Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Max Rouquette

Max Rouquette en Andalousie. Ou : Federico García Lorca en Terre d’oc

Philippe Gardy

Texte intégral

1On a souvent, et à juste titre, insisté sur le rôle essentiel qu’a joué pour le jeune Max Rouquette la rencontre avec la personne et plus encore l’œuvre poétique du Catalan d’Ille-sur-Têt, Joseph Sébastien Pons. Cette rencontre, féconde entre toutes, a sans aucun doute profondément marqué, avec quelques autres, par textes interposés cette fois (Frédéric Mistral, Joseph d’Arbaud notamment), l’élan poétique originel de Rouquette, sa quête d’un contact direct avec les mots et le monde. « La pureté, la simplicité, l’intensité humaine, tel était le message de Joseph Sébastien Pons », confiait-il à Henri Giordan en 1980. Mais à côté de celle de Pons, d’autres voix poétiques venues d’ailleurs ont également exercé une influence profonde, parmi lesquelles, au moment même où paraissaient les deux premiers recueils de Rouquette, celle de Federico García Lorca paraît avoir été particulièrement décisive.

2La rencontre avec le poète andalou est venue après celle avec le poète catalan, dont Rouquette fit la connaissance pendant ses études secondaires au lycée de Montpellier, où Pons fut professeur d’espagnol à partir de 1919 (Grau 1987 ; Rouquette 1987). Et l’on peut avancer l’hypothèse qu’avec la lecture de Lorca, c’est tout un pan déjà en gestation de la poétique de l’auteur des Somnis dau matin, publiés en 1937, qui s’est trouvé à la fois consolidé et considérablement élargi.

***

  • 1 Cinq romances gitanes. Texte espagnol et traduction française par Guy Lévis- Mano, Paris, GLM, 193 (...)
  • 2 Ce poème ne figure pas dans le recueil rassemblé par Guy Lévis-Mano. En revanche, il figurait déjà (...)
  • 3 Je laisse volontairement de côté une dernière pièce, « Lo banh de la luna », publiée dans la revue (...)

3On ne sait pas au juste à quand remontent les premières lectures, en espagnol ou en traduction française, de Federico García Lorca par Max Rouquette. En revanche, on en connaît mieux les aboutissements immédiatement repérables. Ainsi, la première publication par Rouquette de versions occitanes de poèmes de Lorca date de la fin de l’année 1941, dans la revue Òc. Il s’agit de deux pièces extraites du Romancero gitano, « Romance de la luna, luna » et « La dona enganaira », qui avaient déjà fait l’objet d’une traduction en français en 1939, par les soins du poète, traducteur, imprimeur et éditeur de poésie Guy Lévis-Mano1 (1904-1980). Quelques mois plus tard, Rouquette publie sa version occitane d’une autre pièce du même Romancero figurant également dans le recueil de Lévis-Mano, « Romance sonambule ». Cette publication de traductions occitanes de Lorca devait prendre fin en 1944. Au printemps de cette année-là, toujours dans la revue Òc, était donnée à lire une quatrième pièce extraite du Romancero : « Mort d’Antonito el Camborio2 ». On le sait, les textes demeurés manuscrits en attestent, que Max Rouquette poursuivit son exploration de l’œuvre du poète espagnol, en remettant sur le métier et en complétant ces premières tentatives de traduction, sans néanmoins parvenir à les faire publier. Mais c’est au début des années 1940 que cet attachement fut sans aucun doute le plus riche de sens, et aussi le plus fécond3.

4Lorca l’Andalou, en effet, semble avoir alors représenté pour Rouquette, à côté de Pons le Catalan pour la poésie, et de l’Irlandais Synge pour le théâtre, l’exemple peut-être le plus accompli d’un écrivain capable de faire la synthèse entre l’attachement à un pays, à une certaine forme de civilisation, aux inflexions particulières d’une langue aussi, et la quête passionnée d’une certaine forme de modernité.

  • 4 De façon très significative, ce compte rendu est immédiatement suivi (p. 22-25) d’un autre, que Ro (...)

5De cette rencontre pour ainsi dire miraculeuse témoigne le compte rendu que Rouquette a publié, dans le numéro daté de l’hiver 1943 de la revue Òc, à propos de la traduction en français des Poèmes du « Cante Jondo » par Pierre Darmangeat4. Cette traduction, parue la même année à Rodez, est en effet pour lui l’occasion d’expliciter le sens des versions occitanes de poèmes de Lorca traduites par ses soins et publiées dans des livraisons immédiatement antérieures de la même revue :

  • 5 « Parmi mes livres d’élection, j’ai toujours sous la main, entre le Chant de l’amour et de lamort (...)

Entre mos libres d’elei, ai sempre jot la man entre lo Chant de l’amour et de la mort du cornette Christof Rilke e lo Romancero gitano de Frederico (sic) García Lorca, un preciós librilhon de cuberta sang e or qu’es editat per « Poésie 41 » : Poésie espagnole. Es à Pèire Darmangeat que deven aquela obra quemancava. [...] Una causida urosa de poemes i es sostada per de noticias que son per un amador de poesia un plaser requist. Aquelas notas brevas e lindas trason una claror pregonda sus lo corents e las beutats essencialas d’aquela poesia mai vesina de nostre cor e de nostra sentida que la poesia de Racine o de Valéry5.

  • 6 Henry de Montherlant, Service inutile, Paris, Bernard Grasset, 1935 (rééd., Paris, Gallimard, Foli (...)
  • 7 On se reportera à Toti, 127 et suivantes, pour tout ce qui concerne l’histoire de la revue Òc pend (...)

6Et pour préciser ce qui l’attire plus que tout dans la poésie de Lorca, Rouquette s’appuie alors sur un texte de Henry de Montherlant, « Pour le chant profond », consacré au Cante Jondo, qu’il cite assez longuement6, en particulier quand y est évoquée cette « nappe souterraine de l’âme » à laquelle le chant permet d’accéder et qui, quand « l’eau de l’âme est atteinte », alors « monte [...], apparaît dans la voix ». La publication en volume du texte de Montherlant date de 1935 : on peut donc penser que Rouquette avait, dès cette date peut-être, médité cet aspect de l’écriture du poète andalou, que la lecture de pièces du Romancero gitano lui avait permis d’approfondir et que la publication française de l’intégralité du Poema del Cante Jondo venait ainsi parachever. En outre, dans la même livraison d’Òc, quelques pages seulement avant le compte rendu de Rouquette, deux pièces du recueil de Lorca dans la version française (fait exceptionnel dans cette publication) de Pierre Darmangeat (« De profundis » et « Les six cordes ») sont publiées dans une rubrique intitulée « Antologia » (p. 18). Ces deux poèmes, ajoutés aux citations assez nombreuses que donne à lire la recension de Max Rouquette, sont révélateurs de l’importance de Lorca aux yeux de la rédaction de la revue, en l’occurrence à ce moment Ismaël Girard, mais aussi, en second rang, René Nelli et Max Rouquette7.

***

7Ce moment dédié à Lorca dans l’histoire de la revue Òc apparaît à la fois bref et intense. Il semble avoir été, en première approche, le fruit de quelques rencontres qui se sont succédé et en ont amplifié la signification, à la fois factuelle et plus profonde.

  • 8 Soit : « Romance somnambule » ; « Graphique de la Petenera : Cloche (Bourdon) » ; « Chemin » ; « L (...)
  • 9 L’histoire de Pyrénées, « Cahiers des lettres et des arts » publiés par la librairie Privat tous l (...)
  • 10 Figurent dans les archives de Max Rouquette au moins dix lettres à lui adressées par Pierre Darman (...)
  • 11 Dans une lettre du 7 septembre 1943, Darmangeat indique à Max Rouquette qu’il va quitter Toulouse (...)
  • 12 Le Triton bleu. La jeune poésie occitane, Paris, Imprimerie Jean Chaffiotte, 1946. Les Cahiers du (...)

8Il y eut peut-être, d’abord, la lecture des premières traductions, partielles, en français des deux recueils « andalous » du poète espagnol. Et sans aucun doute celle du texte de Montherlant sur le « Chant profond ». Il y eut ensuite, ou presque simultanément, la lecture de l’anthologie Poésie espagnole réunie par Pierre Darmangeat, en 1941, qui comprenait un choix assez étendu de pièces de Lorca8. Puis les échanges qui s’établirent alors, l’espace de quelques années, entre Rouquette et Darmangeat. Ce dernier joua à cette époque un rôle non négligeable dans le renouvellement et la diffusion de la poésie de langue d’oc, au contact de certains de ses auteurs : René Nelli, qu’il avait pu rencontrer à Toulouse, en particulier autour de la revue Pyrénées9 ; Max Rouquette bien sûr, avec lequel il entretint une correspondance10, spécialement, mais pas seulement, autour d’un projet commun, impulsé par la revue Òc et l’Institut d’estudis occitans, à savoir l’édition d’un choix des poésies du marquis de Santillane, projet finalement réalisé en 1947 sous la forme d’un cahier de la collection « Messatges » ; et encore Bernard Lesfargues, qui fut son étudiant à Paris, après qu’il eût quitté Toulouse11, à l’Institut hispanique de la Sorbonne. C’est à Darmangeat que ce dernier, directeur de la revue Le Triton bleu, demanda de préfacer l’anthologie qu’il avait réunie en compagnie de Robert La font et qui fut publiée à la même enseigne vers la fin de l’année 194612.

***

9En quelques années, c’est tout un pan de l’écriture poétique d’oc qui s’est ainsi trouvé, sinon bouleversé, en tout cas notablement renouvelé et approfondi et, d’abord, peut-être, certains aspects de l’écriture poétique de Rouquette.

  • 13 C’est-à-dire Synge, Yeats, Sean O’Casey.

10Une première composante de ce renouvellement est à chercher dans le rapport particulier que l’écriture poétique de Lorca suggérait entre un lieu et une langue. Avant de partir à la conquête du monde avec des pièces à la fois plus amples et moins évidemment « andalouses » comme celles de Poète à New York, les premiers recueils de l’écrivain espagnol donnaient l’exemple réussi d’une adéquation entre un lieu, une langue, une culture, et de la conquête d’espaces nouveaux pour la poésie. Beaucoup plus tard, en 1980, alors même que son intérêt pour Lorca était demeuré intact, comme en témoignent les traductions aujourd’hui encore inédites auxquelles il se consacrait toujours, Max Rouquette déclarait à Henri Giordan, évoquant les rencontres qui n’avaient pas cessé d’illuminer son itinéraire, qu’après les « grands Irlandais13 », cela avait été pour lui :

Un peu plus tard, l’Espagne avec Lorca et Machado. Lorca surtout qui nous montrait la voie d’une modernité pétrie de tradition et de réalité charnelle, mais délivrées par la liberté créatrice du surréalisme (302)

11Tout réside dans cette dernière phrase, dont les termes essentiels, soigneusement pesés, expriment bien l’élan que le poète des Somnis dau matin trouva dès le milieu ou la fin des années 1930 dans le Romancero et le Poema del Cante Jondo. « Réalité charnelle », au plus près du moi poétique et de son environnement ; « tradition », comme un retour aux sources, en leur point le plus pur et le plus « profond », donc le plus juste ; « liberté créatrice », loin des ornières de ce que serait une fausse tradition, c’est-à-dire une tradition vidée de sa force première et condamnée dès lors à la répétition stérile. Les deux mots qui commencent et terminent cette phrase essentielle définissent quant à eux l’espace historique de cet élan. « Modernité » et « surréalisme » se font écho, réconciliant l’actualité poétique d’une époque avec la volonté de s’inscrire dans une chaîne pluriséculaire de mots, de formes et de chants.

  • 14 La revue, qui s’appela au départ Folklore-Aude, devint Folklore dès janvier 1939 (Daniel Fabre (di (...)
  • 15 François Pic fournit une description détaillée de ces adaptations dramatiques et des textes destin (...)
  • 16 Il s’agit de « La montanha roja ». On y lit au bas de la page 45 : « reculhit a Puyvert (Aude) per (...)

12La référence andalouse présente chez Lorca vient ainsi justifier et soutenir la volonté affirmée, chez Rouquette comme chez quelques-uns de ses compagnons poètes, de revivifier ce qui serait, à son image, une référence occitane. La fin des années trente et le début de la décennie suivante sont en effet une période au cours de laquelle Rouquette, en compagnie, tout particulièrement, de René Nelli, dont c’est alors une des préoccupations essentielles, se penche sur le folklore d’oc, tel qu’il a déjà été recueilli par de grands anciens (Jean-François Bladé par exemple) et tel qu’il continue de vivre chez tous ceux qui en sont les messagers à la fois « ordinaires » et essentiels. Dès 1934, la prose autobiographique Secret de l’erba, publiée d’abord dans la revue Òc, puis sous la forme d’un tiré à part, avait ouvert, discrètement, mais de façon décisive, ce qui allait devenir la voie du folklore. La création de la revue du même nom, à Carcassonne, autour de René Nelli, en mars 193814, avait représenté une étape importante dans la poursuite de cette rencontre qui devait sceller le rapprochement, autour de la revue Òc, entre Nelli et Rouquette, autour de la confection et de la vulgarisation, sous diverses formes, de ce trésor de l’oralité et, en particulier, des récits merveilleux. À côté du travail de collectage et de publication entrepris par la revue carcassonnaise, Rouquette, de son côté, œuvrait afin de donner à ces mêmes textes une forme, en particulier dramatisée, susceptible de contribuer à leur diffusion par d’autres canaux que ceux des conteurs traditionnels. L’abondant matériau élaboré pour les émissions de radio diffusées depuis Toulouse Pyrénées à partir de l’été 1945 dans le cadre d’un ensemble intitulé « Folklore d’Occitanie », « émissions dramatiques ayant pour sujets des contes populaires gascons et languedociens15 », témoigne de cette activité de réécriture qui établissait des ponts entre production orale et volonté de renouvellement poétique. En témoigne également, pendant l’année 1943, la correspondance échangée entre les deux hommes : Nelli, en quête d’un « Kalévala d’oc » y encourage Rouquette à recueillir ce qu’il appelle les « contes magiques » d’Occitanie dans leur langue. Un cahier de la main de Rouquette, non daté, mais rédigé très probablement au cours de cette même période, montre que celui-ci, alors même qu’il préparait le texte des émissions radiophoniques toulousaines des années 1945 et suivantes, s’appliquait à en recopier, en les adaptant graphiquement, ces mêmes contes, tels que d’autres les avaient collectés16.

  • 17 Marseille, Cahiers du Sud.

13La pensée de Nelli sur les contes, telle que ce dernier devait la développer alors dans plusieurs articles avant de la reprendre dans certains chapitres de son ouvrage Poésie ouverte poésie fermée en 194717, se retrouve dans les présentations radiophoniques rédigées par Max Rouquette. Pour l’un et l’autre, ces contes ne sont certes pas originaux, puisqu’on les retrouve peu ou prou partout en Europe et dans le monde ; mais ils permettent d’accéder, en cela même, aux circonstances poétiques les plus universelles, dans une langue qui sait en épouser au plus juste et au plus épuré les tenants et les aboutissants. Une phrase écrite par Rouquette quelques années plus tard, dans la publication belge Marche romane, en guise de présentation à « deux contes populaires d’Occitanie », résume bien ce que signifiait dès la fin des années 1930, pour le prosateur comme pour le poète, ce retour à l’essentiel que la démarche de Lorca illustrait de façon exemplaire :

  • 18 Marche romane, VI, 1956, 154. La suite de ce texte (« J’ai la chance d’avoir vécu l’expérience des (...)

[...] le Folklore est un océan souterrain, ignorant de toutes frontières, même linguistiques, ces thèmes, de par le lent et long rodage dont ils sont l’objet, finissent, tout en gardant leur pureté, par acquérir une note de brillant, de halo, de reflet qui appartient spécifiquement à un peuple et par qui ils acquièrent une vérité et une réalité nouvelles18.

  • 19 On lira à ce sujet la lecture de la prose « Font de Guisard » proposée par Magali Fraisse (Fraisse (...)

14Dans ce passage, comme déjà dans la recension qu’il avait faite une quinzaine d’années plus tôt des Poèmes du « Cante Jondo » traduits par Pierre Darmangeat, occupe une place centrale l’image de l’eau profonde, dissimulée dans les soubassements du moi comme dans ceux de la mémoire collective, et qu’il s’agit de faire sourdre à la surface, pour en connaître les propriétés imaginaires si remarquables. Cette image fondatrice semble avoir été, depuis les premières lectures de l’œuvre de Lorca, au cœur de l’écriture de Rouquette, aussi bien en prose qu’en poésie. Elle s’est incarnée, en particulier, avec les premières proses de Verd Paradís, dans les évocations de ces sources (fonts) dont l’eau peut disparaître un long espace de temps, avant, un jour, de réapparaître et, de façon miraculeuse, redonner à tout un paysage un regain de vie et de prospérité19. Du jardin détruit par la sécheresse et la dureté des temps, c’est à une version miniaturisée du jardin initial, celui d’Éden, que l’on a ainsi l’impression d’être soudain revenu, par le bénéfice d’un jaillissement à la fois brutal et cependant rempli de douceur et de vertus apaisantes.

15Le thème du retour de l’eau disparue, enfouie sous la terre, est déjà présent dans un poème du deuxième recueil (octobre 1942) de Rouquette, Somnis de la nuòch :

  • 20 « Les sources sont revenues / des profondeurs de la terre / des cavernes enchantées / où leurs vei (...)

Las fontetas son tornadas
de la fonsor de la terra
de las baumas encantadas
onte sas venas se’n van20

  • 21 Voir par exemple la notation des Canas de Midàs (s. l., Occitània / Institut d’études occitanes, 1 (...)

16Ce texte avait déjà fait l’objet d’une publication dans le no 46 d’Occitania (février 1939, p. 4), ce qui permet, à peu de choses près, de dater sa rédaction de l’époque même où Lorca faisait irruption dans l’écriture du poète des Somnis. Un motif déjà éminemment rouquettien, rejoignant les récits mythiques concernant les origines de la poésie sur les flancs du Parnasse, venait ainsi se mêler aux suggestions que faisait naître la lecture du poète espagnol, jointe à celle des propos de Montherlant sur le Cante Jondo. On y trouve, déjà latente et obsédante, l’image de la caverne intérieure, dans laquelle il faut aller puiser, ou celle de la noria, qui permet au poète d’aller au plus profond de son imaginaire, et, par là, de communiquer avec celui, collectif cette fois, de la « grande mémoire » des êtres humains, par delà les espaces et les époques21.

***

17La fréquentation des poèmes de Lorca, on le voit, paraît être allée de pair avec cette plongée au plus profond de l’être du sujet et de celui du monde. Mais elle a pu également prendre des formes plus précises et, par là, plus incarnées au cœur même de l’écriture poétique : on peut émettre l’hypothèse que, du premier livre des Somnis, ceux « du matin », au deuxième, ceux « de la nuit », et au-delà, aux pièces destinées, plus tard, à prendre place dans le recueil récapitulatif La Pietat dau matin, c’est peut-être la conception du poème et, avec elle, son rythme, son organisation, qui ont pu être marqués par la fréquentation admirative du poète andalou, comme telle ou telle pièce des Somnis dau matin, aussi bien que des recueils suivants, a pu l’être par celle, tout aussi admirative, du Catalan Joseph Sébastien Pons.

  • 22 Le salut argumenté de Sully-André Peyre dans le no 215 (novembre 1938) de Marsyas est un des signe (...)
  • 23 On songe aussi aux pièces « lunaires » des Canciones, écrites entre 1921 et 1924 (« Nocturnes de l (...)

18Le poème « Lo banh de la luna », auquel il a été fait allusion plus haut, peut nous servir ici de point de repère. On doit le lire, sans que cela en épuise l’approche, dans un contexte plus large. Cette période est en effet celle où Max Rouquette, comme il ne cessera jamais de le faire par la suite, s’interroge, en écrivain, sur la nature du « style », poétique et narratif, que peuvent alors adopter les nouveaux auteurs occitans dont il est déjà reconnu comme l’un des chefs de file les plus originaux22. Les chroniques « Dins la boca dau poble d’oc » de la revue Terra d’oc, à partir de 1942, le montrent attentif à écouter et à imiter, ce dernier exercice représentant sans doute, au-delà de ses effets les plus immédiats, l’occasion d’approfondir et d’enrichir une écriture. Ce goût du « pastiche » va ainsi bien au-delà de la simple plaisanterie. La virtuosité qu’il révèle accompagne l’émergence d’une voix trouvant ses marques de tous les apports qu’elle sait déchiffrer en profondeur et assimiler avec originalité à son profit. À cet égard, « Lo banh de la luna » est assez exemplaire : en cherchant à se faire passer pour Lorca, Rouquette, parce que dans le même temps il parvient à s’éloigner de son modèle, devient un peu plus lui-même. Ce poème s’inscrit dans la lignée des pièces « lunaires » de l’Andalou et, d’abord, de ce « Romance de la luna, luna » dont Rouquette avait publié une version d’oc à la fin de 194123. Mais il s’agit, en quelque sorte, d’une pièce hybride, où les rythmes, les images et jusqu’au phrasé et aux reprises de mots et de formules du Romancero gitano sont réinterprétés par le poète occitan en fonction de cet univers bien particulier que les enseignements de Pons, notamment, lui avaient auparavant permis de formuler au plus juste. De Lorca lui vient le goût pour des formes et une écriture moins « classiques », à la française, telles que Pons les affectionnait : une poésie à la fois plus laconique, plus ramassée, et cependant plus largement ouverte sur les espaces du monde et du verbe. De telle sorte que le titre même de ce « bain de la lune » apparaît comme riche de sens : « baignée », littéralement, par la poésie de l’Andalou, celle de Rouquette semble en être ressortie vivifiée, et plus libre, car davantage disponible à la force première, simple et crue, d’un verbe neuf et des paysages qui lui correspondent.

  • 24 P. 6-9 de l’édition en volume d’octobre 1942.

19À cet égard, une des pièces des Somnis de la nuoch qui pourrait être considérée comme le plus directement inspirée, dans l’acception la plus forte du terme, par la lecture de Lorca est sans doute « Oblit » (« Oubli24 ») :

  • 25 « Au long de la combe d’Hérault / le vent descend / dans l’argent clair des oliviers / fleuve d’ou (...)

Long de la comba de l’Erau
lo vent davala
dins l’argentumclar dels olius
flume d’oblit25

  • 26 Dans le numéro 45 d’Occitania, p. 3, avec pour seul titre celui de « Pœma ». Le texte, signé simpl (...)

20Ce poème, sous une forme très peu différente (la disposition des strophes 1, 3 et 4, où les premier et troisième vers sont présentés avec un retrait à droite) avait fait l’objet d’une publication en revue dès janvier 193926. En le lisant, on songe immanquablement à la « Balladilla de los tres ríos » (« Petite balade des trois rivières » dans la version française de Darmangeat) où c’est le fleuve Guadalquivir qui paraît occuper la place de l’Hérault dans le poème de Rouquette. Le cours de l’un et de l’autre donne son mouvement au texte, qui devient, de cet élan partagé, traversée d’un paysage et traversée d’une langue par le biais de quelques-uns de ses mots les plus chargés de sens naturel, en écho direct au paysage :

  • 27 « El río Guadalquivir / va entre naranjos y olivos. / Los dos ríos de Granada / bajan de la nieve (...)

Le fleuve Guadalquivir
va parmi oranges et olives
Les deux rivières de Grenade
descendent de la neige au blé 27

  • 28 « ¡ Ay, amor / que se fue e no vino  ! ».

21Quant au quatrième vers du poème occitan, il semble, lui, faire écho au distique servant de refrain au poème castillan (« Hélas, amour / qui s’en fut et ne vint !28 ») et devient ainsi, à son tour, refrain, ou à tout le moins écho, ouvrant et refermant le poème sur le mot qui devait être finalement son titre : « Oblit ».

  • 29 Le thème de ce poème, comme souvent chez Rouquette, répond à celui d’une nouvelle, précisément int (...)
  • 30 « Dauro y Genil, torrecillas / muertas sobre los estanques ».

22On pourrait ajouter que, dans la troisième strophe du poème de Rouquette, évoquant la maison perdue abandonnée par ses derniers occupants29, l’exclamation finale, « o cendre morta », fait elle écho à « Darro (sic) et Genil, tourelles mortes / sur les étangs »30, dans le texte de Lorca traduit par Darmangeat.

23Deux univers bien différents distinguent ces poèmes, qui cependant quelque part se répondent. Et ce sont ces ressemblances, sans doute, qui concourent, mais le paradoxe n’est qu’apparence, à renforcer l’originalité de l’un et de l’autre : s’il s’inscrit dans la filiation de ce qui serait son modèle d’outre Pyrénées, « Oblit » acquiert ainsi son autonomie et sa force particulière, son ton original.

  • 31 P. 34-35.
  • 32 Sans aucun doute à l’instigation de Max Rouquette, qui rend immédiatement après hommage, rappelons (...)
  • 33 Cf. Esteban 1995-2003, 288-289, pour une élucidation de ce titre faisant référence à un genre d’ai (...)

24On peut lire de façon similaire un poème particulièrement significatif de la cette période, la « Cançon de l’aranha », recueilli seulement en 1963 dans La Pietat daumatin31, mais déjà publié dans le no 4 (novembre 1946), de l’Ase negre, sous le titre à peine différent de « Cançon de l’iranha ». Cette évocation de l’araignée dans un texte que l’on peut lire comme un art poétique (Gardy 1996) renvoie bien sûr à la tentation du bestiaire, que Rouquette n’abandonnera jamais tout au long de son existence. Il s’agit, en outre, explicitement, d’une chanson, un genre que l’exemple de Lorca, faisant se rejoindre poésie savante et poésie populaire baignant dans l’oralité, contribuait de façon décisive à légitimer en lui conférant les résonances de la modernité poétique. Mais, plus encore, ce poème faisait écho à au moins une pièce du Cante Jondo, dont la revue Òc avait publié32 à la fin de 1943 la version française de Pierre Darmangeat, « Las seis cuerdas », « Les six cordes ». Troisième pièce de la section intitulée « Graphique de la Petenera33 », ce bref poème (onze vers courts) associe la guitare, personnifiée à travers l’évocation de sa « bouche ronde » (« su boca / redonda »), à l’araignée, la tarentule (« la tarántula »), à laquelle l’instrument de musique est assimilé dans le second mouvement du texte. Il s’agit également ici d’un art poétique, au centre duquel résonne, par l’intermédiaire de l’image du tissage, une interrogation sur le poème, entre musique et mots posés sur la feuille de papier, dans un contexte qui est d’abord celui d’un imaginaire de la perte. Les deux « chansons » disent l’émergence et la ruine du poème, lequel n’existe finalement que de la négation qui constitue sa trame. À quelques dizaines d’années de distance, elles font écho à cette profondeur, à la fois nécessaire et ambiguë, dont naît le chant, incarné en poème, et vers laquelle il retourne, immanquablement. Chez Rouquette

  • 34 « L’araignée du soir / crépuscule et crépuscule, / dans le soir tend son filet, / pour prendre le (...)

L’aranha dau calabrun,
calabrun e calabruna,
cala au vèspre son filat,
per prene lo clar de luna.
Fa de tela
son estela34...

25tandis que chez Lorca, la guitare,

  • 35 Comme la tarentule, / <elle> tisse une grande étoile / pour chasser les soupirs (Darmangeat ; Esteban pr</elle> (...)

[...] como la tarántula
teje una gran estrella
para cazar suspiros35

  • 36 Ballestra-Puech 2006, 210 et suiv.
  • 37 Le poème « Encant », publié dans Marche romane dès 1953 (III, 294 ; le titre n’est pas traduit), e (...)

26Sylvie Ballestra-Puech36 suggère de lire le poème de Lorca dans la continuité de Valéry (Le Cimetière marin) pour ce qui concerne l’image finale (« sa noire / citerne de bois »), et elle renvoie, pour l’« étoile d’araignée », à Max Jacob (« Le coq et la perle » du Cornets à dés). Au-delà de toute une tradition poétique, que l’on fera remonter, avec Sylvie Ballestra-Puech, à Victor Hugo (Ballestra-Puech, 158-159, à propos de la rime toile / étoile), on voit ici se dessiner à nouveau une filiation entre Lorca et Rouquette qui touche, pour l’un et l’autre, à des éléments profonds et fondateurs de leur poésie37.

***

27La « Cançon de l’aranha », comme déjà « Oblit », ou, d’une autre façon, cette inspiration lunaire dont « Lo banh de la luna » peut apparaître comme une manifestation exemplaire, laissent deviner la fécondité d’une imprégnation dont on devine mieux ce qu’elle a pu revêtir d’essentiel. Alors que Max Rouquette se trouvait engagé dans l’aventure de la revue Òc, dans celle de la collection poétique « Messatges », et parallèlement, dans un approfondissement de ces « contes magiques d’Occitanie » dont il voulait contribuer à la vulgarisation, la rencontre avec l’œuvre du poète du Romancero gitano lui est apparue comme une chance collective pour la revivification de l’élan poétique d’oc qu’il appelait de ses vœux. Une chronique publiée dans le numéro de mars 1939 d’Occitania résume bien ce que pouvaient être alors les données d’une telle ambition. Rouquette y énumère, pour en tirer les conséquences, un certain nombre de caractéristiques qui séparent alors, selon lui, l’occitan du français, dans la perspective d’un usage poétique :

  • 38 « Lenga e pœsia », 3. (Coupe et rime sont nécessaires au français. À la langue d’oc, fortement mar (...)

Copa e rima son quicon de necite al francés. A la lenga d’oc, fortamen marcada d’accent, no. L’assonança sufis a sa musica sempre presenta. Veire los trobadors, totes. Es ço memes per tota lenga popùlaria. Subretot en Espanha onte lo « romancè » ten au cor e au sanc del pople.Despiei los reis Maures fins qu’a la guerra de 36-37-38-39 lo romancè vieu. N’avem vist entre las mans de milicians. E de famoses. Aqui demora lo secret d’una poesia que devem estre socitoses de ie gardar una forma coma un esperit d’a fons occitan. Devemtornar a l’estudi del passat poetic occitan e nos virar puleu cap a las lengas sorres qu’a la francimanda38.

  • 39 Dans une lettre à Henri Mouly, datée de Crespin, jeudi saint de 1941, Boudou écrit (je traduis) : (...)
  • 40 Ce n’est certainement pas sans intention particulière que Léon Cordes dédie à Max Rouquette le poè (...)
  • 41 Federico Garcia Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan, per Robèrt Al (...)

28Cet appel, associant le nom et l’œuvre de Federico García Lorca à une redécouverte du passé culturel d’oc et au « génie » particulier de la langue, devait être entendu, en suite, par d’autres. Outre le nom de Bernard Lesfargues, naturellement porté à de telles affinités par son itinéraire commençant d’hispaniste, ceux d’Henri Espieux, de Jean Boudou39, de Léon Cordes40, un peu plus tard de Robert Lafont ou de Robert Allan41, illustrent, parmi d’autres, cette inclination. Notons seulement ici, à propos d’Espieux, que son premier recueil poétique, Telaranha (Toulouse, Institut d’études occitanes, juillet 1949), s’ouvre avec la pièce « Aliscamps », portant en sous-titre : « Ataüt per Federico García Lorca » (« Tombeau... », 4-7). La pièce suivante, « Sobernas » (« Marées », p. 8-9) est dédiée à Bernard Lesfargues ; la pièce no 6, « Mirau » (« Miroir », 16- 17), à Max Rouquette. On peut voir dans ce bref poème (7 heptasyllabes non rimés) un hommage à la manière, entre Pons et Lorca, de l’auteur des Saumes de la nuoch. Quant au titre du recueil, qui est aussi celui du poème no 7 (en français « Arantèle »), il peut être lu comme un écho aux voix mêlées de Lorca et de Rouquette, autour de la figure de la toile d’araignée. En voici la strophe centrale, où l’on croirait retrouver jusqu’au rythme de la « Cançon » rouquettienne :

  • 42 « Et pointe / l’aube claire / qui claroie / dans l’amère / mélancolie / de la rosée / arantèle / e (...)

E poncheja
l’auba clara
que clareja
dins l’amara
languison
de l’eiganha
telaranha
enviscada
dins l’astrada
dau ressòn42

29En ce sens, on ne peut que partager les conclusions auxquelles était parvenu sur ce point Yves Rouquette dans sa présentation de l’enquête menée par la revue Òc en 1962 sur le thème « Folklore et littérature d’oc » :

  • 43 Ives Roqueta 1962, 5. (Plus fécond avait été pour nos lettres l’exemple de Lorca — et celui de Mac (...)

Mai fruchós èra estat per nòstras letras l’exemple de Lorca — e de Machadomai que mai. Perque aquí èra pas question de copiar o d’imitar, ni de far de cançons qu’aguèsson l’èr folkloric, mas si ben de cercar dins son passat tradicional un estil nòu per sa grandor43...

  • 44 Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° 13), juin 1953.
  • 45 Òc, octobre 1953, 39. (La découverte des deux grandes voix interrompues : García Lorca et Antonio (...)
  • 46 « L’aube » (p. 6-7). Ce poème se différencie de celui publié sous le titre « Auba » dans Somnis de (...)
  • 47 « Le tombeau d’Arnaud Daniel » (p. 8-9), déjà publié dans la revue Òc, 1, 1949, 10-11.

30Mais c’est bien, d’abord, dans l’écriture de Max Rouquette que cette rencontre a produit ses premiers, et très remarquables, effets. Certains, tels Robert Lafont, eurent tôt fait, dès le début des années cinquante, de chercher, sinon à minimiser, pour le moins à dépasser l’apport de Lorca (et d’autres tel Machado). Pour Lafont, ainsi, rendant compte du recueil de Pierre Lagarde Espèra del jorn44, si la fin de la guerre fut l’époque de « la descoberta di doas grandi votz rotas : García Lorca e Antonio Machado [...] Ara, l’occitanisme s’alarga, una nòva generacion es aquí [...] A pena nòstra òbra comènça. Doblidèm-nos45 ».Mais le fait est que pour le poète des Somnis, la rencontre avec Lorca (davantage que celle avec l’oeuvre de Machado) représenta quelque chose d’essentiel. Des Somnis dau matin à Somnis de la nuoch, déjà, et, plus encore, avec les poèmes rassemblés dans la partie portant ce titre de La Pietat dau matin, le croisement de la voix de Pons, la plus ancienne, et de celle de Lorca, intervenue plus récemment, contribua puissamment à la maturation d’une écriture poétique à la fois plus ample et plus approfondie. Ce retentissement, dont les effets demeurent à mesurer, s’est poursuivi, pour le moins, jusqu’au grand recueil, tardif déjà (1988), Lo Maucòr de l’unicòrn. Le poème « Lo banh de la luna » y fit sa réapparition, plus de quarante cinq années après sa première publication dans la revue Òc sous la signature contrefaite de Lorca, parmi les pièces placées en tête de l’ouvrage. Il s’y trouve précédé de trois pièces datant des années 1940-1950, absentes elles aussi de La Pietat dau matin, et qui prennent ici, quels qu’aient pu être les principes ayant présidé à la composition du recueil, une valeur particulière. C’est le poème « L’auba46 », de façon symbolique, qui ouvre le livre. Lui succèdent « L’ataüt d’Arnautz Daniel. Sextina47 », qui se présente lui aussi, d’une autre façon, comme un commencement (« l’aube d’une poésie », si l’on veut), et le « Planh per Magalona », déjà mentionné. « Lo banh de la luna » paraît venir terminer cette plongée dans le passé : les pièces suivantes, à partir de « Aquò es la nuòch » (« C’est la nuit »), sans rompre avec celles qui les précèdent, ouvrent un nouveau moment du recueil.

  • 48 « L’argile », 94-101.

31Mais ce passage de poèmes anciens à d’autres sans doute plus récents ne rompt pas davantage le fil rouge constitué depuis la fin des années trente par la référence à la poésie de Lorca. Pour s’en tenir à quelques indices immédiatement décelables et dont l’interprétation ne fait guère de doute, on relève comment, dans le poème « L’argela48 », évoquant le travail de potiers qu’effectuaient des réfugiés espagnols non loin du village natal de Rouquette, Argelliers, hommage est rendu, dans un même mouvement, à Pablo Neruda et à l’auteur du Romancero gitano :

  • 49 « Tu disais : “la arcilla”, / ô toi Neruda, / dont la face / était d’argile pleine / et bien pétri (...)

Disiás « la arcilla »,
tu, Neruda
que ta cara
èra d’argela plena
e plan pastada.
Que levaves sus nautres
aqueles uòlhs
qu’avián vist
las dralhas das Incas
e la nèu salabrosa
e l’èr lèva-l’alen
de las Andas.
Gautas d’argela,
front de pèira
e tos uòlhs de sòmi
qu’avián crosat
los uòlhs ensepelits
de Federico49.

  • 50 « Les ouvriers d’usine d’Aniane, tanneurs et fabricants de verdet ». Ces textes, dédiés à Monique (...)

32De la même façon, Rouquette, dans ce recueil, revendique l’utilisation explicite du genre du « romance » dans un ensemble poétique dont la forme, le contenu et les thèmes sont très proches de ceux de « L’argela » : le « Romance de la grasilha » (« Le romance du gril »), composé d’un premier volet en prose (« Bernagas »), puis du romance proprement dit, ravive le souvenir des « trabalhadors en fabrica d’Aniana, tanaires e verdetaires50 » et de leur « vie affreuse », en un lieu, Bernague, qui n’est plus aujourd’hui que ruines perdues dans « un paysage sauvage et beau, harmonieux et toscan », « sous le chemin d’Aniane à La Boissière ».

  • 51 On en trouvera, établi par Jean-Guilhem Rouquette, l’inventaire en annexe.
  • 52 Òc, nòva tieira, 7, agost de 1980, 16-24 (« Romance de l’assinhat », « Sant Miquel », « Thamar e A (...)
  • 53 Au début de l’année 1988, des correspondances entre l’Institut d’études occitanes et en particulie (...)

33Cet attachement au romance dénote à la fois un écho poétique profond, ineffaçable, et une fidélité, dont témoigne de façon indubitable la volonté, jamais démentie, mais jamais non plus accomplie jusqu’à son terme, de donner une vêture occitane à l’œuvre du poète andalou. Max Rouquette, en effet, semble ne jamais avoir cessé de remettre sur le métier ses traductions des années quarante : il les avait non seulement complétées, mais aussi soigneusement revues, voire refaites, à partir des éditions dans la langue originale le plus souvent. De cette volonté dont on peut juger après coup qu’elle fut pour ainsi dire consubstantielle à l’élaboration de son écriture poétique, gardent la trace, en premier lieu, les manuscrits, largement inédits, qu’il nous a laissés51. En témoignent également les traductions qu’il fit paraître dans Òc au début des années 198052. À cela, il faut ajouter les diverses tentatives alors faites pour que ces traductions soient enfin éditées en volumes53. Toutes ces traductions, peu accessibles aujourd’hui, et, pour beaucoup, demeurées à l’état de manuscrits, demanderaient à être étudiées de près : on y verrait à l’œuvre le traducteur Rouquette et, plus encore, entre fidélités et « trahisons » toujours possibles, comment une écriture, l’occitane en l’occurrence, se nourrit de l’autre, l’espagnole, en un jeu de miroirs complexe qui reste largement à explorer.

Bibliographie

Bibliographie sélective

De Max Rouquette

– Octobre-novembre-décembre 1941. Romancero gitano. « Romance de la luna, luna » ; « La dona enganaira ». Òc, 5-6 (« revirat en lengadocian per Max Roqueta »).

– Estiu 1942. « F. García Lorca. Romance son ambule » (« revirat per Max Roqueta »). Òc, 1-3.

– Automne 1942. « Lo banh de la luna » (signé « F. García-Lorca. Revirat en lengadocian per Max Roqueta »). Òc, 10. Repris dans MU, 16- 19, avec une version française.

– Hiver 1943. [compte rendu de] F. García Lorca, Poèmes du « Cante Jondo » (trad. française de P. Darmangeat). Ed. du Méridien, Rodez [1943]. Òc, p. 21-22.

– Prima de 1944. « Mort d’Antonito el Camborio » (« revirat en lengadocian per Max Roqueta »). Òc, 10-11.

– 1947. Poesias de Santillana, presentadas per Joan Cassou, Peire Darmangeat e Max Roquete [sic]. Tolosa, Institut d’estudis occitans.

– Abril 1950. « Planh per Magalona ». Òc, 4-5. Repris dans MU, 12-15, avec une version française.

– 1956. « Les contes populaires d’Occitanie » [suivi de] « Deux contes populaires d’Occitanie présentés par Max Rouquette. La nuit des quatre temps ; Le cœur mangé ». Marche romane, VI, 3 et 4, 153-161. – 1963. La Pietat dau matin. Toulouse, Institut d’études occitanes (« Messatges », no 32).

– 1980. « L’espace de l’écriture occitane. Dialogue avec Henri Giordan ». Dans Max Rouquette, Vert Paradis, traduit de l’occitan par Alem Surre-García avec la collaboration de Françoise Meyrueis, Paris, Le Chemin vert, 1980, p. 297-318.

– 1987. « Souvenirs ». Dans Christian Camps et Jean-Marie Petit (éditeurs), Actes du colloque international Josep Sebastià Pons. Montpellier, CEO, p. 157-169.

– 1988. Le Tourment de la licorne / Lo Maucòr de l’unicòrn, Marseille, Sud. Titre abrégé : MU.

Manuscrits

Traductions de F. G. Lorca (d’après l’inventaire dressé par Jean- GuilhemRouquette) :

Poema del Cante Jondo : « Endevinalha de la guitarra » ; « Dialòg d’Amargo », « Cançon de la maire d’Amargo ».

Romancero gitano : « Romance de la luna » ; « Preciosa e lo vent » ; « Batesta » ; « Romance somnambul » ; « La monja caraca » ; « La femna infidèla » ; « Romance de la pena negra » ; « Sant Miquel (Granada) » ; « Sant Rafel (Cordoba) » ; « Sant Grabièr (Sevilha) » ; « Arrestament d’Antonio el Camborio sul camin de Sevilha » ; « Mòrt d’Antonio el Camborio » ; « Mòrt d’amor » ; « Romance de l’assignat » ; « Romance de la Garda Civila espanhòla » ; « Martiri de Santa Eulàlia (1. Panorama de Merida ; 2. Lo martiri ; 3. Infèrn e glòria) » ; « Trufariá de Don Pedro cavalcant (Romance de Don Pedro a caval) » ; « Thamar e Amnon ».

Planh per Ignacio Sánchez Mejías.

Divan dau Tamarit.

Des correspondances datant de la fin des années 1980 font état d’une traduction par Max Rouquette du Poema del Cante Jondo.

Contes magiques d’Occitanie. « La montanha negra ». 45 p. sur cahier d’écolier « Jeune France » (collection privée ; on lit au bas de la p. 45 : « Reculhit a Puyvert (Aude), per Maugard de la boca de Mme Maugard Jean »).

Critique

Ballestra-Puech, Sylvie, 2006. Métamorphoses d’Arachné. L’artiste en araignée dans la littérature occidentale. Genève, Droz.

Cariguel, Olivier, 2007. Panorama des revues littéraires sous l’Occupation. Juillet 1940-août 1944. Paris, IMEC.

Esteban, Claude, 1995 ; 2003. « Architectures de l’obscur ». [Préface à] Federico García Lorca, Romancero gitan. Poème du Chant Profond. Texte original et version française par Claude Esteban. Paris, Aubier.

Fraisse, Magali, 1999. « Lecture de Font-de-Guisard comme nouvelle miroir de l’écriture rouquettienne ». Dans Laurent Fauré, Agnès Bessac, Jean- François Courouau, Sarah Leroy (éditeurs), Discours, textualité et production de sens, Université de Montpellier III, p. 231-240.

Gardy, Philippe, 1996. L’écriture occitane contemporaine. Une quête des mots. Paris, L’Harmattan. (p. 137-154 : « Pour un art poétique : la “Cançon de l’aranha” »).

Gardy, Philippe, 2004 [publié en 2005]. « À la recherche d’un “héros occitan” ? Jean de l’Ours dans la littérature d’oc aux xixe et xxe siècles », Lengas revue de sociolinguistique, 56, p. 269-299.

Grau, Pierre, 1987. « Josep Sebastià Pons à Montpellier ».Dans Christian Camps et Jean-Marie Petit (éditeurs), Actes du colloque international Josep Sebastià Pons. Montpellier, CEO, p. 65-77.

Rouquette, Yves, 1962. « Folklòre e literatura d’òc », Òc, 223, genièr-març, p. 1-12.

Rouquette, Yves, 1963. J.S. Pons. Choix de textes, bibliographie, portraits, facsimilés, Paris, Seghers.

Torreilles, Claire, 1994. « Poétique de la fable chez Joseph-Sébastien Pons et Max Rouquette ». Dans Philippe Gardy et François Pic, Max Rouquette. Actes du colloque international de Montpellier, 8 octobre 1993. Montpellier, SFAIEO, 1994, 38-46.

Toti, Yves, s. d. [200 ?]. Òc. « Pèlerin de l’absolu ». Un bout de chemin (1924-1964). Mouans-Sartoux, Éditions de la revue Òc.

Notes

1 Cinq romances gitanes. Texte espagnol et traduction française par Guy Lévis- Mano, Paris, GLM, 1939. Ces deux poèmes y sont intitulés « Romance de la lune, lune » et « L’épouse infidèle ».

2 Ce poème ne figure pas dans le recueil rassemblé par Guy Lévis-Mano. En revanche, il figurait déjà dans celui réuni par Armand Guibert en 1936 (Chansons gitanes, traduites par Mathilde Pomès, Jules Supervielle, Jean Prévost et Armand Guibert, Tunis, Mirages (« Les Cahiers de Barbarie », no 10), 1935. Ce volume a par la suite été reproduit, avec l’ajout d’une seconde préface datée de 1945, dans le livre de Louis Parrot, Federico García Lorca, Paris, Pierre Seghers (« Poètes d’aujourd’hui », no 7), 1959, 91-161. Il faut encore ajouter que l’on trouve dans l’anthologie de Jean Prévost L’amateur de poèmes (Paris, Gallimard, mai 1940) la traduction de deux romances de Lorca, « La femme adultère » et « Le romance de la lune, lune » (p. 85-89), plus celle de deux autres compositions poétiques tirées de Noces de sang (« Berceuse » ; « Menaces de la lune », p. 90-95). Cet ouvrage figure dans la bibliothèque de Max Rouquette, qui avait dû en faire l’achat au moment de sa parution. Cependant, les traductions de Prévost ne semblent pas avoir constitué une source pour le poète occitan.
La totalité du Romancero gitano a bénéficié d’une traduction en français en 1942 : Romancero gitan, traduit par Félix Gattegno, Charlot, Alger, 1942 ; 1945. Une autre version française, due à Paul Verdevoye, vit le jour en juin 1944 (Paris, La Nouvelle Édition). Elle était précédée d’une « Étude sur l’homme et l’œuvre » signée de l’hispaniste et par ailleurs écrivain occitan d’origine audoise Jean Camp (1891-1968). Camp devait plus tard, en compagnie de Max Rouquette, fonder la Section de langue d’oc du PEN Club international. Mais ils se connaissaient bien dès la parution de cette version française du romancero, dont un exemplaire figure toujours dans la bibliothèque de Rouquette. Cet exemplaire porte en dédicace, sous la signature de Camp : « À Max Rouquette en communion avec Lorca et en vive sympathie » (courriel de Jean-Guilhem Rouquette du 3 décembre 2007).

3 Je laisse volontairement de côté une dernière pièce, « Lo banh de la luna », publiée dans la revue Òc à l’automne de 1942, et qui, malgré la mention placée en dessous du texte : « F. García Lorca. (Revirat en lengadocian per Max Roqueta) », n’est pas l’œuvre du poète espagnol, mais de Rouquette lui-même.

4 De façon très significative, ce compte rendu est immédiatement suivi (p. 22-25) d’un autre, que Rouquette consacre à la toute récente publication, par Maurice Bourgeois, du Théâtre de John Millington Synge (Paris, Gallimard, 1942). La traduction de Darmangeat a par la suite été reprise dans les volumes des Poésies de Lorca publiés par les éditions Gallimard (encore aujourd’hui dans la collection « Poésie /Gallimard », dont le deuxième tome donne à lire, à côté des Chansons (1921-1924), traduites par André Belamich, le Poème du Cante Jondo et le Romancero gitan (dans une version de Belamich encore).

5 « Parmi mes livres d’élection, j’ai toujours sous la main, entre le Chant de l’amour et de lamort du cornette Christof Rilke et le Romancero gitano de F. G. Lorca, un précieux petit volume à la couverture sang et or qui a été édité par Poésie 41 : Poésie espagnole. C’est à Pierre Darmangeat que nous devons cette œuvre qui faisait défaut. [...] Un heureux choix de poèmes y est accompagné par des notices qui sont, pour un amoureux de la poésie, un plaisir de choix. Ces notes brèves et limpides jettent un éclairage profond sur les courants et les beautés essentielles de cette poésie, plus voisine de notre cœur et de nos sens que la poésie de Racine ou de Valéry » (trad. P. G.). Cette anthologie due à Pierre Darmangeat, un des animateurs de la revue avec Pierre Seghers, Alain Borne ou Armand Guibert, figure encore aujourd’hui dans la bibliothèque montpelliéraine de Max Rouquette.

6 Henry de Montherlant, Service inutile, Paris, Bernard Grasset, 1935 (rééd., Paris, Gallimard, Folio essais, 2005, 55). Cet article avait paru initialement dans les Nouvelles littéraires en 1929. Il n’y est pas question de Lorca, mais du Cante Jondo en général.

7 On se reportera à Toti, 127 et suivantes, pour tout ce qui concerne l’histoire de la revue Òc pendant cette période. Les échanges de correspondance entre Nelli et Girard d’une part, et Nelli et Rouquette d’autre part, sont nombreux, intenses et très riches pendant cette période qui va de 1940 à 1945 ; Òc y occupe une place majeure.

8 Soit : « Romance somnambule » ; « Graphique de la Petenera : Cloche (Bourdon) » ; « Chemin » ; « Les six cordes » ; « Danse » ; « Mort de la Petenera » ; « Fausset » ; « De Profundis », « Clameur ».

9 L’histoire de Pyrénées, « Cahiers des lettres et des arts » publiés par la librairie Privat tous les deux mois entre juillet-août 1941 et mars-juin 1944, a été esquissée dans un article de Robert Condat (« Une revue toulousaine au temps de Vichy : Pyrénées », Annales du Midi, CIV, 1992, 391-412) et complétée par Olivier Cariguel (Cariguel 2007, p. 338-348). Olivier Cariguel consacre notamment des rubriques, côté « occitan », au Feu (p. 185-189), àMarsyas (p. 251-254) et bien sûr à Òc (p. 290-295).

10 Figurent dans les archives de Max Rouquette au moins dix lettres à lui adressées par Pierre Darmangeat, au cours d’une période qui paraît s’être étendue d’avril 1943 à février 1945 (un certain nombre de ces lettres ne portent pas de date ; seuls quelques recoupements de contenu permettent d’en proposer une).

11 Dans une lettre du 7 septembre 1943, Darmangeat indique à Max Rouquette qu’il va quitter Toulouse pour s’installer à Paris où il vient d’être nommé au lycée Carnot. D’une lettre adressée à Max Rouquette (le 17 février [1945 ?]) : « Lesfargues, qui est un de vos admirateurs et un de mes étudiants à l’Institut hispanique, a lu jeudi chez moi votre poème. C’est un ami de Lesaffre, jeune poète lui-même. Le connaissez-vous ? » Le poème mentionné est le « Planh per Magalona », dont il est assez longuement question dans la même lettre. Il devait être publié dans Òc au début de 1950, avec une dédicace à Pierre Darmangeat, avant de trouver place, beaucoup plus tard, dans Lo Maucòr de l’unicòrn.

12 Le Triton bleu. La jeune poésie occitane, Paris, Imprimerie Jean Chaffiotte, 1946. Les Cahiers du Triton bleu, dont cette anthologie est présentée comme un numéro spécial, furent publiés en cinq livraisons d’avril 1946 à avril 1947. L’occitan y apparaît dès le no 2 (mai 1946) avec « Un poème en langue d’oc de Robert Lafont », intitulé « Remembre dau temps di neblas / Souvenir du temps des brumes », [2-3].

13 C’est-à-dire Synge, Yeats, Sean O’Casey.

14 La revue, qui s’appela au départ Folklore-Aude, devint Folklore dès janvier 1939 (Daniel Fabre (directeur), Un demi-siècle d’ethnologie occitane, autour de la revue Folklore, Carcassonne, Groupe audois de recherche et d’animation ethnographique, 1982 ; voir en particulier la présentation de Daniel Fabre, p. 9-24, qui propose un historique de la revue).

15 François Pic fournit une description détaillée de ces adaptations dramatiques et des textes destinés à les introduire aux pages 123-124 de son « Essai de bibliographie de l’œuvre imprimée et inédite de Max Rouquette » (dans Philippe Gardy et François Pic (éditeurs), Max Rouquette. Actes du colloque international de Montpellier, Montpellier, SFAIEO, 1994. Cet ensemble de manuscrits et de tapuscrits est actuellement conservé dans les collections du CIRDOC (Béziers).

16 Il s’agit de « La montanha roja ». On y lit au bas de la page 45 : « reculhit a Puyvert (Aude) per Maugard de la boca de Mme Maugard Jean ». Ce cahier, de marque « Jeune France », porte de la main de Max Rouquette, en haut de la page de couverture, l’intitulé « Contes magiques d’Occitanie ».

17 Marseille, Cahiers du Sud.

18 Marche romane, VI, 1956, 154. La suite de ce texte (« J’ai la chance d’avoir vécu l’expérience des contes populaires comme le peuple d’oc, pendant des siècles, l’a connue... ») est sans doute la première version, française, de celui donné plus tard, en occitan cette fois, à la revue Òc, en réponse à l’enquête lancée par Yves Rouquette, en 1962, sous le titre « Folklòre e literatura d’òc » (no 223, genièr-març de 1962, 22 et suiv. : « Ai agut lo bòn astre de viure l’experiéncia dels contes populars coma lo pòble d’òc, pendent de sègles, l’a coneguda... ». De la complicité intellectuelle et poétique entre Nelli et Rouquette témoigne par exemple leur intérêt commun pour le conte de Jean de l’Ours, que l’un adapte pour la radio en écho à ses souvenirs d’enfance, tandis que l’autre entreprend à son sujet une méditation qui devait l’occuper tout au long de son existence (voir Gardy 2004).

19 On lira à ce sujet la lecture de la prose « Font de Guisard » proposée par Magali Fraisse (Fraisse 1999) et, plus largement, de la même, les pages consacrées à cette thématique dans sa thèse de doctorat : Verd Paradís par Verd Paradís. Lecture métalinguistique des quatre premiers volumes de l’œuvre en prose de Max Rouquette, université Paul-Valéry, Montpellier III, 2003, et Lille, ANRT, [2008], 9-26.

20 « Les sources sont revenues / des profondeurs de la terre / des cavernes enchantées / où leurs veines se perdent » (« Cançón », p. 14-17).

21 Voir par exemple la notation des Canas de Midàs (s. l., Occitània / Institut d’études occitanes, 1990) à la date du 26 janvier 1984 (p. 160 ; p. 152-153 de la version française, Paris, Les Éditions de Paris, 2000). Et encore, dans Ils sont les bergers des étoiles (Monaco, Anatolia / Le Rocher, 2001, 234-235), où il est notamment question d’ »  appeler [le langage] en vous, de le faire jaillir de l’ombre [...] mais sans y rien perdre de son appartenance à l’univers magique de la terre, de la roche, des eaux souterraines, des gouffres et des Dracs qui n’ont jamais cessé de les hanter ». L’image de la noria, déjà ancienne chez Rouquette, apparaît dans le même ouvrage, à valeur d’autobiographie, à la page 230 : « L’écriture, pour moi, procède de la noria, cette chaîne de godets, si répandue depuis des millénaires jusqu’à la moitié du siècle dernier sur tout le pourtour de la Méditerranée ».

22 Le salut argumenté de Sully-André Peyre dans le no 215 (novembre 1938) de Marsyas est un des signes parmi les plus riches de sens de cette reconnaissance. Les comptes rendus des deux recueils inauguraux de Rouquette, par René Nelli dans Òc (avril-mai-juin 1941, 7-8 ; printemps 1943, 23-24) et par Pierre Darmangeat dans Pyrénées (10, janvier-février 1943, 484-485), sont tout aussi éloquents.

23 On songe aussi aux pièces « lunaires » des Canciones, écrites entre 1921 et 1924 (« Nocturnes de la ventana », « Canciones de luna »).

24 P. 6-9 de l’édition en volume d’octobre 1942.

25 « Au long de la combe d’Hérault / le vent descend / dans l’argent clair des oliviers / fleuve d’oubli ».

26 Dans le numéro 45 d’Occitania, p. 3, avec pour seul titre celui de « Pœma ». Le texte, signé simplement « M. R. », était accompagné d’une « sorneta » en prose, intitulée « La cabra e lo lop » (texte signé « Cantagril », un pseudonyme que Max Rouquette avait déjà utilisé entre 1927 et 1930 dans le journal montpelliérain La Campana de Magalouna). Rouquette était alors rédacteur en chef d’Occitania, un quatre pages format journal dont la direction était assurée par Charles Camproux.

27 « El río Guadalquivir / va entre naranjos y olivos. / Los dos ríos de Granada / bajan de la nieve al trigo ».

28 « ¡ Ay, amor / que se fue e no vino  ! ».

29 Le thème de ce poème, comme souvent chez Rouquette, répond à celui d’une nouvelle, précisément intitulée « Cendre mòrta », où est donnée par le poète ce que l’on peut appeler la version narrative d’une seule et même scène. Cette nouvelle a été publiée pour la première fois en 1950 dans la revue Òc (octobre 1950, 16-21) avant de prendre place, beaucoup plus tard, dans le deuxième volume de Verd Paradís (Toulouse, Institut d’études occitanes, 1974, 31-39). Le poème et le texte en prose ont sans doute été écrits, comme en témoignent leurs dates de première publication, à peu près à la même période.

30 « Dauro y Genil, torrecillas / muertas sobre los estanques ».

31 P. 34-35.

32 Sans aucun doute à l’instigation de Max Rouquette, qui rend immédiatement après hommage, rappelons-le, à la version française du Cante Jondo publiée par Darmangeat.

33 Cf. Esteban 1995-2003, 288-289, pour une élucidation de ce titre faisant référence à un genre d’air populaire andalou.

34 « L’araignée du soir / crépuscule et crépuscule, / dans le soir tend son filet, / pour prendre le clair de lune. / Fait de toile / son étoile... ».

35 Comme la tarentule, / <elle> tisse une grande étoile / pour chasser les soupirs (Darmangeat ; Esteban propose : capturer les soupirs).

36 Ballestra-Puech 2006, 210 et suiv.

37 Le poème « Encant », publié dans Marche romane dès 1953 (III, 294 ; le titre n’est pas traduit), et repris dans La Pietat dau matin sous un nouvel intitulé, « Los savis » (« Les sages »), prolonge les résonances de la « Cançon », en les enrichissant d’échos bibliques : « Una aranha es sa man bruna / sus las còrdas dau matin » (« Une araignée sa main brune / sur les cordes du matin »). Résonances dont on retrouve trace jusque dans Le Livre de Sara, à l’occasion d’une évocation camarguaise de Manitas de Plata renvoyant à la veine gitane originelle : « [...] il ajouta à leur gratitude le chant, sur les cordes, de ses mains d’argent : [...] une araignée, sa main sombre, sur les cordes du matin. » (Le Livre de Sara, Paris, Les Éditions de Paris, 1999, 63 ; la version occitane précise : « Coma lo rei Dàvid »).

38 « Lenga e pœsia », 3. (Coupe et rime sont nécessaires au français. À la langue d’oc, fortement marquée par son accentuation, non. L’assonance suffit à sa musique toujours présente. Voir tous les troubadours. C’est la même chose pour toute langue populaire. Surtout en Espagne, où le romance est attaché au cœur et au sang d’un peuple. Depuis les rois maures jusqu’à la guerre de 1936-1939, le romance est resté vivant. Nous en avons vu entre les mains de miliciens. De fameux. En cela réside le secret d’une poésie à laquelle nous devons avoir le souci de conserver une forme et un esprit totalement occitans. Nous devons revenir à l’étude du passé poétique occitan et nous tourner plutôt vers les langues sœurs que du côté du français).

39 Dans une lettre à Henri Mouly, datée de Crespin, jeudi saint de 1941, Boudou écrit (je traduis) : « Je ne suis pas aussi original que vous le croyez. J’en suis venu au point d’aimer mieux l’espagnol et la poésie espagnole que le français et la poésie française. D’après moi le plus grand poète de là-bas serait Antonio Machado, et j’ai voulu attraper sa manière »... (Letras de Joan Bodon a Enric Moulin, Naucelle, Societat dels Amics de Joan Bodon, 1986, 28-29). La même année, et plus en proximité avec Lorca sans doute, Boudou écrit àMouly (lettre datée de Castanet, le 30 novembre 1941) : « Tant que j’y suis, je vous envoie trois romances à l’espagnole sur “Las vielhòtas”. Ils sont écrits de l’an dernier » (p. 34). D’autres lettres, mentionnées par les éditeurs de cette correspondance (p. 35 par exemple), viennent confirmer l’intérêt que porte alors Boudou à ce genre dans son écriture poétique.

40 Ce n’est certainement pas sans intention particulière que Léon Cordes dédie à Max Rouquette le poème intitulé « Lunas » de son premier recueil publié, Aquarela (Tolosa, IEO, « Messatges », 1946, p. 40-41). Ce poème avait fait l’objet d’une première édition dans un numéro de la revue Òc (hiver 1943, p. 7), celui-là-même où furent publiées les traductions en français, par P. Darmangeat, de deux poèmes de Lorca, et le compte rendu des Poèmes du Cante Jondo traduits par le même Darmangeat, sous la plume de Rouquette.

41 Federico Garcia Lorca (1898-1936). Poèmas causits revirats dau castilhan en occitan, per Robèrt Allan e illustrats per Miquèu Barjòu, Vedena, Comptador Generau dau Libre Occitan, 1976.

42 « Et pointe / l’aube claire / qui claroie / dans l’amère / mélancolie / de la rosée / arantèle / engluée / dans le destin / de l’écho ».

43 Ives Roqueta 1962, 5. (Plus fécond avait été pour nos lettres l’exemple de Lorca — et celui de Machado surtout. Parce qu’il n’était pas question en cela de copier ou d’imiter, ni de faire des chansons qui eussent l’air folklorique, mais bien de chercher dans son passé traditionnel un style neuf au service de sa propre grandeur...)

44 Toulouse, Institut d’études occitanes (coll. « Messatges », n° 13), juin 1953.

45 Òc, octobre 1953, 39. (La découverte des deux grandes voix interrompues : García Lorca et Antonio Machado [...] Maintenant, l’occitanisme s’élargit, une génération nouvelle est là [...] Notre œuvre commence à peine. Oublions-nous). Le recueil de Pierre Lagarde, quoique très marqué par la poésie de Lorca, ne contient aucune allusion directe au poète du Romancero gitano. En revanche il comporte, en son centre, une pièce intitulée « Cavalets de fusta » (« Chevaux de bois ») dont le sous-titre indique : « Ataüt per Antonio Machado » (« Tombeau pour Antonio Machado », 20-23).

46 « L’aube » (p. 6-7). Ce poème se différencie de celui publié sous le titre « Auba » dans Somnis de la nuoch (p. 8-11) et auparavant dans le no 44 (décembre 1938) d’Occitania (p. 2).

47 « Le tombeau d’Arnaud Daniel » (p. 8-9), déjà publié dans la revue Òc, 1, 1949, 10-11.

48 « L’argile », 94-101.

49 « Tu disais : “la arcilla”, / ô toi Neruda, / dont la face / était d’argile pleine / et bien pétrie. // Qui levais sur nous / ces yeux / qui avaient vu / les chemin des Incas / et la neige savoureuse / et l’air irrespirable / des Andes. // Joues d’argile / front de pierre / et tes yeux de songe / qui croisèrent les yeux ensevelis / de Lorca. » J’ai corrigé en « disiás », conformément à la version française, le « disiatz » que l’on peut lire en tête de ce passage.

50 « Les ouvriers d’usine d’Aniane, tanneurs et fabricants de verdet ». Ces textes, dédiés à Monique Bernat, se trouvent aux pages 106-117 du recueil. Ils avaient fait l’objet d’une première publication, en occitan seulement, dans la revue Òc, nouvelle série no 12, décembre 1981, 17-22.

51 On en trouvera, établi par Jean-Guilhem Rouquette, l’inventaire en annexe.

52 Òc, nòva tieira, 7, agost de 1980, 16-24 (« Romance de l’assinhat », « Sant Miquel », « Thamar e Amnon »). Ces trois poèmes appartiennent au Romancero gitano (« San Miguel (Granada) » ; « Romance del emplazado » ; « Thamar y Amnón »). Ces trois textes se retrouvent dans les manuscrits inventoriés par Jean-Guilhem Rouquette.

53 Au début de l’année 1988, des correspondances entre l’Institut d’études occitanes et en particulier Jean-Marie Petit font état d’éditions possibles des traductions par Rouquette du Pœma del Cante Jondo, du Romancero gitano et du Diván del Tamarit (communication écrite de Jean-Guilhem Rouquette, courriel du 24 octobre 2007). Max Rouquette avait consulté au sujet de ces traductions, à peu près à la même période (fin des années 1980 ou début des années 1990), le poète, traducteur du castillan et du catalan et éditeur (Fédérop) Bernard Lesfargues (lettre de Bernard Lesfargues à Philippe Gardy du 11 octobre 2007).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540