Version classiqueVersion mobile

Production et circulation des normes pour l’action territoriale

 | 
Philippe Bonnal
, 
Pascal Chevalier
, 
Marc Dedeire
, 
et al.

Production et (ré) interprétations des normes

Intensification écologique et ancrage territorial des productions dans l’Arganeraie marocaine

Nicolas Lacombe et François Casabianca

Texte intégral

Introduction

1La certification des productions agricoles est souvent envisagée comme une modalité de construction territoriale. Pourtant, les instruments permettant de tisser ce lien semblent aussi participer à la fragmentation des ressources en véhiculant des normes qui définissent des effets de cadrage entre nature et société. Le présent travail vise à caractériser l’incidence de la transposition du régime des indications géographiques (IG), de l’Europe latine vers le Maroc, sur les modalités de gestion des ressources. Nous traiterons des facteurs institutionnels qui contribuent à l’émergence de rivalités autour de ressources communes, du fait d’une pluralisation du système d’acteur, attribuant aux écosystèmes des significations et normes différenciées. La certification des produits de l’Arganeraie est le principal opérateur de ces changements.

  • 1 Concept inspiré des sciences agronomiques, l’IE vise à favoriser les processus écologiques (...)
  • 2 Espace géographique délimité défini à partir d’une communauté humaine qui construit au cou (...)
  • 3 Laurence Bérard, Philippe Marchenay, François Casabianca, « Savoirs, terroirs, produits : (...)
  • 4 Pierre Muller, « Un schéma d’analyse des politiques sectorielles », Revue française de sci (...)
  • 5 Bernard Hubert, Tévécia Ronzon, « Options pour l’intensification écologique : changements (...)
  • 6 Brigitte Prost, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79/2, 2004, p. 175 (...)

2Cette recherche s’inscrit dans le cadre d’un travail doctoral mené à propos des coproduits de l’élevage en Méditerranée et il s’agissait ici d’envisager les modalités de cohabitation entre l’huile d’argan et le chevreau, qui cohabitent autour de l’arganier. La partie marocaine de cette recherche est associée au projet ANR MOUVE relatif à l’intensification écologique1. L’enjeu était d’en éprouver son opérationnalisation au regard des politiques publiques et notamment du Plan Maroc Vert (PMV). Le second pilier de ce plan est très imprégné d’une volonté de transposition du modèle terroir2 au Maroc3. Cette nouvelle culture réside notamment dans une volonté politique de rompre avec une agriculture duale, et notamment de pouvoir concilier production et environnement, enjeu au cœur des préoccupations relatives à l’intensification écologique. Le cas de l’Arganeraie se révèle particulièrement enrichissant puisqu’il témoigne d’importantes contradictions entre les fonctions associées au terroir, les représentations qu’il véhicule, et une opérationnalisation difficile, qui parfois semble aller à l’inverse de ce qui en est attendu. De communautés rurales ayant jusqu’ici su proposer des modalités de gestion permettant de gérer les interdépendances entre activités, les productions, situées aujourd’hui au sein de régimes sectoriels différenciés4, ne participent-t-elles pas aujourd’hui à les déconstruire ? En s’appuyant sur la labellisation du chevreau de l’Arganeraie, qui vient cristalliser les conflits de gestion de la forêt, il a été possible de mener une analyse cognitive autour des dispositifs d’IG et de leurs implications sociotechniques. Je m’appuierais ici sur une controverse qui est venue disqualifier l’élevage caprin d’un point de vue écologique et qui résulte d’une mise en tension de deux usages forestiers interdépendants, la collecte des fruits et le pâturage (fig. 1). Cette situation est une modalité d’illustration de deux modèles de l’IE, l’un qualifié d’intégrationniste, l’autre de ségrégationniste5. Si le premier modèle se fonde sur une dissociation entre espace productif et de préservation afin d’assurer à ces derniers des conditions durables de renouvellement, dans le sens d’une sanctuarisation de la nature, le second vise à envisager leurs complémentarités dans le sens d’une multifonctionnalité de l’agriculture. La chèvre est-elle ainsi en train de devenir une marge de l’écosystème forestier6 ?

3L’enjeu consistera à caractériser, au travers d’une lecture historique les mutations qui touchent l’Arganeraie, les implications des démarches de certification sur cette cohabitation entre production et environnement. Je préciserais dans un premier temps le contexte général des politiques publiques marocaines afin de montrer l’imprégnation d’une culture du terroir que l’on retrouve notamment dans le PMV (i). Je confronterais ensuite deux façons d’envisager le terroir selon que celui-ci est défini au sein des communautés rurales ou dans le cadre d’un régime sectoriel, processus de transition engagé dans l’Arganeraie marocaine (ii). Enfin, je proposerais dans un troisième temps de caractériser les contraintes que revêt la gestion forestière dans un contexte intersectoriel, les conflits et régulations envisagés (iii).

Figure 1 – Arbitrage ministériel du projet de certification du chevreau de l’Arganeraie

Figure 1 – Arbitrage ministériel du projet de certification du chevreau de l’Arganeraie

(Source : Lacombe).

1 Les politiques publiques relatives à l’agriculture : la construction du rapport au local dans l’arganeraie

4Dans cette première partie, nous proposerons de fournir des éléments de compréhension relatifs à la mise en existence du terroir au Maroc, notamment au titre du PMV qui y accorde une place essentielle (i). Il sera ensuite proposé d’en envisager son déploiement dans l’Arganeraie et les fonctions associées à la mise en place d’IG dans cette forêt écologiquement fragile (ii). Afin de mieux comprendre ce modèle de production et de diffusion des normes, la figure proposée ci-dessous rend compte du système d’acteur associé à cette politique publique (fig. 2).

Figure 2 – L’instrumentation de l’action publique dans l’Arganeraie

Figure 2 – L’instrumentation de l’action publique dans l’Arganeraie

(Source : Lacombe).

1.1 L’imprégnation politique du « terroir » dans le Plan Maroc Vert

  • 7 Dossier : La valorisation des produits de terroir : ligne d’action du pilier 2 du Plan Mar (...)

5Le PMV offre un effet de cadrage des politiques publiques qui permet de lire les orientations de l’agriculture marocaine. Son pilier 2, relatif au « développement solidaire de la petite agriculture », est tourné vers les zones difficiles (agricultures montagnardes et oasiennes), parmi lesquelles l’Arganeraie. Forêt emblématique du Sud-ouest Marocain, l’arganier y est un pilier d’une agriculture de type agro-sylvo-pastorale. L’enjeu du pilier 2 est de sortir du dualisme entre modernisme et archaïsme et vise à inscrire la ruralité dans une agriculture compétitive tournée vers la qualité des produits traditionnels. Largement imprégné d’une culture politico-scientifique partagée avec la France, on y retrouve un véritable ancrage autour du « terroir ». Si le Maroc constitue un espace socioculturel distinct de l’Europe occidentale, des proximités politiques, administratives, économiques et scientifiques avec la France se sont construites compte tenu d’une histoire partagée. Cette proximité a imprégné les modèles de politiques publiques du point de vue de la construction de la relation de l’État au local. L’introduction du terroir dans le PMV en est un témoignage qui pourtant est confronté à sa transposabilité dans des territoires singuliers. Le PMV s’appuie sur des axes programmatiques tournés vers la mise en place d’IG, la valorisation des services écosystémiques qu’ils peuvent proposer, ainsi que la professionnalisation des exploitations. Il est fondé sur une démarche de développement territorial favorisant la responsabilisation des communautés quant à la gestion des ressources et leur investissement dans la construction de la décision publique. Il s’agit d’y valoriser la diversité des terroirs par une approche de type « panier de bien et de service », tout autant qu’encourager la production et la gestion de « biens publics » caractérisés par leur non rivalité et leur non exclusivité7. On voit ici une forte imprégnation d’une culture scientifique qui envisage le pluriel plus que le singulier, l’interdépendance plutôt que la segmentation. Et pourtant, les processus engagés dans l’Arganeraie semblent aller vers une fragmentation des systèmes productifs. Il s’agira de confronter ces attendus pluriels associés au terroir, les instruments sur lesquels ils s’appuient et leur capacité à répondre aux enjeux poursuivis.

1.2 L’opérationnalisation du terroir : entre marchandisation et préservation des ressources

6L’Arganeraie est aujourd’hui située dans un contexte de mise en compatibilité d’enjeux liés à la marchandisation des ressources, qui s’incarnent dans les IG, ainsi que leur préservation, associée au programme MAB (Man and Biosphere). Production et environnement ont vocation à cohabiter au sein d’un même espace et il s’agit d’envisager les modalités par lesquelles ces deux modes de qualification des territoires peuvent s’imbriquer. Les productions issues de l’arganier se caractérisent par leur typicité, un ancrage local associé à des conditions de production, des savoirs spécifiques, ainsi que des usages alimentaires permettant de situer leur existence dans le champ de la certification. L’arganier, arbre endémique de la région, les savoirs des femmes rurales berbères en termes de production d’huile, l’aptitude des chèvres à grimper aux arbres du fait de leurs caractéristiques génétiques et d’apprentissages, y sous-entendent l’existence d’un terroir. Cet ancrage territorial justifie l’engagement des productions d’huile d’argan et de chevreau de l’arganeraie dans des trajectoires de certification, obtenue pour la première et en cours d’instruction pour la seconde. Leur mise en œuvre a vocation à permettre une différenciation territoriale des productions dans la perspective d’accroitre les revenus des populations rurales témoignant d’une grande pauvreté. L’huile d’argan s’est démarquée sur le marché international par la valorisation d’attributs médicinaux, diététiques ou encore cosmétiques alors que le chevreau bénéficie d’un engouement renouvelé du fait de son attachement à des enjeux de santé publique, liés à la prévention contre les maladies cardio-vasculaires. Auparavant considéré comme la viande du pauvre, les attributs « santé », légitimés par les autorités publiques, confèrent à ce produit un statut nouveau au sein de la société alors que la viande ovine est disqualifiée sur ce type de registre. Jusqu’ici consommée par les populations rurales, elle a vocation à s’investir vers les marchés urbains alors qu’elle est aussi mobilisée dans une perspective d’attractivité touristique. Ces enjeux de marchandisation des ressources se combinent à une volonté de préservation de la forêt associée au programme MAB, approuvé en 1998 et qui vient qualifier l’Arganeraie en tant que patrimoine mondial de l’UNESCO. Il vise, dans un contexte de réduction de la densité de peuplement de la forêt, à favoriser le renouvellement biologique des ressources. Le plan d’action s’appuie sur l’établissement de nouvelles catégorisations spatiales associées à des enjeux de protection différenciés, tout en favorisant l’engagement des communautés locales dans sa gestion.

7Afin de rompre avec une agriculture duale, le PMV est venu apporter des correctifs de manière à mieux prendre en compte ses marges territoriales. Les politiques publiques s’appuient sur le modèle terroir qui a trouvé sens dans l’Arganeraie autour de deux produits phares, l’huile d’argan et le chevreau de l’Arganeraie, associés à des IG. Ces normes nouvelles semblent au-delà de l’enjeu de qualité, participer à des changements sociaux et techniques profonds qu’il s’agit maintenant d’envisager.

2 Du terroir communautaire au terroir sectoriel

8Après avoir envisagé le cadre général des politiques publiques agricoles marocaines, il s’agit maintenant d’en proposer une caractérisation de ses incidences sur l’Arganeraie marocaine. La certification des produits participe-telle seulement à la construction d’une qualité, ou induit-elle des changements majeurs en termes d’organisation des acteurs, des normes qui déterminent l’usage du territoire ? Je proposerais de caractériser les changements qui touchent non seulement l’identité des acteurs en référence à la réorganisation de la relation au travail mais aussi les modalités de production des normes territoriales. Je confronterais dans un premier temps le modèle familial d’agriculture à celui plus nouveau de « filière » (i), puis dans un second temps je préciserais les renouvellements liés à l’usage des ressources qui sont en jeu, en leur donnant sens au regard de la question de l’IE (ii).

2.1 « Filiérisation » des activités et « défamiliarisation » de l’agriculture

9Accompagner le développement de la petite agriculture n’est pas sans incidence sur l’organisation des activités agraires. Ainsi, dans quelle mesure, les dispositifs d’IG renouvellent la nature des réseaux sociaux et redistribuent les hiérarchies sociales ? Je présenterais ici les structures sociales issues du Maroc pré-colonial, qui perdurent encore aujourd’hui et qui s’incarnent dans l’organisation communautaire de la société conjointement à la place de la famille dans la distribution du travail (i). Je proposerais ensuite de caractériser les modalités de passage vers une agriculture sectorielle, sous l’effet notamment de l’introduction d’IG, et qui induit une forme de spécialisation agraire (ii).

2.1.1 Une agriculture communautaire et familiale diversifiée

10Les populations rurales de la région étudiée, la zone de Haha, située au sud d’Essaouira, s’inscrivent au sein d’une société communautaire, marquée par l’appartenance à une tribu qui trouve son origine dans un ancêtre commun, associée à des lignages composant des sous-fragments de tribus. Cette société préexiste à l’émergence de la nation marocaine et à l’étatisation de la sphère publique de telle sorte qu’elle est marquée par des règles de fonctionnement distinctes de celles connues aujourd’hui, et qui découlent de la réappropriation des structures politico-administratives issues du protectorat. La famille élargie représente une dimension essentielle de cette organisation sociale et va agir sur le fonctionnement des activités agricoles. Le statut d’« usager ayant-droit » est venu reconnaître par un Dahir de 1925, la continuité des droits autochtones issus de la coutume et malgré le statut de domanialité publique de la forêt, les communautés rurales bénéficient de droits étendus dans l’usage des terres. Ils ont vocation à couvrir différents types de besoins au sein d’une économie de subsistance et nous nous intéresserons ici au pâturage, à la collecte des fruits ainsi qu’à la mise en culture. Ces droits sont transmis par voie héréditaire et par alliance et se matérialisent à l’échelle du Douar, groupement d’habitation organisé autour de lignées familiales. L’ensemble des membres de la famille participent à l’activité agricole, qu’il s’agisse du chef de famille, des frères, femmes ou encore des enfants bergers.

11La communauté, en tant qu’organisation sociale, a fait émerger un ensemble d’institutions, de normes qui viennent définir les comportements de ses membres en termes d’utilisation de l’espace. Si elles ont aujourd’hui connu un certain émiettement, les Jmaâ représentaient les sources d’autorité traditionnelle, exerçant des compétences en termes d’administration de la vie civile et de la justice. Il en est issu un corps de règles coutumières qui édictent les relations entre les hommes et vis-à-vis du milieu et ce notamment dans une perspective de solidarité au sein d’une société égalitaire. Le respect des règles tient au statut de ses membres et au mode de décision. Composé de personnes réputées pour leur sagesse, leur érudition et étant issues de la communauté, le droit est édicté selon l’exigence de la Choura, fondé sur un principe de concertation associant la population à la prise de décision, ce qui en favorise l’acceptabilité. On comprend mieux pourquoi les forestiers bénéficient d’une légitimité limitée dans la mesure où ils appartiennent à un corps de fonctionnaires véhiculant des règles non issues de la communauté et qu’ils sont souvent étrangers à la tribu.

12Si cette organisation sociale a connu une fragilisation sous l’effet de l’implantation d’une administration territoriale, dans la région de Haha, une cohabitation de régimes de droit, d’échelles de gestion, témoigne d’un système composite. Aujourd’hui, la sectorisation des activités constitue une nouvelle pierre à cette édification sociale et normative.

Figure 3 – Vente de chevreaux dans les boucheries des souks

Figure 3 – Vente de chevreaux dans les boucheries des souks

(Source : Lacombe).

2.1.2 Le tournant engagé vers une agriculture sectorielle et spécialisée

13Nous allons ici caractériser les changements induits par la sectorisation des activités de production associées à la mise en œuvre d’IG, renouvelant les fonctions d’appartenance ainsi que les lieux de décision. Les éleveurs sont investis dans de nouvelles socialisations professionnelles, changement associé à la démarche de valorisation des chevreaux à partir des années deux mille, où ce produit jusqu’ici encastré dans sa communauté (fig. 3), va s’inscrire dans un nouvel espace social. Ateliers de dégustations, évaluation physico-chimique, médiatisation dans les foires caprines d’Essaouira représentent des épreuves de qualification nécessaires avant la soumission du premier projet en 2009. Il en a résulté un renouvellement du statut de l’éleveur, catégorie socioprofessionnelle qui désigne une nouvelle identité de métier, mais ne constituant pas historiquement un vecteur d’appartenance au sein des communautés. Ce statut découle de l’implantation de l’ANOC (association nationale des éleveurs ovins et caprins) dans l’Arganeraie où elle s’est structurée par la mise en place d’un groupement local mixte ovin-caprin. L’ANOC, qui s’est jusqu’ici investie dans la modernisation de l’élevage sur la base de référentiels ovins fondés sur l’intensification, va mobiliser dans l’Arganeraie des représentations liées à la construction des activités assez similaires. Elle matérialise son action par le développement de l’appui technique, situant l’élevage dans de nouveaux critères de productivité, visant notamment à accroitre la production de viande à l’échelle de l’exploitation. L’éleveur est ici socialisé dans une appartenance collective d’assimilation par le métier alors qu’il est en même temps dissocié de sa famille, ce qui déconstruit la prise en compte des interactions spatiales au sein de la communauté qui permettait la construction du lien aux ressources. L’éleveur va aussi être associé à de nouvelles coordinations professionnelles telles que les groupements d’intérêt économique, abattoirs, grossistes.

Figure 4 – Extraction de l’huile d’argan dans une coopérative féminine

Figure 4 – Extraction de l’huile d’argan dans une coopérative féminine

(Source : Lacombe).

14Si l’on se situe du point de vue de l’activité de production d’huile, il s’opère une dissociation par le genre où les femmes vont être situées dans de nouveaux modes de coordination professionnelle, associés à un renouvellement de leur relation au travail. La transformation des noix en huile, jusqu’ici opérée à l’échelle du foyer familial, va ici être concentrée vers les coopératives et industries oléicoles (fig. 4). Il en résulte l’instauration d’un statut salarial où les femmes sont rétribuées essentiellement pour des opérations de concassage des noix, alors que l’extraction de l’huile est aujourd’hui mécanisée. Il y a bien souvent une dissociation entre l’activité de transformation et la collecte puisque les femmes ne sont pas nécessairement des usagères de la forêt bénéficiant de droits de collecte. Des intermédiaires ont émergé et leur fonction est de collecter des lots de noix dans les souks auprès des usagers. La profession oléicole s’est aussi structurée autour de l’obtention d’une IG qui instaure une qualité collective et vient sceller une appartenance entre ses membres autour de la figure du produit. L’AMIGHA (association marocaine de l’indication géographique huile d’argane) est venue instaurer un régime de contrôle du cahier des charges à l’échelle des différentes phases de circulation du produit. La filière s’est aussi dotée d’une interprofession qui vise à stabiliser les relations entre les différents représentants du secteur considéré. On voit ainsi émerger une « verticalisation » des modes d’organisation des acteurs au détriment des coordinations territoriales horizontales.

  • 8 Antonio Da Cunha, Jean-Philippe Leresche, « Politiques sociales et gouvernance : analyser (...)
  • 9 Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, 1 (...)

15On assiste ici à une sectorisation de la société8, sous l’effet notamment de l’introduction d’IG qui viennent renouveler les appartenances sociales au profit de nouvelles identités professionnelles9. Ainsi deux secteurs d’activité différenciés se composent autour de l’huile d’argan et du chevreau de l’Arganeraie, ce qui pose de manière nouvelle leur cohabitation autour des usages de l’arganier, notamment au regard des cultures techniques.

2.2 Différenciation des représentations et normes associées aux pratiques

16Cette réorganisation sociale des agricultures n’est pas sans conséquences sur les cultures techniques. Sous l’effet de l’introduction d’IG, ne va-t-on pas vers une fragmentation de celles-ci, où chaque groupe social aurait un usage singulier des ressources partagées, et possiblement rival ? Je confronterais ici les deux modèles de l’IE, dit intégrationniste (i) et ségrégationniste (ii), au regard de la façon dont se reconstruisent les activités par le biais des IG.

2.2.1 Le terroir « intégrationniste » des communautés

17Si l’on se situe d’un point de vue historique, les usages du territoire, encore présents aujourd’hui, témoignent d’une imbrication forte entre activités de production. L’arganier y représente une ressource commune à l’élevage de chèvre qui en prélève les fruits et les feuilles, au sol ou sur l’arbre, et à la collecte des fruits. Afin d’organiser l’imbrication de ces activités, les communautés ont mis en place une organisation foncière plurielle où la différenciation des usages est structurée autour de plusieurs temporalités. Il convient de distinguer trois types d’espaces organisés à l’échelle du Douar. Les Melk désignent les terres à usage privé, ils sont associés aux cultures céréalières et destinés à l’alimentation humaine et au bétail notamment pour assurer la soudure alimentaire en été. Les terres sont ici semées à l’automne puis récoltées au printemps. Durant cette période, les chèvres sont conduites vers les Agdal, terres collectives de parcours non privatisées hormis les cas où il s’agit d’Agdal cultivés. À partir du 15 mai, les Agdal sont mis en défens afin d’assurer la collecte des fruits mûrs et chaque famille, selon l’étendue de ses droits, effectue des prélèvements sur des parcelles délimitées par des amas de pierres. Les troupeaux sont alors conduits vers les Mouchaa dont l’accès n’obéit pas à des règles particulières, ainsi que vers les Melk lorsque ceux-ci ont été fauchés. Les troupeaux, lorsqu’ils bénéficient de la repousse d’herbe à l’automne et au printemps voient une part importante de leurs besoins alimentaires assurés par les ressources au sol, alors qu’en période sèche ils privilégieront la grimpe sur l’arbre, permise par un travail de sélection génétique et d’apprentissage. Traditionnellement, le pâturage assure l’alimentation des chèvres mais a aussi vocation à permettre la collecte des noix qui seront régurgitées en bergerie une fois dépulpées et allouées ensuite à la production d’huile. Dans les représentations des familles, ces modes de conduite n’induisent pas de dégradation de la forêt, voire participent à sa régénération. Le réensemencement de l’arganier par la dissémination des noix, le travail de taille des bergers ou celui opéré par les chèvres lors du pâturage permettent d’assurer à l’arbre une bonne productivité et son renouvellement biologique. Par ailleurs, le parcours permet une diminution de la strate herbacée au sol, limitant ainsi le risque d’incendie alors que la fertilisation du sol permet d’assurer leur stabilisation et la limitation du risque érosif. Les bergers identifient d’autres sources de dégradation telles que le pâturage des camelins conduits par des nomades venus du Sahara ou les pratiques de gaulage.

2.2.2 Le terroir « ségrégationniste » des secteurs

18Si cette organisation reste prédominante, elle est aujourd’hui remise en cause compte tenu des dynamiques de sectorisation des activités, associées à la mise en œuvre de d’IG. Les ajustements productifs, les cultures techniques qui jusqu’ici résultaient du rôle et des compétences de la communauté, des familles, sont ici construits dans des régimes d’action dissociés, encourageant la fragmentation des ressources communes. Si l’on se penche sur la certification du chevreau de l’arganeraie, dans la première version du projet qui recouvre l’ensemble de la forêt et du cheptel (1,2 million de têtes), il s’agit de délimiter une qualité sensorielle et physico-chimique associée à un type d’alimentation. Le pâturage de l’arganier y occupe une place essentielle en tant que lien causal et notamment la pratique du pâturage aérien où est mise en avant l’aptitude des races à la grimpe. Ces constructions sociotechniques vont venir écarter la dimension territoriale de l’élevage, leur imbrication avec la collecte des fruits, où l’Agdal n’est envisagé que de manière anecdotique, ainsi que les règles liées à l’usage de l’espace. On est ici dans une situation de déterritorialisation de l’élevage où les pratiques ne sont pas qualifiées, ne permettant pas d’appréhender la capacité des communautés à assurer le renouvellement de la forêt. Le cahier des charges se situe également du point de vue de l’amélioration de la productivité animale et fait référence à l’appui technique tourné vers la sélection génétique et l’encadrement sanitaire de l’ANOC, ou encore à la traçabilité. Il traduit un affaiblissement de l’éleveur au profit d’une représentation socioprofessionnelle située dans d’autres référentiels de développement, sectoriels, qui finalement ne permettront pas de fournir à l’élevage une légitimité suffisante lors de l’instruction du projet.

19En ce qui concerne la certification de l’huile d’argan, elle s’est accompagnée elle aussi d’une requalification du produit, sacrifiant peu à peu les rapports de domestication de la forêt au profit d’une « féminisation » de l’activité ainsi qu’une naturalisation des écosystèmes. La valorisation du produit est ici située vers des espaces marchands mondialisés associés à de nouvelles formes de jugement, ce qui va venir encourager une requalification de l’huile d’argan, de plus en plus construite autour d’un usage cosmétique. La médiatisation de la femme rurale, associée à un ensemble de valeurs symboliques, va opérer une dissociation par le genre, écartant ainsi les pratiques de bergers autour de l’arganier (taille, dépressage) pourtant tournées vers sa productivité et son renouvellement. Associées à des valeurs de naturalité, les prescriptions du cahier des charges vont écarter les chèvres par l’interdiction de collecte des fruits issus d’une régurgitation animale, considérée comme ayant une incidence sur l’odeur de l’huile alors que cette contrainte était jusqu’ici contournée par le séchage et acceptée socialement dans les usages. L’engouement pour l’huile a aussi encouragé une privatisation de fait des Agdal, phénomène que l’on qualifie de « Melkisation » et qui consiste à mettre en culture des terres afin d’en interdire l’accès au parcours.

  • 10 Niklas Luhmann, The differentiation of society, New York, Columbia University Press, 1982, (...)

20Si les communautés rurales avaient jusqu’ici su construire des interdépendances entre activités, au travers de l’organisation des usages de l’espace, la sectorisation renouvelle le rapport entretenu aux ressources. L’autonomisation de sous-systèmes sociaux participe à la définition de normes autoréférencées10 qui ne permettent pas d’envisager les interactions écologiques entre usages, au risque d’une fragmentation territoriale.

3 L’émergence d’un terroir intersectoriel

21Nous avons pu mettre en avant le fait que le terroir s’était construit selon des principes de solidarité biologique entre espèces et activités et dont les cohabitations étaient régies par le fonctionnement des droits d’usages. Ce terroir est pourtant semble-t-il mis à mal, tout au moins renouvelé dans ses modalités d’organisation qu’il s’agit ici d’explorer. La différentiation sectorielle d’activités conjointes n’introduit-elle pas un risque de fragmentation territoriale ? Je préciserais ici les conflits qui résultent de la difficile cohabitation entre secteurs différenciés (i) pour ensuite tenter de préciser les compromis qui se composent autour de nouveaux objets spatiaux comme la relation à l’écosystème (ii).

3.1 Le conflit comme résultante d’une différentiation sociale des acteurs

22Dans ce contexte de différentiation des activités, il s’opère une autonomisation de sous-systèmes sociaux où chaque réseau d’acteur organisé autour du produit, va produire des normes autoréférencées. Les coproduits sont alors dissociés du fait de l’émergence de « terroirs institutionnels » qui vont venir déconstruire les interdépendances fonctionnelles, écologiques, entre activités. Cette situation fait alors surgir des rivalités, controverses autour de l’usage des ressources. Nous pouvons en identifier la traduction si l’on se situe du point de vue de l’arbitrage ministériel du projet de labellisation du chevreau de l’arganeraie. Le projet, soumis en instruction par l’ANOC, va faire l’objet d’une médiation par les autorités publiques qui vont venir non pas se situer essentiellement vers l’activité d’élevage, mais du point de vue de l’imbrication de cette activité avec la production d’huile ainsi qu’au regard du renouvellement biologique de la forêt. Lors de l’instruction, on assiste à une pluralisation du système d’acteur où vont être présents l’AMIGHA, ainsi que les forestiers, qui vont s’immiscer dans le rapport à la construction sociale de la qualité de la viande de chevreau. L’arbitrage qui va en résulter ne va pas se situer du point de vue d’une instruction de la qualité au regard des pratiques, mais intéresser la construction du lien entre les pratiques et l’enjeu de préservation de l’écosystème. L’élevage caprin va y être disqualifié au regard du comportement des chèvres, qualifiées d’ennemi no 1 de la forêt, la pratique du pâturage aérien étant considérée ici comme une menace pour l’écosystème (fig. 5).

23Le programme MAB est mobilisé comme cadre d’objectivation de la construction du rapport au territoire. C’est ici le patrimoine mondial qui se heurte à la construction locale du patrimoine, échappant aux communautés et laissant aux forestiers la capacité de légitimer leurs représentations, au regard de leurs compétences de police et de mise en œuvre du plan d’action du programme MAB. Cette situation témoigne d’un repositionnement du rôle de l’État face à l’émergence d’une société sectorielle dont il convient d’envisager la cohabitation au sein d’un même territoire. L’insuffisance du cahier des charges, tout autant que l’incapacité de ses dépositaires à le défendre sur la base d’un registre écologique va ainsi justifier son rejet associé à une prochaine instruction. Les normes de légitimation des activités ne se situent plus dans une relation du secteur à lui-même, mais d’un point de vue supra-sectoriel, territorial, qui vient renouveler la relation aux ressources.

Figure 5 – Pâturage aérien des chèvres dans l’Arganeraie

Figure 5 – Pâturage aérien des chèvres dans l’Arganeraie

(Source : Lacombe).

  • 11 Elinor Ostrom, Governing the Commons, The Evolution of Institutions for Collective Action, (...)
  • 12 Dominique Vinck, « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie d (...)

24Les groupes sociaux différenciés témoignent d’une singularisation autour de l’usage des ressources et notamment l’introduction de rivalités dans leur appropriation11. La situation fait émerger la figure du conflit comme espace d’ajustement entre des normes hétérogènes. Dans cet entre-deux émerge de nouveaux objets d’interactions12 qui se construisent autour de l’écologie du système forestier et des modalités de préservation de l’arganier.

3.2 Vers un terroir réseau organisé autour de l’imbrication des échelles de gestion

25L’incarnation du terroir dans sa forme institutionnelle, associée à la certification, déconstruit ses dimensions fonctionnelles, construites initialement sur la base d’interdépendances biologiques, spatiales, techniques. Toutefois, l’émergence de l’environnement en tant qu’objet qualifiant des activités permet de renouveler les modes de construction des légitimités associées à l’élevage, et ce en faveur du développement d’un modèle « intégrationniste », même si ce référentiel ne semble pas faire émerger de changements dans le secteur de l’huile. Dans une seconde phase qui succède à l’arbitrage négatif du projet, une reconception du projet va être envisagée et faire émerger de nouvelles régulations territoriales. Les dimensions communautaires, techniques, associées à l’élevage vont être réintroduites. L’émergence d’une association d’éleveurs de la région de Haha, se substituant peu à peu à l’ANOC dans la construction du projet, permet de réhabiliter les pratiques, et règles associées à l’usage de l’espace. Les échelles spatiales sont revisitées au profit de l’émergence d’un territoire plus restreint et limitant le cheptel considéré à 216000 têtes. Il s’opère autour de l’association une imbrication dans les appartenances professionnelles et communautaires, où les membres sont à la fois attachés à un métier et à leur tribu, ce qui permet d’envisager des traductions dans différentes sphères de sociabilité. Elle permet de situer un collectif professionnel dans un environnement socio-institutionnel pluriel, encourageant la construction d’interactions relationnelles, alors que la communauté, du fait de son encastrement, est difficilement situable dans un réseau élargi. L’association des usagers ayant-droit représente une autre catégorie organisationnelle, récemment créée, qui permet de resituer les communautés rurales dans leur dimension familiale. On peut aussi citer l’investissement auprès du réseau RARBA (réseau des associations de réserve de biosphère), qui a en charge l’opérationnalisation du programme MAB. Il peut permettre de situer l’élevage dans la mise en œuvre des objectifs alors que jusqu’ici ce réseau était essentiellement composé de coopératives féminines. L’interpénétration de ces réseaux est notamment le fait de personnes aux appartenances multiples ayant une position privilégiée auprès de différentes organisations de par leur statut au sein de la société, ce qui leur permet d’opérer des médiations et de favoriser des arrangements locaux.

  • 13 Bob Jessop, « The Governance of Complexity and the Complexity of Governance : Preliminary (...)
  • 14 Stéphane Nahrath, Frédéric Varone, « Les espaces fonctionnels comme changements d’échelles (...)

26Afin de stabiliser des compromis nouveaux entre acteurs hétérogènes ayant des représentations différenciées de l’espace, des conflits de légitimité s’organisent, conduisant les éleveurs à renouveler la nature de leur projet. On aboutit ici à une réinscription communautaire de l’IG, à la redéfinition des échelles, permettant de réintégrer les modalités de gestion écologique de la forêt. Cela traduit un problème de gouvernance lié au passage d’une organisation communautaire vers une organisation sectorielle13. La situation s’apparente au sens de Nahrath et Varone, à un espace fonctionnel de durabilité, composé de rivalités et de systèmes de régulation autour de l’appropriation des ressources14.

Conclusion

  • 15 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Scien (...)

27À l’issue de cette recherche, on constate que la poursuite d’une politique de terroir au Maroc est confrontée à la réalité de ses structures socioculturelles locales préexistantes. L’opérationnalisation du terroir, par la voie des IG, vient le façonner dans de nouvelles configurations sociotechniques qui en déconstruisent les significations initiales. En effet, ces instruments ont pour effet de dissocier les activités dans des régimes d’action différenciés où se réorganise la relation aux ressources biologiques. Les interdépendances entre coproduits construites par les communautés y sont fragilisées au profit de l’émergence de normes rivales relatives aux usages des ressources communes. Il en résulte une fragmentation des systèmes socio-écologiques et de ce point de vue l’opérationnalisation du terroir par les IG valide l’émergence d’un modèle ségrégationniste de l’IE. Cela souligne la non neutralité des instruments de certification, c’est-à-dire au-delà des fonctions pour lesquelles ils sont conçus, leurs effets secondaires, rarement anticipés15. Toutefois, le conflit va représenter un mode d’interaction permettant de requalifier le lien à l’espace sur la base de référentiels non sectoriels et permettant de renouveler leurs interdépendances. Cette situation permet de favoriser l’émergence d’un modèle intégrationniste de ré-articulation entre enjeux de production et de préservation. Il convient ici d’adopter une lecture processuelle, relationnelle de l’IE, incluant la diversité et l’imbrication des échelles d’action afin de contextualiser la technique dans des changements sociaux. Ce travail souligne l’enjeu de différencier une lecture écosystémique du terroir, organisé autour d’interdépendances biologiques, d’un terroir institutionnel qui s’ancre dans les dispositifs de certification, et dont l’effet est de déconstruire des interdépendances au profit d’appropriations autoréférencées.

Notes

1 Concept inspiré des sciences agronomiques, l’IE vise à favoriser les processus écologiques contribuant à améliorer la productivité. Thierry Doré, David Makowski, Eric Malézieux, Nathalie Munier-Jolain, Marc Tchamitchian, Pablo Tittonell, « Facing up to the paradigm of ecological intensification in agronomy : Revisiting methods, concepts and knowledge », European journal of agronomy, no 34, 2011, p. 197-210.

2 Espace géographique délimité défini à partir d’une communauté humaine qui construit au cours de son histoire un ensemble de traits culturels distinctifs, de savoirs, et de pratiques fondés sur un système d’interactions entre le milieu naturel et les facteurs humains. Les savoir-faire mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et permettent une reconnaissance pour les produits ou services originaires de cet espace et donc pour les hommes qui y vivent. Les terroirs sont des espaces vivants et innovants qui ne peuvent être assimilés à la seule tradition (INRA-UNESCO).

3 Laurence Bérard, Philippe Marchenay, François Casabianca, « Savoirs, terroirs, produits : un patrimoine biologique et culturel », dans Sylvander B., Casabianca F., Coulon J.B., Roncin F., Produits agricoles et alimentaires d’origine : enjeux et acquis scientifiques, INRA Éditions, Paris, 2008, p. 98-105.

4 Pierre Muller, « Un schéma d’analyse des politiques sectorielles », Revue française de science politique, no 2 (35), 1985, p. 165-189. Selon Pierre Muller, le secteur se définit comme assemblages de rôles sociaux structurés autour une logique verticale et autonome de reproduction.

5 Bernard Hubert, Tévécia Ronzon, « Options pour l’intensification écologique : changements techniques, sociaux et territoriaux », dans Paillard S., Treyer S., Dorin B., Agrimonde, Scénarios et défis pour nourrir le monde en 2050, coll. « Matière à débattre et décider », Éditions Quae, 2010, 296 p.

6 Brigitte Prost, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79/2, 2004, p. 175-182.

7 Dossier : La valorisation des produits de terroir : ligne d’action du pilier 2 du Plan Maroc Vert (http://agrimaroc.net/dossier/_produits/_terroir.pdf)

8 Antonio Da Cunha, Jean-Philippe Leresche, « Politiques sociales et gouvernance : analyser les changements », dans Da Cuhna A., Leresche J.-P. et Vez I., Pauvreté urbaine : Le lien et les lieux, Lausanne, Réalités sociales, 1998, p. 201- 245.

9 Claude Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, 1991, Paris, A. Colin.

10 Niklas Luhmann, The differentiation of society, New York, Columbia University Press, 1982, 512 p.

11 Elinor Ostrom, Governing the Commons, The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, 280 p.

12 Dominique Vinck, « De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière », Revue d’anthropologie des connaissances, no 1 (3), 2009, p. 51-72.

13 Bob Jessop, « The Governance of Complexity and the Complexity of Governance : Preliminary Remarks on some Problems and Limits of Économie Guidance », dans Amin A., Hausner J., Beyond Market and Hierarchy : Interactive Governance and Social Complexity, 1997, Cheltenham, Edward Elgar.
L’« art complexe » consistant à piloter des agences, des institutions et des systèmes multiples, autonomes sur le plan opérationnel les uns par rapport aux autres, mais en même temps structurellement couplés entre eux par le biais de formes diverses d’interdépendance réciproque.

14 Stéphane Nahrath, Frédéric Varone, « Les espaces fonctionnels comme changements d’échelles de l’action publique », dans Faure A., Leresche J.-P., Muller P., Nahrath S., Action publique et changements d’échelles : les nouvelles focales du politique, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 235-249.

15 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences Po « Académique », 2005, 370 p.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Arbitrage ministériel du projet de certification du chevreau de l’Arganeraie
Crédits (Source : Lacombe).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3391/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 2 – L’instrumentation de l’action publique dans l’Arganeraie
Crédits (Source : Lacombe).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3391/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 – Vente de chevreaux dans les boucheries des souks
Crédits (Source : Lacombe).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3391/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Figure 4 – Extraction de l’huile d’argan dans une coopérative féminine
Crédits (Source : Lacombe).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3391/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 5 – Pâturage aérien des chèvres dans l’Arganeraie
Légende (Source : Lacombe).
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3391/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k

Auteurs

INRA Corse, UMR LRDE, Corte.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search