Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Max Rouquette et le renouveau de la poésie occitane

 | 
Philippe Gardy
, 
Marie-Jeanne Verny

Avant-propos

Jean-Claude Forêt, Philippe Gardy, Claire Torreilles et Marie-Jeanne Verny

Texte intégral

1L’ouvrage que nous publions aujourd’hui constitue la première étape d’un programme de recherches pluriannuel sur le renouveau de la poésie occitane des années 1930 à 1960.

2La première partie du volume est consacrée à la figure de Max Rouquette dont le centenaire était célébré en cette année 2008. La deuxième partie élargit le cadre à d’autres poètes de la période (Robert Allan, Gumersind Gomila, Charles Camproux, Léon Cordes, Denis Saurat) ou à des cadres éditoriaux de l’expression poétique : revues ou anthologies.

3D’autres réalisations sont en cours ou prévues dans ce cadre :

  • des journées d’études dont les deux premières, en 2009, seront consacrées respectivement au poète Serge Bec et aux questions de langue et graphie dans les textes de la période concernée ;
  • une réflexion menée conjointement avec nos collègues hispanistes et catalanistes sur l’influence de Federico Garcia Lorca ;
  • des éditions de textes. Ce dernier chantier s’impose pour donner à lire une abondante production poétique dispersée à travers brochures et revues difficilement accessibles, et parfois demeurée manuscrite. Quatre travaux d’édition critique sont actuellement en cours, les traductions de Lorca par Max Rouquette, l’œuvre de Robert Allan et celle de Denis Saurat, les premiers recueils de Serge Bec.

4Les communications dont vous trouverez le texte, présentées lors du colloque des 3 et 4 avril 2008, en partenariat avec la médiathèque d’agglomération, ont été complétées par une table ronde, animée par Jean-Claude Forêt, qui a réuni les poètes Serge Bec, Bernard Lesfargues et Frédéric-Jacques Temple, ainsi que Jean-Baptiste Para, directeur de la revue Europe.

5Il s’agissait de clore le colloque par les témoignages d’écrivains qui ont participé activement à la création occitane pendant la période évoquée ou qui l’ont accompagnée à des titres divers, au lendemain de la seconde guerre mondiale.

6C’est ainsi que Frédéric Jacques Temple, poète, romancier, traducteur, mais aussi directeur de la radio en Languedoc-Roussillon jusqu’en 1986, a connu et fait connaître l’œuvre de maint écrivain occitan, parmi lesquels Max Rouquette, dont il a été l’ami et qui l’a traduit à son tour en occitan. Bernard Lesfargues, poète, traducteur, éditeur, en occitan, catalan, castillan et français, a été pendant cinquante ans un animateur essentiel des lettres occitanes en faisant communiquer ces différents domaines : il évoque entre autres souvenirs ses débuts poétiques en occitan. Serge Bec, quant à lui, raconte son parcours poétique, entre félibrige et occitanisme, Provence et guerre d’Algérie, « amour fou » et poésie engagée, l’engagement en l’occurrence étant toujours le parti pris de l’Homme. Appartenant à la génération suivante, Jean-Baptiste Para est lui aussi poète et traducteur (du russe et de l’italien) ; originaire des Alpes cccitanes, et par là même confronté très tôt au plurilinguisme, il parle d’exil et de frontière.

  • 1 Respectivement « Études occitanes, ibériques, latino-américaines et lusophones » et « Recherches e (...)

7Grâce à l’aide matérielle et financière des partenaires du colloque, nous avons le plaisir d’offrir ce CD aux acquéreurs de ce volume. Nous remercions donc ici très chaleureusement le Conseil Régional Languedoc-Roussillon, la Médiathèque Émile Zola, l’équipe de recherches ETOILL1 dont RedOc est une des composantes, l’université Paul-Valéry. Notre gratitude aux techniciens de la Médiathèque et du service audiovisuel de l’Université qui ont permis la réalisation de ce témoignage oral irremplaçable.

Notes

1 Respectivement « Études occitanes, ibériques, latino-américaines et lusophones » et « Recherches en domaine occitan ».

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540