Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Max Rouquette

L’inspiration biblique dans les Psaumes de la Nuit de Max Rouquette

Joëlle Ginestet

Texte intégral

  • 1 Sòmnis dau matin, Tolosa, Societat d’estudis occitans, Barcelona, Atalhiers grafics de la casa d’a (...)
  • 2 Les Psaumes de la nuit — Los Saumes de la nuòch : I. Sòmis dau matin (21 poèmes) —II. Sòmis de la (...)

1En 1984, la presque totalité des poèmes des trois recueils de Max Rouquette publiés en 1937, 1942 et 19631 paraît sous le titre de Psaumes de la Nuit / Saumes de la nuòch. La modification du titre en « saumes2 « (psaumes) est originale en raison de la proximité sonore avec les mots « sòmnis » ou « sòmis » (songes) qui figuraient dans le titre des premiers ouvrages. Pour le poète alors âgé de 76 ans, le recueil de 1984 est un des aboutissements majeurs de sa quête d’une poésie où sons et images, voix intime et collective sont harmonieusement unis dans l’esprit de leur langue de création aussi bien que dans la langue de traduction.

  • 3 Rémi Gasiglia, « Émergences d’un genre ? Les psaumes dans la littérature occitane des xixe et xxe (...)

2L’article de Rémi Gasiglia (2005) qui a fait un inventaire des psaumes dans la littérature de langue occitane, pose la question de l’existence d’un genre psalmique à part entière qui ouvre ainsi une brèche3. Pendant les années de la seconde guerre mondiale, Max Rouquette a poursuivi une œuvre où versification et prose se sont côtoyées puis mêlées jusqu’à faire naître une « voix poétique » à la fois singulière et plurielle dont le drame de Medelha (1989) est un autre remarquable aboutissement : l’inspiration biblique sous la forme particulière de la poésie psalmique semble avoir été un élément transformateur non négligeable dans sa démarche poétique. Et c’est bien au fil de son parcours poétique qu’il convient de rechercher cette trace.

  • 4 La Bible, trad. de Louis-Isaac Lemaître de Sacy, préface et textes d’introduction établis par Phil (...)

3La rencontre de deux œuvres des domaines linguistiques français et occitan a indéniablement marqué Max Rouquette. D’une part, il y a La Bible traduite par Lemaître de Sacy (1696)4, une prose lue et relue pendant l’enfance et l’adolescence. Il a plus tard tenu à préciser que l’influence qu’elle a pu avoir sur son écriture ne pouvait cependant pas être théologique :

  • 5 « L’espace de l’écriture occitane, dialogue entre Henri Giordan et Max Rouquette », Verd Paradis, (...)

[...] il y a fort longtemps que toute foi m’a déserté. Je n’affirme aucun athéisme. Disons que je suis agnostique5...

  • 6 Berthe Gavalda, L’Inspiration biblique de Frédéric Mistral, Paris, Collection des Amis de la Langu (...)
  • 7 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.
  • 8 1932, Chant III « Lo ròdol dels indiferents », Le Nouveau Languedoc, Annales, 1932, 7-16 ; 1936, C (...)
  • 9 Armana Provençau, 1871 et Lis Isclo d’Or, 1875 ou « Li Serventès », Lis Isclo d’Or — Les Îles d’Or(...)
  • 10 La Campana de Magalouna, annada XXXVIII, 377, 15 déc. 1927, 7-8.
  • 11 La Campana de Magalouna, annada XXXIX, 389, 15 déc. 1928, 3-4.

4D’autre part, il y a l’œuvre poétique de Frédéric Mistral dont Berthe Gavalda a démontré à quel point elle est parsemée d’allusions, de tournures et expressions issues des textes de l’Ancien ou du Nouveau Testament6. Selon Max Rouquette, cette poésie était bien la seule à pouvoir rivaliser avec celle des troubadours7 et elle lui a personnellement permis d’accéder à La Divine Comédie de Dante dont il a très tôt traduit plusieurs chants8. Mais elle ne constitue pas le socle fondamental sur lequel le jeune poète d’Argelliers a appuyé sa propre recherche poétique, et sa connaissance de La Bible ne pouvait pas se matérialiser dans ses poèmes de la même manière que dans ceux de l’auteur de La Genèsi ou du « Saume de la Penitènci9 ». Si Max Rouquette reste d’une certaine manière proche de la démarche mistralienne, c’est quand il se passionne pour la toponymie ou les histoires populaires qui initient son parcours d’écrivain. Les courts récits qui mettent en scène Dieu, les hommes et les bêtes de la création comme « Lou paure òme e la crous10 » ou « La Sourneta dau taban11 » dédiée à Joseph d’Arbaud ont été publiés dans La Campana deMagalouna dès 1927. Il n’est donc pas possible d’évoquer l’œuvre narrative et théâtrale de Max Rouquette sans évoquer ce fond culturel populaire :

  • 12 « Glosas : Folklore — Aude », Òc, 1, prima de 1943, 21.

[...] Los racontes an gardat, espremidas per lo gaubi e l’esperit populari, e vengudas tot drech, de l’inconscient sorga vertadieira de son engenh singular las grandas questions que se pausan a la meditación de tot òme quand pensa : lo misteri de la vida, de l’estre de Dieu, lo voler de la vida eterna, la fe dins l’omni-poténcia de las ideas, sorga de tota acción magica, e subertot la valor dau sonmi, aquel rebat benurós e lumenós de la vida de cade jorn12...

5Le fait d’avoir été un élève de Joseph-Sébastien Pons enseignant au lycée de Montpellier où il faisait ses études a certainement été déterminant dans la décision de Max Rouquette de se consacrer à l’écriture poétique.

6Mais l’étudiant en médecine qu’il est ensuite devenu a aussi été un lecteur assidu de la Nouvelle Revue Française et il n’a pas pu ignorer le coup de semonce que Paul Valéry a lancé dans un rythme parfait :

  • 13 « La crise de l’esprit », Variété I, Paris, Gallimard, 1924.

Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles13.

1 Un parcours poétique : trois recueils (1937-42-63), un psaume (1941) et l’édition de 1984

7Au cœur du Paradis de Max Rouquette il y a La Bible de Port-Royal mais aussi l’arbre fabuleux de Daphné évoqué par Joseph d’Arbaud dans le Lausié d’Arles et que le jeune poète a présenté dans Le Nouveau Languedoc :

  • 14 « Joseph d’Arbaud », d’après la conférence du 7 mai 1931, Le Nouveau Languedoc, Annales, juin 1931 (...)

Les années de Camargue ont compté pour le poète gardian et tel le cavalier solitaire au milieu de la plaine déserte, tel aussi le grave Laurier, le poète semble être au milieu de la terre provençale fière dans sa mélancolie et noble dans son orgueil, l’âme même de la patrie14.

  • 15 Occitania, 37, 7 oct. 1937.

8En 1937, l’année même de la publication de Sòmnis dau matin, Max Rouquette reparle de Joseph d’Arbaud et voit dans sa Bèstio dóu Vacarés une étape essentielle des lettres occitanes : une fin équivalente à celle qu’annonçait le célèbre cri de la légende antique rapportée par Plutarque « Lo gran Pan es mort15 ! »

1.1 Les 25 poèmes de Sòmnis daumatin (1937)

  • 16 « Le matin, j’offre de naïfs sacrifices. Au soleil, j’offre les rêves de la nuit... », Cahier IV, (...)

9Le titre du premier recueil de Max Rouquette suggère l’heure de la séparation du couple formé par « l’éveillé » qui va être captif de la lumière et « l’endormi » qui, en disparaissant contribue à faire renaître l’autre. L’apparition quotidienne de l’homme raisonnant occupe une grande partie des Cahiers de Paul Valéry16 : paradoxalement, « l’éveillé « qui tente de dire ce qu’est l’abandon de la pensée ne le peut pas à cause de cette force qui s’est régénérée en lui.

  • 17 Recueil de 1984 : « Dafné », « Los uolhs de fos », 30, 44.
  • 18 « Lo passant », 34.
  • 19 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.

10Dans le recueil de Max Rouquette presque trentenaire en 1937, la craintive et funeste beauté de Daphné qui reverdit en laurier est bruissante de la mémoire d’un passé auquel le poète prête l’oreille, et Narcisse réinterroge son image dans le miroir des eaux17. Au centre des Somnis dau matin, dans le poème « Auceus de l’er », les oiseaux migrateurs sont des ombres nomades. Ils s’évanouissent après avoir bu dans l’eau où se reflète un soleil étranger. Les images sont évanescentes tandis que le tremblant « saume dels grilhs » (psaume des grillons) accompagne l’homme de passage18. Les thèmes de la vieillesse et de la perte génèrent la nostalgie mais aussi le désir d’un autre possible. Selon Max Rouquette, tout Paradis perdu est d’ailleurs fait de cette ambiguïté19.

  • 20 « Ara es vengut », Le Nouveau Languedoc, annales, 1932, 18.
  • 21 Recueil de 1984, vers octosyllabiques : I : 65,50 %, II : 35,81 %, III : 45,81 %
  • 22 Recueil de 1984, poèmes de 4 quatrains : I. 5, II. 4, III. O.
  • 23 Dans les poèmes des Somnis dau matin, variantes à partir :
    — du chant : « cant das aigas », « cant (...)

11Pour ces poèmes dont le premier est paru en 193220 quand le poète était encore Max Cantegril, il a privilégié l’utilisation de l’octosyllabe21, du quatrain22 et des sonorités en [daw], [aw], [sun], [sew], [ben]... qui donnent, au niveau des mots, une récurrence forte des substantifs tels que « son », « ciel » et « vent »... Le lien caractérisant « de » et le déterminatif « dau – de l’«  permettent de créer un univers fait de chants (cant), de pas (pas) ou de paix (patz), de vents (vents) et de temps (temps)23. Cette texture sonore et visuelle se diversifiera progressivement dans les recueils suivants.

  • 24 « Choses lues », Marsyas, 215, novembre 1938.

12Une année après la parution des Somnis dau matin, Sully-André Peyre admet que le jeune poète arrive à se dégager de l’influence de Jospeh d’Arbaud24. Plus tard, dans le numéro de printemps de Òc 1941, René Nelli demandera à Max Rouquette de la vigilance par rapport à la tentation de la mystique païenne de la terre et à la nostalgie d’Horace, tout en annonçant l’éclosion d’un poète lyrique :

  • 25 Òc, abril-mai-junh 1941.

Dos o tres poèmas de Roqueta faran pensar a d’unis de J.-S. Pons e a la poesia moderna catalana : entendi la que se manifesta per aquels « lieds », aquelas brevas cançons ont l’alen liric pareis aver definitivament torçut lo còl a l’eloquéncia25.

1.2 Les 25 versets du « Saume dels mòrts sens nom, à Ismaël Girard » (1941)

  • 26 Poèmas de pròsa / Poèmes en prose, Le Pont du Rôle, Fédérop, coll. Paul Froment, 2008.
  • 27 « Auba », Occitania, 44, déc. 1938 ; « Long de la comba de l’Erau », Occitania, 45, janv. 1939 ; « (...)
  • 28 Cf. « La mandra dins lo pesquièr », Òc, 231, genièr — març 1964, 1-13 ; Verd Paradís, Toulouse, IE (...)
  • 29 Ils sont les bergers..., 324-326.

13C’est en temps de guerre et à l’époque d’Occitania (1936-39) et de Terra d’Òc (1941-45) que se concrétise l’intérêt de Max Rouquette pour les psaumes et les versets qu’on retrouvera dansMedelha et les Poèmas de pròsa édités depuis peu26. Il a connu une période de rupture avec l’activité occitaniste27 : la mobilisation, l’éprouvant voyage vers Bizerte en août 1939, le séjour de deux ou troismois dans le village de Metline, mais aussi la rencontre de Berbères, le séjour à Sidi-Bou-Saïd et le contact avec la lumière des pays du Maghreb. C’est aussi en Tunisie que durant l’été 1940, Max Rouquette éprouve un choc : il a failli tomber dans un puits de citerne invisible dans l’étendue d’un champ de blé. Étant seul, il n’aurait pas pu être secouru. Après la prise de conscience qu’il aurait pu disparaître sans laisser la moindre trace28, c’est la chute psychologique ou du moins, selon ses propres mots, « le retour sombre » qui coïncidera avec son installation comme médecin à Aniane29.

  • 30 Bestiaire II, Gardonne, Fédérop, 2005, 97.

14Les 14 octosyllabes du poème « Les grillons » écrit à Bizerte à minuit le 25 décembre 193930 évoquaient un espoir tranquille symbolisé par le chant de « tous les grillons du temps passé / de tous les siècles écoulés » :

[...] Tous les grillons du Paradis
Chantent les hymnes de la nuit...

  • 31 Réédition du poème : Poèmas de pròsas, Le Pont du Rôle, Fédérop, coll. Paul Froment, 2008, 12.
  • 32 La « Genealogia deu Crist » d’après la traduction des Saints Évangiles par C. Laffargue, le poème (...)

15En 1941, le ton et la forme des « Saume dels mòrts sens nom31 » sont très différents. Le poème paraît au sein d’un groupe de traductions et créations dans la revue Òc32. Les responsables disent vouloir conserver un lien entre le populaire et le littéraire et affirment une ambitieuse exigence culturelle :

  • 33 Dans l’original : « s’esplandir » (s’épanouir), peut-être « s’espandir » (s’étendre).

[...] Pensam, amb las gens assenadas, que las doas activitats, activitat literària e activitat populara, devon èsser menadas a l’encòp e conjugadas. Car se la lenga se consèrva e viu dins lo pòble, pòt s’esplandir33 que cultivada...

16Le « Saume dels mòrts sens nom » qui coïncide presque avec l’édition de la série de poèmes de Somnis de la nuoch est une élégie poignante où Max Rouquette montre sa parfaite maîtrise du genre psalmique. Dans les 25 versets du psaume de 1941, les morts sont les destinataires d’une invocation : « ò mòrts », « ò sens cara ». La première personne lance un appel pressant « sòne los vòstres vams », « vos sòne ò carn frairenala », mais c’est en vain et la fumée du sacrifice offert par son peuple est si modeste qu’elle le condamne à endurer le destin du réprouvé Caïn :

[...] e vanament nòstre pensar s’enaura dins lo voide, coma un fum de paure sacrifici sus la pèira freja d’ont miram l’eternitat...

  • 34 Poèmas de pròsa, 122.

17Le peuple occitan apparaît plus nettement comme peuple maudit dans un autre poème non daté, « Lo Fum de Caïn » récemment édité dans Poèmas de pròsa34 :

[...] E sa votz passa pas sas bocas. E sa votz, lo cèl la renèga, coma remandèt au sòu lo fum dau lenhièr de Caïn...

  • 35 Pascale Alexandre-Bergues, « J’inventerai ce vers qui n’avait ni rime, ni mètre » : « Claudel et l (...)
  • 36 Le « Planh per Magalona », dédié au traducteur de Lorca, Peire Darmangeat, est paru dans Òc en 195 (...)
  • 37 Cahier XVII, 562.

18Max Rouquette a donc associé la forme globale du psaume avec des versets qui ne sont ni prose, ni vers libres : « une idée isolée par du blanc » comme l’a dit Paul Claudel de ses propres vers dans Réflexion et propositions sur le vers français (1925). Chacun des 25 versets est un sous-ensemble d’un groupe de trois ou quatre formant l’ensemble que constitue le poème. Versets ou groupes de versets sont en interdépendance grâce à des reprises anaphoriques, lexicales, sonores, syntaxiques… Le poète a aussi pratiqué une polysyndète en « et », caractéristique de l’enchaînement des versets bibliques ou de certains passages de L’Échange de Paul Claudel35. C’est la reconquête de la ligne avec un espace qui délimite un rythme intérieur. Le « Saume dels mòrts sens nom » est un planh36, mais plus lent, plus solennel, où le rythme est lié à un souffle dépassant les mesures de 7, 8, 10 et même 12 syllabes. L’œil ne perçoit pas en une seule fois la masse du poème et l’esprit ne peut pas créer une image si ce n’est celle d’une texture serrée. Le déroulement et la régurgitation des fils arachnéens reviendront d’ailleurs comme leitmotiv dans « La Cançon de l’aranha » du recueil de 1963. Ainsi, le « Saume dels mòrts sens nom » peut être perçu comme une représentation en acte de « la merveilleuse araignée qui tisse, depuis le centre, une toile comme un soleil issu de l’ombre37 », ou bien un écho du « Cimetière marin » de Paul Valéry :

[...] Ils ont fondu dans une absence épaisse,
L’argile rouge a bu la blanche espèce,
Le don de vivre a passé dans les fleurs !
Où sont des morts les phrases familières,
L’art personnel, les âmes singulières ?
La larve file où se formaient les pleurs... Charmes (1922)

1.3 Les 14 poèmes de Sòmnis de la nuòch (1942)

  • 38 Recueil de 1937 : dédicaces à Roger Bartha, Jordi Dezeuze, Ramón Donnadieu, Joan Lesaffre, Peire H (...)
  • 39 Dans les Somnis de la nuoch variantes à partir des oiseaux : « aucèls de bos negre », « aucèls de (...)

19Dans le recueil de 1942, il n’y a plus de dédicaces38 et les oiseaux s’y meuvent au gré des heures, des saisons et des civilisations39. Dès le crépuscule, leur vol et leur(s) voix virent dans le ciel de novembre comme dans « La meteissa votz » publié dans de 1942. Puis vient la nuit de Max Rouquette animée par l’errance du troupeau des ombres. La mort et l’effacement hantent le second recueil si bien que le poème « Larzac « comporte un vers unique de 9 syllabes :

De la terra sul ceu, lo teune fiu,
ennevat per la flor de l’aleda,
partís ton camp peirós, o feda,
de las doças planas de Dieu.

20Dans les écrits en prose de Max Rouquette, le champ des asphodèles ou champ des morts anonymes a sa contrepartie dans l’œuvre en prose surtout avec l’amandier en fleur symbolisant la renaissance. Le léger poudroiement éphémère qui peut réunir à la fois l’idée de vie et celle de mort (fleur, manne, neige, gelée matinale, cendres, étoiles...) est une des images remarquables des textes bibliques :

Ps CXLVII.4 — Il fait que la neige tombe partout comme de la laine sur la terre ; il y répand la gelée blanche comme de la cendre.

21Max Rouquette retrouve les fleurs étoilées des asphodèles dans le ciel nocturne. La nuit effrayait le janséniste Pascal qui se sentait abandonné parce qu’il n’y a pas de réciprocité entre les étoiles et les humains. Mais au xxe siècle, les Odes de Paul Claudel ont montré un homme qui n’a plus peur : peut-être est-ce parce qu’en contrepoint, le jour et son enchaînement mécanique et aliénant d’idées paraît plus inquiétant encore ?

22Un an après son premier article critique, René Nelli veille toujours, refusant d’être complaisant avec Max Rouquette dont il souhaiterait qu’il ne cède pas à la voix poétique de la décadence :

  • 40 Òc, 1, prima de 1943.

[...] Dins de poemas coma « Avent », lo legeire traparà una fermesa, una duretat de peira o de tor que corregis, dins nostre esperit, ço que lamusica de Roqueta aviá un pauc trop fluid, e d’una mena un pauc trop vesina d’aquela dels Italians « crepusculario40 ».

23Max Rouquette a répondu, sous la forme d’une prière, dans le dernier poème du recueil « Çò que cerque... », où il affirme que sa quête consiste à atteindre la voix et l’action poétiques susceptibles de soulever la vague :

Çò que cerque, Senhor, en fora
de tas flors e de tos aucels
es lo desert, es la mar granda,
enauçada encar de ta man...

1.4 Les 15 nouveaux poèmes de La Pietat dau matin (1963)

  • 41 Òc, an XX, Est.-Aut.-Ivèrn 1944, 27-29.
  • 42 Òc, an XXIV, 1946-47-48, 49-50.

24L’année 1944 semble sonner l’heure d’un réveil littéraire : Max Rouquette propose des articles dans Òc, 3-4 ; il participe l’année suivante à la fondation de l’IEO et confie à Òc le poème « Per tres camins » ainsi que la nouvelle « la mòrt de Còstasolana41 ».Des trois poèmes parus dans le numéro de 1948, on retiendra l’atmosphère printanière qui émane des poèmes « Març » et « Los Aucèls de l’Aube », laquelle est balayée par l’image d’une aube aussi glacée que le marbre dans le texte « Non sabe42... » En 1950, toujours dans Òc, le « Planh per Magalona » dédié à Peire Darmangeat, traducteur de García Lorca, montre l’âme de la belle Maguelonne endormie dansant sur la vague et le soleil des morts errant sur l’eau..., morte elle aussi.

  • 43 « Orientacion », Òc, 16, avril 1952, 1-4.

25En 1952, le poète annonce qu’après le chant solitaire « l’ora es venguda del parlar43 ». C’est aussi l’heure d’agir et de plus en plus de récits, nouvelles et poèmes paraissent dans des revues diverses, dont l’occitanocatalane Vida Nova que Max Rouquette lance en 1954. Il précise aussi dans un article ce qu’est ou ne peut pas être le bilingüisme :

  • 44 Òc, 16, avril 1952, 1-4.

Es tròp facil de respòndre « bilinguisme », amb una lenga per la carn e l’autra per l’esperit, una lenga de la vida vidanta que seriá lo francés, e una lenga del sòmi d’Òc44.

  • 45 Marche romane, 3-4, déc. 1953, 294-295.

26En 1953, la revue Marche Romane accueille des poèmes occitans de René Nelli, Jean Mouzat, Henri Espieux, Robert Lafont et de Max Rouquette, qui a envoyé « Encant » et « Vertolhon45 ». La seconde moitié du premier poème de 13 vers daté de décembre 1953 renvoie à la « Cançon de l’aranha » de la Pietat dau matin :

[...] Los savis vestits de luna
Lo japar de la feruna
Una peira que degruna...
Una aranha es sa man bruna
Sus las còrdas dau matin.

27Dans ce poème apparaît l’araignée sous la forme d’une image.Quand on la retrouvera dans « La Cançon de l’aranha » dans le recueil de 1963, de vers en vers, les sons et les mots tisseront alors un « mouchoir brodé ».

  • 46 Sonnets : « Lo vièlh pecat » (décasyllabique, 7 rimes : abab cdcd eef gfg), « Non sabe » (octosyll (...)

28En 1963, les versets du « Saume dels mòrts sens nom » semblent n’être plus qu’une étape dans le parcours poétique de Max Rouquette : en effet les sonnets finaux de La Pietat dau matin indiquent une recherche approfondie sur les formes closes comme celles du sonnet46. La poésie qu’il publie est en vers, les récits sont en prose et il ouvre la page du théâtre.

  • 47 Recueil de 1984, vers heptasyllabiques (I : 14,39 % ; II : 28,83 % ; III : 40,52 %)

29Dans les vers de La Pietat dau matin, il réutilise plus fréquemment les vers octosyllabiques et heptasyllabiques47 que dans le recueil précédent. Parmi les sons [en], [dau] et [au] qui résonnent en échos, il y a une grande quantité de sons durs en [ka]. Au centre de son recueil, Max Rouquette effectue un retour implicite vers son ancien pseudonyme « Cantagril », et son patronyme « Roqueta ». Dans le très court poème « Lausa escricha », il crée un jeu de mots à partir du thème pré-indo-européen [kãn-t-] « pierre » et le mot « cant » (chant), et se dissimule derrière le « ròc » auquel il ajoute l’augmentatif « -às » :

SOI AU COR de la nuòch etèrna
Mesclat au pas de la lutz dins lo cèu
Coma un rocàs en un camp de lusèrna
Que se sentis entre luna e solelh
Freg e pesuc un flòc grand de la tèrra.

  • 48 Canta-perdiu / Chante Perdrix. Eglogues catalanes, Paris, Champion, 1925.
  • 49 J.-S. Pons, Cantilena, Toulouse, Privat, 1937.

30Est-ce un simple jeu, est-ce un hommage à J.-S. Pons disparu en 1962 ? Chante-Perdrix / Cante-Perdiu48 est le titre d’un de ses recueils et « Cant perdut » un poème de Cantinela49 :

Cant perdut que no puc més repetir,
¿ qui parlar d’ocell i d’herba tendra,
quan entre llavi i llavi un gust de cendra
senyala la misèria del desti ?
no és que una pobra llosa en la humitat
d’aquesta vall de cendra desolada.

1.5 L’unité des 50 poèmes de Psaumes de la nuit—Saumes de la nuòch (1984)

  • 50 Paul Valéry, Tel Quel II, Paris, NRF, 1971, 122.

31« L’œuvre modifie l’auteur », a affirmé Paul Valéry50, et Max Rouquette rééditant ses recueils en 1984 a le recul de celui qui examine. Paul Claudel a aussi ouvert son Art poétique (1907) avec des réflexions regroupées sous le titre de « Connaissance du Temps » où il pose le temps comme un paramètre qui force l’homme, — et donc le poète -, à déchiffrer sans cesse le présent et est donc essentiel dans la détermination du sens.

32Ainsi, Max Rouquette modifie parfois ses poèmes quand ils doivent être réédités. En 1963, il a repris la traduction des vers 1 et 2 du poème « D’èstre sols » et l’a conservée en 1984 :

D’être seuls au monde étranger,
d’entendre les heures sonner pour d’autres,
un jour de neige ou de grand vent
ils se sont effacés de la lumière. (1942)

33Le lien de cause à effet entre la solitude et l’effacement est ainsi plus clairement établi et le poème fait ainsi implicitement de la solitude la cause de la mort :

Parce que seuls au monde étranger,
Où les heures sonnaient pour d’autres,
un jour de neige ou de grand vent
ils se sont effacés de la lumière. (1963-1984)

34Le recueil de 1984 dit une durée humaine et prend des allures de « psautier » profane : les vers sont issus de 3 périodes de création qui derrière le masque des indications temporelles « matin — nuit — matin « proposent les atmosphères diverses des saisons ; et en même temps, en l’absence d’allusions au monde non naturel, chaque poème conserve un caractère intemporel. Les 50 unités ou (21 + 14 + 15) ou (7 + 7 + 7) + (7 + 7 + 7) (+ 7 + 1 + 7) ou (5ˆ10), etc. permettent des lectures aux résonances différentes. Au cœur du recueil de 1984 se trouvent les 25e et 26e poèmes : « Lo sabaud » et « Calabrun » ; le premier poème « Camin vielh « évoque ceux qu’a pris l’ombre de la mort et dans la dernière strophe de « La pietat dau matin » qui clôt l’ouvrage, le poète revient aux disparus, hommes ou mots ou mots d’hommes qui traversent la nuit :

  • 51 « La pitié du matin sur les terrasses / les recueillait, fascinés et perdus, / cependant que sans (...)

La pietat dau matin as parabandas
Los recampava, enclausits e perduts,
Entre qu’etèrna anava la nuòch granda51.

35Avec le recueil de 1984, le poète offre à la fois ses élans de jeunesse, ses interrogations face à la fugacité de l’existence humaine, et une sensibilité à la beauté restée intacte...

  • 52 Vers de certains poèmes de 1937 modifiés en 1984 :
    1 – v. 13 « len ».
    2 – v. 11 « meravelha ».
    7 – v. (...)
  • 53 Dédié à Henri Frère en 1937, auquel il dédiera « Poema » en 1984.

36En comparant les éditions des Somnis dau matin de 1937 et de 1984, on remarque queMax Rouquette a modifié quelques détails graphiques et repris quelques rares vers52, et il a surtout retiré quatre poèmes sans pour autant déconstruire la structure initiale qui mettait « Aucèus de l’er » en son centre. Les poèmes qui ont été rejetés « Vots » (position 1/25)53, « Fonts » (9/25), « Velha » (22/25) et « Planh » (23/25) débarrassent le recueil de 1984 des images liées à l’activité quotidienne de l’homme : un jardin potager, une table de travail dans une chambre, une femme muse franchissant le seuil de la maison pour venir doucement s’épancher sur l’épaule du poète. Du recueil de 1937, Max Rouquette n’a pas remis en cause l’architecture mais rejeté les images suggérant l’ancrage sédentaire afin de privilégier l’image du berger et/ou du passant.

2 L’« èime » de la lenga et les psaumes

  • 54 Ils sont les bergers..., 258.
  • 55 Tomás Garcés, « Introducció », Obra Poética de J.-S. Pons, Barcelona, Edicions 62, 1976, 9.
  • 56 « L’espace de l’écriture occitane... », 305.
  • 57 Ils sont les bergers..., 146.

37Pourquoi revenir vers les psaumes et le vers en prose ou le verset en ce xxe siècle puisque l’inspiration n’est qu’un « leurre » et qu’il n’y a que les voix extérieures de la communication et « pas de voix céleste, de murmure amoureux54 » ? La poésie est « fille de la mémoire » selon Joseph-Sébastien Pons55 et Max Rouquette n’a cessé de rechercher comment sa musique personnelle pourrait se marier aux rythmes de sa propre langue d’élection, pas ceux d’une langue carnavalesque ou grotesque, mais ceux d’une langue cultivée56. La notion de musique personnelle a aussi pu venir de sa lecture du poète perse Hafez qu’il évoque ainsi57 :

Son style n’est pas celui de l’abstraction. Il est celui des choses. Toute chose, dans sa musique, pas seulement sonore, mais, dirait-on, sémantique aussi, apporte sa voix profonde, née du sentiment de sa vérité, de son être essentiel. La chose est et vit, dans le vers, comme elle est dans le monde. Avec sa forme, son poids, ses aspects, son rôle.

2.1 Au cœur du Paradis : la Bible du Maître de Sacy, les chants d’église, la voix

  • 58 La Bible, trad. de Lemaître de Sacy, préface et textes d’introd. établis par Ph. Sellier, Paris, R (...)

38Les textes bibliques lus à travers la traduction du Maître de Sacy58 ont happé le jeune Max Rouquette, il a écrit et dit avoir suivi, penché sur le papier jaune, Moïse dans le désert dans une atmosphère « d’odeur de fleurs séchées plus entêtantes que de l’encens ». Il est donc familier d’une traduction faite à partir du latin de la Vulgate de Saint Jérôme déclarée « authentique » par le Concile de Trente de 1546 avec une révision en 1592. Dans la traduction de l’Ancien Testament achevée en 1693 (c’est-à-dire après sa mort), le Maître de Sacy a eu recours aux textes originaux en grec et hébreu, et a privilégié la progression logique du récit et son intelligibilité : le rendu de l’esprit de la lettre est fondé sur la grammaire du français plutôt que sur le souffle et le rythme.

  • 59 Ils sont les bergers..., 222 : la lecture de La vie de Rancé de Chateaubriand appréciée pour sa va (...)

39Pour les trappistes cisterciens59, le psautier est un outil de transformation : il laboure et fait germer. Il réactualise le combat allégorique (bien-mal ; lumière-ténèbres ; juste-impie) contre et avec soi. Les psaumes ont un effet cathartique pour celui qui traverse le désert dans l’étau des contradictions et ils sont choisis pour être chantés en fonction des heures tout en étant un condensé du combat intérieur de tout homme, renouvelable chaque jour comme l’indique le psalmiste :

Ps XCI.1-5 : Il est bon de louer le Seigneur, et de chanter à la gloire de votre nom, ô Très Haut ;
Pour annoncer le matin votre miséricorde, et votre vérité durant la nuit,...

  • 60 « Matin de Rogacions » et « Lo Dijòus Sant ».

40Max Rouquette a aussi dit se souvenir des processions chantées de son village. Dans sa mémoire, sont demeurés vivants le verset des fruits de la terre « Ut fructus terra daret conversare digneris » et les lamentations de Jérémie qui, chaque Jeudi saint, faisaient s’élever dans son esprit des images de désert, de silence, d’abandon et de désespoir60. Ainsi en lui, la recherche pleine d’espoir d’une Terre promise est un combat de tous les jours contre le désespoir d’un pays qui se dérobe et la permanence du mal et de la cruauté.

  • 61 « Secret de l’erba », Òc, 16-17, genier-abril 1934, 97-107.

41Dans l’oreille de l’enfant, il y a toujours la musique de songe que dévidait le vieil ensorceleur Prien61 et le jeune étudiant découvrira la musicalité poétique des Cant palustre de Joseph d’Arbaud :

  • 62 Marsyas, 243, 1946.

[...] Vaquí perqué, de fes, s’ai entendu dins l’aire
Lou cant adoulenti di sereno d’Elas,
Prègue lou Diéu crestian e siéu, ome de mas,
Lou fraire pensatiu di pastre e di pescaire62. [...]

42Enfin, il y a eu l’émotion ressentie à l’écoute de la voix de Joseph-Sébastien Pons parlant de poésie au lycée alors que le jeune Max Rouquette n’a déjà plus de mère, réentendue plus tard dans le théâtre de Montpellier, et qui semble avoir été la véritable « vibration » poétique :

  • 63 « Omenatge a Josep-Sebastia Pons », Òc, An XVIII, 1942, 1-5.

Un bel jorn de calor d’un mes de julh, dins lo gran teatre deMontpelhier, cafit e bronzinant d’un pòple d’escolans virat cap a las vacàncias, dins l’auvari e lo fum de mil pantais de soleu e de libertat, au mitàn d’un monde de color ont l’Universitat, l’armada e la justicia se mesclavan en una viva mirgalhadura, una votz de velós, armoniosa e que davalava sus los mots coma per n’esperlongar la delícia, una votz se levèt e nos tenguèt un temps penjats au bòrd de la terre d’oc ont anàvem una ora apres nos escampilhar63.

43Certaines voix (timbre, texture, rythme du phrasé...) semblent avoir particulièrement bouleversé Max Rouquette. Dans Ils sont les bergers des étoiles, il évoque aussi l’émotion ressentie, quand un jour et par hasard, il a entendu pour la première fois la voix de Maria Casarès à la radio.

2.2 Des traductions et recréations biblique ou psalmique dans les revues occitanes

  • 64 Le Nouveau Languedoc, Annales, juin 1931, 20-23.
  • 65 Òc, numéro spécial de 1946-47-48, 129-136.

44Dans les Annales du Nouveau Languedoc de juin 193164, Roger Barthe consacre son « point de vue » à la poésie pure et à l’étude de Paul Valéry sur Saint Jean de la Croix. À la sortie de la guerre, il proposera d’ailleurs une traduction du Cantique spirituel dans Òc65. Les textes bibliques font partie des grands textes dont les collaborateurs de la revue estiment que les lettres occitanes doivent se doter et au côté ou en alternance avec les textes virgiliens (traduits par l’abbé Cubaynes), ils prennent la place qu’auraient pu occuper les textes homériques.

  • 66 « Lo Libe de Rut », Òc, 10-11, genièr—abril, 1933.
  • 67 Juli Cubainas, Salmes, version occitana, Lavit, Lo Libre Occitan, 1967.

45Deux ans après la fondation de Òc en 1931, on peut déjà y lire un extrait du « Livre de Ruth » mis en gascon par C. Laffargue du séminaire d’Auch66. Pendant ce temps, l’abbé Cubaynes travaille à son projet de traduction des grands textes bibliques : Los Sants Evangèlis (1932), Lo Libre de Tobias (1942). Toutefois, c’est seulement en 1967 que paraîtront ses Psaumes en vers occitans d’après le texte latin officiel du 24.03.194567.

  • 68 Marsyas, 169, janv. 1935.
    Entre un rèi fòu em’un rèi sàvi, / Siéu lou rèi cantaire, siéu Dàvi. // A (...)

46Dans Marsyas, Sully-André Peyre68 propose en 1935 son « Saume dóu rèi Dàvi » en distiques octosyllabiques dans lequel le roi vieillissant énumère les grandes étapes de sa vie de guerrier, d’époux adultère, de père malheureux, de pénitent et enfin de sage plein d’indulgence...

  • 69 Occitania, no 19,mai 1960. Carles Cardó i Sanjoan est aussi le traducteur de l’œuvre complète de S (...)
  • 70 Obres completes : Poesia, prolèg de Marià Manent, Barcelona, Editorial Selecta, 1957, 626-627. ... (...)

47Du côté catalan, le Révérend Fra Miquel d’Esplugues a voulu donner une Bible à la Catalogne (Fundació Biblica catalana). Dans son entreprise de traduction des douze livres de la Bible entre 1928 et 1948 (Colección Bernat Metge), Carles Cardó i Sanjoan s’est livré à une véritable recréation poétique avec le « Salm de Nadal o de les coses petites69 ». Enfin, dans Vida Nova de 1960, Max Rouquette évoque le poète diplomate Josep Carner, admirateur de Dante et contemporain de Paul Claudel, qui a écrit des poèmes d’inspiration biblique, mais n’en a toutefois intitulé qu’un seul « Salm de la captivitat ». Carner a composé son poème en distiques avec un schéma de rimes croisées comme pour un romance en pratiquant la césure rythmique et le redoublement des expressions synonymiques, antithétiques ou synthétiques particulier des psaumes70.

2.3 Deux voix d’exigence : Paul Valéry et Paul Claudel

2.3.1 la voix matinale de la self-consciousness

  • 71 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.
  • 72 Ils sont les bergers... 120-121.
    Dans la bibliothèque de Max Rouquette, son fils Jean-Guilhem signa (...)
  • 73 Paris, Émile Chamotin, 1933.

48Lorsque Max Rouquette parle de musique poétique et d’accords, il précise que le mot s’entend non pas au sens musical de « notes » mais au sens poétique de « connotations » et d’« harmoniques sensuelles » : c’est ce qu’il appelle une « musique personnelle71 ». Avant même la publication du premier recueil, en raison de sa lecture assidue de la Nouvelle Revue Française72, il a pu se familiariser avec la poésie et les écrits de Paul Valéry tout en s’avouant peu intéressé par le débat sur la « poésie pure ». La Diction du vers73 fait partie de sa bibliothèque : Max Rouquette a sans cesse cherché à atteindre l’harmonie poétique parole — voix.

49La poésie des psaumes pourrait, selon Paul Valéry, avoir la capacité d’allier le collectif et l’intime :

  • 74 Paul Valéry, Variété V, Folio Essai, 1944, 701.

Les psaumes, par exemple, participent de l’hymne et de l’élégie, combinaison qui accomplit une alliance remarquable des sentiments collectifs lyriquement exprimés avec ceux qui procèdent du plus intime de la personne et de sa foi74.

50Dans ses Cahiers, débarrassés de leur dimension théologique, les poèmes intitulés « Psaumes » deviennent le support d’une construction philosophique et éthique. Un d’entre eux figurant dans le Cahier XII (1927) résume une attitude que Max Roquette aurait pu faire sienne :

  • 75 Paul Valéry, Poésie Perdue, les poèmes en prose des Cahiers, éd. par M. Jarrety, Paris, Gallimard (...)

Tu n’adoreras pas les dieux des autres ;
(Mais prends garde de Te tromper sur le tien !)
Tu connaîtras le Tien à sa simplicité,
Il ne te proposera pas des énigmes vides
Il ne s’entourera pas d’éternité
Il sort de toi comme tu sors de ton sommeil
Comme la fleur et le parfum sortent de la terre confuse et du fumier qui se décompose, il sort quelquefois de ta vie, un peu de Lui et une idée de son énergie.
Cache ton dieu, que ce dieu soit ton trésor — que ton trésor soit ton dieu75.

2.3.2 la voix du primat dramatique

  • 76 Dans la bibliothèque de Max Rouquette, son fils Jean-Guilhem signale :
    Les Choéphores et Les Euméni (...)
  • 77 Ils sont les bergers... 234-235 ; 244 ; 250 ; 252.

51Max Rouquette a aussi lu Paul Claudel dans la Nouvelle Revue Française, avant même la publication de son premier recueil de 193776. Dès 1927, le poète français a consacré la majeure partie de son œuvre aux lectures et commentaires de la Bible. Si Max Rouquette n’était sans doute pas totalement convaincu par l’esthétique claudélienne qui devenait de plus en plus théologique, il sera marqué par le « coup de gong » de Paul Claudel dans le paysage théâtral77 et ses recherches sur le rythme. Psaumes et odes se confondent dans la poésie de Claudel qui souhaitait que son activité poétique soit en accord avec sa philosophie du cosmos :

  • 78 Paul Claudel et Jacques Rivière, Correspondance (1907-1914), 88. Allusion aux traités « Connaissan (...)

Je compose en ce moment la dernière des quatre Grandes Odes ou psaumes ou monologues [que] je reprends et développe en les mêlant à ma théorie de la Parole et aux incidents de ma vie passée et présente la doctrine de mes deux traités78.

52Les versets comme ceux de Fausta dans le « Cantique du Peuple divisé » de la Cantate à trois voix se déroulent pour dire à la fois la vie de l’esprit, de l’histoire et de la personne :

Laeta, joyeuse fille du sol latin ! et toi, obscure Égyptienne à ma gauche ! votre sort n’est pas si heureux que le mien.
Heureux celui qui aime, mais plus heureux celui qui sert et dont on a besoin, et ces deux que le besoin indissoluble
Relie comme une troisième personne !
Demain est là où cesse notre absence !
Et ce n’est pas seulement lui et moi, c’est tout un peuple en nous qui désire et qui est partagé.
Entre l’Orient et l’Occident, là où les eaux se partagent sans pente,
Au centre de l’Europe il y a un peuple divisé.

  • 79 Jacques Houriez, L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel, Paris, A (...)

53Pendant la seconde guerre mondiale, Paul Claudel s’est plus nettement intéressé au personnage de David en qui il voyait une image de lui-même comme pécheur, prêtre et poète et il a alors abordé les psaumes en recréateur : Les psaumes et la photographie (1943), Prière pour les Paralysés suivie des Quinze Psaumes graduels (1944), Les Sept Psaumes de la Pénitence (1945), Paul Claudel répond les Psaumes (1948)79.

3 Du personnage de David à la poésie psalmiste

3.1 Le psalmiste

  • 80 Jean Paul Bonnes, David et les psaumes, coll. « Maîtres spirituels », Paris, Seuil, 1957.
  • 81 René Morax (1873-1963) a créé Aliénor en collaboration avec Gustave Doret en 1910 et Le Roi David (...)

54La présence dans la bibliothèque de Max Rouquette d’un ouvrage consacré au roi David80 laisse peu de doutes sur l’intérêt de l’écrivain pour la « légende » ou le « mythe » de l’enfant berger qui savait capter le vent sur sa « kinnor » : harp, ûd, lyre, luth, vîna, psaltérion, tantôt « lahut » et tantôt « citara » en occitan, de la kithara inventé par Apollon après qu’il a cédé sa lyre à Orphée. Les Sonnets à Orphée (1923) de Rilke ont amené à privilégier la notion d’orphisme mais David est très souvent dans l’ombre d’Orphée selon diverses études spécialisées. Celui qui allie à la fois l’art du Psaume (ou « Gloire » selon Mes chonnic) et de la musique est bien David. Dans la Bible de Sacy, il apparaît d’ailleurs (avec Salomon), comme un personnage majeur derrière Moïse à qui on attribuait les Livres de la Loi.81

3.2 Du Roi David aux oratorios et drames sonores

  • 82 Frédéric-Jacques Temple, « Une vie de musique. Jean Bioulès : cinquante ans au service de la musiq (...)
  • 83 « Archives amicales », Max Rouquette, Marseille, Climats, 1993, 82-85.
  • 84 Outre des Cantates de Bach, Max Rouquette a pu découvrir à l’Enclos sous la direction de Jean Biou (...)

55Bien qu’il ne classe pas Honegger parmi ses musiciens préférés, Max Rouquette a eu connaissance du Roi David (1921-24), son oratorio composé à partir de la pièce du poète vaudois Morax 3(1921), grâce à Jean Bioulès82. Le Directeur des chœurs de l’Enclos Saint-François de Montpellier a en effet repris ce drame musical et c’est lui qui, selon George Dezeuze, a amené le jeune poète à la musique en lui faisant découvrir cette œuvre ainsi que La Passion selon saint Mathieu de Bach83. Ultérieurement, le mélomane averti qu’était Max Rouquette a sans doute pu apprécier d’autres œuvres interprétées à l’Enclos sous la direction de Jean Bioulès84.

  • 85 « Glosas : Folklore-Aude », Òc, An XIX, Prima de 1943, 20-22.
  • 86 Vida Nova, no 68, décembre 1976, 24-25.

56L’audition d’œuvres vocales telles que les oratorios ou les cantates a été une expérience essentielle dans la vie du poète Max Rouquette. On se souviendra aussi qu’il a toujours considéré la voix populaire comme une source de première importance et qu’il a très tôt manifesté de l’intérêt pour Albeniz, Borodine et Rimsky-Korsakov qui travaillaient à partir du folklore (1943)85. Et il a admiré Joseph-Sébastien Pons pour avoir su se nourrir de la voix et de l’âme d’un peuple pourtant prêt à abandonner sa langue86, ce qui l’amènera plus tard à donner une conception très biblique du rôle d’un tel poète dans un article de Vida Nova de 1976 :

Estranjament, aquo es d’aquel poble catalan, d’aquela man de Pîreneus, oblidos trop longtemps e mai encara dau grand corps nacional, de l’autra man, d’aquel pais alienat e, dins sa massa, perdut a mort dins son alienacion fins qu’a beles paucs ne delembra sa lenga, sol ligàm, sol relicari, sola Arca d’alligança, aquo es d’aquel poble que venguet la sava que norrissià dins Pons la votz e l’arma d’aquel poble.

3.3 David : un pécheur qui souffre

  • 87 Ils sont les bergers..., 151-152.

57Les psaumes valorisent l’idée de repentir mais aussi celle d’une possible reconquête de l’espoir. Ils reprennent de façon condensée la conquête de sa liberté par le peuple juif guidé par Moïse et expriment sa joie grâce à des hymnes qui louent la création divine. Le très humain David a bien des choses à se faire pardonner comme l’assassinat d’Urie dont il a pris la femme Bethsabée. Mais il a aussi son lot d’humiliations quand sa femme se moque de lui en le voyant danser devant l’Arche d’Alliance, et sa charge de souffrance quand son fils révolté meurt. Dans Absalon, Absalon !, Faulkner87, admiré par Max Rouquette, situe l’énigme du meurtre de Charles Bon par son ami dans la société du sud des Etats-Unis et met en avant les tragiques répercutions des actes d’une génération sur les générations futures.

58Lentement, de vers en vers, dans le poème « Encant » évoqué plus haut, Max Rouquette défait l’image d’une poésie et d’une culture idéalement sereines :

Los savis vestits de luna
Sus l’acrin del serre nud
Fan tindar una per una
Las còrdas d’un fin lahut.
A cada degot que tomba
S’esperlònga per la comba
Inacabable un fremin
De lagrema dau ceu-sin...
Los savis vestits de luna
Lo japar de la feruna
Una peira que degruna...
Una aranha es sa man bruna
Sus las còrdas dau matin.

3.4 David : le berger et son troupeau nocturne

59Max Rouquette, interrogé sur son talent poétique, a déclaré qu’il aspirait à ce qu’il aille au-delà de sa propre personne :

  • 88 Òc, 18, octobre 1952.

Aquel pòble me làguia, fai quicòm d’uflat, o pasmens coma dire ? Aquèl pòble fach de Raol e d’Armand, de Renat, de Filemon, de Lison, d’Alfred, de Renat-Petit, de Josepet, de Pascalon, de Joanon, de Leon, de Nadal, de Berta, de Ròsa, de Lisa, de Joana-la-Lònga, de Julia de Roqueta, de Catarina e de Sanche, d’Arrazat e de Marion del Sambotur e de Gannòcha, de Grosset e de Zefir, e de quant sabe ! Siái pas qu’un d’aqueles e s’es ieu que parle per eles es per còp d’asard. Tant podriá èstre l’un coma l’autre88.

60Toutes les voix des disparus, plus perceptibles mais insaisissables dans la nuit, vont de pair avec celle du poète qui ne sait pas s’il les mène ou les pousse, ou ne fait peut-être que les accompagner. Le poème « Cavalier perdut » paraît dans un numéro de Òc de 1955 accompagné de trois poèmes : « Vida Estrecha... », dédié à Enric Espieux, « Festa-Dieu », et « D’un grand seguit », dédié à Félix Castan. Les quatre quatrains en décasyllabes de ce dernier poème évoquent le cycle nycthéméral qui conditionne l’univers intérieur du poète :

D’un grand seguit d’ombras e d’armas mòrtas
ai pres lo cap dins la claror del jorn
pasmens soi sol e la ròsa que pòrte
au vent de geu tressalís coma un jonc.
Lo grand aver que mon ombra rabala
luònch dins la nuòch s’alònga e s’espandís
es lo mantèl tròp greu per son espatla
d’un rei sacrat que se fòrabandís.
Lo grand aver me buta, caminada
eterna, cap al vespre ennivolat
onte me mesclarai a la tenèbra
d’aqueles qu’au non res ai remandat
E qu’en escura e fernissenta còla
seguisson lo que soi un jorn entièr
e que, s’un còp d’azard, vira l’espatla
non se recòrda e camina, estrangièr.

61Le poète avait placé les ombres aimées qui lui donnent le sentiment d’une fraternité du songe par delà la mort au cœur du « Saume dels mòrts sens nom » :

Sòmie de vos, que longtemps abans mas aubas, avètz somiat jos las estelas, dins l’espantament dau matin (v. 13)

3.5 Poésie orphique ou poésie davidique ?

62Alors qu’il venait de découvrir Paul Valéry, Rainer Maria Rilke a écrit Les Sonnets à Orphée dédiés à la danseuse Vera Oukama Knoop en 1922 :

[...] Presque une enfant, et qui sortait
de ce bonheur uni du chant et de la lyre,
et brillait, claire, dans ses voiles printaniers,
et se faisait un lit dans mon oreille.
Elle dormait en moi. Tout était son sommeil...
(« Presque une enfant... », trad. Maurice Betz)

63Il avait une idée précise du rôle du poète :

[...] Sois dans cette nuit de démesure
la force magique au carrefour des sens,
et le sens de leur rencontre singulière...
(« Sens, tranquille ami... », trad.Maurice Betz)

  • 89 Lo Maucor de l’Unicorn — Le Tourment de la Licorne, Marseille, Sud, 1988 ; Pézenas, Domens, 2000.

64Dans Lo Maucor de l’unicorn89, un recueil de poèmes plus intime de 1988, le second vers est en retrait et peut être considéré comme une voix prenant son autonomie soit parce qu’elle fait écho au premier vers, soit parce qu’elle lui répond :

Siái una votz dins los raulets.
Pas qu’una votz... (Dins los raulets)

65ou :

La lenga s’es perduda au fons dau bòsc.
S’es perduda. Degus la sona pas. E se durbís la boca es sens resson... (« La Lenga perduda »)

66Max Rouquette est bien un poète métamorphoseur du regard et de l’oreille d’autrui. Son élan poétique se déploie aussi dans l’œuvre à plusieurs voix comme par exemple dans le drame de Medelha où le chœur dit les « salmes » en passant du verset à la parole proverbiale. Puis, dans la dernière scène, cette parole redevient prisonnière des allitérations et s’évanouit dans le néant. En contrepoint, oscillant entre prose et verset, la voix de l’héroïne incarne une énergie qui se bat contre la fatalité aliénante de la redite et de l’oubli mais au prix du meurtre de ses enfants. Par le biais de la dramaturgie, Max Rouquette a d’autant plus poursuivi sa recherche poétique qu’à ses yeux :

  • 90 Ils sont les bergers..., 273.

67Le théâtre est un lieu d’élection de la poésie, pour qu’elle y soit entendue90.

Conclusion

68Le recueil des Saumes de la nuòch de 1984 est bien une étape d’un parcours poétique personnel que tout lecteur peut aborder à sa façon car le « je » lyrique s‘y est volontairement fait discret et l’architecture y rend intemporelle une quête très humblement humaine :

Car mille ans sont à tes yeux comme le jour d’hier quand il n’est plus, et comme une veille de la nuit. Ps 90.4.

Bibliographie

Bibliographie

De Max Rouquette

Rouquette, Max. Somnis dau matin, Tolosa, Societat d’estudis occitans, 1937.

Rouquette, Max. Somnis de la nuoch, [avec trad. française], Tolosa, Societat d’estudis occitans, coll. « Messatges » 3, 1942.

Rouquette, Max. La Pietat dau matin, Tolosa, Institut d’estudis occitans, coll.

« Messatges » 32, 1963.

Rouquette, Max. Les Psaumes de la nuit, Paris, Obsidiane, 1984.

Rouquette, Max. Lo Maucor de l’unicorn — Le Toument de la licorne, Marseille, Sud, 1988 ; Pézenas, Domens, 2000.

Rouquette, Max. Poèmas de pròsa — Poèmes en prose, Gardonne, Fédérop, 2008.

Rouquette, Max. Ils sont les bergers des étoiles, Monaco, Anatolia, Éditions du Rocher, 2001.

Sur Max Rouquette

« Max Rouquette », Europe, juin-juillet 2008, 165-257.

Autres

Bible (La), trad. de Louis-Isaac Lemaître de Sacy, préface et textes d’introduction établis par Philippe Sellier, Paris, Robert Laffont, 1990.

Alexandre, Didier. Genèse de la poétique de Paul Claudel : « comme le grain hors du furieux blutoir », Paris, Champion, 2001.

Claudel, Paul. Œuvre poétique. Édition critique par Jacques Petit. Paris, Gallimard, 1957.

Claudel, Paul. Théâtre, Éd. critique établie par Jacques Madaule et Jacques Petit, Paris, Gallimard, 1948, t. 2.

Coulot, Claude, René Heyer, Jacques Joubert (direction), Les psaumes, de la liturgie à la littérature, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2006.

Pickering, Robert. Paul Valéry poète en prose. La prose lyrique abstraite des « Cahiers » Paris, Minard, 1983.

Valéry, Paul. Cahiers, fac-similé en 29 tomes, éd. CNRS, 1957-1961, 29 vol.

Valéry, Paul. Cahiers, éd. par Judith Robinson, Gallimard, anthologie de la Pléiade, Paris, 1973 et 1974, 2 vol.

Valéry, Paul. Poésie Perdue, les poèmes en prose des cahiers, éd. par Michel Jarrety, Paris, Gallimard, 2000.

Notes

1 Sòmnis dau matin, Tolosa, Societat d’estudis occitans, Barcelona, Atalhiers grafics de la casa d’assistència President Macià, 1937, 39 p. (25 poèmes) ; Sòmnis de la nuòch, avec trad. française, Tolosa, Coll. « Messatges » 3, Societat d’estudis occitans, Tolosa, Impr. J. Castellvi, 1942, 35 p. (14 poèmes) ; La Pietat dau matin : I. Lo Libre dels Somis (12 poèmes) — II. La Pietat dau matin (15 poèmes), Tolosa, Coll. « Messatges » 32, Institut d’estudis occitans, Apt, Impr. Reboulin, 1963, 63 p. (27 poèmes).

2 Les Psaumes de la nuit — Los Saumes de la nuòch : I. Sòmis dau matin (21 poèmes) —II. Sòmis de la nuòch (14 poèmes) — III. La Pietat dau matin (15 poèmes), Paris, Obsidiane, 1984, 125 p. (50 poèmes).

3 Rémi Gasiglia, « Émergences d’un genre ? Les psaumes dans la littérature occitane des xixe et xxe siècles », Les Genres littéraires émergents, Actes du colloque de Nice, 23-25 octobre 2003 réunis par Jean-Marie Seillan, Paris, L’Harmattan, 2005, 201-225. « Max Rouquette », Europe, juin-juillet 2008, 165-257.

4 La Bible, trad. de Louis-Isaac Lemaître de Sacy, préface et textes d’introduction établis par Philippe Sellier, Paris, Robert Laffont, 1990.

5 « L’espace de l’écriture occitane, dialogue entre Henri Giordan et Max Rouquette », Verd Paradis, trad. française de A. Surre-García, Paris, Le Chemin Vert, 1980, 293-318.

6 Berthe Gavalda, L’Inspiration biblique de Frédéric Mistral, Paris, Collection des Amis de la Langue d’oc, 1967 ; « Études mistraliennes : II. L’Inspiration biblique de Frédéric Mistral », L’Astrado, 1988 ; Frédéric Mistral et les Écritures, Roudelet felibren dóu Pichoun Bousquet, 1997.

7 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.

8 1932, Chant III « Lo ròdol dels indiferents », Le Nouveau Languedoc, Annales, 1932, 7-16 ; 1936, Chant I « Infèrs », Calendau, no 39, mars 1936, 78-82 ; 1945, Chant XXVI « la mort d’Ulisses », Òc, 1945, 5-7 ; 1965, Discours au Congrès du P.E.N. Club de Langue d’Òc, Fe, no 211, autouno 1965, 7-13.

9 Armana Provençau, 1871 et Lis Isclo d’Or, 1875 ou « Li Serventès », Lis Isclo d’Or — Les Îles d’Or, Culture Provençale et Méridionale, Raphèle-lès-Arles, 1980, 198.

10 La Campana de Magalouna, annada XXXVIII, 377, 15 déc. 1927, 7-8.

11 La Campana de Magalouna, annada XXXIX, 389, 15 déc. 1928, 3-4.

12 « Glosas : Folklore — Aude », Òc, 1, prima de 1943, 21.

13 « La crise de l’esprit », Variété I, Paris, Gallimard, 1924.

14 « Joseph d’Arbaud », d’après la conférence du 7 mai 1931, Le Nouveau Languedoc, Annales, juin 1931, 35-36.

15 Occitania, 37, 7 oct. 1937.

16 « Le matin, j’offre de naïfs sacrifices. Au soleil, j’offre les rêves de la nuit... », Cahier IV, 601, 1910 ; « Il se cache dans sa lumière. Je suis enfermé dans une sphère d’illumination. Je ne sais rien au-delà de ce qui est clair. Cette transparence me borne, et toute vue fait un voile... », Cahier IV, 680, 1912 ; ...

17 Recueil de 1984 : « Dafné », « Los uolhs de fos », 30, 44.

18 « Lo passant », 34.

19 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.

20 « Ara es vengut », Le Nouveau Languedoc, annales, 1932, 18.

21 Recueil de 1984, vers octosyllabiques : I : 65,50 %, II : 35,81 %, III : 45,81 %

22 Recueil de 1984, poèmes de 4 quatrains : I. 5, II. 4, III. O.

23 Dans les poèmes des Somnis dau matin, variantes à partir :
— du chant : « cant das aigas », « cant de font », « cant de pastre », « cant de son desert », « cant de nuòch » ; « cançon aspra de temperi » ; « cantic de la bruga » ; « cantilena de ceu », « cantilena de luna e de som »... ;
— des pas, du passant et de la paix : « pas de ton cor », « pas perdut », « pas greu de la poussa de la plana » ; « passant dau camin de Sant Jaume », « passant de la terra londanha », « patz d’aquela comba », « patz dau monde », « patz de la vesprada », « patz sadola dels ostaus »... ;
— du vent : « vent d’aut », « vent d’un gorg desconegut », « vent de l’auba », « vent de l’automnada », « vent de la mar dansaira », « vent de las terras fonsudas »... ; — du temps : « temps d’estiu », « temps de cauca », « temps de la becassa », « temps de prima »...

24 « Choses lues », Marsyas, 215, novembre 1938.

25 Òc, abril-mai-junh 1941.

26 Poèmas de pròsa / Poèmes en prose, Le Pont du Rôle, Fédérop, coll. Paul Froment, 2008.

27 « Auba », Occitania, 44, déc. 1938 ; « Long de la comba de l’Erau », Occitania, 45, janv. 1939 ; « Cançon » et « Las fontetas son tornadas », Occitania, 46, février1939.

28 Cf. « La mandra dins lo pesquièr », Òc, 231, genièr — març 1964, 1-13 ; Verd Paradís, Toulouse, IEO, 1974, 49-59.

29 Ils sont les bergers..., 324-326.

30 Bestiaire II, Gardonne, Fédérop, 2005, 97.

31 Réédition du poème : Poèmas de pròsas, Le Pont du Rôle, Fédérop, coll. Paul Froment, 2008, 12.

32 La « Genealogia deu Crist » d’après la traduction des Saints Évangiles par C. Laffargue, le poème « Un liri sus un cros » de Julian Galery, « Dafnis et Cloe » traduit de Longus par Paul Eyssavel, « Estances del mortal somrire » traduit de Alfons Maseras par Gabriel Boissy et le poème « Los mestres dau fuec » de Paul-Louis Grenier.

33 Dans l’original : « s’esplandir » (s’épanouir), peut-être « s’espandir » (s’étendre).

34 Poèmas de pròsa, 122.

35 Pascale Alexandre-Bergues, « J’inventerai ce vers qui n’avait ni rime, ni mètre » : « Claudel et le vers dramatique », Cahiers de l’Association des Études Françaises, 52, mai 2000, 349-366.

36 Le « Planh per Magalona », dédié au traducteur de Lorca, Peire Darmangeat, est paru dans Òc en 1950.

37 Cahier XVII, 562.

38 Recueil de 1937 : dédicaces à Roger Bartha, Jordi Dezeuze, Ramón Donnadieu, Joan Lesaffre, Peire Hugonenq, Josep Carbonell i Gener, Enric Frère.

39 Dans les Somnis de la nuoch variantes à partir des oiseaux : « aucèls de bos negre », « aucèls de l’estiu », « aucèls de novembre », « aucèls d’antan »...

40 Òc, 1, prima de 1943.

41 Òc, an XX, Est.-Aut.-Ivèrn 1944, 27-29.

42 Òc, an XXIV, 1946-47-48, 49-50.

43 « Orientacion », Òc, 16, avril 1952, 1-4.

44 Òc, 16, avril 1952, 1-4.

45 Marche romane, 3-4, déc. 1953, 294-295.

46 Sonnets : « Lo vièlh pecat » (décasyllabique, 7 rimes : abab cdcd eef gfg), « Non sabe » (octosyllabique, 9 rimes : abab cded ffg hih i), « L’unicorn » (décasyllabique inversé, 8 rimes : aab cdc effe ghgh), « La pietat dau matin » (décasyllabique, 8 rimes abab cdcd efe ghg).

47 Recueil de 1984, vers heptasyllabiques (I : 14,39 % ; II : 28,83 % ; III : 40,52 %)

48 Canta-perdiu / Chante Perdrix. Eglogues catalanes, Paris, Champion, 1925.

49 J.-S. Pons, Cantilena, Toulouse, Privat, 1937.

50 Paul Valéry, Tel Quel II, Paris, NRF, 1971, 122.

51 « La pitié du matin sur les terrasses / les recueillait, fascinés et perdus, / cependant que sans fin marchait la grande nuit. »

52 Vers de certains poèmes de 1937 modifiés en 1984 :
1 – v. 13 « len ».
2 – v. 11 « meravelha ».
7 – v. 1 et v. 11 absence de guillemets, v. 3 « ; », v. 4 « , ».
9 – v. 3 « lo pas », v. 9 « E de saber l’envòu dau perdigal ».
10 – v. 5 « antau », v. 8 « belugueja », v. 11 « canton », v. 12 « mié », v. 15 « tardié », v. 17 « alé », v. 18 « ven ».
13 – v. 2 / 15 absence d’espace pour séparer les 4 derniers vers, « , » - v. 17 « ai somniat », v. 18 et v. 51 « somni ».
17 – v. 9 « Vòle tornar veire en la fos gelada » et « somni », v. 11 « l’imatge fosca », v. 15 « lo fiu de mon somni ondejava ».
19 – v. 2 « los cors », v. 14 absence de ponctuation, v. 16 absence de ponctuation. « FIN » non repris.

53 Dédié à Henri Frère en 1937, auquel il dédiera « Poema » en 1984.

54 Ils sont les bergers..., 258.

55 Tomás Garcés, « Introducció », Obra Poética de J.-S. Pons, Barcelona, Edicions 62, 1976, 9.

56 « L’espace de l’écriture occitane... », 305.

57 Ils sont les bergers..., 146.

58 La Bible, trad. de Lemaître de Sacy, préface et textes d’introd. établis par Ph. Sellier, Paris, Robert Laffont, 1990.

59 Ils sont les bergers..., 222 : la lecture de La vie de Rancé de Chateaubriand appréciée pour sa valeur de « Mémoires » a pu attirer particulièrement l’attention de Max Rouquette sur les trappistes.

60 « Matin de Rogacions » et « Lo Dijòus Sant ».

61 « Secret de l’erba », Òc, 16-17, genier-abril 1934, 97-107.

62 Marsyas, 243, 1946.

63 « Omenatge a Josep-Sebastia Pons », Òc, An XVIII, 1942, 1-5.

64 Le Nouveau Languedoc, Annales, juin 1931, 20-23.

65 Òc, numéro spécial de 1946-47-48, 129-136.

66 « Lo Libe de Rut », Òc, 10-11, genièr—abril, 1933.

67 Juli Cubainas, Salmes, version occitana, Lavit, Lo Libre Occitan, 1967.

68 Marsyas, 169, janv. 1935.
Entre un rèi fòu em’un rèi sàvi, / Siéu lou rèi cantaire, siéu Dàvi. // Au tèms qu’ère à peno un jouvènt, / Tuière Gouliat ; — m’ensouvèn : // Ero un gigantas plen de croio, / N’aviéu que moun èime e ma joio...
Entre un roi fou et un roi sage, / Je suis le roi chanteur, je suis David. // Au temps de ma prime jeunesse, / J’ai tué Goliath ; — je m’en souviens : // C’était un géant plein d’orgueil, / Je n’avais que mon sens de la mesure et ma joie...

69 Occitania, no 19,mai 1960. Carles Cardó i Sanjoan est aussi le traducteur de l’œuvre complète de Sénèque dans le cadre de la Fundació Bernat Metge.
« Un jorn les coses petites sentiren el frec del misteri ; / d’un ensurt d’ignorada delícia fremiren llurs feble entranyes, / el refilar dels ocells ressonava de mòduls angèlics, / l’olor de les flors més humils se sentia a celestes fragàncies, / els fins borrallons de la neu teixien gonelles de verge, / menestrals i pobres pastors rebien missatges angèlics / negats als savisi als princeps. [...] »
Un jour les petites choses ressentirent le frôlement du mystère ; / D’un sursaut de délice inconnu frémirent leurs faibles entrailles, / le chant des oiseaux résonnait de modulations angéliques, / l’odeur des fleurs les plus humbles exhalait des parfums célestes, / et les fins flocons de la neige tissaient des robes virginales, / artisans et pauvres bergers recevaient des messages angéliques / refusés aux sages et aux princes.

70 Obres completes : Poesia, prolèg de Marià Manent, Barcelona, Editorial Selecta, 1957, 626-627. ... « Soni la nostra veu, que ara ens ofeguen, / en càstig immortal. / Salva, a l’abric de renaixents columnes, / el nostre clos pairal. // I que l’or de la teva solellada / consoli les afraus, coroni el cim/ quan ton alè ens retiris / I encara ens facis terra d’aquella d’on venim... »
Je fais chanter notre voix, car maintenant ils nous étouffent, / châtiment immortel. / Sauve, à l’abri des renaissantes colonnes, / notre enclos paternel. // Et que l’or des rayons de ton soleil / console les gorges, couronne les cimes / quand de ton souffle, tu nous prives / Et fais-nous de cette terre dont nous sommes issus...

71 « L’espace de l’écriture occitane... », 293-318.

72 Ils sont les bergers... 120-121.
Dans la bibliothèque de Max Rouquette, son fils Jean-Guilhem signale :
— des éditions de la NRF antérieures à 1937 :
Monsieur Teste (1929) ; Regards sur le monde actuel (1930) ; Rhumbs (achat en 1933) ; Suite (1934) ; Pièces sur l’art (1936).
— des éditions postérieures : Degas — Danse — Dessin (1938) ; Variétés I, II, III, IV, V (1924-29-36-38-44) ; Tel quel 1 et 2 (1941-43) ; Mélange (1941) ; Mauvaises pensées et autres (1942) ; Mon Faust, ébauches (1946).

73 Paris, Émile Chamotin, 1933.

74 Paul Valéry, Variété V, Folio Essai, 1944, 701.

75 Paul Valéry, Poésie Perdue, les poèmes en prose des Cahiers, éd. par M. Jarrety, Paris, Gallimard NRF, 2005, 177.

76 Dans la bibliothèque de Max Rouquette, son fils Jean-Guilhem signale :
Les Choéphores et Les Euménides (1920) ; Autres poèmes de guerre (1916) ; L’oiseau dans le soleil levant (1927) ; Feuille de saints (1925) ; Cinq grandes odes (1910) achat en 1933 ; Positions et propositions II (1934) ; Le Livre de Christophe Colomb (1929) ; Corona Benignitatis anni dei (1913) achat en 1935 ; Le théâtre, publications de la NRF entre 1920 et 48 ; Figures et paraboles (1936) achat en 1938.

77 Ils sont les bergers... 234-235 ; 244 ; 250 ; 252.

78 Paul Claudel et Jacques Rivière, Correspondance (1907-1914), 88. Allusion aux traités « Connaissance du temps » (1903) et « Traité de la co-naissance au monde et de soi-même » (1904).

79 Jacques Houriez, L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel, Paris, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 1996.

80 Jean Paul Bonnes, David et les psaumes, coll. « Maîtres spirituels », Paris, Seuil, 1957.

81 René Morax (1873-1963) a créé Aliénor en collaboration avec Gustave Doret en 1910 et Le Roi David avec Arthur Honegger en 1921 ; le drame sera transformé en oratorio en 1924. En 1908, lui et son frère Jean font construire le Théâtre du Jorat à Mézières près de Lausanne.

82 Frédéric-Jacques Temple, « Une vie de musique. Jean Bioulès : cinquante ans au service de la musique de la région », Sud, Montpellier, 1977.

83 « Archives amicales », Max Rouquette, Marseille, Climats, 1993, 82-85.

84 Outre des Cantates de Bach, Max Rouquette a pu découvrir à l’Enclos sous la direction de Jean Bioulès Saul et Israël en Égypte de Haendel et La Création de Haydn et les oratorios célèbres ne lui étaient sans doute pas inconnus : Oratorio de Noël et Oratorio de Pâques de Bach, Le Pèlerinage de la rose de Schumman, Les Choéphores de Paul Claudel et Darius Milhaud, L’Oedipus Rex de Stravinsky, Saint François d’Assise d’Olivier Messiaen, fils de Cécile Sauvage, une amie de sa mère, etc.

85 « Glosas : Folklore-Aude », Òc, An XIX, Prima de 1943, 20-22.

86 Vida Nova, no 68, décembre 1976, 24-25.

87 Ils sont les bergers..., 151-152.

88 Òc, 18, octobre 1952.

89 Lo Maucor de l’Unicorn — Le Tourment de la Licorne, Marseille, Sud, 1988 ; Pézenas, Domens, 2000.

90 Ils sont les bergers..., 273.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540