Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Terroir nouveau

Philippe Gardy

Texte intégral

1Le renouvellement d’une tradition littéraire, quand il paraît s’imposer comme un fait patent, aussi bien sur le moment même où il survient que plus tard, quand on peut en dresser un premier bilan, est le fruit d’une alchimie complexe, dont on ne repère jamais qu’une partie des composantes.

2Il est d’abord, peut-être, une affaire d’individualités, qui, à un point donné de l’espace et du temps, finissent, pour des raisons qui échappent souvent, à se rejoindre et à se féconder mutuellement. La poésie occitane n’échappe évidemment par à ces sortes de constatations, que l’on s’efforce rétrospectivement de comprendre en les éclairant de multiples façons. Entre le début des années 1930 et la fin des années 1950, rien ne change au fond, et cependant tout se modifie dans ce territoire d’écriture dont les dimensions demeurent néanmoins modestes. Des héritages sont là, très présents, parfois trop, juge-t-on. Il en va ainsi du mistralisme et du Félibrige, dont l’ombre, que certains commencent à juger stérilisante, s’est étendue sur toutes les formes d’écriture occitane, et d’abord poétiques. Pour résumer : on admire Mistral, assez uniformément, mais on refuse l’héritage qu’il a pu laisser, à son corps défendant souvent. Et l’on est enclin à se rebeller contre une tradition qui consisterait avant tout à répéter, plus ou moins servilement, et à se conformer aux leçons les plus convenues héritées des générations antérieures. Comme le disait déjà Baudelaire, il convient d’être moderne, délibérément moderne, et donc, pour ce faire, de brûler, au moins en apparence, ce qu’il aurait été convenable d’adorer et de respecter au pied de la lettre, sans pour autant céder aux sirènes du « modernisme ». Il faut passer à autre chose. Mais comment faire ?

3Ces questions, ces doutes, ces emportements, ces remises en question, hantent certains protagonistes de la littérature occitane en ce début des années 1930 où la société française est déjà grosse de toutes les compromissions et de toutes les débâcles qui vont rapidement la miner et s’abattre sur elle. Contre tout ce qui pourrait rassurer, on cherche de nouvelles certitudes, non sans craindre de devoir désormais se passer de celles sur lesquelles on a pu s’appuyer jusque-là. Tout est brouillé, ou menace de l’être. La vie sociale, la vie politique, les fondements de l’existence collective. La langue d’oc, qui plus est, est sentie, bien qu’un tel sentiment ne soit pas vraiment nouveau, comme partie intégrante de cette menace : quelle place pourrait-on envisager de lui faire jouer dans ce monde qui se lézarde ? Un monde que les conflits en cours, d’abord la guerre d’Espagne, bien sûr, puis, à sa suite, la seconde guerre mondiale, vont achever de disloquer et de faire trembler sur la plupart de ses bases.

4Un poème de la première partie d’Arma de vertat de René Nelli, « Guerra d’Espanha », exprime la profondeur de cette angoisse dans un tableau déjà intemporel tel que le poète de Carcassonne sait en composer quand il s’agit d’affronter les tempêtes du siècle :

  • 2 Arma de vertat, Tolosa, Institut d’études occitanes, 1952, 18-19. « Les hirondelles plus amères / (...)

Mai amargantas las irondas
volan bas jos lo cèl d’Espanha
De l’eissor agotant lo nèrvi
lo solelh crema lo mentastre2

5La poésie, et les poètes, dans pareil contexte, sont à la fois les guetteurs d’un passé qui attire et repousse, et les messagers, plus ou moins assurés de leur clairvoyance, d’un avenir qui tarde à se dégager. Comment, dès lors, tenter d’être moderne quand les repères chronologiques eux-mêmes se brouillent, et que tout semble devenir de plus en plus opaque, impénétrable ?

6Plus avant dans le même recueil, Nelli réunit dans un même éclat poétique — celui de l’épigramme, peu à peu devenue l’une des formes majeures de son expression — les luttes et les douleurs qui hantent alors le devenir des hommes. Le quatrain s’intitule significativement « Montsegur : 1944 ». Sa forme quasi hiératique est une façon de se mesurer avec l’effroi afin de s’efforcer de le dompter :

  • 3 Arma de vertat, p. 70-71. « Antre des morts bouche d’ombre clamant sur la haute colline / comme un (...)

Cauna dels morts Boca d’ombra cridant al pus naut de la sèrra
com un resson de Victoria ton vièlh segrèt patarin
sus ta paret ai escriut amb lo cor plen d’espèr : libertat
cap al solelh e pr’aquo dreit dins la nuèit de la tèrra3

  • 4 Dans l’anthologie occitane des Cahiers du Sud, dont il sera question un peu plus loin. Ce texte à (...)

7C’est en gros à l’époque même où ce poème fut écrit, puis publié pour la première fois, que Max Rouquette, de son côté, fait entrer publiquement la personne et l’œuvre de Federico Garcia Lorca dans l’univers littéraire d’oc. Il n’était sans doute pas le seul à faire de l’écrivain andalou une figure essentielle de la poésie la plus haute et la plus novatrice, sacrifiée sur les autels de la guerre et de la haine. Mais en publiant dans la revue Oc une traduction occitane de quatre pièces particulièrement significatives extraites du Romancero gitano, Rouquette, alors âgé d’à peine plus de trente ans, exprimait, avec d’autres moyens, la même angoisse que son ami Nelli, avec lequel il échangeait alors une correspondance abondante et auquel il va finir par dédier, pour un temps, son poème emblématique « Oblit » des Somnis de la nuoch4. Et cette angoisse, pour l’un comme pour l’autre, était aussi le lieu crucial d’une interrogation sur la nature de la poésie, sur la destinée d’une langue, la langue d’oc, et sur ce qu’il convenait d’imaginer et de faire pour en renouveler le lustre et les capacités expressives.

  • 5 Ismaël Girard, l’infatigable animateur de la revue Òc, Max Rouquette, Dominique Jos (pseudonyme du (...)

8Ce qui guide alors les deux jeunes écrivains — Nelli est de la même génération que Rouquette, il est né en 1906 —, c’est l’idée, double, d’une civilisation qu’il faut redécouvrir et faire connaître, et, dans le droit fil, celle d’une écriture et, singulièrement, d’une poésie, qui doit se projeter vers l’avenir : résolument novatrice, assurément, mais appuyée sur une histoire et un « arrière-pays » qui est d’abord un fabuleux réservoir d’imaginaire. Nulle proclamation n’exprime peut-être plus justement cette ambition que les lignes par lesquelles Max Rouquette conclut sa présentation de la section « Languedoc » de l’anthologie que René Nelli, aidé de quelques amis5, fait publier en 1944 dans la revue toulousaine Pyrénées :

  • 6 « Jeune Poésie d’oc. Anthologie composée par René Nelli », Pyrénées, 17-18, mai-juin 1944, 467. Su (...)

Le poète catalan J.-S. Pons est le maître incontesté de la nouvelle poésie languedocienne à qui il a révélé les secrets d’un art à la fois plus humain et plus universel. Le provençal José d’Arbaud — prosateur et poète — a trouvé lui aussi beaucoup de lecteurs et de disciples à Toulouse comme à Montpellier. Ajoutons enfin que l’étude méthodique du folklore a rajeuni, au contact d’un passé mythique, toujours vivant, l’inspiration profondément méditerranéenne de nos écrivains actuels.
C’est ainsi que s’est dégagée peu à peu de cette province — aux monts tragiques, aux plages lumineuses — une poésie à la fois lucide et tourmentée, dont le lecteur sentira tout le charme6.

9« Remonter aux sources anciennes » : cette formule, également utilisée par Rouquette dans sa présentation de la production languedocienne, est une des clés de cette quête d’une modernité qui nous renvoie à Baudelaire, dont Rouquette fait depuis le début de son œuvre une de ses références essentielles. Et le paradoxe n’est ici qu’apparence : l’audace, pour Rouquette comme pour Nelli, réside avant tout dans la recherche d’une authenticité renouvelée. Retrouver le passé, y compris le plus mythique, en le dépoussiérant, et s’accorder dans le même mouvement aux voix nouvelles d’une époque, telle est la leçon que nos deux jeunes écrivains veulent transmettre. Du côté de l’écriture occitane, Rouquette s’est fait connaître et déjà reconnaître avec la publication, en 1934, de son récit autobiographique Secret de l’erba, puis de ses deux premiers recueils, qui font figure de manifestes, Los somnis dau matin (1937, sans traduction française) et Somnis de la nuoch (octobre 1942, avec une version française de l’auteur). Nelli, de son côté, est déjà un écrivain français en voie de reconnaissance : après Présence (en 1929, aux éditions de la revue carcassonnaise Chantiers), il a notamment publié chez Denoël en 1938 Le Tiers Amour, ouvrage inclassable, entre prose et poésie, qu’a préfacé son voisin, maître et ami Joë Bousquet. En février 1942, le mince mais très dense recueil Entre l’esper e l’abséncia. Entre l’espoir et l’absence, numéro deux de la toute nouvelle collection « Messatges » patronnée par la revue Oc et la Societat d estudis occitans, le consacre poète d’oc, quelques mois seulement avant la parution des Somnis de la nuoch.

Est-ce mon contact quotidien avec René Nelli qui m’a inspiré tant de sagesse ? Personne mieux que lui n’a compris que la raison humaine était à l’échelle de notre besoin d’erreur et que c’était à la poésie de mettre la pensée au pas,

10écrit notamment Bousquet en tête du Tiers Amour.

  • 7 Voir Omenatge a Pèire Azema (1891-1967), s. l., Institut d’estudis occitans / Escòla felibrenca da (...)

11Rouquette et Nelli se rejoignent dans la revue Òc, fondée par Ismaël Girard en 1923. Ils en deviennent, entre la fin des années 1930 et les années 1940, au gré des difficultés de l’époque, deux des animateurs parmi les plus actifs. Rouquette, venu de Calendau, la riche et polémique publication montpelliéraine animée par Pierre Azéma7 entre 1933 et 1943, passé par l’Occitania de Camproux, dont il est un temps le rédacteur en chef (à la fin des années trente), trouve à Òc un lieu sans doute plus adapté à cette entreprise « de civilisation » dont il désire être, avec Nelli, l’un des artisans.

12C’est que Rouquette, comme Nelli, s’interrogent sur le devenir d’une poésie, et de la poésie en général. Là est sans doute une des clés de leur relative, mais réelle réussite, quand un premier bilan peut en être tenté, au lendemain de la guerre. Le Carcassonnais, collaborateur régulier, depuis le début des années 1930, de la prestigieuse revue marseillaise Les Cahiers du Sud, réunit et déjà publie, sous la forme d’articles percutants, les éléments qui composeront en 1947, mis bout à bout et complétés, son essai Poésie ouverte, poésie fermée, aux éditions de la même revue. Rouquette, lui, moins volontiers théoricien, mais ne dédaignant cependant pas les vertus d’une réflexion claire et affirmée, énonce, dans des articles brefs et incisifs, ou dans des comptes rendus, ce que pourraient être les couleurs, les inflexions et les rythmes d’une poésie — occitane — revivifiée. Dans Occitania, où il publie alors quelques-uns de ses plus beaux poèmes (« Calabrun » ; « Long de la comba de l’Erau »...), dans Òc, il multiplie notes et encouragements, adressés à lui-même d’abord bien sûr, mais aussi à ceux qui, de générations plus récentes, ont commencé de le rejoindre.

  • 8 « Le serpent de feuilles ».
  • 9 « Prose sur un thème folklorique : le vent masqué et les grenouilles » (Arma de vertat, 130-133).
  • 10 Dans un ensemble intitulé simplement « Pœmas » (« Marina » ; « Vespre d’estiu » ; « Prolog sus un (...)

13Les deux poètes, dans leur quête d’une voix occitane, n’obéissent cependant pas exactement aux mêmes injonctions. Nelli, partisan déclaré d’une poésie qui doit chercher à se délivrer du poids trop immédiat et selon lui trop encombrant de sa matière linguistique première, privilégie, comme il le fera toute sa vie durant, les rythmes intérieurs de l’être humain, accordés à ceux qui organisent la totalité du monde, visible ou invisible. La fable de la « serp defolhum8 », qui donne aussi son nom à la dernière partie d’Arma de vertat, prend chez lui la forme d’un art poétique, intitulé « Prosa sus un tèma folcloric : Lo vent masca-rat e las ranas9 ». Dans ce poème d’allure quasi didactique, déjà publié avec un texte et sous un titre légèrement différents par la revue Òc en 194310, Nelli paraît inviter son lecteur à ne pas se laisser prendre aux apparences. Le vent, glissé dans la mue d’un serpent, croit tromper les grenouilles en se faisant passer pour un autre. Mais celles-ci ne sont pas dupes : « sous masque d’emprunt » (« aquo que los mascara », littéralement : ce qui leur sert de masque), elles ont reconnu, en créatures éminemment naturelles qu’elles sont, « los dieuses eternals », « les dieux d’éternité », ceux seuls vers lesquels doit rester tourné, gloserons-nous à notre tour, le regard du poète.

  • 11 Max Rouquette, « Souvenirs », dans Christian Camps et Jean-Marie Petit (éditeurs), Actes du colloq (...)

14Si Rouquette pense lui aussi que, dans toute poésie, la musique des sens (qu’il qualifie pour cela de « sémantique ») est infiniment supérieure à celle des sons11, il estime néanmoins que pour parvenir à la première, but et récompense ultime, la seconde constitue un indispensable et merveilleux marchepied. S’il n’est pas alors en divergence sévère avec son ami Nelli sur ce point, qui est lui aussi éminemment sensible à certains aspects formels du poème (son attachement à l’épigramme, ou au sonnet, en atteste), il estime cependant que le rythme, c’est la langue, ou, plus exactement, que c’est de la langue, dans ses formes les plus pures, c’est-à-dire celles liées à ses usages franchement populaires, que procède le rythme de la poésie. De la poésie occitane, bien entendu, telle qu’il la rêve et déjà la met en œuvre :

  • 12 « Lenga e pœsia », Occitania, 47, mars 1939, 3. (La langue d’oc est populaire. Cela aurait dû la s (...)

La lenga d’oc es popularia. Aco l’aurie degut sauvar de l’anequelimen. Crese que los primadiés se son enganats a voler seguir lo romantisme francés. Lo francés es mens proche de la lenga d’oc que l’italian e l’espanhoù. Lofrancés es litteraramen una lenga borgesa. La lenga d’oc no. Lo francés es pas accentuat. La lenga d’oc si12.

  • 13 « Chanson de l’araignée ». Dans les éditions suivantes, le titre de ce poème devait être épuré gra (...)

15À la « Prosa sus un tèma folcloric » de Nelli, de la sorte, Rouquette semble faire écho avec son propre art poétique, publié en novembre 1946 dans le numéro 4 du tout jeune Ase negre, « Cançon de l’iranha13 ». La chanson répond à la prose, la prééminence du rythme, et de la continuité des images, à celle du récit intelligible, destiné à rendre sensible la présence du « grand monde », celui qui n’en finit pas de se continuer à la croisée du temps et de l’espace. Rouquette cherche, et trouve, à l’exemple de Lorca qu’il admire, un rythme, du côté de la mélodie populaire et du vire-langue, tandis que Nelli, sans être insensible à de tels exercices, semble préférer la construction plus intellectuelle d’une autre sorte de « toile », celle du poème en quête de sa vérité profonde, au-delà des apparences qui peuvent être trompeuses.

  • 14 Mais ce ne sont pas les seules qui comptent alors pour lui : au-delà de Pons et de Lorca, Max Rouq (...)

16On ne s’étonnera guère, dans ces conditions, que, si Nelli, dès avant Arma de vertat, et plus encore après la publication en volume de ce qui demeurera son grand œuvre, fut très tôt considéré comme un maître en poésie, impossible à imiter ou à suivre, Max Rouquette, lui, devint tout aussi rapidement un exemple, une source à laquelle s’abreuver. Tous deux, en effet, proclamaient les mêmes références, et une identique volonté de renouveler un langage poétique. Mais le second indiquait également un chemin : de Pons, son premier et grand inspirateur envers lequel il ne cessera jamais d’exprimer sa dette, à Lorca, sa deuxième référence majeure14, un élan était donné, ou en tout cas souligné et renforcé.

17Cette référence hispanique, proche et quasi occitane (Pons), ou plus éloignée (Lorca, mais aussi Antonio Machado), Rouquette en fait son miel, la popularise et en éclaire, chez d’autres autour de lui, les raisons et les significations. Il est significatif que le tout jeune Jean Boudou s’essaie, au même moment que Rouquette, et de son propre côté, à l’écriture du romance, et avoue à son maître le romancier Henri Mouly son admiration pour l’œuvre de Machado :

  • 15 Letras de Joan Bodon a Enric Mouly, Naucelle, Societat dels Amics de Joan Bodon, 1986, 28-29, lett (...)

Soi pas tant original coma cresètz. Soi vengut a un punt qu’aimi mai l’es-panhol e la poesia espanhola que lo francés e la poesia francesa. D’après ieu lo pus grand trobaire d’en aval seriá Antonio Machado e ai volgut atrapar son biais.
Dins los vèrses espanhòls la rima es un azard, es pas qu’una assonància pus parfèta que las autras. Coma l’occitan a un pauc lo même son que l’espanhol, m’èri afigurat de far de vèrses assonantats.
Aquel Machado, lo pus sovent, fa de vèrses de 8 sillabas e dins sas pèças cortotas i a totjorn coma una espècia de refrin. Tenètz, vos vau traduire un de sos poèmas15.

  • 16 Letras..., 34-35 (trois romances à l’espagnole, sur La petite vieille. Ils ont été écrits l’an der (...)

18Peu de temps après, le même Boudou joint à un autre courrier, outre les derniers poèmes qu’il vient de composer, « tres romances a l’espanhòla sus La vielhota. Son faches de l’an passat16. »

***

  • 17 La présentation que faisait d’Allan Robert Lafont dans l’anthologie qu’il avait conçue avec Gaston (...)
  • 18 Le numéro de la revue Pyrénées consacré à « La jeune poésie d’oc » reproduit fort opportunément (p (...)
  • 19 Je renvoie pour tout ce qui concerne l’histoire de Marsyas et l’analyse des contenus de la revue à (...)

19Cette inclination hispanique de la poésie d’oc renaissante, que l’on retrouve encore chez Robert Allan traduisant lui aussi Lorca17, chez Bernard Lesfargues (dont c’est la « troisième culture », aux côtés de l’occitane et de la française), chez Gumersind Gomila18, chez Pierre Lagarde, chez Henri Espieux, etc., est sans doute la marque la plus immédiatement repérable, mais bien sûr pas la seule, de ce désir de modernité qui est aussi celui d’un retour aux sources les plus pures (un adjectif majeur dans l’écriture poétique de cette époque) et les plus profondes de ce qui serait un chant occitan. Cette recherche de renouvellement est particulièrement visible pour qui parcourt les revues poétiques du temps, dans lesquelles se manifeste au premier chef, parallèlement aux publications qu’elles impulsent, les références de nouvelles figures de poètes. Il a été question plus haut de la revue Oc, qui trouve en ces années troublées mais riches de perspectives matière à se régénérer en profondeur. Mais on rencontre les signes d’une même volonté dans une revue « orientale », géographiquement parlant, telle que Marsyas, dont Sully-André Peyre et Denis Saurat, depuis sa création en 1921 (deux années avant celle d’Oc), sont les deux rédacteurs majeurs19.

  • 20 Dans le titre de sa communication au cinquième Congrès de l’Association Internationale d’Études Oc (...)

20L’esprit de Marsyas, comme l’indique assez clairement le choix du satyre joueur de flûte de la Fable comme figure titre de la revue, est assez différent de celui d’Oc. La revue, d’abord, bien qu’animée par un poète d’expression provençale, Peyre, dont l’œuvre et le magistère furent importants, n’est pas, loin s’en faut, tournée vers la seule écriture dans cette langue : pendant des décennies, Marsyas fut bien davantage, sous l’impulsion de Peyre lui-même et de son alter ego Denis Saurat, angliciste éminent, une « revue européenne », selon la formule employée par Cédric Auglans20. Si le provençal et, parfois les autres parlers d’oc, y sont présents, ce n’est qu’avec une certaine parcimonie. Le français, l’anglais, et d’autres langues, en version originale avec traduction ou seulement traduites, occupent la plupart du temps une bonne partie des pages de la revue. Mistral et d Arbaud y représentent alors l’alpha et l’oméga d’une langue et d’une littérature dont Peyre se veut le serviteur fidèle et le prolongement :

  • 21 Sully-André Peyre, « Miracle de Mistral », Les Cahiers du Sud (« Le génie d’oc et l’homme méditerr (...)

D’autres m’ont attribué une influence (heureuse ou néfaste, selon les goûts ou les préventions), sur la troisième phase de la Renaissance poétique provençale. En réalité cette troisième phase n’est que l’évolution de la seconde phase, que le grand poète Joseph d’Arbaud emplit seul. Quiconque étudie cette troisième phase doit donc y reconnaître l’aboutissement de Joseph d’Arbaud, comme Joseph d’Arbaud était lui-même l’aboutissement de Mistral, chaque aboutissement n’étant pas une fin, mais un nouveau point de départ21.

21Dans ce texte, qui fait office de présentation de la petite anthologie de « Poèmes provençaux modernes » qui suit (p. 234-251), Peyre signale immédiatement après que « les Languedociens ont subi aussi l’influence de la poésie catalane, ou celle d’expression catalane de Joseph-Sébastien Pons. » Et il précise aussitôt que les « nouveaux poètes » qu’on va lire, quelle que soit la génération à laquelle ils appartiennent,

  • 22 P. 229.

sont arrivés surtout, à travers plus ou moins d’influences qui ne sont pas toutes félibréennes [...] à leur propre expression par leur propre mouvement, à cause de leur vie, des saisons de leur vie22.

  • 23 Dans Pyrénées, René Nelli, présentant la section « Provence » de son anthologie, souligne avec jus (...)
  • 24 Reboul avait inauguré sa collaboration à Marsyas (119, novembre 1930, « Centenaire de la naissance (...)

22La lecture de Marsyas permet de préciser les données et le tempo de ce renouvellement à la fois constaté et souhaité. Les années 1930, progressivement, sous la bannière de Peyre23, ont vu l’apparition et la confirmation de poètes dont la quête de modernité, dans une acception proche de celle prônée au même moment pas les animateurs de la revue Oc, ne fait guère de doute. Le seul nom du Marseillais Jorgi Reboul suffirait à illustrer cette tendance dont Marsyas se fait le porte-drapeau alors même qu’auparavant, nous l’avons vu, la poésie d’expression provençale représentait pour ainsi dire le parent pauvre de la revue. Reboul a fait son apparition dans la revue de Peyre et Saurat en 1930 ; ses poèmes y paraissent ensuite de façon irrégulière, jusqu’à leur publication, aux éditions Marsyas (émanation, comme la collection « Messatges » du côté d’ Òc et de la Societat d’estudis occitans, de la revue), en 1934, de son premier grand recueil, Sènso relambi (Sans relâche). Vers la fin des années 1930, Marsyas publie en avant-première certains des poèmas qui devaient prendre place, en 1938, dans le second recueil significatif du Marseillais, Terraire nòu (Terroir nouveau), dont l’intitulé est révélateur des ambitions du poète : celles d’une poésie résolument conquérante, désireuse de s’approprier des domaines jusqu’alors inviolés d’un continent poétique dont Mistral avait été un des premiers explorateurs modernes24.

  • 25 Marsyas, 215, novembre 1938, 1007-1008.
  • 26 « [...] ce poète d’oc se retrouve dans le courant de la poésie universelle, entre les rives qu’ell (...)
  • 27 N° 242, janvier 1946. C’est dans Fe, l’année précédente, puis dans l’Armana prouvençau, que Delavo (...)
  • 28 Après avoir pourfendu les « dialectaux », comme le fait aussi Peyre à cette époque, Delavouët, qui (...)

23Cette échappée moderniste correspond à la présence, dans Marsyas, des poètes venus de l’autre rive du Rhône qui combattent eux aussi pour une émancipation comparable. À la fin de 1938, Peyre publie, en les accompagnant d’une note critique, quatre des plus beaux poèmes des Somnis au matin de Max Rouquette, dont « Comba de la trelha » et « Pastorala25 ». Max Rouquette s’en souviendra : quelques années plus tard, Los somnis de la nuoch paraîtront à Toulouse, dans la toute jeune collection « Messatge » de la SEO, sertis d’un bandeau reprenant quelques phrases élogieuses de Peyre au sujet de leur auteur26. En 1947, Max-Philippe Delavouët, dont la collaboration à Marsyas date du début de 194627, rend compte en des termes plutôt élogieux du premier recueil, fortement marqué par la lecture de Lorca et de Max Rouquette, de Léon Cordes, Aquarèla, publié peu de temps auparavant dans la collection « Messatges28 ». Entre temps, le renouveau poétique accueilli et impulsé par Peyre dans sa revue s’est amplement confirmé : en quelques années, malgré une interruption due aux difficultés de l’époque entre 1942 et 1946, Marsyas fait une large place aux poésies en provençal d’écrivains tels que Charles Galtier (Carle d’Eigaliero), Pèire-Jan Roudin (autrement dit Pierre Rouquette, qui salue poétiquement, dans le no 219 de mars 1939, aussi bien d’Arbaud et Valère Bernard que les Catalans Carles Riba et Josep Sebastià Pons), et encore Jean-Calendal Vianès, Charles Mauron (« Vincèns van Gogh »), Émile Bonnel, René Méjean (tous dans le no252 d’avril 1947), Pierre Millet...

  • 29 Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, Tolosa, Societat d’estudis occitans (Biblioteca occitana, n° 1), (...)

24Parmi tous ces poètes dont le mistralisme revendiqué est cependant en décalage fortement affirmé avec le tout-venant des années antérieures, figure également Charles Camproux, dont Peyre paraît avoir très tôt perçu et apprécié à sa juste valeur l’originalité poétique et le ton nouveau qu’il apporte à l’expression provençale. En septembre 1947, Marsyas publie quatre poèmes du Bestiari de Camproux : « La machoto », « Li perdigau », « Li paloumbo » et « Lou cant de la reineto ». Quelques mois plus tard (no259, mars-avril 1948), sous le titre « Charles Camproux ou le poète volontaire », Peyre salue le recueil Pouèmo sèns pouësio29, dont il provençalise la graphie, comme il l’avait fait pour les quatre pièces animalières publiées précédemment. La jonction entre les nouveaux poètes provençaux et les poètes « occitans » du renouveau impulsé par Nelli et Max Rouquette est faite par le même Charles Camproux en septembre de la même année 1948 (no 262,1442-1444), dans une chronique intitulée « Aux sources retrouvées de la poésie : Josep Sebastià Pons ». Le poète catalan roussillonnais y est qualifié, dans le droit fil de l’hommage que lui rend à la même période la revue Òc, de « libérateur de la poésie d’oc » :

c’est de lui en effet qu’est issue en partie une certaine inspiration de la jeune poésie d’oc, de celle en particulier qui se développe à l’ouest du Rhône. Il forme, avec Sully-André Peyre, le couple en qui les jeunes poètes d’oc se sont plu à reconnaître les libérateurs de la poésie d’oc.

  • 30 Il fait la une du n° 298 (janvier 1953) de la revue, avec son poème d’inspiration (profondément) m (...)

25Tout est dit, finalement, dans cette affirmation de Camproux, qui devait demeurer quelques années encore un collaborateur fidèle de Marsyas30.

***

26En l’espace d’une petite dizaine d’années, ainsi, s’est révélée et construite une authentique « nouvelle poésie provençale », d’inspiration mistralienne, certes, mais délibérément originale et novatrice. De numéro en numéro, la revue de Peyre et Saurat, renouant fortement avec sa vocation provençale jusqu’alors souvent un tant soit peu marginalisée, découvre ou consolide des personnalités poétiques qui ne manquent pas de pertinence. Après Jorgi Reboul, dont Marsyas promeut l’œuvre de façon décisive, Max-Philippe Delavouët, Jean-Calendal Vianès, Pierre Millet, Émile Bonnel, Marcel Bonnet, Charles Galtier, entre autres, s’y affirment en publiant plus ou moins régulièrement leurs poèmes. Delavouët, en particulier, y donne à entendre quelques-unes de ses premières grandes compositions, dont il situe l’écriture, dans un numéro de Marsyas en hommage à Joseph d’Arbaud (no 243, mars 1946,1217-1219), dans le droit fil de l’auteur de La Bèstio dóu Vacarés :

Après Mistral, qu’apporte donc de neuf Joseph d’Arbaud à la poésie provençale ? D’abord une langue. La langue mistralienne se modernise, se retrempe dans le bain populaire et, par la vertu de cette magie si simple qui est le propre de Joseph d’Arbaud, — qui, je pèse mes mots, possède plus que Mistral le génie de la langue, — la voici prête à servir d’instrument à un lyrisme de chair et d’âme, de terre et de ciel, inconnu, quasiment, jusqu’ici dans la poésie provençale.

  • 31 La même année, Delavouët obtenait le prix Frédéric Mistral pour l’ensemble dans lequel étaient réu (...)
  • 32 De façon très significative, un des premiers ouvrages alors publiés sous ce nom éditorial est le g (...)

27C’est ainsi qu’en 1949 (no 270, août), Marsyas publie le Cantico de l’ome davans sounfiò, et, dès janvier de 1951 (no 285), le Cantico pèr nostoamo roumano31. En février 1953 (no 299), paraît un extrait du Pouèmo pèr Èvo, alors même que Delavouët a fondé trois ans plus tôt, à l’enseigne du Bayle-Vert, du nom du mas dans lequel il vit, à Grans, sur les bords de la Crau, les éditions qui devaient publier, à côté de celles de ses amis ou de son maître Peyre, ses propres œuvres poétiques en éditions illustrées de somptueuse facture32.

  • 33 Aux côtés de l’Armana prouvençau, en Provence même, on pourrait également mentionner la revue aixo (...)

28Le développement de l’œuvre poétique de Max-Philippe Delavouët, au premier lendemain de la seconde guerre mondiale, incarne bien la façon dont, sur la rive droite du Rhône, s’est développé un mouvement finalement assez semblable à celui qui avait pris forme au même moment en Languedoc, entre Toulouse, Carcassonne et Montpellier. À lire Marsyas et Oc, pour ne citer que deux revues particulièrement significatives, mais qui ne sont pas les seules à avoir pris part à cet élan33, on voit mieux comment, au-delà d’attitudes qui peuvent apparaître divergentes par rapport à la personnalité et à l’œuvre de Mistral, c’est avant tout, dans un cas comme dans l’autre, la volonté affichée de se distinguer d’un passé récent qui l’emporte. Delavouët, comme Peyre, Max Rouquette ou Nelli, cherchent d’abord à refonder un langage poétique adapté à la langue dans laquelle ils ont choisi, contre le sens commun dominant, d’écrire et de bâtir une œuvre. Les moyens utilisés, comme les héritages ou les influences revendiqués, sont certes différents, mais pas opposés. Nous avons insisté plus haut sur l’importance jouée par Lorca ou Machado, au-delà de celle, mieux appréhendée depuis plus longtemps, du Catalan Joseph Sébastien Pons, dans cette entreprise, du côté des poètes qui se rassemblèrent alors autour de la revue Òc. Cette disponibilité à accueillir des influences venues d’ailleurs ne s’est sans doute pas manifestée de la même façon auprès des « poètes de Marsyas ». Mais elle y a sans doute pris d’autres formes.

  • 34 Telle est la traduction française de Galtier, à laquelle il se tiendra toujours. On aurait pu dire (...)
  • 35 P. 518-521. Ce poème est précédé d’une autre pièce, dédiée à Folco de Baroncelli, fondée sur cette (...)
  • 36 Publié dans l’Armana prouvençau de 1950, ce poème devint le premier du volume édité à l’enseigne d (...)
  • 37 « Sang de bóumian que crèmes mi mesoulo » (« Sang de bohémien qui brûles mes mœlles ») : tel est l (...)
  • 38 Rappelons simplement que dans Mirèio, Vincent, l’enfant de Vallabrègues (Mistral écrit : Valabrègu (...)

29L’une de ces formes pourrait être, un peu avant et un peu après 1950, le développement, chez deux des poètes parmi les plus représentatifs du renouveau provençal, d’une thématique bóumiano, gitane. Cette thématique apparaît d’abord chez Charles Galtier, le poète d’Eygalières, qui inaugure, en 1942 (no 238) sa collaboration à Marsyas par la publication, en tête d’un choix de onze pièces provençales et françaises, de son poème, destiné à devenir fameux, « Sang de bóumian » (Sang de bohémien34), que l’on retrouve au même moment dans le choix de poèmes provençaux modernes proposés sous le patronage de Peyre dans le numéro des Cahiers du Sud consacrés au « Génie d’oc et l’homme méditerranéen » (p. 242-243). Nelli, de son côté, publie dans son anthologie de la revue toulousaine Pyrénées, une pièce de Galtier d’inspiration similaire : « Espèro » (Attente), également extraite du recueil à venir La dicho dóu caraco (« Le chant du bohémien »)35. Cette inspiration gitane rejoint le thème d’un des quatre cantiques publiés en 1950 par Max-Philippe Delavouët, Cantico dóu Bóumian que fuguè torèro36, où les mythes gitans rejoignent l’univers taurin dans une synthèse très aboutie. L’univers de Galtier, qui se dit gitan lui-même37, comme, d’une autre façon, celui de Delavouët, sont liés à l’imaginaire mistralien, tout particulièrement celui de Mirèio. On sait que le gitan, personnage traditionnel de la culture provençale, a été investi par le Maillanais d’une force spécifique à travers le personnage de Vincent, qui n’est pas un bóumian à proprement parler, mais qui en possède certaines des caractéristiques majeures : l’aspect physique, la façon de vivre et, tout spécialement, un goût quasi inné, hérité de son père Ambroise, pour l’errance, ainsi que le veut son métier de panieraire, de vannier38. Fabriquer des objets en osier ou les réparer nécessite d’aller de mas en mas, et donc d’apparaître aux yeux des populations plus attachées à la terre, comme des vagabonds, des créatures du voyage, du vent et de l’eau, cette eau mouvante, à la fois nourricière et menaçante (les emportements du Rhône), dont ils sont à la fois les maîtres et les serviteurs, et sans laquelle ils ne pourraient pas vivre. Galtier et Delavouët, en investissant, chacun selon ses penchants, cette figure majeure de l’imaginaire du dehors, de la peur et de la bravoure, déjà présente chez Mistral, se situent de la sorte du côté le plus aventureux et le plus risqué de l’œuvre dont ils se réclament. En cela, ils sont également fidèle à l’entreprise littéraire de d’Arbaud, menée en des lieux — l’île de Camargue — où terres et eaux se mêlent pour former un autre monde, parsemés de dangers et de pièges.

  • 39 Interrogé à ce sujet, Delavouët a expliqué qu’il n’avait pas lu le poète andalou au moment il écri (...)

30On se trouve ici assez loin de Lorca, malgré de réelles similitudes39. Mais un esprit, commun, demeure, qui apparente les échappées des deux poètes provençaux à celles d’un Max Rouquette, d’un Robert Allan ou d’un Jean Boudou du côté d’une certaine Andalousie poétique, celle du Romancero gitano et, dans le cas de Delavouët, comme le note Claude Mauron, du Llanto por Ignacio Sânchez Mejías, dont Rouquette, bien plus tard (dans les années 1980) donnera une version occitane encore inédite.

***

  • 40 Une lecture des correspondances conservées et actuellement consultables permettrait de préciser le (...)
  • 41 En particulier dans son ouvrage La fin de la peur, Paris, Denoël, 1937, dont ses deux recueils épi (...)
  • 42 En 1947, Saurat avait publié un volume intitulé Angels and Beasts. New short stories from France, (...)
  • 43 NRF, 1er octobre 1953, 617-635. Ces mêmes poèmes, mis en graphie alibertine, devaient être repris (...)
  • 44 Marsyas, 307, 1941, « À propos des poèmes cathares ».
  • 45 La NRF publia dans son numéro daté du 1er décembre 1953, p. 1119-1121, une « Correspondance » de C (...)
  • 46 Pouèto prouvençau de vuei. Poètes provençaux d’aujourd’hui, s. l, Groupamen d’Estùdi Prouvençau, 1 (...)

31Marsyas, comme Òc, semblent par la suite avoir plus ou moins laissé de côté les élans et les quêtes communes qui les traversaient alors40. Jeux de rôles et parties masquées l’ont emporté sur le sentiment de participer à des aventures poétiques assez largement similaires. On sait comment Denis Saurat, qui avait partagé depuis le début la destinée de Marsyas aux côtés de Peyre, a fini par s’en éloigner, au moment où ses racines familiales ariégeoises d’oc, longuement méditées dès avant la seconde guerre mondiale41, comme son intérêt pour l’œuvre de d Ar-baud42, ont fini par déboucher sur une écriture poétique « dialectale » — comment eût-il pu en aller autrement ? — qui s’éloignait, par la force des choses, de la cohérence du provençal mistralien revisité par l’auteur de La Bèstio dóu Vacarés. La publication dans la NRF par Saurat, en 1953, de « poèmes cathares » avait attiré l’attention de Peyre et fait lever chez lui le soupçon d’une mystification43. Peyre ayant suggéré implicitement dans Marsyas, à la fin de cette même année, que ces poèmes d’oc pouvaient être de Saurat lui-même, ce dernier s’était aussitôt insurgé contre une telle interprétation, en affirmant que « les poèmes cathares donnés en novembre 1953 ont été écrits par Laurence de Beylié » et « que tous les arguments précédents à ce sujet tombent par conséquent44. » À la suite de ce débat, dont fut également un des protagonistes, en spécialiste de la langue d’oc médiévale, Charles Camproux45, la collaboration de Saurat à Marsyas prit rapidement fin : sa signature disparaît de la revue dirigée par Peyre en juin 1954, à l’époque même où il commençait à publier ses poèmes « ariégeois », en graphie alibertine, dans Òc, tandis que paraissait chez Plon l’ouvrage de Robert Lafont, Mistral ou l’illusion, qui allait provoquer pas mal de polémiques en Provence. Une autre époque avait commencé, dont deux anthologies fameuses, celle d’Andrée-Paule Lafont, préfacée par Aragon, d’un côté, et celle publiée par le Groupamen d Estùdi Prouvençau d’un autre, dessinaient les limites, les tabous et les silences réciproques46.

32Mais revenons aux années 1930-1950, à Max Rouquette et à tous ceux, qui, de générations différentes, ont alors voulu explorer de nouvelles voies, une « autre modernité », pour la langue d’oc et sa poésie. Leur projet, avec ses nuances et ses divergences, s’inscrivait sans doute, et nous le percevons mieux avec le recul du temps, dans une audace qui cherchait à conjuguer retour aux sources vives, désir de renouveau et recherche d’exemples et de modèles. Lorca, Synge, d’Arbaud... Quand il voulut, en 1943, présenter Lorca et Synge aux lecteurs de la revue Òc, Rouquette, tout à son émerveillement, écrivait à propos de ce dernier, avant de donner une analyse de chacune des quatre pièces de théâtre qu’il venait de lire en traduction française et d’expliquer ce qui le fascinait en elles :

  • 47 Il ne semble pas que le miracle — miracle totalement humain d’amour, de patience, de volonté, de c (...)

Sembla pas que lo miracle — miracle tot uman, d’amor, de paciéncia, de voler, de coratge, d’eroisme, de sacrifici e d’intelligéncia — sembla pas que lo miracle de la respelida de llrlanda, o de l’Eire coma dison en gaelic, aja trapat en Occitania tot lo ressón que s’ameritariá [...] Aquel miracle es lo d’un pople qu’a pas volgut morir, en tant que pople e que s’es crocat a sa terra mairala amb las arpas e los crocs ; d’un pople que s’es reculit sus son passat, qu’a desterrat coma una vielha espada rovilhada la lenga mespresada e debrombada e que n’a fait l’anma e l’arma viva de sa renaissença47.

  • 48 Daniel Fabre, « Le berceau de la langue. John Millington Synge aux îles d’Aran », L’Homme, 163, ju (...)

33Rouquette savait que l’Irlande et l’Occitanie ne sauraient se comparer, et que le destin de l’une et de l’autre n’avait pas forcément grand-chose de commun. Il savait aussi que le devenir de la littérature d’oc n’était pas celui de la littérature irlandaise. Mais il trouvait chez Synge, comme chez Lorca, l ‘ idée d ‘ un chemin à inventer. L’itinéraire du dramaturge parti jusqu’ aux îles d’Aran chercher la vérité d’une langue à la fois ancienne et cependant destinée à être puissamment renouvelée, devenait en partie le sien48, et c’est dans cette direction qu’il souhaita alors ardemment, avec d’autres, voir s’engager la poésie d’oc.

Notes

2 Arma de vertat, Tolosa, Institut d’études occitanes, 1952, 18-19. « Les hirondelles plus amères / volent bas sous le ciel d’Espagne... / Et le soleil brûle les menthes / tarit la nervure des sources... ». L’écriture de ce texte est bien sûr antérieure : on en trouve une première version, sous le même titre, dans le no 9 de la Revue historique et littéraire du Languedoc, de mars 1946, où il figure, aux pages 46-49, à côté d’une autre pièce reprise en 1952 dans la dernière partie du recueil, « La gaita. Le guetteur ».

3 Arma de vertat, p. 70-71. « Antre des morts bouche d’ombre clamant sur la haute colline / comme un écho de victoire ton vieux secret Patarin / sur la pierre le cœur plein d’espoir j’ai inscrit : liberté / face au soleil et pourtant droit dans la nuit de la terre ». On notera que la première publication de cette épigramme s’est effectuée dans une livraison de la revue Òc datée de l’hiver 1943 (« Epigramas », Òc, Ivern de 1943, 6-7). Le poème n’y porte pas de titre, et figure en avant-dernière place dans la série de dix pièces qui composent cet ensemble. De façon riche de sens, c’est une épigramme « A Max Roqueta », également reprise en 1952 dans Arma de vertat (72-73) où elle achève la section des épigrammes, qui vient clore celles publiées en 1943. Ce poème, à son tour, évoque « le donjon des hérétiques » (« lo castèl dels eretges ») qui « auça la cendre dels mòrts dins un calici d’espèr » (« lève un calice d’espoir plein de la cendre des morts »). Nelli commentera beaucoup plus tard : « ... un maquis finit par s’installer sur une montagne toute voisine [de Montségur], à la Cauna dels morts. Des troupes allemandes — plus exactement des miliciens français appuyés par les Allemands — lui donnèrent l’assaut » (René Nelli, Histoire secrète du Languedoc. Paris, Albin Michel, 1978, 213, « Le maquis »). Nelli est sans doute le grand absent de ce volume. Mais on pourra lire, en parallèle, le dossier qu’a récemment consacré à son œuvre de poète la Revue des Langues Romanes : « Le gai savoir de René Nelli », CXI, 2, 2007 (études de Dominique Billy, Jean-François Courouau, Philippe Gardy, Philippe Martel, Xavier Ravier).

4 Dans l’anthologie occitane des Cahiers du Sud, dont il sera question un peu plus loin. Ce texte à la tonalité très « lorquienne » s’intitule alors simplement « Pœma », ce qui en souligne probablement le caractère exemplaire. La dédicace à Nelli disparaît, sans que l’on s’en explique les raisons, dans les rééditions de ce texte, et d’abord dans l’anthologie de la revue Pyrénées dont il sera également question plus loin.

5 Ismaël Girard, l’infatigable animateur de la revue Òc, Max Rouquette, Dominique Jos (pseudonyme du poète d’oc et médiéviste Jean Mouzat), Gumersind Gomila, le poète catalan d’origine minorquine établi à Sant Vincens, près de Perpignan.

6 « Jeune Poésie d’oc. Anthologie composée par René Nelli », Pyrénées, 17-18, mai-juin 1944, 467. Sur cette revue, on lira l’étude sans doute à compléter mais déjà très suggestive de Robert Condat, « Une revue toulousaine au temps de Vichy : Pyrénées », Annales du Midi, CIV, 1992, 391-412. C’est par un choix de Pœsies catalanes de Pons que la Societat d’estudis occitans ouvre sa collection poétique « Messatges » en février 1942 ; et c’est encore au poète catalan roussillonnais que la revue Òc rend un vibrant hommage dans le numéro spécial qu’elle lui consacre en 1942.

7 Voir Omenatge a Pèire Azema (1891-1967), s. l., Institut d’estudis occitans / Escòla felibrenca dau Paratge / Centre Internacional de Documentacion Occitana, 1987.

8 « Le serpent de feuilles ».

9 « Prose sur un thème folklorique : le vent masqué et les grenouilles » (Arma de vertat, 130-133).

10 Dans un ensemble intitulé simplement « Pœmas » (« Marina » ; « Vespre d’estiu » ; « Prolog sus un tema folcloric : Lo vent mascarat e las ranas »), Òc, Prima de 1943, 9-10. On notera que « Prolog », dans le titre, est devenu « Pròsa », probablement pour signifier, par contraste volontairement souligné, l’importance poétique de cette pièce. Et sans doute aussi pour noter sa valeur didactique, celle d’une fable, un peu à l’écart, donc, du poème tel que Nelli le rêve et s’efforce de le mettre en œuvre.

11 Max Rouquette, « Souvenirs », dans Christian Camps et Jean-Marie Petit (éditeurs), Actes du colloque international Josep Sebastià Pons, Montpellier, Centre d’études occitanes et Association des amis de J.-S. Pons, 1987, en particulier p. 167-168.

12 « Lenga e pœsia », Occitania, 47, mars 1939, 3. (La langue d’oc est populaire. Cela aurait dû la sauver de l’anéantissement. Je crois que les promoteurs de notre renaissance [Mistral et les premiers félibres] se sont trompés quand ils ont voulu suivre le romantisme français. Le français est moins proche de la langue d’oc que l’italien et l’espagnol. Le français est littérairement une langue bourgeoise. La langue d’oc non. Le français n’est pas accentué. La langue d’oc l’est).

13 « Chanson de l’araignée ». Dans les éditions suivantes, le titre de ce poème devait être épuré graphiquement en « Cançon de l’aranha ».

14 Mais ce ne sont pas les seules qui comptent alors pour lui : au-delà de Pons et de Lorca, Max Rouquette, à la même époque, éprouve une passion du même ordre pour l’œuvre dramatique de l’Irlandais John Millington Synge, qu’il entreprend de traduire en occitan après l’avoir présentée, en même temps que celle de Lorca, et avec une exceptionnelle ferveur, aux lecteurs d’Òc, tandis que, d’un autre côté, il donne une version languedocienne de l’Enfer de Dante dont Òc et Calendau publient de trop brefs passages.

15 Letras de Joan Bodon a Enric Mouly, Naucelle, Societat dels Amics de Joan Bodon, 1986, 28-29, lettre datée du jeudi saint 1941. (Je ne suis pas aussi original que vous le croyez. J’en suis arrivé à un point que je préfère l’espagnol et la poésie espagnole au français et à la poésie française. Selon moi, le plus grand poète de là-bas serait Antonio Machado, et j’ai voulu attraper sa manière. Dans les vers espagnols, la rime est un hasard, ce n’est qu’une assonance plus parfaite que les autres. Comme l’occitan possède un peu les mêmes sonorités que l’espagnol, je m’étais imaginé de faire des vers assonancés. Ce Machado, le plus souvent, fait des vers de huit syllabes, et dans ses pièces assez courtes il y a toujours comme une espèce de refrain. Tenez, je vais vous traduire un de ses poèmes). Le poème traduit par Boudou est — le choix paraît lourd de sens — la pièce traduite en français per Bernard Sesé sous le titre « Souvenir d’enfance » du recueil Soledades, Galerías y otros pœmas (première édition : 1907).

16 Letras..., 34-35 (trois romances à l’espagnole, sur La petite vieille. Ils ont été écrits l’an dernier). Il s’agit, précise Boudou dans une autre lettre citée par les éditeurs de cette correspondance, d’un « conte d’aicí », d’un conte d’ici.

17 La présentation que faisait d’Allan Robert Lafont dans l’anthologie qu’il avait conçue avec Gaston Puel (« Poésie d’oc 1963 », L’information poétique, 4, décembre 1982, 14) souligne l’importance du rôle joué par Lorca dans sa vocation poétique occitane : « Il commença à écrire alors qu’il était ouvrier maçon à Nîmes, sous le signe de Lorca qu’il traduisait en provençal. »

18 Le numéro de la revue Pyrénées consacré à « La jeune poésie d’oc » reproduit fort opportunément (p. 376-379) le grand poème de Gomila « Davant la tomba d’Antonio Machado », déjà publié dans le recueil que le poète catalan avait fait paraître aux éditions de la Societat d’estudis occitans en 1943, La sorra calenta (La plage brûlante).

19 Je renvoie pour tout ce qui concerne l’histoire de Marsyas et l’analyse des contenus de la revue à la thèse de Cédric Auglans, Marsyas, une revue littéraire provençale au xxe siècle (1921-1961), Montpellier, université Paul-Valéry, novembre 2008, deux volumes (dont un de tables analytiques et signalétiques).

20 Dans le titre de sa communication au cinquième Congrès de l’Association Internationale d’Études Occitanes de Bordeaux, 12-17 septembre 2005.

21 Sully-André Peyre, « Miracle de Mistral », Les Cahiers du Sud (« Le génie d’oc et l’homme méditerranéen »), 1942, 228. On sait que Max Rouquette, très tôt, avait de son côté dans plusieurs conférences et articles de revue proclamé son admiration pour le poète du Lausié d’Arle et pour le prosateur : « ... tel le cavalier solitaire au milieu de la plaine déserte, tel aussi le grave Laurier, le poète semble être aussi au milieu de la terre provençale fière dans sa mélancolie et noble dans son orgueil, l’âme même de sa patrie » (« Joseph d’Arbaud », Le Nouveau Languedoc, Annales 1931, 36. Il s’agit du résumé d’une conférence).

22 P. 229.

23 Dans Pyrénées, René Nelli, présentant la section « Provence » de son anthologie, souligne avec justesse comment l’influence de Peyre, « qui s’exerce directement par la revue Marsyas, s’est encore accrue depuis la publication de Choix de poèmes (1929). La poésie achève avec lui de se dégager du terroir, pour ne retenir, dans sa musicalité, que la plus secrète vie des sentiments... Ajoutons que les brefs poèmes de Peyre sont autant de mythes, éclatants et neufs... » (p. 497). L’œuvre poétique de Peyre, en effet, fut essentiellement diffusée par l’intermédiaire de sa revue, et ne connut que fort tard la consécration d’une publication sous la forme de recueils ou d’anthologies. Cela n’empêcha pas, au contraire, le directeur de Marsyas d’être considéré comme un maître par ceux qu’il publiait, selon la formule employée par René Méjean dans la dédicace de son poème « Lou vièi aubre » (« L’arbre mort ») : « Pèr S. A. Peyre, lou mestre » (« Pour S. A. Peyre, le Maître »).

24 Reboul avait inauguré sa collaboration à Marsyas (119, novembre 1930, « Centenaire de la naissance de Frédéric Mistral ») par un poème « À Frederi Mistrau » (p. 551-552).

25 Marsyas, 215, novembre 1938, 1007-1008.

26 « [...] ce poète d’oc se retrouve dans le courant de la poésie universelle, entre les rives qu’elle baigne aujourd’hui, [...] avec cette attention quotidienne et cette tristesse pensive [...] qui marquent cette expression humaine venue des terres du Languedoc (Marsyas, novembre 1938) ».

27 N° 242, janvier 1946. C’est dans Fe, l’année précédente, puis dans l’Armana prouvençau, que Delavouët a fait connaître ses premiers poèmes publiés. (Voir Claude Mauron, Bibliographie de Max-Philippe Delavouët, s. l., Centre de Recherches et d’Études Méridionales, 1992).

28 Après avoir pourfendu les « dialectaux », comme le fait aussi Peyre à cette époque, Delavouët, qui vient de saluer confraternellement l’ »  authentique paysan » Léon Cordes, « un homme de plein air net de toute poussière », poursuit notamment : « Après Max Rouquette, première manière, après Robert Lafont et ses Paraulas au vielh silenci, Léon Cordes vient de nous faire entendre le chant de la jeune poésie languedocienne [...] il met à sa juste place la fonction du chant, si décriée naguère » (Marsyas, 251, janvier-février 1947, p. 1303-1304). Tout dans cette analyse, longue et détaillée, serait à citer : à la fois justement critique et élogieuse à bon escient, parfois (inutilement ?) polémique, elle cite abondamment les passages que Delavouët juge particulièrement réussi de ce premier recueil publié et les donne ainsi à méditer aux lecteurs de Marsyas.

29 Carles Camprós, Pœmas sens pœsia, Tolosa, Societat d’estudis occitans (Biblioteca occitana, n° 1), juin 1942.

30 Il fait la une du n° 298 (janvier 1953) de la revue, avec son poème d’inspiration (profondément) mistralienne « L’Angloro ». Et il signe encore, en français, une chronique « L’intranationalisme » dans le numéro suivant.

31 La même année, Delavouët obtenait le prix Frédéric Mistral pour l’ensemble dans lequel étaient réunis avec deux autres, déjà publiés de leur côté dans l’Armana prouvençau, ces deux cantico : Quatre Cantico pèr l’Age d’Or.

32 De façon très significative, un des premiers ouvrages alors publiés sous ce nom éditorial est le grand poème de d’Arbaud, Espelisoun de l’Autounado, en 1951, la même année que celui de Delavouët Uno pichoto Tapissarié de laMar.

33 Aux côtés de l’Armana prouvençau, en Provence même, on pourrait également mentionner la revue aixoise Fe, animée par Marius, puis René Jouveau ; parallèlement à Òc, Calendau, déjà citée, ou encore Lo Gai Saber, voire Reclams de Biarn e Gascougno, où Bernard Manciet publie ses premiers essais poétiques en 1945 et 1946, année où quatre brefs poèmes siens paraissent dans l’anthologie dite du « Triton bleu ».

34 Telle est la traduction française de Galtier, à laquelle il se tiendra toujours. On aurait pu dire : « Sang de gitan ».

35 P. 518-521. Ce poème est précédé d’une autre pièce, dédiée à Folco de Baroncelli, fondée sur cette même thématique : « Anaren i Sànti-Marìo-de-la-Mar » (Nous irons aux Saintes-Maries-de-la-Mer). Le recueil de Galtier, comme c’est le cas pour plusieurs des « poètes de Marsyas » n’a été publié que tardivement (Toulon, L’Astrado, 1974 en l’occurrence ; « Sang de bóumian » y est alors dédié « à mis aujòu d’Oungrío », « à mes aieux hongrois »).

36 Publié dans l’Armana prouvençau de 1950, ce poème devint le premier du volume édité à l’enseigne du Bayle-Vert au cours de l’été 1950, quelques mois donc après sa publication dans l’Armana. On trouvera tous les éléments à connaître concernant les circonstances d’édition et le contenu de ce poème dans les textes accompagnant sa réédition : Mas-Felip Delavouët, Cantico dóu Bóumian que fuguè torèro ; Cantique du gitan qui fut torero. Poème provençal accompagné de sa traduction française, et de deux études [« Littérature provençale et tauromachie » ; « Sur les traces poétiques des toreros gitans sans peur et sans reproches »] par Claude Mauron et Jacques Aubergy, s. l., Centre de recherches et d’études méridionales et Union des bibliophiles taurins de France, 1990.

37 « Sang de bóumian que crèmes mi mesoulo » (« Sang de bohémien qui brûles mes mœlles ») : tel est le premier vers du poème portant ce titre.

38 Rappelons simplement que dans Mirèio, Vincent, l’enfant de Vallabrègues (Mistral écrit : Valabrègue), est caractérisé d’entrée de jeu, au chant I, par ses « gauto proun moureto » (« joues assez brunes »), puis comparé à un « rasin negre », un « raisin noir ». Au chant V, Ourrias, l’un des prétendants de Mireille, le défie en lui parlant de sa « bóumiano de maire » (« mère bohémienne »). Au chant VII, quand le drame prend ses proportions presque définitives, Jeanne-Marie, sa mère, traite Mireille, qui veut épouser le jeune vannier, de « bohémienne », d’«  abóumianido » (littéralement : accoutumée à la vie de bohème, devenue bohémienne). En ce sens, l’amoureux de Mireille, comme l’avait souligné Galtier dans son étude sur les vanniers de Vallabrègues, est une exception : il porte sur lui le discrédit dont les populations rurales, terriennes, affublaient cette profession, ainsi assimilée aux gitans nomades (Charles Galtier, Entre Provence et Languedoc... Les vanniers de Vallabrègues, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 1980, 75).

39 Interrogé à ce sujet, Delavouët a expliqué qu’il n’avait pas lu le poète andalou au moment il écrivait son Cantico dóu Bóumian (Mauron, 45-46). Marsyas, cela dit, n’ignore pas Lorca : peu de temps après la publication du poème de Delavouët, on peut lire dans le no 298 (janvier 1953) de la revue un grand poème de l’hispaniste Jean Camp : « Tombeau de Federico García Lorca » (p. 1845), qui n’est rien moins qu’un romance : « Au balcon de glace dure / Qui surplombe la Sierra, / Federico, tu te penches / Pâle sur tes névés verts. / Là-bas, la Vega ruisselle / Du suc doré des citrons... ». Universitaire de renom, Jean Camp, traducteur, romancier et essayiste, était aussi poète d’oc à ses heures. D’origine audoise, il collabora régulièrement un temps à La Cigalo narbouneso. Son œuvre poétique occitane attend toujours d’être réunie.

40 Une lecture des correspondances conservées et actuellement consultables permettrait de préciser les conditions de ce dialogue progressivement mis en sommeil. Celles de René Nelli et de Sully-André Peyre adressées à Max Rouquette, comme celles de Denis Saurat à Charles Camproux et Robert et Andrée-Paule Lafont, qu’il m’a été donné de parcourir, confirment la richesse des échanges alors entretenus et leur grand intérêt pour l’histoire littéraire de cette période particulièrement féconde en idées et en œuvres. L’anthologie dite du « Triton bleu », publiée par Robert Lafont et Bernard Les fargues en 1946, marque sans doute à cet égard un aboutissement, et un nouveau départ. Elle est en outre la dernière, dans cette période, à ne pas séparer les écritures poétiques en fonction des revues auxquels les écrivains peuvent apporter leur concours.

41 En particulier dans son ouvrage La fin de la peur, Paris, Denoël, 1937, dont ses deux recueils épiques en occitan des années 1950 sont l’émanation directe.

42 En 1947, Saurat avait publié un volume intitulé Angels and Beasts. New short stories from France, selected and introduced by Denis Saurat (London, Westhouse), dans lequel figure notamment The Beast of the Vaccarès, dans la traduction deMay et Philip Mairet.

43 NRF, 1er octobre 1953, 617-635. Ces mêmes poèmes, mis en graphie alibertine, devaient être repris sous le nom de Laurença de Beylié « amb una version catara en occitan per Denis Saurat », sous le titre Pœmas mistics, comme vingt-et-unième livraison de la collection « Messatges » de l’Institut d’études occitanes, en février 1956.

44 Marsyas, 307, 1941, « À propos des poèmes cathares ».

45 La NRF publia dans son numéro daté du 1er décembre 1953, p. 1119-1121, une « Correspondance » de Charles Camproux dans laquelle celui-ci, après une analyse minutieuse des textes, concluait qu’il est à peu près impossible, matériellement, de reconnaître l’authenticité [de ces poèmes] en tout cas une authenticité qui remonterait au xive siècle. » Denis Saurat mettait fin à cette discussion dans le numéro du 1er janvier 1954 de la NRF en affirmant notamment, tout en abondant dans le sens de Charles Camproux, que « l’auteur des poèmes cathares », Laurence de Beylié, a fait dire qu’ils avaient été composés entre 1925 et 1935 (p. 171)

46 Pouèto prouvençau de vuei. Poètes provençaux d’aujourd’hui, s. l, Groupamen d’Estùdi Prouvençau, 1957 ; Andrée-Paule Lafont, Anthologie de la poésie occitane, 1900-1960, Préface d’Aragon, Paris, Les Éditeurs français réunis, 1962. Le no 182 (estiéu de 1958) de la revue Fe offrait à ses lecteurs un « panorama de la littérature provençale » dans lequel cet état de fait se trouvait enregistré : la poésie provençale y est implicitement définie par un choix graphique et un sentiment d’appartenance culturelle lié à ce choix.

47 Il ne semble pas que le miracle — miracle totalement humain d’amour, de patience, de volonté, de courage, d’héroïsme, de sacrifice et d’intelligence — il ne semble pas que le miracle de la renaissance de l’Irlande, ou de l’Eire comme l’on dit en gaélique, ait trouvé en Occitanie tout l’écho qu’il mériterait. Ce miracle est celui d’un peuple qui n’a pas voulu mourir, en tant que peuple, et qui s’est accroché bec et ongles à sa terre maternelle ; d’un peuple qui s’est recueilli sur son passé, qui a déterré comme une vieille épée rouillée la langue méprisée et oubliée, et qui en a fait l’âme et l’arme vive de sa renaissance.

48 Daniel Fabre, « Le berceau de la langue. John Millington Synge aux îles d’Aran », L’Homme, 163, juillet-septembre 2002, 19-50.

Auteur

C.N.R.S. (LAHIC-IIAC), Redbc, ETOILL, Université Montpellier III,

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540