Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Note sur la graphie des textes cités

Texte intégral

1Les textes occitans de la période abordée dans cet ouvrage offrent, du point de vue de leur graphie et, plus largement, de la langue utilisée, une grande hétérogénéité. Cela est dû à des multiples facteurs. La graphie de l’occitan, en particulier pour ce qui concerne la graphie dite « classique », est encore loin d’être stabilisée. Des évolutions dans les usages sont en cours ; en outre, certains usagers acceptent ces évolutions, d’autres non. D’autres encore ne les entérinent que pour partie. Sans compter le fait que beaucoup d’écrivains ne les maîtrisent qu’imparfaitement. L’examen des manuscrits autographes, quand ils existent, montre que ce sont souvent les revues, ou les éditeurs, qui ont procédés à des régularisations, parfois assez considérables. Ces régularisations, de plus, ont pu évoluer, pour un même texte, au rythme de ses rééditions, en revues ou en volumes, pendant la période considérée, ou ultérieurement. Ces variations concernent aussi, à un degré moindre, la morphologie, le lexique, parfois la syntaxe.

2Les éditeurs de cet ouvrage n’ont pas voulu trancher dans une matière aussi complexe. Ils ont donc demandé aux divers contributeurs de s’en tenir, dans toute la mesure du possible, à la lettre exacte des textes qu’ils citaient. Cela explique qu’un même passage, selon son origine, peut avoir été retranscrit différemment, selon l’édition de référence choisie par l’auteur de la citation.

3En ce qui concerne les traductions françaises, lorsqu’elles sont de l’auteur du texte original, elles figurent entre guillemets. Dans le cas contraire, elles sont de l’auteur de l’article.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540