Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les enjeux du développement

Galápagos, la crise d’un modèle de développement

Emanuele Giordano

Texte intégral

Introduction

1 À partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreuses îles sont devenues des destinations touristiques de premier ordre, définies comme les nouvelles banlieues de plaisir (Turner et Ash, 1975). Ce développement, qui a eu lieu d’une manière rapide et non planifiée, a eu des répercussions importantes sur des écosystèmes fragiles et de petite taille : périurbanisation, pollution des eaux souterraines, érosion des sols ne sont que quelques-uns des problèmes engendrés, en partie, par le développement du tourisme (Zurick, 1995). Dans ce contexte, l’archipel des Galápagos a souvent été présenté comme un modèle de développement durable, un exemple qui démontre que le développement touristique peut être concilié à la protection de l’environnement (Brewington, 2013 ; Basantes, 2009). Les îles sont en fait un des premiers cas d’un modèle de développement qui tente de concilier la protection de la biodiversité avec le développement des industries — comme l’écotourisme — avec l’objectif de ne pas impacter l’environnement (Myers et al. 2000 ; Zimmerer 2006 ; Brockington et Schofield 2010). Ce n’est pas un hasard si les îles Galápagos ont été le premier lieu au monde à être défini comme une destination écotouristique en 1969 (Rozzi et al. 2010). Le succès d’un modèle de ce type est essentiellement basé sur la capacité du système à planifier, réguler et contrôler l’activité humaine, en mettant l’accent non seulement sur la durabilité du « produit touristique en soi, mais sur la durabilité plus large du contexte social, culturel et économique » (Visser, 2011 p. 19). Sinon, le risque est de produire des inégalités sociales et des pressions sur l’environnement (Adams et Mulligan, 2003 ; Adams et al. 2004 ; Cernea et Soltau 2006 ; Brockington 2009 ; Saarinen, 2009). Cette situation se rencontre dans l’archipel des Galápagos. S’il est vrai que les spécificités territoriales et institutionnelles ont longtemps permis la maîtrise des impacts des activités humaines sur l’écosystème et évité l’apparition de phénomènes tels que la périurbanisation, ce modèle est aujourd’hui en crise. Né dans une logique liée à des logiques politiques et économiques plutôt que celle de la protection de l’écosystème des îles (Grenier et de Miras, 1994), les Galápagos sont maintenant confrontées à un nombre croissant de problèmes sociaux, économiques et environnementaux qui mettent en péril leurs patrimoines matériels et immatériels.

2L’article vise donc à analyser la façon dont l’incapacité des autorités locales à gouverner les dynamiques spatiales, déclenchées par la croissance soutenue des flux touristiques, a créé une situation où « étant donné le manque de contrôle et la multiplication des pressions sur l’environnement, de nombreux observateurs pensent que l’écologie de l’archipel va bientôt s’effondrer » (Celata et Sanna, 2012 p. 963). En analysant les causes et les conséquences de cette situation, l’article se concentre sur l’île de Santa Cruz, où vit à ce jour 61 % de la population de l’archipel et où est concentrée l’industrie du tourisme. Après une brève description de l’histoire de l’île de Santa Cruz, l’émergence du phénomène touristique dans les Galápagos sera analysée. Ensuite, il sera examiné comment, à partir du début du nouveau millénaire, l’augmentation de l’offre hôtelière a généré une série de nouvelles dynamiques comme la motorisation de la mobilité insulaire et le développement de la périurbanisation que le système ne semble pas actuellement en mesure de planifier et contrôler.

1 Le contexte

3Les Galápagos sont un archipel situé dans l’océan Pacifique, au niveau de l’équateur, à environ 1 000 km de la côte équatorienne. Ils sont formés de plus de deux cents îles dont seulement 4 sont habitées (fig. 1).

4Santa Cruz est l’île la plus peuplée, avec une population de 15 393 habitants, soit 61,3 % de l’ensemble de la population de l’archipel sur une superficie de 986 km2 (GADMSC, 2012). La majorité du territoire insulaire — environ 88 % — fait partie du Parc national des Galápagos (PNG), où toute forme d’urbanisation est interdite par la loi. Le reste de l’ile est sous l’autorité du Gobierno Autonomo Descentrado Municipal de Santa Cruz (GADMSC) dont les fonctions principales sont la planification territoriale et la prestation des services de base à la population résidente (collecte des déchets, éducation de base, etc.).

  • 1 La « parroquia » n’a pas d’équivalent dans le système administratif français. Elle est com (...)

5Le territoire communal est constitué d’une zone urbaine de 3,30 km2 et d’une zone rurale de 114,76 km2. Il est administrativement divisé en trois « parroquias1 » : la zone urbaine de Puerto Ayora, où vit la majeure partie de la population et où se développent toutes les activités productives, et les deux zones rurales de Bellavista et Santa Rosa.

Figure 1 – L’archipel des Galápagos.

Figure 1 – L’archipel des Galápagos.

Source : élaboration propre, 2015.

2 Bref aperçu historique du développement de l’île de Santa Cruz

6Le premier à arriver dans l’archipel des Galápagos est l’archevêque F. Berlanga en 1535, à l’occasion d’un voyage entre le Pérou et l’Équateur. L’évêque signale la présence des îles et écrit une synthèse de ce voyage, mais décourage la colonisation en raison de l’absence de sources d’eau. Dans les siècles suivants, l’île devient une base pour les pirates hollandais et anglais dans le Pacifique. Au cours du xviiie siècle, malgré la disparition des pirates, les Galápagos maintinrent leur rôle de base pour les navires, en particulier les baleiniers, on estime qu’entre 1788 et 1863, environ 40 baleiniers étaient régulièrement ancrés aux Galápagos (Latorre, 2011).

7La première tentative de colonisation des îles a lieu en 1832 lorsque l’Équateur décidé d’annexer l’archipel au territoire national et transforma l’île d’Isabela en bagne pour le confinement des prisonniers et détenus politiques. Au démantèlement de la colonie, l’île redevint inhabitée (Grenier, 2007).

8En 1835, Darwin séjourna cinq semaines aux Galápagos. En 1870, des exploitations agricoles furent construites sur l’île de Floreana dédiées à la production de canne à sucre et de café. Le projet échoua et en 1880 l’île resta complètement déserte. La colonisation définitive des Galápagos remonte donc à 1879 quand M.J. Cobos s’installa à San Cristobal, dans le but de produire de la canne à sucre, du café et de l’huile animale.

9Dans la première moitié du xxe siècle, la croissante notoriété des théories de Darwin sur l’évolution conduit de nombreuses expéditions scientifiques à reprendre le voyage qui a inspiré les découvertes du savant anglais avec un séjour aux Galápagos. Pour ces explorateurs, les îles deviennent un espace consacré à la science. Pour reprendre la citation de Worster (1992, p. 134), « l’esprit des Galápagos a fini par symboliser l’idée qu’une certaine culture s’est construite autour de ses relations avec l’ordre écologique terrestre ». Ces scientifiques publient des rapports de leur voyage aux Galápagos, qui deviennent souvent des livres très célèbres. Dans ces histoires, les îles sont présentées comme un lieu pur et préservé, tant et si bien que certains Européens décidèrent de coloniser ce paradis naturel. En 1927, une vingtaine de familles norvégiennes débarquèrent à Floreana avec pour objectif de créer une usine de conserve de poisson. Le projet échoua rapidement et en 1929, la plupart des colons retournèrent en Scandinavie, à l’exception de certaines familles qui décidèrent de déménager à Santa Cruz et de s’installer à Academy Bay, fondant ainsi le premier centre urbain, connu aujourd’hui sous le nom de Puerto Ayora. Le développement de la ville est très lent et dans les années cinquante, la population était composée de seulement 215 habitants disséminés entre le centre urbain, où l’activité principale était la pêche, et quelques fermes dispersées dans la partie supérieure de l’île (Grenier, 2007). La majorité de la population est composée d’Occidentaux venus sur l’île pour « s’évader » de la civilisation industrielle et de la modernité de l’Occident. Au cours de la même période, le gouvernement équatorien commença à s’inquiéter de la présence croissante d’étrangers — des scientifiques et des colons — sur les îles et décida de réaffirmer sa souveraineté.

10En 1959 fut créé le Parc national des Galápagos. L’utilisation de l’adjectif « national » représentait un excellent moyen pour réaffirmer la souveraineté équatorienne sur l’archipel (Grenier et Miras, 1994). Au même moment, l’État ne se limitait pas seulement à réaffirmer le caractère « national » de l’archipel à travers la création du parc, mais il poursuivait la colonisation des principales îles de l’archipel par la population Équatorienne (Giordano et al., 2016). Cependant aux yeux de cette dernière, les îles représentaient un lieu de pauvreté et de désespoir : le charme exotique et romantique perçu par les populations européennes n’avait pas de place dans l’imaginaire collectif des Équatoriens. Afin d’attirer de nouveaux colons, il était donc nécessaire de développer une activité économique qui puisse favoriser leur transfert. Cette étape fut un élément essentiel du développement de l’industrie touristique dans les îles Galápagos.

3 Les Galápagos et le développement touristique

11Au début du xxe siècle les Galápagos deviennent aussi un lieu d’escale pour les croisières des milliardaires américains qui souhaitent découvrir les merveilles de l’Amérique. L’importance de ces voyages ne réside pas dans le nombre de touristes accueillis (très réduit car c’est un tourisme d’élite), mais dans le fait qu’ils ont aidé à répandre l’image des Galápagos dans le monde à travers les rapports des scientifiques qui ont souvent accompagné ces milliardaires. Le développement d’une vraie industrie touristique dans les îles a lieu en 1967 lorsque l’État Équatorien décida de commander au bureau d’étude américain de marketing Jennings une analyse sur la faisabilité du développement du tourisme dans les îles.

12Le rapport final conclut à l’énorme potentiel touristique des îles en raison des particularités de son écosystème. L’État équatorien voit favorablement le développement d’une industrie touristique par des d’investisseurs étrangers car cela assure des avantages économiques et la création d’emplois qui peuvent favoriser un processus migratoire vers les iles. On adopte donc un modèle de croissance libérale qui favorise les investissements privés, principalement de grandes entreprises américaines auxquelles est déléguée la planification du système touristique. En 1969, la Metropolitan Touring inaugure ses premières visites aux Galápagos. Les îles manquent cependant d’infrastructures et donc sont prises comme modèle les croisières touristiques dans la mer Égée. Un bateau est acheté, et on enrôle son équipage ; un avion est loué et le système de radionavigation nécessaire pour l’aéroport de Baltra est construit. Ces premiers pas ouvrent l’ère du développement du tourisme de masse des Galápagos.

13La forte rentabilité de l’industrie touristique, caractérisée par un tourisme de luxe d’origine européenne et nord-américaine, combinée avec l’absence de règles sur le nombre de visiteurs provoque dans les décennies suivants une forte croissance des investissements privés et par conséquence du nombre de visiteurs qui passent de 17123 en 1982 à 204395 en 2013 (GADMSC, 2012). Il est intéressant de noter la contradiction apparente au sein de la logique de développement touristique de l’archipel : le phénomène du tourisme est basé sur une image des Galápagos qui renvoie à l’idée d’un lieu vierge et sauvage et donc implicitement inhabité, alors que sa raison d’être est exactement le contraire : sa naissance a été stimulée pour favoriser la création d’un flux de migrants depuis l’Équateur continental. Comment a-t-il été possible de résoudre cette contradiction ? La solution a été trouvée en créant une division rigide de l’espace : les résidents existent mais les touristes ne les voient pas. Déjà lors des expéditions des années vingt, les visiteurs ne débarquaient presque jamais sur les îles ou seulement pour quelques heures ; le développement touristique ultérieur chercha à maintenir en quelque sorte le même schéma. Les touristes étrangers séjournent sur les navires et ne les quittent que pendant la journée pour visiter certains sites. La zone résidentielle (spatialement limitée à 10 % de l’île) ne fait pas partie du circuit touristique et les contacts avec la population locale sont limités à ceux qui travaillent sur les bateaux. Il s’est finalement créé un système comparable à certains égards à celui d’un parc animalier où les touristes voient les animaux en journée pour retourner ensuite sur leur bateau.

14Dans le même temps, cette division rigide de l’espace, a permis un confinement des impacts anthropiques sur le patrimoine naturel de l’île. Si on compare avec les effets du développement du tourisme dans d’autres petites îles de la Méditerranée et du Pacifique (Briguglio et al., 1996), la dynamique du développement qui caractérisent l’archipel des îles Galápagos exerce considérablement moins d’impact sur l’écosystème. Les phénomènes de périurbanisation qui ont été identifiés comme l’une des principales menaces pour la conservation du patrimoine environnemental des petites îles du Pacifique (Jones et Lea, 2007) est empêché par le fait que près de 90 % du territoire fait partie du parc national et l’absence de routes internes, ce qui permet de limiter la dispersion des impacts anthropiques.

15Cependant, il est important de souligner que, bien que le mode de développement sur l’île de Santa Cruz a en effet eu un impact relativement limité sur l’écosystème insulaire, ce développement est basé sur une approche et des objectifs qui ont peu ou rien à voir avec la durabilité et la préservation du patrimoine environnemental. La création d’un parc national et la division entre espace naturel et artificiel répond comme mentionné plus haut à une logique de nature politique qui vise la reconnaissance internationale du caractère équatorien de l’archipel. Comme le soulignent Grenier et Miras (1994, p. 649), le fait qu’avec la création du Parc national en 1959, seuls 3 % de la superficie de l’archipel restent hors du périmètre protégé répond à la

volonté d’affirmation de la souveraineté nationale sur l’archipel. Dans ce sens, entre 1956 et 1959, l’État a encouragé la colonisation de la parte alta — ou zone agricole — de Santa Cruz, qui était vide d’habitants, par des agriculteurs équatoriens. L’État va favoriser à la fois l’expansion d’une colonisation locale interne et la construction de l’espace national en s’appuyant sur une logique internationale de protection de la nature.

16Le fait que le modèle de développement adopté est en mesure de minimiser les impacts territoriaux n’est donc pas le résultat d’une planification minutieuse (qui au contraire est pratiquement absente), mais c’est une externalité d’un processus qui obéit à une logique différente. Cette contradiction est évidente dans le développement de la zone urbaine de Puerta Ayora. Le développement urbain a eu lieu sans aucune planification, dans la logique donc du seul modèle de référence que la population avait à sa disposition : la croissance incontrôlée des villes sur le continent (Celata et Sanna, 2012). Puerto Ayora connaît une croissance désordonnée, malheureusement caractérisée par une qualité de construction immobilière très médiocre. Le résultat est un paysage urbain fragmenté, dépourvu de lien avec le milieu environnant (Tuci et al., 2010). Les infrastructures de base pour la population sont absentes de sorte qu’aujourd’hui, la ville est toujours dépourvue d’un système d’égout, ce qui a conduit à une forte contamination des ressources hydriques (Liu et d’Ozouville, 2012). Cependant, malgré ces limites, le système permet d’atteindre les résultats escomptés, d’attirer un nombre croissant de touristes et de résidents. Ce modèle, basé sur une stricte répartition de l’espace, est resté inchangé jusqu’à qu’au début du nouveau millénaire, mais l’émergence des nouvelles dynamiques, transforment radicalement la trajectoire du développement du système.

4 Des nouvelles dynamiques

17Comme nous l’avons précédemment souligné, la combinaison d’intérêts politiques et économiques produit un modèle de croissance libéral. Il a donné lieu à deux dynamiques opposées qui ont régi l’évolution du système territorial jusqu’à la fin du siècle dernier : d’une part, la croissance d’un flux touristique composé principalement de riches visiteurs liés au monde des scientifiques et de la diffusion scientifique. Un tourisme d’élite, par conséquent, lié à la nature des Galápagos considérées comme l’expression d’un imaginaire collectif qui symbolise le prototype d’un lieu préservé vierge. Dans son expression, ce tourisme a suivi une logique typiquement insulaire : les touristes voyagent d’île en île, à la « découverte » des îles. Cette modalité de visites, limitée dans le temps et dans l’espace, a permis de séparer le flux de touristes de la deuxième logique du système territorial : un processus de migration depuis l’Équateur continental dans le but d’habiter l’archipel et de le caractériser comme « territoire national ». Les deux dynamiques, apparemment inconciliables, sont ainsi restées spatialement bien séparées, permettant, tout au long du xxe siècle l’augmentation des flux touristiques et de colons sans que cela affecte l’imaginaire collectif des Galápagos en cours de construction.

18Ce modèle de développement reste essentiellement inchangé jusqu’en 1998, quand l’État approuve la « Ley Orgánica de Regimen Especial para Galápagos » (LOREG) qui, pour la première fois, règlemente le processus migratoire et les investissements étrangers. Bien que l’objectif déclaré soit de générer un nouveau modèle de développement plus durable, celui-ci ne répond pas à des préoccupations de nature environnementale mais encore une fois à des intérêts économiques et politiques. D’un côté, la loi essaye de règlementer le phénomène migratoire, introduisant de fortes restrictions qui, toutefois, dans la pratique, ont des résultats très limitées. En même temps, la loi pose de limites aux investissements privés. Toutefois, elle ne fixe pas de limites quant au montant des investissements, mais uniquement sur leur origine. Toutes les entreprises qui investissent dans les îles doivent avoir au moins 51 % de propriété Equatorienne. L’objectif n’est pas de limiter les investissements, qui d‘année en année, continuent de croitre, mais d’atténuer les tensions croissantes entre une population jusqu’alors exclue des avantages économiques garantis par l’activité touristique et les investisseurs étrangers (Celata et Sanna, 2012). Grâce à la redistribution des revenus, l’objectif est d’éliminer les contrastes sociaux croissants et permettre donc la perpétuation du système. Cependant, la majorité des investisseurs Equatoriens ne dispose pas d’un capital suffisant pour investir dans le tourisme de bateau qui jusqu’alors a caractérisé l’industrie touristique. Cela suscite donc un tournant fondamental dans le modèle de développement des îles : pour la première fois commencent à se développer de façon très rapide les structures terrestres de réception des touristes. La croissance est impressionnante. Si en 2001, les capacités d’hébergement dans les hôtels s’élevaient à 6 517 lits, en 2011 ce chiffre atteignait 88 439, dépassant ainsi le nombre de logements sur bateaux. Cette évolution du système touristique provoque une augmentation significative du nombre de touristes qui visitent chaque année les îles, qui est passé de 77 580 en 2001 à 185 028 en 2010 (GADMSC, 2012). On assiste en effet pour la première fois à la coexistence de touristes qui appartiennent à des segments de marché ayant très peu en commun, sinon le fait de partager le même espace (Giordano et al., 2016). Les trois phénomènes sont les suivants :

  • le tourisme nautique continue de se développer selon le schéma décrit précédemment,
  • le tourisme international terrestre se développe très vite. Il s’agit de touristes étrangers qui séjournent dans des hôtels possédant des standards occidentaux,
  • le tourisme équatorien terrestre apparaît.

19La croissance du nombre de touristes entraîne une augmentation de la taille de la ville de Puerto Ayora en raison de la nécessité de construire de nouveaux hôtels et des immeubles résidentiels. Malheureusement, cette nouvelle période de croissance de la zone urbaine se fait sans planification. Le résultat est la création d’un espace urbain chaotique, indifférencié, sans aucune destination d’utilisation prévue : des maisons à deux étages se dressent face à des immeubles de dix étages, des restaurants improvisés se juxtaposent à des hôtels de luxe. La présence d’une zone urbaine de ce type est loin de confirmer l’image des Galápagos véhiculée par le marketing territorial de l’industrie touristique et des organismes publics de promotion touristique. Mais surtout, le développement du tourisme terrestre provoque une série de dynamiques économique, démographique et territoriale qui changent radicalement la dynamique du développement de l’île. Le développement de la capacité hôtelière a provoqué une augmentation immédiate de la demande en personnel non qualifié, ce qui a généré un nouvel flux de migrants de l’Équateur continental. À ce jour, les chiffres officiels révèlent environ 25 000 habitants dans l’archipel, mais « il est très probable que le nombre d’habitants des Galápagos a dépassé 30 000 personnes et près d’un tiers de la population de chaque île reste invisible, bien qu’il travaille dans des secteurs clés de l’économie locale tels que la construction ou les transports » (FSG, 2012, p. 100). Ce processus de croissance démographique est particulièrement considérable dans l’île de Santa Cruz, le principal centre de l’industrie touristique (tableau 1). Au cours des cinq dernières années, 2 700 migrants sont arrivés sur l’île, 72 % de l’immigration totale de l’archipel (GADMSC, 2012).

Tableau 1 – Croissance de la population de Santa Cruz rapportée à celle de l’ensemble de l’archipel.

Tableau 1 – Croissance de la population de Santa Cruz rapportée à celle de l’ensemble de l’archipel.

Source : élaboration propre à partir de Grenier (2007) et CGREG (2012)

20Cette croissance rapide de la population, associée au fait que l’espace constructible est une ressource particulièrement rare à Puerto Ayora est maintenant à l’origine d’une série de problèmes considérables. La croissance de la population et des activités liées au tourisme a augmenté la demande des bâtiments produisant une augmentation du coût des terrains et des maisons (Epler, 2007), ce qui rend de plus en plus difficile de trouver un logement à un prix abordable pour la majeure partie de la population. Il s’agit d’un problème particulièrement important au sein de la société des Galápagos, composée essentiellement de migrants de première génération, pour la plupart analphabètes et venant des milieux sociaux extrêmement pauvres pour qui la possession d’une maison devient un symbole de la réussite sociale (Tuci, 2010).

21Dans le même temps, le développement du tourisme hôtelier a non seulement généré un important flux migratoire, mais a également créé les conditions pour la motorisation de la mobilité insulaire. Historiquement, dans l’île de Santa Cruz, la mobilité des biens et des personnes a uniquement été faite par bateau en raison de l’absence de routes à l’intérieur de l’île. La construction d’une route qui relie l’aéroport aux trois centres habités dans les années quatre-vingt-dix, a jeté les bases pour le développement d’une mobilité terrestre. Initialement, les seuls véhicules sur l’île étaient ceux des institutions publiques. Le développement de l’accueil terrestre, a cependant généré la nécessité de transporter des milliers de touristes de l’aéroport à Puerto Ayora produisant une augmentation du nombre de taxis (Oviedo et al., 2010).

22En 1990, il y avait 15 taxis dans l’ensemble de l’archipel, un pour 350 habitants, alors qu’en 2006 il avait déjà 400 taxis, un pour 50 habitants. Cela a entraîné une augmentation des impacts sur l’environnement, mais a surtout changé les habitudes de la population et la géographie de l’île. Si, le service de taxis est pensé pour les touristes, leur faible coût les rend accessibles à l’ensemble de la population. Selon une enquête menée en 2008, 64 % de la population de l’île utilise le taxi plusieurs fois par semaine (Grenier, 2008). En outre, la motorisation de la mobilité favorise l’accès aux paroisses rurales. Si les 6 km et 16,7 km qui séparent Puerto Ayora de Bellavista et Santa Rosa représentent des distances considérables à parcourir à pied ou à vélo, en particulier dans le contexte d’un relief accidenté comme celui de Santa Cruz, grâce à des véhicules motorisés les temps de voyage sont très faibles. Si initialement la population a dû rester concentrée à Puerto Ayora, la motorisation a supprimé cette contrainte et le fait que les terres de la zone rurale coûtent beaucoup moins cher que celles de la zone urbaine a créé les conditions dans lesquelles les paroisses rurales se transforment en un village dortoir de Puerto Ayora (CGREG, 2011b ; Guyot-Thephany et al., 2013). Dans le même temps, ces processus sont facilités par le fait que la zone agricole est constituée de vastes étendues de propriété appartenant aux premiers colons arrivés sur l’île. Cependant, comme le secteur du tourisme est beaucoup plus rentable que l’agriculture, au fil des décennies l’activité agricole a été progressivement abandonnée et aujourd’hui de nombreux sols ne sont pas cultivés. Dans ces conditions, la plupart des propriétaires jugent plus avantageux de vendre de petites parcelles de terre plutôt que les cultiver (Giordano et Tuci, 2016). Une étude réalisée en 2011 a montré que seulement 5 % des déplacements entre les paroisses se fait en utilisant la bicyclette, tandis que le reste se fait au moyen de véhicules motorisés, dont 50 % sont en taxi (CGREG, 2011a). En outre, les résultats d’une enquête menée en 2012 montrent que les deux tiers des habitants de Bellavista vont à Puerto Ayora quotidiennement pour travailler ou étudier (Guyot-Thephany et al., 2013).

5 Des nouvelles problématiques

23Depuis le début du nouveau millénaire, les profonds changements qui se sont produits dans le secteur touristique ont profondément modifié la dynamique de développement de l’île de Santa Cruz. Pour la première fois, ce n’est plus une obligation pour la population de s’installer dans le centre-ville de Puerto Ayora et on assiste ainsi à un déplacement de la population vers l’espace rural (CGREG 2012). La motorisation garantit la possibilité de s’installer dans les zones agricoles, où les prix des terrains sont beaucoup plus attrayants que dans la zone urbaine, sans perdre la possibilité de travailler dans le secteur du tourisme. À ce jour, dans toute la zone agricole, on assiste à la formation de lotissements à des fins résidentielles (CGREG, 2011b). Cependant ce processus se déroule sans aucune planification ni contrôle. Presque tous les bâtiments bâtis en zone rurale sont privés d’un service minimum (eau, électricité) (GADMSC, 2012) et leur dispersion territoriale entraîne une augmentation significative des coûts nécessaires pour assurer ce type d’infrastructure à l’ensemble de la population. Dans le même temps, leur présence génère une croissance significative des impacts anthropiques sur l’environnement. La construction des établissements qui sont situés dans une zone écologiquement stratégique pour l’équilibre hydrologique du système, augmente considérablement le risque de développement de sources de pollution, notamment microbiologiques sur une vaste zone (Liu et d’Ozouville 2012). Cela accroît aussi les problèmes liés à la gestion des déchets et à la fourniture en énergie. Le développement de micro-lotissements est également à l’origine d’une perte de potentiel agricole de l’île qui avait été identifié comme un élément possible de développement économique, capable d’équilibrer avec l’industrie de la pêche, un économie monotouristique (GADMSC, 2012) et d’accroître l’autosuffisance alimentaire. L’île, en fait, dépend actuellement en grande partie des importations du continent, ce qui provoque une série d’impacts, comme l’augmentation de la consommation énergétique et des problèmes liés à la logistique et à l’élimination des déchets. L’envoi de nourriture du continent est également la principale cause de l’introduction d’espèces non indigènes (UNESCO, 2007), végétales ou animales, une des principales menaces pour la conservation de l’écosystème de l’île. Dans des cas similaires, la création d’une structure de gouvernance efficace du territoire (Zurick, 1995 ; Jones et Lea, 2007) a permis de freiner ces phénomènes. Toutefois, actuellement, les autorités locales ne sont pas en mesure de gouverner et de planifier l’activité humaine. Les autorités en charge de la planification de l’ensemble du Archipel, la CGREG, et de l’île unique, GADMSC, n’ont pas les compétences et les moyens pour s’acquitter de cette tâche (Celata et Sanna, 2012).

Conclusion

24Depuis le début du nouveau millénaire un certain nombre de dynamiques générées par le développement de l’industrie hôtelière a conduit à une série de conséquences d’ordre économique, social et territorial qui a miné la capacité du modèle de développement adopté dans les Galápagos à concilier le développement du tourisme et la protection de l’écosystème de l’île. Basé sur une division rigide entre espace naturel et humain, ce système territorial est né selon un logique et à des fins autres que celles de la protection et conservation de l’environnement, si bien qu’il est défini comme « contre nature » (Grenier, 2007). Néanmoins, pendant longtemps, la faible population et la rusticité des modes de vie a limité l’impact du développement du tourisme sur l’écosystème insulaire. Cependant, avec le changement et la complexification croissante des dynamiques territoriales qui se sont produits au cours des dernières décennies, le système a montré ses limites.

25Dépourvues d’outils adéquats de planification et de gouvernance, les autorités locales ne sont plus en mesure de réguler efficacement les nouvelles dynamiques à l’œuvre (Celata et Sanna, 2012). Cette situation se traduit par une augmentation incontrôlée des impacts anthropiques que le système produit, qui se répercute sur l’écosystème et la qualité de vie des habitants comme le montre l’augmentation du niveau de contamination des ressources hydriques (Liu et d’Ozouville 2012). Dans le même temps, la croissance démographique générée par le phénomène de migration que l’État ne peut pas contrôler soulève un certain nombre de questions de nature sociale. Il est nécessaire de créer une infrastructure nécessaire pour assurer une qualité de vie acceptable pour la population et d’organiser le processus de planification territoriale dans un système où le sol est une ressource particulièrement rare. L’objectif doit être de trouver un nouvel équilibre entre le développement du tourisme, la croissance démographique et la protection de l’écosystème afin de garder l’objectif de la durabilité du système dans toutes ses dimensions, économique, sociale et environnementale. L’objectif devrait donc être de repenser l’équilibre entre la conservation des écosystèmes, le développement du tourisme et la qualité de vie de la population par l’adoption de nouvelles politiques et d’outils qui permettent une gouvernance efficace du territoire. Son absence est actuellement l’une des principales faiblesses du système comme en témoignent les rapports de l’UNESCO de 2007. Il est certainement positif que la municipalité de Santa Cruz ait été, en 2011, l’une des quatre premières municipalités de l’Équateur (sur 520) à approuver un plan du développement territorial (GADMSC, 2012). Malgré cette initiative, la gouvernance actuelle du territoire n’est toujours pas en mesure d’appliquer les objectifs de la planification. Les éléments de faiblesse sont le manque de mécanismes de mise en œuvre et de suivi des orientations contenues dans le Plan comme en témoigne l’absence d’un cadastre complet et de données fiables et le manque de coordination entre les diverse organismes gouvernementaux (Guzman et al. 2013). Ceci traduit un manque de compréhension du phénomène de la périurbanisation de la part de la population locale et de la plupart des institutions, qui amplifie alors la difficulté à le gérer et à le contenir (Giordano et Tuci, 2016). Sans politiques d’intervention appropriées, le danger est, tout d’abord, de causer des dommages irréparables sur l’écosystème de l’île. Cela réduit également les possibilités des résidents à acheter des terres, amenées à se raréfier de plus en plus, même en tenant compte du fait que 43,3 % de la population a moins de 24 ans (GADMSC, 2012). Cela suscite donc un risque de réveiller de vieilles tensions entre les habitants et les politiques autour du maintien des aires protégées (Grenier, 2007 ; Celata et Sanna, 2012). Dans une vision à long terme, le risque est de compromettre à la fois le patrimoine naturel de l’île et la qualité de vie des personnes, avec des conséquences qui sont aujourd’hui difficiles à prévoir.

Notes

1 La « parroquia » n’a pas d’équivalent dans le système administratif français. Elle est comparable à une municipalité avec des pouvoirs très réduits.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’archipel des Galápagos.
Crédits Source : élaboration propre, 2015.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 1 – Croissance de la population de Santa Cruz rapportée à celle de l’ensemble de l’archipel.
Crédits Source : élaboration propre à partir de Grenier (2007) et CGREG (2012)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3731/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Auteur

Doctorant en géographie, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université Paul-Valéry Montpellier 3 et université ESPAM, Carrera de Turismo

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search