Versión clásicaVersión móvil

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les défis du développement

Le développement durable et son application dans le champ urbain méditerranéen

Taous Merzouk

Texto completo

1 Introduction

1La structure des villes a radicalement changé depuis un demi-siècle. Du modèle de la ville centre, à l’intérieur de ses remparts, on est parvenu à celui de métropole multipolaire, connectée par des réseaux d’infrastructures. Aujourd’hui, les enjeux sociaux et environnementaux liés à « la grande mutation urbaine des cinquante dernières années interrogent le statut et les modalités d’existence de l’espace urbain » (Delbaere, 2010). Dans son acception usuelle, « la mutation est un processus de changement induisant une modification majeure de la nature des lieux ou des sociétés » (Crozat, 2006 : 27). Ces mutations, vont de la modification au bouleversement et les processus qui font émerger les mutations, spatiales et temporelles, sont à la fois variés par leur intensité et complexes par leur diversité (Crozat, 2006, ibid.).

2Les différentes civilisations de l’espace méditerranéen se sont toutes appuyées sur les villes tant leurs fonctions économiques, politiques, sociales et culturelles ont façonné le développement de cet espace. Aujourd’hui, la région méditerranéenne est soumise à de nombreux et puissants aléas. Elle est particulièrement sensible aux changements climatiques, dont les villes, par leur concentration additionnent les conséquences. Ainsi les zones d’habitat spontané, très densément peuplées, sont particulièrement vulnérables aux risques naturels, séismes, inondations, glissements de terrain. Par ailleurs, les inondations catastrophiques liées aux précipitations parfois violentes du climat méditerranéen, aggravées par le déboisement et l’artificialisation des sols, constituent un risque majeur pour de nombreuses villes en Méditerranée (Plan bleu, 2011). Le mouvement d’urbanisation s’inscrit, de nos jours, dans une logique plus globale, celle de la métropolisation des territoires. Les villes sont donc et seront encore à l’avenir les lieux de changements et de transformations majeures pour l’espace méditerranéen (Lazzeri, Moustier, 2010).

3Compte tenu des évolutions rapides et des tensions que connaissent aujourd’hui les villes, ces dernières apparaissent comme des terrains privilégiés d’application des principes de développement durable. Une consolidation s’opère alors, avec un passage de « l’environnement au développement durable » dans les politiques urbaines. Le tournant des années quatre-vingt-dix-deux mille semble constituer une période charnière au Maroc, en Algérie, en Turquie ainsi qu’en Tunisie (Emelianoff, 2010). En Europe, ce passage similaire de « l’environnement urbain » au « développement urbain durable » a été accéléré grâce à des moments clés tels la charte d’Aalborg, signée en 1994. Sur la rive Sud au contraire, aucune structure supranationale n’a porté de discours sur le développement durable, ce qui peut expliquer la diffusion relativement plus longue de référentiel (Barthel et al. (dir.), 2011).

4L’objet de cette contribution est de se focaliser sur le cadre urbain pour analyser la question de transfert de modèle de développement entre l’Europe du Nord et les villes méditerranéennes. La problématique principale interroge le développement urbain durable et en quoi cette notion fait modèle dans les pays du Nord de l’Europe ? Autrement dit, le modèle construit dans les villes du Nord de l’Europe, est-il véritablement transférable ?

5Afin de traiter ces différentes questions, l’analyse portera dans un premier temps sur le développement durable et son application dans le champ urbain. Dans un deuxième temps, l’accent sera mis sur la notion de durabilité au Nord de l’Europe afin de comprendre en quoi le développement urbain durable fait référence à un certain modèle des pays du Nord ? La troisième partie met l’accent sur la ville méditerranéenne durable, ce qui nécessite d’évoquer « la singularité d’un développement urbain durable en Méditerranée ».

2 Du développement durable au « développement urbain durable »

6La thématique de « villes durables » s’inscrit dans un moment crucial de l’humanité que le philosophe Michel Serres considère comme la plus grande révolution depuis la préhistoire en matière d’occupation humaine des sols (Barthel et al. (dir.), 2011). Cette notion, que les auteurs abordent avec toutes les précautions sémantiques nécessaires, présente l’intérêt d’une approche pluridimensionnelle qui croise dans le temps des générations et la transmission de certaines dimensions de l’économie, puis du social et du cultuel avec celle de l’environnement.

7Le développement durable est une notion dont les polémiques sont inépuisables, « concept glouton » (Brunel, 2004 : 77), « formule magique » (Jégou, 2007), « décliné tous azimuts » (Brunel, 2004 : 71), est né du constat des effets du développement sur le monde vivant et sur les sociétés. Le référentiel de développement durable s’avère avant tout un ensemble de représentations qui structure le débat contemporain. (Levy, 2003). Pour rappeler la célèbre définition donnée par Harlem Gro Brundtland, alors premier ministre de la Norvège, en 1987, « Le développement durable est un développement qui correspond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Brundtland, 1987). C’est un outil politique mis au point pour tenter de concilier la poursuite de la croissance, la lutte contre la pauvreté et le respect des ressources naturelles : « la notion est devenue consensuelle et s’est déclinée à l’échelle européenne » (Bernié-Boissard, 2008).

8Les premiers travaux sur le développement durable, selon les auteurs Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin, se sont d’abord concentrés sur « des thèmes circonscrits et non sur des territoires » (2011 : 22). À partir des années quatre-vingt, « la durabilité se déploie dans le champ urbain, avec les villes durables ». Dès les années quatre-vingt-dix, l’ONU avait promu un programme baptisé « Cités durables », considérant que la dégradation de l’environnement, source de coût considérables, entraînait un gaspillage des ressources locales et augmentait les inégalités. Il s’agissait de mettre au point des méthodes en matière de planification et de gestion de l’environnement urbain destinées à freiner la métropolisation et la concentration, en particulier dans les pays du Sud (Bernié-Boissard, 2008).

9L’expression de « ville durable » apparaît la même année en Europe avec le livre vert sur l’environnement urbain adopté par la Commission européenne, réflexion sur le caractère commun des problèmes (étalement urbain, croissance des déplacements, dégradation de l’environnement) et sur les réponses locales aux questions environnementales (effet de serre) et à l’amélioration des conditions de vie. L’habitat II, organisé par l’ONU en 1996, a abordé prudemment le sujet et a mis également à l’ordre du jour la question du développement urbain durable. Les travaux préalables des villes et associations d’élus débouchent sur la création d’une assemblée mondiale des villes et des autorités locales, structurée en réseau (Bernié-Boissard, 2008). En Europe puis en France, le concept d’écoquartier rassemble en une même vision idéalisée de la ville future, avec toutes les conditions de bien-être en ville, là où 80 % de la population du nouveau millénaire devrait vivre (Lefèvre et al., 2009).

3 Un modèle Nord européen...

10Comment permettre aux habitants de concilier un mode de vie durable avec une vie mobile et urbaine ? De cette question et des réflexions qui ont suivies est né un quartier alliant une architecture écologique, des modes de transport doux, avec la volonté de promouvoir le développement économique local (Maugard et al. 2010). Avec une empreinte écologique deux fois moins importante que celle d’un quartier traditionnel, l’ancienne friche du sud de Londres, BedZED a été, à sa construction, une référence de l’habitat durable. Aujourd’hui d’autres quartiers innovants ont été construits en Europe et ailleurs. En Allemagne, on trouve les quartiers Vauban à Fribourg et Kronsberg à Hanovre. Au Pays-Bas, le quartier Eva-Lanxmeer à Culemborg. En Scandinavie, les plus connus sont ceux de Viikki à Helsinki, BO01 à Malmö et Hammarby-Sjöstad à Stockholm (Maugard, et al. 2010).

11L’architecte-urbaniste Taoufik Souami dans son ouvrage Écoquartiers, secrets de fabrication : analyse critique d’exemples européens (2009), s’est interrogé sur comment un modèle Nord-européen s’est imposé ? Pour les divers acteurs concernés, ces quartiers comparés à d’autres, sont caractérisés par la concentration des dispositifs écologiques souvent déployés selon « un package technique » relativement similaire : réduction des consommations d’énergie ; réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) par la multiplication des moyens de déplacement doux ; amélioration de l’écoulement des eaux pluviales et parfois leur récupération. Les quartiers Augustenborg à Malmö ou Vauban à Freiburg sont alors cités comme des « modèles d’écoquartier » et suffiraient à définir ce nouveau concept : « on y pollue moins en se déplaçant à vélo et en transport en commun, on y réutilise la pluie pour économiser l’eau. La vie y paraît agréable, on voit des enfants qui jouent en sécurité, les commerces ouverts et fréquentés. On découvre alors l’origine de la contagion » (Souami, 2009 : 21).

12Suivant ce modèle, des quartiers durables apparaissent aussi en Amérique et en Asie. En France, 160 projets d’éco-quartiers ont été présentés par des communes, dans le cadre d’un appel à projets organisé par le ministère de l’Écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer. (Maugard, et al., 2010). Les élus veulent de cette « chose urbaine » aux désignations multiples : certains parlent de quartiers durables, d’autres de nouveaux quartiers. « Les appellations varient mais toutes désignent le même objet. Quand on leur demande de quoi s’agit-il, ils peinent à répondre et pointent du doigt le nord ». Une majorité d’élus, de techniciens, d’associatifs ou de citoyens essaie de reproduire ces exemples du nord de l’Europe, tout au moins de s’en inspirer. Un certain nombre de projets de quartiers durables en France et plus largement dans les pays du sud de l’Europe, se trouvent confrontés au modèle du nord de l’Europe. Cela illustre bien, comme le précise Taoufik Souami, « l’existence d’un modèle de développement urbain durable » par rapport auquel, les différentes villes européennes construisent leurs propres démarches, en particulier celles situées au Sud (2009).

13Les experts, ingénieurs, architectes, urbanistes et chercheurs travaillant sur l’urbain des pays du sud de l’Europe diagnostiquent à la fin des années quatre-vingt-dix un retard de leur pays en matière de développement urbain durable et évoquent « une affirmation du modèle Nord-européen » (Barthel et al. (dir.), 2011). Les initiatives des villes du Sud de l’Europe apparaissent cependant bien modestes et surtout tardives dans un récit de l’histoire des quartiers durables où le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas ou en encore la Suède ont conduit leurs premiers quartiers de démonstration environnementale dès le début des années quatre-vingt-dix.

  • 1 Le projet connu sous l’acronyme CAT-MED : Change Mediterranean Metropolis A round Time (Ch (...)

14Ce modèle construit dans les villes du Nord est-il véritablement transférable ? Ce modèle, s’adapte-t-il au contexte méditerranéen ? La ville méditerranéenne, singulière, peut-elle adopter le modèle de la ville durable forgé au nord ? C’est en posant un regard critique sur les réalisations nord-européennes et en cherchant une « voie méditerranéenne » aux défis climatiques et environnementaux que les villes du Sud de l’Europe ont souhaité répondre à ces enjeux. Les travaux récents tels ceux de Cat Med1 en témoignent, il ne s’agit pas de répliquer un modèle ou d’adopter au coup par coup des solutions techniques permettant seulement de réduire les consommations énergétiques ou mieux utiliser les ressources non renouvelables.

4 De l’expérimentation, il faut un temps d’adaptation

15Le référentiel de la durabilité, comme déjà évoqué, a fait l’objet de débats et d’expérimentations dans les villes d’Europe du Nord (Hanovre, Fribourg, Stockholm, Aalborg, Malmö, etc.) mais c’est dans les années 1990 qu’il s’impose comme un horizon incontournable des politiques publiques dans l’Europe méditerranéenne. Il a depuis largement circulé et est repris depuis les années deux mille par une majorité de pays du Sud (Souami, 2009).

16Il faut souligner que, tout en essayant de faire avec ce modèle, les villes du sud de l’Europe, les villes en Méditerranée développent des stratégies de développement pour répondre à des problématiques spécifiques. Ainsi en Espagne, en Italie et en France, les performances environnementales viennent souvent s’intégrer dans des démarches antérieures d’amélioration de l’environnement urbain. (Souami dans Barthel et al. (dir.), 2011). Cela reflète la volonté d’une part de dépasser le concept de l’écoquartier pour aller vers des quartiers pleinement intégrés à la ville, adaptés aux spécificités méditerranéennes, au tissu urbain, à la composition sociale, à la topographie et au climat (Cat Med, 2009).

17Par ailleurs, on remarque une mobilisation des municipalités ou de la part des habitants pour créer un peu de vie et animer ces « nouveaux quartiers durables ». Le plus souvent, il s’agit d’activités temporaires. Des événements marqueurs pour attirer du monde comme le Festival international des sports extrêmes (FISE), dans le quartier Port Marianne à Montpellier, ou même le déplacement de la mairie, et d’autres plus ponctuels, mais qui nous renvoient à certaines interrogations. Pour la diffusion de matchs de football, la municipalité avait un écran à la Comédie, et un autre à Port Marianne. Des activités temporaires, est-ce une tentative de transfert de centralité ? Pour le moment, on tente de créer du passage, de stimuler des habitudes. Cela nous renvoie à l’absence de monuments, de lieux symboliques de ralliement. La mairie ne peut suffire à créer une nouvelle centralité. Il faut que l’histoire se dessine, que des évènements importants aient lieu.

18Mais quand il s’agit de l’histoire locale, lorsque Montpellier a fêté son titre de championnat de France de football en 2012, c’est sur le parvis de l’opéra, au cœur du centre historique, que cela a eu lieu. Dans l’imaginaire collectif, la place de la Comédie est ancrée. Cela renvoie, selon nous, à « la dimension temporelle » de l’espace urbain ; la volonté est là, mais il faut du temps, un temps pour l’aménagement et un temps d’adaptation à toutes ces mutations.

19Les métropoles méditerranéennes ne se sont pas positionnées sur la notion de durabilité au hasard. Cela, nécessite d’évoquer « la singularité du développement urbain durable en Méditerranée ».

5 La singularité d’un développement urbain durable en méditerranée

20Il est certainement difficile de tracer une histoire de la ville méditerranéenne, ou d’identifier la continuité d’une « tradition méditerranéenne », en lui attribuant des caractères et des typologies rapportables au bassin de la Méditerranée dans son intégralité. Toutefois, les historiens ne sont pas tous d’accord sur cette qualification particulière de la ville, et qu’il existe une spécialisation urbaine dans la notion de la ville méditerranéenne. Son esprit du lieu, s’attache à la fois à des éléments matériels et immatériels : l’architecture, l’urbanisme, mais aussi les couleurs, les sons, les odeurs et enfin les usages (Colletta, 2008). Il y a dans la ville du bassin de la Méditerranée « un esprit du lieu » qui peut être vérifié dans la longue durée de la ville pendant l’histoire de 25 siècles. C’est ce que Fernand Braudel a appelé « les superpositions de civilisations » (Braudel, 1985 : 10).

21Traditionnellement, la fabrique de la ville méditerranéenne, s’inscrit dans les particularités du contexte paysager, climatique et topographique. Depuis ses origines, la ville méditerranéenne a su produire un habitat considéré aujourd’hui comme bioclimatique, utilisant les matériaux locaux, peu consommateurs de ressources locales. L’architecture vernaculaire méditerranéenne est riche d’une palette de solutions architecturales et techniques inspirant les créations d’aujourd’hui (Dreal LR, 2012). Le plan bleu souligne dans un document sur la gestion durable des villes, « la singularité d’un développement durable pour les villes méditerranéennes » (2001 : 46). Appliqué aux villes méditerranéennes, le concept de développement durable devait donc être recadré.

22Selon une étude réalisée par la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) Languedoc-Roussillon, les premières hypothèses des fondements de la spécificité de la ville méditerranéenne durable doivent porter sur trois champs d’investigation qui sont stratégiques : la question du climat et le paysage méditerranéen ; le développement urbain et les spécificités culturelles de la Méditerranée ; la question de mode de vie méditerranéen.

23Le climat méditerranéen a façonné le paysage urbain et naturel. Le Méditerranéen habite en plein air, au moins autant que dans le logement. Les conditions climatiques lui permettent la plupart du temps de rechercher le soleil, la lumière et l’air. Le plein air, le non-couvert est un besoin profond (Braudel, 1985). Le microclimat a toujours été un facteur déterminant dans les villes méditerranéennes. À l’économique, au social et à l’environnemental, le domaine culturel paraît comme une dimension incontournable pour des objectifs de durabilité. Ces derniers associent nécessairement, des paramètres matériels et immatériels et plus encore pour une aire où se sont accumulées, depuis des millénaires, des phases d’urbanisation successives. L’intégration du culturel dans des conceptions de développement durable se justifie aisément en des temps de mobilités, de tourisme urbain, d’échanges intellectuels et artistiques ce qui contribue à forger ou à renouveler des identités urbaines (Chaline, 2001).

24De façon plus globale, une intervention urbaine ou territoriale qualifiée de durable en méditerranée est celle qui, avec d’autres paramètres, permet de conserver le patrimoine local et l’identité du lieu. Pour reprendre quelques mots de Catherine Bernié-Boissard, « La Méditerranée, la culture et l’urbanité cheminent du même pas historique. L’enracinement de la culture dans la ville, à travers les lieux d’expression que sont les monuments, les institutions, ou les équipements, témoigne à la fois de la permanence du fait urbain et du fait culturel, de leur liens, de leur déclin et du renouvellement de ces liens dans l’histoire » (2010).

25Le contexte méditerranéen implique de prendre en compte des éléments liés au climat, à la géographie, à l’héritage historique, au patrimoine, à la composition sociale, et aux ressources de métropoles méditerranéennes, des éléments qui vont façonner l’élaboration des projets de quartiers durables (Cat Med, 2009).

Conclusion

26Les villes méditerranéennes, pourtant moins émettrices de gaz à effet de serre, mais plus impactées que d’autres régions du monde par les nouvelles mutations, sont en première ligne pour l’élaboration des stratégies d’adaptation au changement climatique. En 2005, les 21 pays du pourtour méditerranéen et la Communauté européenne ont adopté la « stratégie méditerranéenne pour le développement durable » (SMDD), privilégiant le regard sur le développement urbain durable (Plan bleu, 2011). Il s’agit de décliner la notion dans toutes ses acceptions économique, sociale, environnementale et culturelle, d’adapter la fabrique de la ville aux spécificités méditerranéennes (Cat Med, 2009). Des recherches convergent sur ces questions, notamment celles de la Direction régionale de l’environnement de aménagement et du logement Languedoc-Roussillon, mettant plus ou moins l’accent sur les spécificités des villes méditerranéennes.

27Promouvoir le développement urbain durable méditerranéen implique par ailleurs, selon le Plan Bleu, d’imaginer des synergies entre deux méthodes résultant de deux approches complémentaires : l’approche normative, s’appuyant sur un arsenal réglementaire et sectoriel, existant ou en cours d’élaboration. Cette codification, déjà bien établie au nord, n’est nullement absente au sud, mais son application se heurte à diverses contraintes ou résistances. L’approche plus globale et non écrite peut bénéficier d’une réactivation de savoirs traditionnels adaptés à des conditions naturelles particulières. Il peut s’agir aussi de réponses adaptées aux usages locaux (Chaline, 2001).

28Avec des problématiques et contraintes particulières, les acteurs des villes méditerranéennes prennent donc conscience de la nécessité de trouver des réponses adaptées aux défis environnementaux. Ils réaffirment leur volonté de donner le jour à des quartiers durables méditerranéens de référence et leur intérêt pour une démarche de coopération expérimentale dans ce domaine (Cat Med, 2009). Dès lors, la notion de développement durable ouvre bien un nouvel espace de réflexion sur la fabrique de la ville. La « ville durable » méditerranéenne se distingue d’emblée du modèle international notamment grâce à cette capacité à utiliser les ressources présentes et à transformer éventuellement les risques et les contraintes spécifiques du climat en atouts pour un meilleur usage (Dreal LR, 2012). Pour conclure cette contribution, se focaliser sur les retours d’expérience en cours, serait un nouvel objet de recherche utile pour approfondir la question de villes durables en Méditerranée.

Notas

1 Le projet connu sous l’acronyme CAT-MED : Change Mediterranean Metropolis A round Time (Changer les métropoles méditerranéennes avec le temps), réunit plusieurs villes méditerranéennes.

Autor

Architecte, doctorante en architecture,
U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université Paul-Valéry Montpellier 3

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search