Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les défis du développement

Développement participatif et tourisme

La participation citoyenne dans le développement du tourisme durable

Daiane Alves

Texte intégral

Introduction

1Le « développement » est un concept complexe qui se trouve actuellement au cœur de plusieurs recherches. Dans les années soixante-dix, les modèles de développement adoptés notamment par les pays du Nord, axés sur la croissance économique, commencent à être contestés et donnent alors lieu à l’émergence de questionnements sur les ressources et l’avenir de la planète. À partir de ce moment, des principes pour un développement plus durable ont commencé à être établis.

  • 1 Alain Létourneau, Gouvernance et développement durable : des enjeux éthiques sous-jacents, Conféren (...)

2Le développement durable porte l’objectif de poursuivre le développement actuel sans compromettre celui des générations futures, d’améliorer et d’adapter les modes et les conditions de productions en tenant compte non seulement de la sphère économique mais également de celles environnementale et sociale. Son caractère normatif est une sorte de guide de l’action qui évalue les actions passées pour orienter les pratiques (désirables) présentes et futures, tout en impliquant les acteurs économiques, politiques et sociaux. Cependant, son approche généralisée a conduit à une compréhension plurielle de ses volets, et une quasi négligence du volet socia. À ce sujet, Alain Létourneau1 révèle, à travers une étude sur le développement durable menée en 2006 au Québec francophone, que les volets économique et environnemental sont plus accentués que le volet social, quasiment absent des discours et actions. Ce constat a été également fait, entre autres, lors du bilan sur le développement durable au Sommet de Johannesburg en 2002, et au Sommet du G8 à Heiligendamm en 2007.

  • 2 Hervé Gumuchian, Éric Grasset, Romain Lajarge, Emmanuel Roux (dir.), Les acteurs, ces oubliés du te (...)

3Dans cette contribution, le développement durable nous invite à penser les sociétés et leurs besoins à travers un développement plus participatif, autrement dit d’opérer une rupture avec le modèle top-down de prise de décision en matière d’intervention sur l’espace, « au moins dans l’esprit si ce n’est pas toujours dans les actes effectifs2 ».

4Nous nous concentrerons ici sur sa dimension sociale, c’est-à-dire la place et l’implication des acteurs locaux au processus de développement, principalement celle de la population locale. Dans l’activité touristique, qui nous intéresse particulièrement dans ce papier, le principe de durabilité consiste à tenir

  • 3 Organisation mondiale du tourisme, Sustainable development of tourism, 2004, disponible sur http:// (...)

[...] pleinement compte des impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil [et qui] exige la participation éclairée de toutes les parties prenantes concernées, ainsi qu’une volonté politique forte pour garantir une large participation et un large consensus3.

5Notre hypothèse de base part de l’importance donnée depuis quelques années à la concertation ainsi qu’à la prise en compte du processus de co-construction permanente avec les citoyens. Nous essayerons ainsi de décliner certains enjeux, d’étudier le potentiel et les liens possibles entre le développement participatif et le tourisme comme conditions pour le développement touristique durable dans un territoire. Pourquoi impliquer l’habitant dans les débats du territoire ? Le tourisme peut-il être une activité plus durable grâce à l’implication de la population dans la définition de projets et la prise de décision ? Quelles difficultés peut-on rencontrer et comment les surmonter ?

  • 4 Costa do Sauípe est un exemple de projet touristique développé sans considération des caractéristiq (...)
  • 5 Le projet écotouristique communautaire à Loango se base sur un idéal participatif mais rencontre de (...)

6Cet article se caractérise par une recherche bibliographique, descriptive et qualitative. Il apporte tout d’abord une réflexion conceptuelle et théorique autour du tourisme durable et de la participation des habitants, à partir des descriptions et analyses de deux cas, la Costa do Sauípe4, au Brésil, et le Parc national de Loango5, au Gabon. Le premier fut choisi comme un contre-exemple d’un tourisme dit durable. À partir de la description des effets sociaux produits avec l’implantation de ce projet, nous menons une analyse critique sur l’importance de prendre en compte les caractéristiques du territoire et d’impliquer les habitants pour assurer la qualité de vie locale et la durabilité du tourisme. Le deuxième cas fut choisi comme un exemple de projet touristique développé sur les « ailes » du discours participatif mais qui ne produit pas les résultats attendus, ni en termes de participation ni de développement des communautés. Il nous fournit ainsi des éléments intéressants pour une analyse des blocages de cette participation.

1 La participation citoyenne, pilier fondamental du développement durable

7Lors des questionnements autour de l’avenir de la planète dès les années 1970, l’idée de développement utilisée pendant les Trente Glorieuses — plus dans un sens de croissance économique que d’amélioration de la qualité de vie — a laissé entrevoir ses limites. L’on commençait à comprendre que le développement ne pouvait se limiter à la question économique si l’on souhaitait le soutenir sur le long terme.

  • 6 Philippe Barret, Guide pratique du dialogue territorial. Éditions de l’Aube, 2012, 240 p.
  • 7 Martin Heidegger, Essais et conférences, Paris, Guillamard, 1958, 349 p.
  • 8 Guy Di Méo, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque « Patrimoine (...)

8Émergent à partir de là des principes pour un développement plus durable, qui prennent en considération, outre la sphère économique, d’autres facteurs d’ordre politique, environnemental, culturel et social. Des principes qui affirment aussi la nécessité d’impliquer davantage les habitants dans les décisions et choix environnementaux, politiques, et sociaux. Tout d’abord parce que l’habitant n’est pas simplement celui qui réside quelque part ; l’habiter renvoie au rapport que l’homme entretient avec les lieux de son existence et signifie pratiquer l’espace, se l’approprier symboliquement et s’y investir émotionnellement6. La notion d’habiter est dotée d’une dimension spatiale et temporelle prenant compte des transformations, des mutations et des évolutions de la relation hommes-lieux. « Habiter, c’est être », dit Heidegger7, c’est construire des systèmes d’action et de relation déterminés par des comportements, valeurs, pratiques, idéologies, et positionnements qui créeront les réalités territoriales locales8.

  • 9 Hugues François et al., op. cit., p. 685.

Le territoire apparaît donc comme un construit socioculturel (un système de valeurs qui assure la régulation et l’intégration des comportements individuels) qui se maintient et se renouvelle au fil de l’histoire : plus qu’un processus linéaire, nous sommes face à une dynamique d’accumulation collective de connaissance tant au niveau des savoir-faire que du savoir-être en commun9.

  • 10 Armand Fremont, La région, espace vécu, Paris, Flamarion, 1999, 288 p.
  • 11 Dans l’idée d’acteur territorialisé de Hervé Gumuchian et al. (2003, op. cit.), les acteurs sont ic (...)
  • 12 Amartya Sen, Desenvolvimento como liberdade, São Paulo, Companhia das Letras, 2010, 461 p.
  • 13 Philippe Barret, op. cit.

9L’habitant peut ainsi être considéré comme sujet actif et pensant de son territoire de vie10, et doit alors être mobilisé et impliqué autour de projets avec l’ensemble des acteurs11. Dans l’approche développée par Amartya Sen12, ces idées sont traduites en termes de développement humain, de bien-être et de qualité de vie. Dans son approche du développement et de la quête de bien-être social, les individus doivent être en mesure de susciter à prendre part à la prise de décision. En France, par exemple, la participation des populations à l’élaboration de projets et décisions qui les concernent est présente depuis au moins un demi-siècle et marque le champ du développement local13 ; une participation citoyenne qui trouve sa légitimité dans sa maîtrise d’usages — la connaissance des habitants des pratiques sociales et de réels usages qui se font —, mais avant tout dans le droit de ces habitants à s’exprimer sur des sujets qui sont susceptibles d’impacter leurs vies.

  • 14 Ibid.
  • 15 Joseph Salamon, Pédagogie de la ville. Les mots des acteurs dans le projet urbain, Lyon, Éditions d (...)
  • 16 Cécile Blatrix, « Concertation et débat public », dans Borraz Olivier, Guiraudon Virginie (dir.). P (...)

10L’élaboration d’une décision en matière de territoire doit également s’inscrire sur une vision partagée de celui-ci, construite sur le croisement des regards et le partage d’informations14. Comme le souligne Joseph Salamon15, tout débat sur le territoire et son développement devrait connaître et croiser les rythmes et les temps de l’ensemble de ses acteurs. Cette complémentarité des rôles permet d’avoir des projets plus en phase avec le territoire, engagés et durables dans leur mise en œuvre et tout au long de leur existence. La figure 1 est un exemple des temps et des rôles de quatre acteurs : les élus, les chercheurs, les techniciens et les habitants. Dans cette logique, la participation des habitants aux débats offre aux autres acteurs le passage d’une connaissance partielle (voire partiale) à une vision globale et commune ; ils permettent également d’obtenir une « meilleure décision », plus pertinente, acceptée et appropriée par la société car c’est une décision qu’elle a contribué à formuler16. Elle peut être également considérée comme un outil pour rapprocher les habitants des décisions et décideurs de projets et pour qu’ils se réapproprient leur territoire en même temps. Cette participation est aussi liée à la « bonne gouvernance » revendiquée par le développement durable et les Agendas 21 (entre autres), qui préconisent une implication plus importante des acteurs locaux et une transparence au niveau décisionnel.

Figure 1 – Les temps et les rôles des acteurs du développement territorial.

Figure 1 – Les temps et les rôles des acteurs du développement territorial.

Source : J. Salamon, Pédagogie de la ville. Les mots des acteurs dans le projet urbain, Lyon, 2008. Réalisation : D. Alves.

  • 17 Ici entendu comme les groupes de personnes habitant dans la même localité et assujettis à un même g (...)
  • 18 Les valeurs ou normes informelles partagées au sein d’un groupe qui permettent l’existence d’une co (...)
  • 19 Action concertée en vue d’aboutir à des objectifs communs, adaptée au contexte propre de chaque com (...)
  • 20 Stefan Bratosin, La concertation : forme symbolique de l’action collective, Paris, L’Harmattan, 200 (...)
  • 21 Sherry Arnstein, « A ladder of citizen participation in the USA », Journal of the American Institut (...)

11Le développement participatif renvoie alors à une démarche où les projets s’appuient sur les communautés17 pour utiliser leur capital social18 (mais aussi leurs attentes et besoins) afin qu’elles participent19 aux processus de développement. Les approches participatives territoriales ont pour objectif premier de faciliter de manière ponctuelle ou permanente l’expression de la population et le débat sur certains problèmes ou projets. Elles envisagent le territoire dans sa dimension administrative et politique tout en se référant à la notion de communauté et à une forme d’intelligence collective : « Un peuple ou ce qui le fait peuple ce n’est certes pas la simple coexistence dans l’espace d’un nombre plus ou moins grand d’individus semblables, mais leur conscience commune20. » Ces approches se définissent par plusieurs niveaux de participation21, que nous résumons ici en quatre principales :

  • L’information, qui est l’action de mettre à la portée d’une population la connaissance des éléments du projet. Elle ne constitue pas en soi un processus participatif, mais elle est une composante stratégique dans le dialogue territorial ;

  • la consultation, pour prendre l’avis de la population, sans négociation ou débat, mais qui implique une information et un recueil d’avis ;

  • la concertation, c’est à dire débattre avec la population, où chacun argumente ses idées — débat qui doit guider la décision finale ;

  • la codécision, qui consiste à un partage de la décision avec la population dans le cadre d’une co-élaboration d’un projet ou d’une décision publique.

12Cependant, la mise en place de dispositifs participatifs est confrontée à des blocages qui peuvent perturber l’évolution du projet. L’un des blocages premiers est la peur de la part des autorités de ce « gain de pouvoir » des habitants. En réalité, il ne s’agit pas de changer le pouvoir décisionnel ; ces dispositifs doivent représenter une valeur ajoutée au développement construite sur les réalités, valeurs et besoins de la société locale avec pour but de donner aux décideurs des références à la décision. D’autres difficultés peuvent aussi se présenter au niveau de la diffusion d’informations et de la communication, de la coordination entre les acteurs, des outils choisis, d’une participation élargie, d’une concurrence entre les acteurs et leurs jeux d’intérêts, d’une adéquation entre discours (ou compromis) et actions réelles, etc. Ce sont quelques aspects qui seront mieux abordés avec les études de cas plus loin.

  • 22 John Brohman, Popular development — rethinking the theory and practice of development, Oxford, Blac (...)
  • 23 Les détails du prix ainsi que les informations sur les projets récompensés sont disponibles sur la (...)
  • 24 Expression créée sur l’idée du mot « icône » dans la langue anglaise « icon » (quelqu’un ou quelque (...)

13Toutefois, même avec les difficultés rencontrées lors de la mise en place de processus participatifs, il semble que ces projets sont aujourd’hui nécessaires au développement22 ; ils sont plus avantageux aux communautés que les projets dits traditionnels, conçus avec une approche « top-down ». Les projets envisagés dans une démarche participative posent la base d’un processus de développement endogène, en renforçant les compétences des populations locales, tout en obtenant de meilleures performances en termes d’amélioration des conditions de vie. Les projets écotouristiques de Chambok, au Cambodge, de Prainha do Canto Verde, au Brésil, et de Boomkolbeh — Turkmen Ecolodge, en Iran, en sont des exemples renommés mondialement dans l’activité touristique. Ces projets ont été récompensés par le prix allemand TO DO ! Contest, qui chaque année décerne des prix à des projets touristiques socialement responsables. Reconnus comme des exemples à suivre dans leurs pays, ces projets ont su développer une activité durable à plusieurs niveaux et notamment dans le domaine social, avec des bénéfices remarquables pour les communautés locales23. Grâce à l’implication des citoyens dans la conduite de leur avenir à travers la réappropriation d’une échelle locale de territorialité, ces projets montrent combien un développement touristique participatif aurait la capacité d’aider à éviter des situations conflictuelles, ou même d’« iconisation24 » causées par le tourisme.

2 Vers un tourisme dit durable

  • 25 Voyage en Europe exclusif des jeunes aristocrates dans un but de découverte et d’apprentissage.
  • 26 Joffre Dumazedier, La révolution du temps libre, 1968-1988, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988, 247 (...)
  • 27 Claudino Ferreira, « Estilos de vida, práticas e representações sociais dos termalistas. O caso das (...)

14Le tourisme est une activité économique, un fait social et culturel, un échange humain qui ne cesse de se développer et de se transformer de manière très rapide. Rappelons que ses origines en Europe se retrouvent dans le Grand Tour25 au xviiie siècle. Dans le siècle suivant, sous l’influence de la révolution industrielle et du développement technologique, en particulier dans les secteurs des moyens de communications et des transports, les individus devenaient plus mobiles et le tourisme tel que l’on connaît aujourd’hui commençait à se structurer. C’est ainsi qu’au milieu du xixe siècle, Thomas Cook démarre son entreprise en Angleterre. Le xxe siècle marque définitivement l’évolution de l’activité touristique, qui prend un caractère connu aujourd’hui par le terme « de masse » : les travailleurs commençaient à avoir plus de temps libre et à acquérir de nouvelles habitudes, où les voyages ont eu une place importante. De plus, le droit aux congés payés acquis dans la période de l’entre deux guerres et consolidé après la deuxième guerre mondiale, a favorisé l’accès des classes ouvrières et moyennes au tourisme26. Peu à peu, le tourisme s’élargit et constitue dès la fin du xxe siècle une habitude instituée et généralisée27, mais surtout une activité économique pour répondre aux intérêts des acteurs politiques et privés, locaux et internationaux (comme plusieurs cas au Mexique dont Cancun).

  • 28 Georges Cazes, « La problématique des impacts du tourisme. Réflexion sur quelques évolutions signif (...)

15De fait, dans ce premier moment d’essor de l’activité touristique, reflet aussi du modèle de développement de l’époque, elle s’est davantage orientée vers des aspects économiques sans considérer les implications sur l’environnement et les communautés directement affectées, sans améliorer la situation des communautés locales, et provoquant des effets irréversibles sur certains endroits. Mais les changements provoqués par les crises écologiques et sociales mondiales ont heureusement interpellé aussi le tourisme et notamment depuis la fin des années quatre-vingt-dix, il fait face aux défis de continuer à exister et à se développer de manière durable, autant pour le territoire que pour les individus. Dans ce sens, selon Georges Cazes, le tourisme est l’activité humaine la plus attentive à la préservation et à la valorisation du milieu-support, la plus ouverte aux exigences d’un développement authentiquement durable – sans nier les impacts et « les conséquences souvent préoccupantes de la pression touristique sur l’espace28 ».

  • 29 Organisation mondiale du tourisme, s.d., Sustainable development of tourism, disponible sur http:// (...)

16Ce n’est qu’au milieu du xxe siècle que l’Organisation mondiale du tourisme (O.M.T.) définit officiellement comment le concept de développement durable pouvait être appliqué au tourisme (définition revisitée et adaptée plus tard). Les principes du tourisme durable furent adoptés à New York en 1999 par la VIIe session de la Commission sur le développement durable des Nations Unies. Au moment de la réunion, les gouvernements ont subi des pressions pour les appliquer dans leurs pays respectifs afin de gérer le tourisme de manière responsable. Ainsi, selon l’OMT29, le tourisme durable doit :

  1. Faire un usage optimal des ressources environnementales qui sont un élément clé du développement du tourisme, en préservant les processus écologiques essentiels et en contribuant à la conservation des ressources naturelles et de la biodiversité ;

  2. respecter l’authenticité socioculturelle des communautés d’accueil, conserver leur patrimoine culturel bâti et vivant, ainsi que leurs valeurs traditionnelles, et contribuer à la tolérance et à la compréhension interculturelles ;

  3. garantir des activités économiques viables à long terme en apportant à tous les acteurs des retombées socio-économiques équitablement réparties, notamment des possibilités d’emploi et de revenus stables, des services sociaux aux communautés d’accueil, et en contribuant à la lutte contre la pauvreté.

  • 30 Mário Carlos Beni, A nálise estrutural do turismo, São Paulo, Editora Senac, 2006, 539 p.

17Or, appliquer les principes du développement durable au tourisme est aujourd’hui l’un des défis majeurs pour ses acteurs ; il ne s’agit en effet pas d’une mission simple. L’une de premières difficultés pour arriver à un tourisme durable serait l’amplitude de l’activité et la complexité des relations entre les nombreux acteurs (plusieurs acteurs économiques du territoire, le secteur public, des associations, etc.), ainsi que leurs jeux de pouvoir. L’interaction de différents facteurs est représentée par un système de fonctionnement, nommé système de tourisme30 par certains auteurs, dont le modèle montre que les interactions entre société, environnement, culture et économie ont un impact important sur les actions opérationnelles de l’activité — la relation entre demande, offre et marché (production, distribution, consommation, etc.) — et inversement. Une autre difficulté rencontrée est le fait que le tourisme regroupe des pratiques diverses (tourisme d’aventure, nautique, urbain, culturel, communautaire, etc.), et que donc la quête d’une durabilité implique une transformation particulière de chacune de ces activités. Autrement dit, les problèmes de l’écotourisme ne peuvent pas être traités de la même manière que ceux du tourisme urbain, ou encore nautique. Les principes du développement durable doivent être donc adaptés aux différentes pratiques ainsi qu’aux divers segments spécialisés (agences, tours opérateurs, hôtels, etc.). Le Certificat pour la soutenabilité touristique (C.S.T.) au Costa Rica en est un exemple. Porté par des organismes touristiques officiels et dans l’objectif de transformer le concept de durabilité en pratique, le C.S.T. catégorise et différencie les entreprises fonctionnant sur un modèle de durabilité selon leurs activités (agences de voyages, hôtellerie, location de véhicules, restauration/gastronomie et opération marine côtière) ainsi que le niveau d’implication vers la durabilité. L’évaluation prend en considération quatre domaines fondamentaux : environnement physique-biologique, site « services » (pour l’hôtellerie), gestion du service (pour les agences), client et environnement socio-économique.

18Faire du tourisme une activité durable revient alors à minimiser en quelque sorte les impacts négatifs et à engendrer des retombées directes bénéfiques au territoire. Pour cela, il est indispensable d’avoir une planification stratégique qui permette de mesurer les aspects territoriaux, socio-économiques et culturels, afin de pouvoir dessiner et exécuter les objectifs tout en tenant compte des risques inhérents à l’activité. Du point de vue des acteurs, il est nécessaire d’établir des dynamiques de planification et de coordination entre les parties prenantes ainsi qu’un dialogue fluide entre les différents acteurs concernés tout au long du processus. De cette façon, et selon les réalités locales, le tourisme durable peut participer à la lutte contre la pauvreté, à la création d’emplois stables pour les populations locales (commerces, artisanat, savoir-faire locaux, etc.), à la qualification professionnelle, à la protection de la nature, à la sauvegarde et à la valorisation des cultures et des patrimoines, à l’implantation d’infrastructures qui doivent bénéficier aussi – et surtout — aux habitants (routes, aéroports, réseaux de distribution d’eau et d’énergie, équipements de loisir, etc.) ; enfin, à une amélioration de la qualité de vie (bien-être) des populations concernées.

19Le concept de tourisme responsable ou durable a fait émerger des pratiques (tourisme solidaire, communautaire, participatif, etc.) qui, même ayant des démarches et mises en œuvre diverses, se définissent comme participatives, des alternatives au tourisme de masse, dans l’objectif de générer davantage de bénéfices locaux. Or, la réalité est beaucoup plus complexe et les préconisations du tourisme durable ou des processus participatifs ne sont pas toujours mises en pratique. Sommes-nous en train juste de créer de beaux discours, mais qui n’ont pas de vrais fonds et bases solides ? Les problèmes peuvent-ils être aussi provoqués par manque de définitions plus précises et de contrôle ? Mais réguler un secteur parmi les plus dérégulés n’est pas une mission simple. Nombreux sont les cas où les acteurs politiques (et économiques) choisissent le tourisme comme une forme de diversification d’activités sans une préoccupation plus approfondie sur l’impact local. C’est le cas de plusieurs destinations situées sur la côte brésilienne, comme la Costa dos Coqueiros et son importante infrastructure touristique, la Costa do Sauípe. L’étude qui suit soutien l’hypothèse de la nécessité d’une participation des habitants à la définition de politiques et de projets sur le territoire, conçus d’après les réalités locales et donc capables de générer des bénéfices à toute partie prenante : État, porteurs du projet, et communautés.

2.1 L’exemple du projet de Costa do Sauípe et ses impacts sociaux

  • 31 Instituto de Hospitalidade, Programa Costa dos Coqueiros — Projeto Desenvolvimento Sustentado, Salv (...)

20Costa do Sauípe pourrait être considérée comme une réponse à l’activité de reboisement qu’a subi la côte Nord de l’état de Bahia, au Brésil, entre les années soixante-dix et quatre-vingt, avec des conséquences sur le scénario régional en termes d’aménagement et de production31. Ce type de destination (ainsi dénommé car il s’agit la plupart du temps de la motivation principale et parfois unique du voyage) du genre complexe hôtelier all inclusive a ses origines dans les bains et spas de la Grèce et de la Rome antiques, et s’est développé après la seconde guerre mondiale. Club Med en Espagne en fut le premier, en 1950, construit avec du capital français. L’originalité à l’époque était le fait d’avoir toutes les attractions dans l’hôtel, sans avoir besoin d’en sortir, réduisant le sentiment de peur et d’étrangeté dans un autre pays. Il s’agissait pour un premier temps d’une offre pour les plus aisés financièrement.

21Leur dissémination a eu lieu vers les années soixante-dix et ils ont connu beaucoup de succès en Amérique centrale (notamment aux Antilles) et ont changé et diversifié leur clientèle avec d’autres couches sociales (avec des services et installations plus simples).

22Au Brésil, les premiers hôtels de ce type arrivèrent vers la même époque (Éco Resort Praia do Forte en fut le premier) et grâce à l’immense côte, ils se sont vite développés, notamment au Nord-est du pays, perturbant le mode de vie des populations traditionnelles. D’autres investisseurs ont été rapidement attirés, stimulés par de nouvelles stratégies touristiques pour la région. Ainsi, peu de temps après, de plus gros projets s’y sont installés, comme Costa do Sauípe, avec 5 grands hôtels gérés par 3 grandes chaînes hôtelières internationales.

  • 32 Mot en portugais pour désigner un type d’hébergement haut de gamme, avec une capacité limité, un ac (...)
  • 33 Cf. José Célio Silveira Andrade, Maria Teresa Franco Ribeiro, Maria de Fátima Barbosa Góes, Emilian (...)
  • 34 Op. cit.

23Le complexe Costa do Sauípe fut officiellement inauguré en 2000 avec plusieurs hôtels, pousadas32, restaurants, magasins, agences de voyages, terrain de golf et d’autres sports, parcs à thème, etc. Ce complexe impacte 1755 hectares d’une zone de protection environnementale, 8 communautés (de 2 municipes différents), et environ 8 000 habitants. Depuis son installation, plusieurs impacts négatifs se sont produits sur le territoire33 : restriction d’accès à certaines plages et mangroves (privatisées) aux communautés locales, déstructuration de systèmes locaux de production (agriculture, pêche, etc.), importation de la main d’œuvre, perte des coutumes et des traditions, sentiment d’exclusion par les communautés, problèmes politiques et de gouvernance (corruption, autoritarisme, audiences publiques sans effet postérieur), etc. Ces problèmes avaient pourtant été identifiés avant le démarrage du projet lors des études d’impacts faites mais ont été aussi constatés plus tard dans la recherche menée par Rosalina Couto34. Dans son étude sur l’impact social du tourisme sur les populations locales, l’auteure dénonce le non-respect des objectifs sociaux préalablement prévus dans le projet et les effets négatifs de l’activité qui ont suivis : fort processus d’émigration, augmentation de demande de services de première nécessité, hausse des prix, prostitution, drogues, pollution et dégradation de l’environnement, sous-emploi de la main d’œuvre locale, etc. Nous sommes amenées à croire que si des actions à l’égard de la population avaient été mises en place parallèlement aux phases d’implantation, suivies et évaluées régulièrement par la suite, ces problèmes n’auraient pas existés, ou seraient moins importants à présent. En outre, le projet serait plus inséré territorialement et les communautés de la région, plus respectées.

  • 35 Ibid.

24Parmi les trois groupes hôteliers internationaux présents, seulement un seul a adopté, en dépit de bas salaires distribués35, une démarche d’intégration et de valorisation de la communauté. Cependant, des impacts sociaux positifs, même s’ils sont modestes, ont été repérés : multiplication d’information pour la santé lors des (peu nombreuses) formations en hôtellerie ; envie de reprendre les études et quelques programmes d’éducation fondamentale ; valorisation de l’artisanat local ; création d’associations et de coopératives.

  • 36 Cf. « Megarresort não deu o retorno esperado a investidores », disponible sur http: //economia.esta (...)

25Il est possible de constater dans une première analyse de ce projet le hiatus existant entre les discours et les pratiques. Malgré une volonté initiale de préparer et d’intégrer la communauté, très peu d’actions dans ce sens ont été mises en œuvre au cours du projet. Il s’agissait au départ clairement d’un méga complexe destiné à attirer surtout de la clientèle internationale et de la haute société brésilienne : un projet typiquement construit à partir du modèle de masses mentionné précédemment. Costa do Sauípe se présentait alors comme une destination mal insérée au territoire où elle se trouve (à Bahia) et n’a pas réussi à avoir les retours attendus au départ. À la fin de sa troisième année, le complexe a atteint des taux d’occupation inférieurs à 40 % dont moins de 10 % représentés par le public international. Le projet ne produisait pas de bénéfices et sa gestion a changé trois fois pendant cette période36.

26Une forte campagne de publicité a été menée afin de donner une nouvelle image à la destination, en mettant notamment en valeur les opportunités de loisirs (particulièrement de grands événements culturels et sportifs), ce qui a conduit à une certaine amélioration de la fréquentation (62 % des chambres occupées en 2006). Malgré ce petit réconfort, l’augmentation de l’occupation et des recettes n’a pas rebondi sur des profits financiers pour les porteurs du projet, et cette campagne de marketing a fini par consommer davantage de ressources et contribuer au dégât financier du complexe.

27La difficulté (ou manque) de communication et de concertation entre les acteurs publics locaux, régionaux, économiques du complexe et les leaders des communautés a été aussi l’une de barrières pour une maximisation des bénéfices et une réduction des contraintes. Il aurait peut-être fallu un partenariat public-privé pour donner plus de force au projet et améliorer la qualité de vie des habitants en leur donnant, par exemple, plus de possibilités de formation, principale faiblesse locale. Cette condition aurait pu favoriser, entre autres, l’emploi des habitants au sein des structures du complexe et empêcher l’entrée de certains dans l’univers de la drogue et de la prostitution.

28Il est possible de constater également un déficit d’évaluation et l’inexistence d’indicateurs (adaptés aux contextes du pays et de la région) pour mesurer les impacts et les problèmes liés au tourisme. Si ce type projet ne peut pas être évité, il est au moins souhaitable que ses constructions se fassent dans une perspective de durabilité partagée, basée sur une géographie prompte des réalités du territoire.

29À travers l’exemple de Sauípe, il paraît indéniable que le tourisme durable porte sur une nécessaire concertation avec les habitants et leur participation et implication aux débats et décisions. La population locale doit ainsi être associée aux différentes phases, être informée dès le départ sur les bénéfices et les dangers de l’activité, être formée pour pouvoir accéder aux emplois qui seront créés, avoir elle-aussi accès aux équipements touristiques et surtout être respectée par rapport à sa culture et ses modes de vie.

30Il est fondamental de gérer les opportunités en analysant de manière objective les réalités locales afin d’éviter une adoption de modèles de développement touristique qui rompent avec les équilibres sur lesquels est construit le développement socio-économique, qui agressent la culture locale, et qui accélèrent l’épuisement des ressources :

  • 37 Alejandro López López, Javier De Esteban Curiel, « El turismo sostenible como dinamizador local », (...)

Le tourisme est une opportunité stratégique pour les territoires, mais [...] doit être observée par une perspective locale, adaptée à la réalité socio-économique et socioculturelle. Au long de plusieurs phases de production de l’activité, doivent être impliqués les acteurs publics et privés, avec la population locale37 [...]

31Le thème de l’implication des habitants dans des projets correspond ainsi à une perspective du développement durable où celui-ci oscille entre deux démarches « efficaces », l’une qui vise le débat pour une démocratisation de la décision, l’autre qui optimise le temps et les ressources. Le premier peut être un processus long et coûteux car la concertation demande du temps, de l’énergie et des ressources. Le temps du politique est normalement prioritaire (un projet doit être finalisé avant la fin du mandat) et l’objectif est souvent économique (car il faut montrer rapidement des résultats). Les responsables du développement touristique auraient intérêt à lutter contre ces priorités (caractéristiques du modèle du tourisme de masse) et à reconnaître l’importance d’ouvrir le tourisme à la population locale pour fomenter un développement plus soutenable de l’activité.

2.2 Le projet écotouristique communautaire du Parc national de Loango : entre difficultés et opportunités

  • 38 Jean-Louis Caccomo, Fondements d’économie du tourisme. A cteurs, marchés, stratégies, Bruxelles, De (...)

32Si avec l’émergence des principes de durabilité le tourisme se veut un système capable de favoriser le progrès social et économique d’un pays, il ne peut plus être réduit à une activité commerciale imposée aux territoires. Le tourisme doit plutôt être une activité économique démocratique à laquelle les habitants ont accès. Jean-Louis Caccomo affirme dans ce sens que la durabilité dans le tourisme s’apprécie par sa capacité à « s’insérer dans le développement local, en tenant compte des habitudes de vie des populations38 ».

33Favoriser la participation dans le tourisme, c’est créer un processus qui permet d’abord l’accès à l’information (projets, plans, politiques, procédures, législations, etc. mais aussi les effets et répercussions du tourisme) à toutes les parties concernées et intéressées (individus, groupes et organismes qui peuvent être affectés ou qui peuvent influencer les résultats), et envisager au moins un travail de sensibilisation auprès des habitants. Puis, à un degré plus soutenu, ce processus devrait mettre en place des moments et des espaces entre les acteurs (publics, économiques, institutionnel et société civile) pour le débat, la consultation, la concertation et la prise de décision.

34À partir de l’exemple du projet d’écotourisme communautaire du Parc national de Loango, au Gabon, et les différents enjeux qu’il pose, nous essaierons de débattre sur l’opportunité de la mise en œuvre du développement participatif dans le tourisme.

35Le projet à Loango fut en effet conçu avec un regard d’opportunité stratégique développée par un processus de gouvernance participative ; toutefois, après quelques années de sa mise en œuvre, ce projet rencontre des difficultés pour subsister et des blocages au niveau de la participation des habitants. Comment expliquer cette situation étant donné que le tourisme communautaire est justement la pratique qui développe davantage des processus participatifs car pensée, planifiée, acceptée et contrôlée par la communauté locale (au moins dans la théorie) ?

2.2.1 Une pluralité d’acteurs

36Au Gabon, la politique de développement et d’aménagement touristique nationale prétend à une amélioration des conditions de vie des populations locales ; leur participation à tous les stades de réflexion et de décision concernant la mise en tourisme des parcs nationaux et de leur périphérie est aussi présente dans la vision de l’Agence nationale des parcs nationaux (A.N.P.N.).

  • 39 Ariane Payen, op. cit.

37Le Parc national de Loango fut créé en 2001 et fait partie du réseau constitutif des 13 parcs nationaux du Gabon, avec le double objectif de protéger la biodiversité (qui contient des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle) et de la valoriser à travers le tourisme (notamment au bénéfice des communautés locales). Son potentiel touristique regroupe aussi des atouts culturels et des pratiques traditionnelles propres au territoire (artisanat, fabrication du vin de palme, cuisine locale, rituels, etc.). La mise en tourisme de cette aire protégée peut générer également des revenus pour les organismes de gestion de ces territoires et les populations locales, lésées par des restrictions et de nouveaux conflits d’usage du territoire (par exemple les restrictions relatives à la pêche et la dévastation des plantations par la faune sauvage39). Ainsi, aujourd’hui, l’offre touristique comprend le tourisme de vision (observation de la faune et de la flore), la pêche sportive, et le tourisme culturel/communautaire (en contact avec les populations et leurs coutumes). Notre analyse se concentre sur cette dernière pratique, et notamment sur son développement (sous égide de l’Union européenne) dans la partie sud du parc.

  • 40 Chiberth Moussavou, op. cit.

38L’administration des aires protégées, constituée par l’A.N.P.N. et les brigades de faune, partage la gestion du Parc de Loango avec plusieurs acteurs. Les principaux partenaires, qui agissent de manière permanente, sont composés des O.N.G. internationales World Wide Fund for nature (W.W.F.), Wildlife Conservation Society (W.C.S.), de l’O.N.G. locale Ibonga-A.C.P.E., du G.I.C.-Tourisme et d’opérateurs touristiques privés et communautaires. D’une manière générale, au Gabon, la participation des O.N.G. dans la gestion des parcs nationaux se fait par le biais de l’aide technique, la mise en place de projets, la construction et le développement d’infrastructures, la sensibilisation, l’information, la recherche et l’écotourisme40. W.W.F. et W.C.S. mènent surtout des actions privilégiant la conservation de la faune et de la flore ; les six opérateurs touristiques présentes sur le territoire reversent, conformément à l’accord passé avec l’A.N.P.N., la totalité des droits d’accès au parc national, et participent aussi dans la gestion durable de la faune aquatique (respect de la charte pour la pêche sportive) ; les associations locales sont finalement les principales responsables du développement et promotion du tourisme.

  • 41 Stéphanie Nkoghe, La psychologie du tourisme, Paris, L’Harmattan, 2008, 144 p.

39Ibonga (Association pour la connaissance et la protection de l’environnement) sensibilise les communautés locales sur la conservation et leur participation à la gestion durable des ressources naturelles, et gère le centre d’accueil et d’information pour touristes du parc, et la case artisanale à l’aéroport de Gamba, la Case Mafubu. La coopérative Abietu Bi Sette-Cama, mise en place par le Programme sectoriel de valorisation des aires protégées (P.S.V.A.P.) dans le cadre du projet d’écotourisme communautaire ici étudié, est constituée de deux associations — l’Association des femmes restauratrices et l’Association des écoguides de Loango Sud — et d’un groupe de femmes artisanes, le Mama Mafubu. Le G.I.C.-Tourisme — Groupement d’initiatives communautaires pour la promotion et le développement du Tourisme — est un organe du Conseil départemental de Ndougou créé en 2006 aussi sous l’impulsion du P.S.V.A.P. Il intervient au bénéfice de l’écotourisme communautaire en organisant des séjours touristiques, en assurant l’accueil des touristes et la logistique par la Case Abietu, dont il est propriétaire. Outre la coopérative Abietu qui est son partenaire immédiat, le G.I.C.-Tourisme travaille avec l’association des écoguides de Loango. Cette trame d’acteurs se montre assez complexe et présente des attentes différentes de la part de chaque acteur envers la mise en tourisme du territoire41.

  • 42 Ibid.
  • 43 Structures au sud : Sette-Cama Safari et Camp Missala. Structures au nord : Loango Lodge, et les ca (...)
  • 44 D’après les recherches menées par Ariane Payen, op. cit.

40Le Conseil départemental de Ndougou est la seule structure administrative qui participe de façon permanente au développement de l’écotourisme, particulièrement celui communautaire à Setté-Cama. C’est en effet dans la partie sud du parc, plus spécifiquement dans le département du même nom et entre les villes de Setté-Cama et Gamba, où se développe actuellement la pratique communautaire42. L’écotourisme privé est celui pratiqué dans la partie nord du parc43. Pour cette étude, nous nous concentrerons tout particulièrement sur Setté-Cama (50 habitants), principal village concerné par le projet du P.S.V.A.P. Nous regarderons également les situations de deux autres villages, Pitonga (20 habitants) et Sounga (7 habitants)44, qui devraient aussi être concernés par le projet.

  • 45 Ont été formés un groupe de douze femmes restauratrices, un groupe de vingt artisans et un groupe d (...)
  • 46 Ariane Payen, op. cit.

41Le projet pilote d’écotourisme communautaire développé en 2003 par l’Union Européenne via le P.S.V.A.P. dans le parc est un exemple du rôle stratégique que doivent jouer les populations locales dans la mise en tourisme des aires protégées dont l’enjeu principal est de parvenir à une gestion des ressources naturelles pour le bien commun. Au long de son développement, il a eu un travail de développement des compétences d’une partie des habitants45, l’aménagement d’un hébergement touristique (la Case Abietu, gérée par la coopérative Abietu Bi SetteCama, aussi mise en place par le programme), d’un centre d’accueil et d’information (la case Mafubu) et de neuf circuits. Cela a permis de créer la trame d’un tourisme communautaire46. Cependant, à partir de 2006, après le départ de l’Union Européenne, le développement touristique s’effectue par l’A.N.P.N. (et sous forte influence des ONG de conservation) avec des compétences principalement orientées vers la conservation plutôt que vers le tourisme. Le résultat est une activité touristique qui demeure au stade embryonnaire, et dans laquelle les communautés locales subissent une position secondaire. Cette situation génère par ailleurs des relations conflictuelles entre habitants et acteurs de la conservation et du tourisme.

2.2.2 Vers une démarche de participation

  • 47 Géraldine Froger (dir.), Tourisme durable dans les Suds ?, Bruxelles, P. I.E. Peter Lang S.A. Éditi (...)

42La gestion du tourisme peut parfois porter sur des attentes différentes de chaque catégorie d’acteurs et être la cause de problèmes majeurs, comme dit auparavant. Certains organismes internationaux orientent leurs politiques en faveur d’un développement du tourisme avec une plus grande implication des populations locales ; toutefois, les concepts liés à cette implication (empowerment, gouvernance, participation, etc.) ont un caractère général et ne définissent pas le niveau de participation requis, englobant des degrés très différents d’implication aux projets de développement47

  • 48 Marie Lequin, Écotourisme et gouvernance participative, Montréal, Éditions Presses de l’université (...)
  • 49 Ariane Payen, op. cit.

43À Loango, les porteurs de projet déclarent avoir mis en place une participation à tous les niveaux opérationnels et décisionnels, le projet ayant été conçu par les habitants (hommes, femmes, jeunes, vieux, etc.) afin de garantir une meilleure appropriation. Le concept de gouvernance participative a été adopté afin de créer des conditions d’une action collective, dans une concertation poussée des acteurs avec une représentation des populations locales48. Pour cela, la population a été sollicitée pour participer aux différentes étapes du projet : diagnostic du territoire, conception et commercialisation des produits touristiques, développement des capacités ainsi que la mise en place d’une coopérative et d’une caisse communautaire. En outre, plusieurs outils participatifs ont été utilisés : réunions, campagnes de sensibilisation, formations, etc. Mais malgré les prérogatives, cette participation n’est pas effective49. Y-a-t-il eu vraiment une réelle implication des habitants dès le début, maintenue au long du projet ? Ce tourisme communautaire fut-il désiré par la population ? Les outils adoptés sont-ils appropriés et encouragent-ils une prise de responsabilité pérenne ?

  • 50 Ibid.
  • 51 Pranab Bardhan, Jeff Dayton-Johnson, « Unequal Irrigators : Heterogeneity and Commons Management in (...)
  • 52 David Mosse, « People’s Knowledge, Participation and Patronage : Operations and Representations in (...)

44Une première hypothèse de cette difficulté serait liée aux modes de fonctionnement locaux : à Setté-Cama, par exemple, il ne se fait pas sur une base communautaire. L’homogénéité d’une communauté aurait-elle une influence pour des projets participatifs ? Ariane Payen50 défend l’idée de que cela freine la mise en place durable du projet en question. Des études sur d’autres territoires montrent les mêmes résultats : Pranab Bardhan et Jeff Dayton-Johnson51 révèlent que, au Népal, en Inde et au Mexique, la coopération entre les acteurs et la gestion des projets de gestion d’eau sont moins performantes dans les communautés hétérogènes à cause de l’absence de normes communes et d’un consensus. Mais la relation homogénéité-participation est moins évidente dans certains cas : David Mosse52 montre que quelques communautés disposant d’une forte cohésion sociale ne réussissent pas toujours à mettre en œuvre des projets de développement participatifs, alors que d’autres disposant d’une cohésion moins forte y parviennent de manière satisfaisante. Il n’est pas possible de retirer des conclusions closes à ce sujet car la réussite de projets participatifs, semble-t-il, dépend de plusieurs facteurs. Notre hypothèse est que l’essentiel reposerait notamment sur une volonté locale globale et à plusieurs niveaux, sur une préparation de la communauté, et sur une structuration et transparence du processus participatif.

  • 53 Ariane Payen, op. cit., p. 5.
  • 54 Ariane Payen, op. cit.

45À Loango, le projet a engendré un processus de développement au sein des villages concernés mais qui s’est arrêté avec le départ des porteurs du projet, suivi d’une interruption brusque dans l’encouragement d’autonomisation plus durable des populations locales et d’une régression de leurs conditions de vie : « Les progrès psychologiques acquis pendant la présence du P.S.V.A.P. n’ont pas non plus été mis à profit par la population locale afin d’organiser un système social et politique sur une base plus communautaire53. » Les entretiens menés par Ariane Payen54 auprès des habitants révèlent un déclin de leur participation après le départ des porteurs de projet du P.S.V.A.P. : il y a eu une grande réduction du nombre d’emplois directs ; près de 75 % des habitants ont quitté le projet ; les nuitées ont eu une baisse de 39 % au cours des quatre années suivant le départ de l’UE ; et surtout les conditions de vie n’ont pas subi d’amélioration. Comment comprendre ce qui s’est passé ?

2.2.3 Principaux enjeux de la durabilité

  • 55 Chiberth Moussavou, op. cit, p. 11-12.
  • 56 Ibid., op. cit.

46Tout d’abord, il est essentiel de comprendre les enjeux présents sur le territoire avant sa mise en tourisme, au moment de la création même du parc national. Chiberth Moussavou55 dénonce la non association des populations à la décision de création du parc, qui ne furent pas averties, avant la création, des changements que cela impliquerait : délimitation des terroirs villageois, limitation des droits d’usages, apparition de nouveaux interdits, etc. Selon les populations, il eut de l’information mais pas de concertation — information corroborée par l’A.N.P.N., qui rappelle pourtant « le pouvoir de décision de l’État sur la création et le fonctionnement d’une aire protégée ». Le manque de concertation a engendré un sentiment d’abandon chez les communautés locales, « d’être moins importants que les animaux56 ». Ce sentiment fut transposé, plus tard, à l’activité touristique, avec la fin du P.S.V.A.P.

  • 57 Ibid.

47Le projet d’écotourisme en question dans la partie sud du parc de Loango a notamment bénéficié au village de Setté-Cama, comme déjà mentionné, et ne s’est pas étendu à d’autres localités comme prévu au départ — situation dénoncée par les habitants de Sounga et Pitonga, qui n’aperçoivent pas les effets financiers et structurels du tourisme57. Ainsi, trois opérateurs de la partie sud du parc se trouvent à Setté-Cama et presque la totalité des écoguides est originaire du village (sauf un qui vient de Pitonga). L’élargissement de l’écotourisme et de ses retombées à d’autres villages du parc et de sa périphérie est donc une première difficulté. D’autres blocages peuvent être identifiés surtout à trois niveaux :

  • 58 Ibid., p. 5.

48La communication : Il existe tout d’abord une dichotomie entre les discours officiels, qui affirment y avoir une vraie participation des habitants, et celui des populations locales (« Depuis que le tourisme a commencé, personne n’est venu discuter avec nous de cette question », déclare le Chef du village de Sounga58). Le manque de communication relatif au tourisme est suivi par une communication non adaptée à la population, avec l’usage de vocabulaire spécifique qui n’est pas compris par tous lors des réunions. Ces réunions sont d’ailleurs, d’après les habitants, très ponctuelles et superficielles, car rien de concret n’est décidé (raison pour laquelle plusieurs habitants décident de ne plus y participer). Les outils ne semblent pas appropriés non plus pour faciliter cette communication. L’information n’est pas considérablement partagée ; le conseiller ou le chef du village sont souvent les seuls à être informés (une démocratie représentative plutôt que participative). Leurs décisions sont par ailleurs souvent contestées par certains villageois qui les considèrent plus proches du « système » (l’État, les O.N.G., l’A.N.P.N., etc.) que d’eux.

49La concertation entre les acteurs : Il y a un manque de synergie et de cohérence des actions sur le terrain. Cette situation est souvent issue d’une relation peu ou mal structurée entre le complexe système d’acteurs, qui d’ailleurs ne compte pas avec le ministère du Tourisme. Ce système manque d’une relation plus formalisée et coordonnée afin que les informations soient diffusées à tout niveau, que chaque acteur comprenne son rôle et celui des autres, et qu’il n’y ait pas de concurrence entre eux (comme c’est le cas des O.N.G. locales). L’exemple de la Case Abietu en est illustratif : elle n’a jamais réussi à concrétiser un projet communautaire de construction d’une épicerie à partir des recettes du tourisme (malgré la disposition du montant nécessaire pour ce faire). Une concertation aussi entre les habitants est nécessaire pour que les décisions prises lors des réunions puissent refléter la volonté de tous les acteurs (et non seulement celle du chef du village, comme mentionné sur le point précédent).

50La méthodologie : Le projet d’écotourisme communautaire semble être une imposition de la volonté de la macrostructure touristique (les porteurs du projet, État, A.N.P.N.), décidé à l’échelle globale, et qui ne s’est pas préoccupé de planifier des méthodes en accord avec le local et les réalités socio-anthropologiques du territoire. Cela aurait peut-être résolu la question du fonctionnement hétérogène des communautés, avec des outils adaptés et dans une vision à long terme de travail commun. Les communautés ne furent pas non plus formées pour travailler en autonomie après le départ de l’équipe du P.S.V.A.P. Aucune formation auprès des habitants n’a formé des gestionnaires pour la continuation du projet.

  • 59 Op. cit., p. 12.

51Ces considérations nous permettent de réfléchir à l’objectif derrière ce projet dit participatif : le choix d’intégrer les communautés locales dans la gestion concertée serait-il juste une façon de répondre théoriquement à la vision de participation populaire de l’A.N.P.N. et aux recommandations du développement durable ? Serait-il un simple moyen qui permet aux porteurs de projets de capter des fonds internationaux ? Ou comme questionne Chiberth Moussavou59, « Serait-on en présence d’une gestion “imposée” cachée sous le masque de la gestion concertée ? »

  • 60 Ibid.

52Parallèlement à ces défis, le parc de Loango reste parmi les principaux parcs nationaux au Gabon (notamment avec le parc de la Lopé60) à avoir une offre écotouristique qui représente une grande opportunité de développement face à un marché de plus en plus attiré par ce type de pratique. Toutefois, le tourisme dans le parc, développé sur un système dit participatif, a rapidement fait face à des difficultés sur le moyen et long termes. Ce qui oblige maintenant les autorités responsables à trouver des solutions et à prendre des mesures pour que l’activité retrouve son importance et soit à nouveau une opportunité pour le territoire et ses populations. De fait, le tourisme a diversifié l’économie locale et a été bénéfique pour une partie des habitants de par la possibilité d’emplois dans le secteur (des améliorations au niveau des rémunérations demeurent pourtant nécessaires) et la création de nouveaux métiers, comme les écoguides, qu’il offre. Cependant, les communautés ne sont pas entièrement intégrées dans la concertation et la prise de décision.

  • 61 Cette forme d’organisation pour le débat et la concertation autour de sujets touristiques est l’out (...)
  • 62 Ariane Payen, op. cit.

53Nous sommes amenés à croire que la présence du ministère du Tourisme avec l’A.N.P.N. faciliterait la coordination entre les différents acteurs et donnerait aussi un caractère plus institutionnel au projet. Cela favoriserait également une communication plus transparente. Dans ce sens, la constitution d’un comité consultatif de gestion local intégrant chaque partie prenante contribue à améliorer et à formaliser les relations, les échanges et la validation de projets, avec l’espoir d’une plus grande prise en compte des communautés et un meilleur partage des actions futures61. C’est aussi un mécanisme qui assure la redevabilité des pouvoirs locaux envers leurs administrés et le lien entre le pouvoir central et les projets participatifs locaux car, comme le signale Ghazala Mansuri et Vijayendra Rao62, l’absence de soutien des processus de participation par l’État rend peu probable la viabilité sur le long terme de ces projets.

  • 63 Adrian Zecha, président directeur général d’Aman Resorts, en déclaration à Le Huffington Post. Sour (...)
  • 64 Ibid.
  • 65 « À l’exception du bâtiment emblématique du parc, qui pourrait surplomber l’embouchure sud et qui a (...)

54Cependant, l’écotourisme communautaire à Loango est fort menacé par la politique actuelle de l’A.N.P.N. qui s’ouvre à un tourisme haut de gamme. En 2012, un protocole d’accord et des contrats de gestion de licence, de réservation et de marketing pour la construction au Gabon de six hôtels et lodges haut de gamme dans la capitale Libreville et dans cinq parcs nationaux (Ivindo, Loango, la Lopé, Plateaux Batéké et Pongara) sélectionnés en fonction de leurs atouts touristiques, ont été signés entre le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques et Aman Resorts, un des leaders mondiaux de l’hôtellerie de luxe basé à Singapour. Ils seront dotés d’infrastructures modernes de qualité dont 140 chambres, des salons de thé/café, des spas, des librairies, des restaurants, des salles de gymnastique, des saunas, etc. Du côté de l’A.N.P.N., le discours est toujours celui d’un développement local durable, mais le discours d’Aman Resorts révèle un intérêt plutôt économique : « Notre équipe d’Aman Resorts est impatiente de voir ce projet avancer concrètement et nous sommes convaincus qu’il va ajouter une contribution unique à notre offre63. » Pour le directeur général du Fond gabonais d’investissements stratégiques, Serge Mickoto, c’est une opportunité de développer le tourisme gabonais et de diversifier son économie « selon la vision du chef de l’État64 ». Finalement, ce projet ne se montre ni durable, ni participatif. À Loango, il contredit même les discours officiels du parc65, mettant en danger les populations autochtones, et menace définitivement le développement du tourisme communautaire.

55Ce projet présente des problèmes et des défis qui se rapprochent du cas de Sauípe, telle que la nécessité (voire l’obligation) de sensibiliser les habitants sur les risques et les bénéfices du projet, et la préoccupation constante de la qualité de vie des communautés. La nouvelle politique de l’A.N.P.N. répondrait-elle aux envies et besoins des communautés locales ? Cet opérateur aurait-il un vrai compromis pour le développement local ? Le Gabon s’est déterminé à diversifier son économie via le tourisme dans l’objectif de devenir un pays émergent à l’horizon 2025. Quel sera le prix payé par les populations locales pour cette croissance ?

3 Considérations finales

56L’activité touristique, tout au long de son histoire, s’est adaptée aux demandes nouvelles de la part du marché sans parfois réfléchir aux réalités territoriales, déterminées par des empreintes historiques, culturelles, sociales, etc., et par les interactions et les systèmes de ceux qui vivent le territoire. Dans cet article, nous nous sommes posées des questions sur le rôle du développement du tourisme dans la dynamique des territoires et sur l’importance de penser et planifier son avenir avec les habitants.

57Activité de fort impact, le tourisme est supposé respecter les systèmes socioculturel et socio-économique déjà existants, s’y insérer progressivement et impliquer toutes les parties concernées pour pouvoir être une vraie stratégie de développement (allant au-delà d’une croissance économique). Le tourisme doit également se préoccuper des intérêts et besoins des individus en tant que membres d’une communauté. Dans cette perspective, et pour que le tourisme produise davantage de bénéfices locaux, les autorités responsables de son développement jouent un rôle fondamental à la fois de fomentateur et de régulateur de l’activité.

58Afin que ces bénéfices soient les plus nombreux possibles mais tout en respectant les capacités de production dans le temps de chaque territoire, il est important d’appliquer les principes du développement durable à l’activité. L’enjeu d’un tourisme durable nous rappelle la nécessité d’avoir un équilibre entre le développement économique, le respect et la protection de l’environnement, et la qualité de vie des citoyens, à travers un large processus de participation impulsé par le politique. Cette participation peut avoir plusieurs formes et niveaux selon les contextes dans lesquels elle s’insère.

59Les exemples traités dans cet article, nous montrent des difficultés, des réussites, et surtout des défis associés aux projets touristiques. Costa do Sauípe représente un exemple de projet porté par le secteur privé et qui n’a pas le retour positif souhaité par et pour la population locale, avec également une entrave au dialogue entre acteurs privés et publics. Les politiques de développement et la prise de décision en matière de projet ne sont ni ouvertes ni transparentes. Loango et son projet écotouristique communautaire montrent l’imposition d’un projet du haut vers le bas, sans une prise en compte des modes de vie locaux dans la mise en place d’actions adaptées et durables pour la population. Le cas de la partie sud de Loango représente ainsi une pratique pensée, planifiée et contrôlée non par les populations locales (tourisme dit communautaire) mais par les porteurs du projet. Le flux d’information s’est montré hiérarchique et centralisé, sans une vraie implication (durable) des habitants des villages concernés.

60Les expériences existantes aident à trouver une meilleure manière d’avoir une participation citoyenne dans le tourisme, avec une profonde analyse et compréhension du fonctionnement du territoire, des modes de vie et des aspirations des habitants, au-delà des intérêts politiques et économiques. Le modèle touristique plus participatif requiert, d’un côté, des transformations dans la relation entre porteurs de projets et populations (communication, information, formation, etc.), et de l’autre côté, des changements de la part des pouvoirs public et privé dans leurs manières de penser l’activité touristique, de planifier ses politiques de développement et de mettre en place les actions. À l’heure actuelle, les gouvernements (mais aussi d’autres acteurs) des destinations touristiques n’ont pas encore compris la nécessité et les bénéfices de créer des systèmes participatifs pour le développement dans lesquels les habitants participent aux débats et à la prise de décision. Des réflexions plus approfondies au niveau local, menées entre les différents acteurs et les chercheurs pourraient aussi déterminer et mettre en œuvre des dispositifs et des indicateurs de participation plus pertinents et adaptés.

61L’analyse de toutes ces évolutions serait toutefois à placer dans une perspective de moyen et long termes. Même si les transformations subies par l’activité touristique ces dernières décennies sont relativement positives (une orientation vers la durabilité, l’économie inclusive, un changement de modes de consommation et de production, de nouveaux outils de communication et d’échange, etc.), l’évolution des comportements et des modes de production demande du temps.

Notes

1 Alain Létourneau, Gouvernance et développement durable : des enjeux éthiques sous-jacents, Conférence à Sciences-Po, Paris, le 4 mars 2009.

2 Hervé Gumuchian, Éric Grasset, Romain Lajarge, Emmanuel Roux (dir.), Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 2003, p. 158-159.

3 Organisation mondiale du tourisme, Sustainable development of tourism, 2004, disponible sur http://sdt.unwto.org/fr/content/definition (page consultée le 20 septembre 2014).

4 Costa do Sauípe est un exemple de projet touristique développé sans considération des caractéristiques locales et sans la participation des populations autochtones. Cf. José Célio Silveira Andrade et al., « Conflitos e riscos socioambientais : análise de relação entre o complexo Costa do Sauípe e atores locais », Revista de Administração Pública, v. 37, no 2, 2003, p. 459-476 ; Roberta de Carvalho Cardoso, Dimensões Sociais do Turismo Sustentável : estudo sobre a contribuição dos resorts de praia para o desenvolvimento das comunidades locais, 2005 ; Rosalina C. Couto, Impacto social do turismo. Os impactos causados pela hotelaria nas comunidades locais. Estudo de caso : Complexo Costa do Sauípe, 2003.

5 Le projet écotouristique communautaire à Loango se base sur un idéal participatif mais rencontre des difficultés pour intégrer réellement les populations au développement de l’activité. Cf. A.N.P.N., Vision pour le Gabon : le tourisme, les parcs et le développement durable au xxi siècle, WCS, 2007 ; Ariane Payen, « Les habitants : acteurs du développement dans les projets de mise en tourisme ? Cas du Parc national de Loango au Gabon », Via@ Revue internationale interdisciplinaire de tourisme, no 2, 2013 ; Chiberth Moussavou, Gestion et valorisation du patrimoine naturel à travers le Parc national de Loango (Gabon), Colloque francophone international « Cultures, territoires et développement durable », Chamalières, 14-15 avril 2014.

6 Philippe Barret, Guide pratique du dialogue territorial. Éditions de l’Aube, 2012, 240 p.

7 Martin Heidegger, Essais et conférences, Paris, Guillamard, 1958, 349 p.

8 Guy Di Méo, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque « Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser », France, 2007, disponible sur http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934/, version 1, le 26 mai 2008.

9 Hugues François et al., op. cit., p. 685.

10 Armand Fremont, La région, espace vécu, Paris, Flamarion, 1999, 288 p.

11 Dans l’idée d’acteur territorialisé de Hervé Gumuchian et al. (2003, op. cit.), les acteurs sont ici compris « tout homme ou femme qui participe de façon intentionnelle à un processus ayant des implications territoriales. Ces acteurs contribuent à la constitution de territoires, et cela, quels que soient les niveaux d’implications et/ou leur place dans les systèmes de décision. Cette participation peut s’opérer dans le cadre de la défense d’intérêts particuliers et/ou collectifs ». (p. 110)

12 Amartya Sen, Desenvolvimento como liberdade, São Paulo, Companhia das Letras, 2010, 461 p.

13 Philippe Barret, op. cit.

14 Ibid.

15 Joseph Salamon, Pédagogie de la ville. Les mots des acteurs dans le projet urbain, Lyon, Éditions du Certu, 2008, 139 p.

16 Cécile Blatrix, « Concertation et débat public », dans Borraz Olivier, Guiraudon Virginie (dir.). Politiques publiques. 2, Changer la société, Paris, Presses de Sciences Po, 2010, p. 213-242.

17 Ici entendu comme les groupes de personnes habitant dans la même localité et assujettis à un même gouvernement.

18 Les valeurs ou normes informelles partagées au sein d’un groupe qui permettent l’existence d’une coopération entre les membres de ce même groupe.

19 Action concertée en vue d’aboutir à des objectifs communs, adaptée au contexte propre de chaque communauté.

20 Stefan Bratosin, La concertation : forme symbolique de l’action collective, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 203.

21 Sherry Arnstein, « A ladder of citizen participation in the USA », Journal of the American Institute of Planners, v. 35, no 4, 1969, p. 216-224.

22 John Brohman, Popular development — rethinking the theory and practice of development, Oxford, Blackwell Publishers, 1996, 412 p.

23 Les détails du prix ainsi que les informations sur les projets récompensés sont disponibles sur la page officielle du concours : www.todo-contest.org.

24 Expression créée sur l’idée du mot « icône » dans la langue anglaise « icon » (quelqu’un ou quelque chose vu comme un symbole représentatif) et qui veut dire dans le tourisme créer des représentations symboliques (et souvent fausses) des lieux.

25 Voyage en Europe exclusif des jeunes aristocrates dans un but de découverte et d’apprentissage.

26 Joffre Dumazedier, La révolution du temps libre, 1968-1988, Paris, Méridiens Klincksieck, 1988, 247 p.

27 Claudino Ferreira, « Estilos de vida, práticas e representações sociais dos termalistas. O caso das termas da Curia », Revista Crítica de Ciências Sociais, no 43, 1995, 93-122.

28 Georges Cazes, « La problématique des impacts du tourisme. Réflexion sur quelques évolutions significatives », dans Decroly Jean-Michel, Duquesne Anne-Marie, Delbaere Roland et Diekmann Anya (éd.), Tourisme et société. Mutations, enjeux et défis, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, 2006, p. 91.

29 Organisation mondiale du tourisme, s.d., Sustainable development of tourism, disponible sur http://sdt.unwto.org/fr/content/definition.

30 Mário Carlos Beni, A nálise estrutural do turismo, São Paulo, Editora Senac, 2006, 539 p.

31 Instituto de Hospitalidade, Programa Costa dos Coqueiros — Projeto Desenvolvimento Sustentado, Salvador, 1999.

32 Mot en portugais pour désigner un type d’hébergement haut de gamme, avec une capacité limité, un accueil de qualité et un service non standardisé.

33 Cf. José Célio Silveira Andrade, Maria Teresa Franco Ribeiro, Maria de Fátima Barbosa Góes, Emiliana da Costa Vargens, « Conflitos e riscos socioambientais : análise de relação entre o complexo Costa do Sauípe e atores locais », Revista de Administração Pública, v. 37, no 2, 2003 ; Roberta de Carvalho Cardoso, Dimensões Sociais do Turismo Sustentável : estudo sobre a contribuição dos resorts de praia para o desenvolvimento das comunidades locais, Tese de doutorado, Escola de Administração de Empresas de São Paulo, 2005 ; Couto Rosalina C., Impacto social do turismo. Os impactos causados pela hotelaria nas comunidades locais. Estudo de caso : Complexo Costa do Sauípe, dissertação de MBA Turismo, Hotelaria e Entretenimento, Fundação Getúlio Vargas, Rio de Janeiro, 2003.

34 Op. cit.

35 Ibid.

36 Cf. « Megarresort não deu o retorno esperado a investidores », disponible sur http: //economia.estadao.com.br/noticias/geral, megarresort-nao-deu-o-retorno-esperado-a-investidores-imp-, 615037 (page consultée le 31 mars 2016).

37 Alejandro López López, Javier De Esteban Curiel, « El turismo sostenible como dinamizador local », Observatorio Medioambiental, vol. 13, 2010, p. 124-125.

38 Jean-Louis Caccomo, Fondements d’économie du tourisme. A cteurs, marchés, stratégies, Bruxelles, De Boeck, 2007, p. 217.

39 Ariane Payen, op. cit.

40 Chiberth Moussavou, op. cit.

41 Stéphanie Nkoghe, La psychologie du tourisme, Paris, L’Harmattan, 2008, 144 p.

42 Ibid.

43 Structures au sud : Sette-Cama Safari et Camp Missala. Structures au nord : Loango Lodge, et les campements Gavilo et Olako. La nationalité des propriétaires montre un écotourisme privé géré majoritairement par des nationaux (3 Gabonais, 1 Français et 1 Hollandais). (Cf. Chiberth Moussavou, op. cit.)

44 D’après les recherches menées par Ariane Payen, op. cit.

45 Ont été formés un groupe de douze femmes restauratrices, un groupe de vingt artisans et un groupe de dix écoguides pour la partie sud du parc (Source : http://medias.legabon.net/PROD/0000003626.pdf) (page consultée le 2 septembre 2016).

46 Ariane Payen, op. cit.

47 Géraldine Froger (dir.), Tourisme durable dans les Suds ?, Bruxelles, P. I.E. Peter Lang S.A. Éditions scientifiques internationales, 2010, 316 p.

48 Marie Lequin, Écotourisme et gouvernance participative, Montréal, Éditions Presses de l’université du Québec, 2004, 254 p.

49 Ariane Payen, op. cit.

50 Ibid.

51 Pranab Bardhan, Jeff Dayton-Johnson, « Unequal Irrigators : Heterogeneity and Commons Management in Large-Scale Multivariate Research », dans National Research Council (ed.), The Drama of the Commons, Washington DC, National Academy Press University of California, 2002, p. 87-112.

52 David Mosse, « People’s Knowledge, Participation and Patronage : Operations and Representations in Rural Development », Chapter 2, dans Cooke Bill, Kothari Uma (ed.), Participation : The New Tyranny, Londres et New York, Zed Books, 2001, p. 16-34.

53 Ariane Payen, op. cit., p. 5.

54 Ariane Payen, op. cit.

55 Chiberth Moussavou, op. cit, p. 11-12.

56 Ibid., op. cit.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 5.

59 Op. cit., p. 12.

60 Ibid.

61 Cette forme d’organisation pour le débat et la concertation autour de sujets touristiques est l’outil principal dans plusieurs pays, comme par exemple au Brésil, où elles sont structurées par ville et dénommées Conseils Municipaux de Tourisme.

62 Ariane Payen, op. cit.

63 Adrian Zecha, président directeur général d’Aman Resorts, en déclaration à Le Huffington Post. Source : http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2012/01/11/2677733/_communique-de-presse-aman-resorts-construit-au-gabon-six-hotels-et-lodges-haut-de-gamme.html (page consultée le 2 septembre 2009).

64 Ibid.

65 « À l’exception du bâtiment emblématique du parc, qui pourrait surplomber l’embouchure sud et qui abriterait des bureaux administratifs et un petit hôtel de luxe, les seules constructions qui seraient autorisées dans le parc seraient des campements temporaires. » (Source : http: //medias.legabon.net/PROD/0000003626.pdf) (page consultée le 2 septembre 2016).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les temps et les rôles des acteurs du développement territorial.
Crédits Source : J. Salamon, Pédagogie de la ville. Les mots des acteurs dans le projet urbain, Lyon, 2008. Réalisation : D. Alves.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteur

Doctorante en géographie, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université Montpellier 3

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search