Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Max Rouquette

Un homme dans l’infini : méditations pascaliennes, inquiétudes et sérénité jansénistes dans Les Psaumes de la nuit

Lionel Navarro

Texte intégral

1Par les commentaires des Psaumes de la nuit, l’étude se propose d’apporter quelques réponses au questionnement pascalien et janséniste : « Qu’est-ce qu’un homme dans l’infini ? » (Pascal, Pensées, 230, 1999, 248). L’analyse tentera de montrer l’homme rouquettien comme un « néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout, infiniment éloigné de comprendre les deux extrêmes « (Pascal, Pensées, 230, 1999, 249). Le travail s’axera autour de cette définition : « l’imaginaire de Port-Royal : clair-obscur et fluidité indistincte, antithèse entre la clarté divine et l’obscurité du monde, transformation du salut à l’étoile en imploration suppliante pour recevoir la lumière « (Gheeraert 2003, 328). Elle s’attachera encore à ces vers de Jean Racine :

  • 1 Racine, « Ode première, Louange de Port-Royal en général », Paris, Poésie/Gallimard, NRF, 1999, 53

La nature est inimitable ;
Et quand elle est en liberté,
Elle brille d’une clarté
Aussi douce que véritable1.

2Les trois livres de poésie dont s’occupe cette étude, Les Songes du matin, Les Songes de la nuit et La Pitié du matin, sont traversés par une reconnaissance aiguë du monde qu’accompagne une non moins vive angoisse cristallisées toutes deux, selon moi, autour de la terrible, liminaire et marquante sentence : « Dieu punit les paroles inutiles « (Rouquette 2001, 54). Elle fut prononcée par la grand-mère très-pieuse catholique de Max Rouquette qui, jusqu’à ses vieux ans, médita cette loi morale et y répondit, à sa façon, par sa vie d’écriture et de fictions créées ; et Dieu ne sembla pas punir ses paroles inutiles.

3Cette grand-mère dut surtout connaître le rigorisme moral légué par l’ultramontanisme au xixe siècle, qui n’avait rien à envier aux disciples de l’évêque d’Ypres, Jansénius. Elle s’adressa, de cette façon-là, à l’enfant Max Rouquette subjugué ; cela donna, beaucoup plus tard, son titre à l’une des nouvelles du Grand théâtre de Dieu ainsi que trois chapitres dans son autobiographie Ils sont les bergers des étoiles (Rouquette, 2001, 47-55).

4Fondée sur un jansénisme plus fantasmé que réel, c’est-à-dire historiquement ou théologiquement exact, dans les textes de l’écrivain (Max Rouquette ne connaissant pas vraiment, d’après les témoignages ce qu’était ce courant religieux), une mythologie personnelle advint chez l’auteur, dès ce jour, avec ces « paroles inutiles ». Les réalités de l’existence équilibrèrent, au long d’une vie, les conséquences d’un tel avertissement : « c’était là la règle, l’ordre des choses et des hommes « (idem), préparant, paradoxalement, l’écriture elle-même du poète et les ambitions de celle-là : il n’y eut pas rejet de la maxime « Dieu punit les paroles inutiles » mais un face à face constant, qu’une attitude poétique constante élabora, entre le verbe qui se veut en rapport direct avec le cosmos et le cosmos mis en mots, avec, dans leur prolongement, le silence et le néant.

5Diffuse, impossible à situer dans l’espace nocturne habité et partagé par l’homme et l’animal, (l’animal en tant qu’autre absolu se figure, chez le poète, comme le miroir dans lequel se découvre la conscience humaine confrontée aux abysses de l’infini), l’angoisse est forte, quand elle apparaît dans les poèmes de Max Rouquette ; et tout en est contaminé :

  • 2 « Aval, una bèstia esmoguda / de quauque bruch, crida esconduda / dins la sornura dau campàs. »

Là-bas une bête en émoi
pour quelque bruit crie, perdue
dans les ombres de l’étendue2.
(Rouquette, « Veni pausar » / « Viens... », SM, 1984, 8-9)

  • 3 « Aquel que nais ven dau nonrés de tota causa / per viure çò que crei étèrne, / mas çò qu’es, s’aq (...)

6La tonalité de ce poème rejoint les accents et les images obsédants de la poésie janséniste au xviiie siècle (pour exemples : le paysage glacé, l’âme obscurcie mais en quête de lumière, le désert, les motifs de la corruption, l’espace illimité et vide...). Quelquefois, chez Max Rouquette, la détresse pointe. L’humanité attentive au malheur d’autrui pourrait la contrebalancer, mais les hommes et les femmes empêtrés dans leur propre malaise ne sont d’aucun secours véritable. En effet, il est dit, dans le « Psaume du néant », à l’extrême fin de Médée, qu’il n’y a pas d’issue : « Celui qui naît, vient du néant de toute chose / pour vivre ce qu’il croit éternel, / mais ce qu’il est, si c’est être que rien / n’est qu’une éternité de rien3 », (Rouquette 1998, 100). Tel est le cours des choses et des êtres : du néant d’avant la naissance vers la mort. Les accents jansénistes et l’inquiétude existentielle radicale se font entendre :

  • 4 « Non sabe ont penjar mon lum / dins aquela granda tenèbra / [...]. / Mas mans a paupas van cercan (...)

Je ne sais pas où accrocher ma lampe dans cette ténèbre sans borne
[...].
Mes mains à tâtons vont cherchant près de moi des mains fraternelles et la sueur de la chair des hommes, mais je ne trouve que le vent qui gagne sa vie dans les arbres et le frisson du jour levant est aussi glacé que le marbre4.
(Rouquette, « Non sabe... » / « Je ne sais... », PM, 1984, 116-117)

7Malgré — ou grâce à — ce qu’est l’homme, « roi dépossédé » (Pascal, Pensées, 148, 1999, 204), [« La grandeur de l’homme est grande en ce qu’il se connaît misérable. » (Pascal, Pensées, 146, 1999, 203)], Pascal conseille et prévient qu’il est nécessaire, vital même, de s’absorber dans l’observation de la totalité :

Que l’homme contemple donc la nature entière dans sa haute et pleine majesté [...]. C’est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. (Pascal, Pensées, 230)

8Max Rouquette lui-même a accompli sa contemplation, à l’écoute, pour sa part, du chant de la lause écrite. Ainsi le poème de la pierre travaillée par la main de l’homme civilisé rappelle que, d’après Montaigne, lu et commenté par Pascal, « Ce grand monde [...], c’est le miroir où il nous faut regarder, pour nous connaître de son biais » (Montaigne, Essais, I, 26, 1992, 157) ; — l’inscription sur la lause parle, et c’est, venue de l’éternel passé, la voix de toute la nature qui se fait entendre pour sortir l’être du néant, le court temps d’une vie :

  • 5 « Soi au còr de la nuòch etèrna / mesclat au pas de la lutz dins la cèu / coma un rocàs en un camp (...)

Je suis au cœur de la nuit éternelle mêlé au pas de la lumière dans le ciel comme un rocher dans un champ de luzerne qui se découvre entre lune et soleil froid et pesant un grand pan de terre5.
(Rouquette, « Lausa escricha » / « Inscription », PM, 1984, 106-107)

9Elle est la pierre lisse et sombre marquée par la main de l’homme.

  • 6 « pausat au fons / d’un silenci de non-res ».
  • 7 « coma pèira au fons de l’aiga ».
  • 8 « coma estela dins lo vènt ».

10Enchanté par le minéral, le poète est l’homme capté par un univers de fragilité et d’instabilité mouvantes, il est conquis par le chant de la terre toujours prêt à être « arrêté au fond / d’un silence de néant6 », à être englouti « comme pierre au fond de l’eau7 », roulé « comme étoile dans le vent8 » (Rouquette, « Los aucels de l’auba... » / « Les oiseaux de l’aube », PM, 1984, 110-111).

  • 9 « Aquela votz qu’ausiguèron antan / los aucèls de mai de mila ans ».
  • 10 « canta dins la ramilha ».
  • 11 « l’aiga [que]miralha au desèrt / las planas etèrna de l’èr ».

11De pierre gravée, ici force virile (« Je » est masculin), la lause, rendue plus que simple pierre par l’inscription à sa surface — preuve de civilisation —, devient, autre Sybille de Cumes qui se hasarde dans d’innombrables métamorphoses, « La voix qu’autrefois entendirent / les oiseaux d’il y a mille ans9 » et qui « chante au milieu des arbre10 » et aussi « l’eau [qui] réfléchit au désert / les plaines éternelles de l’air11 » (Rouquette, « La votz », « La voix », PM, 112-113).

  • 12 Deux années avant de disparaître, Max Rouquette commença l’écriture de divagations mises en mouvem (...)

12Max Rouquette me cita, pour l’un de ses derniers projets, le livre de Roger Caillois, Pierres ; il l’avait lu avec profit et intérêt12. De plus, deux ans après la parution de La Pitié du matin (1963), où se trouve le poème « Lausa escricha », Yves Bonnefoy, essayiste et poète révéré, publie, de son côté, un recueil dont le titre est Pierre écrite (1965). S’y lisent ces vers :

Regarde-moi
là-bas, dans cet espace que transit
Une eau rapide et noire... (Bonnefoy, « Une pierre », 1996, 194)
Ô dite à demi-voix parmi les branches,
Ô murmurée, ô tue,
Porteuse d’éternel, lune, entrouvre les grilles
Et penche-toi pour nous qui n’avons plus de jour.
(Bonnefoy, « Une pierre », 1996, 216)

13N’y a-t-il pas, qui s’entend, la familiarité des poètes pourtant étrangers l’un de l’autre ?

  • 13 « E raja etèrna l’aiga escura ».
  • 14 « la nuòch etèrna / mesclat au pas de la lutz dins la cèu ».

14La poésie de Max Rouquette questionne, dans la nuit et le jour, au cœur de leur confusion à tous deux, l’énigme qu’est l’univers entier, le passage et ce qui demeure du néant et de la totalité en lui, car « l’eau obscure court sans trêve13 » (Rouquette, « La votz », « La voix », PM, 112-113). « Cet inconfort autorise bien des variations cavaragesques » (Gheeraert 2003, 293) du clair-obscur. En quête du « cœur de la nuit éternelle / mêlé au pas de la lumière dans le ciel14 » (Rouquette, « Lausa escricha « / « Inscription », PM, 1984, 107), Arnaud d’Andilly, figure éminente de la première génération de Port-Royal, écrit :

La lumière se mêle à l’ombre de la nuit [...]
Mais tant que nous vivons ne nous étonnons pas
Que l’ombre et la clarté disputant la victoire
Agitent notre cœur par d’éternels combats.
(Arnaud d’Andilly, « La Grâce croît dans l’âme ainsi que le jour dans la nuit », 1642, 228)

15Il n’y a pas d’état du pécheur, au sens chrétien du terme, chez l’athée Max Rouquette, mais il y a continuité du désir, désir capable d’éveiller de tendres sentiments, mais encore les fureurs du sang jusqu’à l’apparition de la lame mortelle du couteau ;

  • 15 « Lo vielh pecat fènis sempre novèla, / [...] ròsa qu’escond le verin [...] / e gost de mèu que s’ (...)

phénix toujours nouveau,
[...] rose cachant le venin [...]
et goût de miel perdu comme fumée,
cendre et lueur, ténèbre et lune claire, [...]
le vieux péché renaît de chaque nuit,
serpent miraculeux offert à nos délices dans la chaleur naissante du soleil15
(Rouquette, « Lo vielh pecat » / « Le vieux péché », PM, 1984, 114-115)

16Les joyeuses sonnailles d’un monde de bonté ne résonnent pas dans Les Psaumes de la nuit, bien que, ouvrage commun de « la nuit éternelle » et de « la lumière dans le ciel » qui est en route et qui sans cesse vient, la vie se fasse, toute la vie qu’embrasse et salue un vigilant tel que Max Rouquette. Néanmoins la créature est laissée à elle-même ;

Saint Augustin explique que Dieu a abandonné avec justice l’homme coupable qui s’est séparé de lui. La perte du recours divin laisse l’être humain dans un état désastreux : il erre, livré à ses vaines fantaisies, désorienté dans un univers ou « rien ne lui montre la vérité », où « tout l’abuse » (Pascal, fragment 78, 1999), et où « les choses [...] ne sont pas seulement changeantes, mais elles sont aussi trompeuses et pleines d’illusions » (Saint-Cyran, maxime 75, « vanité dumonde », 1678). Déserté par la divinité, le monde vagabonde vers sa perdition et Dieu le laisse voguer au gré de ses désirs. (Gheeraert 2003, 311)

17C’est pour cette raison que

  • 16 « Los espers de conquistaire / per lo gimerre endaurat, / au vent de la mar dansaira / coma un fum (...)

Les espoirs du conquérant sur la chimère dorée au vent de la mer dansante sont partis comme fumée ; ils ont largué la grand-voile et seul reste dans le cœur, sous le reflet d’une étoile, la voix de cendre du regret16.
(Rouquette, « Cant de nuoch » / « Nocturne », SM, 34-35)

18L’aperçu du plus minuscule et ténu, où opère le « Dieu caché », est, chez Max Rouquette, présence si discrète qu’elle s’enfonce et disparaît dans son secret, pour l’inattentif. Mais elle demeure prête à jaillir à tout instant pour qui la regarde avec attention, alors que le monde se découvre et se perpétue, perpétuant en son sein l’humanité. Il est besoin du moment de la pause ou de la marche, mais cela n’est possible que selon un certain état de la conscience. Ainsi, par ces exercices spirituels de sidération ou de promenades dans la nature, peut monter à soi la

  • 17 « Secreta patz, ombra dau carairon, / monde escongut de la formiga, / tan doça jos lo pas en la fo (...)

Secrète paix, ombre du sentier monde caché de la fourmi, si douce sous le pas dans l’ombre17
(Rouquette, « Paraulas per l’erba » / « Paroles pour l’herbe », SM, 1984, 24-25)

19Le passant en fait l’expérience, et ne s’en aperçoit peut-être pas, tout pris qu’il est dans sa condition de miséreux :

  • 18 « Veniá dau camin de la plana / e de pousa aviá le pe blanc, / lo passant de terra lonhdana ».

Il venait du chemin de la plaine et de poussière il avait les pieds blancs, le passant de terre lointaine18.

(Rouquette, « Lo passant » / « Le mendiant », SM, 1984, 34-35)

20Ainsi, avec la marche, mais celle avec laquelle les vents, bons et mauvais, jouent, le mendiant entraîne, dans son sillage, l’histoire, qui est porteuse du venin courant dans les veines du monde — l’histoire propage le mal. Il cousine avec le reptile de la nouvelle « Le jardin de Dieu »,

Serpent dont le destin éternel est de se traîner sur le ventre et se nourrir de terre ; progressant dans la poussière du chemin, l’animal [fait] piètre figure. [Il continue] son chemin, droit devant lui, longtemps, très longtemps, [pour] se perdre dans l’herbe rase. (Rouquette 1995, 88)

  • 19 « per rocasses e bòsques los primièrs carrairons dau puòg ».

21La Mère du « Psaume des chemins », dans Médée, fulmine contre ceux qui ont ouvert les chemins et « par rochers et fourrés / les premiers sentiers de la montagne19 » (Rouquette 1992, 16) et qui ont brisé la cohésion de son monde ; elle dit :

  • 20 « Avalisca los camins, que, per eles, ven tot mau. »

Malédiction sur les chemins, d’où nous vient tout le mal20. (Rouquette 1992, 15)

22Elle s’insurge contre l’entrée des aléas de la vie dans le destin de son peuple, elle rage contre toute la vie, qui n’est vie que par les catastrophes, et, finalement, dans l’abandon accepté, se tient l’anéantissement de toute chose et la grande paix se reçoit :

  • 21 « Caçaire de camin tardier / te’n anaràs jos l’espandida / e sentiràs mesclat a ton alen / le vent (...)

Chasseur en chemin attardé tu t’en iras sous l’étendue et sentiras se mêler à ton souffle le vent par qui toute fleur est flétrie21.
(Rouquette, « Ara es vengut » / « Maintenant... », SM, 1984, 26-27)

23La pause aussi a son propre pouvoir, qui mène à la stupéfaction heureuse, dans ces poèmes, pour qui n’est pas dans le repos encombré de pensées. Ainsi, dans la nouvelle citée plus haut, l’archange lui-même à l’épée flamboyante, gardien du Paradis d’où Adam et Ève furent expulsés, « se sentit seul » et « lassé de sa garde inutile, [...] s’y assit un soir et, à peine assis, ressentit en lui une grande douceur, une profonde paix « (Rouquette 1995, 88) ; il s’éveille à la beauté de la création. La nature, le paysage, à ses pieds puis jusqu’au ciel, enfin à sa conscience s’animent, « Un vent léger balançait les branches lourdes » [idem], et le beau et violent « théâtre de Dieu » sur terre prend consistance. L’âme, l’ayant en elle et travaillée par lui, le protège et superbement le perpétue :

  • 22 « De neu, d’auba, de sang e d’òr / au fiu de l’an quant de flors nadas ! / mas en l’òrt secret de (...)

De neige, d’aube, de sang et d’or, au fil de l’an que de fleurs nées !
Mais au jardin secret du cœur éternel est l’été22.
(Rouquette, « Planm’agradan » / « Bienme plaisent... », SM, 32-33)

24Au renversement de la conscience s’abimant dans le miroir qu’est la nature, la « fine goutte de gel », terrestre et céleste à la fois, extérieure et en soi, se constitue, luminaire, au firmament pour qu’une « étoile dans le ciel / assombri étincelle » (Rouquette, « Ara es vengut » / « Maintenant...

25 », SM, 1984, 26-27). La conscience ouvre, par son clair-obscur de cendre chaude, le chemin où peut s’égarer à tout moment le poète, l’homme, le pèlerin, en inquiète poursuite de la présence ontologique — c’est une tentative de réponse à la question : qu’est-ce qu’exister ?

26La présence s’éprouve dans le poème lu. Celui-ci l’actualise et en rend compte dans la durée de chaque lecture : invisible, les mots lus la rendent sensible à l’âme. Elle se cristallise alors dans quelques éléments choisis parmi le vivant et les objets quasi-immortels du monde. Cependant, elle peut être défaillante, discontinue, comme la source l’été ; elle est dite souvent « solitaire », astre scintillant ou vieil homme allant dans la rue (Rouquette, « Lo vielh » / « le vieux », 1984, 54-55). Alpha et oméga solidaires de toute chose et de tout être pris dans l’espace et le temps travaillés par elle, néanmoins, cette présence, la lecture du poème achevée, s’efface. Nous ne sommes pas des dieux de béatitude : le temps qui passe et les divertissements qui nous éloignent de l’ennui décrit par Pascal la délitent, — alors, contre cela, le poème insculpe sur la métaphore dont il se sert pour être poème, c’est une des leçons du poème « À une passante » de Baudelaire, le transitoire, le passager ; il les inscrit sur la lause dure, et, chez le poète occitan, perpétue — malédiction ou bénédiction ? —, l’un des destins méditerranéens qui est celui du retour. Il est un peu l’Ulysse qui revient à Ithaque, auprès de Pénélope, après cent dangers :

  • 23 « Aucels de l’estiu / en vòu de vers l’aiga, / la fos aturada, / eterna volada [...] ; / aucels de (...)

Oiseaux de l’été
qui volez vers l’eau,
la source tarie,
le vol éternel [...] ;
oiseau de bois noir,
cercles de silence,
au ciel de mémoire
toujours revenez23 [...].
(Rouquette, « Aucels » / « Oiseaux », SN, 1984, 60-61)

27Par ailleurs, lo vielh, guéri peut-être de son mal physique et quittant l’hôpital, reprend le chemin du retour, — son exil s’achève, il avance vers le seul lieu qu’il connaît et dont il est une sorte d’incarnation, il marche, bâton à la main, vers son pays, son réconfort, sa médecine, au-delà de la ville ; il va où bat, au rythme du sien, le cœur de la douceur :

  • 24 « Sabe onte vas, pas solitari, / tu que miegjorn a fach mai sol ; sabe onte vas cor sens auvari, c (...)

Je sais où tu vas, pas solitaire, /
toi que Midi a fait plus seul, /
je sais où tu vas, cœur sans tumulte, /
de souvenirs toujours rempli24.
(Rouquette, « Lo vielh » / « Le vieux », SM, 1984, 54-55)

  • 25 « ont la figuiera escapa dau jardin ».

28Il retourne aux images du divin. Le vieux marche, on dirait, jusqu’au terme de l’horizon, en direction d’un pays de légende, car celui-ci n’est pas structuré par des rues ni des bâtiments ni des jardins enclos « où le figuier s’échappe25 » (idem) ; c’est un pays ouvert, une étendue, avec sa placette ombragée, immutable, légendaire, au caractère fortement méridional, où la parole et les odeurs, purs enchantements, priment.

  • 26 « cendra cauda dau passat. »

29« Le vieux » a pour frère « Le mendiant », ou « Le gavot de la montagne » (Rouquette 1984, 98-99), et il a pour sœur « La vieille » (Rouquette 1984, 16-17), des visages emblématiques, ayant passé, après leurs parents et avant leurs enfants, le trésor de la jeunesse : « Toutes ces misères là même prouvent sa grandeur. / Ce sont misères de grand seigneur, misères d’un roi dépossédé » (Pascal, Pensées, 148, 1999, 204). Le souvenir, « cendre chaude du passé26 » (Rouquette, « La vielha » / « La vieille », 1984, 16-17) donne son prix au bonheur des jours et au repos :

  • 27 « Sonrisiá sa boca ennevada / per lo vin fresc e per lo pan / e per la patz de la vesprada. »

Souriait sa bouche enneigée
pour le vin frais et pour le pain
et pour la paix de la soirée27.
(Rouquette, « Lo passant » / « Lemendiant », SM, 1984, 34-35)

  • 28 « Tous les pays qui n’ont plus de légende / Seront condamnés à mourir de froid... » (La Tour du Pi (...)

30Quelques fois, donc, à la limite de l’effacement, au fil des Psaumes de la nuit, les traces de la présence humaine (berger, troupeaux, habitants de mas, etc.) font naître, pour ces misérables rois et ces reines, des « Pays de légende28 ». Celui qui mourra bientôt va prendre la seule médecine qu’il connaît, son pays de soleil et de fraîcheur, où il naquit et vécut et que lui dispense déjà, à plein, sa mémoire :

  • 29 « [...] te disián la patz jos la platana, / e la placeta d’ombra, cant de font, / aquela votz au c (...)

[...] ils te disaient la paix sous les platanes
et la placette d’ombre, ce chant de fontaine,
cette voix au cœur de la montagne
où la fraîcheur du jour va se cacher.
Tu te souviendras des vieux de ta jeunesse
assis dans leur ombre au bord du temps ;
ô fleurs, fontaine, ô vieux de ta jeunesse,
vieux souvenir qui dans ton cœur se tient29.
(Rouquette, « Lo vielh » / « Le vieux », SM, 1984, 54-57)

  • 30 Voir la bibliographie.

31Cet homme, bien que seul et vieux, n’apparaît pas déchu ; en effet, il n’est pas condamné à évoluer dans des paysages nocturnes qui se dévoilent dans quelques poèmes d’Arnaud d’Andilly (« De la mort des justes », « La charité n’a point de bornes30 »). Durant son lent trajet d’évanouissement (vers la vieillesse et la mort), l’homme entre, vivant, à l’intérieur de la transparence et de la révélation que permet l’attention poétique.

  • 31 « Ai cercat ».
  • 32 « romieu que non sap lo repaus ».

32Cependant, tant chez Max Rouquette que chez Pascal, ou certains poètes jansénistes, l’angoisse du délaissement (la déréliction) constitue une obsession traumatisante. Celle-ci peut s’expliquer, peut-être, concernant le poète occitan, par la disparition de la mère, morte quand il était encore tout enfant. Motif souvent à l’œuvre dans la pensée rouquettienne et dans Les Psaumes de la nuit, l’omniprésence du souvenir et de la mémoire trouverait, avec cette hypothèse, ses fondements. En effet, le passé, ce sont les éblouissements et la jubilation de l’enfance et de la jeunesse. Pour appréhender la compréhension du mystère par Max Rouquette, je crois qu’il ne faut pas oublier la disparition (et le mot a son importance) de celle qui, dans l’ordre des choses, n’aurait pas dû partir avant son enfant. Je parle ici d’arrachement et de vide, de poids et de perte, au sens physique et spirituel du terme : depuis ce temps d’allégresse et de grave tristesse mêlées, le monde a une béance ; il s’est constitué sur le socle insaisissable d’une absence dont les poèmes tentent d’épuiser la masse ; son territoire s’appelle le néant, mais aussi le désert. L’incessant rappel à l’ordre du chasseur par l’automne lui commandant de siffler ses chiens lancés sur la trace d’une bête innommée, je le nomme souvenir : « sona tos chins » / « rappelle tes chiens ! » (Rouquette, « L’automne dis... » / « L’automne dit... », SM, 1984, 18) ; la saison n’est plus, il n’est plus temps, et pourtant il faut que les chiens, yeux intérieurs du poète-chevalier de la quête, poursuivent leur chasse ; « j’ai cherché31 », répète-t-on dans « Chanson » (Rouquette, « Cançon » / « Chanson », SN, 1984, 74-75). Est-on avec le « pèlerin ignorant du repos32 » (Rouquette, « Los aucels qu’ai crosat » / « Les oiseaux que j’ai croisés », SN, 1984, 78-79) ? La saison giboyeuse n’est plus, mais il faut avancer, aller vers plus que le dénudement (« despulpar » / « dépouiller »), enlever jusqu’au dur et à la résistance de l’os, car la promesse déjà accompagne l’homme :

  • 33 « Dòrs lo desert ai caminat / e dòrs la mar, e dins la nuòch / onte lo monde se despulpa, / e dins (...)

Vers le désert j’ai cheminé
et vers la mer, et dans la nuit
là où le monde se dépouille,
et dans la clarté de tes feux
à ta caresse s’abandonne33.
(Rouquette, « Çò que cerque... » / « Ce que je cherche... », SN, 1984, 88-89)

33La nécessité du souvenir pour le poète est ce qui donne et justifie sa place et celle de ses compagnons de fortune, car, écrit-il à son ami Georges Dezeuze, en paroles de réconfort :

  • 34 « Que te’n sovenga, Jordi, de l’aleia / ombrosa onte fugissián de pavons, / e d’aquela erba que co (...)

Qu’il t’en souvienne, Georges, de l’allée
ombreuse, où s’ennuyaient des paons,
et de cette herbe qui grandit
dans le silence au parc profond.
[...]
Au regret, si ta tristesse incline,
écoute le pleur de la tourterelle
doux et léger comme chant de fontaine
qui s’éternise au fil de l’heure34.
(Rouquette, « Per Jòrdi » / « Pour Georges », SM, 1984, 12-13)

  • 35 « Cette présence des oiseaux aux premiers comme aux derniers moments d’un itinéraire d’écriture au (...)

34Si Pascal juxtapose et marie la « faculté de conserver et de rappeler des états de conscience passés » (dictionnaire « Le Robert ») au bonheur, alors, il est sans doute probable que la défaillance de la mémoire, le blanc dans l’histoire (la mort de la mère ?), trouvent leurs alter ego dans le chagrin, le désenchantement, — anéantissement du souvenir et fin d’un monde sont liés ; c’est aussi que disparaît un royaume et son jardin, bâtis et cultivés par des hommes et des femmes, et que pleure l’« autre « du poète reconnaissable sous la forme de l’oiseau35,

  • 36 « serre ont l’auceu plora / dins lo silenci de la nuòch ; / ermasses vielhs e vinha mòrta / en l’o (...)

[...] mont où l’oiseau pleure
dans le silence de la nuit ;
vieux champs déserts et vigne morte
dans l’ombre descendue de la montagne.
Maison perdue où le vent seul
pousse la porte ;
ô dernier pas dessus le seuil,
ô cendre morte ;
oubli de la dernière lune
derrière la neige des nues,
vieilles pierres abandonnées
aux jours et aux nuits de l’éternel36.
(Rouquette, « Oblit » / « Oubli », 1984, 62-63)

35« Les espaces désertés de Dieu sont des lieux sans vie » (Gheeraert 2003, 326). Vie absentée de la vie dorénavant, charriée vers une absence plus grande qu’elle encore, innommée dans le poème rouquettien, un abysse aussi profond que l’âme : ainsi est la mer, étendue et profondeur de l’indifférenciation et de l’endormissement de la conscience, péril souvent et royaume de Circé :

  • 37 « l’iscla de nebla s’emmantela, / e lo passat, nuòch sens estela, / s’esbeu dins la nebla del sòm.(...)

Dans la nuit, chaude et sombre mer,
l’île, de brume s’enveloppe,
et le passé, nuit sans étoiles,
s’évanouit aux brumes du sommeil37.
(Rouquette, « Nivols » / « Nues », SN, 1984, 76-77)

  • 38 Saint Augustin 1964, 299-306.

36« Le lieu stérile par excellence est l’étendue liquide et salée de l’océan. Pour les poètes de Port-Royal, le “monde amer” (Lemaistre de Sacy 1650, 461) est une mer, en vertu d’un jeu de mot théologique qui met en rapport le goût de son eau et l’amaritudo augustinienne38 » (Gheeraert 2003, 327), tout va à lui ; le fleuve, métaphore héraclitéenne du temps, a sa fin de course connue par tous :

  • 39 « Long de la comba de l’Erau / lo vent davala / dins l’argentumclar dels olius, / flume d’oblit. »

Au long de la combe d’Hérault
le vent descend
dans l’argent clair des oliviers,
fleuve d’oubli39. (Rouquette, « Oblit » / « Oubli », SN, 64-65)

37L’image du liquide emporté au sein du cours visible, stable à sa surface, a su répondre à la question de Saint Augustin :

Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l’expliquer, je ne le sais plus.
(Saint Augustin 1964, 264)

38Mer autrement, encore, mais mer quand même, vaste étendue en tout cas, quand les abandonnés et les exilés

  • 40 « Se’n sont anats dins lo desert dau temps / cercar ambe de mans d’avugles / lo viu recòrd de sos (...)

[...] sont allés dans le désert du temps
chercher avec des mains d’aveugles
le souvenir vivant de leurs cœurs de jeunes gens
et le tintement de leurs heures perdues40.
(Rouquette, « D’estre sols... » / « D’être seuls », SN, 1984, 82-83)

  • 41 « d’estelas mòrtas, van encara caminant / avuglas dins la nuòch del monde / romieus perduts que va (...)

39Le temps marque au monde son errance, une errance de pur hasard, l’infini pascalien : « Des étoiles mortes vont encore cheminant / aveugles dans la nuit du monde / pèlerins perdus qui marchent sans lumière / par les combes profondes41 » (Rouquette, « D’estelas mòrtas... » / « Des étoiles mortes », SN, 1984, 84-85), et les oiseaux « [incarnent] d’un seul mouvement le temps et l’éternité » (Gardy 2006) :

  • 42 « Aucels de bòcs negre / ceuclant en silenci, / au ceu dau recèord / revenetz de longa. »

Oiseaux de bois noir
cercles de silence,
au ciel de mémoire
toujours revenez42.
(Rouquette, « Aucels » / « Oiseaux », SN, 1984, 60-61)

40écrit encore Max Rouquette,

  • 43 « E [...] / [...] / miraves lo cel nud, linde miralh / tan desert que ta comba. / [...] / tressali (...)

Et tu [...]
[...]
contemplais le ciel nu, pur miroir,
aussi nu que ta combe.
[...]
tu trembles au vent de l’aube43.
(Rouquette, « Paraulas per l’erba » / « Paroles pour l’herbe », SM, 1984, 24-25)

  • 44 Saint Augustin ne cesse de répéter à ses auditeurs, dans son église : « Tu lèves les yeux vers le (...)
  • 45 « la bèstia va unenca en son etèrne. »

41reprenant, avec ces vers, la sidération pascalienne : « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie44 » (Pascal, Pensées, 233, 1999, 256). Deux inquiétudes dialoguent à trois siècles de distance. Pourtant, l’espoir : « la Bête marche unique en son éternité45 » (Rouquette, « L’unicòrn » / « La licorne », PM, 1984, 118-119), une force qui va droit dans son propre infini et qui ne semble avoir d’autre souci que sa course.

42Présence de cet élément voué aussi à l’extinction, l’eau vive et claire des sources. Cette eau fait heureusement trembler le destin du monde, convoquant, au plus rentré de la matière et de l’esprit qui la contemple et en fait une poésie, la base et le sommet. S’entend ici le mythe de la grecque Corè ; se comprend la puissance de la circulation des choses et des êtres :

  • 46 « Las fontetas son tornadas / de la fonsor de la terra / de las baumas encantadas / onte sas venas (...)

Les sources sont revenues
des profondeurs de la terre
des cavernes enchantées
où les veines se perdent.
[...]
l’eau limpide se répand
pour le perdreau, pour la caille,
pour la martre et le putois
et aussi pour la belette
et tout le troupeau de Dieu46.
(Rouquette, « Cançon » / « Chanson », 1984, 70-71)

43Voici que montent du silence du « Dieu caché » les vibrations du vivant :

  • 47 « Dins la nuòch sus lo camin blanc, / quand dels grilhs tremola lo saume, / se’n anèt lo paure pas (...)

Dans la nuit, sur le chemin blanc,
quand des grillons tremble le psaume,
s’en alla le pauvre passant,
passant du chemin de Saint Jacques47
(Rouquette, « Lo passant » / « Le mendiant », SM, 34-35)

44Les modulations apaisées du chant de la terre provoquent l’action humaine, en confiance et fidélité, agissant dans la création dont Saint Augustin, dans ses Confessions, clama le caractère bon : « Dieu vit toutes les choses qu’il avait faites ; et elles étaient très bonnes » (Genèse, I, 31). Le « désir de Dieu » est devenu, chez Max Rouquette, le désir du monde, —monde, tout à la fois visible et invisible : invisible quand il est souffle, ou presque rien végétal (la menthe, l’herbe humble) ou animal (la fourmi), visible quand il dévoile sa puissance sur la terre et l’écosystème. Le cosmos est immanent dans sa matérialité, transcendant par son pouvoir, son autonomie radicale et ses mystères vitalistes vis à vis du fonctionnement et la singularité des êtres ; il est ce qui échappe malgré l’empreinte que les hommes laissent sur lui. Le monde est une totalité d’interdépendances diverses. Max Rouquette se souvient, peut-être, de son église d’Argelliers ; le rite d’action de grâces se vêt de la douceur et de l’humilité franciscaines fraternisant, par le Cantique des créatures, avec le cosmos :

  • 48 « Gràcias per la nivolada / e gràcias per lo gregau, / gràcias dins lo cel tan naut / e dins la te (...)

Grâces pour le beau nuage
et grâces pour le vent grec,
grâces dans le ciel profond
et sur la terre glacée
si pour l’herbe et l’animal
les sources sont revenues48.
(Rouquette, « Cançon » / « Chanson », SN, 1984, 72-73)

45Béatitudes non plus seulement adressées à l’humanité, le poème « Pastorale » relève les particules, les vivants atomes de la nature, au haut niveau des petites gens magnifiés par le Christ monté sur la montagne :

  • 49 « Urosa la formiga au sòu, / penecant entre los fius d’erba, / que vei sus los nivols de neu, / be (...)

Heureuse la fourmi au sol
peinant entre les fils de l’herbe
qui voit sur les nuées du ciel
très haut, le vert balancement
dans les nuées de la folle avoine ;
Aussi le cyprès de Midi
qui sait le silence et la flamme
et qu’en son feuillage éternel
s’en vont toucher d’ombre mortelle,
dans le soir, les ailes du ciel.
Et heureux aussi le brin de bruyère
qui ne sait que conter au vent,
la rosée qu’y oublie la nuit
et le sanglant rayon de soleil
qu’à jour tombé le soir oublie49.
(Rouquette, « Pastorala » / « Pastorale », Les Psaumes du matin / Los Somis dau matin, 1984, 52-53)

46La beauté et la bonté participent, dans le poème rouquettien, de l’insignifiant, de ce qui, généralement, ne peut que s’oublier, du minuscule et du méprisé mis à mal, que le jeune Racine décrivait dans sa Promenade de Port-Royal-des-champs et que le janséniste Pascal jugeait en tant qu’aune de toutes choses :

  • 50 C’est-à-dire le plus extrêmement petit que la pensée humaine peut concevoir.

Je veux lui faire voir là-dedans50 un abîme nouveau, je lui veux peindre non seulement l’univers visible, mais l’immensité qu’on peut concevoir de la nature dans l’enceinte de ce raccourci d’atome.
(Pascal, Pensées, 230, 1999, 248).

47Entendons le pouvoir de la menthe sauvage :

  • 51 « [...] e se, d’azard, l’aver trepilha / ta fuòlha de velós espés, / [...] / ton perfum fresc e fò (...)

Et si parfois le troupeau foule
ta feuille de velours épais,
[...]
ton parfum frais et fort descend
la combe déserte sans bruit.
[...]
Parfum sauvage et chant de pâtre,
traînez dans la soirée toujours,
pour qu’à la source vienne le troupeau
et pour que l’oiseau se souvienne
de la douce source et de sa paix,
ô fleur piétinée de la menthe51.
(Rouquette, « Mentastre » / « Menthe sauvage », SM, 1984, 10-11)

48Le cosmos est bel et bien un réseau de correspondances et d’amitié, une partition polyphonique des sens (« parfum », « chant », « sans bruit »), où se prolongent, dans l’infinie variété des espèces et des matières, les vertus du « Dieu caché » qui, pour Max Rouquette, n’existe pas, ou bien, alors, en tant que « métaphore de la vie » (ainsi qualifie-t-il son personnage de Médée). Le monde s’accomplit en tant que monument, rappelant, sous nos yeux sans doute clos, ses vérités secrètes que lit et met au jour le poète.

49Le poète est-il, à sa manière, de ces heureux du monde ? « Bienheureux ceux qui ont le cœur pur, parce qu’ils verront Dieu » (Évangile selon saint Matthieu, V, 8). Ouvrant la parole christique à l’infinie totalité cosmique, Max Rouquette annonce, à sa façon, à chacune des parties du monde et à la multitude du humble monde, bêtes et plantes :

Vous êtes le sel de la terre. [...] Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et on n’allume point une lampe pour la mettre sous le boisseau ; mais on la met sur un chandelier, afin qu’elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.
(Évangile selon saint Matthieu, V, 13-15)

50Le poète est-il en état de grâce, comme

l’ange [qui] remonta droit au ciel [qui] vit décroître ce monde où il avait découvert une vie étrange, où il avait failli perdre complètement jusqu’au souvenir même du grand Paradis (Rouquette 1995, 92) ?

51La réponse, je crois, se découvre en ces vers, où la nostalgie est aussi d’avenir et d’espérance ; Max Rouquette, Ovide en ses Tristes :

  • 52 « e de mirar la lutz, abandonada / los uòlhs perduts, non te soven / se siás encara a la terra mai (...)

Et de contempler la lumière, abandonnée,
les yeux perdus, tu ne sais plus
si tu es encore de la terre maternelle
ou si tu chemines dans le temps,
dans le temps bleu, aux neigeuses nuées,
dans le temps bleu, où les jours du passé
sont aussi clairs que les jours à venir52.
(Rouquette, « Larzac », 1984, 80-81)

Bibliographie

Bibliographie

Arnaud d’Andilly, Robert. Stances sur diverses vérités chrétiennes, Paris, veuve Jean Camusat, 1642.

Augustin (saint). Les Confessions, traduction, préface et notes de Joseph Trabucco, Paris, GF-Flammarion, 1964.

Bonnefoy, Yves. Poèmes, préface de Jean Starobinski, Paris, NRF, Poésie/ Gallimard, 1982.

Duvergier de Hauranne, Jean, abbé de Saint-Cyran. Maximes saintes et chrétiennes, tirées des lettres de Messire Jean du Verger de Hauranne, éd. Charles de Wallon de Beaupuis, Paris, J. Le More, « augmentée de plus de six cent (sic) maximes », 1678.

Gardy, Philippe. « Aucèls », 2006 (article envoyé par l’auteur avant parution).

Gheeraert, Tony. Le chant de la grâce, Port-Royal et la poésie d’Arnaud d’Andilly à Racine.

Lemaistre de Sacy, Louis-Isaac. l’Office de l’Église et de la vierge en, latin et en français, contenant l’Office de la Vierge [...] les Oraisons de l’Églises [...] plusieurs prières tirées de l’Écriture sainte et des saint Pères et les hymnes traduites en vers [Heures de Port-Royal], Paris, Pierre Le Petit, 1650.

Montaigne (de), Michel. Essais, éd. P. Villey, Paris, PUF [1924] 1992, 3 volumes.

Pascal, Blaise. Pensées, texte établi, annoté et présenté par Phillippe Sellier, édition mise à jour, Garnier Classique, Paris, 1999.

Racine, Jean. Cantiques spirituels et autres poèmes, édition présentée par Jean-Pierre Lemaire, Paris, NRF, Poésie/Gallimard, 1999.

Rouquette, Max. Les Psaumes de la nuit, éd. Bilingue, traductions de l’auteur, Paris, Obsidiane, 1984.

Rouquette, Max. Médée, traduit de l’occitan par l’auteur, Montpellier, ditions espaces 34, 1998.

Rouquette, Max. Medelha, Montpellier, Jorn, 1989.

Rouquette, Max. Ils sont les bergers des étoiles, Monaco, Anatolia, les éditions du Rocher, 2001.

Rouquette, Max. Vert Paradis, traduit de l’occitan par Allem Surre-García avec la collaboration de Françoise Meyrueis, Montpellier, les Éditions de Paris, 1995.

de la Tour du pin, Patrice. La Quête de joie suivie de Petite somme de poésie, Paris, NRF, Poésie/Gallimard, 1993.

Notes

1 Racine, « Ode première, Louange de Port-Royal en général », Paris, Poésie/Gallimard, NRF, 1999, 53.

2 « Aval, una bèstia esmoguda / de quauque bruch, crida esconduda / dins la sornura dau campàs. »

3 « Aquel que nais ven dau nonrés de tota causa / per viure çò que crei étèrne, / mas çò qu’es, s’aquò es èstre que res, / es una eternitat de res. »

4 « Non sabe ont penjar mon lum / dins aquela granda tenèbra / [...]. / Mas mans a paupas van cercant / a l’entorn de frairalas mans / e de sudor de carn umana, / mai non i atròban que lo vènt / ganhant sa vida dins los arbres / e lo fremín dau jorn venènt / es tant fregínós coma marbre. »

5 « Soi au còr de la nuòch etèrna / mesclat au pas de la lutz dins la cèu / coma un rocàs en un camp de lusèrna / que se sentís entre luna e solelh / freg e pesuc un flòc grand de la tèrra. »

6 « pausat au fons / d’un silenci de non-res ».

7 « coma pèira au fons de l’aiga ».

8 « coma estela dins lo vènt ».

9 « Aquela votz qu’ausiguèron antan / los aucèls de mai de mila ans ».

10 « canta dins la ramilha ».

11 « l’aiga [que]miralha au desèrt / las planas etèrna de l’èr ».

12 Deux années avant de disparaître, Max Rouquette commença l’écriture de divagations mises en mouvement par l’observation des pavés de la place de la Canourgue à Montpellier. Voir : Lionel Navarro, « Une après-midi, place de la Canourgue », Cahiers Max-Rouquette, 1, mars 2007.

13 « E raja etèrna l’aiga escura ».

14 « la nuòch etèrna / mesclat au pas de la lutz dins la cèu ».

15 « Lo vielh pecat fènis sempre novèla, / [...] ròsa qu’escond le verin [...] / e gost de mèu que s’esbèu coma un fum, / cendre e lusor, tenèbra e luna clara, / [...] / lo vielh pecat de cada nuòch s’espèrta, / sèrp miraclosa a la delícia ofèrta dins la calor joventa dau solelh ».

16 « Los espers de conquistaire / per lo gimerre endaurat, / au vent de la mar dansaira / coma un fum se’n son anats ; / an largada granda vela / e sol demòra en lo còr, / jos lo rebat d’una estela, / lo planh cendrós dau recòrd. »

17 « Secreta patz, ombra dau carairon, / monde escongut de la formiga, / tan doça jos lo pas en la foscor ».

18 « Veniá dau camin de la plana / e de pousa aviá le pe blanc, / lo passant de terra lonhdana ».

19 « per rocasses e bòsques los primièrs carrairons dau puòg ».

20 « Avalisca los camins, que, per eles, ven tot mau. »

21 « Caçaire de camin tardier / te’n anaràs jos l’espandida / e sentiràs mesclat a ton alen / le vent per quau es tota flor passida. »

22 « De neu, d’auba, de sang e d’òr / au fiu de l’an quant de flors nadas ! / mas en l’òrt secret de mon còr / eterna es l’estivada. »

23 « Aucels de l’estiu / en vòu de vers l’aiga, / la fos aturada, / eterna volada [...] ; / aucels de bòsc negre / ceuclants en silenci, / au ceu dau recòrd / revenetz de longa [...]. »

24 « Sabe onte vas, pas solitari, / tu que miegjorn a fach mai sol ; sabe onte vas cor sens auvari, cor de recòrd sempre comol ».

25 « ont la figuiera escapa dau jardin ».

26 « cendra cauda dau passat. »

27 « Sonrisiá sa boca ennevada / per lo vin fresc e per lo pan / e per la patz de la vesprada. »

28 « Tous les pays qui n’ont plus de légende / Seront condamnés à mourir de froid... » (La Tour du Pin 1993, 25)

29 « [...] te disián la patz jos la platana, / e la placeta d’ombra, cant de font, / aquela votz au còr de la montanha / onte dau jorn la frescor se rescond. / Recordaràs los vielhs de ta jovença / assetats dins son ombra au ras dau temps ; / o flors ! o font ! o vielhs de ta jovença ! / o vielh recòrd que dins ton còr se ten ! »

30 Voir la bibliographie.

31 « Ai cercat ».

32 « romieu que non sap lo repaus ».

33 « Dòrs lo desert ai caminat / e dòrs la mar, e dins la nuòch / onte lo monde se despulpa, / e dins la claror de tos fuòcs / a ta flatinga s’abandona. »

34 « Que te’n sovenga, Jordi, de l’aleia / ombrosa onte fugissián de pavons, / e d’aquela erba que congreia / dins lo silenci au pargue fons [...]. / S’au recòrd ton tristums’amorra, / ausís lo plor de la tortora, / teune e doç coma un cant de font / que s’esperlonga au fiu de l’ora. »

35 « Cette présence des oiseaux aux premiers comme aux derniers moments d’un itinéraire d’écriture au long cours n’est certainement pas le fait du hasard. On doit plutôt l’interpréter comme un signe, et sans doute aussi comme une signature : celle du poète, inscrivant entre ciel et terre quelque chose d’essentiel ayant présidé à l’élaboration de son œuvre. Créature des deux mondes, celui d’en haut et celui d’ici-bas, échappant à la pesanteur naturelle des choses et des êtres, l’oiseau est par ailleurs doté de cette faculté particulière qui est celle du chant, de la musique. À cet égard, il peut être considéré comme un double, ou un autre de l’écrivain, dans sa quête d’une modulation personnelle, capable de s’accorder, malgré sa petitesse, avec le grand chant de l’univers. » (Gardy 2006)

36 « serre ont l’auceu plora / dins lo silenci de la nuòch ; / ermasses vielhs e vinha mòrta / en l’ombra espandida del puòg. / Ostau perdut ont le vent sol / buta la pòrta ; / ò darrier pas sus lo lindau, / ò cendra mòrta ; / oblit de la darriera luna / detràs d’un nivolàs de neu / vielhas peiras abandonadas / als jorns e nuòchs de l’eterneu. »

37 « l’iscla de nebla s’emmantela, / e lo passat, nuòch sens estela, / s’esbeu dins la nebla del sòm. »

38 Saint Augustin 1964, 299-306.

39 « Long de la comba de l’Erau / lo vent davala / dins l’argentumclar dels olius, / flume d’oblit. »

40 « Se’n sont anats dins lo desert dau temps / cercar ambe de mans d’avugles / lo viu recòrd de sos còrs de jovent / e lo tindar de sas oras perdudas. »

41 « d’estelas mòrtas, van encara caminant / avuglas dins la nuòch del monde / romieus perduts que van sens ges de lum/ per las combas pregondas. »

42 « Aucels de bòcs negre / ceuclant en silenci, / au ceu dau recèord / revenetz de longa. »

43 « E [...] / [...] / miraves lo cel nud, linde miralh / tan desert que ta comba. / [...] / tressalises au vent de l’auba. »

44 Saint Augustin ne cesse de répéter à ses auditeurs, dans son église : « Tu lèves les yeux vers le ciel, et tu es frappé d’effroi... Tu considères l’ensemble de la terre, et tu frissonnes » (Sur le Psaume 145, n.12).

45 « la bèstia va unenca en son etèrne. »

46 « Las fontetas son tornadas / de la fonsor de la terra / de las baumas encantadas / onte sas venas se’n van. / [...] l’aiga linda s’espandís / per lo perdigal, la canla, / per la martra e lo pudís / e tanbén per lamostela / e tot lo tropel de Dieu. »

47 « Dins la nuòch sus lo camin blanc, / quand dels grilhs tremola lo saume, / se’n anèt lo paure passant, / passant dau camin de sant Jaume. »

48 « Gràcias per la nivolada / e gràcias per lo gregau, / gràcias dins lo cel tan naut / e dins la terra gelada / se per l’erba e l’animau / las fontetas son tornadas. »

49 « Urosa la formiga au sòu, / penecant entre los fius d’erba, / que vei sus los nivols de neu, / ben aut, la verda balançada / de la civada dins lo ceu. / Tanben lo ciprés de miegjorn / que sap lo silenci e la flamba / e qu’en son folhum eternau / se’n van tocar d’ombra mortala, / au vespre, las alas dau ceu. / Urós tanbén lo briu de bruga / que non sap pas que dire au vent, / l’aigatge que la nuòch i oblida / e lo rai sagnós de soleu / qu’a jorn falit lo vespre oblida. »

50 C’est-à-dire le plus extrêmement petit que la pensée humaine peut concevoir.

51 « [...] e se, d’azard, l’aver trepilha / ta fuòlha de velós espés, / [...] / ton perfum fresc e fòrt davala / la comba deserta sens bruch. / [...] / Perfum sauvatge e cant de pastre, / sempre en lo vespre rabalatz / per qu’a la font le tropel venga / e per que l’aucel se sovenga / de la font doça e de sa patz, / flor trepilhada de mentastre. »

52 « e de mirar la lutz, abandonada / los uòlhs perduts, non te soven / se siás encara a la terra mairala / o se caminas dins lo temps, / dins lo temps blau, de nivols ennevadas, / dins lo temps blau onte los jorns passats / coma los jorns a venir son tan clars. »

Auteur

Doctorant, Grenoble

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540