Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les outils du développement

La transformation des dispositifs d’appui-conseil agricole en levier de développement territorial en Algérie

Karima Boudedja

Texte intégral

Introduction

  • 1 Officialisé par la circulaire ministérielle 1055/sm de 1985.

1En 1985, l’Algérie s’est dotée d’un système national de vulgarisation agricole de type pyramidal : le sommet est représenté par la sous-direction de la vulgarisation agricole au ministère de l’agriculture et l’élément le plus décentralisé se trouve être le vulgarisateur agricole qui est basé à la commune1. À cette structuration centralisée, s’ajoute une approche techniciste qui consiste en la diffusion de conseils techniques à un public cible constitué d’agriculteurs, en majorité analphabètes et âgés (Institut nation de vulgarisation agricole, 2004). Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, émerge un acteur civil : les chambres d’agriculture qui sont désormais associées aux activités de vulgarisation dans le cadre d’une approche qui se voulait participative. Des conseillers agricoles sont recrutés par l’administration et détachés au niveau de ces chambres. Dès l’année 2002, le programme national de développement agricole (P.N.D.A.) adopte l’approche territoriale visant une valorisation des ressources locales et une décentralisation de la prise de décision. Cependant, un constat est régulièrement établi : les acteurs locaux de la vulgarisation, qu’ils soient publics ou privés ont des difficultés à se défaire des comportements, attitudes et pratiques privilégiant la transmission des techniques agricoles à travers des méthodes classiques de vulgarisation : visites-conseil, parcelles de démonstration, réunions d’information et de sensibilisation etc.

2Si ces approches peuvent être adaptées aux agriculteurs des plaines qui exploitent des terres fertiles et dont la superficie permet des revenus appréciables, les zones rurales moins fertiles (montagneuses, oasiennes, steppiques), où se trouvent la majorité des agriculteurs et où les petites exploitations familiales ne dépassent pas les 5 hectares, nécessitent de véritables adaptations et des approches territoriales spécifiques (MADR, 2004). En effet, ces territoires font l’objet de projets qui prônent l’activité agricole comme levier de développement. L’outil adopté consiste en des projets de proximité de développement rural intégré (P.P.D.R.I.). Ces projets sont décrits dans les documents officiels, produits par le ministère de l’agriculture (MADR, 2004), comme étant des projets mis en œuvre selon une approche territoriale et participative.

3De ce fait, la question qui se pose et que nous traiterons dans cet article est : quel rôle est attribué, dans le cadre de ces projets de développement des territoires ruraux, centrés sur l’agriculture, aux différents acteurs chargés de l’appui-conseil agricole ? Se sont-ils adaptés à l’approche participative et territoriale prônée au niveau central ?

4Dans cet article, nous commencerons par aborder les différentes étapes de la politique de développement agricole et rural algérienne ainsi que l’adaptation que cela suppose de la part des dispositifs de conseil agricole. Puis nous analyserons les différents dispositifs de conseil agricole, notamment les dispositifs publics basés sur une approche techniciste afin d’identifier leurs limites et leurs avantages.

5Enfin, nous questionnerons les possibilités offertes aux approches participatives et territoriales, préconisées pour l’amélioration de l’efficacité des différents dispositifs pour ensuite proposer une démarche pour la mise en place d’un dispositif d’appui-conseil intégré aux projets de développement territorial. Les propositions consistent essentiellement en l’introduction d’outils et de méthodes pour l’intégration des acteurs civils et privés dans les dispositifs d’appui-conseil agricole.

6Cet article s’inscrit donc dans l’un des objectifs fixés dans cet ouvrage qui est de traiter des outils de développement territorial. Il aborde en effet, la question des méthodes participatives dans la mise en œuvre de projets de développement territorial au sein des zones rurales, et particulièrement des innovations que doivent adopter les dispositifs de conseil agricole pour s’intégrer dans ces projets.

1 L’évolution des approches de développement : de l’approche agrarienne à l’approche territoriale

7En Algérie, le milieu rural est fortement lié à l’agriculture pour des raisons socio-économiques qui ont fortement évoluées au cours du xxème siècle. La population qui se dédie à l’agriculture est passée de 21,06 % en 2001 à 8,7 % en 2015 (O.N.S., 2016). Ceci montre que l’agriculture est en train de perdre du terrain dans les zones rurales difficiles avec de moins en moins d’agriculteurs et de superficies cultivées. Cependant, il n’y a pas eu de nouveau modèle économique qui absorbe les jeunes demandeurs d’emploi comme le faisait l’agriculture. Pourtant, après l’indépendance du pays, ces zones sont passées de la marginalisation de l’État à une attention intense de la part des organisations et des institutions de développement qui sont passées d’une approche d’intervention centralisée et agrarienne à une approche locale et rurale, puis territoriale.

  • 2 Sur la base du principe de primauté du droit d’usage sur le droit de propriété.

8En effet, après l’indépendance en 1962, le monde rural a fait l’objet de mesures particulières afin que les paysans profitent également des « bienfaits » de l’indépendance. L’agriculture est le secteur sur lequel s’appuie le régime socialiste postindépendance pour améliorer les conditions de vie des paysans dans le monde rural. Dans un premier temps, l’autogestion, option choisie dès l’indépendance pour les terres récupérées aux colons, a transformé les paysans en salariés et des cadres ont été désignés pour l’administration des domaines autogérés. Seulement, suite aux résultats médiocres obtenus par cette option de gestion, il a été décidé d’impliquer davantage les paysans, ce qui a donné lieu à la révolution agraire (1972-1981) (CNES, 1999). Cette dernière a concerné 1,96 millions d’hectares, essentiellement des terres nationalisées et qui appartenaient à des Algériens, sur les 4 millions d’hectares de statut privé2. L’idée défendue était que la terre doit revenir à ceux qui la travaillent. Seulement, la révolution agraire échoue :

Une décennie après son application, la révolution agraire, malgré l’idée « généreuse » qu’elle véhiculait, allait compliquer davantage la question foncière — vue toujours à travers une approche dogmatique —. Ce qui ne manqua pas de créer une désaffection de plus en plus prononcée envers l’activité agricole, générant par voie de conséquence une dépendance alimentaire du pays de plus en plus marquée. (emphIbid., 1999)

  • 3 Ces trois types de zones sont considérés comme des zones sensibles. Rapport c.n.e.s., 1999.

9De toute façon, que ce soit pour l’autogestion ou pour la révolution agraire, les zones rurales à potentiel agricole limité n’étaient pas concernées. C’est le cas des zones montagneuses et forestières ainsi que des zones steppiques et des zones sahariennes3 (Bedrani Slimane, 2000, Sahli Zoubir, 2001). En ce qui concerne l’investissement économique et la lutte contre le chômage, les efforts consentis ont été limités et souvent axés sur le secteur agricole. Il s’agit notamment de travaux de préservation des ressources naturelles telles que la mise en défens des parcours dans les steppes ou les travaux de défense et restauration des sols (D.R.S.) dans les zones montagneuses.

10En somme, les tentatives de rattrapage des inégalités se sont traduites par la concentration des interventions publiques, en ce qui concerne le développement agricole, dans les zones considérées comme marginalisées. Seulement, les actions se limitaient à de l’aménagement infrastructurel et à des tentatives de modernisation de la production agricole dans ces zones. Les approches d’intervention sont restées centralisées et favorisent la dépendance des populations. Les tentatives de rattrapage des inégalités n’ont donc pas porté leurs fruits dans les zones rurales (Boudedja Karima, 2013).

11Jusqu’à 1987, les terres agricoles étant gérées en partie par l’État, les services agricoles n’avaient pas, à proprement parler, de dispositifs de vulgarisation agricole. Les techniciens de l’agriculture étaient impliqués directement dans la production et appliquaient les techniques modernes dans les terres étatiques. Par contre, il n’y avait pas d’actions destinées aux agriculteurs privés qui se trouvaient pour la majorité, dans les zones marginalisées. La crise économique que le pays a connue par la suite, n’a pas contribué à améliorer la situation. Toutefois, l’intervention d’organisations internationales au travers notamment du plan d’ajustement structurel que le pays a dû appliquer, a contribué à introduire des approches d’interventions participatives qui visent à faire émerger une population rurale plus autonome.

  • 4 Sahli Zoubir, « Développement rural, développement durable et gestion locale des ressources durable (...)

12Cependant, cette démarche d’autonomie et de participation n’a pas été intégrée dans une vision globale de développement rural. Il s’agissait d’opérations ponctuelles qui touchaient des zones dites défavorisées. La situation difficile dans laquelle se trouvait le pays, suite à la crise politico-économique de l’époque : la décennie quatre-vingt-dix, l’a conduit à accepter des propositions de projets de développement local, souvent entièrement pensées et mises en œuvre par les organisations internationales. Les zones ciblées sont les zones montagneuses, steppiques et sahariennes qui connaissent un retard de développement. La participation, l’autonomie, mais aussi le genre et l’empowerment sont des notions introduites par les approches appliquées dans le cadre de ces projets. Des unités de projets sont alors créées et des cadres sont alors formés afin de les diriger, des derniers étant le plus souvent déconnectés des autres activités et services du secteur agricole. De ce fait, dès la fin des projets, il ne reste plus aucun acquis sur le plan méthodologique et le retour vers les anciennes façons de faire est automatique. C’est souvent le cas pour les méthodes participatives. C’est ce que Zoubir Sahli (2001) résume de la façon suivante : « Les approches quelque peu participatives que la nouvelle démarche voulait généraliser, dans le cadre de projets nouveaux (lancés à partir des années quatre-vingt-dix), sont en effet le plus souvent mises en œuvre par les techniciens et/ou les administrateurs des projets et cela souvent comme une formalité professionnelle et non comme un engagement vis-à-vis des communautés locales4 ». En effet, la participation des populations ciblées par ces projets consiste en un recensement des besoins par les unités des projets. Celles-ci sont rattachées à l’administration agricole. Les populations sont bien incitées à s’organiser, mais le peu de pouvoir de décision qui est accordé à ces organisations ne permet pas d’arriver à leur autonomisation proclamée dans les documents de projet. Les acteurs publics sont en cela responsables, mais l’héritage de méthodes de gestion centralisées (autogestion, révolution agraire etc.) explique leurs difficultés à intégrer les populations rurales dans la prise de décision et les difficultés des populations à s’organiser.

13Toutefois, c’est durant cette période qu’il y a eu dynamisation des chambres d’agriculture et encouragement de la création d’associations professionnelles par filière agricole. Cependant, les services d’appui-conseil ont continué à adopter des approches technicistes. La formation suivie par les conseillers agricoles n’aborde pas les approches participatives. Le conseiller agricole dénommé, « vulgarisateur agricole » apprend à établir une monographie de sa commune, à analyser les attitudes, les comportements et les pratiques des agriculteurs et à classer les problèmes qui se posent à eux en problèmes humains, techniques ou de moyens puis propose un programme de vulgarisation agricole en adoptant des méthodes selon la classification des problèmes identifiés. Il s’agit là de l’approche préconisée par la Banque mondiale pour les services publics de vulgarisation agricole (Institut national de la vulgarisation agricole, 2004).

14À partir de 2002, les acteurs publics locaux de développement rural ont été intégrés dans le plan de développement agricole et rural (P.N.D.A.R.) qui préconise « la rupture avec l’immobilisme qui a caractérisé les zones rurales à faible potentiel en offrant des alternatives pour le développement de leurs économies et de leurs activités à travers la reconversion et l’adaptation des systèmes de production, le reboisement utile et économique, les aménagements des zones de montagne et des parcours steppiques » (MADR, 2004 : 8). C’est donc à partir de là que les zones marginalisées ont commencé à être intégrées dans le cadre de programmes locaux de développement et les programmes de vulgarisation agricole. D’abord, de 2002 à 2007, les projets de proximité de développement rural (P.P.D.R.) ont été instaurés. Il s’agit de projets de développement des zones les plus démunies où est appliquée une démarche participative et de proximité pour l’élaboration et la mise en œuvre de projets de développement collectifs et individuels. Les acteurs locaux devaient travailler en coordination pour le développement d’un territoire donné, sous l’égide du secteur agricole. En 2007, la politique de renouveau rural a instauré une deuxième génération de projets. Il s’agit des projets de proximité de développement rural intégré (P.P.D.R.I.). La nouveauté a été l’appui sur l’approche territoriale, en désignant la commune comme entité de base du développement et en impliquant plus concrètement les collectivités locales et cela en mettant à la disposition du président de l’Assemblée populaire communale (A.P. C.) une ligne budgétaire destinée au financement des actions des P.P.D.R.I. Les zones où les conditions de production sont difficiles pour les agriculteurs sont désignées comme territoires de projets : zones montagneuses, steppiques, sahariennes.

15Cette adoption de l’approche territoriale pour le développement rural est censée concerner les services publics de vulgarisation agricole également. Les petites exploitations familiales des zones montagneuses, steppiques et sahariennes sont celles qui bénéficient des services des dispositifs de vulgarisation agricole publics. En effet, les exploitations qui dépassent les 5 hectares et qui sont situées dans les plaines fertiles de la Mitidja, par exemple, ou dans les zones potentiellement céréalières de l’Est du pays ont recours aux fournisseurs d’intrants pour les conseils techniques. Les dispositifs sont en effet diversifiés et leur public cible également. Nous avons identifié ces différents dispositifs et analysé leur passage de l’approche centralisée à l’approche territoriale.

2 Les dispositifs d’appui conseil : leur transformation en outils de développement participatif

16Le conseil technique agricole désigne « les échanges entre agriculteurs et techniciens qui portent sur la conduite de la production, la gestion des informations nécessaires à cette production, l’organisation des activités et l’affectation des ressources permettant ces activités ». (Laurent Catherine et al. 2006 : 7). Le conseil agricole aide le producteur à atteindre ses objectifs en lui apportant un regard extérieur sur sa situation et ses possibilités (Chombart de Lauwe et al., 1969 cité par Bourou, 2013). Les services du conseil agricole sont fournis au travers de dispositifs qui peuvent être définis comme l’ensemble des moyens (humains et financiers), mobilisés pour atteindre un objectif précis. Les relations entre les dispositifs peuvent s’analyser en termes de compétition, de coordination ou de coopération et posent des questions, notamment sur les mécanismes de financement et de gouvernance, d’autonomie et d’indicateurs de leur durabilité (Faure, 2007, cité par Bourou, 2013).

  • 5 Le réseau européen du développement rural : http://enrd.ec.europa.eu/enrd-static/leader/fr/leader_f (...)

17L’intégration de l’activité agricole dans des projets de développement territorial dans les zones rurales est devenue la norme ces dernières années. C’est le cas en Europe avec les projets Leaders5 par exemple, mais aussi dans beaucoup d’autres régions du monde. C’est ainsi qu’en Algérie, les projets de proximité de développement rural sont un outil de développement territorial qui intègre l’agriculture dans un projet global (ministère Chargé du développement rural, 2004). De ce fait, les dispositifs de conseil agricole se doivent de développer des modes d’action qui tiennent compte d’autres préoccupations que celles liées strictement à la croissance de la production et des revenus des agriculteurs : l’amélioration de l’accès aux terres agricoles, le logement rural, l’accès aux ressources hydriques, etc. par l’introduction de questions sociales et environnementales dans leurs missions. Cette ouverture du monde agricole vers d’autres préoccupations conduit à « l’émergence de dispositifs locaux d’élaboration des normes et connaissances nécessaires à l’activité agricole, par des collectifs ad hoc d’acteurs divers associés dans un projet (de production locale, de projet territorial, etc.). Elle conduit également à une articulation croissante des interventions des conseillers agricoles à des dispositifs locaux, plus ou moins formalisés, participant de fait à une “territorialisation” du développement agricole » (Compagnone, et al. 2009 cités par Auricoste et al. 2011).

  • 6 Circulaire ministérielle no 268 du 21 avril 2009.

18En Algérie, selon une circulaire ministérielle6 qui porte sur la mise en place du dispositif d’encadrement et d’accompagnement de l’intensification de la céréaliculture et des légumineuses alimentaires, l’Algérie ne couvre que 25 à 30 % de ses besoins alimentaires. La flambée des prix des céréales de 2008 a été une véritable leçon pour les responsables du secteur agricole et des mesures ont été prises en vue d’augmenter la production et la productivité des filières agricoles stratégiques. Dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019 du secteur agricole, les filières suivantes sont alors considérées comme stratégiques : céréalière, légumineuses, laitière maraîchère, oléicole, phoenicicole, viandes rouges et les viandes blanches. Il est envisagé au cours du quinquennat une augmentation de la croissance annuelle des productions de ces filières de 5 %. Les services de vulgarisation sont appelés à mener des actions d’appui-conseil sur les itinéraires techniques et sur l’introduction de techniques innovantes.

2.1 Le point de départ : un dispositif pyramidal et techniciste

19Les dispositifs publics de conseil agricole en Algérie composent le système national de la vulgarisation agricole. Celui-ci a été créé en 1985 et officialisé par la circulaire ministérielle 1055/SM de 1985. Ce système a subi un changement remarquable au début des années quatre-vingt-dix lorsque la profession, à travers les chambres d’agriculture, a intégré le système. Toutefois, les chambres jouent le rôle d’intermédiaires entre les agriculteurs et les organismes publics pour la formation et l’appui technique et non celui de pourvoyeurs de conseils techniques. Ce système est pyramidal et commence au sommet par la sous-direction de la vulgarisation au ministère de l’agriculture et du développement rural. Celle-ci a sous sa tutelle des instituts techniques spécialisés dans différentes filières agricoles. Ces instituts interviennent dans le conseil technique agricole à travers des actions de démonstration au niveau de leurs sites d’expérimentation des stations régionales ou bien chez les agriculteurs. Ils interviennent également dans la formation des conseillers agricoles et des agriculteurs dans les Instituts de formation sous tutelle du ministère de l’agriculture. Ce dernier a également sous sa tutelle des organisations et des fonctionnaires spécialisés dans les méthodes de communication envers les agriculteurs. Il existe notamment l’Institut national de la vulgarisation agricole (INVA) qui est spécialisé dans la vulgarisation de masse à travers la production de supports audiovisuels, radiophoniques et scriptovisuels. L’INVA est chargé également de la mise à niveau des conseillers agricoles en matière de méthodes et d’outils de communication et des approches d’intervention dans les territoires ruraux et auprès des populations rurales de différentes catégories : agriculteurs, jeunes investisseurs dans l’agriculture et femmes rurales. Le suivi-évaluation est également l’une des missions de l’INVA.

20Les conseillers agricoles du système public de vulgarisation agricole, des fonctionnaires, se retrouvent sous tutelle, à l’échelle locale, des directions des services agricoles. Ils peuvent être détachés auprès des chambres d’agriculture. Ils sont répartis dans l’ensemble des communes du pays. À travers ces conseillers, l’État assure le conseil de proximité aux agriculteurs. Il s’agit essentiellement de conseil technique et d’information sur les mesures incitatives des programmes de l’État.

21Malgré l’engagement du pays dans la libéralisation et une volonté d’impliquer les chambres d’agriculture, l’appui-conseil est considéré comme étant une mission de l’État et un droit, aussi bien, par les agriculteurs que par les services publics. Ce sont des outils mobilisés pour le développement agricole en vue d’améliorer les revenus des populations rurales et ainsi de les stabiliser et éviter l’exode rural. Cela suppose donc des prestations gratuites de la part des services publics. Toutefois, ceux-ci ont progressivement subi des changements en vue d’intégrer le public cible en tant qu’acteur, s’adaptant ainsi au caractère territorial des projets mis en place et permettant une décentralisation et une territorialisation de ces dispositifs (fig. 1).

22Cette transformation, qui est toujours en cours, s’est déroulée en trois étapes. La première étape consiste à introduire des représentants d’agriculteurs comme acteurs du dispositif notamment à travers les chambres d’agriculture. Ensuite, il s’agit d’élargir les missions des agents de développement locaux chargés de l’appui conseil (les agronomes mais aussi les agents forestiers) en intégrant les dimensions socio-économiques et environnementales du développement. Pour y parvenir, un vaste programme de formation qui intègre les méthodes participatives est mis en place afin de renforcer les capacités des agents. Enfin, la dernière étape consiste à adopter des pratiques qui impliquent les organisations locales dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets de développement territorial.

23Dans ces dispositifs, la priorité est accordée au transfert technologique, voire technique, l’objectif poursuivi est en effet de faire adopter des techniques modernes aux agriculteurs pour améliorer la production et la productivité. Il est fait référence à des techniques de labour, de semis, de greffage etc. L’augmentation de la production conduit, selon le raisonnement adopté, à l’augmentation de la production et à l’amélioration des revenus des agriculteurs.

2.2 L’adoption des méthodes et approches participatives

24Les approches et les méthodes participatives ont été introduites dans le cadre de projets cofinancés par l’État algérien et les organisations internationales, qui en plus du financement, apportent un appui technique, durant le début de la décennie 2000. Les projets étaient souvent conduits par les services de l’agriculture et, plus spécialement, par les conseillers agricoles au niveau des communes. Les services de vulgarisation ont ainsi été appelés, non seulement à conduire les activités de ces projets, mais aussi à introduire ces nouvelles méthodes. Toutefois, deux faits sont à noter. D’abord, ces projets ont concerné quelques zones rurales seulement, souvent les plus défavorisées. Il s’agissait d’atténuer la pauvreté et le désenclavement qui ont été constatés durant cette période, suite à la crise politico-économique survenue dans le pays et à la mise en œuvre du plan d’ajustement structurel. Les méthodes participatives adoptées n’étaient pas généralisées aux autres communes des wilayas concernées par ces projets, malgré les recommandations systématiques formulés dans les rapports finaux de ces projets, par les organisations internationales : F.A.O., P.N.U.D., FIDA, F.N.U.A.P., etc.

Figure 1 – Schéma du dispositif d’appui conseil avant sa transformation.

Figure 1 – Schéma du dispositif d’appui conseil avant sa transformation.

25Toutefois, ces projets ont eu un apport indéniable en matière de formation du premier noyau de cadres de l’agriculture sur les méthodes participatives d’élaboration de projets en Algérie. Ce fut les premiers projets élaborés avec l’approche participative. Les femmes et les jeunes ont été ciblés par ces projets, des acteurs locaux de développement rural ainsi que des conseillers agricoles ont été sensibilisés à la nécessité de la participation de toutes les catégories sociales dans les projets de développement et à l’ouverture vers d’autres types d’activités et d’occupations en dehors de l’agriculture.

2.3 Les nouveaux dispositifs et l’émergence d’acteurs privés et civils

2.3.1 Les organisations professionnelles des agriculteurs : la priorisation et la clarification de la demande en conseils agricoles

26Les associations d’agriculteurs en Algérie sont organisées par filières et sont désignées par l’appellation « organisations professionnelles ». Elles se regroupent dans les chambres d’agriculture et élisent un président et un conseil d’administration. Ces associations ne sont pas impliquées directement dans le conseil agricole. Elles ne prévoient pas de conseillers agricoles parmi leur personnel. Les chambres d’agriculture, dont le secrétaire général est désigné par le ministère de l’agriculture, assurent cette fonction pour ces associations en mettant à leur disposition des conseillers agricoles détachés des directions des services agricoles. Il est donc difficile de parler d’un dispositif issu des organisations associatives des agriculteurs en matière de conseil agricole. Les chambres d’agriculture de leur côté sont considérées comme étant les interlocuteurs, représentants des agriculteurs, par les différents acteurs des dispositifs publics. Leur rôle est d’identifier les besoins en formation et conseil des agriculteurs et de les transmettre aux dispositifs publics spécialisés. Les chambres d’agriculture sont considérées par ces acteurs comme une partie prenante des dispositifs publics sans initiative propre en matière de conseil agricole.

2.3.2 L’émergence du conseil privé : un apport non négligeable à mesurer

27Il n’existe pas en Algérie d’organismes privés qui offrent des prestations commerciales en conseil agricole, mais, celui-ci existe à travers les fournisseurs d’intrants privés. Ces prestataires ciblent essentiellement les grandes exploitations ce qui limite leur action. Toutefois, il existe, aujourd’hui, des entreprises privées qui adoptent des stratégies de conseil technique agricole en utilisant surtout des méthodes de communication de proximité et qui élargissent leur action, dans le domaine, à d’autres thématiques que celles qui concernent les produits commercialisés, pour fidéliser leurs clients. Ces entreprises participent à des manifestations agricoles et les sponsorisent lors de la célébration de journées, de foires, de salons etc.

3 Proposition d’une démarche pour un dispositif de conseil intégré aux projets de développement territorial

28Le constat que nous pouvons établir, aujourd’hui, est qu’il n’existe pas de mécanismes de coordination entre ces différents acteurs à l’échelle locale. Les différents dispositifs de conseil agricole qu’ils soient publics, privés ou associatifs ne sont pas intégrés dans les projets territoriaux de développement : projets de proximité de développement rural intégrés (P.P.D.R.I.).

29Les dispositifs de conseil agricole continuent à fonctionner avec une démarche sectorielle et à prôner des conseils techniques « modernes ». Leurs résultats sont, souvent mitigés, d’une part en raison de moyens insuffisants, et d’autre part, en raison de l’ambiguïté de leur message qui tout en incitant les agriculteurs à produire pour le marché avec les techniques modernes (labours mécaniques, fertilisation chimique et usage des pesticides) vise la préservation des ressources naturelles. La philosophie des P.P.D.R.I. est bâtie sur deux piliers : la diversification des activités et la coordination entre les acteurs censée être concrétisée dans les comités de commune chargés de se prononcer sur les P.P.D.R.I. et qui regroupent des représentants des différents secteurs concernés par le développement des territoires ruraux et des représentants des populations. Cette philosophie est mise à mal dans la pratique, puisque l’intervention des dispositifs de conseil agricole n’intègre ni la pluri-sectorialité, ni les questions environnementales.

30Un autre constat fait suite à l’examen des dispositifs de conseil agricole est que les programmes de conseil et de vulgarisation agricole ciblent beaucoup plus les exploitations et les filières de production et ont pour finalité leur mise à niveau, mais ne s’inscrivent pas dans un programme de développement territorial. Ceci aboutit à :

  • L’absence d’approches et de méthodes d’encadrement et d’animation adaptées aux réalités des configurations socio-économiques locales.

  • L’absence de mécanismes de coordination entre les différents dispositifs de conseil agricole publics, associatifs et privés locaux et nationaux.

31Les démarches utilisées restent en définitive centralisées et axées sur les dispositifs publics. Les autres types de dispositifs et d’organisations associatifs et privés n’ont pas pu, ou très peu, intégré le système, contrairement à ce qui est préconisé dans le cadre des stratégies de développement rural.

32De ce fait, nous proposons une démarche qui peut être appliquée localement au niveau de chaque territoire rural, pour sortir de cette longue période de transition. Cette démarche comporte trois étapes : l’identification des dispositifs de conseil agricole existants dans le territoire, puis procéder au diagnostic de situation à l’échelle locale en adoptant des méthodes participatives et enfin s’inscrire dans le cadre de projets collectifs de développement territorial.

33Dans un premier temps, il faut procéder à l’identification et à la mise en exergue des dispositifs de conseil agricole actuels : les acteurs (publics, privés, organisations de producteurs et autres acteurs locaux qui peuvent intervenir dans des projets de développement territorial), leurs rôles et leurs apports. En effet, même si les dispositifs publics ont actuellement l’avantage de proposer leurs services à toutes les catégories d’agriculteurs, sans exclusion, la diversification des sources du conseil agricole est une opportunité qui peut permettre de suppléer les insuffisances des dispositifs publics en moyens humains et matériels (notamment en matière de travail de proximité). Ces dispositifs doivent tous procéder à un diagnostic des situations à l’échelle locale en vue d’une analyse qui permettrait de déterminer les besoins et les moyens à mobiliser ainsi que la mise en place de stratégies locales de communication et de mécanismes de coordination entre les différents acteurs en vue de rationaliser les moyens et d’adapter l’offre en appui-conseil à la demande des différents publics cibles. L’élément central de cette démarche est d’intégrer le conseil agricole en tant qu’outil de développement dans le cadre de projets de développement territorial que ce soit les projets de proximité de développement rural intégré (P.P.D.R.I.) ou d’autres formes de projets. Les approches participatives et territoriales mieux adaptées aux dispositifs actuels émergents sont plus à même de répondre aux objectifs de l’appui-conseil qui sont l’amélioration de la productivité agricole et des conditions de vie des populations rurales, ainsi que la diversification des activités, tout en préservant les ressources naturelles.

Figure 2 – Outils de développement territorial dans les zones rurales.

Figure 2 – Outils de développement territorial dans les zones rurales.

Source : auteure.

34Les dispositions doivent être prises à l’échelle locale pour, dans un premier temps, adapter le conseil technique aux objectifs de développement agricole du territoire (intensification de la production, introduction de l’agriculture biologique, promotion de produits de terroir, l’agriculture familiale, etc.) et aux publics cibles variés (différentes catégories d’agriculteurs et de projets d’exploitations : les grandes exploitations, les petites exploitations, les exploitations en reconversion, les exploitations reprises par les jeunes, etc., jeunes porteurs de projets de création de micro-entreprises, femmes rurales etc.) puis assurer la promotion de l’émergence d’acteurs civils (associations, groupements locaux etc.) et les associer au diagnostic et à la mise en œuvre des programmes et actions d’appui-conseil agricole, et enfin, la coordination des interventions dans le cadre d’approches territoriales et locales. Ainsi, selon le territoire, les dispositifs peuvent être axés sur les organisations publiques, sur les organisations civiles ou bien sur des organisations privées.

35Cette démarche permet de transformer les dispositifs de conseil agricole en outils de développement territorial dans la mesure où leur intervention ne se situerait pas seulement dans les problématiques purement agricoles. Cela leur permettra alors de prendre en charge des problématiques liées au changement climatique et la diversification des initiatives économiques qui compenserait les revenus et les emplois manquants en raison de la raréfaction des ressources et du recul de l’activité agricole, dans beaucoup de zones rurales : l’activité artisanale, l’activité touristique, les services, le commerce, etc.

36En somme, la démarche à développer au niveau territorial pour transformer les dispositifs locaux d’appui conseil agricole en outils de développement territorial se fera par l’adoption de changements organisationnels et méthodologiques, mais aussi des représentations. Elle commence d’abord par l’identification du territoire de projet de développement et l’intégration de l’approche territoriale par les dispositifs d’appui conseil. Cette démarche, qui ne peut être que participative, identifiera des unités de base d’intervention, qui en plus du territoire, concernera les exploitations agricoles, les micro-entreprises créées par les jeunes et d’autres formes organisationnelles civiles et privées (fig. 3).

Figure 3 – Démarche pour la transformation des dispositifs de conseil agricole en outil de développement territorial.

Figure 3 – Démarche pour la transformation des dispositifs de conseil agricole en outil de développement territorial.

Source : auteure.

Conclusion

37Les dispositifs de conseil technique agricole se caractérisent, aujourd’hui en Algérie, par des actions sans ancrage territorial et avec un déficit en matière de coordination entre les institutions. Une démarche axée sur la diversification des dispositifs, la décentralisation et la territorialisation pourrait permettre d’améliorer l’impact du conseil technique sur la production agricole et les revenus des agriculteurs. En effet, « le contexte actuel appelle à la diversification des acteurs, à la coordination des efforts et à la territorialisation des actions. Les acteurs locaux sont appelés à valoriser les ressources locales, mais surtout à intervenir dans le cadre de projets territoriaux. L’approche territoriale fait l’objet de stratégies et se retrouve plus ou moins bien exposée dans les documents de stratégies de développement rural, notamment dans les zones jusque-là marginalisées. De ce fait, en plus des processus de décentralisation en cours appliqués dans toutes les unités territoriales du pays, ces zones rurales sont appelées à adopter ces démarches territoriales spécifiques qui doivent aboutir à la construction collective de territoires » (Boudedja, 2013). Cependant, Selon Slimane Bedrani et al. (2012) des difficultés existent pour l’émergence de territoires en Algérie. Ces difficultés sont liées

[...] au faible degré de décentralisation, à la faiblesse des ressources propres mises à la disposition des assemblées élues et des associations de la société civile, mais aussi au fait que les acteurs locaux (en particulier économiques) sont convaincus que la construction des territoires relève davantage de l’État que d’eux-mêmes. (Bedrani emphet al. 2012 : 44)

38Toutefois, les enjeux importants en matière de sécurité alimentaire en Algérie, conduisent le secteur agricole à préconiser des approches et des méthodes qui s’adaptent aux nouvelles visions du développement de l’agriculture, qui tout en s’inscrivant dans les lois du marché mondial, se doivent de prendre en compte les spécificités territoriales. De ce fait, les services publics d’appui-conseil se doivent d’orienter leurs interventions à l’échelle du territoire avec l’agriculture comme levier de développement. Cependant, l’agriculture ne suffit plus à reproduire le schéma socio-économique, dans la majorité des territoires ruraux. Les services d’appui-conseil auront à accompagner des exploitations agricoles familiales, qui adoptent des stratégies diversifiées : l’agrotourisme, la reconversion vers l’agriculture biologique, la spécialisation dans des produits de terroir etc., et d’autres unités de base dont les activités sont diversifiées : activités artisanales, activités commerciales, activités agroalimentaires, activités touristiques etc.

39Les programmes d’appui-conseil se doivent d’être élaborés par le recours à des méthodes participatives pour l’implication des différents acteurs et des différentes catégories de la population rurale. Ces projets seront inscrits dans le cadre d’un projet global de développement territorial qui touchera l’ensemble de la population du territoire. Les compétences des agents de développement, dont les conseillers agricoles publics, gagneraient à être renforcées en matière d’ingénierie territoriale. Ils doivent être en mesure : d’établir un diagnostic territorial, de maîtriser les méthodes participatives de diagnostic et d’élaboration de projets de développement territorial. Ce, afin d’être aussi bien, partie prenante qu’animateurs, dans le cadre d’une construction collective de territoire, que ce soit dans le cadre des PPDRI ou dans une autre forme de projets.

Notes

1 Officialisé par la circulaire ministérielle 1055/sm de 1985.

2 Sur la base du principe de primauté du droit d’usage sur le droit de propriété.

3 Ces trois types de zones sont considérés comme des zones sensibles. Rapport c.n.e.s., 1999.

4 Sahli Zoubir, « Développement rural, développement durable et gestion locale des ressources durable et gestion locale des ressources et des activités : Cas des zones rurales défavorisées de Montagne en Algérie » Milieu rural, agriculture familiale : itinéraires méditerranéens, CIHEAMIAMM, 2001, p 154.

5 Le réseau européen du développement rural : http://enrd.ec.europa.eu/enrd-static/leader/fr/leader_fr.html.

6 Circulaire ministérielle no 268 du 21 avril 2009.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Schéma du dispositif d’appui conseil avant sa transformation.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Figure 2 – Outils de développement territorial dans les zones rurales.
Crédits Source : auteure.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Figure 3 – Démarche pour la transformation des dispositifs de conseil agricole en outil de développement territorial.
Crédits Source : auteure.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3781/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search