Version classiqueVersion mobile

Production et circulation des normes pour l’action territoriale

 | 
Philippe Bonnal
, 
Pascal Chevalier
, 
Marc Dedeire
, 
et al.

Production et (ré) interprétations des normes

Genèse et développement d’une norme « agro-écologique » : le système de riziculture intensive (SRI)

Georges Serpantie

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pierre Lascoumes, Patrick Le Gales, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2007, 1 (...)

1Les « normes et standards » constituent l’un des cinq types d’instruments de politique publique recensés par Lascoumes et Le Galès1. Les démocraties occidentales appuyées sur l’appareil techno-scientifique l’ont plébiscité et exporté au Sud à travers la coopération technique. A partir du cas de la riziculture à Madagascar, ce chapitre illustre un processus de construction, de consolidation, de légitimation et de diffusion des normes techniques dans le secteur agricole au Sud. Il se propose aussi de repérer les changements occasionnés dans ces processus avec la montée en puissance de l’environnementalisme et de la mondialisation.

  • 2 Robert Dufournet, S. Rabemanantsoa, Enquêtes rizicoles dans le Betsileo, IRAT-IRAM, Tanana (...)
  • 3 Tendro Radanielina, Stéphanie Carrière, Georges Serpantié, « Origins, functions and persis (...)

2À Madagascar, le riz représente le standard alimentaire de cette civilisation d’origine asiatique. Mais chaque région a développé un ensemble de pratiques culturales spécifiques2. Chaque paysage local déploie lui-même un ensemble de situations rizicoles, de pratiques et de matériel végétal diversifiés3. Il existe cependant quelques invariants régionaux : ainsi sur les Hautes Terres centrales, beaucoup d’itinéraires techniques d’installation du riz irrigué consistent à repiquer des plants de plus d’un mois, issus de pépinières inondées, en foule dense, puis d’inonder la rizière de façon continue avec un ou deux désherbages manuels.

  • 4 Jacques Gillain, « La méthode améliorée de riziculture sur les plateaux malgaches », Antsi (...)
  • 5 Robert Dufournet, S. Rabemanantsoa, op. cit. ; Henri Laulanié (de), « Le système de rizicu (...)
  • 6 Norman Uphoff, « Agroecological implications of the system of rice intensification (SRI) i (...)

3Ce savoir-faire riche et issu d’une longue période d’adaptation contraste avec la vision normative et critique des agents travaillant pour le développement rural. Les pratiques locales sont réduites au singulier : le système de riziculture traditionnelle ou SRT, dit fomba taloha, c’est-à-dire « modèle antique4 ». Celui-ci serait extensif et rendrait 2t/ha de paddy en moyenne5. Ces qualificatifs, cette singularisation et ce chiffre rond et invariable traduisent un processus de simplification d’une réalité complexe en une « norme de représentation ». Elle tient lieu d’abord de diagnostic puis sert de référence aux promoteurs de la « riziculture intensive ». Mais celle-ci évolue sous la forme de prescriptions normatives successives : MAR (méthode améliorée de riziculture, années soixante), SRI (système de riziculture intensive) en 1995 et SRA (système de riziculture améliorée) ultérieurement. Le SRI qualifié « agro-écologique » par des théoriciens internationaux de l’agro-écologie6 a représenté au cours de la décennie 2000 la norme la plus prescrite à Madagascar et a été mondialement diffusée.

  • 7 Christine M. Moser, Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yiel (...)

4Mais les difficultés d’adoption du SRI7 questionnent sur l’efficacité de l’instrument « normes techniques » en matière de politique agricole autant que le processus d’émergence et d’institutionnalisation du SRI. Afin de mieux comprendre ce dernier, nous avons recherché des éléments de contexte, des faits historiques, les rhétoriques et des jeux d’acteurs individuels et institutionnels. La méthode a consisté en une analyse de textes d’observateurs, de promoteurs, théoriciens et critiques, complétée par des entretiens ouverts menés auprès d’une dizaine de témoins à Madagascar et en France.

1 Le processus de création et de diffusion de la norme SRI

5Bien que certains processus soient concomitants, nous adopterons une présentation linéaire des processus initiaux de réflexion, communication, et mise en politique à l’échelle nationale.

1.1 Réflexion initiale et mise au point d’un itinéraire technique innovant

6Pour la première fois à Madagascar, une norme émerge de la société civile et non des services techniques officiels, à partir d’un concept élaboré en partenariat entre un agronome de la société civile et des paysans.

1.1.1 Contexte institutionnel et économique

  • 8 MAEP, Stratégie nationale pour le développement de l’utilisation de l’engrais, 2006, 48 p.

7À Madagascar, après plusieurs régimes de nature dirigiste, les années 1980 sont marquées par une tension entre une politique agricole nationale en cours de libéralisation et l’arrivée d’idées environnementalistes propagées par le milieu international. Les financements liés aux Plans d’ajustement structurel (à partir de 1983) qui achevaient la période socialiste contre un désengagement de l’État ouvraient le pays aux influences internationales et libéraient un commerce intérieur de nature spéculative. Le commerce des engrais est libéralisé en 1985, les prix augmentent fortement, n’étant plus régulés que par la vente au rabais d’engrais acquis sur don, qui ont pour effet de freiner les initiatives d’importations8. Ce cercle vicieux a rendu la fumure minérale de moins en moins accessible aux paysans. Parallèlement, 1983 voit le renouveau d’une politique environnementale, préludant au plan national d’actions environnementales PNAE à partir de 1990. La lutte contre la déforestation nécessitant l’intensification agricole, ce contexte fournissait un programme aux agronomes de terrain : trouver des alternatives d’intensification en conditions d’inaccessibilité des engrais.

1.1.2 Une recherche de la société civile partenaire de lapaysans

8Henri de Laulanié (HL) est un prêtre enseignant, de formation agronomique. Présent à Madagascar depuis 1961, il a bien connu le contexte d’application de la MAR. HL enseigne au Centre de formation artisanal, agricole et ménager (CEEFAM) de Mahitsy dont il est le conseiller technique depuis 1972 ainsi que dans d’autres centres.

  • 9 GSRI, 2012. http://groupementsrimada.org/fr/.

9Fin 1983, un groupe d’étudiants du Centre de formation rurale St Jean de Manantenasoa (près d’Antsirabe) encadrés par HL observent par hasard la propriété de jeunes plants de riz de 15 jours, très espacés, dans peu d’eau, étalés plus que d’habitude. Ils reprennent chaque année l’expérience avec des plants toujours plus jeunes9.

  • 10 Henri Laulanié (de), Le Riz à Madagascar. Un développement en dialogue avec les paysans, P (...)

10Sur cette base, HL rédige en 1990 un ouvrage détaillant un nouvel itinéraire technique et bien d’autres recommandations, qui paraîtra à titre posthume10. Il fonde l’ONG ATS (Association Tefy Saina « forger l’esprit ») la même année avec des ex-étudiants et des proches pour diffuser sa méthode, bien qu’aucun écrit n’ait encore été publié.

  • 11 Henri Laulanié (de), « Pour une riziculture scientifique construite sur le schéma de talla (...)
  • 12 Dominique Rollin, Le système de riziculture intensive (Katayama-Laulanié) est-il révolutio (...)

11En mai et juin 1991, un feuilleton sort dans un hebdomadaire catholique pour présenter les fondements théoriques de la « riziculture scientifique construite sur le schéma de tallage de Katayama11 ». Une ONG d’Antsirabe, l’IREDEC met en place des tests de la méthode Laulanié désormais appelée le « système de riziculture intensive12 ».

1.1.3 Le système de Laulanié

12La norme MAR s’appuyait sur les modèles locaux de repiquage et de gestion de l’inondation, ne préconisant que des plants plus jeunes (moins d’un mois), repiqués en lignes, avec des sarclages à la houe rotative et d’autres compléments.

  • 13 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Patrick Vallois, Discours de la méthode du riz, IPNR (...)

13HL propose un itinéraire plus détaillé : 1) De très jeunes plants (<15j) obtenus en pépinière sèche 2) sont repiqués dans une boue collante, un par un, à très faible densité (env. 16 m2), en lignes croisées. 3) En phase végétative, des phases d’inondation légère alternent avec des assecs 4) avec plusieurs sarclages à la houe mécanique13.

  • 14 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Patrick Vallois, op. cit.

14Alors que la MAR s’appuyait encore largement sur l’itinéraire d’installation paysan, le SRI en revanche présente de multiples composantes à respecter. Ce message très normatif laisse peu de place au raisonnement, excepté la densité modulée suivant l’altitude ou la fertilité, ainsi que le niveau de maîtrise de l’eau, qui permet ou interdit le SRI. Il reste en revanche ouvert sur tout le reste de l’itinéraire technique. Les promoteurs affichent des préférences pour une fumure organique et des variétés locales mais sans en faire prescription14. Mais ils ne communiquent que sur des rendements record, ce qui revient à prescrire implicitement de réserver toujours le meilleur au SRI : les meilleurs sols et précédents, une dose élevée et régulière de fumure, un travail du sol soigné, des variétés performantes etc.

1.2 Mise en place d’une rhétorique

15La médiatisation du nouveau concept technique s’accompagne dès le début d’un argumentaire fondé sur un gain de rendement considérable.

1.2.1 Un argumentaire emphatique

  • 15 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit., p. 110.
  • 16 Patrick Vallois, op. cit., p. 21. Depuis le discours de promotion de ATS s’est affiné : «  (...)
  • 17 V. Ratsimbarison, D. Williams, Les jardins de riz de Madagascar, Fiche Syfia, no 56, septe (...)
  • 18 ATS, Voly Vary Maro Anaka Système de riziculture intensive. Antananarivo, Publications SRI (...)

16L’argumentaire de promotion est particulièrement emphatique : « Les rendements sont ainsi passés de 2 tonnes de paddy à l’ha à 8 voire 12 tonnes avec des variétés locales15. » Doublement ou quadruplement des rendements16? Ce langage est repris sans réserve par les médias nationaux comme internationaux17. ATS met en place un concours de rendements et communique régulièrement des records ahurissants : 15 t/ha en 1993, 24 t/ha en 200318. Il s’agit de données « brut de battage » (donc en humide) mais le mode d’échantillonnage est inconnu et il n’y a pas de culture témoin.

17Par cette rhétorique, les promoteurs du SRI cherchent à rivaliser avec une autre rhétorique, très prégnante dans les années soixante-dix-quatre-vingt : celle de la Révolution Verte de l’IRRI qui promettait des rendements très élevés par des méthodes conventionnelles.

18Cette rhétorique et l’approche compétitive de ATS auront de multiples effets sur les autres acteurs : séduire les uns, exaspérer les autres, susciter des théories spéculatives, et pousser certains adeptes à rechercher un record de rendement en jouant sur la part libre de l’itinéraire technique.

1.2.2 L’instrumentalisation de la science du végétal et la critique des pratiques malgaches

  • 19 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Henri Laulanié (de), 1991, op. cit. ; Patrick Valloi (...)

19Afin de justifier de cette multiplication, les promoteurs plaquent une explication faisant elle aussi référence à une multiplication. Outre la meilleure oxygénation du sol (mais sans chercher à savoir si c’est partout nécessaire et si le riz y est si sensible), ils mettent surtout en exergue la capacité de multiplication des talles en mobilisant un modèle de développement du plant de riz, le modèle de Katayama19. Le repiquage à un stade pré-tallage et la faible densité permettraient de limiter les perturbations du tallage. C’est la vigueur de chaque plant individuel qui est donc visée, bien plus que la conduite du peuplement.

  • 20 Henri Laulanié (de), 1991, op. cit.
  • 21 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit., p. 113.
  • 22 Henri Laulanié (de), Le Riz à Madagascar. Un développement en dialogue avec les paysans. P (...)

20Laulanié (1991)20 s’appuie aussi largement sur des principes moraux : respecter le riz, miser sur l’« entraide » entre talles et éviter la concurrence entre pieds. Misant sur la connaissance de la plante et sur l’obéissance stricte à la règle prescrite, cette nouvelle riziculture se juge scientifique. « Fini la riziculture de l’à-peu-près21 ». Ainsi HL remet-il en cause la pratique paysanne qu’il juge même « barbare22 ».

  • 23 ATS, Voly Vary Maro Anaka, Système de riziculture intensive. Antananarivo, Publications SR (...)

21L’ONG ATS communique essentiellement sur les modalités pratiques du SRI à respecter et les records de rendements23. Des concours agricoles SRI, officieux au départ, sont organisés officiellement dès 1995. Les prix sont décernés lors de la Fête Nationale et font l’objet d’une large couverture médiatique. Ce n’est plus le développement que l’ONG recherche, mais le rendement comme performance agricole et morale, reconnaissable socialement, au sein des groupements, du réseau SRI comme à une échelle nationale.

1.2.3 L’appui d’un acteur du monde végétal

  • 24 Henri Laulanié (de), 1991, op. cit., p. 5.

22Le SRI se distingue assurément par des pieds de riz séduisants : de grosses touffes vertes chargées de tiges quand les champs voisins montrent une masse dense et souvent jaunâtre. Le pied de riz lui-même apparait ainsi comme un acteur essentiel de cette rhétorique. Laulanié24 personnifie particulièrement ce représentant du monde végétal : « le dernier mot appartiendra au riz lui-même. À nous de savoir l’écouter ».

1.3 Mise en place d’un jeu d’influences

23La transformation de ce concept technique en « norme » c’est-à-dire en vérité politique et prescription à une grande échelle, s’est réalisée dans un temps très court entre 1992 et 1994.

  • 25 Henri, Laulanié (de), 1993, op. cit.

24HL a d’abord travaillé à une déclinaison SRI pour chaque climat (par modulation de la densité de pieds), ce qui révèle son désir de le voir adopté à l’échelle nationale. Il espère ainsi permettre à Madagascar d’atteindre l’autosuffisance en 200025.

25La phase initiale de diffusion dans la zone d’Antsirabe et Fianarantsoa s’est d’abord appuyée sur le réseau catholique. Il est bien structuré dans la partie sud des Hautes Terres, bien financé, et reprend de l’influence dans cette période libérale de montée en puissance de la société civile. Ce réseau l’aide à fonder l’ONG porteuse de l’innovation, met à disposition ses centres de formation puis ses organes médiatiques nationaux et locaux (publications, radios et imprimerie). HL recherche ensuite des relais institutionnels capables de développer le concept au-delà de ce réseau, en mettant en place une stratégie de communication mais aussi d’influence.

1.3.1 Stratégie de communication

  • 26 Sous l’impulsion de l’ONG « Cercle chrétien d’études et d’actions pour le développement de (...)
  • 27 Adrien Massonet, SRI, défis alimentaires et sous-développement à Madagascar. Mémoire maste (...)

26Tout en menant des formations au sein du milieu catholique, HL s’est fait connaître des institutions centrales de développement rural en organisant26 dès aout 1989, avec l’accord du ministère de l’Agriculture, un séminaire annuel au centre de Mahitsy voisin du centre expérimental de riziculture du Fofifa, près d’Antananarivo27. Une centaine de cadres d’ONG, de fonctionnaires (ministères, armée..), mais aussi de personnels internationaux (Ambassades, FAO etc) y sont invités. Cette rencontre de quinze jours traite de développement rural et de riziculture. On y aborde de nombreuses questions, mais pas encore de SRI. Ce séminaire a permis de structurer un réseau de cadres de l’agriculture dont HL est le point focal.

  • 28 GSRI, 2012, http://groupementsrimada.org/fr/.

27La promotion officielle du SRI passera par les sessions ultérieures de ce séminaire que le ministère accepte de parrainer, et ce jusqu’à la mort de l’inventeur, survenue en 199528. Outre des cours magistraux sur le SRI assurés par HL, on présente à Mahitsy les derniers records obtenus dans les champs de formation. Les chercheurs présents estiment que les conditions d’un débat scientifique n’y étaient pas réunies.

  • 29 Patrick Vallois, op. cit., p. 22.

28Outre la même rhétorique emphatique, les explications pratiques minutieuses, une théorisation à l’échelle du plant comme l’absence de résultats expérimentaux comparatifs caractérisent les textes d’explication du SRI. Ce message de recette miraculeuse que Vallois29, pourtant avocat du SRI, qualifie lui-même de « pieux mensonge », reste pour lui une stratégie de communication à visée populaire afin de lancer une « agriculture rationnelle ».

1.3.2 Évitement de l’agronomie officielle et absence de données

  • 30 Michel Raunet (Éd), Bas-fonds et riziculture, Actes du séminaire d’Antananarivo, 9-14 déce (...)

29Le ciblage de la communication se double de l’évitement d’autres forums. Avec l’apparente évidence offerte par des plants de riz vigoureux et de hauts rendements observés ça et là, les promoteurs ne ressentent nul besoin d’apporter des analyses comparatives empiriques voire évitent ainsi les risques d’une confrontation méthodologique avec les agronomes scientifiques. En décembre 1991, le séminaire d’Antananarivo « bas-fonds et riziculture » qui a produit un document de référence ne fait pas état du système Laulanié, pourtant publié sur place six mois plus tôt : seul le point « alternance d’assecs et d’inondation » a été soulevé dans les discussions, sans plus de précision30. Ni HL ni les agronomes de l’IREDEC n’ont été comptés dans les participants officiels à ce séminaire, donc ils ne s’y sont pas inscrits, mais HL a assisté aux sessions de biologie du riz. La recherche agronomique officielle et les inventeurs-promoteurs du SRI naviguent dans des mondes parallèles, sans communiquer, tout en se connaissant très bien, par proximité géographique ou sociale.

  • 31 Dominique Rollin, Le système de riziculture intensive (Katayama-Laulanié) est-il révolutio (...)

30La communication avec les chercheurs présents à Antsirabe commence seulement début 1992. D. Rollin, agronome CIRAD travaillant à Antsirabe pour le projet Petits Périmètres Irrigués, est invité par l’IREDEC pour une visite d’essais en mars et avril 1992. Il reconnaît aux principes et explications proposés un pouvoir d’accroissement du rendement et voit des paysans convaincus. Mais il souligne aussi de sérieuses limites : problème de maîtrise de l’eau, rôle de la lame d’eau comme stratégie anti-aléatoire et tampon thermique en altitude, importance à accorder aux besoins minéraux du riz, sarclages trop nombreux, confusion dans les justifications théoriques31. Il conseille finalement un programme d’essais pour mieux cerner les bénéfices et le domaine de recommandation. Au lieu de quoi, il est rapidement convoqué pour un débat contradictoire avec HL dans le bureau du Ministre, ce qui confirme, comme à Mahitsy, une stratégie de débat sous contrôle du politique.

  • 32 Patrick Vallois op. cit., p. 87.

31Mais HL vise plus haut : il en appelle à l’IRRI et à la FAO. Dans une réponse à HL en mars 1993, le directeur de l’IRRI sollicité témoigne d’un intérêt poli, bien qu’il n’y voie rien de neuf32. En fait, les agronomes officiels sont confrontés au concept SRI après les acteurs politiques. Cette proposition les prend de court. Ils voient facilement les obstacles, les coûts, les risques, mais sans pouvoir apprécier exactement les avantages faute de données. Ces réserves des chercheurs officiels restent donc elles-mêmes mal fondées, donc de peu de poids, face aux certitudes de l’inventeur et l’enthousiasme des médias.

1.4 Légitimation

32Un faisceau de coïncidences entre offre et demande de thèmes techniques, et un ensemble d’interactions entre échelons régional, national et international marque la phase de légitimation.

1.4.1 Le rôle clé de la société civile à toutes les échelles

33Le contexte institutionnel et idéologique global est d’abord très favorable. Le sommet de Rio consacre en 1992 non seulement l’environnement comme dimension du développement, mais aussi l’émergence de la société civile, privée ou associative, comme pouvoir et savoir alternatif à l’État. Les bailleurs internationaux du développement cherchent à favoriser une telle substitution conformément à la théorie néolibérale en vogue.

  • 33 Isabelle Droy, « Situation et évolution des organisations paysannes et rurales. Madagascar (...)
  • 34 L’IREDEC est une ONG laïque crée sous l’influence de l’Église, qui appuie notamment les co (...)

34Au niveau régional, le développement des ONG est intense à Antsirabe33. Ce sont d’abord des ONG, telles ATS ou l’IREDEC, fondées par l’inventeur ou liées au réseau catholique, qui diffusent la proposition34.

1.4.2 La « convergence » avec le MinAgri

  • 35 V. Ratsimbarison, D. Williams, Les jardins de riz de Madagascar. Fiche Syfia, no 56, sept (...)

35À l’échelle nationale, le lancement du PNAE en 1990 commence par la mise en place d’institutions, la Charte de l’Environnement et de multiples organisations dédiées à l’action environnementale. C’est aussi en 1990 que démarre le projet pilote de développement agricole (PPDA) du MinAgri qui prépare toute la politique technique des années quatre-vingt-dix (Programme national de vulgarisation agricole PNVA), et cherche des thèmes à vulgariser en masse, selon la méthode Benor en vogue. PNAE et PPDA-PNVA sont appuyés par la Banque Mondiale et ses experts économistes. Elle fait office de lien à la fois entre ces grands programmes nationaux, faute de politiques intersectorielles, et entre Madagascar et les dynamiques internationales. Pour continuer à exister dans un contexte de désengagement de l’État, les structures ministérielles ont tout intérêt à montrer de bonnes dispositions vis-à-vis des institutions civiles qui intéressent désormais les bailleurs. Le Ministre de l’agriculture se déplace en personne au séminaire Laulanié de Mahitsy en juin 199335. Avec le prix des engrais au plus haut, et des troubles politiques et économiques graves en 1991, il y a une forte attente d’idées neuves. Le SRI qui promet des rendements de type Révolution Verte sans en appeler aux variétés à haut rendement ni aux intrants chimiques, donc sans coût monétaire a priori, tombe donc à point nommé. Ce thème vient donc naturellement s’ajouter aux thèmes de pré-vulgarisation testés par le PPDA.

1.4.3 La validation internationale : le rôle initial de la Banque Mondiale (BM)

  • 36 « [...]rice yields on some 1,700 demonstration plots in farmers’ fields, with good water c (...)
  • 37 Banque Mondiale, Agricultural extension program support project Madagascar, Staff appraisa (...)

36En 1993-94, les centaines de tests en milieu paysan, menés par le SNVA (service national de la vulgarisation agricole) avec l’appui de ATS, enthousiasment les experts de la BM qui évaluent le PPDA, ravis de se voir proposer une alternative sans coûts pécuniaires apparents36 Le SRI (maîtrise d’eau et plants de 8j) gagne de 69 % à 258 % de rendement par rapport au témoin37. Mais le simple repiquage de plants plus jeunes sur rizières sans maîtrise d’eau (c’est-à-dire la MAR) donne aussi de +43 à 251 %. C’est aussi le cas du maïs qui connaît les mêmes augmentations (+75 à 276 %) avec simplement une densité et un sarclage améliorés. Comme on le pressent, ces essais ont été menés dans un esprit de démonstration/promotion. Il s’agissait de marketing plutôt que constitution d’un référentiel agronomique.

1.4.4 Marginalisation dans le processus de validation et réserve de la recherche agronomique officielle

  • 38 Banque Mondiale, Agricultural extension program support project Madagascar, Staff appraisa (...)

37Cette division vulgarisation/recherche était d’ailleurs programmée dès 199038. La recherche agronomique institutionnelle (le FOFIFA) était sensée se limiter à préparer le protocole et analyser statistiquement les chiffres et le SNVA (et ses partenaires) à implanter les tests avec les paysans volontaires. Les chercheurs étaient donc coupés du terrain.

38Insatisfait, le FOFIFA met en place avec son partenaire IRRI des essais en milieu contrôlé. Razakamiaramanana (1995) avec l’appui de l’IREDEC, compare le SRI avec la pratique traditionnelle (variété locale et foule), la pratique améliorée (variété améliorée et lignes), et un dernier système à base d’engrais, de fumier et de traitements phytosanitaires. Seul ce dernier système sort du lot avec 5,4 t/ha, le SRI gagnant seulement +5 % sur la technique traditionnelle (4,3 t/ha). L’article conclut donc négativement sur l’intérêt économique du SRI, mais se garde de déconseiller ce système, déjà entériné par l’État.

  • 39 Christine Moser M., Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yiel (...)

39Le FOFIFA réitèrera ultérieurement des réserves avec des travaux de socio-économistes américains, qui, désormais sans remettre en cause la rhétorique des hauts rendements, déplorent une faible adoption, pour des raisons de coûts (de revient ou d’opportunités) pour les riziculteurs comme pour les actions incitatives39. En mettant plus l’accent sur une critique des coûts et résistances à l’adoption que sur celle des gains, ces économistes revalident implicitement le SRI comme technique à haut rendement et ne font que renforcer l’engouement de l’USAID, de la FAO locale et de l’État pour ce thème technique.

1.5 Institutionnalisation de la norme SRI et début de mise en œuvre

  • 40 Patrick Vallois op. cit.
  • 41 Patrick Vallois, op. cit.

40Le SRI, bien que non validé (ni invalidé formellement) par la recherche agronomique, mais légitimé par les bailleurs devait aussi être avalisé par l’État. Après la campagne de tests en milieu paysan « réussis » de 1993-1994, le MinAgri adopte donc le SRI comme thème de vulgarisation supplémentaire sous le terme de voly vary maro anaka (« culture de riz à nombreuse progéniture ») ou SRI, en concurrence avec la MAR réservée aux situations de non maîtrise d’eau40. Celle-ci sera alors ultérieurement rebaptisée « SRA » (système de riziculture améliorée) pour montrer que les deux normes sont sœurs, complémentaires, aussi légitimes et autant soutenues par l’État. Les projets officiels parlent de « SRI-SRA ». Le Min Agri réalise de ce fait le meilleur compromis qu’il pouvait faire, entre société civile et services officiels, entre bailleurs internationaux enthousiastes et ceux de l’aide bilatérale française encore circonspecte41 mais qui suivra plus tard les bailleurs dominants.

1.6 Internationalisation

41À partir de 1994, le relais de l’effort de diffusion du SRI est pris par les institutions internationales d’appui à la société civile. Le Projet de conservation et développement intégré (PCDI) du parc national de Ranomafana appelle ATS à introduire le SRI dans les communautés riveraines, avec l’appui du CIIFAD (Cornell International Institute for Food, Agriculture and Development). C’est un département universitaire de sciences sociales, qui appuie les institutions de la société civile. Le CIIFAD reprend la rhétorique multiplicative de HL :

  • 42 Norman Uphoff, « Agroecological implications of the system of rice intensification (SRI) i (...)

A system of plant, soil, water and nutrient managment for irrigated rice developed in Madagascar has been yielding 5, 10, even 15 t.ha-1 on farmers’ ields where previous yields averaged around 2 t ha-142.

  • 43 ATS, Voly Vary Maro Anaka, Système de riziculture intensive, Antananarivo, Publications SR (...)

42Tous ces auteurs, bien qu’académiques et nantis de l’autorité dans leur organisation, ne citent à l’appui de leur affirmation aucune source et ne font, comme ATS, référence à aucune méthode de mesure. Ils ne prennent pas non plus en considération les expérimentations du FOFIFA. Ils reprennent la même théorisation discursive à l’échelle du pied de riz. Ils posent cependant désormais la fumure organique comme incontournable, en en faisant l’un des principes essentiels du SRI, ce que ATS reprendra dans ses nouvelles recommandations43, et mettent en exergue l’économie d’eau permise par le SRI.

  • 44 Norman Uphoff, op. cit.
  • 45 Christine M. Moser, Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yiel (...)
  • 46 De même à Madagascar, pourquoi expliquer les hauts rendements par des « synergies » subtil (...)

43D’autres chercheurs du FOFIFA, des enseignants de l’ESSA et des étudiants en thèse, tous associés au CIIFAD et financés par son intermédiaire, produiront des résultats et des thèses plus favorables au SRI que les premiers essais du FOFIFA44. C’est sur cette base de connaissance de qualité très inégale, et malgré les constats de désadoption45 que le CIIFAD appuiera la diffusion du SRI au niveau national et international dans les années deux mille, déclenchant une controverse internationale : en septembre 2012 sur le Web of Science, soixante-douze publications répondent au mot clé « SRI rice46. »

2 Discussion et conclusions

44Dans cette genèse d’une norme d’État alternative, en passe de devenir internationale, de multiples acteurs nés de la libéralisation prennent parti pour inscrire en politique une proposition technique séduisante mais risquée, coûteuse en travail spécialisé et non évaluée dans ses bénéfices. Les uns, séduits par la rhétorique ou par confiance en ses promoteurs, les autres pour le changement ou au nom de nouveaux enjeux éthiques, sociaux ou de politique agricole : éthique écologique, soutien à la société civile, soutien à une innovation « co-construite », vertus de l’esprit compétitif. Son lancement par une véritable approche marketing, coïncidait à une forte demande de renouvellement des thèmes techniques et d’intégration de la société civile, lors d’une remise à plat de la politique nationale rurale provoquée par sa prise en main par les acteurs internationaux. Cette genèse révèle des constantes mais aussi de profondes mutations dans la gouvernance agricole.

2.1 Constantes

45Ce processus montre la constance voire le renforcement du dénigrement des pratiques locales inhérentes à tout « projet de développement ». Le contraste de résultats entre pratique améliorée et locale est un argument indispensable quoiqu’en partie imaginaire. Les deux rhétoriques de l’innovation et du gain productif servent de moteur au processus financier et politique. Aucun agent de la filière financière n’a intérêt à les minimiser, depuis les donateurs (qui en retireront un bénéfice d’image) jusqu’à l’élite paysanne qui bénéficiera d’appuis conditionnels. Il en va de même de la pyramide politique en recherche de légitimité : les chefs d’État et ambassadeurs n’ont pas été les derniers à instrumentaliser ces symboles en acceptant une vitrine SRI au pied du palais d’État.

46L’intérêt pour les normes techniques, depuis 1960, est une autre constante, et prend sa source dans un diagnostic faussé par les préjugés. Les représentations convenues de l’enjeu rizicole jouent sur la nature des performances attendues des riziculteurs, qui jouent à leur tour sur la problématisation politique et finalement sur le choix d’une approche normative comme instrument privilégié. Mais les coûts d’un conseil agricole plus « élaboré », la pénurie de moyens d’appui et le besoin de visibilité sont aussi pour beaucoup dans l’intérêt des bailleurs pour ce type de pilotage grossier de l’agriculture, malgré ses défauts évidents.

2.2 Innovations

47Après 1990, la gouvernance agricole évolue autour d’une nouvelle coalition, née de la libéralisation et du Sommet de Rio : la société civile d’origine urbaine appuyée sur les bailleurs internationaux et les mass media. Cette société civile est animée par une nouvelle éthique, le refus d’une agriculture fondée sur des intrants de synthèse, bien que les paysans malgaches n’y aient justement pas accès, pour des raisons de prix dans le contexte commercial particulier malgache. L’État pour se maintenir se cantonne au rôle marginal de juge de paix, garant d’équilibre dans l’opposition naissante entre la norme du passé et le nouveau standard.

  • 47 Frédéric Gannon, Frédéric Sandron, « Convention de solidarité et intérêt collectif dans un (...)

48Le changement s’incarne aussi dans une nouvelle carte scientifique, où dominent « agro-écologie théorique » et sciences humaines et sociales. Ces disciplines académiques sont arrivées en renfort à partir de 1996, juste après que les essais comparatifs du FOFIFA-IRRI aient démontré l’outrance du discours de promotion. Ce sont d’abord des scientifiques qui intéressent les institutions de la société civile pour leur engagement citoyen, leur prise en compte du genre, leur participation au développement local, rompant avec l’approche étatique et technicienne du développement. L’engouement si peu critique des experts économistes et des chercheurs de la BM et du CIIFAD dans les années quatre-vingt-dix, imités plus tard par ceux de l’IRD et de l’AFD47, pourtant conscients que l’adoption n’était pas au rendez-vous, peut s’expliquer aussi par la coupure prononcée entre SHS et autres sciences. Beaucoup ont été aussi séduits par l’apparence du riz ou par les résultats de sondages de rendement bruts.

49Ce sont ensuite des théoriciens de l’agro-écologie internationaux, à la recherche d’exemples confirmant leur idéal. Ils ont tous cherché à théoriser à partir des seules rhétoriques des promoteurs, sans prise en compte des données expérimentales et sans étudier le SRI sur le terrain. Pour eux aussi, le SRI tombe à pic. Ses vertus premières sont qu’il n’appelle pas à l’usage de variétés améliorées ni d’intrants de synthèse. Ces chercheurs ne sont pas critiques du discours de promotion, qu’ils répercutent sans réserve. Entérinant les certitudes des promoteurs, ils prennent dès lors eux-mêmes la posture de promoteurs.

50L’institution agronomique, trop peu réactive entre 1990 et 1994, soigneusement mise à l’écart du processus de test par la BM, n’a pas pu jouer son rôle éclairant pour les décideurs. Par son inertie (en partie liée à des moyens décroissants), mais aussi trop occupée par ses propres thèmes agro-écologiques (les systèmes sous couvertures végétales, dès 1991) la recherche agronomique nationale et ses appuis internationaux ont aussi leur part de responsabilité dans la confusion intellectuelle qui persiste autour du SRI.

2.3 Simulacres de forums hybrides et normes parallèles

  • 48 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yves Barthes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la (...)
  • 49 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yves Barthes, op. cit., p. 50.

51L’histoire de la norme SRI illustre aussi la nature hybride des forums apparus à la fin du xxe siècle où des projets techniques sont débattus démocratiquement par un ensemble d’acteurs variés, traduisant des incertitudes scientifiques, mais aussi des incertitudes sociales48. Ces controverses participent à la construction de la connaissance tout en enrichissant la démocratie. Ils constituent des vecteurs d’information et de puissants dispositifs d’exploration d’options oubliées favorisant alors un apprentissage commun des mondes possibles ou scénarii49. Mais cet idéal de démocratie technique est loin du processus qui a abouti à la mise en politique du SRI, même si ce dernier rendait la parole à la société civile après des décennies dirigistes. La critique des normes techniques antérieures (paysannes, MAR) par HL ou N. Uphoff ne servait qu’à imposer sans débat une nouvelle norme, largement préconçue, seulement soutenue par une mobilisation médiatique et politique. Les séminaires de Mahitsy servaient d’abord d’outil médiatique et de recrutement politique avant d’être des forums.

52La faible combativité de la recherche agronomique pourtant particulièrement concernée, appelle une ultime discussion. Appuyée traditionnellement sur l’État, intrinsèquement gênée par toute simplification médiatique ou prise de position infondée, elle ne pouvait qu’être marginalisée dans une période de désengagement de l’État et par le rythme imposé par les promoteurs du SRI. Mais l’émergence concomitante de deux normes agro-écologiques (le SRI par les ONG, le SCV par la recherche officielle) à Madagascar pendant la décennie 1990 montre toutefois que la recherche officielle avait elle-même son propre pari à défendre, et ne pouvait suivre deux lièvres à la fois. Cette politique agri-environnementale bifide, en phase avec les agendas internationaux est ainsi née de la dépendance des uns comme des autres aux grands bailleurs de fonds. La validation par un organisme de financement vaut alors toutes les rationalités, que la proposition soit issue d’une ONG confessionnelle ou d’un organisme de recherche.

Notes

1 Pierre Lascoumes, Patrick Le Gales, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2007, 128 p.

2 Robert Dufournet, S. Rabemanantsoa, Enquêtes rizicoles dans le Betsileo, IRAT-IRAM, Tananarive, 1961, 49 p. ; Françoise Le Bourdiec, Hommes et paysages du riz à Madagascar, FTM, Antananarivo, 1974, 648 p.

3 Tendro Radanielina, Stéphanie Carrière, Georges Serpantié, « Origins, functions and persistence of crop biodiversity in the Betsileo Highlands, Madagascar », Economic Botany, 68 (2), 2014, p. 123-136.

4 Jacques Gillain, « La méthode améliorée de riziculture sur les plateaux malgaches », Antsirabe, DRDR, document multigraphié, 1992, 17 p.

5 Robert Dufournet, S. Rabemanantsoa, op. cit. ; Henri Laulanié (de), « Le système de riziculture intensive malgache », Tropicultura, no 11-3, 1993, p. 110-114 ; Willem A. Stoop, Norman Uphoff, Amir Kassam, « A review of agricultural research issues raised by the system of rice intensification (SRI) from Madagascar : opportunities for improving farming systems for resource-poor farmers », Agricultural Systems, no 71, 2002, p. 249-274.

6 Norman Uphoff, « Agroecological implications of the system of rice intensification (SRI) in Madagascar », Environment, Development and Sustainability, Dordrecht, Springer, 1999 ; Willem A. Stoop et al., op. cit.

7 Christine M. Moser, Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yield-increasing, low external input technology : the case of SRI in Madagascar », Agricultural Systems, 76, 2003, p. 1085-1100 ; Olivier Jenn-Treyer, Marie-Hélène Dabat, Philippe Grandjean, « Une deuxième chance pour le système de riziculture intensive à Madagascar ? », Dynamiques rurales à Madagascar : perspectives sociales, économiques et démographiques, Antananarivo, 15-16-17 novembre 2006, 28 p.

8 MAEP, Stratégie nationale pour le développement de l’utilisation de l’engrais, 2006, 48 p.

9 GSRI, 2012. http://groupementsrimada.org/fr/.

10 Henri Laulanié (de), Le Riz à Madagascar. Un développement en dialogue avec les paysans, Paris, Antananarivo, Ambozonaty, éd. Khartala, 2003, 288 p.

11 Henri Laulanié (de), « Pour une riziculture scientifique construite sur le schéma de tallage de Katayama ». Lakroa Fianarantsoa, no 2724, 1991, p. 5-6.

12 Dominique Rollin, Le système de riziculture intensive (Katayama-Laulanié) est-il révolutionnaire ?, non publié, 1992, 7 p.

13 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Patrick Vallois, Discours de la méthode du riz, IPNR/CITE, Antananarivo, 1995, 150 p.

14 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Patrick Vallois, op. cit.

15 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit., p. 110.

16 Patrick Vallois, op. cit., p. 21. Depuis le discours de promotion de ATS s’est affiné : « la méthode ne nécessite pas de semences spéciales ni de changement de fertilisation. Il suffit de modifier la méthode de travail ». « Elle donne facilement 2t/ha en plus et le riz est meilleur, mais elle peut atteindre 6, 10 voir 15 t/ha. La moyenne des rendements actuels est 2 t/ha à Madagascar » (http://www.tefysaina-analamanga.com/?page/_id=14, vu en février 2013). Cette expression compare donc un maximum à une moyenne, et une pratique qui exige un type de situation privilégié (rizières à bonne maîtrise d’eau) à un ensemble vaste de situations. Cette astuce rhétorique suggère la multiplication de rendement sans pour autant l’affirmer.

17 V. Ratsimbarison, D. Williams, Les jardins de riz de Madagascar, Fiche Syfia, no 56, septembre 1993.

18 ATS, Voly Vary Maro Anaka Système de riziculture intensive. Antananarivo, Publications SRI-ATS, 2007, 35 p.

19 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit. ; Henri Laulanié (de), 1991, op. cit. ; Patrick Vallois, op. cit. ; Norman Uphoff, op. cit. ; Willem. A. Stoop et al., op. cit.

20 Henri Laulanié (de), 1991, op. cit.

21 Henri Laulanié (de), 1993, op. cit., p. 113.

22 Henri Laulanié (de), Le Riz à Madagascar. Un développement en dialogue avec les paysans. Paris, Antananarivo, Ambozonaty, éditions. Khartala, 2003, p. 74.

23 ATS, Voly Vary Maro Anaka, Système de riziculture intensive. Antananarivo, Publications SRI-ATS, 2007, 35 p

24 Henri Laulanié (de), 1991, op. cit., p. 5.

25 Henri, Laulanié (de), 1993, op. cit.

26 Sous l’impulsion de l’ONG « Cercle chrétien d’études et d’actions pour le développement de Madagascar ».

27 Adrien Massonet, SRI, défis alimentaires et sous-développement à Madagascar. Mémoire master 2, université Paris-Sorbonne/Groupement SRI Madagascar, 2012.

28 GSRI, 2012, http://groupementsrimada.org/fr/.

29 Patrick Vallois, op. cit., p. 22.

30 Michel Raunet (Éd), Bas-fonds et riziculture, Actes du séminaire d’Antananarivo, 9-14 décembre 1991, Montpellier, Cirad, 1993.

31 Dominique Rollin, Le système de riziculture intensive (Katayama-Laulanié) est-il révolutionnaire ?, non publié 1992, 7 p.

32 Patrick Vallois op. cit., p. 87.

33 Isabelle Droy, « Situation et évolution des organisations paysannes et rurales. Madagascar », Lettre du Réseau GAO (base Horizon IRD). 1993, 64 p.

34 L’IREDEC est une ONG laïque crée sous l’influence de l’Église, qui appuie notamment les communautés ecclésiales villageoises SFK (Droy, 1993, p. 56). Elle associe la méthode Laulanié à ses travaux d’introduction du compost. C’est peut-être là que naît le message technique associant SRI et fumure organique.

35 V. Ratsimbarison, D. Williams, Les jardins de riz de Madagascar. Fiche Syfia, no 56, sept 1993.

36 « [...]rice yields on some 1,700 demonstration plots in farmers’ fields, with good water control, increased by an average of almost 100 percent compared with control plots using traditional techniques.[...] these results were achieved without any cash investment, using techniques adopted directly by the farmers » (BM, 1995, p. 5).

37 Banque Mondiale, Agricultural extension program support project Madagascar, Staff appraisal report Washington (DC), World Bank, 1995, p. 22.

38 Banque Mondiale, Agricultural extension program support project Madagascar, Staff appraisal report Washington (DC), World Bank, 1995, p. 10.

39 Christine Moser M., Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yield-increasing, low external input technology : the case of SRI in Madagascar », Agricultural Systems, 76, 2003, p. 1085-1100. Bart Minten, Christopher Barrett, Claude Randrianarisoa, Zazá Randriamiarana, Tiaray Razafimanantena, « Riz et pauvreté à Madagascar », The World Bank, African Region Working paper series, no 102, 2006.

40 Patrick Vallois op. cit.

41 Patrick Vallois, op. cit.

42 Norman Uphoff, « Agroecological implications of the system of rice intensification (SRI) in Madagascar », Environment, Development and Sustainability, 1999 — Dordrecht. Springer, 1999.

43 ATS, Voly Vary Maro Anaka, Système de riziculture intensive, Antananarivo, Publications SRI-ATS, 2007, 35 p. Un responsable de l’ADRAO, institution internationale de recherche rizicole absente de Madagascar (qui relève de l’aire de l’IRRI) reprend à son compte ces assertions dans une revue agronomique cotée : « in 1994 irrigated rice yields around Ranomafana were only about 2 t/ha [...]. Within 4 years [...] rice yields averaged 8.8 t/ha with some farmers reaching 12-16t » (Stoop et al., 2002, p. 253).

44 Norman Uphoff, op. cit.

45 Christine M. Moser, Christopher B. Barret, « The disappointing adoption dynamics of a yield-increasing, low external input technology : the case of SRI in Madagascar », Agricultural Systems, no 76, 2003, p. 1085-1100. Olivier Jenn-Treyer, Marie-Hélène Dabat, Philippe Grandjean, « Une deuxième chance pour le système de riziculture intensive à Madagascar ? », coll. int. Dynamiques rurales à Madagascar : perspectives sociales, économiques et démographiques Antananarivo, 15-16-17 novembre 2006, 28 p.

46 De même à Madagascar, pourquoi expliquer les hauts rendements par des « synergies » subtiles quand ils peuvent être liés à des facteurs autrement plus déterminants : choix des meilleurs sols, fortes doses cumulées de fumures, profondeur des labours (Tsujimoto et al., 2009, sur des parcelles de concours ATS). On est loin d’une pratique économe de ressources écologiques, sans parler des ressources économiques mobilisées. Un avantage au SRI peut cependant exister, dans certains cas bien précis (Serpantié et Rakontondramana, 2013).

47 Frédéric Gannon, Frédéric Sandron, « Convention de solidarité et intérêt collectif dans une communauté rurale malgache ». Colloque Conventions et institutions : approfondissements théoriques et contributions au débat politique, La Défense, 11-12 dec., 2003. Louis Bockel, Politiques publiques et pauvreté à Madagascar. La filière riz, moteur de croissance ou facteur de crise ? L’harmattan, Paris, 2005, 304 p. OlivierJenn-Treyer, Marie-Hélène Dabat, P. Grandjean, 2006, op. cit.

48 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yves Barthes, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, 2001, 358 p.

49 Michel Callon, Pierre Lascoumes, Yves Barthes, op. cit., p. 50.

Auteur

IRD, UMR GRED, Montpellier.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search