Version classiqueVersion mobile

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Introduction. Les sentiers du développement, de l’art à la manière

Karim Kadir et Marème Niang

Texte intégral

1Développement/sous-développement, voilà deux notions, qui semblent marquer l’histoire et l’évolution des sociétés mais bien encore, celles de la recherche en sciences sociales depuis plus d’un demi-siècle. Il est étonnant de voir combien les débats scientifiques et politiques, les idéologies, les projets et programmes (de recherche ou d’action) en lien avec ces notions oscillent pour l’essentiel entre deux dialectiques permanentes : le « mimétisme » d’un côté et le « singularisme » de l’autre. Le premier se fonde sur l’hypothèse que les mutations dues à la globalisation (intensification et « polytopisme » des mobilités, mondialisation migratoire, circulation et dérégulation des marchés et des capitaux, métropolisation et polarisation des villes etc.) seraient tributaires d’une standardisation des modes de vie et de pensée et de la diffusion d’un modèle de développement des sociétés contemporaines. Le « copier-coller » serait alors la voie pour certains territoires ou sociétés (essentiellement les nations pauvres) caractérisés le plus souvent par un « retard » de développement par rapport à la « norme développementaliste » des pays « riches ». Le deuxième, le « singularisme » impulse une prise en compte à la fois de la spécificité et de la diversité des trajectoires des territoires et sociétés engagés dans le processus et au sein duquel, chaque groupe ou nation, selon ses ressources, son histoire, sa culture et les temporalités de son évolution, améliore à « son rythme » ses conditions de vie. Autrement, suivre la « mouvance » ou emprunter « sa propre voie », voilà les deux principales options qui se situent finalement au cœur des enjeux du développement des sociétés d’aujourd’hui.

  • 1 W. W.Rostow, Les étapes de la croissance, Paris, Seuil, 1962, 201 p.
  • 2 J. Legouté, « Définir le développement : historique et dimensions d’un concept plurivoque », Cahier (...)
  • 3 J. Levy (dir.), L’Invention du monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de Scienc (...)
  • 4 R. Laganier, B. Villalba, B. textscZuindeau, « Le développement durable face au territoire : élémen (...)

2Cette dialectique à l’allure simpliste est en réalité très complexe. Cette complexité nous semble-t-il tient en grande partie à la polysémie, à la trans-disciplinarité, et au caractère fourre-tout du développement. Depuis les années cinquante, une pléthore d’analyses critiques ont fait se multiplier les acceptations et les approches du développement faisant fortement évoluer sa conceptualisation. Des économistes aux géographes radicaux des années soixante, l’approche du développement, allait de pair avec la croissance (Rostow, 19621 ; Hirschman, 1958 pour ne citer qu’eux). C’est dans les années soixante-dix et quatre-vingt-dix que s’est opérée une véritable révolution épistémologique et sémantique « au développement, tout court, confiné dans le contenu sémantique exclusivement économique [...] on associera désormais des épithètes qui témoignent du droit à l’expression des valeurs culturelles des civilisations, issues de l’histoire et des situations sociales spécifiques des sociétés émergentes2 ». Désormais, les recherches révèlent que les sociétés engagées dans le processus, les territoires où « s’inscrivent » les pratiques, où se « lisent » les logiques, les rythmes liées aux dynamiques de développement, les temporalités qui cristallisent toutes les étapes du processus en lui-même, ne sont jamais neutres (Levy, 20083). L’analyse des problématiques liées au développement ne peut donc être disjointe de l’étude des dynamiques des populations et des territoires, des processus endogènes, ou exogènes de changement dans le temps et dans l’espace (De Sardan, 1995 ; Laganier et al., 20024). Un tel postulat impose non seulement une prise en compte à la fois des orientations globales et des spécificités locales, mais aussi une (re)considération du rôle régulateur de l’autorité publique pour réduire les déséquilibres et atténuer les ségrégations territoriales, en associant une pluralité d’acteurs et en coordonnant leurs stratégies à diverses échelles spatiales (Legouté, 2001). À ce propos, les théories encourageant le « mimétisme » dans les modèles de développement hérités des sociétés occidentales ou dites développées et souvent appliqués aux sociétés dites en développement, sont fortement remises en cause dès les années 1990, par d’autres approches, qui postulent une prise en compte des dynamiques endogènes propres à chaque société. C’est en ces termes, que beaucoup d’auteurs en sciences sociales se sont tournés vers une dimension plus locale, plus endogène et même participative du développement, battant ainsi en brèche ses approches essentiellement positivistes et normatives. Les notions de « territoire », en tant que « unité active » de développement dotée de ressources spécifiques, de « réseaux d’acteurs », de « socio-culture » et d’« identité » sont ainsi mobilisées dans l’essentiel des recherches (Carrière et al., 2016). Pour ces auteurs, « le développement nécessite des stratégies permettant simultanément de valoriser les ressources locales tant matérielles qu’immatérielles, de renforcer les réseaux locaux formels ou informels, et par la décentralisation, le pouvoir et l’initiative » (ibid., 2016). Le développement s’ancre, s’écrit, s’inscrit, se construit, se fabrique, évolue et se transforme dans, sur, à travers et par les sociétés, les territoires et le temps. Il devient dès lors nécessairement évolutif, transformationnel et multidimensionnel.

  • 5 J. Theys, « L’approche territoriale du “développement durable”, condition d’une prise en compte de (...)
  • 6 S. Latouche, L’Occidentalisation du monde, Paris, La Découverte, réédition, 2005, 170 p.

3Par ailleurs, dans un contexte de plus en plus exigeant d’un développement efficace et équitable, et de renforcement des cohésions nationales, régionales voire même ethniques, le caractère multidimensionnel, dialectique, historicisé (au fil des générations) et mondialisé du développement pose aujourd’hui les enjeux de sa durabilité. Bien qu’ayant fait l’objet de nombres de lectures critiques (Theys, 20025 ; Latouche, 20056), le développement durable, promu par le rapport Bruntland depuis 1987, renouvelle et réoriente les approches de développement. Il intègre dans sa substance les notions d’« acceptabilité sociale » et « soutenabilité environnementale », lesquelles doivent être compatibles avec les opportunités économiques.

  • 7 A. Guichaoua et Y. Goussault, Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin, 1994, p. 3.
  • 8 Cet ouvrage collectif fait suite au séminaire des jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) (...)

4Partant de ces « tiraillements » et « bouillonnements » intellectuels autour de l’approche analytique et interprétative de la notion, l’objectif de cet ouvrage n’est pas un énième essai de définition ou de rattrapage de cet « objet fuyant7 » qu’est le développement. Issu d’un séminaire doctoral8, il pose la question de savoir comment le développement est mis en pratique dans un contexte de globalisation ? Comment le processus s’accommode-t-il des formes contemporaines de globalisation ? De quelles manières et sous quelles conditions cet objet d’étude est mobilisé à différentes échelles sociales, spatiales et temporelles afin de répondre aux impératifs de plus en plus exigeants de durabilité ? C’est donc à la compréhension d’une triple dimension qui articule développement, société et territoire que souhaite tout d’abord contribuer cet ouvrage. Il pose d’un côté, le développement comme enjeu pertinent d’une remise en question des périmètres de l’action publique, des modes de gouvernance, et de mise en pratique de la perspective de durabilité dans tout projet de territoire. Et de l’autre, le développement est appréhendé comme prisme d’analyse des modes d’appropriation, d’accommodation, de composition des groupes avec les dynamiques et logiques socio-spatiales construites dans le temps et révélatrices d’une lecture singulière de leur « possible » développement. Les analyses menées ont en commun d’être fondées sur des travaux empiriques (enquêtes et observations) pour élucider la complexité des processus à l’œuvre. L’enjeu du propos est de questionner des pratiques socio-spatiales et stratégies plurielles de la part des acteurs, leurs capacités à dialoguer et à composer avec les territoires et enfin leur part d’initiative dans la construction de projet de territoire. En cela, l’ouvrage questionne diverses « voies de développement » appelées ici sentiers pour tenter une mise en parallèle et des confrontations d’expériences souvent soumis à une tension entre rhétorique et pratique — et aux changements liés à la globalisation — tout en replaçant les analyses dans des contextes précis, comme le montre sa structuration en trois parties.

5La première partie, intitulée « Développement comme enjeux » aborde les enjeux liés aux problématiques de développement économique, d’aménagement du territoire, d’agriculture urbaine, et de gouvernance locale. Elle illustre des dynamiques locales de développement à partir d’exemples tirés de l’Afrique du Nord (Algérie), de l’Afrique de l’Ouest (Mali et Sénégal), de l’Europe de l’Ouest (France), de l’Asie du Sud-Est (Philippines) et de l’Amérique du Sud (Équateur).

6La deuxième partie, intitulée « Développement comme outils », s’intéresse aux outils mobilisés par les différents acteurs pour tenter de relever aussi bien les enjeux du développement que les défis qu’il pose. À ce titre, la patrimonialisation des sites touristiques de l’UNESCO en Asie du Sud-Est (Laos), l’application de nouvelles stratégies et instruments de développement rural et agricole en Europe de l’Ouest (Espagne) et en Afrique du Nord (Algérie), semblent constituer des dynamiques novatrices.

7Le « Développement comme défis », qui constitue la troisième partie de l’ouvrage, interroge les défis qui se posent aux processus de développement. Ceux liés à la transférabilité et à la durabilité, sont ici questionnés à partir du tourisme participatif en Amérique du Sud (Brésil) et en Afrique centrale (Brésil et Gabon), et de la planification territoriale en Europe de l’Ouest (France) et de la ville durable (Méditerranée).

8In fine, dans cet ouvrage, le lecteur pourrait regretter certains points qui pourraient être mieux argumentés et présentés, à l’exemple d’une approche plus spécifique et plus accentuée sur les politiques publiques et leurs liens au développement, de même que des analyses plus comparées entre les contextes afin de mieux mettre en avant l’hétérogénéité des « sentiers » de développement que défendent les auteurs de l’ouvrage. Le lecteur pourra également constater la récurrence de la notion de durabilité présente en filigrane dans plusieurs contributions. On note aussi que les auteurs mettent en lumière une kyrielle de méthodes, souvent issues des travaux de thèses, qu’ils ont pu mobiliser dans leurs démarches. Le matériau issu d’approches qualitatives et quantitatives, à partir de différentes sources de données de terrains, permet d’éclairer les logiques et les mécanismes de recherche mobilisés par ces jeunes chercheurs pour offrir au lecteur des études qui se veulent fiables et novatrices dans le large spectre des travaux sur le développement.

Notes

1 W. W.Rostow, Les étapes de la croissance, Paris, Seuil, 1962, 201 p.

2 J. Legouté, « Définir le développement : historique et dimensions d’un concept plurivoque », Cahier de recherche, vol. 1, no 1, février 2001, p. 17-18.

3 J. Levy (dir.), L’Invention du monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 2008, 401 p.

4 R. Laganier, B. Villalba, B. textscZuindeau, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire ». Développement durable et territoire, Dossier 1 : Approches territoriales du Développement Durable, http://developpementdurable.revues.org/document774.html, 2002.

5 J. Theys, « L’approche territoriale du “développement durable”, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Développement durable et territoire, Dossier 1 : A pproches territoriales du Développement Durable, http://developpementdurable.revues.org/document1475.html, 2002.

6 S. Latouche, L’Occidentalisation du monde, Paris, La Découverte, réédition, 2005, 170 p.

7 A. Guichaoua et Y. Goussault, Sciences sociales et développement, Paris, Armand Colin, 1994, p. 3.

8 Cet ouvrage collectif fait suite au séminaire des jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) de l’U.M.R. ART-Dev (Acteurs, ressources, territoires dans le développement) de l’université Montpellier 3 qui s’est tenu le 24 janvier 2014 à Montpellier.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search