Version classiqueVersion mobile

Production et circulation des normes pour l’action territoriale

 | 
Philippe Bonnal
, 
Pascal Chevalier
, 
Marc Dedeire
, 
et al.

Les référentiels de l’action territoriale en discussion

Cycle, réseaux, récits : questions de recherche sur l’action publique locale-globale

Alain Faure et Pierre Muller

Texte intégral

  • 1 Bruno Jobert, (dir), Le tournant néo-libéral en Europe : idées et recettes dans les pratiq (...)
  • 2 Philippe Bezes, Réinventer l’État : les réformes de l’administration française, 1962-2008, (...)
  • 3 Pierre Muller, Réjane Sénac-Slawinski, Genre et action publique : la frontière public-priv (...)

1Ce chapitre propose une contribution à l’une des questions qui suscite le plus de controverses aujourd’hui dans la communauté des spécialistes de l’analyse de l’action publique : comment décrypter la place du « local » dans les transformations profondes qui affectent les conditions d’exercice du gouvernement des sociétés occidentales et, plus généralement, la place de l’État dans un contexte de changement accéléré. Depuis le choc pétrolier des années soixante-dix et la montée en puissance d’une pensée néo-libérale sensée traduire la « nécessité » du changement1, les interrogations sur le rôle des autorités publiques se sont multipliées. Alors que l’État semblait condamné sans autre forme de procès par les néo-libéraux comme étant « le » problème, la plupart des chercheurs s’accordent aujourd’hui pour considérer que le retrait et le renforcement des États apparaissent comme deux mouvements simultanés, ce qui complique l’interprétation des transformations en cours. Des processus de privatisation ou d’agencification2 se combinent ainsi avec la mise en place de politiques publiques dans des domaines toujours plus nombreux et souvent en prise plus directe avec la sphère privée3.

1 Le temps des régulations entrecroisées

2Parmi les enjeux de cette évolution des États, la question du local devient centrale. En France par exemple, le mouvement continu de décentralisation depuis plus de trente ans conduit à reformuler les interrogations portant sur la dimension infranationale dans la fabrique des politiques publiques. Mais là encore, la question va bien au-delà d’une approche en termes de vases communicants ou d’une simple diminution des compétences de l’État au profit des collectivités locales. En réalité, l’État et le local se transforment simultanément et selon des logiques de régulation entrecroisée où une multitude d’acteurs interagit à différentes échelles et sur des objets très variés.

3Tout le problème est de savoir s’il est possible de formuler un cadre théorique permettant de penser les changements qui affectent à la fois les secteurs de l’État et les différentes échelles de gouvernement des sociétés occidentales. Pour éclairer cette équation complexe, trois hypothèses sont mises en discussion.

  • 4 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Cours au Collège de France, 1977-1978, (...)

4La première concerne les enjeux contemporains de régulation publique et leur inscription progressive dans un mouvement de gouvernance globale. Les transformations de l’action publique peuvent en effet s’analyser sous la forme d’une succession de cycles qui désignent à chaque fois l’émergence d’une nouvelle forme de gouvernementalité4. Parmi d’autres caractères, chacun de ces cycles est porteur d’un mode spécifique de relation global/local. Notre hypothèse est que nous entrons dans un cycle de gouvernance globale qui conduit à un changement des cadres cognitifs et normatifs globaux et donc à une reformulation de la tension entre le global et le local.

  • 5 Neil Brenner, New State Spaces : Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, (...)

5La deuxième hypothèse concerne les enjeux d’échelles qui caractérisent et orientent ce nouveau cycle5. Les interactions multi-acteurs et multi-niveaux fonctionnent sur une logique réticulaire qui produit à la fois de la fluidité et de la fragmentation. Cette évolution implique d’étudier comment l’action publique infranationale transforme les styles et les régimes de gouvernement en allant au-delà de la controverse binaire du changement par incrémentalisme ou par rupture.

  • 6 Roe Emery, Narrative Policy Analysis : Theory and Practice, Durham, Duke University, 1994.

6La troisième hypothèse concerne enfin les enjeux narratifs qui accompagnent ces enjeux de régulation et d’échelles6. Le niveau local devient l’espace démocratique privilégié de mise en récits du bien commun, à la fois pour cristalliser les mobilisations sociales et identitaires, pour produire des expertises et pour formuler de nouvelles promesses politiques.

7Nous verrons comment ces trois évolutions orientent les mécanismes de circulation des idées vers une action publique locale-globale en soulignant, en guise de conclusion, la panne de référentiels qui semble en découler en termes de médiation politique.

2 Un quatrième cycle de gouvernementalité

  • 7 Pierre Muller, 2013, Les politiques publiques, Paris, PUF, coll. « Que sais je ? », p. 78- (...)

8Dans une perspective d’analyse des politiques publiques, les transformations de l’action publique peuvent s’analyser comme une succession de cycles qui correspondent à chaque fois à une forme de gouvernementalité spécifique. L’usage de cette notion de cycle se justifie parce que chacun d’eux (que l’on va détailler plus loin) se caractérise par la même temporalité. À chaque fois, on repère le développement d’un type de gouvernementalité qui va s’imposer à travers une façon spécifique de traiter les problèmes, puis, au bout d’un certain temps, connaître une crise entraînant une reformulation des formes de l’action des autorités gouvernementales et de la manière dont sont pensées les politiques publiques à une époque donnée. Le changement de cycle ne signifie donc pas un retour en arrière, au contraire, pourrait-on dire, puisque chaque cycle correspond à un moment précis de l’histoire. On parlera de cycle parce qu’à chaque fois, les modalités du changement sont similaires (la crise entraîne l’émergence, puis la domination d’une nouvelle forme de gouvernementalité, qui entraîne à son tour une nouvelle crise). Les cycles d’action publique constituent à proprement parler la scansion de l’historicité de l’État : ils scandent l’épaisseur politico-administrative d’une situation historique7.

9Chaque cycle renvoie à trois dimensions, trois champs qui donnent leur sens à l’action publique et dont la friction permet d’en comprendre le changement : un régime économique, des règles de citoyenneté et un style d’action publique. Pour comprendre les transformations de l’action publique de manière systémique, il faut saisir la relation entre ces trois dimensions dont l’articulation constitue la substance d’un cycle :

  • le régime économique et social fixe les modalités de la production et de l’échange, la manière dont une société définit son rapport à la richesse,
  • les règles de citoyenneté rendent compte du rapport des individus à l’espace civique à travers des normes et des institutions,
  • le style d’action publique est structuré par un référentiel global, il reflète une vision du monde dominante à une époque.

10En adoptant cette grille de lecture, on peut distinguer quatre cycles qui permettent de restituer l’historicité des politiques publiques. Le premier, le cycle de l’État libéral, va de la deuxième moitié du xixe siècle à la crise de 1929 et à la seconde guerre mondiale, et correspond à la naissance des politiques publiques. Le deuxième, le cycle de l’État providence, s’étend de la seconde guerre mondiale jusqu’aux années soixante-dix. Le troisième, le cycle de l’État entreprise, va des années soixante-dix jusque dans les années deux mille. Nous faisons l’hypothèse que la période actuelle correspond à l’ouverture d’un nouveau cycle que l’on pourrait qualifier de cycle de la gouvernance durable. Il se caractérise notamment par une montée en puissance des préoccupations environnementales, un régime de citoyenneté en réseaux, des communautés virtuelles choisies, un regain des revendications identitaires territorialisées, une professionnalisation des expertises locales. L’hypothèse que nous souhaitons défendre ici est que cette nouvelle forme de gouvernementalité, fondée sur une nouvelle combinaison entre niveaux et acteurs de l’action publique, correspond à l’émergence d’un référentiel de l’efficacité globale qui donne au « local » un statut beaucoup moins subsidiaire que par le passé.

11Parmi les indices qui permettent de diagnostiquer l’entrée dans un nouveau cycle d’action publique, quatre tendances méritent d’être soulignées :

  • la montée en puissance des pays dits « émergents » (le processus de globalisation ne se limite plus au monde occidental8),
  • la place toujours plus centrale des questions environnementales (le réchauffement climatique marque l’entrecroisement des enjeux globaux et des controverses locales),
  • la remise en cause par la crise économique du credo néolibéral (la question des rapports entre États et marchés est frontalement et radicalement reformulée dans le contexte de la « grande récession9 »),
  • la globalisation des réseaux d’information (la formule jusqu’ici hasardeuse du « village mondial » devient réalité).

3 Des réseaux multi scalaires, fluides et fragmentés

12Ces différentes tendances entrainent l’expérimentation de nouvelles formes de gouvernementalité, avec notamment une reformulation de la relation entre le global et le local. Le passage du cycle de l’État-entreprise au cycle de la gouvernance durable correspond à une transformation considérable des modalités d’exercice de l’action publique infranationale. Pour dire les choses de manière un peu tranchée, si le cycle 2 était celui de la toute-puissance (supposée) des États et le cycle 3 celui des entreprises, le cycle 4 promet d’être celui des réseaux.

13Cela ne signifie en aucune façon que les États et les entreprises vont « disparaître ». On constate simplement que les modes d’exercice du gouvernement se transforment dans un modèle où l’espace public se fragmente et se fluidifie, aucun acteur n’ayant véritablement la possibilité de monopoliser, même de manière relative, la production du sens et la définition des instruments d’action publique. Dans ce contexte mouvant, les transformations de la relation entre global et local prennent plusieurs formes.

  • 10 Anne-Cécile Douillet, Alain Faure, Charlotte Halpern, Jean-Philippe Leresche (dir.), L’act (...)
  • 11 Romain Pasquier, Le pouvoir régional : mobilisations, décentralisations et gouvernance en (...)

14On constate d’abord la remise en cause, au moins tendancielle, des relations hiérarchiques entre le centre et les « périphéries » ou, plus exactement, un nouveau partage de rôles entre les deux. Ainsi en France, le mouvement de décentralisation s’est traduit récemment par un renforcement du rôle de l’administration territoriale, et notamment des préfets mais aussi des bureaucraties régionales et métropolitaines, dans un contexte ouvert de réforme de l’État10. Dans le même temps, l’autonomie croissante des collectivités locales entraine une pression renforcée pour le respect de règles managériales, et l’entrecroisement des niveaux de gouvernement local vient encore renforcer cette remise en cause d’une relation « top down »11.

15De ce fait, les différents niveaux qui constituent l’infranational sont moins mis en ordre à travers l’expression de pouvoirs hiérarchiques qu’à partir de la capacité des acteurs à construire des récits qui ont vocation à cadrer l’espace civique (ou plus exactement les espaces civiques infranationaux). Ces récits sont produits à la fois par des élus et par des acteurs de la société civile comme les entreprises, les associations de défense de l’environnement ou les comités d’usagers. Nous verrons plus loin que c’est leur entrecroisement et leur télescopage qui donnent sens à la politique. On peut remarquer ici (on y reviendra en conclusion) que le concept de référentiel, si on l’entend comme un cadre normatif et cognitif qui s’impose aux acteurs, ne rend plus compte de cet enchevêtrement des récits, enchevêtrement qui se caractérise au contraire pas son extrême fluidité.

  • 12 Alain Faure, Jean-Philippe Leresche, Pierre Muller et Stéphane Nahrath (dir.), Action publ (...)
  • 13 Saskia Sassen, Critique de l’État : territoires, autorités et droits de l’époque médiévale (...)

16Partout en Europe, la principale caractéristique de cette évolution concerne l’hétérogénéité de l’inscription spatiale et temporelle des acteurs12. Ainsi, la construction des coalitions d’acteurs va-t-elle intégrer les stratégies à court terme (électorales par exemple) et à long terme (stratégies d’investissement économique), mais aussi les stratégies « locales » (lutte contre l’exclusion...) et « globales » (stratégies économiques et financières de firmes, mais aussi positionnement des acteurs sur les questions écologiques). Ce qui ressort des politiques publiques étudiées, c’est le sentiment d’un continuum entre les échelles infranationales, nationales et globales13. Ce ne sont plus des univers différenciés, ils sont convoqués simultanément dans la stratégie des acteurs. Mais cette fluidité réticulaire s’accompagne aussi d’un puissant et permanent processus de fragmentation des intérêts et des champs d’intervention.

17La construction et la légitimation de priorités d’action publique reposent ici sur la capacité de certains acteurs locaux à mettre en lien ou en phase les différentes strates qui constituent les « espaces civiques locaux ». Il s’agit pour eux d’articuler, dans une perspective résolument multi scalaire, les différents champs au sein desquels l’action publique locale se déploie.

4 Les mises en récit du bien commun local

18Cette évolution implique de porter une attention particulière aux récits de l’action publique locale qui renouvellent les modes de construction de la citoyenneté. L’entrée dans ce quatrième cycle d’action publique se caractérise en effet par l’émergence de nouvelles formes de rapports à l’espace public pour les individus et les groupes. Après la citoyenneté de classe caractéristique du cycle 1, après la citoyenneté sectorielle du cycle 2, après l’individualisme entrepreneurial du cycle 3, l’entrée dans le cycle de la gouvernance durable témoigne de l’émergence de récits centrés sur l’identité citoyenne. Sans que ne soient aucunement remises en cause les tendances à l’individualisation des sociétés et à la dominance des relations marchandes, cette insertion des individus dans la sphère publique passe de plus en plus souvent par la construction locale de réseaux qui, là encore, transgressent de manière spectaculaire l’autonomie antérieure des différents niveaux d’action publique. On constate à cet égard que le niveau local reste, paradoxalement à l’heure de la globalisation, le lieu privilégié des mobilisations sociales et identitaires, l’espace où des attentes politiques sont formulées et débattues.

19L’activité de réenchantement des problèmes par les individus se manifeste de multiples façons dans les espaces locaux, aussi bien en milieu urbain que périurbain et rural.

20La facette émergente la plus médiatisée concerne les mobilisations collectives qui contestent frontalement le bien-fondé de grands projets publics.

21Une autre facette (plus ciblée et ponctuelle) se développe avec les habitants qui s’impliquent dans des groupes d’usagers sur des dossiers sensibles touchant leur vie quotidienne et leur environnement immédiat.

22Une facette plus classique de mobilisation perdure qui concerne la vitalité, dans chaque configuration territoriale, d’une multitude de groupes d’intérêts reconnus par les institutions locales et en contact direct avec la société politique locale.

23On voit aussi se multiplier les groupes ad hoc qui combinent des attentes sociétales militantes et des dynamiques plus communautaires et localisées sur le bien-être à l’échelle d’un quartier, d’un village ou d’une micro-région.

24De même, assiste-t-on à une impressionnante professionnalisation des micro-espaces de production d’expertise sur les services publics et d’évaluation des politiques publiques locales, aussi bien dans les sphères privées et associatives qu’au cœur des administrations territoriales.

  • 14 Guillaume Gourgues, Les politiques de la démocratie participative, Grenoble, PUG, 2013.

25Enfin, il faut bien sûr mentionner l’inflation des dispositifs participatifs que les collectivités locales financent et encouragent, à toutes les échelles territoriales, pour sonder la demande citoyenne et célébrer les vertus de la démocratie de proximité14.

  • 15 Paul Pierson, « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », American (...)
  • 16 Jeremy Richardson (dir.), Policy Styles in Western Europe, Londres, Allen and Unwin. 1982.

26Malgré leur hétérogénéité, ces différents mouvements de cristallisation des idées en promesses politiques ont pour point commun de proposer une lecture du bien commun qui échappe, parfois radicalement, aux canaux classiques de production des rhétoriques sur l’intérêt général. Sans entrer dans le débat (compliqué) des dépendances aux sentiers propres à chaque institution15, à chaque filière d’activités et à chaque style politique national16, il faut souligner ici l’hétérogénéité des façons d’argumenter ce qui relève du vivre ensemble dans la cité.

  • 17 Claudio M. Radaelli, « Logiques de pouvoirs et “récits”, dans les politiques publiques de (...)

27On préférera la notion de récit17 à celle de rhétorique ou de discours pour souligner le fait que le référentiel de l’efficacité globale est spécifiquement imprégné par la symbolique localisée et contextualisée des prises de position. Dit autrement, l’argumentaire des acteurs procède d’une construction narrative sensible dans laquelle l’esprit des lieux possède souvent une importance décisive. Il apparaît ainsi que les termes du débat démocratique diffèrent selon chaque culture politique locale et selon chaque appréhension sectorielle du rapport global-local. Ainsi, les arguments sur la frontière public/privé comme ceux sur la légitimité comparée des paroles citoyenne, experte et politique oscillent-ils en fonction de plusieurs critères :

  • dans les régions urbaines, on observe des arbitrages différenciés concernant le rôle des dispositifs d’interface (commissions, comités, conseils, groupes...) dans le pilotage des politiques publiques métropolitaines,
  • dans chaque contexte rural et périurbain, la capacité de mobilisation des résidents et des professionnels dans les arènes politiques intercommunales oriente la portée des récits sur la « durabilité » des activités industrielles, récréatives et paysagères,
  • la gestion des espaces naturels et patrimoniaux sensibles reste souvent suspendue à l’issue des joutes (verbales, juridiques, politiques...) opposant différentes catégories d’acteurs ou groupes d’acteurs sur les questions polysémiques de l’identité et de l’authenticité locales,
  • les villes centre et les pôles de centralité des métropoles institutionnalisent des modes d’organisation des intérêts catégoriels qui reflètent les singularités des relations de clientélisme construites sur le temps long au sein des municipalités et des départements (ou provinces ou régions, selon les pays),
  • sur le plan symbolique, ces indices suggèrent une mise en ordre mais aussi une dispersion. Les récits de la citoyenneté sont caractéristiques d’une fragmentation du rapport à l’espace civique, fragmentation qui fait écho à celle de l’action publique. Il existe en effet une symétrie entre la diversité de ces fabriques discursives territorialisées et l’hétérogénéité des dispositifs et instruments qui segmentent, à toutes les échelles d’intervention, le traitement public des problèmes. Les mises en récits du bien commun s’invitent ainsi au cœur du processus de gouvernementalité : elles nous informent sur une activité de transcodage des problèmes qui s’émancipe du raisonnement sectoriel et balistique centré sur l’État18 mais qui ne dessine pas pour autant une nouvelle grammaire de la domination et du pouvoir.

5 Le brouillage des référentiels sectoriels

28Le schéma d’analyse que nous avons esquissé appréhende la circulation et l’appropriation des normes de l’action publique locale autour de trois hypothèses : l’émergence d’un cycle de gouvernance durable ; un rapport global-local multi scalaire ; des récits territorialisés sur le bien commun. Nous souhaitons conclure le propos en insistant sur le brouillage des référentiels sectoriels que ce cycle, ces réseaux et ces récits semble générer. Nous avons souligné dans l’introduction que le défi analytique portait surtout, en science politique, sur l’entrecroisement complexe des régulations publiques tant horizontales que verticales. Avec la remise en cause des relations centre-périphéries et l’affirmation des espaces civiques locaux, on constate un double brouillage des référentiels sectoriels sur leurs fondations et dans leurs impacts.

  • 19 Bernard Poche, L’espace fragmenté. Éléments pour une analyse sociologique de la territoria (...)
  • 20 Erwing Goffman, La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

29Le moment de la gouvernance globale et des réseaux multi-scalaires configure certes de nouveaux espaces de médiation mais la montée en puissance des récits localisés ne permet plus d’observer des processus homogènes de cristallisation des conflits politiques en solutions publiques. Aussi bien en milieu rural que périurbain ou métropolitain, les mondes sociaux locaux défendent les enjeux collectifs sur des arguments de souveraineté groupale qui contestent (souvent frontalement) la souveraineté politique et l’expertise technique de l’État. Pour étudier ces formes hétérogènes de résistance, on reprendra volontiers les analyses de Bernard Poche sur L’espace fragmenté19 lorsque le sociologue a détaillé dans les sociétés rurales comment le groupe, en tant que phénomène contextuel, asseyait sa cohésion sur le langage. Dans les espaces civiques en formation, les plaidoyers identitaires ne sont pas de simples curseurs du changement, ils construisent une façade du territoire au sens goffmanien du terme20 : le récit a pour fonction de légitimer le savoir indigène, il permet d’afficher une certaine représentation de l’ordre local au sein des réseaux multi-scalaires et au cœur du référentiel de l’efficacité globale.

  • 21 Pierre Muller, « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique : structures, (...)

30On retiendra que dans tous les types de configuration territoriale, ce travail de réenchantement est à la fois partiel et contingent. Il peine à produire des référentiels sectoriels qui exprimeraient une relation dynamique de contraintes sur les agents. Il ne favorise pas l’émergence de médiateurs opérant la transaction avec des enjeux plus globaux21. Ainsi, le cycle de la gouvernance durable encourage-t-il la confrontation des idées et des intérêts mais sans que le langage du pouvoir ne devienne dominant ou hégémonique, comme si les processus de mise à l’agenda des problèmes ne produisaient ni idéologie, ni doctrine, ni doxa, ni matrice cognitive.

  • 22 Theodore Lowi, Arenas of Powers : Reflections on Politics and Policy, Norman Nicholson Ed. (...)
  • 23 Bruno Jobert, « Une approche dialectique des politiques publiques. L’héritage de l’État en (...)

31L’impact des récits et des réseaux sur la production du sens constitue donc la principale énigme de l’action publique locale-globale en formation. On pouvait jusqu’alors distinguer les arènes, lieux d’affrontement entre acteurs, des forums, lieux de traduction des problèmes en priorités collectives. Cette dichotomie, approfondie dans la littérature anglosaxonne consacrée aux Public Arenas22, permettait d’opérer une distinction entre politics (la compétition politique), policies (l’action publique) et problems streams (le public). Quelques auteurs pointaient l’émergence de référentiels civiques conquis par les citoyens dans l’accès à l’espace public23 tandis que beaucoup d’autres soulignaient que chaque type de politique publique déterminait une structure de compétition politique. Depuis deux décennies, qu’ils soient experts, militants ou identitaires, les discours politiques illustrent le paradoxe démocratique d’un langage à la fois omniprésent et impuissant pour que les policies et les problems streams deviennent des enjeux de politics.

Notes

1 Bruno Jobert, (dir), Le tournant néo-libéral en Europe : idées et recettes dans les pratiques gouvernementales, Paris, L’Harmattan, 1994.

2 Philippe Bezes, Réinventer l’État : les réformes de l’administration française, 1962-2008, Paris, PUF, 2009 ; Daniel Benamouzig, Julien Besançon, « Les agences : de nouvelles administrations publiques ? », dans Borraz Olivier, Guiraudon Virginie (dir.), Politiques publiques : 1, La France dans la gouvernance européenne, Paris, Presses de Sciences po, 2008, p. 283-307.

3 Pierre Muller, Réjane Sénac-Slawinski, Genre et action publique : la frontière public-privé en questions ?, Paris, L’Harmattan. 2009.

4 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population, Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard-Seuil, 2004.

5 Neil Brenner, New State Spaces : Urban Governance and the Rescaling of Statehood, Oxford, Oxford University Press, 2004, 351 p.

6 Roe Emery, Narrative Policy Analysis : Theory and Practice, Durham, Duke University, 1994.

7 Pierre Muller, 2013, Les politiques publiques, Paris, PUF, coll. « Que sais je ? », p. 78-88.

8 Immanuel Wallerstein, Comprendre le monde : Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte, 2004

9 Jean-Luc Gréau, La Grande Récession, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2012.

10 Anne-Cécile Douillet, Alain Faure, Charlotte Halpern, Jean-Philippe Leresche (dir.), L’action publique locale dans tous ses états : différenciation et standardisation, Paris, L’Harmattan. 2012.

11 Romain Pasquier, Le pouvoir régional : mobilisations, décentralisations et gouvernance en France, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

12 Alain Faure, Jean-Philippe Leresche, Pierre Muller et Stéphane Nahrath (dir.), Action publique et changements d’échelles : les nouvelles focales du politique, Paris, L’Harmattan, 2007.

13 Saskia Sassen, Critique de l’État : territoires, autorités et droits de l’époque médiévale à nos jours, Paris, Demopolis/Le Monde diplomatique, 2009.

14 Guillaume Gourgues, Les politiques de la démocratie participative, Grenoble, PUG, 2013.

15 Paul Pierson, « Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics », American Political Science Review, 94 (2) 2000, p 251-267.

16 Jeremy Richardson (dir.), Policy Styles in Western Europe, Londres, Allen and Unwin. 1982.

17 Claudio M. Radaelli, « Logiques de pouvoirs et “récits”, dans les politiques publiques de l’Union européenne », Revue Française de Science Politique, 50 (2) 2000, p. 255-275.

18 Pierre Lascoumes, « Rendre gouvernable : de la “traduction” au “transcodage”, L’analyse des processus de changement dans les réseaux d’action publique », dans CURAPP, La gouvernabilité, PUF, Paris, 1996, p. 325-338.

19 Bernard Poche, L’espace fragmenté. Éléments pour une analyse sociologique de la territorialité, Paris, L’Harmattan, 1996.

20 Erwing Goffman, La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

21 Pierre Muller, « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique : structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue Française de Science Politique, no 56 (1), 2005, p. 155-187.

22 Theodore Lowi, Arenas of Powers : Reflections on Politics and Policy, Norman Nicholson Ed. 2009.

23 Bruno Jobert, « Une approche dialectique des politiques publiques. L’héritage de l’État en cause », Pôle Sud, no 21, 2004, p. 43-54.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search