Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Les enjeux du développement

Les inégalités urbaines dans l’Agglomération de Perpignan : l’enjeu sociétal, environnemental et économique

Issam Kharrat

Texte intégral

Introduction

  • 1 Séverine Duchemin, Vers une écologie spirituelle de la ville, Pour une critique du dévelop (...)
  • 2 Taoufik Souami, Éco-quartiers et urbanisme durable, Problèmes politiques et sociaux, no 98 (...)

1La notion de développement durable est apparue en 1987. D’après Séverine Duchemin1 (2008), elle a posé le défi de changement paradigmatique des concepts économiques. L’objectif est la mise en évidence politique de l’environnement à sauvegarder pour les générations futures. L’étude de la production intellectuelle dans cette finalité atteste l’intérêt qu’accordent les villes à la qualité du cadre de vie. L’objectif de globalité dans le lieu et de durabilité dans le temps nécessite la pluridisciplinarité d’intervention et la démocratie participative dans la prise de décision. D’après Taoufik Souami2 (2011), cette notion a attiré l’attention des maires et des élus municipaux quelques années après son apparition. Cela a impacté la politique d’urbanisation dans l’Agglomération de Perpignan (avec l’utilisation d’un nouveau discours valise par les acteurs et avec le changement de la territorialisation des actions par la société) au point que cette notion devient passe-partout et omniprésente jusqu’à même acquérir un statut d’évidence.

2Cet article a pour objectif de définir les enjeux socio-économiques et environnementaux de l’urbanisation dans ce territoire. Cela se révèle à travers les caractéristiques de la dynamique démographique et urbaine, de la fragmentation ethnoculturelle de la composition sociétale (1) et de la spécificité de la politique économique (2). Ces caractéristiques soulignent le décalage du discours avec les résultats effectifs et impactent l’inscription de la population dans la logique d’équité socio-urbaine du développement durable.

3Tableau 1 – Population par âges en 2007 et 2040. Source : INSEE, 2010

Année p.o Languedoc-Roussillon France
Moins de 20 ans en % 2007 22,6 23,6 25,0
2040 20,1 21,0 22,6
20 à 64 ans en % 2007 55,6 57,3 58,6
2040 48,3 50,0 51,8
65 ans ou plus en % 2007 21,8 19,1 16,3
2040 31,6 29,0 25,6
Total (en milliers) 2007 437 2 561 63 601
2040 558 3 291 73 196

1 Les enjeux de la composition sociétale hétérogène

  • 3 Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier, « Développement Durable : discours conse (...)

4Le Languedoc-Roussillon est considéré comme la région la plus dynamique en croissance démographique en France pouvant atteindre les 3,3 millions d’habitants en 2030 contre 2,67 millions en 2011 d’après l’INSEE. Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier (2011)3 trouvent que ce territoire présente un observatoire privilégié des enjeux posés par le développement durable.

1.1 Les enjeux des inégalités urbaines dues aux flux migratoires

5Les Pyrénées-Orientales (P.-O.) est le département le plus peuplé de la région après l’Hérault (1,1 millions d’habitants en 2014 d’après l’INSEE). Il subit une pression démographique et foncière suite à un solde migratoire positif qui a engendré un déséquilibre dans l’accès social au logement.

1.1.1 La pression démographique

6Dans les P.-O., la dynamique démographique connaît une hausse ininterrompue depuis des décennies : 363 795 habitants en 1990, 426 000 en 2005 et 457 793 en 2015 (tableau 1).

7La Plaine du Roussillon (P.R.), compte 350 000 habitants en 2013 : plus de 75 % de la population départementale. La progression démographique est de 1,4 % contre 0,6 % au niveau national. Ce territoire concentre 81 % des gains démographiques du département d’après le SCoT de la P.R. (2013).

8L’Agglomération de Perpignan regroupe 36 communes (16 % des communes des P.-O.). Elle compte 263 901 habitants en 2015.

9Perpignan, ville-centre, compte 122 608 habitants en 2015 gagnant en un an 2 243 habitants. Elle subit une augmentation d’une moyenne de 1 000 nouveaux habitants/an (Mairie).

10La population des P.-O. peut atteindre 558 000 habitants en 2040. La tranche de 65 ans ou plus passe de 21,8 % en 2007 à 31,6 % en 2040 (+9,8 %). Les flux de migrations, entre jeunes sortants et vieux entrants, font apparaître des équilibres renforçant le vieillissement démographique local. L’enjeu, ici, est de maîtriser la migration entrante et d’assurer l’équilibre de la structure sociétale. D’après le SCoT de la P.R. (2013), le territoire doit diversifier l’attractivité et assurer le maintien des jeunes.

1.1.2 La pression foncière et immobilière

11La dynamique démographique met en évidence d’autres déséquilibres (fig. 1). D’une part, elle est à l’origine de la concentration de la population dans la ville-centre Perpignan. Celle-ci regroupe plus de un quart de la population départementale (26 %) et plus de la moitié avec son agglomération (63 %) avec une densité de +900 habitants/km2. D’autre part, le solde positif entraîne un étalement urbain et une augmentation de la demande en espace de vie ainsi que de la moyenne de sa surface par personne. On est passé de 260 m2/habitant en 1970 à 420 m2/habitant en 1990 jusqu’à 600 m2/habitant en 2015 (d’après notre entretien avec la responsable de la section DD au CG66, Boyer M., 2011).

Figure 1 – Évolution de la tache urbaine dans les P.-O. (1978-2007). Source : Conseil Général des P.-O.

Figure 1 – Évolution de la tache urbaine dans les P.-O. (1978-2007). Source : Conseil Général des P.-O.
  • 4 Direction de la communication, direction de lenvironnement et propreté urbaine et Totem, (...)

12L’étalement urbain (augmentation de la tache urbaine de 3,7 %/an) s’explique notamment par le caractère attractif du territoire lié à son climat méditerranéen et à son riche « capital nature » d’après Georges Frêche (2008)4 faisant l’objet d’outil de promotion par les collectivités locales. Cet étalement crée une pression foncière. L’évolution de la demande d’habitations est à l’origine d’une augmentation du nombre de logements (plus de 20 000 entre 2005 et 2011 dans la P.R.) et d’une hausse des prix d’accès à la propriété et des prix des loyers : entre 2000 et 2008, le prix de loyer a progressé de 54,8 % pour atteindre 10 €/m2 (SCoT de la P.R., 2013). En résultat, l’appauvrissement de la population s’amplifie : en effet, la ville de Perpignan est, d’après l’INSEE, la 5e commune la plus pauvre de France avec un taux de pauvreté de 32 % en 2014.

13Les politiques publiques doivent assurer le rééquilibrage démographique (diversification spatiale de l’offre de logements, d’emploi et de services) et l’innovation urbaine (création d’aménagements moins consommateurs d’espace) tout en veillant sur la sauvegarde du capital nature. L’objectif est de tenir compte des besoins de la population en matière de logement en assurant une offre diversifiée et adéquate pour maîtriser le marché foncier et immobilier. L’action publique doit créer une stratégie socio-économique pouvant réduire l’écart entre la population migrante et celle sur place.

1.1.3 L’inégalité d’accès au logement

14Le taux de logements augmente dans la P.R. (+215 000 en 2011/196 000 en 2005). Il caractérise une pression résidentielle avec une disparité socio-spatiale. Le taux des logements sociaux, pour sa part, augmente en application de la loi S.R.U. (2000). Mais, il demeure insuffisant. Il est concentré dans la ville-centre, là où l’urbanisation est plus importante en logements collectifs : d’après le SCoT de la P.R., 60 % du parc de logements sociaux est concentré à Perpignan puisque la création de ce genre de logement caractérise les zones urbaines. Contrairement à cela, dans le périurbain, les pavillons de maisons individuelles se généralisent créant, ainsi, des ségrégations sociales par l’habitat.

  • 5 Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier, « Développement Durable : discours conse (...)

15Certaines communes peuvent continuer à choisir à payer des pénalités financières à la construction de logements sociaux et à garder une population spécifique : c’est le cas des communes littorales (Canet-en-Roussillon, Le Barcarès et Argelès-sur-Mer) qui préfèrent garder une population reflétant l’attrait touristiques. L’application des pénalités pour le déficit en logements sociaux dans la P.R. se caractérise par des prélèvements atteignant près de 2,5 millions d’euros entre 2001 et 2007 (Office 66 P.-O., 2011). Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier (2011) estiment que « les politiques publiques peuvent freiner les tendances à la spécialisation sociale dans les peuplements [...] l’investissement dépend de la volonté des équipes municipales et recoupe souvent les appartenances politiques et/ou la sensibilité aux questions sociales5 ».

  • 6 « Constituent un habitat indigne les locaux ou installations utilisés aux fins d’habitatio (...)

16De surcroît, la P.R. compte un nombre important de logements indignes6, 13 000 dont 42 % à Perpignan (SCoT de la P.R., 2013). Le territoire est concerné, aussi, par les phénomènes de cabanisation (surtout la population gitane) et de l’occupation à l’année dans les campings (étudiants, retraités, chômeurs, travailleurs saisonniers, etc.). Cela participe à marginaliser les populations concernées et peut les exposer à divers risques.

17Dans un objectif de solidarité socio-spatiale, la politique de durabilité urbaine doit, d’une part, lutter contre les répercussions sociales (ségrégation socio-spatiale par le logement) et contre les répercussions environnementales (consommation excessive des terres). D’autre part, elle doit assurer la veille sur le capital nature, la maîtrise du parc de logement et la recomposition de l’offre, et le rééquilibrage de l’offre en logement sociaux.

1.2 La composante ethnoculturelle et les incidences des inégalités urbaines

18La population des P.-O. vit des difficultés suite à la fragmentation ethnoculturelle de l’espace urbain. Elles se concrétisent au niveau sociétal (les émeutes de 2005), ainsi qu’au niveau urbain (la dégradation du centre-ville de Perpignan).

1.2.1 L’enjeu de la diversité ethnoculturelle

19Françoise Navez-Bouchanine (2002) trouve que la fragmentation sociale est l’image d’un

  • 7 Françoise Navez-Bouchanine (dir.), La Fragmentation en question : des villes entre fragmen (...)

processus de désagrégation ou désaffiliation collective qui conduirait au regroupement [...] d’individus formant des collectivités de type variable mais porteuses d’une identité commune reconnue [...] sociale, culturelle, ethnique, religieuse, etc., dans ces espaces appropriés de manière exclusive, espaces où s’exprimerait dès lors l’absence de référence à la société urbaine comme globalité7.

20Suite à la dynamique démographique, la question de diversité est soulignée dans l’Agglomération de Perpignan à travers une composition sociétale caractéristique de cette fragmentation avec :

  • une communauté gitane dont les membres, d’après Alain Tarrius
    (1997)8, sont considérés depuis des siècles comme des étrangers à l’intérieur vivant en abstraction de la société globale,
  • une communauté maghrébine qui n’échappe pas non plus à ce statut de l’Étranger, d’après le même auteur,
  • et une communauté tierce composée de catalans, d’étrangers, de retraités venus pour profiter du capital climatique, d’inactifs venus pour profiter d’un niveau de vie moyennement bas, de jeunes couples ayant trouvé un travail dans la ville, d’étudiants, etc. (CG 66, 2014).
  • 9 David Giband, « Les villes de la diversité, territoire du vivre ensemble », Economica, 201 (...)

21La diversité, est fonction d’un changement du découpage urbain avec l’intégration d’une mixité sociale et formo-fonctionnelle dans les quartiers. Le but est l’aide à accepter l’autre et à adapter au minimum son mode de vie pour correspondre à un mode de vie intermédiaire. Ce n’est qu’un effort politique de transaction sociale de lutte contre la discrimination urbaine et la ségrégation raciale. David Giband (2011) affirme qu’« en ville, la diversité est à comprendre comme un ressenti collectif localisé, manifestation d’appartenance à un lieu géographique selon des critères ethniques, culturels, religieux, sexués9 », un lieu où la population se partage l’effort de l’urbaniser.

22 À Perpignan, la politique socio-urbaine souligne la quête du politique à garder son pouvoir d’élu. « On ne cherche pas à modifier le mode de vie des gens. Ils sont bien comme ils sont, et ils ne demandent pas plus. Donc, vaut mieux les laisser vivre comme ils veulent [...] et la vie continue, puisqu’ils votent pour le maire, qui s’occupe bien d’eux » (responsable à la mairie de Perpignan qui a suggéré l’anonymat). Le politique a mis en œuvre un principe de réciprocité clientéliste qui se base sur le don d’aides et l’utilisation de modes de tolérance contre le vote du groupe. D’après Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach (2014), Perpignan est considéré être la ville la plus mal gérée en France en 2013.

  • 10 Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach, Perpignan, une ville avant le fron (...)

[C’est] un terrain singulier [...] soulignant la division ethnique de cet espace urbain. La pratique clientéliste [...] a été inaugurée en 1959 par Paul Alduy. Elle a été renouvelée par son successeur après 1993, son fils Jean Paul Alduy qui a moins récupéré les clientèles de son père que des outils clientélistes, utilisés partout sur ce territoire10.

23En outre, Perpignan est un cas d’école de la fragmentation socio-politique puisque, d’après les mêmes auteurs,

la liste [...] menée par Louis Alliot, vice-président du FN, [...] y est parvenu en tête au soir du premier tour des élections municipales de 2014 [...] C’est l’unique cas pour une commune de plus de cent mille habitants [...] Le choix du FN a représenté un moyen de faire exploser ce système vermoulu pour les exclus des bénéfices du double clientélisme (population maghrébine et PS d’une part, Gitans et UMP d’autre part) pour permettre une redistribution des dividendes.

24L’assurance du vivre ensemble et l’effacement des revendications des minorités culturelles et ethniques se fait à travers la participation dans l’appropriation du lieu, là ou toute communauté peut répondre à ses besoins et à son mode de vie sans perturber l’équilibre général. Le droit de fabriquer la ville, de l’utiliser et de participer dans son renouvellement, restent des droits communs à tous.

1.2.2 Les incidences des inégalités au niveau sociétal : l’émeute de 2005

25Le 22 mai 2005, dans le quartier Saint-Jacques au centre de Perpignan, sur la place du marché et en public, un jeune français d’origine maghrébine a été tué par un groupe de Gitans. Le lendemain, la communauté maghrébine, par vengeance, organise une contre-attaque sur le quartier et casse des vitres. Le 25 mai la première voiture a été brulée suite aux manifestations. Le 28 mai une marche calme, suite à l’intervention des forces de l’ordre, a été organisée pour rendre hommage à la mémoire de l’homme tué. Le 29 mai, certains accusent les Gitans de la mort d’un homme d’origine marocaine tué par balles devant sa maison. Cet assassinat ravive les ressentiments contre la communauté gitane et engendre des incidents dans la soirée qui débordent le quartier (https://fr.wikinews.org, Violences entre communautés maghrébine et gitane à Perpignan, 31-05-2005).

  • 11 Roxane Got, Le « chaudron de la sorcière : une lecture institutionnelle des évènements à (...)

26Roxane Got (2010)11 trouve que cette émeute est une révolte contre le système politique local. Elle est, en partie, le résultat de la concentration d’une inégalité socio-urbaine dans le centre-ville, et notamment dans les quartiers considérés comme dangereux, avec une population stigmatisée d’inférieure : arabes et Gitans, pourtant Français, habitants des quartiers Saint-Jacques et Saint-Mathieu, avec un taux élevé de pauvreté, chômage, désemploi, déscolarisation. À ce sujet, Jean-Louis Olive (2010) estime que

  • 12 Jean-Louis Olive, « Processus de territorialisation et construction de conflit : retour cr (...)

les inégalités entre villes, et entre zones urbaines d’une même ville, sont une forme de la production institutionnelle du racisme. C’est même admis, les politiques de la ville ne parviennent plus à endiguer la création de poches de pauvreté extrêmes12.

27Les pratiques politiques clientélistes communautaristes d’une part, et la commercialisation foncière dans la finalité d’import d’une population à l’aise financièrement d’autre part, sont des origines de cette ségrégation urbaine.

  • 13 Alessi Del’Umbria, La rage et la révolte, Marseille, Agone, 2010, 192 p.
  • 14 Georges Bartoli, « L’œil et le cyclone, Les émeutes des quartiers Saint-Mathieu et Saint-J (...)

28Alessi Del’Umbria (2010)13 considèrent les émeutes de 2005 comme une critique sociétale de l’urbanisme et Georges Bartoli (2010)14 trouve que la ville n’a pas réagi positivement à ces émeutes puisque les poches de pauvreté s’accentuent dans ces quartiers.

1.2.3 Les incidences des inégalités au niveau urbain : la dégradation du centre-ville

Le lundi 13 janvier (2014) [...] un immeuble s’est effondré quartier Saint-Jacques à Perpignan. Il n’y avait personne à l’intérieur, il n’y a pas de blessé [...] En 2009, un homme avait même péri dans les décombres quartier Saint-Mathieu [...] Et en 2006, un homme était mort des suites de ses blessures après l’effondrement d’un bâtiment quartier Saint-Jacques.
(France Bleu Roussillon, 14-01-2014)

  • 15 Didier Fassin, « Nommer, interpréter. Le sens commun de la question raciale », dans D. Fas (...)

29Ces deux quartiers du centre-ville sont considérés par Didier Fassin (2009)15 comme une « rançon d’un patrimoine ancien. 71 % des logements ont été réalisés avant 1880, et longtemps négligés. Les charges de maintenance sont importantes ». La politique urbaine estime que la création de nouveaux quartiers qui offrent un cadre de vie meilleur dans le périurbain est plus rentable que la rénovation et la mise en valeur du centre-ville. Cela reste au détriment de la population vivant la précarité.

30La politique de réhabilitation qui n’a pas été concluante, d’après la Mairie, a poussé les gitans (principaux occupants des lieux) à voter pour le FN en 2014 pour deux raisons : par sentiment d’abandon et par manque d’intérêt du clientélisme et par crainte que le programme de réhabilitation les incite à quitter leur territoire.

31La ségrégation socio-urbaine continue à se manifester à travers les prix des loyers qui n’arrêtent pas d’augmenter et à travers cette dite commercialisation foncière qui donne la possibilité de profiter du capital climat de la ville. Cela nous mène à conclure que la ville de Perpignan persiste à appliquer les mêmes politiques qui ont, entre autres, débouché sur les émeutes de 2005.

32Les enjeux de la politique urbaine dans le centre-ville sont de l’ordre de préservation du bâti ancien de qualité avec l’éradication des logements indignes et l’accompagnement à l’amélioration de l’habitat après repérage de celui insalubre et indécent.

2 Le mal-développement urbain et économique dans l’Agglomération de Perpignan

33D’après Vincent Béal (2011), le discours politique présente Perpignan en tant que ville entrepreneuriale. Elle se caractérise par des politiques diversifiées de l’offre dans l’objectif d’attirer une population à l’aise financièrement. C’est une ville qui cherche à proposer une diversité socio-formo-fonctionnelle donnant sens, ainsi, à son étalement urbain.

2.1 Le décalage développement durable/actions urbaines et l’inégalité de l’offre du cadre de vie

34Le centre d’une ville en développement durable doit être — d’après les normes de ce mot d’ordre — mis en valeur pour garantir l’esprit de compacité. Par contre, à Perpignan le centre subit une condensation de classes sociales en précarité et d’habitations insalubres : la politique urbaine vise à installer la population la plus aisée dans le périurbain présentant un cadre de vie meilleur.

  • 16 Vincent Béal, Mario Gauthier, Gilles Pinson (dir.), Le développement durable changera-t-il (...)

35Suite à cette dévalorisation du centre-ville, un des objectifs de l’urbanisme opérationnel durable n’est pas atteint, puisque, et d’après Vincent Béal (2011), « la lutte contre l’étalement urbain et la volonté de redensifier les villes ont pour effets de tendre le marché de l’immobilier dans les centres villes et contribuent ainsi à l’éviction des catégories sociales les plus défavorisés des centres16 » : on peut révéler, ici, le décalage entre la fabrique de la ville et l’équité socio-urbaine.

36L’enjeu, ici, est de valoriser le centre-ville de Perpignan dans le but de renforcer son attractivité pour limiter l’étalement périurbain et pour créer une mixité sociale équilibrée valorisant ainsi la densification et la compacité de la ville.

37De surcroît, dans les projets de création de quartiers résidentiels dans l’Agglomération de Perpignan, la labellisation des aménagements facilitant leurs commercialisations et l’utilisation de techniques visant la sauvegarde de la nature sont pris au sérieux. Le volet social vient après. Dans ces quartiers, par obligation de mixité sociale régie par les PLUs et par le SCoT, entre 20 et 25 % du nombre de logements doit être réservé aux classes sociales en difficulté d’accès à la propriété. Ces logements sociaux sont, dans la plupart des cas, défavorisés par le choix d’implantation à l’avantage des parcelles de valeur facilement commercialisables et beaucoup plus chères : problèmes d’orientations, de vues, de bruit, et notamment d’isolement par rapport aux autres unités urbaines du quartier.

38Prenons l’exemple d’un lotissement résidentiel en développement durable dans l’Agglomération « Les Portes de la Mer » à Cabestany. L’inégalité socio-urbaine peut être révélée, par la densité plus élevée dans les lots réservés aux logements à caractère social comparée à celle des lots de logements mis à la vente, par la proximité d’un espace vert et par la proximité d’un axe de transport bruyant (tableau 2 et fig. 2).

Figure 2 – Plan de composition générale avec hypothèse du bâti du quartier « Les portes de la mer » à Cabestany, P.-O., Permis d’aménager, Carbonell Immobilier, Atelier d’architecture Jacques Outier.

Figure 2 – Plan de composition générale avec hypothèse du bâti du quartier « Les portes de la mer » à Cabestany, P.-O., Permis d’aménager, Carbonell Immobilier, Atelier d’architecture Jacques Outier.

Source : Kharrat, 2014.

39Dans cet exemple, et pour les trois lots réservés aux logements sociaux, l’implantation de la classe à bas revenus est caractérisée par un niveau de pollution sonore élevé (79 % à plus de 50Db) et par une mauvaise qualité de l’air. D’après Yves Bonard et Marianne Thomann (2009),

  • 17 Yves Bonard et Marianne Thomann, « Requalification urbaine et justice environnementale : q (...)

ils possèdent généralement des espaces publics déqualifiés, peu valorisants et souvent dégradés (16,8 % seulement à proximité d’un espace vert) [...] ils se conjuguent, en outre, avec des figures de discontinuités physiques et de coupures symboliques qui concourent à leur enfermement et à leur stigmatisation (40,4 % des logements sur 19,6 % de la surface privative). Ces espaces se font réceptacles pour des populations défavorisées contraintes- faute de mieux-d’investir ces lieux délaissés par d’autres17.

Tableau 2 – Différence de consommation de l’espace selon la classe sociale.

Zone à bas revenus logements sociaux - 101 logts sur 9 823 m2
- 40,4 % de logements sur 19,6 % de la surface privative = > 103 logts/ha
17 logts sur 101 : 16,8 % 80 logts sur 101 : 79 %
Zone à revenus moyens
S < 400 m2
- 130 logts sur 27 715 m2
- 51,6 % de logements sur
55,1 % de la surface privative = > 47 logts/ha
33 logts sur 130 : 25,4 % 35 logts sur 130 : 27 %
Zone à revenus élevées
S > 400 m2
- 20 logts sur 12 746 m2
- 8 % de logements sur
25,3 % de la surface privative = > 16 logts/ha
11 logts sur 20 : 55 % 2 logts sur 20 : 10 %
Indicateurs environnementaux Nombre de logement à l’hectare Proximité d’un espace vert Bruit > 50 Db

Source : Kharrat, 2014

Tableau 3 – Pauvreté monétaire dans les P.-O. (2008- 2011).

Pauvreté monétaire en % 2008 2010 en 2011 France en 2011
Intensité de la pauvreté 20,5 21,3 21,6 19,5
Niveau de vie médian des personnes sous le seuil de pauvreté (en euros) 9 078 9 099 9 197 9 447

Source : INSEE

40Pendant la phase de conception du projet, les deux macro-lots de logements collectifs sociaux ont perdu de la surface au profil des parcelles commercialisables (exigences financières du promoteur). L’espace réservé à ces deux parcelles est calculé sur la base de la surface au sol des deux bâtiments et des espaces réservés au stationnement et à la circulation. Le reste se cantonne à un minimum d’espace vert, notamment dans la partie de retrait par rapport à la limite du terrain, d’où la division non équitable de la densité et la non équité dans la qualité du cadre de vie.

41L’offre de la qualité de vie dépend alors des revenus des habitants. Cela est contraire aux normes du développement durable qui préconise une équité de l’offre urbaine. Cela prouve l’usurpation de la durabilité dans le lotissement qui devient uniquement un outil de marketing territorial.

42Le développement urbain dans l’Agglomération de Perpignan valorise l’inégalité sociale à travers un étalement non maîtrisé et une stigmatisation des logements réservés aux classes sociales en difficultés. Cela atteste le décalage entre le discours politique de valorisation des normes du développement durable et les actions urbaines.

43L’action publique dans l’Agglomération doit créer et diffuser une charte d’aménagement durable dans les documents d’urbanisme à respecter par les acteurs opérationnels. L’objectif est de permettre à toutes les catégories sociales de se loger dans un cadre de vie de qualité.

2.2 Les enjeux du modèle économique caractéristique et le marketing urbain

  • 18 Nicolas Marty, L’histoire économique contemporaine des départements méridionaux (Aude et P (...)
  • 19 Henri Solans, Essai sur l’économie des Pyrénées-Orientales, Édition le publicateur, 1993, (...)
  • 20 ÉCONOMIE, Mise à profit de la Loi Duflot pour sauver le B.T.P. des Pyrénées-Orientales, Pe (...)

44Dans les Pyrénées-Orientales, pendant les années soixante, la politique économique a subi des mutations qui ont impacté les activités du secteur. Suite à l’aménagement de la côte et de la montagne, le tourisme s’est développé. Il a valorisé la commercialisation foncière et immobilière. À côté du tourisme, Nicolas Marty (2004)18 trouve que l’économie locale se focalise sur la situation frontalière et sur la fonction de redistribution de l’activité maraîchère et fruitière. En résultat, le secteur de l’industrie se dégrade et une culture de la rente se généralise. Celle-ci se définit par l’exploitation des ressources naturelles et se base sur un investissement rapide qui explique la petite taille et le caractère souvent familial de la majorité des entreprises, d’où la précarité et le caractère saisonnier de l’emploi. L’économiste Henri Solans déclare en 1993 que l’axe fort de l’activité économique départementale est la recherche de la rente et des revenus provenant d’activités non créatrices de valeur19 À ce sujet, Jean-Pierre Navarro, président de la Chambre de commerce et d’industrie, explique que « l’écosystème économique de 2013, possiblement identique (à celui de 1993), inviterait à débloquer une partie du capital dormant en incitant les particuliers possédants20 ».

Tableau 4 – Population et type d’activités en 2010.

Population par type d’activité au 1er janvier 2010 Pyrénées-Orientales Languedoc-Roussillon France
Actifs (effectif) 183 038 1 133 449 30 107 516
Hommes en emploi (en %) 29,1 30,2 33,2
Femmes en emploi (en %) 27,1 27,4 30,1
Hommes chômeurs (en %) 5,3 5,1 4,2
Femmes chômeuses (en %) 5,6 5,5 4,5
Inactifs (effectif) 89 928 527 553 11 685 220
Retraités ou préretraités (en %) 11,6 10,2 8,8
Élèves, étudiants, stagiaires non rémunérés (en %) 8,7 10,4 10,3
Autres inactifs (en %) 12,6 11,2 8,9
Total (effectif) 272 967 1 661 002 41 792 736

Source : INSEE

45L’intensité de pauvreté dans les P.-O. ne cesse pas d’augmenter de 20,5 % en 2008 à 21,6 % en 2011 et reste supérieure à la moyenne nationale. Le niveau médian des personnes sous le seuil de pauvreté augmente de 9 078 € en 2008 à 9 197 € en 2011 et reste, aussi, au-dessous de la moyenne nationale.

2.2.1 Les caractéristiques de l’économie de la rente

46L’économie dans les P.-O. est caractérisée, premièrement, par ses facteurs de production faible suite à la faiblesse du nombre de producteurs (56,2 % d’actifs contre 43,8 % de chômeurs et d’inactifs en 2010), et, deuxièmement, par la volonté sociétale de recherche de la rente. La finalité est d’éviter la charge de l’activité salariale (travail solitaire, familial ou salarié de petite dimension), de minimiser la commercialisation et de valoriser les gains d’un capital nature. Cette culture économique engendre trois résultantes : la précarité de l’emploi, la saisonnalité de l’activité et la rémunération faible d’où la pauvreté et la création des écarts sociaux et de l’inégalité sociale par l’emploi (tableau 4).

Tableau 5 – Ensemble des activités à Perpignan et dans les Pyrénées Orientales en 2010.

Établissements Perpignan p.o
Nombre d’établissements actifs au 31 décembre 2010 13 552 49 755
Part de l’agriculture, en % 2,0 13,8
Part de l’industrie, en % 4,4 4,9
Part de la construction, en % 8,9 11,4
Part du commerce, transports et services divers, en % 69,5 56,5
dont commerce et réparation automobile, en % 23,0 17,6
Part de l’administration publique, enseignement, santé et action sociale en % 15,1 13,5
Part des établissements de 1 à 9 salariés, en % 28,6 23,3
Part des établissements de 10 salariés ou plus, en % 7,4 4,7

Source : Insee, CLAP (connaissance locale de l’appareil productif)

47D’après Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach (2014), entre 2003 et 2014, le taux de chômage est passé de 12,4 % à 15,1 %.

  • 21 Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach, Perpignan, une ville avant le fron (...)

Avec 32 % des habitants vivant sous le seuil de pauvreté, Perpignan est la cinquième grande ville la plus pauvre de France [...] Relativement à l’inégalité de répartition de richesse, Perpignan est la quatrième ville21.

48La culture rentière se traduit par la création de petites entreprises. Les unités de production et leurs capitaux sont les plus petits en France. En 2010, 23,3 % d’établissements sont composées de 1 à 9 salariés contre 4,7 % de plus de 10 salariés. Le reste, 72 % ne disposant d’aucun salarié. L’activité est souvent en relation étroite avec la rente climatique (agriculture, tourisme, production d’énergie, etc.) ou/et géographique frontalière (commerce et transport, transit, etc.). Elle se base, soit, sur la sous-traitance (profiter de bénéfices sans avoir à gérer une charge de travail), ou sur une précarité ou saisonnalité de l’emploi. Cela impacte l’économie de production notamment l’industrie, met en évidence la prédominance de l’agriculture et du tertiaire et affecte la composition sociale avec une politique salariale faible. Celle-ci pousse la population à accepter les salaires bas suite à la politique d’inégalité sociale. En effet, les P.-O. attirent une population active pendant les périodes de besoin de main d’œuvre et la garde par la suite sans tenir compte des problèmes de logement d’une population composée de futurs chômeurs (tableau 5).

49Henri Solans (1993) estime que

  • 22 Henri Solans, Essai sur l’économie des Pyrénées-Orientales, Édition le publicateur, 1993, (...)

Soleil et frontière ont longtemps constitué des rentes de situation [...] la décision publique, s’articule [...] autour des propositions suivantes : premièrement l’avenir doit être pensé en termes de tourisme, de négoce international, transport et d’agriculture, et deuxièmement, l’industrialisation du département n’est pas une priorité22,

sans tenir compte des impacts d’une telle décision sur la société et sur les équilibres socio-urbains.

50Pour sortir de son état de développement en panne, l’économie dans les P.-O. doit être basée sur une stratégie de « revisite des atouts à l’aune du développement durable » (Agenda 21, archipel durable, Agglomération de Perpignan, 2013) : développement d’une agriculture de qualité (encourager la filière bio), d’un tourisme durable (l’œnotourisme, valorisation du patrimoine bâti et naturel à côté du tourisme balnéaire), de l’éco fret sur la plateforme logistique Saint-Charles, d’un éco-parc dédié aux énergies renouvelables, de la promotion de la coopération transfrontalière, etc. Cette stratégie valorise le découplage des fonctions et l’organisation de la mixité fonctionnelle avec un développement de l’économie de la connaissance, des industries agroalimentaires, de la filière logistique, de la diversité commerciale etc. Le but est de limiter la pauvreté et la précarité, les écarts dans les ressources, le chômage ainsi que les inégalités par l’emploi.

2.2.2 « Le désirable, moteur de territorialité23 » comme solution de redressement économique

  • 23 David Mangin, La ville franchisée, formes et structures de la ville contemporaine, La Vill (...)

51Le marketing urbain constitue une composante incontournable des politiques de territorialisation dans les villes françaises. Perpignan apparaît comme un prototype de la ville marketing, d’une part, avec un lieu générateur : la nouvelle gare (El Centre Del Môn) avec ses boutiques et ses 10 000 m2 de bureaux, et d’autre part, avec un architecte médiatique, Jean Nouvel, à la tête du Théâtre de l’Archipel. Le maire Jean-Paul Alduy a décidé le lancement et la réalisation de ces deux projets dans le but de créer un redressement de la situation économique difficile.

  • 24 Antoine Loubière, « Dossier la ville marketing », Revue Urbanisme, sept.-oct. 2005, no 344 (...)

52Cela s’est fait, d’après Antoine Loubière (2005)24, en misant systématiquement sur le renouveau urbain. La finalité est l’attraction d’une nouvelle population capable financièrement de profiter de l’offre urbaine au détriment de celle en difficulté.

  • 25 Jean-Louis Subileau, « Table ronde marketing urbain et demande sociale », Dossier la ville (...)

53L’arrivée du T.G.V. à Perpignan et la création du projet de revalorisation de la gare atteste, d’après Jean-Louis Subileau (2005)25, que la ville n’était pas condamnée au désespoir économique et que le dynamisme de l’économie locale pouvait se baser sur le tertiaire supérieur. L’idée de départ était la mise en valeur d’une modernité en rupture avec le modèle patrimonial du centre-ville, avec la mise en scènes des grandes infrastructures. Un projet à visée d’une dynamique économique qui fait de Perpignan le moteur de développement. Ce projet est un exemple de marketing urbain qui vise l’attraction des entrepreneurs et des investisseurs. De l’autre côté, la ville exerce un autre marketing qui vise l’attraction d’habitants par l’amélioration du cadre de vie et par le marketing touristique et culturel. Cette image recherchée, favorise la ségrégation urbaine. Elle cherche à séduire et à attirer une nouvelle population de consommateurs ayant les moyens de profiter de l’offre du cadre de vie. Cela peut être à l’origine d’une perte identitaire de la ville avec la création d’aménagement et d’unités urbaines idéalisées et standardisées qu’on trouve dans diverses villes négligeant la culture architecturale et urbaine spécifique.

54En outre, d’après Martial Mehr (2014),

  • 26 Martial Mehr, « Perpignan : ”Le Centre Del Mon est en train de mourir avec le centre-ville (...)

le directeur du Centre Del Mon revient sur les fermetures en série à l’intérieur de la galerie commerciale. Un coup de gueule qui fait écho au malaise en centre-ville [...] Robinson Osorio, le directeur général va de désillusions en désillusions depuis qu’il est arrivé (mi 2013) aux commandes de ce paquebot intermodal censé devenir la tête de pont de l’économie perpignanaise. Au moins, les T.G.V. vers Barcelone circulent [...] Mais à part ça, rien ne va plus à l’intérieur [...] Les 10 000 m2 de bureaux sont désespérément vides [...] En l’espèce, parler de coquille vide n’a jamais été aussi proche de la réalité [...] Toutes les belles annonces qui ont été faites (par les politiques) par le passé sont restées lettre morte [...] Il s’agissait pourtant d’un enjeu important pour le centre d’affaires car les 10 000 m2 de bureaux devaient accueillir la préfecture et créer de l’activité [...] Rien de tout cela ne va arriver26

55 À Perpignan, le marketing urbain comme outil de redressement de l’économie, même si cela reste au détriment de l’équité sociale, n’a pas abouti à ses finalités. Cela est dû, en partie, à la taille démesurée des projets avec la capacité d’accueil de la ville.

56Le territoire a comme enjeu de construire une stratégie économique inscrite dans le développement durable qui traite à la fois l’agriculture, le tourisme, la logistique, les énergies, la construction, la santé, etc.

Le marketing doit s’adosser à la stratégie économique globale et permettre de révéler les atouts du territoire. Il s’agit non seulement de renforcer l’attractivité économique du territoire mais aussi de valoriser ses produits exportés à travers le monde ou encore de développer un tourisme durable et solidaire.
(SCoT/PADD de la P.R., 2013)

Conclusion

57En conclusion, l’Agglomération de Perpignan, qui vit un développement économique en panne et une dynamique démographique effrénée suite à la migration de la pauvreté, est, d’après Colette Vallat (2002), comme plusieurs

  • 27 Colette Vallat, « Cités méditerranéennes, paradigmes urbains », La méditerranée, Édition M (...)

villes méditerranéennes, anciennes et créées de toutes pièces, [...] paradigmatique du rôle des pouvoirs politiques, des dédoublements urbains contemporains, des tensions sociétales et de l’inscription urbaine dans des milieux naturels difficiles27.

58Assurément, l’Agglomération de Perpignan présente des caractéristiques et des enjeux classiques communs à diverses villes méditerranéennes françaises, avec sa position géographique sur une mer très dynamique au niveau international et ses spécificités climatiques. La pression démographique suite à son attraction et la littoralisation et la mondialisation des activités économiques conditionnent la politique environnementale, sociale et économique dans l’objectif de lutter contre toutes les ségrégations urbaines, surtout dans une atmosphère de culture rentière, d’actions urbaines tardives et de marketing urbain vain.

59Malgré les efforts fournis à travers les documents de planification, la politique urbaine n’arrive pas à sortir le territoire de sa crise à triple faces : économique, sociale et urbaine. Cela nous emmène à interroger les raisons de cette crise malgré les orientations de correction de la situation (manque d’investissement et de volonté politique, manque de dialogue entre public et privé, politique de marketing urbain vaine, clientélisme politique affirmé, etc.).

  • 28 Fernanda Moscarelli, Schéma de cohérence territoriale et développement durable en France, (...)

60En effet, d’après Fernanda Moscarelli (2013)28, de grandes similitudes entre les projets territoriaux en développement durable sont identifiées. Ces similitudes sont le résultat des normes et des lois appliquées sur la base d’un modèle de planification. Les normes de la durabilité s’appliquent partout : partout une gouvernance politique doit mettre en valeur une équité sociétale, une sauvegarde de l’environnement et une viabilité économique.

Notes

1 Séverine Duchemin, Vers une écologie spirituelle de la ville, Pour une critique du développement durable urbain, approches philosophiques et psychanalytiques, thèse dirigée par Thierry Paquot, I.U.P. Paris XII, 2008, 306 p.

2 Taoufik Souami, Éco-quartiers et urbanisme durable, Problèmes politiques et sociaux, no 981, La documentation française, 2011, 111 p.

3 Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier, « Développement Durable : discours consensuel et pratiques discordantes. Montpellier et Nîmes », Espaces et sociétés, 011/4 no 147, 2011, p. 41-55.

4 Direction de la communication, direction de lenvironnement et propreté urbaine et Totem, Perpignan, La ville jardin, édition Ville de Perpignan, 2008.

5 Catherine Bernié-Boissard et Dominique Chevalier, « Développement Durable : discours consensuel et pratiques discordantes. Montpellier et Nîmes », Espaces et sociétés, 011/4 no 147, 2011, p. 41-55.

6 « Constituent un habitat indigne les locaux ou installations utilisés aux fins d’habitation et impropres par nature à cet usage, ainsi que les logements dont l’état, ou celui du bâtiment dans lequel ils sont situés, expose les occupants à des risques manifestes pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé. » L’article 84 de la loi de mobilisation et de lutte contre l’exclusion du 25/03/2009.

7 Françoise Navez-Bouchanine (dir.), La Fragmentation en question : des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale ?, collection « Villes et entreprises », Paris, L’Harmattan, 2002, 207 p.

8 Alain Tarrius, Fin de siècle incertaine à Perpignan, Drogue, pauvreté, communautés d’étrangers, jeunes sans emplois, et renouveau des civilités dans une ville moyennes française, éditorial Trabucaire Perpynia, 1997, 205 p.

9 David Giband, « Les villes de la diversité, territoire du vivre ensemble », Economica, 2011, 150 p.

10 Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach, Perpignan, une ville avant le front national, Édition Fondation Jean Jaurès, Paris, 2014, 129 p.

11 Roxane Got, Le « chaudron de la sorcière : une lecture institutionnelle des évènements à Perpignan », État d’émeutes, état d’exception, retour à la question centrale des périphéries, Collection « Études », Presses universitaires de Perpignan, 2010, 687 p.

12 Jean-Louis Olive, « Processus de territorialisation et construction de conflit : retour critique sur les émeutes de 2005 et nouvelles perspectives réflexives », État d’émeutes, état d’exception, retour à la question centrale des périphéries, Collection « Études », Presses universitaires de Perpignan, 2010, 687 p.

13 Alessi Del’Umbria, La rage et la révolte, Marseille, Agone, 2010, 192 p.

14 Georges Bartoli, « L’œil et le cyclone, Les émeutes des quartiers Saint-Mathieu et Saint-Jacques à Perpignan », État d’émeutes, état d’exception, retour à la question centrale des périphéries, Collection « Études », Presses universitaires de Perpignan, 2010, 687 p.

15 Didier Fassin, « Nommer, interpréter. Le sens commun de la question raciale », dans D. Fassin et E. Fassin, De la question sociale à la question raciale, Paris, 2009, 264 p.

16 Vincent Béal, Mario Gauthier, Gilles Pinson (dir.), Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Publication de l’université de Saint-Étienne, 2011, 457 p.

17 Yves Bonard et Marianne Thomann, « Requalification urbaine et justice environnementale : quelle compatibilité ? Débats autour de la métamorphose de Lausanne », dans [VertigO] La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 9, no 2, 2009.

18 Nicolas Marty, L’histoire économique contemporaine des départements méridionaux (Aude et Pyrénées-Orientales) du Languedoc-Roussillon : acquis historiographiques et nouvelles approches, Domitia, 2004.

19 Henri Solans, Essai sur l’économie des Pyrénées-Orientales, Édition le publicateur, 1993, 132 p.

20 ÉCONOMIE, Mise à profit de la Loi Duflot pour sauver le B.T.P. des Pyrénées-Orientales, Perpignan : la CCI souhaite réveiller l’argent qui dort, https://la-clau.net, 11-03-2013.

21 Jérôme Fourquet, Nicolas Lebourg et Sylvain Manternach, Perpignan, une ville avant le front national, Édition Fondation Jean Jaurès, Paris, 2014, 129 p.

22 Henri Solans, Essai sur l’économie des Pyrénées-Orientales, Édition le publicateur, 1993, 132 p.

23 David Mangin, La ville franchisée, formes et structures de la ville contemporaine, La Villette éd., 2004, 480 p.

24 Antoine Loubière, « Dossier la ville marketing », Revue Urbanisme, sept.-oct. 2005, no 344, page 45.

25 Jean-Louis Subileau, « Table ronde marketing urbain et demande sociale », Dossier la ville marketing, dans Revue Urbanisme, sept.-oct. 2005, no 344, page 47.

26 Martial Mehr, « Perpignan : ”Le Centre Del Mon est en train de mourir avec le centre-ville” », L’Indépendant, quotidien d’information, 24/02/2014.

27 Colette Vallat, « Cités méditerranéennes, paradigmes urbains », La méditerranée, Édition Michèle Mirroir, 2002.

28 Fernanda Moscarelli, Schéma de cohérence territoriale et développement durable en France, enseignement à partir des cas Grenoblois et Montpelliérain, Thèse dirigée par Jean-Marie MIOSSEC, université Paul-Valéry Montpellier 3, 2013, 493 p.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Évolution de la tache urbaine dans les P.-O. (1978-2007). Source : Conseil Général des P.-O.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3711/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Figure 2 – Plan de composition générale avec hypothèse du bâti du quartier « Les portes de la mer » à Cabestany, P.-O., Permis d’aménager, Carbonell Immobilier, Atelier d’architecture Jacques Outier.
Crédits Source : Kharrat, 2014.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3711/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Architecte et doctorant en aménagement du territoire, U.M.R. ART-Dev (U.M.R. 5281), université de Perpignan

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search