Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Conclusion

Texte intégral

1Posé dans cet ouvrage comme une notion non fermée mais s’appliquant à des réalités et données spécifiques en fonction des contextes socio-spatiaux étudiés, le développement interrogé à partir du triptyque outils-enjeux-défis a permis de mettre en lumière une diversité d’expériences qui donnent sens à sa compréhension. Les résultats des différentes contributions ont fait apparaitre une pluralité d’espaces, d’acteurs mais aussi d’intérêts permettant de comprendre, au-delà de la stricte variable économique, des logiques plurielles de développement qui se recoupent, et révèlent des stratégies d’aménagement, de marketing mais aussi de gestion du territoire. Malgré l’hétérogénéité des approches et des terrains, le développement posé au cœur du débat, devient un « compromis » — entre les sociétés, leurs territoires et leurs ressources en possession — appréhendé à travers différents sentiers qui constituent des voies empruntées par les auteurs pour mettre en lumière la réalité des processus de développement. Dans cette perspective, l’implication des acteurs et leurs interactions, la considération des spécificités propres à chaque espace, l’aspiration à la prise en compte de la durabilité dans les processus et les stratégies de développement, constituent les principaux sentiers de développement qui ressortent des contributions.

1 La synergie multiscalaire des acteurs

2La focale sur les acteurs met à jour la complexité du processus de développement. Au-delà de la diversité des pratiques et des politiques, les expériences de développement observées ne se comprennent pas qu’au travers de stratégies institutionnelles et économiques mais aussi au travers de celles sociales et culturelles souvent complexes. Les acteurs publics n’étant pas les seuls, les outils qu’ils mobilisent s’inscrivent dans des logiques territoriales qui négocient en permanence avec les multiples éléments de contexte dans lequel elles se déploient. Le choix d’outils est ainsi à repositionner au sein de différentes forces faisant pleinement partie d’une perspective de développement. Autrement dit, le développement va de pair avec une prise en compte étroite des contextes socio-culturels de même que les cadres institutionnels et économiques existants.

3 À ce titre, la place des populations locales, telles les associations de base, les organisations de citoyens, d’agriculteurs etc., devient primordiale dans la mise en œuvre de projet de développement. Leur émergence et leur dynamisme surtout dans certains contextes de centralisation du pouvoir comme étudié en Afrique en Ouest, au Brésil ou encore en Algérie, constituent des prémisses d’une remise en cause des modèles « top-down » de gouvernance.

4Cette considération est d’autant plus indispensable dans une perspective développementiste que, dans d’autres contextes comme aux Philippines, la marginalisation des agriculteurs urbains dans les politiques sociales posent avec acuité de nombreux problèmes.

5Aussi, les transformations qui affectent les territoires sont éminemment liées aux acteurs locaux qui les vivent, qui se l’approprient et l’investissent, rendant leur implication nécessaire dans les projets et posant la pertinence des échelles territoriales où s’élaborent ces mêmes projets.

6Ainsi, dans tous ces contextes, des enjeux récurrents sont observables, mais c’est toujours à partir de la combinaison et de l’interaction des différents acteurs, surtout locaux, qu’émergent les dynamiques de développement. En cela, le développement est à la fois multi-scalaire et pluriel.

2 « Le déni d’un mimétisme aveugle »

7Si dans la quasi-totalité des contributions, la mise en relation des acteurs par les politiques et les outils qu’ils mettent en œuvre rend nécessaire leur prise en compte pour comprendre les logiques de développement et leurs évolutions dans le temps long, un autre sentier se dévoile, celui de la singularité des réalités géographiques qui sous-tend le développement de certains territoires.

8Alors que le « mimétisme » a longtemps prôné dans les approches évolutionnistes et structurelles du développement, on se rend compte que ces modèles globalisés ne suffisent plus à expliciter la complexité des logiques de développement actuelles.

9Dans l’ouvrage, qu’il s’agisse du questionnement autour du modèle de développement des villes méditerranéennes, de la problématique de la planification territoriale dans certains espaces français comme Perpignan et le territoire du Sud Gard, de l’équation de l’aménagement touristique dans le cas du Brésil et des îles Galápagos, il est difficile de mettre en œuvre un projet de territoire sans prendre en considération d’une part, les spécificités propres à chaque territoire et, d’autre part, leur interdépendance avec d’autres espaces. Ainsi, la discussion engagée dans l’axe des enjeux et à laquelle les réponses sont toutes unanimes quant à une approche locale du développement, fait entrer en jeu le rôle de l’espace comme ressource pour le développement, de même que la dynamique participative aussi bien en termes d’accompagnement politique et économique, que de prise de décisions à différents niveaux.

3 La perspective de « durabilité »

10Dans cet ouvrage, le développement constitue un processus complexe qui pose nombre d’enjeux conduisant inévitablement à interroger la « durabilité » des pratiques, actions et orientations des différents acteurs qui y sont engagés. Tout déséquilibre, abus, ou manquement dans l’usage des « différents ingrédients » du processus de développement peut donc induire à son échec ou à l’inertie. Malgré des approches souvent ciblées, la durabilité est considérée ici comme un défi principal de développement. Dans ce cadre, l’approche de la durabilité qui traverse tout ou partie des contributions est d’abord promue, par certains auteurs, non pas comme un outil de marketing territorial mais un moyen de limiter les effets indésirables d’un développement économique à outrance et un levier, qui au-delà de ségrégations territoriales comme c’est le cas de Perpignan, tente de coordonner de manière efficiente toutes les forces territoriales. Ensuite, dans l’exemple du territoire du sud du Gard, la durabilité n’est pas perçue comme un standard défini et précis à prendre en compte « à la lettre », mais bien un défi majeur de quête d’une qualité de vie acceptable pour toutes les couches de populations mais aussi de création de plus-values territoriales. Enfin, dans d’autres contributions traitant des technopôles en Algérie, cette problématique de la « durabilité » ne peut faire l’apanage de l’innovation territoriale qui impulse aussi bien la redynamisation des territoires que l’entreprise de projets, tout en renforçant les réseaux d’échanges, et en améliorant le cadre de vie des populations dans un esprit de solidarité et de coopération.

11Toutefois, au-delà des discours des acteurs et des textes institutionnels qui ouvrent aujourd’hui à de nombreux débats et critiques, les arguments soulevés tout au long de l’ouvrage, font de la durabilité, une perspective de développement fort intéressante qui mérite une attention particulière dans tout projet de territoire.

12Somme toute, de « la synergie multiscalaire des acteurs » à « la perceptive de durabilité », en passant par « le déni d’un mimétisme aveugle », les trois sentiers explorés à travers l’ouvrage ont permis de déconstruire certains cadres établis et modalités dans l’analyse des processus du développement dans certains contextes. En menant une analyse synchronique et diachronique des enjeux, des outils, des défis du développement à partir d’une pluralité d’expériences, l’ouvrage a mis en lumière une variété non pas de modèles de développement mais de réelles pratiques et dynamiques qui donnent sens à sa fabrique.

13Toutefois, malgré l’importance de son apport à la littérature déjà abondante sur le sujet, cet ouvrage ne prétend pas à l’exhaustivité. Au-delà des spécificités des territoires déjà évoquées, l’analyse des logiques de développement se heurte aussi bien à la diversité des instruments, critères et seuils qui participent à sa « fabrique », qu’aux différentes temporalités qui rythment les pratiques et stratégies des acteurs. De là réside tout l’intérêt de la communauté scientifique de poser un débat permanent et perpétuel autour du développement à partir de différentes échelles socio-spatiales et surtout temporelles qui cristallisent cette quête incessante de satisfaction des besoins humains sur terre.

14Au-delà de ces trois sentiers abordés, cet ouvrage se veut une perspective et une ouverture pour emprunter ou réemprunter d’autres sentiers tels que les nouvelles échelles de gouvernance, les périmètres d’action pertinente, les échelles territoriales etc.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search