pose avec une constante acuité, non seulement du point de vue de son utilité sociale, mais également du point de vue de son autorité intrinsèque, Fontenelle s’interrogeant constamment sur ce qui fait du discours sur les sciences un discours proprement scientifique, et en cela, porteur d’un savoir dont la vocation serait de déterminer la validité des connaissances élaborées au sein de l’institution.

4Il semble donc intéressant, dans le contexte d’une réflexion générale sur les « mutations de l’autorité », d’examiner, à travers le cas des écrits académiques, comment cette réflexion sur l’autorité du discours savant correspond en France et sous la plume de Fontenelle à l’émergence d’une histoire épistémologique des sciences, chargée non seulement de consigner la construction progressive des savoirs, mais aussi, et surtout, dotée d’une dimension métalinguistique, destinée à en définir la légitimité et l’autorité. Après une rapide présentation d’un corpus peu connu, nous verrons donc comment, sous les apparences de l’autorité collective de l’institution académique, les stratégies discursives et rhétoriques déployées par Fontenelle dans ces écrits, parviennent à légitimer une nouvelle forme d’autorité, celle de l’historien des sciences, légitimité qui repose surtout sur l’élaboration d’un métadiscours réfléchissant constamment sur ce qui fait la scientificité même des savoirs élaborés par l’institution et ses membres.

  • 6 Voir David J. Sturdy, Science and Social Status. The Members of the Académie des sciences, 1666-175 (...)

5On connaît bien le rôle joué par les différentes académies européennes dans l’émergence d’une nouvelle instance d’autorité collective, les Académies apparaissant dès le début du xviie siècle comme de véritables tribunaux des savoirs en élaboration6. L’histoire de la fondation et du renouvellement de l’Académie royale des sciences de Paris est aussi suffisamment connue pour qu’on rappelle les enjeux politiques et scientifiques qui ont présidé à sa naissance, mais un bref rappel de ce contexte permettra par la suite de mieux comprendre les enjeux des textes qui émanent de cette institution.

  • 7 De fait, dès février 1666, Colbert avait décidé d’accueillir les savants qui allaient composer la p (...)
  • 8 Les premiers académiciens étaient donc les « mathématiciens » Pierre de Carcavi, Christian Huygens, (...)
  • 9 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 1, 200 vo. Cité par Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, art (...)
  • 10 Ce qui était arrivé lors de la publication par Leibniz de sa méthode de calcul différentiel, dont l (...)
  • 11 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 2, 159-160, Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, art. cité, (...)

6L’Académie royale des sciences naît donc, sous l’impulsion de Colbert, dans le courant de l’année 16667. Dans sa forme primitive, l’Académie est une institution sans structure légale définie, sans charte précise réglementant son fonctionnement, si ce n’est l’établissement d’une catégorisation des membres qui la composent : treize académiciens, quatre élèves et un secrétaire8. Pierre de Carcavi, bibliothécaire de Colbert, occupe officieusement la place de directeur de l’institution, alors que les fonctions de secrétaire sont confiées à Jean-Baptiste Du Hamel. En ce qui concerne le travail des académiciens, quelques principes fondamentaux sont introduits dans les premiers mois de vie de l’Académie. Ainsi, la Compagnie décide que « toutes les choses qui seront proposées dans l’assemblée demeureront secrettes, que l’on ne communiquera rien au dehors que du consentement de la Compagnie9 ». Mais cette volonté de contrôle politique se heurtait à une double difficulté : d’une part, le secret imposé aux académiciens était difficilement compatible avec les échanges entre savants qui caractérisaient la vie intellectuelle du temps, et notamment les correspondances ; d’autre part, empêcher la diffusion d’une découverte faite par l’un des membres de l’Académie entraînait l’impossibilité de réclamer la paternité de la découverte en cas de contestation, dans l’éventualité où un autre savant (et surtout, un savant étranger) en viendrait à publier les mêmes résultats avant les académiciens parisiens, ce qui pouvait mettre en cause et le prestige de l’institution royale et, de ce fait, la suprématie de la monarchie elle-même10. Il fut donc décidé que toute découverte faite par l’un des membres de l’Académie pourrait faire l’objet d’une publication grâce à celui qui deviendra non seulement le premier organe de diffusion de la compagnie, mais surtout le premier journal scientifique occidental, sinon mondial, le Journal des savants11.

  • 12 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 11, 24ro, 37ro, 27ro et 37vo, cité par Marie-Jeanne (...)
  • 13 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 12, 19 ro, ibid.
  • 14 PV des séances de l’Académie des Sciences, 19 décembre 1691, vol. 13, 71 vo, ibid., p. 12.
  • 15 Honoraires, pensionnaires, associés, élèves, et correspondants.
  • 16 Selon ce que précise l’article IV du règlement : « Les pensionnaires seront tous établis à Paris : (...)
  • 17 Tel que le stipule l’article Art. XL du règlement de institution : « Le secrétaire sera exact à rec (...)

7Le protectorat de Louvois, qui commence en 1683, change sensiblement les orientations de recherches de l’institution, puisque le nouveau ministre demande aux académiciens de travailler « particulièrement aux matières qui peuvent être utiles au public et contribuer à la gloire du Roy12 » et réduit considérablement les investissements dans les matières qui relèvent des sciences purement spéculatives, comme l’astronomie. En revanche, il prend des mesures pour assurer une meilleure diffusion des résultats des travaux académiques, et propose notamment que le secrétaire de l’Académie rédige des procès-verbaux des séances que l’institution pourra alors « donner au public de temps en temps13 ». Mais c’est en 1691 que commence la véritable transformation de l’institution, avec l’arrivée aux affaires du nouveau ministre, le chancelier Louis II de Pontchartrain. L’une des premières mesures du nouveau ministre fut de disposer que « la Compagnie donne tous les mois au public un mémoire de ce qu’elle aura fait14 ». Pontchartrain procède également à la nomination de nouveaux membres, parmi lesquels le botaniste Joseph Pitton de Tournefort, le chimiste Guillaume Homberg et l’astronome Giacomo Maraldi, le marquis de l’Hôpital fait son entrée à l’institution en 1693, et Fontenelle en 1697. Puis, sous l’impulsion de l’abbé Bignon (directeur de l’Académie et neveu de Pontchartrain), l’Académie fait l’objet en 1699 d’un profond remaniement qui dote l’institution de statuts royaux : un nouveau règlement définit les catégories des membres de l’institution15 ; stipule aussi les fonctions officielles du secrétaire perpétuel, auquel trois articles étaient consacrés16, parmi lesquelles la double mission de tenir les registres de l’institution, et, nouveauté de la fonction, de donner au public un rapport annuel sur les activités de la Compagnie17.

  • 18 Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes, Paris, 1686.
  • 19 Fontenelle avait pris part pour les Modernes dans la célèbre Querelle qui avait opposé les hommes d (...)

8Fontenelle réunissait les conditions requises pour les tâches que les statuts de l’Académie réservaient à son secrétaire perpétuel : celles d’un homme de science (membre du cercle très restreint des mathématiciens maniant le calcul infinitésimal), écrivain consacré (il était l’auteur des célèbres Entretiens sur la pluralité des mondes18), pouvant donc consigner la construction progressive de l’institution royale d’un point de vue moderne19. Les responsabilités de secrétaire supposaient donc, parmi de nombreuses autres activités, la rédaction des volumes annuels de l’Histoire de l’Académie des sciences, où il devait résumer de la manière la plus claire les théories les plus complexes. C’est ce travail de titan que Fontenelle mena à bien jusqu’à ses 83 ans, quand il est finalement remplacé par Dortous de Mairan.

  • 20 La partie Histoire sera modifiée en janvier 1786 : l’histoire des débats est supprimée, et remplacé (...)
  • 21 « Ces Mémoires sont à peu près ici ce que sont dans une Histoire ordinaire des Actes originaux ou d (...)

9Le résultat de ce travail est la série des volumes de l’Histoire et Mémoires de l’Académie royale des sciences couvrant la période de 1699 à 1740, dont la structure sera adoptée par les successeurs de Fontenelle du moins jusqu’en 178620. Chacun des volumes est composé de deux volets principaux, reliés en un seul volume, mais reconnaissables à la pagination différente dont ils font l’objet. La première partie est celle désignée par le titre d’Histoire ; la deuxième est celle des Mémoires, où sont rassemblés les travaux présentés par les membres de l’institution ou envoyés par les correspondants étrangers et approuvés par la Compagnie, en tant que corps, au cours des différentes séances ; leur publication est placée sous la responsabilité du secrétaire perpétuel, et constitue, de l’aveu même de celui-ci, une forme d’annexe à la partie historique qui ouvre les volumes21.

10La partie consacrée à l’Histoire de l’institution rédigée par le secrétaire, correspond au projet d’« histoire raisonnée » voulu par le règlement de 1699. Placée dans la première partie du volume, elle constitue une sorte de présentation d’ensemble des activités de l’Académie des sciences pendant une année civile, offrant au lecteur un panorama général des principales découvertes réalisées par ses membres et ses correspondants durant ce temps et lui proposant un parcours de lecture des mémoires proprement dits, qui constituent le deuxième volet de chaque volume. L’ouvrage permet donc de passer du plus simple au plus complexe, mais suppose quelque curiosité pour les matières exposées, si ce n’est un minimum de connaissances. Cette partie historique est partagée à son tour en deux sections (Physique et Mathématiques), chacune divisée également en chapitres, comportant des articles d’origine et de nature diverses, sur le principe général du compte rendu. La dernière partie de l’Histoire de l’Académie des sciences est consacrée aux Éloges des Académiciens disparus dans l’année, dont la rédaction, on l’a dit, revenait également au secrétaire perpétuel.

  • 22 Bernard Beugnot, « De l’histoire des savants à l’histoire des sciences », dans Fontenelle, Actes du (...)

11Fontenelle travaille la forme souple que sont les comptes rendus érudits pour inventer un nouveau genre d’écriture historique portant sur un nouvel objet de réflexion, la science, qui « aurait sa propre temporalité, sa périodisation et ses déterminismes, autant de caractéristiques intrinsèques qui vont apparaître dans ses modes d’exposition propres22 ». Mais l’écrivain ne parle qu’exceptionnellement de lui ou en son nom propre : il se représente lui-même avant tout comme une fonction, celle de secrétaire de l’Académie. L’auteur n’existe donc pas, du moins officiellement, en tant qu’instance discursive de l’histoire de l’institution. C’est essentiellement l’Académie en tant que corps constitué sur qui retombe l’autorité royale, qui décide de la publication des mémoires, qui discute les communications présentées en séance, ou qui fait sienne telle ou telle théorie présentée par ses membres. Cela se traduit dans le texte par une personnification constante de l’institution qui contribue à la construction identitaire de celle-ci, en tant qu’instance collective participant à l’élaboration et à l’approbation des nouveaux savoirs :

  • 23 « Sur quelques singularités de la France », HARS 1700, p. 3.

L’Académie continuant le dessein d’examiner toutes les merveilles de l’Histoire naturelle de la France, on a parlé de la Montagne de l’Aiguille en Dauphiné [...]23.

  • 24 Georges Gusdorf, Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1968, p. 13.

12Les décisions prises par les académiciens réunis en corps renforcent alors le statut judicatoire de l’institution qui apparaît désormais comme le nouveau « tribunal » des savoirs24, capable d’évaluer la pertinence de certaines entreprises ou, au contraire, la nécessité d’encadrer, voire de censurer, des affirmations trop hasardeuses :

  • 25 « Sur le phosphore du baromètre », ibid., p. 8.

Il n’en fallut pas davantage à l’Académie pour suspendre son jugement. Dès que l’on connaît un peu la nature, on connaît aussi le péril de décider promptement sur les effets naturels25.

  • 26 C’est sans doute cette apparente neutralité qui explique l’image de « desservant » de l’Académie de (...)

13L’autorité que les statuts royaux confèrent à la Compagnie la désigne également comme seule responsable de l’information communiquée au public à travers ses publications officielles. Le travail de l’historien de l’institution est donc présenté comme dépendant de la volonté de l’ensemble des académiciens, dont il ne serait que le simple serviteur26. Le rédacteur de l’Histoire de l’Académie des sciences préfère en général la forme plurielle « nous », qui traduit davantage la dimension collégiale de sa fonction, tout comme la forme impersonnelle, « on », plus neutre encore et, dirions-nous, plus intemporelle, ce qui convient davantage à un écrit de nature historique et de portée officielle. L’historien de l’institution et des savoirs disparaît derrière ces formes pronominales et parvient à se faire oublier du lecteur peu attentif.

  • 27 Voir Maria Susana Seguin, Étude critique de l’Histoire de l’Académie des sciences (1699-1740), Turn (...)

14En réalité, Fontenelle n’hésite pas à intervenir dans les textes qu’il commente de manière parfois subtile en modifiant la structure de présentation de l’ensemble, en ajoutant des explications ou en ajoutant des considérations personnelles aux théories qu’il expose, ce qui traduit un engagement autrement plus significatif dans l’ouvrage qu’il est en train d’écrire que celui d’un simple vulgarisateur. Observons quelques-unes des stratégies discursives et rhétoriques mises en place par Fontenelle dans l’Histoire de l’Académie des sciences pour faire de cet écrit d’autorité officielle le lieu où s’élabore l’autorité de l’historien et du philosophe des sciences. Nous aborderons ici quelques cas paradigmatiques, qui correspondent en réalité à une posture auctoriale complexe mais constante dans l’ensemble des volumes rédigés par Fontenelle27.

  • 28 HARS 1725, p. 28.

15La présence du rédacteur du texte se confirme d’abord au niveau de la structuration de l’ensemble. Fontenelle dispose d’une grande liberté générique, puisque l’Histoire qu’il compose n’a pas véritablement de modèle, même s’il est censé répondre à une exigence première, celle de rendre compte des travaux des académiciens. Mais l’analyse de l’agencement des articles et la confrontation des comptes rendus aux mémoires permettent de reconnaître un certain nombre de stratégies éclairant la démarche de Fontenelle. Parmi les procédés dont l’auteur dispose pour exercer son choix, le premier et le plus évident est la possibilité de ne pas rendre compte des travaux des académiciens, ou de laisser une place pour des travaux importants réalisés en dehors de l’Académie. Il arrive donc de manière régulière que certains des mémoires publiés dans la deuxième partie ne lui inspirent que des renvois laconiques du type : « Nous renvoyons entièrement aux Mémoires, deux écrits de M. Winslow sur la circulation du sang dans le fœtus et l’Extrait de divers Mémoires de M. Sarrazin sur le rat musqué28 ». Il peut aussi limiter son commentaire à quelques lignes où l’opinion du secrétaire est à peine dissimulée : à titre d’exemple, ce commentaire en guise de compte rendu d’un ouvrage du mathématicien Vincenzo Viviani, correspondant étranger de l’institution :

  • 29 HARS 1702, p. 64.

Cette année M. Viviani premier mathématicien du grand Duc de Toscane, et l’un des huit Académiciens associés étrangers, envoya à l’Académie un livre qu’il avait fait, intitulé : De locis solidis Aristæi senioris secunda divinatio, et dédié au roi, dont il recevait une pension. C’est un ouvrage sur les coniques, plein d’une profonde géométrie, traitée à la manière des Anciens29.

16À peine une des cinq lignes consacrées à l’événement porte sur le contenu de l’ouvrage, et toute l’appréciation de Fontenelle se résume à un adjectif qualificatif unique, « profonde », dont toute valeur positive est cependant annulée par la présence de la proposition adverbiale qui suit, « à la manière des Anciens » dont la portée ironique est évidente quand on sait l’implication de Fontenelle dans le parti des Modernes. Le compliment du secrétaire tourne alors court, car le travail de Viviani n’apporte rien de nouveau à la connaissance des infinis, qui seule peut faire progresser le savoir mathématique.

  • 30 L’expression désigne, au début du xviiie siècle, les pierres dont la forme rappelle une autre struc (...)
  • 31 Johann Scheuchzer est considéré aujourd’hui comme un pionnier de la tectonique alpine. Son travail (...)
  • 32 HARS pour 1710, p. 21-23. Herbarium diluvianum, Zurich, Imp. D. Gesner, 1709, 44 p. in folio.

17Ailleurs, c’est la juxtaposition des articles qui permet au lecteur de tirer ses conclusions. Un exemple de cette stratégie est donné par une série de comptes rendus d’ouvrages que Fontenelle propose dans le volume de l’Histoire de 1710. Le premier compte rendu concerne un écrit du naturaliste suisse Johann Scheuchzer, correspondant de l’Académie qui, de passage à Paris, présente lui-même devant la Compagnie une dissertation latine sur les « pierres figurées30 », dans laquelle il affirme que le déluge universel est bien la cause de la présence de coquilles fossiles au sommet des montagnes31. Le deuxième compte rendu porte sur l’ouvrage du frère de Johann Scheuchzer, Johann-Jakob, dont le sujet s’inscrit dans la continuité du précédent. Il s’agit de l’Herbarium diluvianum32, contenant un catalogue de différentes plantes fossiles qui prouvent que, non seulement le déluge a bien eu lieu selon les indications bibliques, mais qu’il a dû commencer au mois de mai, d’après la taille d’un épi d’orge conservé dans cet « herbier du déluge ».

  • 33 Ibid., p. 21.
  • 34 Ibid.
  • 35 En l’occurrence, l’origine séminale de certaines pierres, thèse avancée par Saulmon, élève mécanici (...)
  • 36 Nommé correspondant de Jean-Dominique Cassini en 1699, Marisli, ou Marsigli, deviendra associé étra (...)
  • 37 Ce mémoire sera finalement publié sous le titre Histoire physique de la mer, Amsterdam, 1725.
  • 38 bid., p. 24.
  • 39 Il s’agit, comme pour la Botanique, d’un véritable article, comparable à celui qu’il consacre d’hab (...)
  • 40 « Sur les plantes de la mer », ibid., p. 69-78.

18Les deux extraits qu’en fait Fontenelle sont marqués par la sobriété de l’hommage aux deux auteurs, notamment au frère aîné, Johann. Dans les deux cas, il résume de manière apparemment neutre le contenu des ouvrages qu’il commente sans bien évidemment mettre en cause ni la théorie défendue (l’origine organique des fossiles), ni l’événement invoqué (le déluge biblique). Or, il présente la théorie des frères Scheuchzer comme une « hypothèse33 », ou comme un « songe philosophique34 », que l’on peut comparer à d’autres théories également présentées à l’Académie35 sans que l’on puisse tirer autre conclusion que la nécessaire présence de la mer sur les terres émergées à une époque lointaine mais indéterminée. Il suffit pourtant de lire le compte rendu qui suit immédiatement ceux des écrits des frères Scheuchzer pour comprendre la véritable opinion de Fontenelle sur la question. En effet, le troisième article de la série est consacré à un ouvrage manuscrit envoyé par un autre correspondant, le comte Luigi Marsili36, intitulé Essai de physique sur l’Histoire de la mer37. Le ton est enthousiaste, et contraste avec le ton convenu des deux articles précédents : « Si l’on avait un nombre suffisant d’aussi bons mémoires faits par des observateurs qui eussent été postés en différents endroits du monde, on aurait enfin une Histoire naturelle38 », affirme Fontenelle. Son intérêt se traduit par la longueur exceptionnelle du compte rendu : huit pages (contre à peine deux pour chacun des deux ouvrages des frères Scheuchzer), sans compter les articles qu’il tire du même manuscrit et qu’il insère dans les chapitres « Chimie39 » et « Botanique40 », ce qui montre l’utilité multiple qu’il reconnaît à l’œuvre de Marsili, dans laquelle est affirmée l’uniformité de la nature contre la vision catastrophiste (et biblique) des frères Scheuchzer.

19Nous pouvons faire le même constat quand nous nous intéressons au travail stylistique de l’Histoire de l’Académie des sciences. Les commentaires de Fontenelle permettent de préciser les principes épistémologiques régissant l’activité scientifique et offrent une nouvelle vision de la nature et du savoir qui peut en être élaboré, marquée de la politique de l’institution royale dont Fontenelle est le secrétaire, mais où l’on reconnaît en même temps ses idées d’historien, d’homme de sciences, de moraliste et de philosophe. En effet, les commentaires que Fontenelle insère dans les comptes rendus sont conformes aux idées exposées ailleurs dans son œuvre, mais ils sont surtout à l’origine d’un traitement poétique original parfaitement en accord avec ses prises de position scientifiques et épistémologiques.

  • 41 Dictionnaire de l’Académie française, première édition, 1694.

20Ainsi par exemple, Fontenelle met en pratique l’art de la sentence, qui confère à son rôle d’historien une dimension morale. L’utilisation de la sentence, entendue comme un « dit mémorable [...] qui renferme un grand sens, une belle moralité41 », lui permet d’élargir sa réflexion sur les sciences et d’interpeller le lecteur par une pensée philosophique qui rappelle que l’utilité des sciences dépasse le domaine du savoir positif ou du développement des arts et des techniques. Placée généralement en conclusion des articles, elle termine la présentation des faits académiques par une leçon morale destinée à faire réfléchir le lecteur.

  • 42 Fontenelle, Histoire des oracles, Paris, 1686. De l’origine des fables, Paris, 1724. Voir Œuvres co (...)
  • 43 « Sur les singularités de l’Histoire Naturelle de la France », HARS, 1699, p. 23. C’est par ces ter (...)

21Les exemples de sentences sont très nombreux dans les quarante et un volumes de l’Histoire de l’Académie des sciences écrits par Fontenelle. La pratique de la sentence contribue, par exemple, à renforcer le rôle d’arbitre des savoirs de la Compagnie, et la dimension judicatoire du texte. Mais elle est aussi le moyen par lequel la pensée de Fontenelle transparaît le mieux derrière les positions officielles de l’institution royale (la dénonciation des erreurs et des préjugés et la condamnation de toute forme de superstition essentiellement), grâce à la généralisation et à la mise à distance qu’introduit dans le texte l’utilisation de la sentence. À plusieurs reprises, par exemple, l’auteur met en garde le lecteur contre toute tentation d’interprétation faisant appel au « merveilleux », dont l’Histoire des oracles et De l’origine des fables avaient déjà dénoncé les dangers42. Ainsi de cette étrange « fontaine brûlante », dont l’existence avait été signalée à l’Académie par un correspondant, et qui, après vérification, s’était révélée une croyance populaire sans fondement. Le commentaire de Fontenelle reprend les termes mêmes qu’il avait utilisés dans l’Histoire des oracles au sujet de la célèbre « dent d’or » : « M. Dieulamant s’était transporté sur le lieu, et avait vu avec des yeux de physicien » ; puis il conclut : « La fontaine brûlante n’est point une fontaine [...] Il est bon de s’assurer exactement des faits et de ne pas chercher la raison de ce qui n’est point43 ».

22Les commentaires que Fontenelle introduit ont donc une fonction rhétorique évidente, puisqu’ils mettent en place une stratégie persuasive efficace à l’intention du lecteur. Les exordes des comptes rendus, par exemple, s’inscrivent dans la tradition de la captatio benevolentiæ, d’autant plus nécessaire que l’intérêt de certains articles de l’Histoire de l’Académie des sciences n’est pas une évidence en soi. Le secrétaire de l’Académie y utilise souvent l’interrogation rhétorique, destinée à éveiller la curiosité du lecteur, à susciter même son émerveillement devant des sujets apparemment sans importance, comme peut l’être l’anatomie des moules d’étang, qui réservent pourtant bien des surprises :

  • 44 « Sur les moules d’étang », HARS 1710, p. 30.

Qui croirait qu’il y a un animal qui ne reçoit sa nourriture, et ne respire que par l’anus, qui n’a ni veines ni artères, en qui il ne se fait point de circulation ? [...] C’est la moule d’étang, dont M. Méry a démêlé la structure, malgré sa figure informe, et rebutante par son excessive singularité44.

  • 45 Qu’il s’agisse de la rencontre entre deux personnages que rien ne semble destiner à se rencontrer, (...)

23De même, la pratique du paradoxe en exorde des articles apparaît comme un moyen d’inviter le lecteur à dépasser l’apparente contradiction que pose un problème scientifique. Cette pratique est d’ailleurs fréquente dans l’écriture fontenellienne. C’est un paradoxe qui ouvrait déjà la Digression sur les Anciens et les Modernes. C’est aussi sur un mode paradoxal que Fontenelle faisait se rencontrer les devisants des Nouveaux Dialogues des morts45. Le paradoxe, dans l’Histoire de l’Académie, cristallise non seulement la difficulté du travail des académiciens, mais aussi la complexité de la nature, qui semble constamment échapper aux savants, mettant en place un jeu permanent qui donne à la science une dimension presque ludique. C’est ce que dit Fontenelle à propos de la difficulté associée à la mesure des températures :

  • 46 « Sur la dilatation de l’air », HARS 1708, p. 11.

Il n’y a guère de choses en physique si bien décidées qu’il n’y ait toujours lieu à la révision, et il est difficile que la Nature, lors même que nous croyons la saisir le mieux, ne nous échappe par quelque endroit46.

  • 47 « Sur le mouvement de la lune », HARS 1710, p. 109.
  • 48 Compte rendu de la lettre de Dortous de Mairan au père Dominique Parennin, missionnaire jésuite en (...)

24L’interrogation rhétorique et le paradoxe peuvent aussi apparaître ailleurs dans les comptes rendus, démultipliant les procédés discursifs à l’intention du lecteur. Le paradoxe, en conclusion des articles, peut rappeler au lecteur les grandes difficultés associées à l’élaboration d’un savoir digne de ce nom, comme lorsque Fontenelle commente un mémoire consacré aux mouvements apparents de la Lune, qui lui inspire ce paradoxe final : « Ainsi tout concourt à rendre contre toute apparence ce qui est plus proche de nous plus difficile à connaître47 ». Ailleurs, le paradoxe rappelle au lecteur que la nature relance toujours de nouveaux défis aux savants qui essaient de la saisir, renouvelant sans cesse le plaisir de la recherche, et invitant le lecteur à participer, dans la mesure de ses possibilités (autrement dit par la lecture) de la libido sciendi, seul moteur du savoir, car les sciences exigent constamment « une activité inquiète, une curiosité qui ne se lasse point de chercher, une sorte d’incapacité de se satisfaire48 ». Fontenelle instaure ainsi un dialogue de dimension pédagogique avec son lecteur, dont le but est aussi bien de lui communiquer les résultats des découvertes des académiciens que de le faire participer, même si c’est de manière purement théorique, à la dynamique du discours scientifique. Si le paradoxe déstabilise le lecteur, l’obligeant à mettre en cause la doxa, l’interrogation devient l’instrument rhétorique qui permet à Fontenelle de conduire le raisonnement de son lecteur dans le sens des faits qu’il lui présente, en lui faisant épouser les mouvements de la démonstration, pour le persuader de la pertinence de ce qu’il voyait au départ comme simple contradiction. Autrement dit, l’utilisation de ces procédés rhétoriques permet à Fontenelle de mener son lecteur à « penser » comme un savant, et à « voir » comme lui la nature sous un angle nouveau.

  • 49 Dans les Fragments d’un traité de la raison humaine, ouvrage resté inédit, Fontenelle ajoute une tr (...)
  • 50 bid.
  • 51 Voir à ce propos les rapprochements opérés par Alain Niderst, Fontenelle à la recherche de lui-même (...)

25Mais par la même dynamique, Fontenelle invite également son lecteur à réfléchir sur la légitimité (et donc sur l’autorité propre) du discours scientifique lui-même. Fontenelle opère une distinction épistémologique entre les sciences physiques et les sciences spéculatives. Il accorde une place centrale à la logique déductive, celle qui s’élabore à partir des « principes » et non des faits, et affiche sa préférence pour la force du signe mathématique, en tant que représentation directe du vrai, plus fiable que le langage vernaculaire qu’on est obligé d’utiliser quand on s’intéresse aux sciences de la nature. Fontenelle invite alors son lecteur à ne pas confondre ce qu’il appelle « l’idée des mots », autrement dit le signe linguistique qui « représente », avec le contenu conceptuel, « l’idée des choses49 ». Or, la coïncidence de ces deux formes d’idées avec lesquelles l’esprit humain opère presque indistinctement peut être soit la garantie de la fidélité du discours au concept représenté, soit une forme première d’erreur, qui consiste à prendre le mot pour la chose. Le problème c’est que « l’égalité n’est pas si juste, qu’elle ne nous trompe quelquefois50 ». Dans ce sens, il trahit la proximité de sa pensée à toute une tradition philosophique qui l’éloigne de son étiquette cartésienne. La déficience du langage comme médiateur d’un discours de savoir est un point commun à de nombreux philosophes, que Fontenelle rencontre ici de manière claire : de Bacon à Spinoza, en passant par Locke et le disciple de Gassendi, Bernier, tous ont manifesté cette même méfiance à l’égard des mots et de leur pouvoir de représentation de la réalité physique51. Pourtant, le cas du secrétaire de l’Académie des sciences se démarque de celui des autres penseurs, parce que son expérience en tant qu’historien de l’Académie des sciences le confronte de manière concrète aux limites de la représentation du langage vernaculaire, ce qui donne à sa réflexion une autre dimension, que l’on peut retrouver aussi bien dans la mise en place d’une réflexion fragmentaire sur le discours scientifique que dans la pratique d’une véritable esthétique de la représentation.

  • 52 « Observations d’anatomie », IV, HARS 1700, p. 37. C’est moi qui souligne.

26La précision langagière est donc fondamentale, il arrive souvent que l’inadéquation du langage vernaculaire, avec lequel on est obligé de décrire le monde sensible, entraîne des erreurs du jugement qui tirent le discours sur la Nature vers le fictionnel et dénaturent le savoir qui est ainsi élaboré, transformant le « merveilleux » en « fable ». C’est ce qui arrive à certains académiciens, qui avaient présenté devant l’institution le cas d’un homme apparemment enceinte, mais qui était en réalité atteint d’une gigantesque tumeur testiculaire. C’est la description de la dissection, sa mise en parole, qui avait trompé les savants : « Le faux air de tête qu’avait ce globe, cette espèce d’arrière-faix, le temps de huit ou neuf mois [que dura la maladie], avaient donné lieu à la fable de la grossesse, quoique dans cette occasion la fable ne fut pas nécessaire pour le merveilleux52 ». Fontenelle dissocie ici de manière claire la « fable », résultat d’un discours élaboré à partir d’une fausse interprétation des signes sensibles, et qui avait conduit à adopter comme vraie une fiction, du « merveilleux » scientifique, le fait inexpliqué mais non pas inexplicable.

  • 53 À ce propos, je renvoie à ma communication « De la beauté des monstres : poétique de la catastrophe (...)
  • 54 « Sur les insectes », HARS 1699, p. 41.
  • 55 « Observations d’anatomie », XII, HARS 1706, p. 29.
  • 56 « Sur un fœtus humain monstrueux », HARS 1720, p. 13.
  • 57 « Sur une autre mort subite après une médecine de précaution », HARS 1701, p. 30-31.
  • 58 « Observations d’anatomie », IV, HARS 1704, p. 21.
  • 59 « Observations anatomiques », HARS 1700, p. 41. C’est moi qui souligne.
  • 60 Voir par exemple « Sur un fœtus extraordinaire », HARS 1701, p. 22, ou la description d’un « fœtus (...)
  • 61 Ibid., p. 36.

27Trouver les mots justes revient ainsi, sinon à dire vrai, du moins à inscrire le discours sur la nature dans celui du savoir. Et lorsqu’il faut faire des concessions au langage vernaculaire, non seulement pour s’adapter aux connaissances du lecteur de l’Histoire de l’Académie, mais faute d’une meilleure connaissance de la nature, c’est dans les modalités discursives que s’opère le glissement sémantique et épistémologique qui construit un discours de savoir. Le cas des monstres est en ce sens éclairant53. Sous la plume de Fontenelle, le monstre n’apparaît comme tel que par le manque de connaissances dans lequel nous nous trouvons. Ou, comme le dit ailleurs Fontenelle, « ce qui est étrange ne l’est peut-être que par notre ignorance54 ». Dès lors, le terme même de « monstre » ne semble pas répondre à la réalité naturelle ainsi désignée, et c’est au discours scientifique de se déployer pour combler ce vide langagier et conceptuel. Il arrive donc rarement à Fontenelle d’utiliser la forme nominale (« un monstre »), qui pourrait suggérer une identité de nature entre le signe et la réalité représentée. À cette forme catégorique, parce qu’elle définit la nature de l’être désigné, Fontenelle préfère la forme adjectivale (« un enfant monstrueux55 », « un fœtus monstrueux56 », « un cœur monstrueux57 », voire « un accouchement monstrueux58 »), qui caractérise, mais ne définit pas. Ce procédé est doublé parfois par l’utilisation de l’épanorthose, figure rhétorique d’autorité, de nature explicative et se présentant sous la forme de proposition alternative, destinée à remplacer la première désignation considérée comme erronée : « M. Lémery a aussi apporté à l’Académie un petit lièvre monstrueux, ou plutôt deux lièvres joints ensemble depuis la tête jusqu’à la poitrine59 ». Ici, il remplace le terme « monstre » par la description du spécimen étudié par l’Académie60. Le monstre n’est donc pas un être composite, aberrant, mais une entité, parfois deux, bien connues dans la nature, qui présentent une particularité anatomique surprenante, particularité qui a fini par occulter la véritable nature de l’être qu’elle modifie. Le terme « monstre » apparaît parfois comme une commodité langagière à laquelle il est parfois difficile d’échapper, par simple habitude intellectuelle, mais qu’il faut constamment remettre dans son contexte. C’est le cas lorsque Fontenelle parle d’un enfant mort-né porteur d’une grave malformation cardiaque. Il affirme d’abord, sous une modalité concessive : « il est vrai que ce fœtus était monstrueux », puis corrige sous la forme de la sentence : « mais les monstres ne sont qu’extraordinaires, et ce qui est extraordinaire n’est pas moins naturel61 ».

28L’élaboration d’un discours scientifique doté d’une autorité intellectuelle, destiné à imposer une forme de savoir admis comme légitime par la communauté des savants, repose donc sur un soigneux travail de réflexion sur l’usage du signe langagier, en tant que composante d’un tout cohérent, ainsi que sur le fonctionnement du code qu’est en fin de compte le langage scientifique. Ce travail, mis en pratique dans l’écriture quotidienne, ne peut s’apprécier que dans le temps : la précision du langage augmente au fur et à mesure que les connaissances se précisent, confortant ainsi l’autorité des savants qui le produisent. La construction du discours scientifique se confond, sous la plume de Fontenelle, avec l’écriture de l’Histoire de l’Académie des sciences, et la représentation de la Nature dans le discours n’apparaît pas comme une représentation se suffisant à elle-même (capable de saisir et d’interpréter pleinement la réalité dont il est question, comme c’est le cas des mathématiques), mais comme une étape nécessaire à l’élaboration des instruments conceptuels permettant l’interprétation de la nature, but ultime du discours scientifique. La représentation par le langage devient ainsi une structure analytique indispensable à l’élaboration d’un discours du savoir, et le compromis langagier, voire esthétique, un présupposé épistémologique dont découle la vision fontenellienne de la nature.

29L’autorité du discours scientifique que met en place l’Histoire de l’Académie des sciences repose sur le travail d’écriture du secrétaire perpétuel de la Compagnie qui ne se contente pas de « faire » l’histoire des découvertes de l’institution, mais qui affiche les mécanismes réflexifs par lesquels ce discours se construit comme tel. Les raisons de ce travail réflexif reposent sur un présupposé épistémologique fondamental par lequel Fontenelle se démarque totalement de l’innéisme cartésien et dont il ne s’écarte jamais : il n’est de connaissance de la nature que sensible. Le discours sur la nature qu’élabore Fontenelle devient ainsi un terrain d’expérimentation par lequel l’homme de lettres transforme le savoir abstrait qu’est le discours scientifique en spectacle sensible que le lecteur peut admirer et qu’il peut, guidé par les stratégies de persuasion mises en place par le scripteur, apprendre à découvrir avec un plaisir tout intellectuel, celui de percevoir son esprit en train de raisonner. Si l’intention est avant tout philosophique, le résultat n’en est pas moins esthétique : pour parvenir à ce résultat Fontenelle met en place une véritable esthétique du « faire voir » qui transforme la nature en spectacle permanent, où les « merveilles » viennent susciter constamment la curiosité du spectateur (ou du lecteur) et entretiennent le processus réflexif, qui est en fin de compte la véritable source de plaisir du texte. Ce faisant, parce que le discours scientifique se propose de répondre aux différentes manifestations d’une nature somme toute infinie, l’esthétique fontenellienne dans l’Histoire de l’Académie des sciences prend la forme d’une « poétique de l’infini », dans laquelle les structures discursives et les ressources littéraires sont mises au service d’une conception toute géométrique de l’univers.

30Le génie de Fontenelle révèle ici toute sa dimension et montre l’artificialité de son image de « vulgarisateur ». Certes, le secrétaire perpétuel de l’Académie est, dans sa fonction officielle, l’historiographe des exploits scientifiques du royaume et à ce titre il sait rendre agréable la lecture des recherches les plus arides, parvient à faire comprendre les expériences des chimistes et les observations des astronomes tout en offrant à la société mondaine la figure d’un héros des temps modernes, le savant. Mais Fontenelle est aussi un esprit libre, écrivant pour un public non nécessairement initié aux nouveaux savoirs scientifiques ni aux principes épistémologiques qui les sous-tendent. Discrètement, il fait de l’Histoire de l’Académie des sciences une tribune idéale pour prêcher une nouvelle religion, celle de la raison, et pour convertir ses lecteurs attentifs à la science et à ses conséquences philosophiques.

31En effet, le travail d’interprète des savoirs que joue Fontenelle entre le xviie et le xviiie siècles constitue une articulation essentielle dans la diffusion des nouvelles idées et l’illustration d’une transformation de la stratégie de diffusion des conceptions philosophiques souvent peu conformes aux dogmes chrétiens. Destinés à un large public, cultivé mais pas toujours érudit, écrits dans une langue spirituelle, mais dénués apparemment des effets brillants et polémiques de certains de ses contemporains, les volumes de l’Histoire de l’Académie des sciences rédigés par Fontenelle ont contribué sans doute plus que d’autres à imposer de manière subtile et conciliante une certaine vision de la nature et du savoir auprès de l’opinion publique française mais aussi, du fait du prestige de l’auteur, de la nature et de la diffusion de certains de ses écrits, auprès d’un public de dimension européenne. On peut donc voir dans les stratégies rhétoriques mises en place par Fontenelle dans l’Histoire de l’Académie des sciences, l’élaboration d’un discours d’autorité subversif qui fait de son auteur l’illustre ancêtre des encyclopédistes.

Notes

1 Citons, à titre d’exemple, Académies et sociétés savantes en Europe (1650-1800), Actes du colloque de Rouen, textes réunis par Daniel Odon-Hurel et Gérard Laudin, Paris, Champion, 2001 ; Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Éd. de Minuit, 1985. Sur le cas de l’Académie des Sciences plus précisément, René Taton, Les Origines de l’Académie des Sciences, Paris, Palais de la Découverte, 1966 ; Roger Hahn, L’Anatomie d’une institution scientifique. L’Académie des sciences de Paris, 1666-1803, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1993, et plus récemment Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Doutère, dir., Histoire et mémoire de l’Académie des sciences. Guide de recherche, Londres — Paris — New York, Lavoisier, coll. Tec & Doc, 1996 ; David J. Sturdy, Science and Social Status. The Members of the Académie des sciences, 1666-1750, Woodbridge, The Boydell Press, 1995 ; Simone Mazauric, Fontenelle et l’invention de l’histoire des sciences à l’aube des Lumières, Paris, Fayard, 2007.

2 Une lettre de privilège du 6 avril 1699 accorde à l’institution le droit de faire imprimer « les Remarques ou Observations journalières, & les relations annuelles de ce qui aura été fait dans les assemblées de ladite Académie et généralement tout ce qu’elle voudra faire paraître en son nom, comme aussi les autres ouvrages, Mémoires, Traités ou Livres des particuliers qui la composent [...] ». Voir Anne-Sylvie Guénoun, « Les publications de l’Académie des sciences : le xviiie siècle », dans Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Doutère, dir., Histoire et mémoire de l’Académie des sciences, op. cit., p. 113.

3 Le titre complet est Histoire de l’Académie royale des sciences... avec les mémoires de mathématique & de physique... tirez des registres de cette Académie, 1702-1797 (1699-1792). Volumes consultés dans la série : 1699-1740. Conformément aux usages, nous renverrons désormais aux différents volumes de la collection en abrégé, HARS, suivi de l’année.

4 Préface sur l’utilité des mathématiques, publiée de manière indépendante avec les Éloges des académiciens : Histoire du renouvellement de l’Académie royale des sciences en 1699, et les éloges historiques de tous les académiciens morts depuis ce renouvellement, avec un discours préliminaire sur l’utilité des mathématiques et de la physique, Paris : Vve J. Boudot, 1708.

5 Éloge du Marquis de l’Hôpital, HARS 1706, p. 126.

6 Voir David J. Sturdy, Science and Social Status. The Members of the Académie des sciences, 1666-1750, op. cit. ; Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, op. cit.

7 De fait, dès février 1666, Colbert avait décidé d’accueillir les savants qui allaient composer la première académie dans sa propre bibliothèque. Les premières séances de travail collectif furent animées uniquement par des « mathématiciens » (astronomes, mathématiciens et physiciens), puis vinrent se joindre à eux les « physiciens » (spécialistes d’anatomie, de botanique, de zoologie et de chimie).

8 Les premiers académiciens étaient donc les « mathématiciens » Pierre de Carcavi, Christian Huygens, Gilles Personne de Roberval, Nicolas Frénicle de Bessy, Adrien Auzot, Jean Picard, Jacques Buot et Jean-Baptiste Du Hamel et les « physiciens » Marin Cureau de la Chambre, Claude Perrault, Samuel Cottereau Du Clos, Louis Gayant et Nicolas Marchant. Les élèves, Antoine de Niquet, Jean Richer et Pivert (mathématiciens) et Claude-Antoine Couplet, physicien. Voir à ce sujet l’article de Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, « Une institution sans statuts : l’Académie royale des sciences de 1666 à 1699 », dans Éric Brian et Christiane Demeulenaere-Doutère, dir., Histoire et mémoire de l’Académie des sciences, op. cit., p. 3-13.

9 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 1, 200 vo. Cité par Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, art. cité, p. 8.

10 Ce qui était arrivé lors de la publication par Leibniz de sa méthode de calcul différentiel, dont la paternité fut réclamée par Newton, ce qui déclencha un procès retentissant.

11 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 2, 159-160, Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, art. cité, p. 8. Fondé par Denis de Sallo, l’une des plumes de Colbert, fondateur de l’Académie des sciences, le Journal des Sçavans (1665-1792) constitue le plus ancien journal scientifique d’Europe. La collaboration de savants d’Angleterre, d’Italie et des Pays-Bas assure très rapidement le succès général de la publication, qui sera imitée par au moins deux autres périodiques scientifiques majeurs, les Philosophical transactions de la Royal Society de Londres (1665-), et les Acta Eruditorum de l’université de Leipzig (1682-1782).

12 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 11, 24ro, 37ro, 27ro et 37vo, cité par Marie-Jeanne Tits-Dieuaide, art. cité, p. 9.

13 PV des séances de l’Académie des Sciences, vol. 12, 19 ro, ibid.

14 PV des séances de l’Académie des Sciences, 19 décembre 1691, vol. 13, 71 vo, ibid., p. 12.

15 Honoraires, pensionnaires, associés, élèves, et correspondants.

16 Selon ce que précise l’article IV du règlement : « Les pensionnaires seront tous établis à Paris : trois géomètres, trois astronomes, trois mécaniciens, trois chimistes, trois botanistes, un secrétaire et un trésorier. Et lorsqu’il arrivera que l’un d’entre eux sera appelé à quelque charge ou commission demandant résidence hors Paris, il sera pourvu à sa place, de même que si elle avait vaqué par décès ».

17 Tel que le stipule l’article Art. XL du règlement de institution : « Le secrétaire sera exact à recueillir en substance tout ce qui aura été proposé, agité, examiné et résolu dans la Compagnie, à l’écrire sur son registre, par rapport à chaque jour d’assemblée, et à y insérer les traités dont il aura été fait lecture. Il signera tous les actes qui en seront délivrés soit à ceux de la Compagnie, soit à d’autres qui auront intérêt d’en avoir ; et à la fin de décembre de chaque année, il donnera au public un extrait de ses registres, ou une histoire raisonnée de ce qui se sera fait de plus remarquable dans l’Académie ».

18 Fontenelle, Entretiens sur la pluralité des mondes, Paris, 1686.

19 Fontenelle avait pris part pour les Modernes dans la célèbre Querelle qui avait opposé les hommes de lettres à la fin du xviie siècle. Voir sa Digression sur les Anciens et les Modernes, Paris, 1687.

20 La partie Histoire sera modifiée en janvier 1786 : l’histoire des débats est supprimée, et remplacée par la liste des mémoires approuvés par l’Académie et destinés à être publiés, la liste de mémoires publiés dans le recueil des Savants étrangers, et les éloges.

21 « Ces Mémoires sont à peu près ici ce que sont dans une Histoire ordinaire des Actes originaux ou des Preuves que l’on imprime quelquefois à la fin ». HARS 1699, « Préface », p. ii. Cette partie n’étant pas rédigée par Fontenelle lui-même, nous ne l’analyserons que dans la mesure où elle pourra servir de point de comparaison au travail d’écriture du secrétaire perpétuel.

22 Bernard Beugnot, « De l’histoire des savants à l’histoire des sciences », dans Fontenelle, Actes du colloque de Rouen, textes réunis par Daniel Odon-Hurel et Gérard Laudin, Paris, Champion, 2001, p. 488.

23 « Sur quelques singularités de la France », HARS 1700, p. 3.

24 Georges Gusdorf, Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin, 1968, p. 13.

25 « Sur le phosphore du baromètre », ibid., p. 8.

26 C’est sans doute cette apparente neutralité qui explique l’image de « desservant » de l’Académie des sciences qu’Alain Niderst a attribuée à Fontenelle, en qui il voit une « sage et un peu décevante neutralité ». Voir « Fontenelle et la science de son temps », SVEC, no 228, 1984, p. 172.

27 Voir Maria Susana Seguin, Étude critique de l’Histoire de l’Académie des sciences (1699-1740), Turnhout, Brepols, coll. « Travaux de l’Académie internationale des sciences », à paraître (2017).

28 HARS 1725, p. 28.

29 HARS 1702, p. 64.

30 L’expression désigne, au début du xviiie siècle, les pierres dont la forme rappelle une autre structure naturelle, mais aussi celles contenant des empreintes fossiles, dont la nature et l’origine étaient encore en discussion.

31 Johann Scheuchzer est considéré aujourd’hui comme un pionnier de la tectonique alpine. Son travail est beaucoup moins connu que celui de son frère, et pour cause : il ne publia presque rien de son vivant. Voir François Ellemberger, Histoire de la Géologie, Paris, Techni, 1994, tome II, p. 125-132.

32 HARS pour 1710, p. 21-23. Herbarium diluvianum, Zurich, Imp. D. Gesner, 1709, 44 p. in folio.

33 Ibid., p. 21.

34 Ibid.

35 En l’occurrence, l’origine séminale de certaines pierres, thèse avancée par Saulmon, élève mécanicien, mais surtout l’hypothèse d’un lent déplacement des rivages comme explication à la présence de restes de corps marins dans des terres émergées. Voir « Sur les pierres et particulièrement sur celles de la mer », HARS 1707, p. 5-7.

36 Nommé correspondant de Jean-Dominique Cassini en 1699, Marisli, ou Marsigli, deviendra associé étranger en 1715. Il est actuellement considéré comme un précurseur majeur de l’océanographie moderne.

37 Ce mémoire sera finalement publié sous le titre Histoire physique de la mer, Amsterdam, 1725.

38 bid., p. 24.

39 Il s’agit, comme pour la Botanique, d’un véritable article, comparable à celui qu’il consacre d’habitude aux mémoires, et non d’un simple compte rendu d’ouvrage ou d’une observations de chimie, comme c’est l’usage pour les travaux des correspondants. « Sur l’analyse des plantes marines et principalement du corail rouge », HARS pour 1710, p. 48-54.

40 « Sur les plantes de la mer », ibid., p. 69-78.

41 Dictionnaire de l’Académie française, première édition, 1694.

42 Fontenelle, Histoire des oracles, Paris, 1686. De l’origine des fables, Paris, 1724. Voir Œuvres complètes, sous la direction d’Alain Niderst, Paris, Fayard, 1990-1996, coll. « Corpus des œuvres philosophiques en langue française », 7 vol.

43 « Sur les singularités de l’Histoire Naturelle de la France », HARS, 1699, p. 23. C’est par ces termes que s’ouvre, dans l’Histoire des Oracles, le récit de la célèbre « dent d’or » : « Assurons-nous bien du fait, avant que de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est lente pour la plupart des gens qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait ; mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point », OC, t. II, p. 161.

44 « Sur les moules d’étang », HARS 1710, p. 30.

45 Qu’il s’agisse de la rencontre entre deux personnages que rien ne semble destiner à se rencontrer, comme le philosophe Straton et le peintre Raphaël, Sénèque et Scarron, ou de la nature et des conclusions de leurs échanges, comme dans le cas du dialogue entre Charles-Quint et Érasme, ou celui entre Platon et Marguerite d’Écosse, parmi tant d’autres.

46 « Sur la dilatation de l’air », HARS 1708, p. 11.

47 « Sur le mouvement de la lune », HARS 1710, p. 109.

48 Compte rendu de la lettre de Dortous de Mairan au père Dominique Parennin, missionnaire jésuite en Chine, HARS 1732, p. 24.

49 Dans les Fragments d’un traité de la raison humaine, ouvrage resté inédit, Fontenelle ajoute une troisième catégorie, les « idées qui assurent », qu’il oppose aux idées du « pur entendement », dans lesquelles on reconnaît « l’action de l’esprit » (OC, t. VII, p. 479). Mais même ces idées « [sont fondées] sur des idées qui représentent » (ibid., p. 480) et sur lesquelles l’esprit a exercé un travail critique. Fontenelle établit donc une hiérarchisation entre les idées au fur et à mesure que la raison les épure des erreurs qui leur sont propres.

50 bid.

51 Voir à ce propos les rapprochements opérés par Alain Niderst, Fontenelle à la recherche de lui-même (1657-1702), Paris, Nizet, 1972, p. 550. À propos de la place particulière que prend cette réflexion dans la pensée de Spinoza, voir l’article de Laurent Bove, « La théorie du langage chez Spinoza », L’Enseignement philosophique, no 4, mars-avril 1991. Disponible sur :

http://hyperspinoza.caute.lautre.net/spip.php?article1575

52 « Observations d’anatomie », IV, HARS 1700, p. 37. C’est moi qui souligne.

53 À ce propos, je renvoie à ma communication « De la beauté des monstres : poétique de la catastrophe dans les sciences du vivant », lors du colloque Représenter la catastrophe à l’Âge classique : dispositifs, figures, motifs, Québec, 2007. Voir sur ce point les développements dans l’ouvrage à paraître : S. Seguin, Fontenelle et l’histoire de l’Académie des sciences (1699-1740), Paris, H. Champion.

54 « Sur les insectes », HARS 1699, p. 41.

55 « Observations d’anatomie », XII, HARS 1706, p. 29.

56 « Sur un fœtus humain monstrueux », HARS 1720, p. 13.

57 « Sur une autre mort subite après une médecine de précaution », HARS 1701, p. 30-31.

58 « Observations d’anatomie », IV, HARS 1704, p. 21.

59 « Observations anatomiques », HARS 1700, p. 41. C’est moi qui souligne.

60 Voir par exemple « Sur un fœtus extraordinaire », HARS 1701, p. 22, ou la description d’un « fœtus sans cerveau, ni cervelle, ni moelle épinière » proposée dans HARS 1711, « Observations anatomiques » III, p. 26.

61 Ibid., p. 36.

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier 3, IHPC — U.M.R. 5037 ENS Lyon, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search