Version classiqueVersion mobile

Un temps pour tout

 | 
Marie Blaise
, 
Anita Gonzalez-Raymond

Première partie — Autorités et pouvoirs

Auguste : crise et mutation de l’autorité à Rome

Béatrice Bakhouche

Texte intégral

1L’année 2014 a été marquée par la commémoration du deuxième millénaire de la mort d’Auguste, le premier empereur romain, et nombre d’expositions se sont attachées à retracer toutes les facettes d’un princeps qui a durablement modifié les contours de la respublica Romana.

2Parler de mutation de l’autorité à propos du pouvoir d’Auguste relève du truisme : nul ne conteste qu’Octave-Auguste a signé définitivement l’arrêt de mort d’une République — moribonde assurément — en instituant, de façon tout à fait légale et surtout irréversible, un pouvoir personnel d’un genre nouveau. Certes la personnalité de cet homme capable, tout jeune encore, d’un tel coup de force a fait l’objet de multiples études, de même que la nouvelle norme politique ou les changements religieux qui l’accompagnent.

  • 1 Res gestae diui Augusti, Berlin 1865, 1883.

3Il est vrai que nous avons la chance unique d’avoir conservé le témoignage même de l’intéressé dans ses Res gestae. C’est bien ce texte qui est régulièrement convoqué pour défendre les différentes thèses sur la nature des nouveaux pouvoirs du prince. Et, dans ce que l’on peut considérer comme le testament politique du premier empereur de Rome, c’est le chapitre 34 qui a fait couler beaucoup d’encre et sur lequel nous reviendrons. Auguste donne lui-même toutes les précisions souhaitables, et pourtant les fondements juridiques et politiques du nouvel ordre instauré en 27 font débat depuis Mommsen1.

4Il ne s’agit naturellement pas ici d’essayer de définir, après bien d’autres, les contours institutionnels de la nouvelle autorité, mais d’insister sur la nouvelle image du chef et sur les nouvelles modalités du croire qui y sont liées.

1 Un problème d’auctoritas

5Quand, en 44 av. notre ère, César est assassiné, son héritage politique est revendiqué par trois hommes : Marc-Antoine — fidèle lieutenant du dictateur —, Lépide — son maître de cavalerie — et le jeune Octave — son fils adoptif tout juste âgé de 18 ans. En terme d’auctoritas, c’est naturellement ce dernier qui en a le moins.

  • 2 L’augure, dans la religion romaine, est le membre du collège de prêtres qui prédit l’avenir par l’o (...)

6Qu’est-ce que l’auctoritas ? Indépendamment des termes de prestige qui s’attachent à telle ou telle fonction — comme la maiestas ou la laus —, l’auctoritas désigne la capacité à favoriser la réalisation des entreprises ; l’auctor est donc le garant de cette réalisation. Fondamentalement liée à la fonction d’augure2, c’est une aptitude à faire advenir ce qui n’existe pas, à faire que ce qui n’existe pas existe. Il y a donc quelque chose de surnaturel dans ce terme indissolublement lié à l’auspicium, c’est-à-dire à l’aptitude à prédire l’avenir par le vol des oiseaux (mode de divination intrinsèquement romain).

  • 3 Pour cette définition de l’auctoritas, voir Jean-François Thomas, « Le prestige politique à Rome : (...)

7Par extension, le terme d’auctoritas s’applique à des personnes qui font « bouger » les choses par ce qu’elles sont, et exprime l’adhésion confiante à l’ascendant d’une personne3. C’est ainsi que Cicéron, dans le Pro Balbo, après avoir rappelé les qualités intrinsèques de Pompée, ajoute :

[...] Quid dicam de auctoritate ? quae tanta est quanta in his tantis uirtutibus ac laudibus esse debet. Cui senatus populusque Romanus amplissimae dignitatis praemia dedit non postulanti [...].
[...] Que dirai-je de son autorité ? Elle est aussi grande qu’elle doit être avec de telles vertus et de tels mérites. À cet homme, alors qu’il ne le demandait pas, le sénat et le peuple romain ont accordé pour récompense les honneurs les plus considérables [...]. (10)

8Ce qui est récompensé ici c’est un exercice du commandement reconnu pour son efficacité et pour une « autorité » qui repose non seulement sur les fonctions mais sur les capacités personnelles d’intégrité et d’honnêteté soucieuses de respecter les cadres juridiques. L’auctoritas désigne donc l’association d’une capacité à commander et d’un ascendant individuel qui sont incontestables, ce que l’on pourrait exprimer par le terme de « charisme ».

  • 4 Voir Joseph Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la Répu (...)

9Le mot offre en outre un emploi très marqué pour la nobilitas sénatoriale dont l’ascendant reconnu — l’auctoritas — fonde la tutelle que le sénat exerce à la fois sur les magistrats et sur le peuple4. Or Octave, s’il se rapproche de la nobilitas après son « adoption » par son grand-oncle César, appartient à une ancienne et riche famille certes, mais de rang équestre, la gens plébéienne des Octauii.

  • 5 C’est la croyance dans l’idée que les choses d’en haut influencent celles d’en bas

10Comment s’y prend le jeune homme pour vaincre ce double handicap — celui de la naissance et celui de l’expérience ? en exploitant les prédictions astrales. Rappelons que les Anciens connaissaient le ciel beaucoup mieux que nous, et que l’astrologie s’inscrit « tout naturellement », dirais-je, dans la théorie stoïcienne de la « sympathie universelle »5, largement répandue à Rome.

2 L’accroissement de l’auctoritas par la puissance des astres

  • 6 Hist. Nat. II, 93, trad. Jean Beaujeu (Paris 1951), et voir son commentaire p. 179 et n. 6.
  • 7 Cf. Stefan Weinstock, Divus Julius, Oxford 1971, p. 369-370.
  • 8 Cf. Horace Od. I, 12, 46-48 ; Virgile Buc. IX, 46-49, Én. VIII, 681 (et Servius ad loc.) ; Properce (...)
  • 9 Cf. Res Gestae, éd. Jean Gagé, « Le calendrier d’Auguste », p. 174-175.
  • 10 Cf. Kenneth Scott, « The sidus Iulium and the Apotheosis of Caesar », Classical Philology 36, 1941, (...)

11La première des manifestations astrales est l’apparition d’une comète, dans le ciel de Rome, au moment des jeux funèbres donnés par Octave à la mémoire de son père adoptif. La critique s’est interrogée sur la datation de ces jeux. S’agit-il des jeux en l’honneur de Vénus Genitrix, comme le spécifie Pline6, jeux qui, institués par César lui-même en septembre 46, étaient célébrés en septembre ? ou bien s’agit-il des ludi Apollinares qui se sont déroulés aux nones de juillet 44, comme le pense St. Weinstock7 ? De fait, bien que les allusions à cette apparition soient assez nombreuses chez les témoins latins8, seul Pline situe l’événement en rapport avec une fête précise et donc avec une date déterminée. Pour J. Beaujeu, l’astre serait apparu le 23 septembre, date initiale de la fête. Mais ces jeux étaient devenus les ludi Victoriae Caesaris, et avaient été transportés du mois de septembre, date initiale de la fête, aux 20-30 juillet9. C’est très certainement entre ces deux dates de juillet que la comète aurait été visible dans la partie septentrionale du ciel romain10.

12Toujours est-il que, comme le rappelle Pline de façon lapidaire mais saisissante, l’apparition d’une comète était toujours considérée de mauvais augure :

  • 11 Hist. Nat. II, 92.

Terrificum magna ex parte sidus atque non leuiter piatum.
Ce sont des astres qui en général sèment la terreur et ne cèdent pas à des expiations légères11.

13Il vaut la peine de relire tout le passage que Pline consacre ensuite à ce que nous appelons le sidus Iulium :

  • 12 Hist. Nat. II, 93-94 ; cf. de même Plutarque, Cés., 69, 4.

Cometes in uno totius orbis loco colitur in templo Romae, admodum faustus Diuo Augusto iudicatus ab ipso, qui incipiente eo apparuit ludis, quos faciebat Veneri Gentrici non multo post obitum patris Caesaris in collegio ab eo instituto. Namque his uerbis in <publicum> gaudium prodidit : « Ipsis ludorum meorum diebus sidus crinitum per septem dies in regione caeli sub septemtrionibus est conspectum ; id oriebatur circa undecimam horam diei clarumque et omnibus e terris conspicuum fuit. Eo sidere significari uulgus credidit Caesaris animam inter deorum inmortalium numina receptam, quo nomine id insigne simulacro capitis eius, quod mox in foro consecrauimus, adiectum est ». Haec ille in publicum ; interiore gaudio sibi illum natum seque in eo nasci interpretatus est.
Le seul lieu du monde où une comète soit l’objet d’un culte est un temple de Rome : cette comète, que le divin Auguste a jugée de si bon augure pour lui, apparut au début de sa vie publique, lors des jeux qu’il célébrait en l’honneur de Vénus Génitrix, peu après la mort de son père César, au sein du collège fondé par ce dernier. Voici en quels termes il relata la chose pour la joie publique : « Au cours de la célébration de mes jeux, une comète fut visible durant sept jours, dans la région septentrionale du ciel. Apparue vers la onzième heure du jour, elle était éclatante et visible de toutes les parties de la Terre. Cet astre annonçait, suivant la croyance générale, que l’âme de César était reçue au nombre des puissances divines immortelles ; et à ce titre une comète fut ajoutée au buste de César que nous consacrâmes peu de temps après sur le forum ». Ainsi s’exprima-t-il à l’usage du public ; en secret il se réjouissait d’une autre interprétation : la comète était née pour lui et c’est lui qui naissait en elle ; et, à parler vrai, ce fut un bonheur pour la terre12.

  • 13 Voir André Oltramare, « La réaction cicéronienne et les débuts du principat », Revue des Études Lat (...)

14Ce long passage de Pline est remarquable autant par le témoignage d’Octave lui-même — objectif et subjectif à la fois — que par l’allusion au culte que l’on a rendu désormais à cette comète à Rome. C’est dire l’importance d’une telle apparition. L’omen négatif traditionnellement attaché à l’apparition d’une comète est ici totalement subverti par Octave qui l’interprète comme le signe visible de l’apothéose astrale de l’âme de César, ce qui n’était pas une incongruité. Le jeune homme associait aux croyances dans l’astrologie la foi dans l’immortalité céleste promise par les pythagoriciens aux hommes éminents. Ces idées étaient largement répandues dans les milieux lettrés : c’est ainsi que Cicéron, dans le Songe de Scipion, au livre VI de la République, met en scène le jeune Scipion Emilien qui, admis, le temps d’un songe, dans l’espace d’immortalité que représente la Voie lactée, y retrouve son père et son grand-père : l’un et l’autre en effet ont reçu cet honneur posthume pour avoir bien mérité de l’État. Or il est très vraisemblable qu’Octave a bien connu ce texte de l’Arpinate13. Le poète Manilius lui aussi, qui a écrit son long poème astrologique — les Astronomica — sous Auguste, associe explicitement la Voie lactée au séjour des bienheureux, dans la dernière des hypothèses qu’il formule sur l’origine de cette galaxie présentée par le poète comme un des cercles de la sphère cosmique :

  • 14 Astr. I, 759-761, trad. Josette Henriette Abry, « Science et mythe : la Voie lactée et les origines (...)

An fortes animae dignataque nomina caelo
corporibus resoluta suis terraeque remissa
huc migrant ex orbe suumque habitantia caelum
aetherios uiuunt annos mundoque fruuntur ?

Ou encore les âmes d’élite, les gloires qui ont mérité le ciel, une fois déliées de leurs corps confiés à la terre, se rendent-elles là au sortir de notre globe et, habitant le ciel, leur domaine propre, vivent-elles des années célestes dans la jouissance de l’univers14 ?

15La place du passage pour clore le long développement étiologique n’est naturellement pas indifférente. Ce sont là des idées chères aux intellectuels, et c’est certainement Octave lui-même qui, s’il n’a pas fait accréditer cette croyance déjà bien reçue à Rome, l’a du moins exploitée dans un sens politique, d’autant que le sidus Iulium est visible dans la partie septentrionale du ciel, nous l’avons dit, là où s’étend précisément la Voie lactée.

  • 15 Cf. Karl Galinsky, Augustan Culture, Princeton 1996, p. 17-18 (et la reproduction d’un denier d’Oct (...)

16Du reste Octave n’a pas manqué de donner crédit à sa propre interprétation en affublant aussitôt d’une étoile la statue de César et en arborant lui-même, sur son bouclier, un astre à six rayons ; l’étoile figurera également sur des monnaies dès 3615. Il s’agit pour lui de souligner à la fois sa filiation césarienne et la protection des dieux sidéraux. La légitimité recherchée par l’héritier reçoit donc l’aide, sans doute inattendue mais rapidement exploitée, d’une apparition astrale : ce sont désormais les dieux astraux qui dictent leur loi de manière irréfutable et incontestable.

17C’est également à partir de là que Caesar est devenu Diuus Caesar, le « divin César » et ce nouveau statut ontologique rejaillit également sur celui de son fils adoptif ! Le fils d’un diuus a hérité lui-même d’une incontestable part de « divinité ».

18D’ailleurs, l’idée de « naissance », qui est évoquée dans les commentaires d’Auguste rapportés par Pline pourrait nous amener à interroger la configuration astrale du ciel romain au moment de l’apparition de la comète. Qu’il suffise ici de souligner que, comme le Soleil est, au couchant, dans le Cancer, ce sont les premiers degrés du Capricorne qui se lèvent.

  • 16 orphyre, Antr. nymph. 22 ; cf. Béatrice Bakhouche, L’astrologie à Rome, op. cit., p. 124-128.
  • 17 Cf. Macrobe, In Somn. I, 12 ; Proclus, In Rem pub. 2, p. 128 Kroll.

19Or, si l’on a vu l’importance de la Voie lactée comme lieu d’immortalité, cette dimension eschatologique liée aux astres sera complétée par une théorie dont nous ne trouvons l’exposé le plus complet qu’au iiie siècle, dans L’Antre des Nymphes de Prophyre16. Il s’agit de la théorie selon laquelle les âmes descendent du ciel pour s’incarner et remontent, après la mort du corps, à travers les signes tropiques du Cancer et du Capricorne : ce système d’anabase et de catabase de l’âme sera amplement développé dans des textes tardifs17, et, dans ce cadre, le Capricorne est la porte du ciel par laquelle les âmes font leur ascension vers l’éther divin. Une telle mise en scène s’inscrit dans la même tradition platonico-pythagoricienne que celle du Songe de Scipion de Cicéron, dont un des pans concerne la migration des âmes ; originellement du reste, toute cette exégèse se greffe sur le texte même du Timée de Platon, bien connu des intellectuels romains. Il est donc possible que, même sans témoin littéraire à l’époque augustéenne, la valeur du Capricorne comme voie de passage de l’état humain à l’état divin ait été connue des milieux intellectuels. Du reste, dans la traduction-adaptation des Phénomènes d’Aratos que Germanicus rédige entre 14 (année de la mort d’Auguste) et 19, le Capricorne est présenté comme le signe psychopompe du prince défunt dans ce cadre d’immortalité astrale :

  • 18 Phén. 558-560, éd. André Le Boeuffle, Paris 1975, cf. note p. 69-70.

Hic [sc. Capricornus], Auguste, tuum genitali corpore numen
attonitas inter gentis patriamque pauentem
in caelum tulit et maternis reddidit astris.
C’est lui [le Capricorne], Auguste, qui, dans la consternation générale et la frayeur de ta patrie, porta au ciel et rendit aux astres maternels ton âme divine qui avait pris corps sous ton signe18.

  • 19 Fast. I, 589 ; c’est la date retenue par Karl Galinsky, Augustan Culture, op. cit., p. 80.
  • 20 Cf. Jean-Michel Roddaz, « La métamorphose : d’Octavien à Auguste », art. cit., p. 402, n. 41.
  • 21 Cf. Censorinus 21, 8 : a.d. XVI K. Febr. Imp. Caesar diui f. sententia L. Munati Planci a senatu ce (...)

20C’est encore sous le signe du Capricorne — que ce soit aux ides de janvier selon Ovide19, le 15 selon le Feriale de Cumes20, ou plutôt le 16 selon les autres témoignages21 — que le titre d’Auguste est attribué très solennellement à Octave qui consacrera à l’événement tout le chapitre 34 des Res Gestae :

  • 22 Res Gestae 34, 1-2, trad. John Scheid ; cf. également éd. Peter Atsbury Brunt & John Michael Moore, (...)

In consulatu sexto et septimo, postqua[m b]el[la ciuil]ia exstinxeram, per consensum uniuersorum [po]tens re[ru]m omn[n]ium rem publicam ex mea potestate in senat[us populi]que R[om]ani [a]rbitrium transtuli. Quo pro merito meo senat[us] consulto August[us appel]latus sum et laureis postes aedium mearum u[estiti] publ[ice coronaq]ue ciuica super ianuam meam fixa est, [et clu]peus [aureu]s in [c]uria Iulia positus, quem mihi senatum po[pulumq]ue Rom[anu]m dare uirtutis clement[iaequ]e iustitiae et pieta[tis cau]sa testatu[m] est pe[r e]ius clupei [inscription]em. Post id tem[pus a]uctoritate [omnibus praestiti, potest]atis au[tem n]ihilo ampliu[s habu]i quam cet[eri, qui m]ihi quoque in mag[is]tra[t]u conlegae f[uerunt].
Pendant mon sixième [28 av. J.-C.] et mon septième [27 av. J.-C.] consulat, après avoir éteint les guerres civiles, étant en possession du pouvoir absolu avec le consentement universel, je transférai la république de mon pouvoir dans la libre disposition du Sénat et du Peuple romain. Pour ce mérite, je fus appelé Auguste par sénatus-consulte, les montants de la porte de ma maison furent revêtus sur ordre public de laurier, une couronne civique fut fixée au-dessus de la porte de ma maison, et dans la Curie fut accroché un bouclier d’or, que le Sénat et le Peuple romain m’offraient en raison de ma vaillance, de ma clémence, de ma justice et de ma piété, ainsi que l’inscription figurant sur le bouclier l’atteste. Depuis ce temps, je l’emportais sur tous en autorité, mais je n’avais pas plus de pouvoir que tous ceux qui ont été mes collègues dans toutes les magistratures22.

  • 23 Cf. Aug. c. 26.

21Dans ce passage, l’un des plus commentés de la littérature latine, l’insistance avec laquelle le prince rappelle les circonstances de l’attribution d’un titre novi generis, « d’un genre nouveau » comme le qualifiera Suétone23, traduit l’importance qu’Auguste accordait lui-même à ce surnom, en même temps qu’il oppose, d’une façon magistralement orchestrée, la potestas à l’auctoritas. Qu’il nous suffise pour l’heure de suggérer, vu la façon dont Octave s’est toujours comporté, qu’il a également contrôlé une telle démarche sénatoriale.

22Suétone donne plus de détails de ce moment historique :

  • 24 Aug. c. 7, 4.

[...] Gai Caesaris et deinde Augusti cognomen assumpsit, alterum testamento maioris auunculi, alterum Munati Planci sententia, cum, quibusdam censentibus Romulum appellari oportere quasi et ipsum conditorem urbis, praeualuisset ut Augustus potius uocaretur [...].
[...] Il prit (le nom) de Gaius César, puis le surnom d’Auguste, le premier, en raison du testament de son grand-oncle, le second, sur la motion de Munatius Plancus [...]24.

  • 25 Sur ce personnage, cf. RE XVI.1, no 30, col. 545-551 ; Élizabeth Deniaux, Clientèle et pouvoir à l’ (...)

23Qui est Munatius Plancus ? Un ancien césarien qui, après avoir pactisé avec Brutus, rejoint le camp d’Antoine mais déserte avant la bataille d’Actium pour se rallier à Octave25. Il est peu probable que l’initiative d’attribuer un tel cognomen, unique dans l’histoire de Rome, vienne de lui ; il serait plus vraisemblable de penser que sa démarche auprès du sénat lui a été suggérée. A-t-elle été téléguidée par Octave lui-même... et ledit Munatius Plancus en aurait-il été récompensé quelques années après en obtenant la censure ? Peut-être.

24Sur le plan astrologique, qu’il suffise ici de noter qu’au fil de cette journée de janvier, le Capricorne occupe tous les « centres » du cercle de géniture et Saturne ses points diamétralement opposés : au lever du Soleil, le Capricorne est à l’Horoscope et Saturne au Couchant ; à midi, le Capricorne est au Milieu du Ciel (MC) et Saturne au Fond du Ciel (IMC) ; au coucher du Soleil, le Capricorne est au Couchant et Saturne au Levant. Bref, le Capricorne et Saturne entretiennent ce jour-là des rapports privilégiés.

25Remarquons en outre que le biographe Suétone associe les deux titres — celui qui rattache Octave au Diuus Caesar et celui d’Augustus —, ce qui peut valider également le rapprochement des dates étudiées...

  • 26 Cf. Res Gestae p. 158-159.
  • 27 Voir Béatrice Bakhouche, « Auguste ou la royauté revisitée », in Pouvoir des hommes, pouvoir des mo (...)

26Dans un tel contexte, et compte tenu du goût bien connu du prince pour l’astrologie, on peut se demander avec vraisemblance si le choix de la date de janvier n’a pas été premier, si ce choix n’a pas été guidé par des considérations astronomico-astrologiques, à la fois par la symbolique du Capricorne et par l’état du ciel ce jour-là. Là dessus je suivrais volontiers J. Gagé26 qui associe à cette consécration politique le choix du signe zodiacal. Mais j’irais plus loin en associant l’état du ciel le 16 janvier 27 à celui du 20 juillet 44 et même à celui du 23 septembre 63, puisqu’à ces dates et aux heures explicitement précisées, le Capricorne se trouvait déjà à un point cardinal du cercle de géniture. Il y aurait donc l’exploitation, en 27, de certaines données astrales antérieures. Dès lors, Octave aurait choisi délibérément la date du 16 janvier pour se faire attribuer le titre d’Augustus27.

3 Auctoritas et mutation du croire

27Rappelons que la religion romaine n’a rien à voir avec une quelconque spiritualité qui, elle, est plutôt liée à la philosophie. La religion, à Rome, est une praxis, se réduit à une pratique, un ensemble de rites. Parler de « mutation du croire » suppose qu’il s’agit moins de « religion » au plein sens du terme que de croyances teintées de spiritualité.

3.1 Influence des idées philosophiques

28Les éléments constitutifs de la mutation du pouvoir sont intrinsèquement liés à ceux d’un nouveau croire. Le terme même d’auctoritas, on l’a dit, associé au terme religieux d’augur, connote déjà religieusement le titre du premier princeps de Rome, qui aime du reste à se présenter en haruspice, le lituus à la main.

29Les croyances platonico-pythagoriciennes dont avait déjà fait état Cicéron (Rép. VI) constituent un ancrage philosophique d’où émerge une certaine spiritualité. L’importance de cette dimension ne cessera de croître dans l’Empire, tout comme les croyances astrologiques qui « rationalisent », d’une certaine façon, l’influence des dieux sur terre — ce qui révèle au demeurant la porosité entre les différentes théories philosophiques — platonicienne et stoïcienne en l’occurrence.

30Comme pour l’autorité politique, Auguste a subverti l’autorité religieuse, car, en se posant en restaurateur des anciennes valeurs religieuses, il en a accéléré en réalité la disparition ou la dissolution dans le culte rendu au prince. Ainsi du temple d’Apollon élevé à partir de 36 av. notre ère sur une partie de la nouvelle maison du prince et dédié le 9 octobre 28, jour de la fête en l’honneur de Venus Victrix, la Vénus victorieuse.

31Figure complexe, ce dieu apparaît selon Nigidius Figulus, Étrusque pythagorisant contemporain de César, comme le dieu bifrons (« qui a deux fronts, deux visages ») qui concentre en lui la thématique du passage, par la porte que l’on franchit, et la philosophie religieuse du temps, par la porte que l’on ouvre. Cette interprétation « nigidienne » permet de comprendre que c’est en double de Janus (qui a donné « janvier », le mois qui ouvre l’année) qu’Apollon est le « dieu » qui ouvre les temps nouveaux. L’assimilation avec Auguste lui-même n’est pas loin.

32À l’époque qui nous intéresse, le miracle d’Actium permet à Auguste de consacrer la prééminence de son dieu tutélaire Apollon, en lui dédiant solennellement un temple sur le mont Palatin. Or un détail dans la conception de l’édifice et la date d’inauguration suffisent à montrer que le culte voué au fils de Zeus et de Létô s’infléchit dans un sens nettement héliolâtrique : la décoration du faîte représente en effet l’attelage du Soleil fixé au sommet de l’édifice, comme en témoigne Properce :

[...] Tum medium claro surgebat marmore templum,
et patria Phoebo carius Otygia ;
in quo Solis erat supra fastigia currus
[...],
[...] Puis, au milieu, debout dans son marbre éclatant,
Le temple que Phébus préfère à l’Ortygie
Qui lui donna naissance.
Sur le faîte, c’était le Soleil et son char [...]. (Él. II, 31, 9-11)

33La symbolique de cette nouvelle figure solaire est donc officiellement reconnue et prendra de plus en plus d’importance. Si l’on se souvient qu’Auguste est né le 23 septembre, soit le 9e jour avant les calendes d’octobre, on peut noter que le natalis du temple (son jour anniversaire) est son symétrique : le 9e jour après les calendes. Et les deux dates sont situées sous la Balance qui aurait, entre autres, présidé à la fondation de Rome ; c’est donc un signe particulièrement impliqué dans le devenir de l’Empire.

3.2 Un nouveau maître des temps

34Maître des temps, le premier prince de Rome le devient en instituant une ère nouvelle qui commence en janvier 27, si l’on en croit encore le témoignage de Censorinus qui se plaît à compter l’année dans laquelle il écrit selon différentes ères :

  • 28 De die natali c. 21, 6-8, trad. Guillaume Rocca-Serra, Paris 1980. Cf. Jean Gagé, Res Gestae, p. 15 (...)

Hic annus [...] a Roma condita nongentensimus nonagensimus primus [...] ; eorum uero annorum quibus Iulianis nomen est ducentensimus octogensimus tertius [...] ; at eorum qui uocantur Augustorum ducentensimus sexagensimus quintus, perinde ex die Kal. O-Ianuariarium...
L’année où nous sommes (i.e. l’année 238) [...], à partir de la fondation de Rome, c’est la 991e année [...] ; en années juliennes, c’est la 283e [...] ; en années augustéennes, c’est la 265e à partir des calendes de janvier28...

  • 29 Pour Jean Gagé (Res Gestae, p. 159 n. 2), c’est la date du 16 janvier 27 qui aurait servi de point (...)
  • 30 Res Gestae, p. 159.

35Qu’une nouvelle ère ait été instituée — par le prince même ou par d’autres que lui — n’est certainement pas neutre : s’inscrit ainsi dans le comput des années la radicale nouveauté du pouvoir augustéen29. Le calendrier républicain ou Fastes scandait à l’attention des magistrats, des prêtres et des citoyens l’ordre — et la nature — des jours, au fil des mois de l’année. Les fêtes publiques qui y sont énumérées ont été instituées « pour les dieux ». César, déjà, avait fait commémorer, par décret du sénat en 45, les anniversaires des plus grandes de ses victoires, en modifiant la nature originelle du calendrier par des fêtes « pour les hommes ». Cette tendance est très fortement accentuée par Octave-Auguste qui fait ajouter une trentaine de fêtes nouvelles, entre 36 av. J.-C. et la date de sa mort : les éphémérides du nouveau régime célèbrent des événements domestiques — anniversaires de naissance, victoires et triomphes, inauguration de temples, investitures de noms et de titres... Dans le calendrier augustéen, les anniversaires sont particulièrement nombreux au mois de janvier, autour précisément du 16, jour que J. Gagé n’hésite pas à définir comme « une des dates vraiment cardinales du régime30 ». Les fastes deviennent ainsi un authentique outil de propagande, comme en témoigne l’initiative du poète Ovide de chanter, dans son poème inachevé des Fastes, à la fois les rites anciens et les fêtes en l’honneur de la domus Augusta. C’est la première — et la seule fois de l’histoire romaine — que le calendrier trouve ainsi une expression littéraire.

36Du reste, les mesures prises par Octave pour asseoir l’apothéose astrale de son père adoptif — celui de diuus — se lisent dans l’institution d’un culte en son honneur et d’un temple. C’est encore la première fois qu’un mortel reçoit des honneurs divins.

37De même, après la mort d’Auguste, sa veuve et son successeur Tibère feront ériger à Rome un « temple d’Auguste » en l’honneur de ce nouveau diuus, de ce nouveau dieu.

38Bref, ce qui aurait été impensable cinquante ans auparavant est alors accepté sans faire sourciller la population romaine.

39La mutation de l’autorité s’est faite à Rome d’une façon très originale : alors que généralement le chef autocrate cherche à disqualifier le régime précédent pour mieux légitimer le sien, le tour de force d’Auguste a consisté à détruire la République au moment même où il la proclame rétablie. Mais est-ce bien de république qu’il s’agit ? Plus il parle de respublica restituta, plus il la vide de son contenu institutionnel.

40La légitimité du nouveau prince est acquise par la voix et la voie des astres, d’où l’importance du signe « horoscopique » du Capricorne. Nous en venons paradoxalement à une conception archaïque d’une royauté plus religieuse que politique — ce n’est pas pour rien qu’Auguste était séduit par la figure de Romulus ! Plus même, le titre d’Augustus signe une mutation complète de l’autorité, à travers une mutation ontologique de son détenteur : quels que soient les titres qu’il a pu ou pourra partager avec d’autres, celui d’Augustus, que personne d’autre ne prendra, le place au-dessus de tous, dans un entre-deux entre les dieux et les hommes.

Notes

1 Res gestae diui Augusti, Berlin 1865, 1883.

2 L’augure, dans la religion romaine, est le membre du collège de prêtres qui prédit l’avenir par l’observation principalement du vol, de la nourriture ou du chant des oiseaux.

3 Pour cette définition de l’auctoritas, voir Jean-François Thomas, « Le prestige politique à Rome : de l’auctoritas patricienne au prince Augustus » http://www.mae.u-paris10.fr/jean-francois-thomas-le-prestige-politique-a-rome-de-l-auctoritas-patricienne-au-prince-augustus/

4 Voir Joseph Hellegouarc’h, Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, 1972, p. 311-312 ; Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes 2. Pouvoir, droit, religion, Paris, Éd. de Minuit, 1969, p. 148-151.

5 C’est la croyance dans l’idée que les choses d’en haut influencent celles d’en bas

6 Hist. Nat. II, 93, trad. Jean Beaujeu (Paris 1951), et voir son commentaire p. 179 et n. 6.

7 Cf. Stefan Weinstock, Divus Julius, Oxford 1971, p. 369-370.

8 Cf. Horace Od. I, 12, 46-48 ; Virgile Buc. IX, 46-49, Én. VIII, 681 (et Servius ad loc.) ; Properce IV, 6, 59-60 ; Ovide Met. XV, 840-851 ; Suétone Caes. 88.

9 Cf. Res Gestae, éd. Jean Gagé, « Le calendrier d’Auguste », p. 174-175.

10 Cf. Kenneth Scott, « The sidus Iulium and the Apotheosis of Caesar », Classical Philology 36, 1941, p. 257-272.

11 Hist. Nat. II, 92.

12 Hist. Nat. II, 93-94 ; cf. de même Plutarque, Cés., 69, 4.

13 Voir André Oltramare, « La réaction cicéronienne et les débuts du principat », Revue des Études Latines 10, 1932, p. 58-90.

14 Astr. I, 759-761, trad. Josette Henriette Abry, « Science et mythe : la Voie lactée et les origines du cosmos », dans L’homme et la science, Actes du XVIe Congrès international de l’Association Guillaume Budé, Paris 2011, p. 379-391 [p. 387].

15 Cf. Karl Galinsky, Augustan Culture, Princeton 1996, p. 17-18 (et la reproduction d’un denier d’Octave, de 36, qui porte au revers le temple de Diuus Iulius avec César et sa comète), et de même la représentation de l’apothéose de César sur l’autel du Belvédère reproduit p. 320 ; Andrew Wallace-Hadrill, « Mutatas Formas : the Augustan Transformation of Roman Knowledge », dans The Cambridge Companion of the Age of Augustus, Cambrige 2005, p. 55-84 [p. 64-65].

16 orphyre, Antr. nymph. 22 ; cf. Béatrice Bakhouche, L’astrologie à Rome, op. cit., p. 124-128.

17 Cf. Macrobe, In Somn. I, 12 ; Proclus, In Rem pub. 2, p. 128 Kroll.

18 Phén. 558-560, éd. André Le Boeuffle, Paris 1975, cf. note p. 69-70.

19 Fast. I, 589 ; c’est la date retenue par Karl Galinsky, Augustan Culture, op. cit., p. 80.

20 Cf. Jean-Michel Roddaz, « La métamorphose : d’Octavien à Auguste », art. cit., p. 402, n. 41.

21 Cf. Censorinus 21, 8 : a.d. XVI K. Febr. Imp. Caesar diui f. sententia L. Munati Planci a senatu ceterisque ciuibus Augustus appellatus est se VII et Agrippa III cos. ; Dion Cassius, liii, 12-19 ; cf. « Le calendrier d’Auguste », Res Gestae, éd. Jean Gagé, p. 164.

22 Res Gestae 34, 1-2, trad. John Scheid ; cf. également éd. Peter Atsbury Brunt & John Michael Moore, Oxford 1967.

23 Cf. Aug. c. 26.

24 Aug. c. 7, 4.

25 Sur ce personnage, cf. RE XVI.1, no 30, col. 545-551 ; Élizabeth Deniaux, Clientèle et pouvoir à l’époque de Cicéron, Rome-Paris 1993, p. 421-422, no 30 ; Thomas H. Watkins, L. Munatius Plancus : serving and surviving the Roman revolution, Atalanta 1997, et Marie-Claire Ferriès, Les partisans d’Antoine, Paris-Bordeaux 2007, p. 438-444, no 100.

26 Cf. Res Gestae p. 158-159.

27 Voir Béatrice Bakhouche, « Auguste ou la royauté revisitée », in Pouvoir des hommes, pouvoir des mots, des Gracques à Trajan, Hommages au professeur P.-M. Martin, Textes rassemblés et édités par O. Devillers et J. Meyers, 2008, Louvain-Paris, Peeters (BEC), p. 229-241 ; ead., « Augustus : les astres et la mutation de l’autorité à Rome », Revue des Études Anciennes 114-1, 2012, p. 47-72.

28 De die natali c. 21, 6-8, trad. Guillaume Rocca-Serra, Paris 1980. Cf. Jean Gagé, Res Gestae, p. 158-159 et n. 2.

29 Pour Jean Gagé (Res Gestae, p. 159 n. 2), c’est la date du 16 janvier 27 qui aurait servi de point de départ au comput des années de l’Empire.

30 Res Gestae, p. 159.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search