Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’interview d’écrivain. Figures bibliques d’autorité

 | 
Sylvie Triaire
, 
Marie Blaise
, 
Marie-Ève Thérenty

Troisième partie. Enquêtes sur l’enquête

Sacre de l′événement/sacrifice de l′écrivain. Les enquêtes littéraires dans le quotidien avant l′affaire Dreyfus

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

1Le chercheur a pris habitude de voir dans l′enquête et l′interview depuis quelques années — et ce recueil d′articles évidemment participe en partie de cette perspective — un réservoir de métadiscours quasiment inédits des écrivains sur leurs œuvres, une source nouvelle et considérable à exploiter. Dans la dernière décennie, on a ainsi assisté à une réhabilitation des textes d′interviews des grands auteurs (Zola, Huysmans, Mallarmé, Jules Verne) mais peut-être a-ton un peu négligé la prise en compte des supports initiaux de production de ces discours, la considération de leurs conditions d′émission, de leur origine et de leur idéologie. En effet, la question de l′auteur de l′interview ou de l′enquête ne paraît pas toujours être posée dans ces projets éditoriaux, ou plutôt elle semble être résolue à l′inverse de ce que faisait le xixe siècle sans que cela soit considéré comme problématique. Les grandes enquêtes ou interviews étaient publiées au xixe siècle sous la signature et la responsabilité auctoriale de l′enquêteur ou de l′interviewer (Jules Huret, George Docquois, Le Cardonnel et Velay), aujourd′hui les grands recueils d′interviews sont collectés sous l′étiquette de l′auteur interviewé comme si celui-ci avait constamment gardé le contrôle de la parole reproduite par le journal. Très tôt pourtant, des observateurs comme Ferdinand Brunetière avaient cru distinguer des différences de stratégie et d′écriture entre journaliste et écrivain :

  • 1 « Discours d’entrée à l’Académie française », 1893.

Ce que nous demandons au journaliste — son nom même l′indique —, c′est le « plat du jour » et nous exigeons qu′il nous le serve chaud ! ou en d′autres termes, — moins culinaires, plus académiques, ce qu′il y a de transitoire, de passager, d′éphémère, ce qui périra demain avec l′occasion qui l′a vu naître, l′élément mobile ou relatif des choses, voilà ce qu′il s′agit pour lui d′attraper à la course et de saisir comme au vol, sans se préoccuper de savoir ce que le temps en conservera.
L′écrivain, au contraire ! et comme si le spectacle apparent du monde, l′illusion de l′heure présente en masquaient pour lui le véritable sens, il les écarte, et ce qu′il y a de permanent au fond des choses, c′est ce qu′il essaye d′atteindre pour le fixer sous l′aspect de l′éternité1.

  • 2 Voici quelques sujets d’enquête : « la liberté de la presse », Le Gaulois, 24 octobre 1889 ; « Aug (...)
  • 3 Voir Marc Martin, « Journalistes et gens de lettres (1820-1890) », dans Alain Vaillant dir., Mesur (...)

2Il semble cependant qu′aujourd′hui, on soit souvent tenté de voir dans l′interview ou dans l′enquête l′émission pure de la pensée politique et littéraire de l′écrivain. Il s′agira donc ici de réfléchir à l′origine médiatico-historique de ces enquêtes littéraires qui cristallisent un certain nombre de problèmes relatifs à la place de l′écrivain dans le quotidien à la fin du siècle. À la suite d′une immersion dans quelques grands quotidiens du xixe siècle (Le Gaulois, Le Gil Blas, Le Figaro, Le Journal, La Justice et l′Événement) depuis les débuts de l′enquête littéraire jusqu′à l′affaire Dreyfus qui transforme sans doute sensiblement les conditions d′émission et d′écoute de la parole des écrivains, une première constatation s′impose. Le journal abonde d′enquêtes2 mettant en scène des écrivains sur les sujets les plus divers. Faut-il aussitôt en conclure que cette mise en scène exacerbée de la parole de l′écrivain constitue la dernière étape du sacre de l′écrivain, suivant l′expression chère à Paul Bénichou, un écrivain transformé en pythie-prophète de la nation ? Sans doute un peu de prudence s′impose : l′enquête est un genre à plusieurs émetteurs où l′enquêteur est le seul qui intervienne sur la durée entière du processus. Au moment même où une différenciation nette des fonctions est en train de s′opérer entre journaliste et écrivain3, qui sera alors dans ces années 1890-1900 le grand profiteur de l′invention du genre de l′enquête littéraire ? Le genre n′a-t-il pas également sa propre logique à lier à l′émergence de l′opinion publique ? C′est à ces questions que nous tenterons de répondre en replaçant l′enquête à sa place synchronique et diachronique dans le journal ; en étudiant sa forme et les stratégies qu′elle permet de concevoir pour les deux types d′actants, écrivains et journalistes ; en revenant enfin sur l′idéologie qui accompagne l′enquête.

Nécessité d′une lecture diachronique de l′enquête

  • 4 Michelle Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, Paris, microéditions (...)
  • 5 Dominique Kalifa, L’Encre et le sang, récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)
  • 6 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Flammarion, 1989.
  • 7 Gérard Leclerc, L’Observation de l’homme, une histoire des enquêtes sociales, Seuil, 1979.
  • 8 Sur l’ensemble de ces points, nous renvoyons à « Enquête sur l’enquête », Mil neuf cent, revue d’h (...)

3L′enquête littéraire prend place dans le quotidien dans les années 1890. On date traditionnellement ce phénomène de la fameuse « enquête sur l′évolution littéraire » de Jules Huret qui paraît dans L′Écho de Paris à partir de mars 1891. Il semblerait cependant, d′après nos prospections que, dès 1889, on trouve des enquêtes, notamment nécrologiques. Mais il faut surtout noter que l′enquête littéraire appartient à un paradigme qui s′est installé dans les journaux depuis le début du xixe siècle avec les enquêtes sociales tout d′abord puis avec les enquêtes criminelles ensuite. Des historiens comme Michelle Perrot4 ou Dominique Kalifa5, des philosophes comme Carlo Ginzburg6, des sociologues comme Gérard Leclerc7 ont montré que l′enquête constitue un modèle majeur d′approche et de questionnement du savoir et de la société au xixe siècle, modèle qui comprend à la fois une pratique sociale et professionnelle, une opération intellectuelle et une forme narrative8. Le journal, depuis la monarchie de Juillet, s′inspire beaucoup de cette forme de l′enquête à la fois parce qu′il est quelquefois lui-même lanceur d′enquêtes sociales comme L′Atelier en 1840 mais aussi parce que la forme de l′enquête soutient le traitement du fait divers, le développement du reportage et enfin l′émission de ces enquêtes médiatiques dont certaines diffusent, en les caricaturant, les exigences de savoir dont le modèle initial était porteur.

4La présence de l′enquête dans le quotidien est donc loin d′être un phénomène nouveau dans les années 1890. Mais, il est vrai, les mutations récentes du quotidien avec l′accent mis sur l′actualité, l′objectivité, l′information et l′événement renforcent la présence de l′enquête dans le journal sous de multiples formes : enquêtes parlementaires, enquêtes administratives, enquêtes sociales, interrogatoires de procès... Plus que jamais, le quotidien sous la Troisième République constitue une mosaïque de paroles et de discours rapportés. Notamment, dans la décennie 1880-1890, les compte rendus de commissions d′enquête remplissent les colonnes du journal que ce soit au moment de l′affaire du Panama en 1893 ou encore en 1898-1899 lors de l′affaire Dreyfus. L′enquête littéraire s′inscrit comme un élément générique parmi d′autres dans ce système. Lorsque les enquêtes parlementaires se font rares, l′enquête littéraire pointe son nez : « L′été est par excellence la saison des enquêtes » explicite-t-on ainsi dans le Gaulois en 1904.

  • 9 Voir par exemple Les Français peints par eux-mêmes, 1842, Curmer ou la Monographie de la presse pa (...)
  • 10 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, bibliothèque Charpentier, 1891, p. xviii à (...)

5On voit que l′enquête littéraire s′inscrit dans une pratique journalistique et un imaginaire fantasmatique où l′archétype du journaliste est l′enquêteur. Ces modèles — enquête sociale et enquête policière — sont d′ailleurs largement revendiqués dans l′ensemble des enquêtes littéraires. La proximité et l′héritage de l′enquête sociale, par exemple, expliquent sans doute le souci taxinomique de beaucoup d′enquêtes littéraires qui s′évertuent à présenter sinon une sociologie, du moins une classification des écrivains toujours rangés par mouvements et par genre. L′enquête littéraire à sa manière mi-futile, mi-sérieuse participe encore de l′entreprise physiologique du premier dix-neuvième siècle et se situe souvent dans la lignée de ces entreprises amusantes et sérieuses à la fois de la Monarchie de juillet et du Second Empire9. Et d′ailleurs, Jules Huret lui-même est l′inventeur de certaines taxinomies ou catégories fantaisistes : bénins et bénisseurs, acides et pointus, boxeurs et savatiers, vagues et morfondus ironiques et blagueurs, théoriciens10.

  • 11 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Paroles, paroles, paroles... Du portrait litt (...)

6Si sans doute, le modèle de l′enquête hérite de la visite à l′écrivain et du portrait littéraire11, il est donc sans doute plus juste encore de le rapprocher de modèles journalistiques appartenant au paradigme de l′enquête où l′investigateur a la haute main sur son système narratif. Il semble possible d′émettre l′hypothèse que, comme dans l′enquête sociale, l′enquête littéraire produit un système argumentatif construit où les paroles des écrivains sont agencées pour produire un sens global. Mais orchestré par qui ?

Organisation et forme de l′enquête d′écrivain

  • 12 « Enquête sur le roman romanesque » réalisée par Fly, Le Gaulois, jeudi 14 mai 1891 : « On parle b (...)
  • 13 « La santé du prince Napoléon, état du prince fort inquiétant » par Marc Gérard, Le Gaulois, 9 mar (...)
  • 14 Dans son excellent article, « Les écrivains en leur miroir. Jeux et enjeux de l’enquête au sein de (...)
  • 15 « Dans quel pays trouve-t-on les meilleures épouses ? », Le Figaro, 2 novembre 1895.
  • 16 Dans ce dernier cas, l’arrivée du printemps, lieu commun de la chronique depuis Delphine de Girard (...)

7La décision de l′enquête littéraire dans le journal ne provient que rarement unilatéralement de l′écrivain. Elle est suscitée la plupart du temps par un événement d′actualité : la parution d′un ouvrage, la représentation d′une pièce de théâtre, la publication d′un propos particulièrement polémique12 (le système de la polémique médiatique s′auto-entretient), la mort ou la maladie13 d′un personnage public. Ce sont souvent d′infimes événements montés en épingle qui suscitent les discussions les plus acharnées : la parution de deux livres, Le Jardin de Bérénice de Maurice Barrès et Le Pèlerin passionné de Jean Moréas, provoque l′« enquête sur l′évolution littéraire », un article dans le Figaro, l′« enquête sur le roman romanesque ». L′objet de l′enquête dans le quotidien peut même s′avérer un peu évanescent. À côté de grandes questions métaphysiques ou littéraires (l′idéalisme, la mort de l′écriture naturaliste), on sollicite aussi les écrivains sur les sujets les plus grotesques, décalés14 : le costume féminin à bicyclette, la beauté du chapeau haut-de-forme, le pays où l′on trouve les meilleures épouses15, le printemps16.

8L′enquête est introduite généralement par un chapeau liminaire de la plume de l′enquêteur qui donne les motivations et les questions de l′enquête. Elle est suivie ensuite d′une succession de témoignages précédés de sous-titres en gras indiquant le nom du personnage interrogé. L′enquête constitue une mise en abyme du périodique puisqu′elle mime sa structure polyphonique avec cette série de textes brefs signés — soit témoignages oraux, soit lettres. Plus qu′aucun autre genre, l′enquête représente une version miniature du journal. Le choix des enquêtés, l′ordre des enquêtes, l′équilibre narration-discours, l′entrée en matière et la conclusion sont laissés au libre arbitre de l′enquêteur qui ainsi, par l′orchestration, peut choisir toutes les constructions possibles depuis la simple liste de témoignages jusqu′à la fictionnalisation et la scénarisation grâce à des effets d′échos et de dialogues mimés entre des paroles singulières qui s′ignoraient au départ.

9L′enquête adopte volontiers la forme feuilletonesque avec ses rebondissements, ses invités-surprises, ses épisodes à retardements et aussi ses longueurs intolérables. L′enquête, roman-feuilleton de la in du siècle, utilise les mêmes stratagèmes que son ancêtre fictionnel. Le journal peut même être forcé de demander à l′enquêteur de cesser son interminable enquête. Une formule de politesse et de renvoi à la librairie clôt alors brutalement l′enquête comme le faisaient également les directeurs de journaux avec le feuilleton :

  • 17 « Enquête sur l’évolution poétique » par Austin de Croze, Le Figaro, 12 octobre 1895.

Nous terminons aujourd′hui la publication des premiers chapitres de l′intéressante enquête poursuivie dans le Figaro depuis trois mois par notre collaborateur Austin de Croze.
Les « Confessions littéraires » comprennent en effet une série d′autres chapitres — études critiques, citations ou interviews — consacrés à Max Nordau, Jules Lemaître, Armand Sylvestre, Laurent Tailhade, Verlaine, Richepin, Dierx, A. Ibels, Clair Tisseur, Saint-Pol Roux, etc. Mais il fallait se borner... le lecteur trouvera ce complément d′enquête dans le volume où nous espérons que M. A de Croze réunira prochainement ses confessions17.

10On le voit, forme à la fois souple et rigide, l′enquête a sa propre logique générique. Alors, qui de l′écrivain, de l′enquêteur ou de l′enquête elle-même commande le déroulement et le sens de l′enquête ?

Stratégies de l′écrivain

  • 18 Fernand Divoire, Stratégie littéraire, La tradition de l’intelligence, 1928.
  • 19 « Les Confidences de salon », L’Écho de Paris, janvier 1893.

11Un in analyste du champ littéraire, Fernand Divoire, dans un manuel de stratégie littéraire paru au début du vingtième siècle, avoue estimer la gloire des écrivains au nombre d′enquêtes et d′interviews qu′ils réalisent dans l′année : « Il y a les gens que l′on consulte à propos de bottes : sur la couleur de leurs chemises, la musique de Stravinski, le bolchévisme, la mouche tsé-tsé, le régionalisme et les idées fixes de Freud. Et il y a les gens qu′on ne consulte pas. Il vaut encore mieux être dans la première catégorie. Quand on passe dans la seconde, c′est signe qu′on est ″fini″18. » Effectivement, l′écrivain, entré sur la scène médiatique, résiste peu aux appels de sirènes du journal et prophétise à tout va sur les sujets qu′on lui propose. On voit alors apparaître des objets étranges tels ces tableaux de réponses laconiques d′écrivains présentés dans le supplément littéraire de l′Écho de Paris en 1893. À chaque écrivain correspond une colonne du tableau et chaque article agglomère quatre ou cinq colonnes d′écrivains19. Les écrivains doivent y répondre littéralement en deux mots à des questions standardisées : « Quelle est ma principale qualité ? », « La qualité que je préfère chez une femme ? », « Quel est le défaut que je déteste ? », « Ce que je voudrais être ? »... À cette dernière question, avec un révélateur prosaïsme, Zola répond : « Toujours bien portant ».

  • 20 « D’un air à la fois comique et désappointé, M. Coppée murmure :
    – Alors, c’est une interview ?
    Nous (...)
  • 21 « Quand je dis nous, c’est une façon de parler, car je me tiens en dehors des luttes ou des discus (...)
  • 22 M. Jules Ricard : « La seule utilité de ces sortes d’enquêtes et le côté par où elles serviront pe (...)
  • 23 M. Camille de Sainte-Croix, dans Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, José Corti, p. 7 (...)

12Car si les écrivains sont fascinés par le mécanisme de l′enquête, leur maîtrise du genre ne se manifeste pas toujours avec évidence. Certes, certains écrivains comme Stéphane Mallarmé ou Huysmans déjouent par la singularité de leur parole la construction médiatique de l′enquête, certes les enquêtes peuvent contenir des discours théoriques et quasiment manifestaires essentiels, mais elles accumulent surtout des indices d′un malaise évident de l′écrivain face à cette situation nouvelle de communication. Ce malaise20 perce souvent dans l′enquête elle-même à travers un discours discriminant21 contre ce genre générateur d′une parole forcément incohérente et déconstruite. Le plus souvent effectivement, l′autoréclamisme22 déjà dénoncé à l′époque est outrecuidant, les remarques affligeantes et basses sur les autres hommes de lettres fusent. Au lieu des grands discours de fonds, toute la petite cuisine triviale des arrière-cours littéraires, celle qui apparaissait auparavant uniquement dans les correspondances privées, émerge dans le quotidien. Ainsi Prévost, le lanceur de l′expression « roman romanesque », est qualifié de « jeune homme industrieux qui économise son propre tabac en refumant les vieux bouts de cigarette qu′a laissé traîner George Sand23 ». Il faut dire que la structure d′interlocution emprisonne l′écrivain qui se sent quelquefois manipulé à partir d′une forme qui le dépasse.

  • 24 « Enquête sur le chat » par Georges Docquois, Le Journal, 12 et 14 décembre 1896.

13Un autre travers de l′enquête est qu′elle réduit souvent l′écrivain à l′émission de lieux communs. Devant des questions triviales comme « aimez-vous les chats ? », Renan s′écrie « les aimer, c′est évidemment faire preuve de cœur et de sympathie pour la nature », Zola s′exclame « Un ami des chats, c′est moi, certes », et monsieur Edmond Deschaumes, moins connu de la postérité mais symptomatiquement plus spirituel, n′est pas en reste dans cette course à la médaille de l′ami des bêtes : « je crois avoir quelque titre à entrer dans la catégorie des animaux qui aiment les bêtes24. »

14Les propos des écrivains, répétitifs et redondants quand ils ne sont pas contradictoires et grossiers paraissent donc assez dérisoires. La réaction moqueuse de Jules Huret dans sa préface à l′Enquête sur l′évolution littéraire s′explique aisément à la lecture des collections de propos anodins ou même franchement bas que contiennent les enquêtes. Mais l′écrivain est-il véritablement le maître du jeu de l′enquête ? On en doute à lire cette déclaration surprenante de Georges Docquois à la suite d′une enquête sur Maupassant. Docquois fait suivre toute une interview panégéryque attribuée à Céard de cette affirmation :

  • 25 « Sur la mort de Maupassant », Le Journal, 7 juillet 1893.

Et ce n′est pas ainsi que me parla M. Henry Céard, il faut que je le déclare.
M. Henry Céard était très pressé ; il allait sortir. Ce qu′il me dit, il me le dit très rapidement, mais cependant dans une forme incisive et serrée que je n′ai pu m′assimiler, je sens.
Qu′il veuille m′en excuser25 !

Stratégies de l′enquêteur

  • 26 Lorsque, vingt ans plus tard, Jean Muller et Gaston Pic caractérisent la façon de Jules Huret, ils (...)

15On l′a déjà dit, l′enquêteur, de par sa position magistrale peut prendre la main sur l′ensemble de l′enquête. Il faut bien comprendre que l′enquête se développe à un moment décisif, moment où s′opère la diférenciation entre le journaliste et l′écrivain. L′enquête est alors le lieu où se cristallise l′ironie du journal à l′égard de la littérature. Cette ironie sous la plume d′un Fernand Xau ou d′un Jules Huret peut s′exprimer dans le paratexte même de l′enquête. Jules Huret26 ainsi dénie le sérieux de l′exercice :

  • 27 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Corti, p. 42-43.

Il ne faut donc pas voir dans l′enquête que je soumets au public, une étude générale de notre littérature pendant une période caractérisée par des concomitances, des affinités intellectuelles et morales comme l′ont été le romantisme et le naturalisme, comme le seront peut-être le symbolisme et le psychologisme. Elle offre plus simplement sous l′inquiète lorgnette de l′actualité et dans le champ clos du journal, le spectacle, pour la première fois, Mesdames et Messieurs, d′artistes présentés en liberté et mal emboulés, qu′on se le dise afin que n′en ignore la foule dont la férocité se complait en toutes les arènes27.

16Cette rivalité traitée ironiquement trouve place également dans les autres rubriques du journal, qui constituent le péritexte de l′enquête : dans l′Écho de Paris, journal qui inaugure le genre, un éditorial au vitriol, absolument contemporain de l′enquête de Huret, ridiculise sinon l′entreprise, du moins son interprétation par les écrivains :

  • 28 Henri Bauer, « Pontifes et chapelles littéraires », L’Écho de Paris, 23 mars 1891.

Un de nos jeunes collaborateurs, tout plein de zèle et d′ardeur, s′en fut, ces jours derniers, interroger plusieurs pontifes de la littérature et quelques sous-diacres sur l′état des lettres contemporaines. Ces officiants accueillirent le néophyte avec une extrême complaisance et avant de répondre à ses questions contemplèrent leur nombril avec la mine de mages qui vont consulter le feu sacré, puis chacun vaticina à peu près de même sorte : « Il n′est pour Apollon, c′est celui qui m′inspire, qu′une église, celle où s′exerce la grande prêtrise, qu′un livre sacré, celui que j′écrivis, qu′un rituel, celui que je créai ». Deux ou trois conclusions et quelque méchanceté sur les chapelles rivales. Tel fut le résumé de l′enquête, la voix suprême du renanisme, du scepticisme, du symbolisme et du j′m′en foutisme28.

17Cette ironie s′exprime également dans la profusion de parodies journalistiques qui pointent les travers des écrivains vus à travers l′enquête. Le 14 avril 1891, dans une saynète parodique écrite par Graindorge pour L′Écho de Paris, un poète las de n′être pas convoqué pour une réponse à l′enquête littéraire, se précipite au journal, offre ses notes à Huret avec force menaces, si non publication :

Scène II
l′Écho de Paris. Le poète arrive, pâle mais résolu).
Le poète.— M. Jules Huret est-il là ?
Le garçon.— Voulez-vous me donner votre nom ?
Le poète.— Dites-lui que c′est la personne qu′il attend, la personne chez laquelle il devait aller demain.
Le garçon. — Bien monsieur.
M. Jules Huret.— Vous désirez.
Le poète (timide d′abord).— Je vous attends depuis un mois... Monsieur... Comme vous ne veniez pas, j′ai voulu vous épargner la peine de... de m′interviewer... Vous ne connaissez peut-être pas mon nom... Je suis un poète (s′enhardissant) un très grand poète... et vous allez m′interviewer tout de suite (s′enhardissant de plus en plus sur un geste de son interlocuteur). J′ai préparé mes notes... Vous pouvez parler... Je vous écoute, monsieur (avec bonté). Ne soyez pas intimidé... Je suis prêt... Si vous vous trompez, je vous excuserai... Vous ne dites rien ? ... (Très vite) Je ne suppose pourtant pas que vous n′ayez pas l′intention de m′interviewer... Non, c′est impossible... Comment ? Ce serait vrai ? Vous n′avez pas songé à moi ? ... Allons ! un peu de courage... Ah, c′est ça... Ah ! vous refusez... je le vois bien maintenant... Vous affectez de ne pas vouloir m′interviewer ! ... C′est une cabale (Agitant sa canne). Je sais ce qui me reste à faire... Non, je veux encore être patient... Tenez, prenez ces notes... Vous n′avez qu′à les copier... je les copierai moi-même... De grâce... Inflexible... Oh ! malédiction... (il prend ses notes et les fourre de force dans le cou et les manches de M. Jules Huret). Et que je les trouve demain dans L′Écho de Paris ! Sans ça ! ! ! (il sort comme un fou).

  • 29 « Pierrot-reporter », petits contes blancs illustrés par Willette, L’Écho de Paris, supplément lit (...)

18Le 31 mars 1891, dans un conte illustré par Willette29, Pierrot se fait à son tour enquêteur littéraire. Parti pour interviewer Georges Ohnet, son enquête se termine dans une maison close. La Vie Parisienne multiplie également les parodies : enquêtes sur les brasseries, enquête sur la crise de l′amour, enquête sur l′évolution sentimentale... L′enquête peut alors se transformer en véritable exercice jubilatoire : en témoignent les enquêtes mystificatrices de Lemice-Terrieu suivies elle-même d′une enquête sur cette mystification dans l′Écho de Paris du 14 mars 1891.

  • 30 « Huret procède avec beaucoup d’habileté : il ne demande pas à ses interlocuteurs de parler d’eux (...)

19À côté de cette déconstruction créative de l′enquête par l′ironie et la parodie, on trouve d′autres stratégies, celles-ci autoritaires et sérieuses, de domination de l′enquête. Les enquêtes peuvent ainsi obéir à des scénographies préconçues par l′enquêteur. Le scénario retenu est généralement celui de la polémique30 : orchestration de grandes confrontations par écoles, affrontement de générations, luttes de classes ou de genres. Jules Huret, en maître d′orchestre qui se revendique comme tel, annonce d′emblée dès les premières lignes le projet, le scénario de chacune de ses enquêtes. L′enquête scénarisée vise à obtenir une certaine réaction souvent épidermique d′ailleurs chez ses interlocuteurs :

  • 31 Jules Huret, Tout yeux, tout oreilles, Charpentier, 1901, p. 174.

Or, à propos de cette première représentation, j′ai cru piquant (ai-je eu tort) de demander aux anciens Médanistes s′ils ne se trouvent pas un peu peinés, un peu humiliés, peut-être, de voir la nouvelle qui a servi de drapeau, de manifeste à l′école réaliste, réduite jusqu′à entrer dans le moule de l′opéra-comique, qui, dans la convention, semble une formule inférieure de l′adaptation littéraire31 ?

20Dans les années 1890, c′est d′ailleurs quasiment toujours Zola et le modèle naturaliste qui sont les enjeux explicites ou implicites de l′enquête. Cette obsession s′explique par le contexte historique : l′enquête littéraire est créée juste après août 1887 où est paru le manifeste des Cinq. Le roman vient d′entrer dans une crise spectaculaire : Brunetière proclame la « banqueroute du naturalisme » dans la Revue des deux mondes, le 1er septembre 1887. Les oppositions au naturalisme prennent de multiples formes : psychologisme de Bourget, idéalisme de Rod, moralisme de Vogüé, oppositions des petites revues (Revue indépendante). Il s′agit alors souvent pour l′enquêteur d′orchestrer plus ou moins habilement une bataille autour de l′opposition naturalisme/idéalisme. Plus frappant encore : Zola lui-même pourtant jusque là souvent victime de polémiques journalistiques, constitue le pivot symbolique de beaucoup de ces enquêtes qui semblent soutenir, porter son combat en lui donnant des positions stratégiques (tête de l′enquête, conclusion de l′enquête) ou encore en adoptant vis-à-vis de l′auteur de Germfinal un ton respectueux, voire déférent, bien différent du ton caustique retenu pour aborder les autres écrivains. Cette remarque vaut encore plus dans les journaux à l′idéologie marquée à gauche. Ainsi en est-il de B. Guinaudeau qui s′adresse ainsi à Émile Zola dans son enquête sur la réaction idéaliste :

  • 32 « La réaction idéaliste, Émile Zola », L’Événement, 30 avril 1895.

Eh bien ! Maître, dans une Enquête que j′ai entreprise et dont je publie les résultats dans la Justice, j′ai dû consigner plus d′une fois depuis quelques semaines, des dépositions, des accusations formulées contre vous par les réactionnaires, néo-mystiques, néocatholiques, néo-bouddhistes, néo-idéalistes. Ils en veulent, en philosophie au positivisme, en littérature, au naturalisme32...

21Sans nuance, d′ailleurs à la in de son enquête, Guinaudeau se place du côté de Zola et conclut à la victoire du positivisme :

Le positivisme n′est pas coupable du mal qu′on lui impute. Il fait aujourd′hui des progrès sensibles. Et il faut souhaiter qu′il en fasse de plus rapides encore, qu′il éclaire les masses, achève leur éducation, car c′est lui qui doit prendre la place du Catholicisme, et c′est sur lui qu′il faut fonder les expériences de l′Avenir
FIN
B. Guinaudeau.

  • 33 « .Les romanciers-reporters. commencent par faire une espèce d’enquête générale sur l’état de l’op (...)
  • 34 Huysmans, Interviews, textes réunis, annotés et présentés par Jean-Marie Seillan, Champion, 2002, (...)
  • 35 « Enquête sur le mouvement littéraire », L’Écho de Paris, à partir du 5 août 1904.

22Si beaucoup des enquêtes littéraires de cette époque orchestrent une victoire du naturalisme et de Zola dans le quotidien, c′est sans doute métaphoriquement, me semble-t-il, afin de faire gagner l′enquêteur sur l′écrivain et le journal sur la littérature. Dans Le Roman naturaliste qui était paru en 1883, Brunetière avait lucidement reconnu que le romancier naturaliste était devenu l′un des premiers enquêteurs33. Zola en effet est la représentation allégorique de l′enquête. Depuis Le Roman expérimental, il soutient le terme et la pratique. Dans « l′enquête sur le roman romanesque », il se fait le défenseur non à proprement parler du roman mais du roman scientifique et de l′enquête sociale et politique. Parallèlement l′intertextualité entre l′interview et le roman naturaliste soulignée par Jean-Marie Seillan34 est encore plus patente dans l′enquête. Jules Huret par exemple, comme Le Cardonnel et Vellay35 encore plus tard, semblent imprégnés de la technique zolienne de description et de narration. Mettre en exergue ou en relief Zola et l′école naturaliste, c′est d′une certaine façon contenir, au sein même de l′enquête, une interrogation sur le genre, voire une apologie du genre.

Stratégies de l′enquête

23L′enquête est donc en fait un carcan très efficace, un jeu de rôles dont l′écrivain n′a pas toujours les clés. Il n′est pas sûr de plus que ce soit toujours l′Écrivain qui soit l′enjeu de l′enquête littéraire. Il est surprenant par exemple de découvrir un grand nombre d′enquêtes dites littéraires où les écrivains ne sont que marginalement sollicités. Les quotidiens développent par exemple des enquêtes littéraires d′opinion publique où la valeur statistique des réponses importe plus que la qualité des enquêtés, tous volontaires et anonymes. La parution d′une nouvelle peut susciter une enquête sur une question morale ou sociale et le développement d′un échange de courriers.

  • 36 36. « Les problèmes de sentiment », samedi 11 avril 1891, Le Figaro.

Le succès de notre innovation a dépassé toutes les espérances.
À propos de la nouvelle : « Amour de mère » parue dans le supplément du 21 février dernier et du « cas de conscience » que nous y avons posé, il nous est en effet arrivé soit directement, soit par l′entremise du journal quatorze cent trente et une lettres.
La question pouvait se résumer ainsi « Une mère chrétienne, alors que son refus tuera cette enfant, peut-elle consentir au mariage civil de sa fille avec un jeune homme qui a promis à son père mourant de ne pas se marier religieusement ? »
621 lecteurs trouvent que la mère a raison,
570 qu′elle a eu tort36.

24Dans le cadre de cette enquête, la réponse d′Alexandre Dumas ils, au statut plus représentatif qu′emblématique, est noyée dans la masse et s′orchestre dans le paradigme de l′opinion publique. Dans le même ordre d′esprit, la publication d′une enquête sur la chasteté avant le mariage est l′occasion d′en appeler au témoignage des lecteurs avec promesse de publication à la clé :

  • 37 « La chasteté avant le mariage », enquête réalisée par Baude de Mauroeley, L’Événement, 18 mai 189 (...)

Voilà relatées aussi brièvement que possible les opinions de trois maîtres compétents en la matière. [...]
Maintenant, afin d′élargir le cercle de ma consultation, j′invite mes lecteurs et surtout mes lectrices à m′écrire leur sentiment personnel. Je publierai, dimanche prochain, en cette même place, les réponses qui, soit par l′originalité de leur esprit et de leur forme, soit par leurs conclusions justes ou paradoxales, me paraîtront susceptibles d′intéresser le public37.

25Une enquête sur le mysticisme en 1893 soutient même qu′il ne faudrait plus interroger que des anonymes :

  • 38 « Enquête sur le mysticisme », Le Journal, 15 juin 1893.

Jusqu′ici les interviewers se sont ordinairement bornés à interroger des personnalités marquantes. Celles-ci portent, hélas ! un masque obligatoire et une attitude toute faite ; elles ne disent jamais complètement la vérité. Voilà pourquoi nous irons dans les foules que leur anonymat rend plus sincères, nous pénètrerons dans les couvents, les écoles, dans les prisons, dans les usines, dans les hôpitaux et nous interrogerons la jeunesse, les ouvriers, les cloîtrés, et même les criminels et les fous, car lorsqu′il s′agit de l′âme humaine, c′est surtout les malades, les solitaires, les hystériques et les mourants qui, par l′exaltation de leurs nerfs, deviennent les plus captivants et les mieux renseignés.
Ainsi sera appliquée, comme le veulent les temps, la méthode positiviste et documentaire pour les choses du mystère et de l′au-delà38.

  • 39 Xavier de Montépin, « L’anarchie et le roman », Le Journal, 22 janvier 1894.

26L′intérêt nouveau pour l′opinion publique, dont fait état le livre de Gabriel Tarde, L′Opinion et la foule (1901), explique sans doute le développement d′un nouveau modèle de l′enquête. Elle n′est plus série de reportages personnels agglomérés mais envois de questions standardisées à une liste de personnalités hétéroclites. La quantité est alors plus significative que la qualité. Cet intérêt pour une nouvelle entité, l′opinion, explique en partie les difficultés de l′écrivain à se placer en situation d′auteur. Le développement de l′enquête se construit justement sur la désacralisation de l′écrivain. Comme si le tropisme de l′opinion publique et de la foule atteignait ces maîtres du langage que sont les écrivains, on voit les enquêtes d′écrivains, notamment lorsqu′elles portent sur des sujets prosaïques, nous l′avons vu, accumuler les lieux communs. L′écrivain d′ailleurs revendique parfois cette banalisation de sa parole : « L′opinion que j′exprime est celle de tous les honnêtes gens, quelle que soit leur couleur politique39. »

27Il semble donc évident qu′avec le règne de l′enquête, le sacre de l′écrivain s′atténue même si quelques opérations exceptionnelles à la forme déférente, comme par exemple l′enquête Le Cardonnel, retrouvent la conception plus traditionnelle de la visite à l′écrivain. L′écrivain s′avère deux fois victime dans l′enquête d′abord parce qu′il peut être l′enjeu d′un scénario, ironique ou sérieux, où sa place réservée, quasiment assignée l′empêche de tenir un autre discours que celui que l′on attend de lui, ensuite parce que sa parole est quelquefois diffractée dans l′ensemble de l′opinion publique comme élément simplement représentatif,

  • 40 Christophe Charle, La crise littéraire à l’époque du naturalisme, roman, théâtre, politique, PENS, (...)

28Il est cependant, pour l′écrivain, deux façons au moins de retourner la situation de communication. Il peut d′abord accepter, comme Zola, d′endosser un nouveau magistère, celui de l′autorité intellectuelle et tirer avantage alors de la naissance de l′opinion publique : « La massification [...] engendre une dévalorisation corrélative de l′importance relative de chaque écrivain. En fait, il faut avoir une vue dialectique et contrastée. L′importance quantitative nouvelle de la littérature, comme instrument de communication symbolique et politique, donne à certains écrivains consacrés une importance dans la lutte politique sans commune mesure avec ce que l′on pouvait observer dans la première moitié du siècle40. » Il peut aussi contre l′universel reportage inventer des fictions plus opérantes, plus séduisantes plus ironiques aussi, que les scénarios préconçus par les enquêteurs et retrouver ainsi accès à une Parole plus efficace que celle du journaliste. La parole efficace de l′écrivain perturbe alors, voire même annihile la mécanique bien rodée de l′enquête. Alors, cher maître, le chapeau haut-de-forme est-il laid ?

  • 41 Stéphane Mallarmé, « Le chapeau haut-de-forme est-il laid ? » Le Figaro, 19 janvier 1897.

Vous m′effrayez de toucher à un sujet tel. Ainsi vous avez remarqué — il ne vous a pas fui que le contemporain portât sur le chef quelque chose de sombre et de surnaturel. Ce mystère vous prenez la belle audace de l′épuiser, peut-être dans la colonne d′un quotidien : moi, il fournit presque seul, voici des temps, ma méditation, et je n′estime à moins que plusieurs tomes d′un ouvrage compact, nombreux, abstrus, la science pour le résoudre et passer outre. On pourrait, croyez, omettre ici toute philosophie, inquiétante de l′engin ou de la parure ou de quoi que ce soit que présente le ténébreux météore et se restreindre à un propos de chapellerie, comme l′indique excellemment le questionnaire ; par exemple, suggérez-vous si ce complément moderne, dit haut de forme, hantera l′aurore du vingtième siècle. Quoi, — il commence seulement dans sa diffusion furieuse, à faucher les diadèmes, les plumes, et jusqu′aux chevelures : il continuera41.

Notes

1 « Discours d’entrée à l’Académie française », 1893.

2 Voici quelques sujets d’enquête : « la liberté de la presse », Le Gaulois, 24 octobre 1889 ; « Augier jugé par les maîtres, Le Gaulois, 1889 ; « Sur la santé du prince Napoléon », Le Gaulois, 8 janvier 1891 ; « La réaction idéaliste », La Justice, mars 1892 ; « Enquête sur le mysticisme », Le Journal, 15 juin 1893 ; « Sur la mort de Maupassant », Le Journal, 7 juillet 1893 ; « Sur l’explosion à la Chambre des députés », Le Journal, 10 décembre 1893 ; « Le rire français », Le Figaro, janvier 1894 ; « Enquête sur l’anarchie et le roman », Le Journal, 22 janvier 1894 ; « Comment on devient académicien », Le Figaro, 17 février 1894 ; « La chasteté avant le mariage », L’Événement, 14 mai 1894 ; « L’évolution poétique », Le Figaro, juin, août et septembre 1895 ; « Sur le costume féminin à bicyclette, enquête universelle », Le Gaulois, août et septembre 1895 ; « Premières lectures », Le Figaro, 12 octobre 1895 ; « Bas bleus ou simples d’esprit », enquête réalisée en Angleterre et retranscrite dans Le Figaro du 19 octobre 1895 ; « Augier et les jeunes », interview nécrologique réalisée par Le Figaro, 20 novembre 1895 ; « Enquête sur le muflisme », Gil Blas, 2 janvier 1896 ; « Les droits des écrivains morts », Le Journal, 20 mars 1896 ; « La crise morale », Le Journal, 15 juin 1896 ; « Sur le beau et sur l’utile », Le Journal, 21 juin 1896 ; « Enquête sur le chat », Le Journal, 12 septembre 1896 ; « Le dossier de l’année. L’enquête du Gaulois », Le Gaulois, 2 janvier 1897 ; « Le chapeau haut-de-forme est-il laid ? », Le Figaro, 19 janvier 1897 ; « Sur la réconciliation nationale », Le Figaro, 20 octobre 1899.

3 Voir Marc Martin, « Journalistes et gens de lettres (1820-1890) », dans Alain Vaillant dir., Mesures du livre, Paris, Bibliothèque nationale, 1992.

4 Michelle Perrot, Enquêtes sur la condition ouvrière en France au xixe siècle, Paris, microéditions Hachette, 1973.

5 Dominique Kalifa, L’Encre et le sang, récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, Naissance de la police privée, détectives et agences de recherche en France, Plon, 2000 et Crime et culture au xixe siècle, Perrin, 2005.

6 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Flammarion, 1989.

7 Gérard Leclerc, L’Observation de l’homme, une histoire des enquêtes sociales, Seuil, 1979.

8 Sur l’ensemble de ces points, nous renvoyons à « Enquête sur l’enquête », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 22, 2004.

9 Voir par exemple Les Français peints par eux-mêmes, 1842, Curmer ou la Monographie de la presse parisienne d’Honoré de Balzac, 1843.

10 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, bibliothèque Charpentier, 1891, p. xviii à xx repris dans José Corti, 1999, p. 49-51.

11 Nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Paroles, paroles, paroles... Du portrait littéraire à l’interview d’écrivain », à paraître, Lieux littéraires n° 11.

12 « Enquête sur le roman romanesque » réalisée par Fly, Le Gaulois, jeudi 14 mai 1891 : « On parle beaucoup en ce moment, de l’évolution littéraire en France. Un jeune écrivain, Marcel Prévost a exposé dans le Figaro ses idées personnelles en ce qui concerne l’évolution du roman contemporain. Cet article a fait beaucoup de bruit dans le monde littéraire. M. Prévost estime que les goûts, les tendances actuelles du public ramèneront les écrivains au roman romanesque sinon dans l’affabulation qui selon M. Prévost importe peu, au moins dans l’exposition de la vie sentimentale. [...]
L’article de M. Prévost lui a valu une réponse du plus grand intérêt de M. Alexandre Dumas fils, lequel partage d’ailleurs pleinement les analyses du jeune écrivain. Nous avons tenu à consulter sur cette intéressante question certains de nos grands écrivains. Nous publions aujourd’hui nos conversations avec MM. Ludovic Halévy et Émile Zola qui, bien que fort distants l’un de l’autre, de procédé et de genre littéraire, ont toute autorité pour discuter une question de littérature d’une telle importance. »

13 « La santé du prince Napoléon, état du prince fort inquiétant » par Marc Gérard, Le Gaulois, 9 mars 1891 : « Nous sommes allés voir divers amis du prince Napoléon pour avoir leur avis sur la personnalité de ce prince. Nous avons rencontré tout d’abord M. Renan. »

14 Dans son excellent article, « Les écrivains en leur miroir. Jeux et enjeux de l’enquête au sein de la République des lettres », de la revue Mil neuf cent (22, 2004, p. 29-58), travaillant plutôt sur la revue, Marie Carbonnel propose une typologie de l’enquête littéraire (enquêtes qui s’intéressent au métier d’écrivain, consultations sur tel aspect de la production contemporaine, enquêtes biographiques ou monographiques sur tel écrivain, enquêtes génériques sur le roman ou la poésie, enquêtes littéraires générales) qui écarte à dessein tous les sujets non littéraires. Pour notre part, pour éclairer la place des écrivains dans la société et dans le quotidien, nous considérerons ces sujets hétéroclites et non littéraires sur lesquels l’écrivain est interrogé.

15 « Dans quel pays trouve-t-on les meilleures épouses ? », Le Figaro, 2 novembre 1895.

16 Dans ce dernier cas, l’arrivée du printemps, lieu commun de la chronique depuis Delphine de Girardin, est le prétexte pour une petite enquête littéraire qui est en soi un événement médiatique puisqu’elle permet de traiter un topos sous une forme journalistique nouvelle. Fernand Xau présente en ces termes son enquête sur le printemps : « Il est à peu près certain qu’au premier abord cette préoccupation paraîtra suffisamment puérile, voire un tantinet naïvette, et peut-être comprendra-t-on mal que j’aie employé une part de mon temps à poser à quelques-uns de nos poètes une question à tout prendre – je le sais, parbleu ! – superflue, mais qui pouvait provoquer d’intéressantes et de si délicates consultations. » L’Écho de Paris, « Quelques feuilles du marronnier », 24 mars 1891. On remarque évidemment le jeu de mots sur marronnier qui serait d’ailleurs à l’origine de cette expression argotique journalistique.

17 « Enquête sur l’évolution poétique » par Austin de Croze, Le Figaro, 12 octobre 1895.

18 Fernand Divoire, Stratégie littéraire, La tradition de l’intelligence, 1928.

19 « Les Confidences de salon », L’Écho de Paris, janvier 1893.

20 « D’un air à la fois comique et désappointé, M. Coppée murmure :
– Alors, c’est une interview ?
Nous nous inclinons.
– Diable ! c’est que voyez-vous à faire le prophète tous les matins, au pied levé, comme ça m’arrive depuis quelque temps... on risque de se tromper, d’être ridicule. Enfin, puisque vous désirez mon opinion... je vais vous la donner... Ce que sera le roman de demain, ma foi ! je l’ignore... Comment prévoir ces choses-là ? » « Enquête sur le roman romanesque », Le Gaulois, 17 mai 1891.

21 « Quand je dis nous, c’est une façon de parler, car je me tiens en dehors des luttes ou des discussions littéraires, et si j’ai l’honneur de vous donner en ce moment mon avis sur une aussi « importante » question, c’est que vous avez su pénétrer, par l’entremise de mon frère jusqu’à moi. Je ne vous cache pas que je n’aime pas beaucoup le genre interview, d’autant que j’en ai été plusieurs fois la victime. Mais ce que j’ai à vous dire sera court et formulé d’une manière générale. [...] J’ai tellement ces discussions littéraires en horreur que j’ai dû décliner de donner mon opinion à l’un de vos confrères qui mène en ce moment, dans un journal du matin une enquête sur l’évolution littéraire. À quoi bon tout cela ? Je me demande ce que doit penser le public à la lecture de ces discussions oiseuses sur tel ou tel genre de roman, sur tel ou tel écrivain. Et puis, en définitive, qu’a-t-il appris de nouveau ? rien ou pas grand chose, si ce n’est le mal que pense de X son confrère Z. », Réponse de Daudet, « Enquête sur le roman romanesque », Le Gaulois, 15 mai 1891.

22 M. Jules Ricard : « La seule utilité de ces sortes d’enquêtes et le côté par où elles serviront peut-être à l’histoire littéraire du temps, c’est qu’elles sont pour chaque interviewé une occasion d’expliquer ce qu’il pense de son propre genre de talent. », « Enquête sur le roman romanesque », Le Gaulois, 17 mai 1891.

23 M. Camille de Sainte-Croix, dans Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, José Corti, p. 74.

24 « Enquête sur le chat » par Georges Docquois, Le Journal, 12 et 14 décembre 1896.

25 « Sur la mort de Maupassant », Le Journal, 7 juillet 1893.

26 Lorsque, vingt ans plus tard, Jean Muller et Gaston Pic caractérisent la façon de Jules Huret, ils la qualifient de « pittoresque, avec un rien de caricature parfois ». Les tendances présentes de la littérature française, Basset et Cie, 1913, p. V.

27 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Corti, p. 42-43.

28 Henri Bauer, « Pontifes et chapelles littéraires », L’Écho de Paris, 23 mars 1891.

29 « Pierrot-reporter », petits contes blancs illustrés par Willette, L’Écho de Paris, supplément littéraire, 31 mars 1891.

30 « Huret procède avec beaucoup d’habileté : il ne demande pas à ses interlocuteurs de parler d’eux mêmes, mais de parler aux autres, interrogeant par exemple les Symbolistes sur le naturalisme et les naturalistes sur le symbolisme... Ainsi chacun se définit-il en s’opposant à ceux qui l’entourent. [...] Tous luttent avec acharnement pour leur survie. Et le journaliste de glisser sournoisement d’un domicile à l’autre pour poser d’un même ton absent les mêmes questions perfides et de faire durer un spectacle auquel le public applaudit de bon cœur. Ce spectacle qui est mis en scène, c’est celui de la polémique » Alain Pagès, La Bataille littéraire, Séguier, 1989, p. 138.

31 Jules Huret, Tout yeux, tout oreilles, Charpentier, 1901, p. 174.

32 « La réaction idéaliste, Émile Zola », L’Événement, 30 avril 1895.

33 « .Les romanciers-reporters. commencent par faire une espèce d’enquête générale sur l’état de l’opinion. Quel est l’événement parisien de l’année dernière dont le retentissement dure encore, ou dont on puisse espérer à tout le moins de réveiller aisément l’écho ? De quelle intrigue pourrait-il bien former le nœud ? Et quel enchaînement de faits divers, ou quelle heureuse combinaison des menus scandales du boulevard et du bois, pourrait bien grossir l’aventure jusqu’aux proportions du volume ? », Le roman naturaliste, Calmann Levy, 1883.

34 Huysmans, Interviews, textes réunis, annotés et présentés par Jean-Marie Seillan, Champion, 2002, p. 40.

35 « Enquête sur le mouvement littéraire », L’Écho de Paris, à partir du 5 août 1904.

36 36. « Les problèmes de sentiment », samedi 11 avril 1891, Le Figaro.

37 « La chasteté avant le mariage », enquête réalisée par Baude de Mauroeley, L’Événement, 18 mai 1894.

38 « Enquête sur le mysticisme », Le Journal, 15 juin 1893.

39 Xavier de Montépin, « L’anarchie et le roman », Le Journal, 22 janvier 1894.

40 Christophe Charle, La crise littéraire à l’époque du naturalisme, roman, théâtre, politique, PENS, 1979, p. 149.

41 Stéphane Mallarmé, « Le chapeau haut-de-forme est-il laid ? » Le Figaro, 19 janvier 1897.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540