Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les outils du développement

Les outils du développement

Texte intégral

1Dans le contexte actuel de mondialisation, les sociétés sont confrontées à d’importantes recompositions pouvant avoir des incidences immédiates sur leurs politiques de développement. L’essor de la mobilité, la multiplication des échanges, la multifonctionnalité des espaces, les nouvelles sensibilités idéologiques, sont autant de dimensions qui illustrent ce monde en recomposition. Dans ce contexte, les politiques « développementalistes » sont traversées par de profondes restructurations et ne sont plus orientées uniquement vers des objectifs de croissance économique. Elles ambitionnent désormais d’atteindre un large éventail d’objectifs autant économiques, qu’environnementaux et sociaux, ce qui se traduit notamment par l’apparition de modèles et outils spécifiques (endogènes, participatifs, locaux, etc.).

2Dans cette partie, axée sur les outils du développement, les textes présentés renvoient à une certaine diversité tant sur le plan des espaces que des territoires étudiés : l’Algérie le Laos, l’Algérie et l’Espagne, que sur les disciplines et les outils d’analyse mobilisés : l’économie avec le technopôle comme outil de développement (L. Sahi), le tourisme à travers le processus de patrimonialisation (J. Augerot), ou encore l’agriculture avec un outil européen de développement rural « local LEADER » (C. Yubero) et ou encore les dispositifs de conseil agricole algériens (K. Boudedja).

3Ainsi, face aux reconfigurations et bouleversements induits par la mondialisation, les auteures questionnent, à travers des exemples issus du terrain, la manière dont les acteurs mobilisent leurs outils pour atteindre leurs objectifs de développement. Leurs attentions se focalisent notamment sur comment les outils de développement sont-ils conçus, mis en œuvre, appropriés et médiatisés ? Ces outils prennent-ils suffisamment en considération les spécificités du territoire concerné ? Sont-ils efficaces ? Quels développements produisent-ils ? Ces interrogations générales en soulèvent d’autres, plus précises, qui feront ressortir les dynamiques associées à la mise en œuvre d’outils mobilisant différents niveaux d’analyse allant du global au local.

4Dans un premier chapitre, Juliette Augerot propose une réflexion autour des territoires inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Avec l’exemple du site de Muang Prabang localisé au Laos, l’auteure interroge sur la compatibilité du modèle du tourisme durable préconisé par l’UNESCO à travers la mobilisation de l’outil de patrimonialisation, avec les caractéristiques du territoires et plus particulièrement aux problématiques et attentes des populations locales.

5Dans un autre contexte, Lamia Sahi se focalise sur le technopôle comme outil permettant de générer des formes d’organisation locale entre différents acteurs (entreprises, collectivités locales, organisations étatiques). Cette dynamique impulsée par l’État se veut participer à la démarche métropolitaine à l’œuvre en Algérie en soutenant le développement des PME. À travers l’exemple de quatre technopôles, l’auteure conduit une analyse des interactions entre le milieu industriel, financier et scientifique et démontre la nécessité d’adopter des stratégies transversales pour atteindre ce qu’elle qualifie de « technopôlisation maîtrisée ».

6Les deux chapitres suivants ont en commun d’aborder le rôle des politiques de développement agricole dans le développement des territoires ruraux. À travers l’exemple de l’Algérie, Karima Boudedja, questionne les avantages et les limites des différents dispositifs du conseil agricole algérien, notamment les dispositifs publics basés sur une approche techniciste. Dans cette perspective, la question de l’apparition de méthodes participatives dans la mise en œuvre de projets de développement territorial dans les zones rurales est largement débattue.

7Pour clôturer cette partie, Claudia Yubero se focalise sur le programme LEADER, qui est un outil de développement créé par l’Union européenne et transféré au cœur de sa Politique agricole commune. Il vise à assurer un développement rural intégré qui valorise le local comme échelle d’action privilégiée. L’auteure propose d’étudier comment la nouvelle version de LEADER (2007-2013) est appréhendée par les institutions espagnoles (plus spécifiquement dans la région de Madrid), tant aux niveaux national, régional que local et quelles dynamiques sont alors générées au niveau des territoires.

8Les chapitres insistent sur la nécessité d’adopter des approches de développement territoriales intégrées, fondées sur une coordination des acteurs à tous les niveaux. Ce contexte pousse à s’interroger, d’une part, sur les relations qu’entretiennent les différents acteurs impliqués dont les motivations sont souvent différentes. D’autre part, il s’agit de mesurer les contraintes et les limites de ces outils afin de proposer des mesures adéquates pour arriver à atteindre les objectifs fixés.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search