Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’interview d’écrivain. Figures bibliques d’autorité

 | 
Sylvie Triaire
, 
Marie Blaise
, 
Marie-Ève Thérenty

Deuxième partie. Résistances et stratégies individuelles

La théière de Nabokov

Anaïs Gadouais

Volltext

  • 1 « J’ai horreur de l’improvisation, me dit-il. Je n’ai jamais lâché dix mots à mes élèves ou en pub (...)

1Que l′on prononce le nom de Vladimir Nabokov, à quelle image, à quels mots renvoie-t-il, que suscite-t-il pour vous ? Est-ce le prénom Lolita, les filets à papillons, le jeu d′échecs, la Suisse ? Personnellement, il m′évoque une théière, celle qui permit la transsubstantiation de thé en whisky lors de son passage à l′émission « Apostrophes » de Bernard Pivot, le 30 mai 1975. Sa participation à cette émission fut exceptionnelle et ce en tout point : exceptionnelle, puisqu′il n′apparaissait que rarement à la télévision, exceptionnelle également puisque Bernard Pivot accepta les conditions requises par Nabokov1 (ce qu′il ne fit, nous dit-il, pour aucun autre écrivain).

2Homme de l′écrit, Nabokov a très tôt refusé l′oralité. Pourtant, il ne s′est pas réfugié dans le silence, mais a laissé des traces de sa parole, notamment dans des interviews (presse écrite, radio et télévision). Comment, alors, a-t-il concilié son refus de la parole vive et sa participation aux interviews ? On essaiera de montrer comment, en adoptant une position « intransigeante » sur le caractère public de sa personne, Nabokov arrive à construire et gérer son personnage d′écrivain.

L′interview surveillée

3L′interview est un genre journalistique né dans la presse à la fin du xixe siècle. De nature publique, le dialogue entre une personnalité et un journaliste, ayant statut de médiateur, est suscité par un événement, une actualité et a lieu en vue d′une publication (presse écrite) ou d′une diffusion (radio et télévision). Le temps imparti au médiateur chargé de poser les questions et d′en recueillir les réponses, est généralement bref, et la publication quasi immédiate. Genre circonstancié, qui va à l′essentiel, l′interview peut être de nature biographique (l′homme), textuelle (l′œuvre) ou le plus souvent, mêler les deux (l′homme et l′œuvre). Par définition le dialogue désigne un échange oral entre deux personnes, deux parties. Il implique donc un interlocuteur. Dans le cadre de son étude sur le genre de l′interview en général, et sur les interviews de Joris-Karl Huysmans en particulier, Jean-Marie Seillan explique cette relation binaire :

  • 2 Jean-Marie Seillan dans Joris-Karl Huysmans, Interviews, Champion, 2002, p. 30.

L′interview est donc composée de deux discours solidaires, du fait que l′un modalise et encadre l′autre, mais également rivaux puisque chacun entend tirer parti de l′autre : le journaliste instrumentalise la voix du romancier comme le romancier utilise celle du journaliste, au point qu′il est difficile de dire lequel des deux fait la courte échelle à l′autre2.

  • 3 Voir dans le présent volume, « L’interview d’écrivains : démocratisation de la lecture ou appauvri (...)
  • 4 Traduit en français sous le titre Intransigeances (Julliard, 1985) puis Partis pris (La_ont, 1999)
  • 5 Vladimir Nabokov, Partis pris, Bibliothèques 10/18, 2001, p. 7. Toutes les références à cet ouvrag (...)
  • 6 Cette volonté de suivi et de contrôle est expliquée à une journaliste du Life en 1964, dans un pos (...)

4De plus, comme le souligne Marie-Françoise Melmoux-Montaubin3, l′interviewer est le seul dépositaire de la parole de l′écrivain. L′interview impose à l′écrivain de laisser écrire l′autre. Soucieux d′éviter une telle dépendance, Nabokov posa des conditions aux interviews qu′on lui sollicitait. En 1973 il publie Strong opinions4, recueil d′interviews, mais également de lettres aux rédacteurs, de protestation ou de contestation, et d′articles parus dans la presse. À cette occasion, il rédige un « Avant-propos », où il explique à quelles conditions il accepte la pratique de l′interview. Trois impératifs dirigent le questionnement : les questions de l′interviewer doivent être préparées par écrit. Elles doivent être envoyées à l′auteur qui y répondra également par écrit. Questions et réponses doivent être publiées textuellement : « Telles sont les trois conditions absolues5. » En sus, il s′accorde un droit de regard sur les épreuves et de correction après publication6. Nabokov met tout en œuvre pour avoir un contrôle absolu sur sa « parole », que ce soit avant (les questions sont préparées), pendant (les réponses sont rédigées) ou après (droits de regard et de correction) l′interview proprement dite. Il ne laisse rien au hasard, aucune place pour l′imprévu. Tout est supervisé, dirigé, orchestré par ses soins.

  • 7 Ibid., p. 7.

5Pourquoi se donne-t-il tant de mal à contrôler ainsi tous ses propos et leur transcription ? C′est que Nabokov redoute la parole vive, l′oralité : « Je pense comme un génie, j′écris comme un auteur distingué et je parle comme un enfant7. » Plus sûr de son style écrit que de ses performances orales, Nabokov craint la parole, celle qu′il n′a pas eu le temps d′apprivoiser, de méditer, de rédiger. Toute pensée qu′il veut exprimer doit passer par l′écrit. À un journaliste, il « confesse » sa faiblesse :

  • 8 Ibid., p. 43 (je souligne).

[...] l′absence de spontanéité ; la gêne provoquée par des pensées parallèles, des arrière-pensées, des arrière-arrière-pensées : l′incapacité dans laquelle je suis de m′exprimer convenablement dans aucune langue sans avoir au préalable composé chaque maudite phrase dans mon bain, dans ma tête, à mon bureau8.

6Incapable donc de s′exprimer par la parole vive, directe, spontanée, Nabokov va écrire, mettre en scène l′oralité. En répondant aux questions par écrit, il construit une fausse oralité, un pastiche de dialogue. Car c′est bien la forme du dialogue qui est reproduite textuellement. S′il choisit de réfléchir et rédiger ses réponses, Nabokov ne souhaite à aucun moment que ses propos soient exempts de la présence du médiateur. S′il reste discret, comme fréquemment en situation d′interview, le médiateur n′est pas pour autant exclu de la parole de Nabokov, et sa « voix », par les questions reproduites, reste présente pour encadrer et guider (artificiellement) la parole de l′écrivain. Nabokov sait qu′en choisissant d′abolir la forme du dialogue, il renonce à atteindre un auditoire assez large, diffusion qu′un long monologue ne remplacerait pas.

  • 9 Et audio-visuellement (effacement d’une bande-son, d’une bande vidéo). Comprendre graphiquement da (...)
  • 10 Roland Barthes, « De la parole à l’écriture », Le grain de la voix, entretiens 1962-1980, Essais P (...)

7Son refus de l′oralité a sans doute pour cause la peur qu′elle lui inspire. La parole vive inquiète notamment les auteurs, hommes de l′écrit par excellence, car à la différence de l′écriture, la parole ne peut se corriger, ou du moins elle ne peut le faire que par adjonction. On ne peut effacer que ce qui est inscrit graphiquement9. L′écriture par conséquent, n′est pas tant ce qui laisse une trace, que ce qui peut se modifier par l′effacement. L′oralité ne permet pas les ratures, les gommages, les retours en arrière. Elle s′ancre dans une immédiateté, dans un présent perpétuel, qui ne permet pas de retouches, ou alors en ajoutant, en se reprenant mais a posteriori et il reste que ce qui est dit est dit. Comme l′écrit Roland Barthes : « La parole est dangereuse parce qu′elle est immédiate et ne se reprend pas (sauf à se supplémenter d′une reprise explicite) » alors qu′» en réécrivant ce que nous avons dit, nous nous protégeons, nous nous surveillons, nous censurons, nous barrons nos bêtises, nos suffisances (ou nos insuffisances), nos flottements, nos ignorances, nos complaisances, parfois même nos pannes10. »

  • 11 Partis pris, op. cit., p. 7.
  • 12 Ibid., p. 13.
  • 13 « Tout en passant sa vie, dûment inversée, en revue pour son nouveau roman, Nabokov se rendait bie (...)

8L′oralité (dans laquelle on peut inclure les notions freudiennes d′association libre et de lapsus), l′impossibilité de se rétracter sans en laisser de traces mettent les écrivains en danger. C′est bien de ce danger qu′est conscient Nabokov, lui qui, racontant une histoire doit « revenir en arrière pour des ratures et des insertions orales11 », lui qui déclare avec fierté : « Mes crayons survivent à leurs gommes12. » Il refuse de laisser la trace de ses hésitations, de ses reprises, comme il refuse la possibilité à la postérité de lire les manuscrits qui ne seraient pas terminés si la mort venait le surprendre13. Nabokov souhaite que ses écrits soient clos, achevés, définitifs, que rien ne soit en cours (donc susceptible d′être retravaillé, modifié), que rien ne puisse dévoiler une quelconque faiblesse dans l′idée, une maladresse dans le style.

  • 14 « Les dix années suivantes, l’examen minutieux des manuscrits de ce genre s’ajouterait à toutes le (...)
  • 15 « Bien sûr, à proprement parler, un poète, un romancier, n’est pas un personnage public, ni un pot (...)

9Il se craint lui-même, craint la parole qu′il n′aurait pas eu le soin de bien peser, comme il redoute les autres, susceptibles de déformer son propos. C′est pourquoi il met tant d′acharnement à ce que ses réponses rédigées soient reproduites textuellement, à contrôler la parution, à écrire des lettres de protestation et de correction aux rédacteurs peu scrupuleux, mais aussi à effectuer ou au moins superviser les traductions de ses romans14. Là est bien le verbe qui caractérise l′écrivain Nabokov : superviser. Il est l′exemple de l′écrivain qui a conscience d′être, peut-être malgré lui15, un personnage public et qui non seulement gère sa carrière mais également son « biographique » et sa postérité. Tout est prévu, tout est maîtrisé. Aussi décide-t-il de tourner cette situation à son avantage, d′apparaître tel qu′il le souhaite, et de mettre à profit la presse en particulier et le « biographique » en général, pour construire son personnage d′écrivain.

Gestion du biographique

  • 16 Ibid., p. 179.

10Nabokov ne se soucie pas lui-même du biographisme et relève plutôt d′une conception textualiste de la littérature ; l′intérêt (littéraire) réside dans l′œuvre, non dans l′homme : « Je comprends fort bien qu′on veuille connaître mes livres, mais je comprends mal qu′on veuille me connaître, moi16. » Néanmoins il est amené à se rendre compte que s′il ne partage pas cet intérêt pour l′homme au sens biographique, d′autres en sont friands, comme il le rappelle dans son avant-propos, non sans ironie :

  • 17 Ibid., p. 8.

Mais le journaliste veut me visiter. Il veut voir mon crayon suspendu au-dessus de la page, les dessins sur mon abat-jour, ma bibliothèque, mon vieux barzoï blanc assoupi à mes pieds. Il pense avoir besoin de la musique d′ambiance de cette fausse intimité et de tous les détails pittoresques qu′il peut mémoriser, sinon noter carrément (″N. avala sa vodka d′un trait et eut ce mot17...″).

11Ne pas refuser les apparitions publiques tout en imposant ses conditions est alors pour lui la possibilité de maîtriser son image, son personnage, de ne pas les laisser en proie aux miroirs déformants des journalistes et des témoins.

12Si son personnage lui échappe, le conflit s′installe, comme en témoigne le célèbre procès entre l′écrivain et son biographe Andrew Field. Celui-ci publie en 1967 un ouvrage critique sur l′œuvre de Nabokov, Nabokov : His Life in Art. Salué par l′écrivain, celui-ci lui confie la mise à jour de sa bibliographie. Souhaitant écrire la vie de l′écrivain russe, Field demande l′autorisation aux Nabokov.

  • 18 Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, op. cit., p. 586.

Véra répondit fin mai que son mari « accueillait chaleureusement » le projet et « ne pouvait imaginer quelqu′un d′autre qu′il voulût accepter comme biographe » [...] tout en soulignant qu′ils approuveraient peu d′informateurs et n′autoriseraient qu′un accès contrôlé et limité à leurs archives18.

  • 19 « .Le dernier mot concernant ce qu’il serait préférable de supprimer vous reviendra. avait assuré (...)

13Assuré de son droit de veto19, Nabokov accepta l′entreprise de Field, biographe, qui débuta véritablement en 1969, lorsque Field vint passer quelque temps à Montreux. Mais bientôt des tensions voient le jour entre les deux hommes. Sujet du conflit : Field contourne l′autorité de Nabokov et s′enquiert des témoignages de personnes ayant connu Nabokov, plus ou moins intimement.

  • 20 Ibid., p. 639.

Que Field s′en remît ainsi à d′autres informateurs suscita le premier affrontement sérieux entre le biographe et le biographié. [...] Aussi signifia-t-il clairement à Field le 23 janvier [1970] qu′il jugeait inadmissibles les démarches ainsi entreprises sans son autorisation ni même sans l′en informer20.

  • 21 Les deux biographes sans scrupules inventés par Nabokov dans La vraie vie de Sebastian Knight et F (...)
  • 22 Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, éd. cit., p. 676.

14Trêve fut faite, mais le conflit reprit à la livraison de la première mouture de Field. La lecture du manuscrit plongea Nabokov dans la perplexité. Comment, pensait-il, pouvait-il y avoir autant d′approximations, d′incohérences, d′erreurs ? Field n′était-il qu′un Goodman, un Kinbote21 ? S′attelant à la correction, il envoie à Field une lettre où il l′enjoint à venir le consulter pour obtenir des informations, ne comprenant pas ce qui le poussait à préférer les récits d′autres interlocuteurs. Puis, de version révisée en version révisée, la relation entre les deux hommes se fait de plus en plus conflictuelle, jusqu′à ce qu′ils ne se parlent que par l′entremise de leurs avocats. Nabokov s′opposa à la publication en l′état et Field « alors qu′il avait promis d′accepter intégralement le droit de veto de son sujet, [...] s′apprêtait désormais à défendre le droit de préserver ses erreurs22 ». Des éléments furent supprimés ou modifiés, et la version définitive, non approuvée par Nabokov, finit par paraître en 1977, quelque temps avant la disparition de l′écrivain.

15Field se dégagea du joug de Nabokov, se sentant oppressé par l′insistance qu′il mettait à ne s′en remettre qu′à lui. Il s′éloigna de l′écrivain jusqu′à ne plus recourir aux informations du biographié lui-même. La relation de confiance (si tant est qu′il y en eut une) se brisa quand Field s′écarta des exigences, des impératifs de Nabokov, celui-ci perdant alors la possibilité de superviser le travail de Field, et par là le contrôle de sa personne.

  • 23 Ibid., p. 674.
  • 24 Ibid., p. 676.

16Une des conséquences fut qu′Autres Rivages, l′autobiographie de Nabokov, parut suspecte : « n′était-ce pas la version par excellence que Nabokov essayait de donner de son passé23 ? » Pour contrer cela Nabokov, ayant abandonné l′idée d′écrire le deuxième tome de son autobiographie, décida de prendre sa vie à revers et d′écrire une sorte de contre-autobiographie, où les faits sont inversés (Look at the Harlequins ! 1974/ Regarde, regarde les arlequins ! 1978). Ce même sentiment d′inquiétude lui it écrire à son avocat, en 1972 « que ses œuvres suffisaient amplement à illustrer sa vie d′écrivain et que sa vie privée ne regardait personne24. »

17Là réside le conflit Field/Nabokov, l′un voulant écrire la vie d′un autre qui désire la protéger, voire la cacher, ou du moins n′en offrir qu′une version personnelle, limitée et contrôlée. Cet article n′a pas pour ambition de départager qui, dans cette relation, a eu tort ou raison. Cela pourrait peut-être faire l′objet d′une autre étude, comparée cette fois-ci, entre le biographique d′une part et l′autobiographique d′autre part. Mais est-ce important ? L′intéressant, me semble-t-il, réside dans le fait que le conflit a débuté lorsque Nabokov a compris qu′il ne pourrait pas imposer à Field sa propre vision des choses, qu′il ne pourrait pas le diriger, l′orienter comme il le souhaitait. Le biographe s′est révélé plus autonome, plus indépendant que prévu. S′il n′a peut-être pas employé une méthode adéquate, il s′est risqué à écrire la biographie d′un des plus grands protecteurs de vie privée :

  • 25 Ibid., p. 672.

Nabokov ne facilitait certes pas les choses à son biographe. La vie privée était plus que sacrée pour lui : « Je déteste mettre mon nez dans la précieuse vie des grands écrivains, je déteste regarder par-dessus la palissade de ces vies — je déteste la vulgarité de l′″intérêt humain″, le frou-frou des jupes et les gloussements dans les couloirs du temps — et jamais aucun biographe ne soulèvera le voile de ma vie privée. » Il avait interdit de communiquer pendant cinquante ans les papiers qu′il avait déposés à la bibliothèque de Congrès. Il se cachait derrière des masques littéraires, puis se retira encore plus loin des regards du public dans la relative intimité de Montreux. De sa citadelle, il décochait des lettres bourrues à divers journaux pour protester contre des erreurs factuelles ou des atteintes à sa vie privée, et n′acceptait d′entretiens que si les questions lui étaient soumises par écrit très à l′avance, pour qu′il puisse, lui aussi, préparer ses réponses par écrit — et vérifier ensuite l′article sur épreuves25.

18Boyd, pourtant si élogieux envers Nabokov, et si accablant envers Field (la succession Nabokov a certainement réussi avec Boyd là où Nabokov avait échoué avec Field !), concède au biographe la difficulté que représente un biographié comme Nabokov :

  • 26 Ibid., p. 638.

Vigilant comme il l′était, Nabokov n′était pas un sujet aisé pour un biographe. Toujours très irrité par les inexactitudes et furieux de toute divergence avec la vérité telle qu′il la percevait, il se fiait à sa propre mémoire et dénonçait comme fausse toute vision des autres ne coïncidant pas avec la sienne26.

  • 27 Jean-Benoît Puech, « Du vivant de l’auteur », Poétique, n° 63, septembre 1985, p. 231.
  • 28 « [...] Nabokov jugea plus prudent d’autoriser une biographie quand il était encore là pour minimi (...)

19Pourquoi Nabokov, lui qui redoute tant la mise au jour de sa vie privée, lui qui avait déjà rédigé son autobiographie, a-t-il alors accepté cette biographie ? Pour la même raison qu′il accepte de se prêter au jeu de l′interview et de l′entretien : la construction de son personnage. Nabokov avait compris que la création de son personnage d′écrivain nécessitait la présence d′autrui (journaliste, photographe, proches, etc.). Les paroles rapportées, les écrits de seconde main, ont une valeur de caution « dont la réalité est plus sûre que celle de l′écrivain, truquée par son penchant pour la fabulation27 », bien qu′ils puissent également être sujets à suspicion. Une fois créé, il faut pérenniser le personnage, lui assurer une certaine crédibilité, et, autant que possible, le faire de son vivant (« du vivant de l′auteur ») pour pouvoir en garder le contrôle28.

  • 29 Partis pris, éd. cit., p. 8-9.
  • 30 Ibid., p. 179. Nous soulignons.

20Pour revenir à l′interview, Nabokov justifie sa « participation » dans son « Avant-propos » : « le romancier que je suis a si rarement l′occasion de faire connaître ses avis personnels que, de temps à autre, je suis heureux d′écouter les questions que me posent, en vagues subites, des visiteurs charmants, courtois et intelligents29. » Plus éloquente est sa réponse faite à une journaliste : « ce que j′aime vraiment dans ces dialogues en publics, de qualité, c′est l′occasion qui m′est donnée de construire devant mon auditoire un semblant de ce que j′espère être une personne plausible et pas entièrement déplaisante30. »

21Nabokov, écrivain exigeant, intransigeant, envers lui comme envers les autres, participe, mais selon ses conditions, à la sociabilité littéraire. Loin d′installer un silence blanchotien, il diffuse sa parole, mais craignant l′oralité dans ce qu′elle a d′irréversible il n′offre qu′une parole écrite, une oralité rédigée, un discours préparé, et gare à qui en modifiera une lettre. Désireux de tout gérer, de tout contrôler de son vivant, il met ses dernières années à profit pour organiser sa postérité, sa succession. Décidant tout, des questions qu′on lui adresse à ses poses photographiques (il n′y a qu′à voir le nombre de photos le représentant avec un ilet à papillons ou face à un échiquier), Nabokov a construit et mis en scène son personnage d′écrivain, notamment à travers le support qu′offre l′interview. Il n′y a guère que le cas Andrew Field qui lui a montré les limites de sa vigilance et de sa toute-puissance.

Anmerkungen

1 « J’ai horreur de l’improvisation, me dit-il. Je n’ai jamais lâché dix mots à mes élèves ou en public que je n’aie soigneusement pesés et écrits. – Eh bien ! je ferai avec vous ce que je n’ai jamais admis pour personne : je vous enverrai le texte de mes questions. – Et j’y répondrai par écrit. Je lirai mes réponses devant les caméras. – Mais... mais... – Arrangez-vous pour m’installer à un bureau dont le devant sera garni d’une muraille de livres qui masquera mon texte au public. Je suis très adroit dans l’art de faire accroire que je ne lis pas vraiment et que même à l’occasion mes yeux vont chercher l’inspiration au plafond. » dans Bernard Pivot, Le métier de lire, Folio Essais, Nouvelle édition augmentée, 2001, p. 237.

2 Jean-Marie Seillan dans Joris-Karl Huysmans, Interviews, Champion, 2002, p. 30.

3 Voir dans le présent volume, « L’interview d’écrivains : démocratisation de la lecture ou appauvrissement culturel ? ».

4 Traduit en français sous le titre Intransigeances (Julliard, 1985) puis Partis pris (La_ont, 1999).

5 Vladimir Nabokov, Partis pris, Bibliothèques 10/18, 2001, p. 7. Toutes les références à cet ouvrage renverront à cette édition.

6 Cette volonté de suivi et de contrôle est expliquée à une journaliste du Life en 1964, dans un post-scriptum à sa lettre de réponse, p. 60-61.

7 Ibid., p. 7.

8 Ibid., p. 43 (je souligne).

9 Et audio-visuellement (effacement d’une bande-son, d’une bande vidéo). Comprendre graphiquement dans son opposition avec oralement.

10 Roland Barthes, « De la parole à l’écriture », Le grain de la voix, entretiens 1962-1980, Essais Points Seuil, 1981, p. 10.

11 Partis pris, op. cit., p. 7.

12 Ibid., p. 13.

13 « Tout en passant sa vie, dûment inversée, en revue pour son nouveau roman, Nabokov se rendait bien compte à soixante-treize ans que la mort pouvait le prendre au dépourvu. Aussi laissa-t-il sur son manuscrit une note demandant qu’il fût détruit sans être lu s’il demeurait inachevé » ; et plus loin : « Il redoutait toujours que la mort ne le frappât avant qu’il ait terminé le roman. Quelques mois auparavant il avait écrit à l’intérieur du couvercle de la boîte de fiches où il rangeait le manuscrit : “À détruire sans lire si inachevé”. Il codifia sa copie au net (chaque carte porte en haut le dernier mot de la fiche précédente) et, pour la première fois, numérota chaque fiche, et ajouta à sa note : “seulement les fiches non numérotées.” Autrement dit, s’il mourait avant de finir le roman, il fallait conserver les fiches de la copie au net et détruire les autres. », Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, Biographies Gallimard, 1999, p. 676-677 et p. 684. Toutes les références à cet ouvrage renverront à cette édition.

14 « Les dix années suivantes, l’examen minutieux des manuscrits de ce genre s’ajouterait à toutes les autres corvées littéraires que lui imposait son perfectionnisme, de la rédaction et de la révision des réponses aux interviews à la supervision des traductions en quatre langues. », ibid., p. 563.

15 « Bien sûr, à proprement parler, un poète, un romancier, n’est pas un personnage public, ni un potentat exotique, ni un amant international, ni une personne qu’on serait fier d’appeler Jim. », Partis pris, éd. cit., p. 179.

16 Ibid., p. 179.

17 Ibid., p. 8.

18 Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, op. cit., p. 586.

19 « .Le dernier mot concernant ce qu’il serait préférable de supprimer vous reviendra. avait assuré Field à Nabokov avant de commencer son livre, et c’était avec cette assurance que Nabokov avait accepté de montrer ses papiers à Field, de se soumettre à ses questions et d’autoriser ses amis les plus proches à coopérer avec lui. », ibid., p. 667.

20 Ibid., p. 639.

21 Les deux biographes sans scrupules inventés par Nabokov dans La vraie vie de Sebastian Knight et Feu Pâle.

22 Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, éd. cit., p. 676.

23 Ibid., p. 674.

24 Ibid., p. 676.

25 Ibid., p. 672.

26 Ibid., p. 638.

27 Jean-Benoît Puech, « Du vivant de l’auteur », Poétique, n° 63, septembre 1985, p. 231.

28 « [...] Nabokov jugea plus prudent d’autoriser une biographie quand il était encore là pour minimiser les erreurs, comme il avait préféré russifier Lolita lui-même que d’imaginer une médiocre conversion forcée de son roman en russe quand il ne serait plus là pour la corriger pas à pas. », Brian Boyd, Vladimir Nabokov, Les années américaines, éd. cit., p. 673.

29 Partis pris, éd. cit., p. 8-9.

30 Ibid., p. 179. Nous soulignons.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540