Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les outils du développement

L’introduction du développement durable dans les politiques territoriales des biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco : de la notion à la compatibilité

Le cas de Luang Prabang au Laos

Juliette Augerot

Texte intégral

Introduction

  • 1 UNESCO, Le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, http://whc.unesco.org/fr/tou (...)

1À partir des années deux mille, le développement durable devient un axe stratégique de la politique de l’UNESCO précisant que « pour assurer durablement leur prospérité économique, environnementale et sociale, les états parties doivent donc traiter les valeurs et les richesses, tangibles et intangibles, qui sont liées au patrimoine comme un précieux capital culturel qu’il convient de préserver et de protéger en responsabilisant le tourisme, afin de s’acquitter de l’obligation fondamentale que leur impose la Convention du patrimoine mondial1 ».

2L’application des principes du développement durable dans la gestion des sites déjà classés au patrimoine mondial de l’UNESCO ou en voie de l’être implique une nouvelle politique territoriale. Les États signataires de la convention de l’UNESCO s’engagent en effet à promouvoir une stratégie territoriale locale : encourager la participation d’une large variété d’acteurs, assurer l’équité des retombées financières, sauvegarder l’environnement naturel et culturel, planifier un aménagement adapté au territoire et à ses mutations et élargir le périmètre de mise en valeur patrimoniale. L’UNESCO considère ainsi la sauvegarde du patrimoine culturel matériel (l’architecture, les monuments, etc.) et immatériel (les traditions, les savoir-faire, etc.) comme un levier novateur et efficace dans la contribution de cette nouvelle stratégie. Dans ce contexte, comment les territoires inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO gèrent-ils la nécessaire prise en compte du développement durable dans la mise en valeur de leur héritage ? Si la volonté d’induire le tourisme comme un vecteur de développement durable des territoires est retenue, il est nécessaire de s’interroger sur l’adaptabilité des modèles de développement initiés par les instances internationales aux traditions politiques, culturelles et économiques des territoires concernés.

3Ce chapitre s’appuie sur la littérature relative aux interactions entre le patrimoine mondial, le tourisme et le développement durable, mêlant discours institutionnels et analyses sociogéographiques. Il questionne également l’habitude confortable de considérer comme liées les notions de patrimoine et de développement durable.

4Dans l’objectif d’appréhender la mise en œuvre d’un tourisme durable dans le contexte politique, économique et social d’un territoire inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, la première partie vise à cadrer la notion de patrimoine mondial, la seconde partie discute le rôle du tourisme durable dans la gestion des biens du patrimoine mondial, enfin, la troisième partie interroge la compatibilité des modèles de développement internationaux aux caractéristiques des territoires.

5Une étude de terrain réalisée à Luang Prabang (Laos) en mai 2014 vient étayer cette étude à travers des enquêtes auprès d’institutionnels, d’acteurs culturels et touristiques et d’architectes du patrimoine.

1 Le patrimoine mondial en notions

6Il apparaît nécessaire de revenir, dans un premier temps, sur les notions considérées comme des évidences. Il importe ainsi de revenir sur la notion de patrimoine et celle de patrimoine mondial, une association de deux termes qui engendre son lot de complexité.

1.1 Le patrimoine, une notion en constante évolution

7Définir le patrimoine semble difficile tant le concept évolue et se diversifie avec le temps. Il semblerait en effet que l’objet patrimonial soit appréhendé sous un angle différent à chaque nouvelle génération. C’est au tournant des années soixante-dix-quatre-vingt que la notion de patrimoine s’est imposée au grand public. Jusque-là, le patrimoine se résumait à des édifices anciens et à quelques objets historiques. Depuis, la notion de patrimoine s’élargit et tient compte des réalités sociales et culturelles contemporaines :

Il [le patrimoine] est descendu du ciel, des cathédrales et des châteaux pour se réfugier dans les coutumes oubliées et les anciennes manières de faire, dans les bonnes bouteilles, les chansons et les parlers locaux ; il est sorti des musées nationaux pour envahir les espaces verts ou se fixer sur les pierres des vieilles rues. (Nora, 1997 : 4702)

8Et comme P. Nora poursuit, nous sommes passés d’une production monumentale par le haut, en référence aux identités nationales et aux élites, à une construction patrimoniale par le bas avec des références identitaires multiples. On assiste ainsi à une extension de la notion d’ordre catégoriel. On ne s’intéresse donc plus seulement au prestige du patrimoine monumental mais aussi à la singularité du « petit patrimoine » révélé pour beaucoup grâce à l’action des associations locales (Glevarec, 2002). Ce « petit patrimoine » issu de la culture populaire, en opposition au « grand patrimoine » provenant de la culture savante, détient une valeur de témoignage sur la vie quotidienne traditionnelle. Si les révélateurs de ce nouveau patrimoine sont davantage des associations qui répondent à une demande sociale, dès 1980, le monde savant s’y intéresse également via l’intégration de l’histoire du folklore dans l’archéologie et l’histoire de l’art.

9Face à une évolution constante de la signification du patrimoine, laissant place à une liste d’objets longue et hétérogène, certains auteurs définissent alors le patrimoine par sa fonction : « Conserver pour transmettre : on a là la définition exacte de tout patrimoine, qu’il soit familial, national ou international » (Heinich, 2009 : 29).

1.2 Du bien public au patrimoine mondial

10Créé à partir du constat de « la perte d’équilibre entre les forces de l’homme sur la nature [relatives à] l’effet des guerres, à la croissance de la population, à la déforestation, à la perte des habitats, et à l’augmentation de toutes les formes de pollutions » (Marcotte, Bourdeau, 2010 : 277), la Convention de l’UNESCO adoptée en 1972, définit le champ du patrimoine à travers deux composantes : le patrimoine culturel et le patrimoine naturel. En accord avec l’évolution constante de la signification de la notion, l’UNESCO élargit la Convention en 2003 et intègre la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui regroupe l’ensemble des expressions vivantes, les traditions et les cultures, où tout ce qui relève de ce que l’UNESCO nomme le patrimoine « intangible ».

11Transversale à ses orientations et à l’actualisation de ses objectifs, l’UNESCO revendique une mission principale, celle de défendre la valeur universelle exceptionnelle du patrimoine. C’est le Comité du Patrimoine Mondial qui attribue ou non la valeur universelle exceptionnelle à un site et qui valide son inscription sur la liste du patrimoine mondial. Pour justifier de cette valeur, les sites qui candidatent doivent satisfaire à au moins un des dix critères de sélection dont six sont relatifs à la culture et quatre ont attrait à la nature :

(i) représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain ; (ii) témoigner d’un échange d’influences considérable pendant une période donnée ou dans une aire culturelle déterminée, sur le développement de l’architecture ou de la technologie, des arts monumentaux, de la planification des villes ou de la création de paysages ; (iii) apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue ; (iv) offrir un exemple éminent d’un type de construction ou d’ensemble architectural ou technologique ou de paysage illustrant une période ou des périodes significative(s) de l’histoire humaine ; (v) être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel, de l’utilisation traditionnelle du territoire ou de la mer, qui soit représentatif d’une culture (ou de cultures), ou de l’interaction humaine avec l’environnement, spécialement quand celui-ci est devenu vulnérable sous l’impact d’une mutation irréversible ; (vi) être directement ou matériellement associé à des événements ou des traditions vivantes, des idées, des croyances ou des œuvres artistiques et littéraires ayant une signification universelle exceptionnelle (le Comité considère que ce critère doit de préférence être utilisé conjointement avec d’autres critères) ; (vii) représenter des phénomènes naturels remarquables ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles ; (viii) être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments géomorphiques ou physiographiques ayant une grande signification ; (ix) être des exemples éminemment représentatifs de processus écologiques et biologiques en cours dans l’évolution et le développement des écosystèmes et communautés de plantes et d’animaux terrestres, aquatiques, côtiers et marins ;(x) contenir les habitats naturels les plus représentatifs et les plus importants pour la conservation in situ de la diversité biologique, y compris ceux où survivent des espèces menacées ayant une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de la science ou de la conservation. (unesco, 2008 : 22)

1.3 Le Patrimoine Mondial, un emblème convoité

12Si le patrimoine est dans sa valeur intrinsèque un secteur à but non lucratif, sa valorisation peut être marchande, ce qui lui confère un caractère affirmé de ressource territoriale (François et al., 2006). Le processus même de la patrimonialisation intègre une étape d’exposition puis de valorisation, tel que présenté ci-dessous (fig. 1).

13La mise en exposition, relative à la présentation de l’objet au public, génère une modification d’usage qui confère à l’objet une valeur supplémentaire à sa valeur initiale. La promotion des territoires issue de l’inscription d’un bien sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO illustre cette étape d’exposition dans le processus de patrimonialisation. D’abord identifié, puis justifié comme ayant une ou plusieurs valeurs universelles exceptionnelles, l’objet patrimonial enfin inscrit sur la liste du patrimoine mondial est mis en valeur. Le parcours d’un objet patrimonial dans la perspective d’une inscription sur la liste du patrimoine de l’humanité emprunte donc le processus de patrimonialisation.

  • 2 Angkor Vat, le plus grand des temples de l’ensemble archéologique inscrit au patrimoine mondial de (...)

14Cette mise en valeur du patrimoine n’échappe pas aux États désireux de développer le tourisme à l’intérieur de leur frontière. Le patrimoine devient alors un avantage comparatif (Gravari-Barbas, Jacquot, 2014) et un étendard pour certains États2. Cependant, les études ne permettent pas de prouver de manière nette l’impact de l’inscription sur la fréquentation et, encore moins, des retombées économiques (Gravari-Barbas, Jacquot, 2008). Les impacts sur la fréquentation sont, à notre sens, à prendre au cas par cas. En effet, comment comparer deux destinations telles la Médina de Fès et Le Havre ? Malgré la garantie d’une valeur universelle exceptionnelle pour les deux villes, l’imaginaire touristique joue un rôle non négligeable et l’exotisme que véhicule la ville de Fès pourrait l’emporter sur les images de l’urbanisme et de l’architecture de la ville du Havre.

Figure 1 – Processus de patrimonialisation.

Figure 1 – Processus de patrimonialisation.

Source : Hugues François et al., 2006.

15À ce jour cependant, 1 626 sites reposent sur la liste indicative de l’UNESCO, en attente de la fameuse inscription sur la liste du patrimoine mondial.

2 Le double rôle du tourisme durable : moyen de lutte contre le tourisme de masse et levier de développement local

16Si pour de nombreux territoires, le patrimoine est devenu une ressource visible et son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO un atout promotionnel, les gestions patrimoniale et touristique doivent être mesurées et prendre en compte l’ensemble des caractéristiques et des mutations du territoire. Ce, afin d’éviter de basculer dans un développement touristique inadapté qui pourrait induire des effets contre-productifs dans la perspective d’un développement durable à l’échelle locale. Il apparaît clairement que les effets pervers induits par le développement massif du tourisme dans les sites patrimonialisés peuvent aller jusqu’à déstabiliser gravement les systèmes économique et symbolique des lieux ainsi valorisés. En réponse aux effets néfastes produits dans et aux abords des sites, et dans la perspective de profiter du tourisme culturel comme un moyen de développement, l’UNESCO encourage les territoires inscrits à progresser vers une logique de développement durable.

2.1 Les effets non désirés de l’inscription au patrimoine mondial

  • 3 Chiffres donnés par le Département du tourisme de Luang Prabang.

17De nombreux impacts apparaissent dans les sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial. L’afflux massif de touristes sur les sites attire les investisseurs étrangers générant une économie qui échappe aux collectivités locales. Ce scénario est visible à Angkor, au Cambodge, avec la prédominance d’investisseurs chinois, vietnamiens ou coréens dans la gestion du site ou encore dans la ville laotienne de Luang Prabang, qui, depuis son classement attire de nombreux capitaux étrangers venant de Singapour, de Thaïlande, de Chine, de France et d’Australie. La spéculation liée à la forte pression foncière sur les sites force les populations locales à migrer causant le risque de muséifier le paysage en limitant l’économie locale à l’exploitation de l’image de son site (Prigent, 2013). À Luang Prabang, ce problème est visible à travers la multitude de Guesthouse : les habitants du centre historique migrent en périphérie de la ville pour louer leur maison du centre historique à des étrangers qui les transforment en hébergements. En 2000, le centre historique comptait quatre-vingt Guesthouses, en 2011 elle en comptait deux cent quatre-vingt une3. Alors que les Guesthouses sont en sureffectif par rapport aux besoins, les étrangers continuent d’investir années après années. De ce fait, les propriétaires les moins riches, bien souvent les locaux, n’ont pas les moyens de bien entretenir leur établissement et sont alors obligés de brader les prix largement en dessous du seuil de rentabilité pour attirer les touristes. Ce problème a été dénoncé par une experte de l’UNESCO à travers son rapport de mission de 2012 :

  • 4 Minja Yang, consultante pour la coopération décentralisée Luang Prabang-Chinon (France). Rapport de (...)

The number of guesthouses, according to an interview, has reached a level causing competition to the point of driving down the cost of accommodations, hence reduced income and in some cases indebtedness to the point of bankruptcy among some local guesthouse owners4.

18De plus, cette présence étrangère suscite un sentiment de dépossession des populations locales pour leur habitat et la sensation d’une nouvelle forme de colonialisme (Berliner, Istasse, 2013). Des moines ont d’ailleurs préféré quitter la ville ne pouvant plus pratiquer leur culte sereinement : à Luang Prabang, tous les matins à l’aube, plus de deux cent moines déambulent dans la ville pour recueillir de la nourriture auprès des habitants. Cette procession a une grande valeur pour la population car elle augmente le mérite spirituel des pratiquants tandis que les moines réaffirment leurs vœux de pauvreté et d’humilité. Comme elle est devenue une attractivité touristique importante, les curieux sont parfois plus nombreux que les pratiquants et cet afflux touristique gêne la sacralité de la cérémonie. À cela s’ajoutent des comportements touristiques inadaptés tels que participer à la procession en faisant une offrande ou braquer les appareils photo sur les moines. Les comportements ont été tels qu’une campagne de sensibilisation intitulée « Aidez-nous à respecter la cérémonie d’offrande aux bonzes » circule auprès des visiteurs. Cette tradition vivante encoure le risque d’une désacralisation auprès de la communauté locale qui voit une folklorisation de leur pratique religieuse. Ces effets, visibles dans d’autres sites du patrimoine mondial, conduisent les institutions internationales à intégrer dans leur politique la notion de développement durable.

2.2 Patrimoine mondial et tourisme durable : un mariage pour le développement

  • 5 Icomos : Conseil international des monuments et des sites, organisme consultatif de l’unesco, a pou (...)

19On retient en général que le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre les possibilités des générations futures à satisfaire leurs propres besoins. Le tourisme durable requiert les mêmes principes que le développement durable et implique les dimensions économiques, sociales et environnementales. L’ICOMOS5 oriente son discours vers la promotion du tourisme durable pour que l’équilibre entre la protection du patrimoine, les retombées financières, et le respect des cultures, puisse ainsi représenter à la fois une modalité de résolution des contradictions et en même temps un outil pour le développement : « Le tourisme national et international a été et demeure un des principaux échanges culturels. Il est de plus en plus largement reconnu comme une force positive qui favorise la conservation du patrimoine naturel et culturel [...] et peut être un facteur important de développement, lorsqu’il est géré avec succès » (ICOMOS, 1999 : 22). Perçu comme une modalité d’échange culturel et un outil de développement, le tourisme durable est promu telle une opportunité pour les sites du patrimoine mondial et les populations environnantes.

20Le cinquième principe de la charte internationale du tourisme culturel de l’ICOMOS est, en ce sens, consacré à la volonté de produire un développement local : « La gestion du patrimoine et le tourisme doivent produire des bénéfices économiques, sociaux et culturels, équitablement répartis entre les hommes et les femmes des communautés d’accueil, à tous les niveaux, à travers l’éducation, la formation et la création d’opportunités d’emplois à plein temps » (ibid. : 26). La gestion du patrimoine et celle du tourisme sont ainsi conjointement sollicitées pour susciter un développement global.

  • 6 unesco, World Heritage, benefits beyond borders, Ed. Amareswar Galla, Cambridge University Press, 2 (...)

21La prise en compte du développement durable dans les politiques internationales est telle qu’à l’occasion du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial en 2012, l’UNESCO a publié un ouvrage dédié à la compréhension approfondie du patrimoine mondial et de sa valeur universelle exceptionner lle dans le contexte du développement durable à travers trente-six études de cas6. Présentées comme des exemples de bonnes pratiques, ces études veulent montrer l’enjeu fondamental du développement durable dans la gestion touristique des sites du patrimoine mondial.

La Convention du patrimoine mondial de l’unesco conserve, protège et présente la valeur universelle exceptionnelle de notre patrimoine commun depuis plus de 40 ans. Ces merveilles naturelles et culturelles uniques représentent notre passé et le présent et appartiennent à tous. Les biens du patrimoine mondial sont d’importantes destinations de voyage et, bien gérés ont un énorme potentiel et peuvent avoir un impact sur le développement économique local et une viabilité à long terme. (unesco, http://whc.unesco.org/​fr/​tourisme/​, consulté le 20 avril 2016)

22Ce paragraphe, illustre parfaitement l’évolution de la pensée et de l’engagement de l’UNESCO dans le temps : fort d’une valeur universelle exceptionnelle, le patrimoine mondial devient un attrait touristique au service du développement.

3 La compatibilité des modèles de développement en question

23La convergence des organisations internationales dans la considération du patrimoine en tant qu’instrument de développement local soulève la question du « comment ». En effet, la diversité des sites du patrimoine mondial questionne l’adaptabilité des modèles de développement internationaux sur chacun des territoires. Si la mise en valeur du patrimoine est appréhendée telle une ressource de développement, dans quelle mesure les programmes internationaux de promotion du développement durable sont-ils applicables au niveau local ? Après un rapide passage en revue des prérogatives des instances internationales, il s’agit dans cette partie d’entrevoir les applications au niveau local à travers le cas de Luang Prabang.

3.1 Des prérogatives internationales pour le développement local

24Visant à intégrer la notion de durabilité dans le développement touristique, deux prérogatives des instances internationales sont particulièrement récurrentes : l’intégration communautaire et l’extension du périmètre de mise en valeur du bien inscrit sur la liste du patrimoine mondial.

  • 7 Crédibilité de la liste du patrimoine mondial, Conservation efficace des biens du patrimoine mondia (...)

25Aux quatre objectifs stratégiques de la déclaration de Budapest de 20027, le Comité du Patrimoine Mondial ajoute un cinquième objectif lors d’un nouveau comité à Christchurch en 2007, celui de « Communauté ». Cet ajout invite à reconnaître la capacité d’agir de ces communautés aussi bien au niveau de l’identification qu’au niveau de la gestion du patrimoine mondial (Gravari-Barbas, Jacquot, 2014). Dans la charte internationale du tourisme culturel de l’ICOMOS rédigé en 1999, un des six principes est dédié à l’intégration communautaire : « Les communautés d’accueil et les populations locales doivent participer aux programmes de mise en valeur touristique des sites patrimoniaux » (ICOMOS, op. cit. : 26). Précisant que la population locale doit participer aux enjeux, aux stratégies, aux politiques et aux procédures d’identification, de conservation et de mise en valeur touristique, l’ICOMOS considère les habitants tels de véritables parties prenantes de la gestion du patrimoine. Aujourd’hui, l’UNESCO poursuit encore activement cet objectif de l’intégration des populations aux politiques du patrimoine. Dans l’ouvrage publié à l’occasion du 40e anniversaire de la Convention du patrimoine mondial, Irina Bokova, directrice de l’UNESCO, insiste sur le paramètre de la participation de la population :

One of the strengths of the volume is its emphasis on a more holistic and integrated view, linking world heritage to the role that people communities play in its management and protection [...] — the realization of this goals means transformations in heritage conservation that include local communities in social, economic and environmental sustainability.
(unesco, 2012 : 32)

26La population est ainsi appelée à participer à chaque niveau du développement durable.

27La deuxième prérogative mise en avant par l’UNESCO est relative à la dimension spatiale du développement. L’UNESCO ne s’intéresse plus seulement à la singularité du site dans la perspective de l’introduire à la liste du patrimoine mondial mais à l’ensemble du territoire sur lequel il s’inscrit. Cette évolution de la classification du site dans son lien au territoire comme expression des principes du développement durable est un des changements majeurs de la politique de l’UNESCO. Si la prise en compte du territoire est récente dans les critères d’obtention du titre de Patrimoine Mondial, la sur-fréquentation de certains sites a obligé, dès les années deux mille, à promouvoir l’extension du périmètre de la mise en tourisme pour désengorger certains sites : « Les programmes de promotion touristique doivent favoriser une large redistribution des bénéfices et alléger la pression qui pèse sur les sites les plus populaires. Ils doivent encourager les visiteurs à expérimenter de la manière la plus large les différents éléments du patrimoine naturel et culturel d’une région ou de la localité » (ICOMOS, op. cit. : 27). La considération d’un espace plus large que le site inscrit sur la liste de l’UNESCO pose ainsi la question de l’articulation entre le périmètre des biens inscrits au patrimoine mondial et la destination touristique. Alors que le patrimoine renvoie à une aire plus ou moins grande, la destination touristique est à la fois liée à l’espace imaginé par le touriste et à un ensemble d’attractions connectées entre elles (Gravari-Barbas, Jacquot, 2014). Le programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, lancé en 2012 par le Centre du patrimoine mondial, définit la destination touristique comme suit : « le lieu géographique où se déploie la totalité de l’expérience touristique. Il inclut le bien du patrimoine mondial lui-même et ses abords » (UNESCO, op. cit. : 18). Ces nouvelles articulations entre espaces patrimonial et touristique, autour desquelles le Comité du patrimoine mondial tente d’apporter des réponses, génèrent des recompositions territoriales : les espaces ne sont plus isolés, ils se croisent et se superposent.

28Ces deux prérogatives internationales s’imposent à Luang Prabang. En effet, la popularité de la localité depuis son inscription en 1995 ainsi que les nombreuses constructions et transformations illégales des bâtiments, menacent le site de basculer sur la liste du patrimoine mondial en péril.

3.2 Luang Prabang : des mesures en suspension

  • 8 Les critères pour lesquels Luang Prabang a été inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial sont le (...)

29Bâtie sur une péninsule formée par le Mékong et la rivière Nam Kan, Luang Prabang, petite ville de 53 792 habitants au nord du Laos est aujourd’hui largement reconnue par la communauté internationale. L’harmonie de l’architecture traditionnelle et des structures coloniales du xixe et xxe siècle lui a valu une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 19958.

  • 9 Département du tourisme de Luang Prabang, Statistique 2013.

30Les dernières statistiques de 2013 traduisent une évolution constante du nombre de visiteurs puisque la ville a accueilli cette même année 342611 visiteurs9 (fig. 2). De nombreux habitants affirment que leur vie a positivement changé depuis dix ans et, si la politique de l’UNESCO demeure opaque à leurs yeux et qu’ils se plaignent de la rigueur des régulations, la population a tout de même bien saisi que l’augmentation de leur qualité de vie est due au développement touristique déclenché par l’inscription à l’UNESCO (Berliner, 2010).

Figure 2 – Carte du Laos.

Figure 2 – Carte du Laos.

Source : IRASEC, 2012.

31Cependant, le développement rapide de la ville et les fortes pressions économiques, dont certaines sont dues au tourisme, ont des effets néfastes : les inégalités se creusent entre les habitants ainsi qu’entre le centre et la périphérie ; espace gentrifié, le centre historique a abandonné ses fonctions d’usage au profit de l’industrie touristique ; certains sites religieux, plus visités par les touristes que par les pratiquants, sont susceptibles de perdre de leur signification sacrée.

32Face à ces constats, les prérogatives relatives à l’intégration communautaire et à la dimension spatiale du développement sont particulièrement sollicitées par les autorités locales et internationales pour tenter de retrouver un équilibre économique, social, culturel, mais aussi spatial.

Figure 3 – Évolution du nombre de touristes internationaux à Luang Prabang entre 1997 et 2011.

Figure 3 – Évolution du nombre de touristes internationaux à Luang Prabang entre 1997 et 2011.

Source : Département du tourisme de Luang Prabang, 2012.

  • 10 Discours recueilli lors d’une enquête de terrain en mai 2014.

33Le régime communiste de la République Populaire du Laos, est, selon Laurent Rampon, architecte du patrimoine10, incompatible à l’idéologie véhiculée par les principes sociaux du développement durable et notamment celle de la participation de la population dans la gestion du tourisme et du patrimoine. Les enquêtes de David Berliner à Luang Prabang, montrent un sentiment de dépossession de la population de leur habitat face aux réglementations très strictes du Plan de sauvegarde de l’UNESCO. La volonté de conserver à l’état d’origine peut également conduire à des contradictions avec le désir de nouveauté de la part des habitants, ceux-ci ne pouvant pas profiter de l’évolution naturelle de leur ville vers la modernité. De plus, les services publics et administratifs ont suivi les habitants en périphérie de la ville, abandonnant le centre historique à une organisation presque uniquement touristique.

  • 11 Minja Yang, Consultante pour la coopération décentralisée Luang Prabang-Chinon (France). Rapport de (...)

As in any living city, however, the needs of the inhabitants — housing, commerce, basic physical infrastructure as well as social infrastructure must of course, be accommodated. But as stressed above, it is vital that such legitimate development needs are met without undermining the Outstanding Universal Value for which Luang Prabang became a World Heritage Site11.

34Si les services quotidiens pour les habitants sont reconnus comme essentiels, MinjaYang, Consultante à l’UNESCO, évoque également l’obligation de protection de la valeur universelle exceptionnelle du site, rappelant ainsi la complexe cohabitation des différents usages et valeurs d’un site patrimonial.

35La deuxième prérogative mise en avant par l’UNESCO est relative à la dimension spatiale du développement. En ce sens, la Consultante à l’UNESCO, exprime dans son rapport de mission de 2012, la nécessité de mettre en place un schéma de cohérence territorial afin de limiter les contrastes saisissants entre le centre historique et la périphérie (fig. 4).

  • 12 Ibid.

Building control in the World Heritage area would only be possible if facilitated by a programmed extension of the town and the surrounding territory. [...]. To avoid chaotic development in areas outside the World Heritage perimeters, the preparation of a Schema de Coherence Territorial (SCOT) was initiated thanks to AFD-funding. But this must be completed to ensure an orderly development of the greater city, and to ensure attractivity and quality of contemporary life to the city as a whole, so that the OUV of the WH Site of Luang Prabang will become a positive reference in building a modern and prosperous Luang Prabang City and its surrounding territory12.

36Si aujourd’hui des mesures semblent être prises, Laurent Rampon note des incohérences territoriales irrévocables. Lors d’un entretien il nous explique que Luang Prabang aurait dû être considéré dès son origine dans son contexte global. Très lié à son environnement naturel, entre le Mékong et la Nam Kan et attenant à la plus importante rizière de la région, le centre historique de Luang Prabang a pourtant été inscrit sans considération de son territoire. Aujourd’hui, les constructions périphériques ne permettent plus de comprendre la proximité de la ville à la rizière et l’origine même de la construction de Luang Prabang. De plus, les riches investisseurs vont construire dans les rizières les maisons qu’ils ne peuvent pas avoir dans le centre-ville. Alors que chaque année le Département du patrimoine mondial de Luang Prabang répète sa volonté de déployer la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine, on observe une ligne de fracture à la sortie même du centre-ville : d’un espace sur-fréquenté on passe à un espace dénué de toute forme de tourisme. À l’image de Venise qui voit une autoroute touristique traverser sa ville avec à droite et à gauche quelques places et ruelles méconnues où personne ne se risque, le dessin touristique de Luang Prabang apparaît aussi figé autour d’une rue centrale et des bords de rivières. De même, la fracture s’opère entre le district de Luang Prabang et celui de Chomphet, alors que seul le Mékong les sépare (fig. 4).

Figure 4 – Photos de Luang Prabang et de sa périphérie.

Figure 4 – Photos de Luang Prabang et de sa périphérie.

Source : Juliette Augerot, 2014.

37La considération d’un espace plus large que le site inscrit sur la liste de l’UNESCO soulève ainsi la question de l’articulation entre le périmètre des biens inscrits au patrimoine mondial et la destination touristique. Si l’espace patrimonial est délimité par un zonage, le périmètre de la destination touristique est plus difficile à appréhender. Un ensemble de critères de natures différentes sont requis pour mesurer l’impact du bien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO sur le territoire alentour. L’étude des interactions entre espaces patrimoniaux et espaces touristiques interroge ainsi les pratiques touristiques, les stratégies marketing, les infrastructures d’accueil en dehors du site, les moyens humains et financiers, la volonté des habitants, les attractivités et les moyens de connexions entre elles, etc. Non exhaustive, cette liste de critères veut montrer que la volonté institutionnelle et internationale d’élargir la mise en valeur du site pour permettre la diffusion des bénéfices du développement touristique peut se heurter à des paramètres endogènes au territoire, créant ainsi une incompatibilité entre des modèles de développement à vocation internationale et des problématiques locales.

  • 13 Enquête réalisée auprès de 10 agences de voyage, mai 2014.

38Nous avons, à ce sujet, sollicité l’avis de Tara Gujadhur, co-directrice du musée d’arts traditionnels et d’ethnologie de Luang Prabang. Ayant travaillée plusieurs années au Département du tourisme de la ville et travaillant actuellement en étroite collaboration avec des villageois du nord du Laos pour la promotion de leur artisanat, Tara Gujadhur connait les contraintes et perspectives des territoires ruraux en terme de développement touristique. Les contraintes dans ces territoires ruraux sont, selon elle, relatives aux manques d’infrastructures d’accueil et de compétences en termes de tourisme. La question de l’accessibilité est également soulevée. Le réseau routier au Laos étant très peu développé, des distances relativement courtes peuvent s’avérer très longues à parcourir. Le critère de l’accessibilité fait référence à la pratique touristique : combien de temps un visiteur est prêt à sacrifier dans les transports pour découvrir d’autres lieux que le bien inscrit au patrimoine mondial ? Nous avons réalisé une enquête auprès de dix responsables d’agences de voyages qui a montré que la majorité des visiteurs pratiquent des excursions à la journée sans trop s’éloigner de la ville (45 minutes à 1 h 30 soit environ 30 kilomètres13). Cette étude doit à présent être complétée d’une enquête auprès des visiteurs afin d’identifier l’origine des freins à sortir du périmètre du patrimoine mondial : endogènes au comportement touristique (tourisme culturel, citadin, craintes, etc.) ou indépendants de leur volonté (stratégie marketing orientée, contraintes structurelles, etc.), et pouvoir ainsi appréhender la relation entre destination touristique et périmètre des biens inscrits au patrimoine mondial.

Conclusion

39Comme de nombreux sites du patrimoine mondial, Luang Prabang porte le poids de son succès et doit maîtriser cette ouverture au tourisme. Les défis sont à la fois corrélés à la limitation des effets néfastes du tourisme de masse et à la perspective d’un développement durable par le biais de ce même développement touristique. À la fois menace et atout, le tourisme fait l’objet de nombreuses prérogatives de la part des instances internationales. Cependant, les normes occidentales se heurtent aux préoccupations et aux lois locales (Benhamou, 2010). Les grandes orientations internationales peuvent en effet se trouver confrontées à des traditions politiques, économiques et sociales à la suite desquelles il est difficile d’instaurer une normalisation législative, aussi bienveillante soit-elle.

40L’élargissement du périmètre de mise en valeur du patrimoine se heurte à une insuffisance structurelle des infrastructures de tourisme. Le plan urbanistique doit aussi prendre en compte ces nouveaux territoires de projet et mettre aux normes ces espaces en termes d’hygiène (eau, égouts, etc.) et d’infrastructures routières. Cette mise aux normes urbanistiques profiterait à l’ensemble de la population et répondrait à la demande de développement social tout en suscitant son adhésion à l’inscription du site.

Notes

1 UNESCO, Le Programme sur le patrimoine mondial et le tourisme durable, http://whc.unesco.org/fr/tourisme/, consulté le 20 avril 2016

2 Angkor Vat, le plus grand des temples de l’ensemble archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1992, est représenté sur le drapeau national cambodgien.

3 Chiffres donnés par le Département du tourisme de Luang Prabang.

4 Minja Yang, consultante pour la coopération décentralisée Luang Prabang-Chinon (France). Rapport de mission du 28 novembre au 7 décembre 2012, p. 7.

5 Icomos : Conseil international des monuments et des sites, organisme consultatif de l’unesco, a pour mission de promouvoir la conservation, la protection, l’utilisation et la mise en valeur des monuments, des ensembles bâtis et des sites.

6 unesco, World Heritage, benefits beyond borders, Ed. Amareswar Galla, Cambridge University Press, 2012, 366 p.

7 Crédibilité de la liste du patrimoine mondial, Conservation efficace des biens du patrimoine mondial, Développement des capacités dans les États parties, Développer la sensibilisation du public, la participation et l’appui au patrimoine mondial par la Communication (appelés les « cinq C »).

8 Les critères pour lesquels Luang Prabang a été inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial sont le (ii) : Luang Prabang reflète la fusion exceptionnelle de l’architecture traditionnelle Lao et des constructions des xixe et xxe siècles de style colonial européen ; (iv) : Luang Prabang offre un exemple éminent d’ensemble architectural bâti au fil des siècles mêlant l’architecture sophistiquée des édifices religieux, des constructions vernaculaires et des bâtiments coloniaux ; (v) : Le paysage urbain unique de Luang Prabang est remarquablement bien conservé, illustrant une étape-clé dans la fusion de deux traditions culturelles distinctes. Pour plus d’informations, voir directement sur le site de l’Unesco : http://whc.unesco.org/fr/list/479.

9 Département du tourisme de Luang Prabang, Statistique 2013.

10 Discours recueilli lors d’une enquête de terrain en mai 2014.

11 Minja Yang, Consultante pour la coopération décentralisée Luang Prabang-Chinon (France). Rapport de mission du 28 novembre au 7 décembre 2012.

12 Ibid.

13 Enquête réalisée auprès de 10 agences de voyage, mai 2014.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Processus de patrimonialisation.
Crédits Source : Hugues François et al., 2006.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3761/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Figure 2 – Carte du Laos.
Crédits Source : IRASEC, 2012.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3761/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3 – Évolution du nombre de touristes internationaux à Luang Prabang entre 1997 et 2011.
Crédits Source : Département du tourisme de Luang Prabang, 2012.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3761/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Figure 4 – Photos de Luang Prabang et de sa périphérie.
Crédits Source : Juliette Augerot, 2014.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3761/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteur

Doctorante en géographie, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), Université Paul-Valéry Montpellier 3

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search