Versione classicaVersione mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les enjeux du développement

Pour un développement communautaire de l’agriculture urbaine : ressources et limites des voisinages agricoles intra-urbains de Metro Manila (Philippines)

Julia Tichit

Testo integrale

Introduction

  • 1 Jusqu’à plus de 70 000 habitants/km2 dans les bidonvilles de Manila (National Statistiques (...)

1L’intensité du phénomène urbain à Metro Manila et les densités de population parmi les plus élevées au monde1 n’autorisent l’établissement de pratiques agricoles que sur les marges de la ville. Plusieurs petites exploitations familiales regroupées à la manière d’un paysage rural philippin, s’agencent au sein d’un espace urbain chaotique et saturé. L’agriculture urbaine révèle un mode d’organisation entre habitants et une structuration des espaces agricoles qui font largement écho à un mode de développement communautaire fonctionnant à l’échelle des voisinages.

2Les politiques de développement de l’agriculture urbaine aux Philippines révèlent toutes un défaut de participation habitante (Robineau, Tichit, Maillard, 2014). Or, les dimensions communautaires de l’agriculture urbaine révèlent que des habitants sont capables de maintenir des pratiques agricoles appropriées et adaptées à l’environnement urbain, malgré des relations très lâches aux institutions. Pour s’engager dans des pratiques agricoles et se maintenir en ville, les habitants déploient des réseaux informels particulièrement ancrés dans le voisinage et alimentés par des liens de solidarité ténus.

3Le développement communautaire est un modèle politique participatif, une forme de développement social urbain qui, dans le sillon d’une culture politique nord-américaine, envisage l’habitant du point de vue de son rattachement à une communauté (Donzelot, Mével, Wyvekens, 2003). Aux Philippines, cette forme de gouvernance repose sur l’échelle sociale la plus locale, impliquant les gouvernements locaux et la société civile, au sein de laquelle les communautés d’habitants sont représentées par des associations dites à base communautaire ou de voisinage. De fait, la communauté est une instance de mobilisation politique de l’habitant. Le développement local philippin est animé par des mouvements communautaires depuis les années soixante. Les associations d’habitants sont une des principales parties prenantes de l’action publique locale, en particulier lorsqu’il s’agit de la gestion communautaire des risques climatiques, mais aussi pour soutenir des revenus solidaires et lutter contre la pauvreté. Cependant, si la communauté fait partie du vocabulaire de l’action publique locale, elle se définit avant tout, par le sentiment d’appartenance que l’habitant déploie à son égard.

4L’analyse des ressources et des limites dont disposent les communautés d’agriculteurs urbains pour subsister en ville est une étape essentielle à la mise en œuvre de politique participative de l’agriculture urbaine. À partir d’une méthodologie qui a placé l’habitant au cœur d’une enquête qualitative, nous proposons une géographie sociale de ces communautés. L’analyse se focalise sur les pratiques habitantes, les modalités de mise en réseau avec les acteurs métropolitains et les représentations spatiales mobilisées par l’ensemble des parties prenantes (Di Méo, Buléon, 2005). Les acteurs métropolitains envisagés sont issus de la société civile (organisations non gouvernementales, syndicats, organisations professionnelles), des collectivités territoriales (ville, mairie de quartier ou barangay) et de diverses institutions de l’aménagement du territoire. Il s’agit d’opérer un jeu d’échelles entre le voisinage où s’établissent les pratiques agricoles et les interactions habitantes et, le quartier en tant qu’instance politique de la participation habitante. Par ailleurs, nous souhaitons mettre en garde contre tout déterminisme spatial et nous retenons que la communauté n’est qu’« éventuellement inscrite dans un territoire », et qu’elle est avant tout la configuration collective de liens sociaux (Gouesset, 2002). Pour éviter tout essentialisme, et bien que ce soit au travers des logiques de groupe que nous restituons les dynamiques communautaires, la tension permanente qui s’opère entre l’individuel et le collectif est soulignée et illustrée d’exemples de terrain.

5Dans un premier temps, il s’agit de repérer les interstices agricoles au sein de la métropole de Manila et de comprendre comment ils se sont développés compte tenu du peu d’opportunités foncières. Un second temps explore la teneur des liens communautaires entre agriculteurs urbains et les dynamiques d’entraide déployées au quotidien et pour la bonne réalisation des travaux agricoles. Enfin, il s’agit d’interroger la portée politique de la communauté étant donnée la vulnérabilité sociale et foncière des agriculteurs urbains.

1 Des systèmes de culture sur interstices urbains ou l’esquisse des communautés agricoles de Metro Manila

6Nous décrivons les différentes formes d’agriculture urbaine selon une démarche géo-historique qui récapitule les processus d’établissement au sein des dynamiques métropolitaines. Les pratiques agricoles dans Metro Manila ont requalifié des interstices urbains d’un point de vue morphologique (modification du paysage urbain) et fonctionnel (structuration de systèmes de culture et d’activité). Ces espaces agricoles interstitiels décrivent la géographie des communautés agricoles de Metro Manila.

1.1 Les espaces interstitiels de l’agriculture urbaine à Metro Manila

7L’agriculture urbaine est multi-localisée au sein de la métropole de Manila en fonction de conditions foncières rares et marginales (fig. 1). L’espace métropolitain est peu propice à l’implantation ou au maintien de pratiques agricoles compte tenu des densités de population et de l’artificialisation des sols.

8Le processus d’urbanisation a très largement saturé l’ensemble de l’espace urbain. Depuis les années deux mille, la ceinture agricole périurbaine s’est vu reléguée en dehors des limites administratives de la métropole, sur les espaces périphériques des villes de la première couronne — San Jose del Monte, Antipolo, Taytay, Bacoor City. L’interpénétration d’usages urbains et d’usages agricoles du sol dans les régions asiatiques sous influence urbaine constitue un modèle d’organisation spatiale spécifique de « desakota » — littéralement la ville et le village en indonésien (Mc Gee, 1991). Or, ce type de paysage hybride, encore présent dans les années quatre-vingt-dix dans toutes les communes périphériques de Metro Manila, s’est désormais reporté au-delà des limites administratives de la métropole, repoussé par l’avancée d’un front urbain plus dense (Murakami et al., 2005). Les rives du lac de la ville de Taguig, à l’est de la métropole, sont l’exemple le plus démonstratif d’un passé agricole périurbain très récent.

9L’agriculture urbaine s’inscrit sur de micro-espaces enregistrant de très faibles densités de population (maximum 300 habitants par kilomètre carré selon notre estimation) et présentant l’opportunité d’un sol cultivable. Tous les espaces de l’agriculture à Metro Manila décrivent des enclaves agricoles étroitement ceinturées par le front urbain, que nous avons choisi, de fait, de qualifier d’interstices agricoles, du point de vue à la fois des morphologies urbaines observées et des pratiques sociales qui y sont déployées. En effet, les pratiques agricoles recomposent des savoir-faire agricoles en milieu urbain et témoignent de l’appropriation sociale d’espaces urbains déclassés, frappés par des processus d’obsolescence urbaine ou fragmentés par le processus d’urbanisation sur les franges métropolitaines.

  • 2 Smokey Mountain a été le site de stockage des ordures de l’ensemble de la métropole entre (...)
  • 3 La fermeture de la décharge a signé l’expulsion violente de dizaines de milliers de famill (...)

10Deux contextes intra-urbains spécifiques offrent des conditions favorables à l’agriculture : les décharges urbaines enfrichées — dont Smokey Mountain est l’exemple le plus représentatif2 — et le rivage lacustre au sud-est de la métropole, à Taguig. Chacun des sites engage une cinquantaine de familles dans l’agriculture urbaine, répartie sur une vingtaine d’hectares. La mise en perspective de plusieurs sites permet de comparer une agriculture urbaine résurgente à une agriculture urbaine en déclin. La mise en valeur agricole de décharges en friche témoigne de l’émergence de systèmes de culture comme produit de la ville elle-même. Au sein du district le plus densément peuplé de la métropole, l’ancienne décharge de Smokey Mountain (Manila) offre un sol de compost favorable à l’établissement de cultures de plein champ. Après la fermeture de la décharge, le site s’est enfriché3, la végétation a poussé, des plantes maraîchères, des arbres fruitiers et toutes sortes de graines qui ont pu germer dans le substrat. Peu à peu, des familles ont réinvesti l’espace et structuré un système de cultures.

Figure 1 – Marges et interstices de l’agriculture urbaine dans l’espace métropolitain de Manila.

Figure 1 – Marges et interstices de l’agriculture urbaine dans l’espace métropolitain de Manila.

Source : Tichit, 2015.

11Tandis qu’à Taguig, les pratiques agricoles actuelles reflètent la fragmentation d’un espace agricole ancestral, mis en interstice par des infrastructures de maîtrise des inondations et par l’avancée du front urbain. D’un point de vue étymologique, Taguig provient de l’expression tagalog « taga giik », qui désigne la phase de battage du riz pendant laquelle les grains de paddy sont collectés. De nouvelles pratiques culturales ont trouvé l’opportunité de s’installer sur de micro-espaces vacants entre les récentes infrastructures et les pièces d’eau ou sur des pans de rizières abandonnés. La configuration périphérique des rives de Laguna Lake révèle, ainsi, le difficile maintien, mais aussi la recomposition de pratiques agricoles dans un contexte d’urbanisation d’un front urbain.

12Comme interstices urbains, les espaces d’inscription de l’agriculture urbaine représentent des opportunités foncières et sont largement menacés par l’affectation de nouvelles fonctions urbaines. Concernant Smokey Mountain, les projets de réhabilitation environnementale ou de reconversion font débat depuis les années quatre-vingt-dix. Le projet initial a été partiellement réalisé puis bloqué par la corruption rampante et les dissonances politiques : seule une portion mineure de la décharge a été évidée et un ensemble d’immeubles de logement très social a été construit sur cette emprise. À Taguig, les projets de développement urbain sont florissants. L’aménagement paysager du front d’eau est amorcé, associé à des espaces commerciaux, selon une revisite prospective de la valeur récréative des rives du lac. Les zones de polder se multiplient et évincent les espaces du maraîchage lacustr. À l’arrière de la digue, les promoteurs réussissent, chaque année, l’achat d’espaces rizicoles, auprès de propriétaires à la recherche d’une meilleure plus-value foncière (fig. 2).

Figure 2 – Les espaces agricoles fragmentés de l’interface environnementale ville-lac à Taguig.

Figure 2 – Les espaces agricoles fragmentés de l’interface environnementale ville-lac à Taguig.

Source : Tichit, 2015.

1.2 Des interstices agricoles structurés par des systèmes de culture spécifiques

13Une analyse morphologique du paysage indique la place prépondérante que l’agriculture urbaine occupe à l’échelle de l’interstice agricole : l’espace y est très largement structuré par des espaces agricoles contigus. À l’échelle domestique, les cultures s’articulent à un habitat latéral attenant situé en bordure de sentier. Sur chaque interstice, les agriculteurs urbains ont perfectionné un système de cultures spécifique, adapté au milieu urbain. De fait, le paysage est relativement homogène et organise une mosaïque régulière d’espaces agricoles et de petites habitations.

  • 4 Selon les exploitations, on trouve du taro (un tubercule), de l’épinard de malabar, du gom (...)
  • 5 En été, le processus de décomposition et les émanations de méthane élèvent la température (...)

14L’espace agricole de Smokey Mountain repose sur l’assemblage à vocation commerciale de citronnelle et de patate douce. En quelques saisons agricoles, la citronnelle a presque partout remplacé le maïs qui était trop souvent détruit par les rats. D’autres types de culture — plus ou moins diversifiées en fonction des compétences agricoles des familles et de leur accès aux semences — sont réservés en priorité à la consommation familiale4. La majorité des agriculteurs n’utilisent ni intrants, ni apport en eau par manque de trésorerie. L’agriculture est strictement saisonnière, seules les conditions climatiques5 de la saison des pluies permettent de cultive.

15 À Taguig, le morcellement des espaces agricoles s’est traduit par l’émergence de différents systèmes de culture adaptés à la modification des conditions environnementales de chaque micro-site, dont le niveau d’eau en période de mousson est un des principaux déterminants. La principale distinction à opérer entre ces systèmes de culture s’opère en fonction de l’orientation des différents groupes d’agriculteurs vers des cultures maraîchères ou vers des cultures que nous désignerons comme traditionnelles.

16Le système de culture dit traditionnel, à Taguig s’organise sur l’association du riz et du melon qui est adaptée à l’alternance saison des pluies/saison sèche. Aujourd’hui, on retrouve plusieurs variantes de ce système, déclinées au sein de la communauté d’agriculteurs urbains du barangay Santa Ana. Il s’agit des plus vastes parcelles de l’agriculture urbaine à Metro Manila (toutes supérieures à 1 hectare). Trois stratégies annuelles sont déployées par les agriculteurs de Santa Ana.

  • 6 La construction de la digue a entraîné une plus forte amplitude saisonnière du niveau d’ea (...)

17Parmi les agriculteurs qui ont pu maintenir l’association du riz et du melon, la riziculture est toujours établie à l’arrière de la digue6, sur les espaces où se maintient un niveau d’eau adéquat pendant la saison des pluies. Puis, pendant la saison sèche, la rizière laisse place à la culture du melon et certains agriculteurs cultivent aussi le melon sur des terres côté lac. Les agriculteurs qui disposent de champs uniquement côté lac, ne peuvent plus cultiver que le melon.

18Les variations autour du système de culture riz-melon reflètent la flexibilité des agriculteurs urbains de Santa Ana dans la gestion de leurs exploitations. Les capitaux et les ressources dont ils disposent permettent une certaine flexibilité et la mise en place de stratégie individuelle plus différenciée. Toutefois, à moins que les revenus ne permettent aux agriculteurs d’assurer la césure, la plupart doivent associer une stratégie complémentaire pendant la mousson : migrer pour cultiver des terres en province ou cumuler un contrat de travail saisonnier.

19Notons que la culture du riz s’est aussi maintenue très en retrait du lac, à plus d’un kilomètre du rivage, ce qui témoigne de l’ampleur des espaces rizicoles jusque dans les années quatre-vingt-dix. La petite communauté le long de la route C5, enclavée dans le tissu urbain, a établi un système de culture qui associe le riz et la coriandre.

  • 7 Les agriculteurs associent l’épinard, le persil, l’oignon, la margose (concombre amer), la (...)
  • 8 La variété de cultures est minimale. On trouve quelques espèces robustes : la patate douce (...)

20La principale communauté maraîchère s’étend sur les espaces lacustres du barangay Calzada. Le maraîchage n’est optimal que pendant la saison sèche, période à laquelle les pratiques culturales sont extrêmement diversifiées et innovantes en terme d’expérimentation7. Pendant la saison des pluies, quelques agriculteurs dont les terres sont surélevées peuvent maintenir leurs cultures. D’autres récoltent le liseron ou épinard d’eau. Et, certains transfèrent quelques cultures8 sur la digue.

21La communauté d’Earth Road, à l’abri de la digue, est moins vulnérable à la mousson. Les pratiques culturales mises en œuvre sont plus spécialisées : la rotation saisonnière des cultures s’opère autour de l’association corète potagère/patate douce (pendant la mousson) et de l’association moutarde/chou de Chine (pendant la saison sèche).

22Quelques formes de maraîchage sont observables au sein d’un couloir interstitiel laissé vacant entre la route et le canal. Les agriculteurs sont spatialement isolés et socialement moins connectés. Les pratiques agricoles sont conduites par une seule famille ou par le regroupement de deux à trois familles.

1.3 De la place de l’agriculture dans les systèmes d’activité

23L’agriculture est le pilier des systèmes d’activité des familles. La majorité des familles sont extrêmement reconnaissantes vis-à-vis de l’agriculture, et satisfaites par leur conditions de vie pourtant sommaires. L’agriculture a permis à de nombreuses familles d’échapper à l’extrême précarité, et en général, elle garantit l’accès à de meilleures conditions de vie. Cependant, bien qu’elle soit une activité essentielle, elle n’est généralement pas suffisante. La plupart des familles doivent mettre en œuvre des stratégies de complémentarité entre différentes sources de revenus. La saisonnalité de l’agriculture ou son très faible rendement impose de combiner plusieurs activités.

24Le petit commerce de proximité ou sari-sari permet à quelques familles de compléter leur revenu tout en fournissant un service à la communauté. À Taguig, certains agriculteurs des communautés lacustres sont aussi pêcheurs. Quelques rares familles continuent de mettre en valeur des terres de leurs provinces natales à proximité de la métropole, pendant la saison des pluie.

25 À Smokey Mountain, seulement un tiers des familles est investi dans des pratiques agricoles, pourtant l’espace demeure très largement structuré par l’agriculture (fig. 3). Certaines familles cultivent tout en maintenant sur de petits espaces, la collecte de matières recyclables, enfouies dans le substrat (ou scavenging). D’autres familles associent l’agriculture, la fabrique du charbon et le scavenging. Bien que les espaces dévoués au scavenging et à la fabrique de charbon restent minoritaires, la combinaison est une source potentielle de conflit au sein des voisinages.

  • 9 Les interactions habitantes de type « entre voisins », ne s’opèrent pas ou peu au-delà de (...)

26Les interstices agricoles se singularisent au sein de l’espace urbain environnant par des discontinuités morphologiques relativement marquées entre usages agricoles du sol et fonctions urbaines. De telles limites, bien que largement perméables, dessinent l’espace des voisinages agricoles9, au sein desquels il s’agit de déterminer les interactions entre habitants et d’esquisser une géographie des communautés d’agriculteurs.

2 Les systèmes de l’entraide communautaire : bayanihan, réseaux de voisins et parentés

27L’analyse des représentations et des interactions entre les agriculteurs urbains renseigne la dimension communautaire des voisinages agricoles. Nous plaidons le recours au concept de communauté parce qu’elle fait l’objet d’un processus de reconnaissance par les habitants eux-mêmes : le sens de la communauté est partagé au sein des voisinages d’agriculteurs urbains. Dans un premier temps, la structuration de réseaux habitants est mise à jour à travers l’enjeu de l’accès à un foncier interstitiel. Dans un second temps, il s’agit d’expliciter la teneur des liens communautaires à travers la mise en place de systèmes d’entraide entre voisins et, en particulier, d’un système vernaculaire, bayanihan qui signifie littéralement « être dans la communauté ».

Figure 3 – Smokey Mountain, un interstice agricole au cœur d’un district industriel et paupérisé.

Figure 3 – Smokey Mountain, un interstice agricole au cœur d’un district industriel et paupérisé.

Source : Tichit, 2015.

2.1 Les réseaux informels de l’accès à un foncier interstitiel ou l’entrée dans la communauté

28Reconstituer le peuplement de l’interstice agricole révèle l’organisation spatiale des voisinages. L’accès au foncier est l’étape initiale qui conditionne les liens entre familles et leur engagement dans des dynamiques communautaires. À Taguig, les agriculteurs urbains sont plus souvent des métayers et redistribuent une part de récolte aux petits propriétaires du foncier agricole. Les ambiguïtés cadastrales aux marges de la ville favorisent aussi l’existence d’agriculteurs urbains en situation de squa. À Smokey Mountain, le foncier est public. Les agriculteurs se retrouvent soit dans une situation de squat assumée, soit ils se disent propriétaires de parcelles qu’ils ont achetées sur un marché foncier informel.

29La reconnaissance de la communauté par les habitants et le processus d’adhésion s’opèrent dans le temps. Tout d’abord, les stratégies d’installation des familles varient en fonction de l’ancienneté des familles agricoles sur le site. Au sein de chaque voisinage agricole, les familles les plus anciennes sont minoritaires, mais elles sont très respectées et jouent un rôle de pivot dans la structuration des dynamiques communautaires. Une typologie des familles d’agriculteurs urbains est opérée en fonction de l’ancienneté de leur établissement et de l’histoire urbaine du site agricole (Taguig ou Smokey Mountain).

30Dans le cas de Smokey Mountain, les familles les plus anciennes sont parmi les vingt-sept familles qui ont été autorisées à rester sur le site pour prévenir les installations illégales après le démantèlement du bidonville en 1996 — ces familles sont dites « originelles ». Cependant, seules quelques-unes d’entre elles sont aujourd’hui identifiables. Plus souvent, les familles anciennement installées (entre 2004 et 2005), ont déployé des stratégies de type pionnier : une dizaine d’années après la fermeture de la décharge, ces familles ont découvert des conditions de culture clémentes et ont décidé de les exploiter.

31Dans le cas de Taguig, deux types de familles anciennes sont identifiables. Le plus souvent, la famille s’est installée il y a une dizaine d’années, avant la construction de la digue et des routes C5 et C6. Moins souvent, le chef de famille est natif du site agricole. Les agriculteurs les plus âgés et installés depuis longtemps sont des figures d’autorité. Ils sont connus et respectés, au sein des voisinages, sous le dénominatif de Padrios.

  • 10 À partir de 2006 à Smokey Mountain et il y a moins de 10 ans à Taguig.

32Les familles qui se sont installées plus récemment10 sont enrôlées dans un processus d’intégration à la communauté en fonction du temps et de la connexion aux réseaux de familles existants. Généralement, les nouvelles familles qui s’installent sont soutenues par une famille plus ancienne qui au minimum donne son accord. Par conséquent, la famille partage certaines des ressources dont elle dispose avec les nouveaux arrivants. Au minimum, il s’agit des savoir-faire agricoles déployés sur le site et de réseaux de contacts. incluant propriétaire (personne physique ou représentant de personne morale) et acheteurs de récolte. Il peut aussi s’agir de formes très intégrées de partage, qui peuvent s’étendre jusqu’au partage de l’espace agricole en lui-même entre deux familles. S’il y a des liens de parenté entre familles établies et nouveaux arrivants, la famille la plus ancienne a été à l’origine de la diffusion de l’information concernant l’opportunité foncière (que la terre soit à louer, à acheter ou à « squatter »). De cette manière des réseaux de familles se constituent et impliquent jusqu’à quatre foyers.

33Plus rarement, les nouveaux arrivants ont fait valoir la connaissance d’un propriétaire déclaré ou d’un représentant de l’institution propriétaire. Et, s’ils entretiennent des liens de parenté, l’accès au foncier sera offert gracieusement. Cependant, si la famille s’est installée au travers de logique indépendante, en faisant fonctionner ses propres réseaux d’accès, extérieurs au voisinage, son intégration à la communauté se réalise plus tardivement, à l’occasion de rencontres itératives avec les autres familles d’agriculteurs. Et, souvent, malgré des soutiens auprès des institutions gestionnaires du foncier, la famille peut formuler un certain sentiment d’isolement au sein du voisinage. Ce sentiment s’exacerbe à mesure que le lieu d’installation est excentré du cœur du voisinage, en dehors de ses frontières morphologiques que nous avons mises à jour précédemment. Par exemple, la digue opère une forme de limite entre les nouveaux arrivants installés côté route et la communauté de Calzada côté lac. Certaines familles ont réussi à reconstituer des micro-communautés qui engagent deux ou trois familles isolées, installées sur des lanières interstitielles du tissu urbain. La micro-communauté vient alors pallier la déstructuration des liens familiaux, et remplace la communauté familiale lointaine, restée en province. Les liens entre voisins se teintent d’une teneur familiale : dans le langage courant, le voisin devient un frère.

34En général, l’aide qu’a reçue la nouvelle famille pour s’installer entraîne l’obligation pour elle d’honorer une forme de reconnaissance de dette ; c’est-à-dire qu’elle est enrôlée au système de don-contre don sur lequel repose l’entraide à l’échelle du voisinage.

2.2 Du bayanihan et d’autres formes d’entraide communautaire

35La communauté agricole relève toujours d’une définition endogène, dans la mesure où elle émane de la reconnaissance de l’échelle communautaire par les habitants eux-mêmes et du sens qu’ils lui accordent. La « communauté » exige de ses membres reconnaissance et légitimation, sans quoi elle perdrait toute capacité d’action, donc d’existence (Gouesset, 2002). La communauté d’agriculteurs urbains s’incarne à travers les différents domaines de l’entraide liée aux travaux agricoles, à l’échange des savoir-faire et à la solidarité quotidienne. La signification de la communauté varie et offre différents degrés d’intégration de l’entraide collective selon les voisinages.

36La figure la plus traditionnelle de l’entraide communautaire est représentée par le bayanihan qui désigne, sous différentes formes, l’entraide entre voisins en milieu rural. Sa manifestation la plus ancienne s’exprime à travers le rassemblement d’une vingtaine de volontaires, ou liga, pour transporter la maison vers un nouveau site d’installation. Les motifs du transfert relèvent, par exemple, du déplacement saisonnier des lieux de travaux agricoles ou de la perte de l’accès à la terre.

37Concernant les communautés agricoles en milieu urbain, l’entraide de type bayanihan intervient pour les travaux agricoles de gros œuvre, pour soulever et transporter du gros matériel, et durant les périodes qui nécessitent plus de mains-d’œuvre, comme la préparation des champs et la récolte. Cependant, cette forme d’entraide communautaire n’est revendiquée qu’au sein de certains voisinages de Taguig.

38La communauté de Santa Ana, parce que l’échelle des exploitations agricoles est importante, met en œuvre de manière systématique une entraide de type bayanihan pour transporter les tracteurs et les gros outils. Côté lac, les agriculteurs quittent le site qui est submergé pendant la saison des pluies. Les habitats temporaires sont transportés, mis à l’abri pendant la mousson, puis réinstallés à la saison suivante, sur un modèle de bayanihan entre voisins. Par contre, les travaux ordinaires au champ sont gérés au sein des réseaux de parentés et par l’emploi d’ouvriers agricoles.

39Les agriculteurs urbains de Calzada ont établi un système de bayanihan plus spécifique et adapté aux besoins, qui incarne une communauté à l’organisation intégrée. La majorité des familles ont migré depuis l’île de Samar (dans la région des Visayas, au centre de l’archipel) et parle le waraï. Le partage du même dialecte renforce les liens communautaires (Landa, 2002). Le choix des cultures est discuté entre voisins afin d’organiser la complémentarité des récoltes et d’éviter la concurrence. Les travaux agricoles quotidiens sont, par ailleurs, laissés au sein de la famille et des parentés élargies. Cependant, la solidarité communautaire s’active systématiquement, en cas de besoin, pour des chantiers spécifiques ou en fonction des événements. Si un voisin est malade, une collecte communautaire est assurée pour permettre l’accès à une assistance médicale. Un bayanihan traditionnel s’est activé pour transférer la maison d’une famille, menacée par la construction d’une nouvelle zone de polder. Cette famille, qui ne parle pas le dialecte majoritaire, dispose du seul puits du voisinage et a toujours partagé l’accès à l’eau auprès des autres familles.

40Les autres communautés plus réduites, qui rassemblent de 2 à 5 familles (près d’Earth Road, de la C5 et les micro-communautés le long de la C6) disposent d’un fonctionnement très intégré et mettent en œuvre des liens forts de solidarité, qui empruntent aux illustrations précédentes.

41Les habitants de Smokey Mountain reconnaissent la nature communautaire du voisinage, « à la manière d’une vie rurale en province » comme certains l’évoquent. Toutefois, le bayanihan n’est pas cité dans les discours habitants. Les interactions entre voisins sont animées par un esprit de solidarité et de générosité : les surplus de graines et les cultures de la consommation familiale sont régulièrement partagés. Cependant, les travaux agricoles demeurent à une échelle strictement familiale. D’un point de vue paysager, le complexe domestique habitat-terres agricoles est moins ouvert qu’à Taguig : des arbustes et des barricades délimitent systématiquement chaque propriété. Ces pratiques paysagères font écho aux récits habitants qui qualifient l’espace de Smokey Mountain de « territorial ».

42Cette analyse laisse entrevoir l’importance des solidarités entre les familles d’agriculteurs urbains puisque la majorité des familles établies a été aidée par une autre famille déjà installée. Le jeu des liens inter-familiaux est le mode d’accès au foncier le plus répandu et les liens de parenté constituent une forme de solidarité des plus actives. Bien que les réseaux de familles au sein des voisinages soient plus ténus que les liens communautaires, les parentés familiales et l’échelle communautaire coexistent toujours selon un principe de subsidiarité. L’entraide dans les travaux aux champs sollicite en premier lieu les parentés existantes, mais la communauté est réactive pour fournir une aide occasionnelle.

3 Dimension politique des communautés d’agriculteurs urbains : vers un développement communautaire agricole ?

43Les communautés d’entraide sont efficaces et dynamiques dans le soutien du quotidien des familles. Toutefois, l’organisation communautaire se révèle limitée en ce qui concerne les dimensions politiques et les perspectives de développement de l’agriculture urbaine. Il s’agit d’envisager la question de la gouvernance de l’agriculture urbaine du point de vue de l’enjeu de la participation de la communauté d’habitants, de sa reconnaissance et de ses prises de pouvoir. De manière transversale, il s’agit d’aborder les obstacles à un réel développement communautaire des espaces agricoles de Metro Manila ou comment les processus de marginalisation et d’exclusion étouffent l’action et les revendications collectives des agriculteurs urbains.

3.1 Émergence et déclin d’autorités communautaires

44Parce que « toute communauté implique [...] un système d’autorité qui précise qui a la parole, qui peut “représenter” la communauté et ses aspirations » (Gouesset, 2002 : 18), nous proposons d’identifier maintenant les porte-paroles des communautés d’agriculteurs urbains et leur rôle d’intermédiaire au politique.

  • 11 Le transfert s’est opéré de la région Calabarzon vers la National Capital Region ou Metro (...)

45Malgré l’orientation corporatiste des communautés agricoles de Metro Manila, la représentation au sein d’organisations agricoles traditionnelles, de type syndicat, n’est pas ou plus effective. Présentes et actives jusque dans les années quatre-vingt-dix à Taguig, de telles structures ont souffert de la désuétude d’un corporatisme centré sur l’agriculture dans un contexte où l’agriculture est devenue de plus en plus périurbaine. Au sein du mouvement national de la Federation of Free Farmers, les agriculteurs de Taguig ont été représentés par un nombre relativement faible de membres, ce qui a conduit à un mauvais portage de leurs intérêts. Le sentiment de relégation a entraîné les leaders dans un mouvement de dissidence, dès le milieu des années soixante-dix, à travers la création de la Federation of Free Farmers of Santa Ana. C’est au même moment que la ville de Taguig a été détachée de la province agricole de Rizal pour être intégrée à la métropole de Manila. Le changement d’interlocuteurs politiques11 et de leurs référentiels d’action centrés sur les enjeux d’un développement métropolitain a rapidement essoufflé les tentatives de lobbying de la part des communautés d’agriculteurs urbains. Toutefois, bien que l’activisme syndical ait aujourd’hui presque entièrement disparu, les communautés d’agriculteurs urbains issus de ces anciens corporatismes sont les seules qui bénéficient des aides matérielles de la part du service agriculture de la mairie de Taguig.

46 À Smokey Mountain, si plusieurs habitants sont affiliés à des organisations professionnelles pour la collecte de déchets, aucune association ne regroupe les agriculteurs urbains. Et, les agriculteurs n’éprouvent pas la nécessité de constituer une organisation formalisée ad hoc : l’organisation communautaire informelle leur apparaît suffisante et suffisamment flexible pour répondre à leurs attentes.

47De fait, il existe des freins à l’émergence de revendications communes avec d’autres corps professionnels. Les usages multiples de l’espace s’avèrent difficilement conciliables entre pêcheurs et agriculteurs ou entre le charbonnage, l’agriculture et le scavenging, entraînant des formes de compétition spatiale, selon les systèmes d’activité des familles, et qui représente autant de sources potentielles de conflits. Par exemple, les pêcheurs de Taguig, n’étant pas par ailleurs agriculteurs, revendiquent des accès au lac par des chemins qui traversent les espaces agricole. À Smokey Mountain, les activités de charbonnage ont été interdites depuis mai 2014 par la mairie de quartier compte tenu des nuisances engendrées et suite aux plaintes déposées par les habitants dont les systèmes d’activité ne dépendaient pas du charbon. Le leader de la communauté (pratiquant agriculture et scavenging) n’est pas intervenu pour défendre les charbonniers, étant lui-même très largement affecté par les nuisances de la production à proximité de sa maison.

48Les leaders communautaires enregistrent tous une relative ancienneté d’installation au sein des voisinages agricoles. Les interactions avec les acteurs métropolitains (mairie de quartier, associations de quartier, organisation non-gouvernementale) s’opèrent sur un mode d’engagement à la fois politique et religieux. Ils appuient leur autorité sur le cercle des habitants qui reconnaît leur représentativité. Le leadership est plus formalisé à Smokey Mountain. Allan est le porte-parole de la communauté. Il est un membre actif d’un réseau d’organisations humanitaires à caractère religieux. Son engagement lui a permis de tisser des liens auprès de l’équipe d’élus de quartier. Son action pour la communauté agricole consiste à plaider la légitimité de l’établissement des agriculteurs et des scavengers à Smokey Mountain, auprès des institutions. Son discours fonde véritablement le droit des habitants à des moyens d’existence. En effet, il nous dit : « Nous ne sommes pas ici pour squatter, nous sommes ici pour trouver un moyen d’existence, pour être agriculteurs, pour être scavengers ». Son plaidoyer a amorcé un processus de légitimation des familles installées sans autorisation, après la fermeture de la décharge. C’est ainsi par l’intermédiaire des systèmes d’activité que se constitue la légitimité à habiter Smokey Mountain.

49Depuis le déclin du syndicalisme agricole, les communautés de Taguig n’ont plus de porte-parole désigné. Ce sont les habitants les plus anciennement installés et généralement âgés qui font figure d’autorité. Ils disposent d’une bonne connaissance de la position des interlocuteurs institutionnels et des jeux de pouvoir. Cependant, le travail d’intermédiation aux institutions souffre de l’usure des agriculteurs urbains à faire valoir leurs intérêts face aux enjeux financiers de la promotion immobilière du territoire urbain de Taguig.

3.2 Le récit des acteurs publics : l’impossible reconnaissance et légitimation de l’agriculture urbaine

  • 12 En particulier le ministère de l’Agriculture reste très distant et aucune O.N.G. occidenta (...)
  • 13 Mairie de Manila, National Housing Authority, ministère de l’Agriculture et mairie de quar (...)

50Les présomptions de pollution de l’agriculture, plus évidentes à Smokey Mountain compte tenu de l’histoire du site, brident tout soutien aux agriculteurs12. De manière générale, le défi technique d’une éventuelle réhabilitation domine les positionnements des acteurs métropolitains13 et évacue toutes représentations des habitants. Il existe une forme de relégation des faibles densités de population dans les stratégies politiques du barangay. Le nombre d’habitants enregistrés détermine une grande partie du budget des barangays d’après le code des Local Governement Units. Les élus du barangay 128, préfèrent aller chercher des électeurs nombreux, localisés à l’extérieur des limites du barangay — comme les populations des bidonvilles le long des rivières — plutôt que de développer des liens avec une population d’agriculteurs urbains relativement peu nombreuse sur Smokey Mountain.

  • 14 Mairie, mairies de quartier, service déconcentré du ministère de l’Agriculture et Laguna L (...)

51Sur les marges de Taguig, le long du lac, l’imaginaire d’un espace vide résonne chez tous les acteurs urbains14. Les projets de développement et d’aménagement animent les représentations des acteurs métropolitains. Les enjeux financiers sont très forts, entre l’implantation d’un aéroport, d’une voie express périphérique et la valeur commerciale d’un front d’eau récréatif en milieu urbain. La population d’agriculteurs urbains est portée disparue dans les discours de plusieurs élus de quartier qui nient la survivance de pratiques agricoles au sein de leur barangay.

3.2.1 Les représentations politiques des agriculteurs urbains : déni, fatalisme et clientélisme

  • 15 Pantawid Pamilyang Pilipino Program est une politique d’action sociale, à la fois individu (...)

52Les politiques urbaines qui atteignent les agriculteurs urbains de Metro Manila sont limitées. Les interventions publiques sont discrétionnaires, tandis que les organisations non-gouvernementales concentrent leur moyen dans les poches de pauvreté plus densément peuplées. L’aide et le suivi individuel du « 4P’s15 » ne représente qu’un fin saupoudrage auprès de quelques bénéficiaires. Les programmes composés autour de la problématique des moyens d’existence ne sont pas adaptés aux besoins quotidiens des familles d’agriculteurs, puisqu’ils supposeraient leur reconversion vers des formes d’artisanat ou des formes d’agriculture hors-sol. Or, les familles maîtrisent parfaitement les techniques agricoles et elles jonglent déjà avec des systèmes complexes de poly-activité. Les aides ponctuelles déployées par les barangays et les mairies maintiennent des relations entre habitants et services urbains de type client-guichet : distribution de colis alimentaires à noël, lors de typhon et aux dates anniversaire des personnes âgées. Les habitants déploient de fait des stratégies opportunistes de connexion au politique. Certains maintiennent des liens à un ancien barangay qui a prouvé sa générosité envers la famille. Mais, pour l’essentiel, les habitants demeurent déconnectés du politique. La marginalité des populations d’agriculteurs urbains, restreint leur capacité à accéder aux services sociaux existants. En particulier, les institutions médicales et paramédicales, pourtant si importantes compte tenu des conditions sanitaires, sont très peu fréquentées par les familles.

53Les habitants s’expriment tous par la négative quant à leur représentation du politique, soit qu’ils manifestent du dépit ou de l’indifférence vis-à-vis des institutions. Aucun n’envisage un éventuel soutien institutionnel concernant le maintien des espaces agricoles. Les habitants insistent sur l’importance de la responsabilité individuelle et de la valeur du travail accompli. Le fatalisme de l’habitant construit les conditions d’acceptation d’un habiter temporaire. Les représentations de l’espace de vie dans le temps sont négatives et expriment un sentiment de menace face auquel les habitants admettent être dépourvus. Cette absence de vision positive de l’avenir entretient le manque d’initiative politique. La passivité des habitants vis-à-vis du prospectif se solde chez certains par des positions attentistes dans l’espoir d’une offre de relogement ou par des stratégies de détournement individuel vers d’autres lieux de vie.

4 Synthèses et perspectives

54Il était primordial de décrire les espaces agricoles de Metro Manila comme préalable à l’analyse des interactions sociales entre les agriculteurs urbains et, plus loin, avec les acteurs métropolitains. Quelle que soit la configuration de l’agriculture urbaine, c’est-à-dire qu’elle soit de forme résurgente ou inscrite dans des trajectoires de déclin, l’organisation des voisinages d’agriculteurs offre le trait commun d’un fonctionnement communautaire. Cependant, les voisinages agricoles de Taguig, du fait de l’ancienneté des pratiques agricoles, révèlent des solidarités communautaires plus intégrées (plus de champs d’interaction entre habitants) ou plus systématisées (bayanihan).

55Cependant, la dimension politique des communautés d’agriculteurs urbains reste précaire. À Taguig, les leviers politiques traditionnels du secteur agricole se sont érodés face à des intérêts politiques éblouis par le développement métropolitain d’un territoire rendu plus accessibl. À Smokey Mountain, la condition des agriculteurs urbains pèse peu au sein des multiples enjeux sociaux qui touchent les quartiers défavorisés avoisinants. Par ailleurs, l’intervention sociale se noie dans un contexte politique où la corruption rampante et les luttes de pouvoir intestines court-circuitent de nombreux projets politiques (Auvray et al., 2003).

56L’organisation communautaire vient pallier la marginalité politique, sociale et spatiale des modes de vie des agriculteurs urbains. La communauté est activée par les familles afin de suppléer le manque de services publics et d’assistance. Les représentations entre habitants et acteurs politiques dévoilent, selon un jeu de miroirs, une indifférence mutuelle. Les agriculteurs urbains représentent une population d’outsiders, d’oubliés de l’action publique, et, isolés, ils se constituent en communautés à travers des solidarités informelles.

57Pourtant, l’espace des communautés agricoles de Metro Manila est un enjeu de développement, qui dans ses dimensions sociales interrogent le maintien des familles et de leurs systèmes d’activité dans le temps. La réponse à ce problème ne peut être que d’ordre politique, soit que les fonciers agricoles urbains bénéficient de forme de patrimonialisation, soit que les agriculteurs deviennent des citadins plus engagés pour défendre leur place en ville.

58Les temporalités très courtes qui animent les trajectoires des espaces comme celles des habitants et, la densité des événements qui les animent, constitue le contexte complexe de l’agriculture urbaine à Metro Manila. Les dynamiques temporaires des modes d’habiter des familles, méritent, à plusieurs titres, de plus amples investigations. L’analyse du processus de constitution et de reconstitution de communautés défavorisées permet une meilleure compréhension des besoins et des intérêts de ces populations. D’un point de vue politique, il s’agirait de garantir une meilleure participation habitante et d’en revaloriser les enjeux auprès des habitants. Du point de vue de l’action sociale, d’une approche praticienne du développement, il s’agirait de trouver les moyens de considérer tout à la fois les espaces de vie des populations vulnérables, mais aussi les temporalités qui les animent, afin d’assurer un suivi des habitants vulnérables dans leur trajectoire.

Note

1 Jusqu’à plus de 70 000 habitants/km2 dans les bidonvilles de Manila (National Statistiques Office, 2000).

2 Smokey Mountain a été le site de stockage des ordures de l’ensemble de la métropole entre la fin des années cinquante et le milieu des années quatre-vingt-dix. L’ensemble forme encore aujourd’hui une butte de plus de vingt hectares et atteint vingt mètres de haut.

3 La fermeture de la décharge a signé l’expulsion violente de dizaines de milliers de familles qui vivaient du tri et de la collecte des matières recyclables.

4 Selon les exploitations, on trouve du taro (un tubercule), de l’épinard de malabar, du gombo (un genre de haricot), du manioc, des bananiers, des manguiers, des papayers, des corossoliers (fruit) et de la canne à sucre.

5 En été, le processus de décomposition et les émanations de méthane élèvent la température du sol au-delà de conditions favorables à l’agriculture.

6 La construction de la digue a entraîné une plus forte amplitude saisonnière du niveau d’eau côté lac, ce qui ne permet plus la riziculture. Pendant la saison des pluies, seuls quelques rares espaces agricoles sont émergés.

7 Les agriculteurs associent l’épinard, le persil, l’oignon, la margose (concombre amer), la patate douce, le manioc, la papaye, le gombo, le piment rouge, la citronnelle, la corète potagère et le moringa.

8 La variété de cultures est minimale. On trouve quelques espèces robustes : la patate douce, le manioc, la papaye et la banane.

9 Les interactions habitantes de type « entre voisins », ne s’opèrent pas ou peu au-delà de ces frontières.

10 À partir de 2006 à Smokey Mountain et il y a moins de 10 ans à Taguig.

11 Le transfert s’est opéré de la région Calabarzon vers la National Capital Region ou Metro Manila. Les politiques prioritaires de la Metropolitan Manila Development Authority s’articulent autour de stratégie de développement métropolitain. Les services déconcentrés du ministère de l’Agriculture à Metro Manila sont orientés sur les enjeux scientifiques d’une agriculture urbaine hors-sol.

12 En particulier le ministère de l’Agriculture reste très distant et aucune O.N.G. occidentale ne souhaite s’impliquer dans la pérennisation d’une telle agriculture.

13 Mairie de Manila, National Housing Authority, ministère de l’Agriculture et mairie de quartier du barangay 128.

14 Mairie, mairies de quartier, service déconcentré du ministère de l’Agriculture et Laguna Lake Development Authority.

15 Pantawid Pamilyang Pilipino Program est une politique d’action sociale, à la fois individuelle et territorialisée, qui offre des bourses de scolarisation et de suivi médical à des enfants mineurs de 14 ans. Les familles bénéficiaires sont les plus démunies au sein d’une sélection de barangays parmi les plus précarisés. Les parents et, en particulier, les mères s’engagent à suivre des ateliers de parentalité. Le programme cible environ 3 000 familles par ville prioritaire, incluant Manila et Taguig.

Indice delle illustrazioni

Titolo Figure 1 – Marges et interstices de l’agriculture urbaine dans l’espace métropolitain de Manila.
Credits Source : Tichit, 2015.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3721/img-1.jpg
File image/jpeg, 49k
Titolo Figure 2 – Les espaces agricoles fragmentés de l’interface environnementale ville-lac à Taguig.
Credits Source : Tichit, 2015.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3721/img-2.jpg
File image/jpeg, 110k
Titolo Figure 3 – Smokey Mountain, un interstice agricole au cœur d’un district industriel et paupérisé.
Credits Source : Tichit, 2015.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3721/img-3.jpg
File image/jpeg, 101k

Autore

Doctorante en géographie, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université Paul-Valéry Montpellier 3

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search