Versione classicaVersione mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les outils du développement

Le technopôle : un mode de coordination et de coopération au service des PME algériennes

Lamia Sahi

Testo integrale

Introduction

1La crise économique, la restructuration de l’industrie, la montée des activités de service et surtout l’expansion spectaculaire de la production de haute technologie, ont bouleversé l’organisation territoriale du capitalisme contemporain. Les changements radicaux sont observés dans l’organisation industrielle, la méthode de création d’entreprise, la politique d’intervention des pouvoirs publics, le mode de production et bien d’autres domaines. Par conséquent, de nombreuses régions industrielles issues de la première révolution industrielle et de la production fordiste de masse sont entraînées dans une crise économique et sociale profonde (Benko, 1991). De ce fait, dans les pays développés, des régions et des villes ont connu des changements structurels et de nouveaux espaces industriels, centrés sur les activités de pointe, sont apparus. L’un des phénomènes les plus remarquables est certainement le développement des technopôles, dont le concept et la réalisation ont été au centre de nombreux débats.

2En effet, l’émergence des « technopôles » dans le monde est de plus en plus signifiée. Ces derniers sont vus comme des laboratoires de l’économie à venir, des lieux de développement des produits et des processus de demain. Ils constituent des formes d’organisation locale obéissant à une logique de concentration spatiale des capacités productives et le lieu d’innovations technologiques. Le principe de base suppose que la proximité géographique des acteurs dynamise les relations industrielles et renforce les liens science-éducation-industrie, à travers des mécanismes endogènes d’auto-renforcement.

3Cette mutation ne s’est pas faite uniquement dans les pays développés, elle a aussi affecté les pays en voie de développement qui se sont révélés ces dernières années très intéressés par ce nouveau phénomène.

4Parmi ces pays, figure l’Algérie où la stratégie de politique industrielle consiste à réunir les conditions nécessaires à la création de richesse en substitution aux hydrocarbures, afin d’aller vers un développement durable. Cette stratégie a comme objectifs de préparer le secteur industriel à l’intégration dans les espaces économiques mondiaux et de renforcer sa compétitivité. Elle vise le soutien des activités industrielles dotées de capacités d’exportation et à forte valeur ajoutée, l’appui à la recherche/développement/innovation et la création de synergies entre les entreprises industrielles, les universités et les centres de recherches.

5Pour concrétiser ces objectifs, l’État encourage un certain nombre d’actions fondamentales, à savoir, le développement de pôles de compétitivités et de technopôles dans les filières industrielles porteuses sur la base des capacités existantes. L’État incite au renforcement du programme de mise à niveau des entreprises industrielles afin d’accroitre la compétitivité des entreprises publiques et privées, de même qu’il vise l’amélioration qualitative de l’encadrement. Il accorde un intérêt particulier à un certain nombre de branches, à travers des actions multiformes pour inciter les entrepreneurs à investir. Les branches retenues en raison de leurs forts potentiels et des capacités d’entraînement qu’elles peuvent exercer sur d’autres activités économiques sont : la chimie, la pétrochimie, la pharmacie, l’agroalimentaire et les technologies de l’information et de la communication (TIC). C’est dans cette optique, que certains projets ont été assignés à ces branches d’activités, tels que le technopôle de Sidi Abdellah pour les TIC, du technopôle de Sidi Bel Abbès et de Bordj Bou Arreridj pour l’électronique et le technopôle de Bejaia et Sétif pour l’agroalimentaire.

6Toutefois, la réussite d’une dynamique industrielle territorialisée dans le pays est tributaire d’une dynamique de complémentarité de connaissances qui est souvent le résultat d’un processus complexe, où de multiples dimensions et éléments peuvent intervenir tant pour faciliter que pour freiner l’interaction entre les acteurs organisationnels (entreprises, institutions publiques, universités, instituts de recherche, etc.). Notre article, tente d’analyser la démarche technopôlitaine dans le contexte algérien. Nous nous interrogerons principalement, d’une part, sur la nature des interactions entre les entreprises, les collectivités locales et les organisations étatiques et d’autre part, sur la conception et le développement de tels projets.

  • 1 En Algérie une confusion existe quant à l’utilisation de termes qui revoient aux regroupem (...)

7Avant d’apporter des éléments de réponse, nous devons vérifier empiriquement dans quelle mesure s’applique le concept de système territorialisé de production (STP1) au contexte algérien, qui présente des caractéristiques différentes de celles des pays observés ou étudiés dans les recherches antérieures (Becattini dès les années soixante-dix sur la troisième Italie, Aydalot et le Groupe de recherche européen sur les milieux innovateurs (GREMI) en Europe en 1986, 1991 et 1992 et Lipietz et Benko en 1991 et 1992 sur les technopôles français, etc.). Dans une seconde partie, nous examinerons leurs applications en Algérie à travers une étude de multiples cas.

1 Les technopôles : de leur genèse et interprétation théorique à leur histoire récente en Algérie

8L’intérêt pour les phénomènes de concentration géographique d’entreprises s’est accentué depuis le succès de la Silicon Valley et de la Route 128 aux États-Unis. Ces configurations peuvent être regroupées sous le nom de système territorial de production (STP) que Maillat (2003), définit comme « un ensemble caractérisé par la proximité d’unités productives au sens large (entreprises industrielles et de services, centres de recherche et de formation, organismes d’interface, organisations professionnelles, etc.), qui entretiennent des rapports marchands et non marchands d’intensité plus ou moins forte (Gilly, 1987) et qui génèrent une dynamique productive d’ensemble ». Cette prolifération a touché, aussi bien, les pays développés que les pays en développement. Les pouvoirs publics leur donnent une place centrale dans l’élaboration de leurs stratégies de développement économique.

9Alfred Marshall (1890), dans son ouvrage « Les principes de l’économie », avait mis au point la notion de réseau « district industriel ». Il expliquait la performance et la compétitivité des entreprises du fait de leur agglomération dans un espace donné, et leurs effets positifs sur ce dernier. Cela est illustré, par la suite, par l’une des formes et expériences les plus citées, qui est celle des districts industriels de la troisième Italie. En effet, le district industriel marshallien a connu durant la seconde moitié des années soixante-dix et dans le début des années quatre-vingt des immersions contemporaines menées essentiellement par l’économiste Italien Giacomo Becattini (1970 et 1987) sur la troisième Italie. Ces prolongements ont cherché à comprendre les ressorts du dynamisme observé en Italie du Centre et de l’Est, alors que la crise affectait le reste du pays. Ces districts industriels ont largement suscité les intérêts, ils sont considérés comme des exemples qui illustrent comment les PME peuvent connaître la réussite et être compétitives au niveau mondial. L’organisation au moyen de réseau est devenue une stratégie de développement pour les PME du nord de l’Italie qui se trouvent dans des milieux de plus en plus compétitifs. L’économie de la région est basée sur le modèle de réseaux de petites entreprises, ce qui en fait l’une des régions les plus entreprenantes du monde. Les PME faisant partie des districts industriels ont accès à des informations utiles pour leurs stratégies, qui proviennent de centre d’informations, dénommés « observatoires économiques ». Ceux-ci servaient de « radars » ou « antennes » qui monitoraient l’environnement général des entreprises participantes. Le degré élevé d’associativisme et de coopération qui existait dans les districts italiens permettait aux PME d’avoir une compétitivité internationale (Casarotto et Pires, 1999).

  • 2 Sophia Antipolis (Nice), pôle de compétitivité à vocation mondiale, avec plus de 1 400 ent (...)

10Le succès obtenu par le modèle français2 en ce qui concerne les technopôles ou les pôles de compétitivité a inspiré bon nombre de pays, dont font partie les pays du Maghreb, notamment, l’Algérie. Ce rayonnement international, se justifie à travers 7 pôles mondiaux, 11 pôles à vocation mondiale et 53 pôles nationaux qui ont su réussir à motiver et renforcer une collaboration entre différents acteurs économiques pour être au service des entreprises. Ce regroupement a donné naissance à 7 104 entreprises nationales adhérentes, 365 brevets déposés dans le cadre de projets labélisés et 2038 articles scientifiques (DGE-CGET, 2011). Les auteurs français tels que Benko (1991, 1992) et Lipietz (1992) ont montré dans leurs travaux, l’importance majeur du regroupement des entreprises dans le renforcement de la compétitivité des entreprises et même du pays.

11L’expérience algérienne constitue un axe de recherche récent et peu défriché, aussi bien des pouvoirs publics que des économistes algériens. Toutefois, durant cette phase de transition économique : d’une économie administrée à une économie de marché, avec une ouverture commerciale et des réformes institutionnelles, des débats émergent et le phénomène occupe de plus en plus, leurs centres d’intérêt. D’où la mise en œuvre de plusieurs politiques et dispositifs de soutien aux entreprises surtout les petites et les moyennes d’entre elles (PME) allant dans ce sens.

1.1 Émergence de technopôles en Algérie

  • 3 (j.o.r.a.d.p. Année 1998 no 62, pages 3 à 42) — modifiée et complétée par la loi no 08-05 (...)

12En Algérie, les technopôles, initiés par la Loi no 98-11 22 août 1998 portant loi d’Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-20023, sont conçus comme des dispositifs innovants qui visent à reconsidérer de nouvelles configurations des territoires, particulièrement ceux affectés par le processus de métropolisation et où le tissu industriel est dense, ou encore par la révision des modalités de planification urbaine et régionale (création de villes nouvelles). Ces technopôles sont intégrés dans le programme du Schéma national de l’aménagement du territoire (SNAT) qui prévoit d’ici 2025 le lancement de pas moins de six technopôles ; ce programme est soutenu par une assistance technique du groupe de la Banque mondiale (Sahi, 2013).

  • 4 matev : ministère algérien de l’aménagement du territoire et de la ville.

13Les institutions publiques ont mis en place ces dispositifs dans l’objectif de créer un environnement local favorable à la création de nouvelles entreprises et aussi pour attirer des entreprises extérieures. L’objectif principal est celui de soutenir la survie et la croissance des entreprises déjà existantes et appuyer leur effort à fin de les rendre plus compétitives (MATEV4, 2007). Cette initiative s’appuie essentiellement sur la mise en synergie d’acquis technologiques et scientifiques dans les territoires-projets, entre autres, ceux de notre étude (Bejaia, Sétif et Bordj Bou Arreridj et la nouvelles ville de Sidi Abdellah) et dans les différents secteurs sélectionnés (agroalimentaire, chimie, TIC, électronique, etc.).

14L’émergence de ces projets est la conséquence d’un retour interventionniste de l’État dans le champ des activités économiques (Rigar, 2001), après une période marquée par le retrait des acteurs institutionnels nationaux (privatisation des biens publics), hormis les efforts consentis en faveur des infrastructures, réseaux de transport et la communication interurbains et une intervention guidée du haut vers le bas. Ce retour de l’État se manifeste, entre autres, par l’intérêt qu’il porte désormais aux espaces périphériques des zones métropolitaines et la collaboration étroite entre secteur public et secteur privé.

  • 5 Cas du Cyberparc de Sidi Abdellah.

15En Algérie, les technopôles sont une manière de repenser le local de l’extérieur. Ils se présentent comme des produits exogènes puisque ce sont des projets qui émanent des programmes conçus par les pouvoirs publics : décision de leur création et de leur financement (Avitabile, 2005). De plus, les structures locales à elles seules sont dans l’incapacité d’offrir les ressources permettant la réalisation de tels projets technologiques. Ces technopôles sont des projets gratifiants, légitimés dans les discours politiques, ils se situent entre les ambitions extérieures « d’élus », d’une part et l’enjeu d’une transcription urbanistique et d’une éventuelle dynamique économique locale, d’autre part5. Ces projets de technopôles, souvent médiatisés par le haut, constituent des supports à des stratégies d’image soutenues par l’effet d’annonce (Avitabile, 2005).

16Dans cette perspective, l’interrogation porte sur la volonté des pouvoirs locaux à intégrer et à privilégier les « politiques horizontales », centrées sur le développement des infrastructures matérielles et immatérielles — notamment la formation —, ainsi que toutes les actions permettant d’accroître les compétences territoriales d’échanges collectifs et de communication, dans le but d’améliorer la mise en synergie des structures de recherche, de formation et de production.

1.2 Légitimité des technopôles en Algérie et raisons de leur mise en place

17L’ouverture des marchés et la libéralisation de l’économie conduisent les entreprises algériennes à entreprendre des efforts importants en matière de mise à niveau afin d’être plus compétitives, dans l’objectif de répondre d’une manière efficace aux changements rapides de l’environnement national et international et s’insérer avec le maximum d’efficacité dans le processus de mondialisation. C’est la première légitimation d’une démarche stratégique en vue de la mise en place de technopôles.

18La deuxième raison réside dans la complexité du paysage institutionnel algérien : successions de réformes économiques et administratives, multiplicité des acteurs économiques impliqués dans le développement des PME, etc. Les projets de technopôles visent à créer des synergies entre les institutions et les entreprises algériennes d’une part et faciliter les partenariats étrangers d’autre part. Il s’agit de développer des stratégies d’alliances entre les entreprises algériennes et étrangères et de promouvoir une coopération scientifique et technique fondée sur le transfert international de savoir-faire.

19La troisième raison qui vient appuyer cette démarche stratégique concerne l’organisation des services d’appui (scientifique, technique, économique et stratégique) apportés aux différents secteurs sélectionnés. L’Algérie dispose de compétences appréciables dans le domaine des industries de transformation ; toutefois, les experts, les chercheurs et d’autres acteurs ressources constituent un potentiel qui n’est pas toujours mobilisé et organisé autour des besoins concrets des agents économiques (Sahi, 2013). Dispersées à travers plusieurs institutions, souvent isolées, ces compétences ne sont pas toujours opérationnelles. Organisées et coordonnées, elles peuvent constituer la masse critique indispensable à une appropriation des technologies et du savoir scientifique, à l’émergence de groupes de recherche et d’expertises performantes capables d’apporter des réponses efficaces aux problèmes de développement industriel. Par conséquent, le technopôle serait l’accompagnateur de service à l’égard des entreprises adhérentes, en leur apportant l’aide et l’appui nécessaires à leur épanouissement.

  • 6 The Business School for the World.

20L’objectif de progresser ou de lancer l’industrie algérienne vers un niveau de stabilité nécessite de disposer non seulement d’une base industrielle mais aussi d’une capacité à articuler les moyens technologiques et les moyens industriels. Autrement dit, une capacité à combiner l’innovation et l’industrie est nécessaire. Cette dernière condition suppose elle-même de disposer d’un potentiel scientifique et technologique relativement important. Or, ce n’est pas le cas de l’Algérie : à titre d’exemple, l’INSEAD6, vient de publier « The Global Innovation Index 2012 » classant les performances d’innovation de 141 pays à travers le monde, sur la base de 81 indicateurs et les résultats sont alarmants. Ce classement place l’Algérie au 124e rang, et bien qu’elle ait amélioré son score de 10 places par rapport à l’année 2011, elle demeure parmi les derniers pays de la liste. L’indice donné par l’INSEAD sur la collaboration université/industrie dans le domaine de la R & D est d’autant préoccupant, il est de 22,18 points sur 100. Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de ce dysfonctionnement, entre autres, les lieux d’implantation des différentes structures, le plus souvent les entreprises dans les zones industrielles ou les périphéries et les établissements de R & D et les universités dans les centres urbains, donc s’il y a un développement industriel, celui-ci n’induit pas systématiquement un développement scientifique comparable, dû au fait de l’existence d’une très faible relation spatiale entre les deux. Or, c’est dans la mise en réseau des activités industrielles avec les pôles de R & D existants que peut être assuré le développement industriel des territoires en Algérie.

21La cinquième raison qui donne sa légitimité aux technopôles découle des politiques étatiques jadis appliquées dans ce pays. En effet, les stratégies de développement mises en œuvre par l’Algérie ont été, dans une large mesure, conçues en termes de polarisation. Elles se sont basées sur ce qu’il est convenu d’appeler le développement par le haut. De caractère monolithique, ce développement est supposé prendre naissance en un point donné de l’espace puis s’étendre par la suite et s’appliquer à tout le reste de l’économie et de la société. Le principe est qu’à partir de ce pôle de croissance économique, le progrès est supposé se généraliser en direction de la périphérie de ce pôle (Hammas, 2006). Telle est la trajectoire visée et envisagée par les pouvoirs publics par le passé. Ce mode de développement n’a pas manqué de démontrer ses limites suite aux sélections qu’il a opérées : dépendance territoriale, inégalités socio-économiques, hiérarchies urbaines, pauvreté, exode rural, etc. Envisager une nouvelle stratégie qui serait basée sur la décentralisation peut donc constituer la solution à ces problèmes. Sur cette base, la mise en œuvre de ces technopôles qui habille cette décentralisation découle de la nécessité d’améliorer la participation des acteurs économiques dans le processus décisionnel concernant leur développement, ainsi que le développement économique et sociétal des populations locales. D’un point de vue économique, la décentralisation est un moyen efficace permettant aux collectivités territoriales de fournir un ensemble de services, de manière à répondre aux préférences et aux priorités des populations locales et des entreprises. À condition, bien évidemment, que ces collectivités soient dotées de pouvoirs et de ressources nécessaires à leur bon fonctionnement.

1.3 L’intérêt porté aux PME en Algérie à travers la mise en place de ces technopôles

  • 7 Des produits étrangers importés qui envahissent les marchés algériens (Chinois et européen (...)

22En raison de l’ouverture du marché et d’une vive concurrence étrangère7, les entreprises algériennes doivent améliorer de plus en plus leur compétitivité. L’état de la balance commerciale, la participation des entreprises nationales sur le marché interne et le niveau de l’emploi se trouvent encore affectés par le retard de la plupart des secteurs productifs algériens par rapport aux autres pays. Les petites et moyennes entreprises (PME) algériennes, qui sont majoritaires dans l’économie du pays et qui sont les principales sources d’emplois, sont principalement concernées.

  • 8 mipmepi, 2011
  • 9 mipmepi, 2011.

23Assurément l’importance des PME est grandissante dans ce pays, la population globale des PME est passée de 607 297 en 2010 à 642 913 entreprises en 20118 tous secteurs d’activité et juridiques confondus. L’emploi cumulé dans ces PME pour la même période est de 1 596 308 salariés9. Cela dit, il convient de noter que 96 % du tissu de ces entreprises est constitué de TPE privées (très petites entreprises, souvent à caractère familial), de moins de 10 salariés, et qui ont du mal à se développer. Cet état de fait conduit à conclure à la nécessité de les aider à innover et à grandir, car il est vital d’améliorer leur compétitivité, qui ne pourra se consolider que si la PME dépasse un seuil critique de développement.

24L’intérêt pour les PME se situe à plusieurs niveaux : économique, stratégique et scientifique. L’encadrement des PME est un sujet d’actualité dans la plupart des pays du monde. En effet, les PME sont présentes aussi bien dans les villes que dans les campagnes, dans les pays développés ou moins développés et jouent ainsi un rôle social important. De plus les PME sont les plus ouvertes à l’innovation, au transfert des technologies et à l’industrialisation. L’exposition des PME à la concurrence internationale, favorisée par l’ouverture des marchés, présente alors un intérêt social, et une nécessité de développement international.

25Face à cette conjoncture et pour le développement de la compétitivité du pays et surtout des PME, une plus grande articulation des principaux acteurs de la société est en jeu. Les groupements d’entreprises en réseaux représentent un moyen de promouvoir cette articulation entre les entreprises et les acteurs locaux, se basant ainsi sur un changement culturel des PME.

2 Les systèmes productifs et leurs applications en Algérie : étude de cas et les résultats obtenus

26Suite aux différents constats relevés précédemment, il s’est avéré que la recherche et le développement des mécanismes qui contribuent à la création de ces groupements dépendent de la participation des groupes universitaires et de soutien technologique, des PME, des collectivités locales et des acteurs de dispositifs de soutien au développement des PME, etc. Ils doivent faire preuve de bonnes dispositions pour aborder un domaine qui demande des connaissances interdisciplinaires et intersectorielles, c’est-à-dire, une vision des différents secteurs de l’activité économique. C’est pourquoi le développement de méthodes de travail tenant compte à la fois de la réalité algérienne, des entreprises et des régions où cette action se déroule est l’aspect fondamental de l’action des pouvoirs publics. C’est cette double filiation qui a donné naissance à nos interrogations sur la nature des interactions entre les différents acteurs. Répondre à cet objectif revient à apporter des réponses aux questions suivantes : existe-t-il un diagnostic approfondi au niveau des porteurs de ces projets technopôlitains, et qui se focalise sur les perceptions et le jugement des futurs bénéficiaires (les PME), surtout en ce qui concerne les obstacles qui freinent leur compétitivité ? Quels sont les besoins des futurs bénéficiaires des technopôles envisagés par l’État, ces besoins convergent-ils avec les missions et les objectifs de la politique technopôlitaine ? Les relations entre les PME et les collectivités locales, les pouvoirs publics et les institutions de recherche permettent-elles d’aboutir à une meilleure élaboration de politiques de développement ?

27L’investigation a été réalisée à partir de l’étude de multiples cas (unités d’analyse) sélectionnés suivant l’intérêt et l’utilité que présente leur étude. Trois cas ont alors été sélectionnés. Le premier cas regroupe deux unités d’analyse, Bejaia et Sétif, qui concernent des projets de technopôles agroalimentaires. Le second cas est représenté par la région de Bordj Bou Arreridj concernant un projet de technopôle en électronique et électroménager. Le dernier cas d’étude concerne le Cyberparcs de Sidi Abdellah (Alger) dans le domaine des TIC.

28Le choix de ces unités d’analyse n’est pas aléatoire. Ces régions représentent, comme il a été déjà mentionné, les zones sélectionnées dans le Schéma national de l’aménagement du territoire « SNAT 2025 », comme les futurs pôles intégrés en Algérie. Elles présentent de véritables atouts, elles s’affirment déjà en tant que pôles économiques régionaux des plus attractifs pour l’investissement national et étranger. De plus, certaines régions sont déjà considérées chacune dans son cas, capitale du secteur associé, Bejaia et Sétif se partagent le rang pour le secteur agroalimentaire et Bordj Bou Arreridj capitale de l’électronique et de l’électroménager.

  • 10 La région de la Soummam regroupe l’ensemble des territoires (Bejaia, Bouira et les hauts p (...)

29 À un niveau plus détaillé, le choix de l’unité d’analyse du second cas est motivé, entre autres, par le fait qu’elle réunit un groupe d’entreprises de la dénommée « nouvelle économie » ce qui suggère une dynamique différente des cas étudiés dans les autres régions de la Soummam10 « Bejaia et Sétif » exerçant dans le domaine de l’agroalimentaire.

30Concernant le troisième cas, le choix de cette unité d’analyse est justifié par le fait qu’elle réunit un groupe d’entreprises de base technologique, avec l’existence d’une équipe d’animation, d’une université et d’un centre de recherche comme forces d’articulation du processus, ce qui permet une meilleure compréhension empirique du fonctionnement d’entreprises dans un contexte en réseau. Et surtout c’est le premier technopôle fonctionnel en Algérie et l’étude de son processus d’émergence est une référence pour les autres cas.

31Il faut souligner que les cas choisis présentent des points similaires et des points divergents. Les similitudes se situent dans les caractéristiques suivantes :

  1. les trois unités d’analyse résultent de politiques publiques pour le développement régional et entrepreneurial ;
  2. tous les cas présentent le même projet — créer les conditions nécessaires à un climat de coopération, de synergie et d’innovation ;
  3. tous les cas sont formés majoritairement par des PME ;
  4. dans les trois cas, il existe certaines conditions qui pourraient faciliter l’interaction entre les entreprises, comme par exemple, la proximité géographique, le projet de coopération, la possibilité de partage de connaissances et de certains intérêts communs.

32Les points de différence se trouvent dans les caractéristiques suivantes :

  1. alors que les entreprises du Cyberparc sont concentrées en un même lieu géographique, celles des zones : Bejaia, Sétif et BBA sont dispersées sur un rayon de 80 km et plus ;
  2. le Cyberparc est formel, juridiquement constitué et géré à partir de mécanismes légaux (assemblée, code d’éthique, règlement interne et statut), tandis que les projets des autres zones présentent des structures de coordinations plus informelles vu leurs stades de développement ;
  3. Le cas du Cyberparc rentre dans un projet de dynamique de développement territorial (création de nouvelles villes, désengorgement de la métropole) plus que d’une dynamique industrielle (projet de cas 1 et 2).

33Pour chaque unité d’analyse des entrevues approfondies ont été menées avec les entreprises sous forme d’entretiens en « face à face » avec les chefs d’entreprises ou leurs collaborateurs directs. Le questionnaire qui a servi à la réalisation de l’enquête concerne les objectifs visés par les trois volets suivants :

  1. l’analyse des besoins au moyen des difficultés rencontrées par les entreprises ;
  2. l’implication des entreprises locales dans la démarche technopôlitaine ;
  3. et pour finir le rapport de l’entreprise avec le Cyberparc de Sidi Abdallah.
  • 11 En plus des trois porteurs de projets.

34Le nombre d’entreprises qui ont participé à cette enquête est de 85, leur répartition géographique est comme suit : 36 entreprises dans la wilaya de Bejaia, 26 entreprises dans la wilaya de Sétif, 12 entreprises dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj et 11 entreprises adhérentes au CyberParc de Sidi Abdellah11. Les résultats obtenus sont résumés dans ce qui suit.

2.1 L’interaction entre les entreprises algériennes et les collectivités locales ainsi qu’étatiques est très faible et pratiquement inexistante

  • 12 Présentation lors du séminaire qui a eu lieu entre le 19 et 20 juin 2007 à Tunis, intitulé (...)

35Pour reprendre la démarche technopôlitaine algérienne à travers notre lecture et en nous basant sur la présentation du ministère de l’Aménagement du territoire et de la ville (MATEV) sur les technopôles dans la région de Mena12, nous obtenons la synthèse suivante : chaque secteur aura son technopôle et chaque ville aura sa technopôle. En effet, nous avons constaté que pas moins de huit secteurs industriels ont été sélectionnés ainsi que 20 villes, dans le cadre de ce projet. Les secteurs sélectionnés sont : « La chimie et la pétrochimie ; le génie génétique ; les TIC ; l’électronique ; la sidérurgie métallurgie et électrométallurgie (aciers spéciaux, etc.) ; les énergies nouvelles (hydrogène, solaire, etc.) ; les industries agroalimentaires ; les industries mécaniques (usinage, mécanique de précision, etc.) ». Concernant les villes, nous retrouvons : « Alger, Blida, Oran, Mostaganem, Sidi Bel Abbès, Tlemcen, Constantine, Annaba, Skikda, Sétif, Bejaia, Bordj Bou Arréridj, M’sila, Ouargla, Hassi Messaoud, Ghardaïa, Médéa, Laghouat. » (MATEV, 2007). Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a également déclaré en 2006 lors de l’inauguration du centre de recherche de l’université d’Annaba, que l’Algérie s’est dotée d’une nouvelle stratégie, basée sur la mise en place de technopôle des hautes technologies dont l’agroalimentaire, l’électronique, la chimie, la parachimie, la plasturgie et la robotique, l’environnement, les sciences de la mer et les télécommunications. L’important n’est pas de construire autant de technopôles mais de bien utiliser ce moyen de façon efficace dans le but de dynamiser le territoire par le biais de ces entreprises, car trop de technopôles tuent le technopôle (Huet, 2012). C’est pourquoi, pour utiliser l’innovation numérique comme levier pour accroître la compétitivité, la croissance, l’attractivité des territoires ainsi que leur qualité de vie, à travers la mise en place de technopôles, il est utile de suivre scrupuleusement une démarche bien définie. Cette dernière est basée sur un ensemble d’étapes : en premier lieu s’appuyer sur l’identification des besoins des entreprises, par la suite se fixer des missions et des objectifs pour y répondre, étapes non respectées dans la démarche technopôlitaine algérienne.

36En effet, notre enquête a révélé l’absence de diagnostic approfondi concernant l’état de la compétitivité des entreprises et encore moins de leurs besoins. Aucune entreprise de notre échantillon n’avait fait l’objet de recensement des besoins par les pouvoirs publics, les universités ou d’autres organismes ayant des liens avec les projets de création de technopôles dans le pays. Ce constat est le même en ce qui concerne les entrepreneurs installés dans le Cyberparc de Sidi Abdellah. Or, une politique qui vise à soutenir, à développer la croissance des entreprises d’un secteur industriel et d’une région ciblée et à renforcer leur compétitivité afin de les rendre plus innovantes, concurrentielles et aptes à l’exportation, est forcément une démarche basée sur une approche participative en matière de planification et de conception des politiques d’intervention entre les pme concernées et les institutions qui proposent de les appuyer. Malheureusement la situation actuelle fait référence à une absence d’échange réel entre le public et le privé et même à une « quasi abstraction de l’autre ».

2.2 Les missions des technopôles et les besoins des entreprises divergent

37La conséquence de cette abstraction est une offre de services déstructurée. En effet, les missions assignées aux différents technopôles sont toutes d’ordre général, même si le technopôle est déjà défini, le secteur et le territoire aussi (exemple du Cyberparc de Sidi Abdellah) tel que : promouvoir l‘entreprenariat, appui et assistance aux entreprises, création d’entreprises et emplois, encourager l’innovation, etc. Or l’analyse des données de l’enquête prouve que, d’une part, la compétitivité des entreprises algériennes est mise à l’épreuve par les différents obstacles entravant sa réussite, d’autant plus que ces derniers sont situés au niveau des éléments, qui dans le cas où ils sont bien maîtrisés constitueraient, au contraire, les facteurs clés renforçant leur compétitivité. D’autre part, même si le premier constat est généralisé à l’ensemble des entreprises, les besoins exprimés par ces dernières dans l’objectif de faire face et d’atténuer ces obstacles sont différents d’un secteur à un autre et bien évidemment d’une région à l’autre.

38Effectivement, la troisième partie de l’analyse de notre travail de recherche, à savoir l’identification des groupes d’attentes, a permis de mettre en évidence l’importance du facteur « territoire ». Les besoins et les attentes exprimés par les entreprises sont différents d’un secteur à un autre et d’une région à une autre. Pour chaque région nous avons extrait quatre groupes avec des attentes différentes à chaque fois. La figure ci-dessous représente le nombre total de groupes déduits pour chaque wilaya et le groupe le plus dominant (constitué d’un maximum d’entreprises ayant exprimé les mêmes besoins) dans chaque région.

39La figure ci-dessus montre clairement la divergence entre les trois types de technopôle. Les besoins diffèrent, de même que les attentes. Le territoire dans ce cas n’est plus seulement la structure d’accueil qui dispose d’une infrastructure physique et informationnelle capable de faciliter la tâche des différents acteurs qui s’implantent. Il est aussi le lieu fondamental de construction d’un réseau d’échanges au niveau local, national et international à travers ses différents atouts et spécificités. Donc ne pas prendre en considération de tels aspects joue à l’encontre des objectifs finaux de cette démarche : valoriser les potentialités des territoires tout en assurant le développement et la compétitivité de ces ressources.

2.3 Les entreprises sont favorables à la mise en place de technopôles spécialisés dans leurs secteurs d’activité

40Étant donné l’ampleur des besoins à satisfaire, les projets de technopôles ont suscité l’intérêt de plusieurs entreprises. Même si la majorité d’entre elles n’est pas suffisamment informée sur ces projets, elles ont jugé favorablement de telles initiatives. Leur situation, les problèmes auxquels elles font face au quotidien, les contraintes rencontrées dans les différents domaines liés à leurs activités font qu’elles sont à l’écoute de toute proposition visant à les appuyer. Même si ces dernières émanent des pouvoirs publics et pour lesquels elles restent le plus souvent suspicieuses vis-à-vis de leur succès. Et ceci en raison du fossé qui est de plus en plus frappant entre les visions idéologiques des pouvoirs publics sur les finalités de chaque stratégie de développement et les modalités pratiques de leurs mises en œuvre concrètement sur le terrain. Toutefois une telle logique n’est pas fausse, car si on considère l’exemple du Cyberparc de Sidi Abdellah, bien que la valeur ajoutée et la démarche de celui-ci ne fassent pas l’unanimité, plusieurs entreprises ont clairement exprimé leur adhésion à de telles structures qui leur permet de tirer de nombreux avantages (accompagnement à la concrétisation de projet, un climat générateur d’interaction, une qualité de service, l’infrastructure et un cadre de travail favorable, etc.). C’est dans le sens du meilleur profit que les entreprises des autres régions ont formulé un certain nombre d’attentes et de missions à assigner aux futurs technopôles et aussi dans l’espoir de faire face aux différentes entraves qui handicapent la gestion de leurs entreprises et qui font qu’il est extrêmement difficile d’être compétitives.

Figure 1 – Les différentes attentes des entreprises, par secteurs et par régions. Elaboré par SAHI, à partir des données des enquêtes de terrain. 2013. Traité par le logiciel SPSS.

Figure 1 – Les différentes attentes des entreprises, par secteurs et par régions. Elaboré par SAHI, à partir des données des enquêtes de terrain. 2013. Traité par le logiciel SPSS.

Conclusion

41Nous retenons de ce qui a été présenté que la démarche technopôlitaine s’appuie sur trois types d’acteurs principaux : les pouvoirs publics (locaux, régionaux et nationaux), les entreprises et les organismes publics ou privés de financement et de recherche. Pour œuvrer au développement des PME, il convient donc de s’assurer en premier lieu de l’implication de tous ces acteurs. L’adoption de stratégies transversales, dont le succès dépend notamment de leur capacité à instaurer des conditions d’ensemble propices au développement d’une démarche commune ancrée dans les objectifs stratégiques du pays doit être envisagée.

42Le dialogue et les partenariats entre ces parties prenantes sont primordiaux. Ils favorisent la prise en main des stratégies visant les PME par les intéressés. Les technopôles facilitent leur mise en œuvre dans la mesure où ils répondent aux besoins de ces PME et leur confèrent une crédibilité politique. Une stratégie visant à appuyer les PME ne peut se réaliser et prospérer sans la participation de celles-ci. Or ce n’est pas le cas des acteurs impliqués dans les projets étudiés ici, confirmant ainsi que l’Algérie a encore bien du chemin à parcourir pour aller vers une « technopôlisation » maîtrisée. Cet objectif étant bien entendu inséparable de la nécessité d’introduire des changements et de véritables réformes sectorielles, structurelles et institutionnelles.

Note

1 En Algérie une confusion existe quant à l’utilisation de termes qui revoient aux regroupements d’entreprises, les institutions publiques ont opté pour le terme de technopôle (même si le plus souvent d’autres concepts sont plus appropriés). Donc en plus de l’appellation « technopôle » nous utiliserons le terme de stp qui est plus général.

2 Sophia Antipolis (Nice), pôle de compétitivité à vocation mondiale, avec plus de 1 400 entreprises et 31 000 emplois, Inovallée (Grenoble) qui compte en 2013, 340 entreprises et 10 200 emplois, Technopôle de Nancy-Brabois avec 285 entreprises, 15 000 emplois, 17 000 étudiants, 2 500 chercheur, etc.

3 (j.o.r.a.d.p. Année 1998 no 62, pages 3 à 42) — modifiée et complétée par la loi no 08-05 du 16 Safar 1429 correspondant au 23 février 2008 (j.o.r.a.d.p. Année 2008 no 10, pages 3 à 6).

4 matev : ministère algérien de l’aménagement du territoire et de la ville.

5 Cas du Cyberparc de Sidi Abdellah.

6 The Business School for the World.

7 Des produits étrangers importés qui envahissent les marchés algériens (Chinois et européens).

8 mipmepi, 2011

9 mipmepi, 2011.

10 La région de la Soummam regroupe l’ensemble des territoires (Bejaia, Bouira et les hauts plateaux : Sétif et Bordj Bou Arreridj) qui sont traversés par le l’oued Soummam. Cette région représente un important potentiel en ressources naturelles, en production et en matière d’histoire et de politique pour le pays.

11 En plus des trois porteurs de projets.

12 Présentation lors du séminaire qui a eu lieu entre le 19 et 20 juin 2007 à Tunis, intitulé « Territoires métropolitaines innovants : technopôles et pôles de compétitivité ».

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1 – Les différentes attentes des entreprises, par secteurs et par régions. Elaboré par SAHI, à partir des données des enquêtes de terrain. 2013. Traité par le logiciel SPSS.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3771/img-1.jpg
File image/jpeg, 49k

Autore

Docteure en géographie, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université Paul-Valéry Montpellier 3

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search