Desktop versionMobile Version

Les sentiers du développement, de l’art à la manière

 | 
Karim Kadir
, 
Marème Niang Ndiaye
, 
Anaïs Trousselle

Préface

Pascal Chevalier

Volltext

1L’ouvrage publié aujourd’hui est le fruit d’un travail collectif mené par des jeunes docteurs et des doctorants du laboratoire ART-Dev (Acteurs, ressources et territoires dans le développement). Il a été préparé à partir d’une réflexion issue d’un séminaire doctoral. Coordonné par Karim Kadir, Marème Niang et Anaïs Trousselle, il s’inscrit dans les thématiques développées au sein de l’U.M.R. et plus particulièrement sur l’analyse et les effets territoriaux des « diverses voies du développement ». Il apparaît comme une étape importante dans l’analyse des recompositions des territoires en questionnant, plus particulièrement, les modalités de conception et de mise en œuvre de l’action publique en matière de développement et d’aménagement.

2Ainsi, il participe à une succession de thèses et de travaux de recherche qui ont permis d’aborder, au cours des dernières années, la place des acteurs collectifs dans la définition des politiques de développement, le rôle et la place des populations locales dans le processus d’aménagement, la place des phénomènes migratoires dans la revitalisation des espaces, etc. D’autres travaux en cours poursuivent le questionnement sur les changements en œuvre dans la production de l’action publique territoriale, dans le domaine agricole, en matière de lutte pauvreté ou les discriminations.

3L’apport de cet ouvrage tient une place à part dans cet ensemble de travaux, dans la mesure où il questionne, de manière transversale, et avec une prise de recul nécessaire, « la mise en pratique du développement » dans un contexte actuel de globalisation. Il ne s’agit pas d’un ouvrage qui tente, une fois de plus, de définir cette notion de développement, dont les contours sont toujours aussi flous et surtout sujets à controverse, mais bien de voir comment cet objet est identifié et mobilisé à différentes échelles spatiales, sociales et temporaires. Il s’agit là d’une véritable difficulté que les auteurs se chargent de rappeler dès le début de l’ouvrage — et en filigrane dans la plupart des chapitres — en abordant la double dialectique dans lequel il s’inscrit et autour duquel il oscille : le mimétisme et le singularisme. Plus largement, l’ouvrage se situe à l’interface entre deux courants idéologiques (qu’il déconstruit en partie tout en s’y appuyant), celui des développeurs, dans la lignée du courant des Tiers mondialistes où l’action publique et la norme, construite sur le modèle standard des pays riches, n’a que pour but de permettre aux régions pauvres de « rattraper » leur retard ; et celui plus proche du courant porté par P. Aydalot et F. Perroux dans les années quatre-vingt qui remet en cause le modèle centre/périphérie en s’appuyant sur le terme de développement endogène où le droit à la différence révèle l’importance des spécificités territoires, des pratiques, des histoires des sociétés locales dans la mise en œuvre du développement.

4Les auteurs défendent, comme hypothèse centrale de leur recherche, que l’action publique en faveur du développement — produit hybride entre une conception internationalement normée du développement et une construction locale — remet en cause les modes de gouvernance des territoires, les périmètres d’intervention et, plus largement, la mise en pratique de la durabilité dans les projets de territoire. Cette action publique est également révélatrice des modes d’appropriation et d’interprétation par des groupes d’acteurs locaux dont les stratégies s’inscrivent, se construisent ou se transforment de manière plurielle dans les territoires.

5Pour faire cette démonstration, les auteurs abordent, dans un premier temps, les enjeux liés aux problématiques de développement économique, au prisme des transformations de l’agriculture et, plus largement, des politiques d’aménagement du territoire et de la gouvernance multi niveau. Cette étape est d’autant plus nécessaire que le second chapitre s’intéresse à la diversité des outils mobilisés par les acteurs pour tenter de relever les enjeux du développement. Il est notamment abordé la manière dont se construisent in situ ces instruments d’action publique, produits de tensions entre des normes internationales et des mobilisations locales. Enfin, en guise d’ouverture, l’ouvrage interroge le développement comme un nouveau défi dans les sociétés désormais globalisées, mais dont l’ancrage au territoire n’a jamais été aussi présent dans les pratiques et les représentations.

6Au-delà de l’intérêt scientifique de l’ouvrage, c’est l’aspect empirique du travail qu’il convient de souligner ici. La diversité des terrains d’études, en Europe, en Afrique, en Amérique Latine et en Asie du sud-est ajoutent une véritable une richesse à ce livre qui ouvrent de nombreuses pistes de réflexion. Avec ce livre, le laboratoire ART-Dev ne peut que s’enorgueillir du travail accompli par ses doctorants et ses jeunes docteurs dont l’ouvrage présenté aujourd’hui, viendra dignement enrichir la production scientifique sur les questions de développement.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2017

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search