Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Conclusion générale

Texte intégral

1Les changements dans l’exploitation économique et la gestion politique des territoires sont à la base de mutations importantes. La densification de l’activité agricole sur certains terroirs et son corollaire, l’abandon des moins productifs, le développement de l’exploitation forestière sur d’autres, engendrent des changements de biotopes et de biocénoses et des pratiques qui leur sont associées.

2De fait, la compréhension de la répartition des ressources naturelles et la connaissance de l’impact des pratiques sociales sur les territoires sont un préalable à toute réflexion sur l’explication et la compréhension des dynamiques animales. Cette double entrée impose une approche multi-scalaire. Toutefois, l’évaluation des politiques publiques et économiques, par exemple, ne peut être menée à la même échelle que la description des écosystèmes.

3Aussi, pour appréhender la répartition et la dynamique des populations de sangliers et leur relation avec les activités humaines, nous nous sommes engagés dans une prospection pluridimensionnelle. Une approche nationale a été réalisée aux niveaux départemental et cantonal, ce qui a alors dévoilé une véritable géographie des prélèvements. En effet, les différentes typologies mettent en évidence les relations entre le type d’occupation du sol et la densité de sangliers prélevés. C’est dans les milieux forestiers constitués de feuillus denses que les prélèvements sont les plus importants. Ces derniers offrent des conditions d’habitat et de nourriture très satisfaisantes pour le Sanglier. L’importance des massifs de chênes verts en région méditerranéenne en est l’illustration parfaite. Néanmoins, la présence de forêts ne suffit pas à expliquer la répartition des populations, puisque des paysages très forestiers ou des massifs boisés d’altitude sont peu fréquentés par les sangliers. Ils semblent ne pas y trouver un apport nutritionnel satisfaisant et restent peu à l’aise dans la neige. Il en est de même des paysages composés exclusivement de zones agricoles, en l’absence de formations boisées de plusieurs centaines d’hectares. Les prélèvements de sangliers sont alors faibles, quels que soient les pratiques et le type d’agriculture en place. En fait, les milieux « ouverts », comme les pelouses d’altitude, les dunes et les plages, ne peuvent assurer une sécurité suffisante.

4Cette approche géographique a mis en évidence la très forte spécificité de l’Arc méditerranéen et plus particulièrement du département de l’Hérault, ce qui a permis de mettre en correspondance le taux de boisement, le taux de morcellement de l’espace agricole et l’implantation quantitative des populations de sangliers.

5Le processus de territorialisation a été appréhendé à l’échelle micro-locale par une étude de cas (commune de Nant, en Aveyron). Ici, les équipes de chasseurs ont développé une stratégie d’appropriation du territoire par la mise en place d’un partage de l’espace.

6Par ailleurs, le suivi de la pratique cynégétique à Nant nous a montré qu’il existait de réelles spécificités territoriales et que la pratique de la chasse aux sangliers en était un des moteurs essentiels. Cette activité met en évidence une combinaison spontanée d’espace existentiel et d’espace social qui donne forme et contenu aux perceptions de l’homme dont l’essence même est socioculturelle, géographique et historique.

7La pratique cynégétique requiert deux fondamentaux simples, le premier est la présence de gibier, le second la présence de chasseurs.

8En France, le statut juridique du gibier fait qu’il n’appartient à personne (res nullius) et ne peut être prélevé que dans des conditions bien définies. L’action de chasse est donc particulièrement encadrée, puisqu’elle permet une appropriation du gibier.

  • 1 Loi Verdeille du 10 juillet 1964.

9Depuis le décret du 11 août 1789, le droit de chasse est intimement lié au droit de la propriété. De ce fait, les chasseurs, lorsqu’ils ne sont pas les propriétaires du territoire de chasse, ont été amenés à se structurer. Ils se regroupent généralement en association « simple » de type loi du 1er juillet 1901, ou créent des Associations Communales de Chasse Agréée (ACCA1). Ces associations permettent de gérer et de maîtriser légalement le foncier. Ces entités constituées sont assimilées à des propriétés privées, qui acquièrent alors le droit de chasse.

10Le statut du chasseur de sangliers fait qu’il peut se dispenser d’une adhésion directe à une association de chasse si l’équipe à laquelle il participe est considérée comme une entité juridique et dispose du droit de chasse.

  • 2 Op. cit. C. Traïni (2004).

11Le chasseur conçoit le territoire de chasse comme un lieu d’évasion et d’introspection, il est également une unité de gestion cynégétique, ou encore un patrimoine2.

12Cette justification de la chasse témoigne d’une forme d’intellectualisation de la pratique cynégétique et du contrôle des émotions. Elle vise à montrer que le territoire de chasse, comme toutes les enceintes de loisir, est un espace de liberté, mais que la pratique y est réglementée et encadrée. Cette attitude correspond pour N. Élias (1973) à « une évolution pluriséculaire de l’individuation et de la civilisation des mœurs ».

13La gestion et l’aménagement des territoires participent au renforcement de la territorialité au point que l’on oppose la chasse-gestion, plus rationnelle, à la chasse-cueillette jugée aujourd’hui désuète et irresponsable par les gestionnaires.

14Cette approche est comparable à ce qui se fait dans le domaine de la production. Toutefois, l’animal domestique est considéré comme res propria alors que les chasseurs ne peuvent prétendre être propriétaires du gibier avant de l’avoir tué et ce, quelles que soient les améliorations quantitatives ou qualitatives qu’ils peuvent apporter à la faune sauvage.

15Dans ce domaine, les chasseurs font preuve d’imagination et ingéniosité. Ainsi, dans le cadre de la gestion de populations de sangliers, ils peuvent limiter le nombre de prélèvements, sélectionner les animaux au moment du tir, réaliser les aménagements nécessaires à la pratique. Aussi, le temps passé et les moyens financiers investis pour aménager ou acquérir un territoire de chasse sont-ils de plus en plus importants.

16Aux investissements personnels, s’ajoutent les redevances cynégétiques, impôts que les chasseurs paient à l’État. Le budget de l’Office National de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) est assuré à 88 % par ces redevances. Les Fédérations départementales des chasseurs souhaitent une reconsidération du financement de l’ONCFS car les missions confiées aux agents de ce dernier se sont étendues à la protection d’un patrimoine commun et à la police de l’environnement.

17Par ailleurs, les chasseurs sont, à l’heure actuelle, les seuls à alimenter un fonds de solidarité et de péréquation pour prévenir et indemniser les dégâts de gibier causés aux cultures agricoles. En échange de ces redevances et cotisations, les chasseurs ont le droit « d’user » de la ressource et de prélever le gibier. Cela renforce généralement chez eux, un sentiment d’appropriation territoriale et tend à les légitimer en tant que gestionnaires de la faune sauvage. Ces revendications sont d’autant plus fortes qu’ils sont confrontés à d’autres utilisateurs qui revendiquent, soit le droit de profiter « du patrimoine commun » sans une participation financière directe affectée à la pérennisation de ce patrimoine, soit le droit de circuler librement dans les espaces publics. Le manque de clarté entre espace public et espace privé est fréquemment source de conflits.

18Cette notion de chasseurs-gestionnaires a joué un rôle important dans le processus de territorialisation depuis les années soixante car les actions des chasseurs sont réellement inscrites et visibles au niveau territorial.

19Cependant, les chasseurs revendiquent une autre légitimité au prétexte d’une filiation généalogique au territoire, lieu patrimonial garant de la transmission des traditions. Cette revendication a pour objet la préservation du droit de chasse et la pérennisation des pratiques traditionnelles. La référence historique du droit de chasse (abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août 1789) représente un symbole fort auquel les chasseurs sont très attachés.

20Ces notions historiques et juridiques établies de longue date sont importantes car elles font partie du processus de territorialisation. Ce processus s’étaye alors selon des temporalités différentes et sur des décisions parfois antinomiques et donc sources de conflits. Dès lors, se dessinent des territorialités s’arc-boutant autour de principes biogéographiques, socioculturels, économiques dont l’histoire est parfois complexe. De fait, il est important de nuancer les processus de territorialisation car les types et les modes de chasse sont particulièrement nombreux et les origines sociales et les spécificités régionales sont très diverses en France.

21La multiplication des fonctions de l’espace rural dans les domaines économiques, environnementaux, résidentiels, touristiques et de loisirs, a généré de nouveaux modes d’appropriation et de nouvelles territorialités. Le chevauchement ou la superposition d’usages ne sont pas toujours compatibles et alimentent des rivalités entre les groupes sociaux, qu’ils soient traditionnels ou nouveaux, et entre les individus.

22L’espace rural est un espace aménagé et réaménagé en fonction des pratiques productives ou récréatives. Les heurts liés à l’utilisation du sol proviennent généralement d’une contraction ou d’une exploitation simultanée de ces espaces ou encore des divergences dans les représentations de la « Nature ». La perception du sanglier par les différents groupes sociaux est en cela très révélatrice, certains le vénèrent alors que d’autres le haïssent. Nombreux sont ceux qui ont quelque chose à dire ou à craindre de cet animal, et qui ne se limitent pas à une vision purement alimentaire.

23Pour le chasseur, c’est actuellement l’un des grands gibiers les plus convoités. Plus de la moitié des chasseurs le traquent exclusivement ou occasionnellement.

24Le sanglier engendre des problèmes de sociétés qui sont révélés dans des régions entières, souvent éloignées des grands centres urbains. En effet, la chasse aux sangliers permet de perpétuer des traditions et des techniques ancestrales mais participe également à renforcer la cohésion sociale. Elle contribue à une libération de la parole et elle devient alors un moyen de revendications sur des thèmes cynégétiques ou non.

25Pour l’agriculteur, le sanglier, par son caractère opportuniste peut être une source de problèmes. Le fait que de nouvelles formes d’agriculture à haute valeur ajoutée s’installent en marge ou au centre de zones de cultures intensives, au cœur même du domaine vital des populations de sangliers, augmente considérablement le risque de dommages aux cultures.

26Pour le naturaliste amateur, compte tenu des difficultés d’approche et d’observation, il représente un sujet d’étude particulièrement intéressant. Toutefois, cette espèce a une connotation très cynégétique et reste mal connue, alors qu’elle est très proche et très commune.

27Pour les chercheurs de champignons et autres randonneurs, les mythes et les légendes ont souvent la vie dure, les récits les plus épiques, dramatiques ou drôles impliquant des sangliers sont très souvent rapportés. Certains espèrent sa rencontre et d’autres la craignent. Ces perceptions singulières auxquelles s’ajoutent des usages différents et antagonistes de l’espace sont parfois sources de conflits.

28Cette confrontation entre les usages a lieu, soit dans la sérénité, soit dans la rivalité. Dès lors, on assiste à la mise en place de stratégies d’acteurs et de moyens de régulation. Les individus ou groupes sociaux se structurent et communiquent pour s’interpeller et intervenir dans les sphères politique, législative, et juridique. Il en résulte une réglementation de plus en plus importante de l’usage des sols mais également des espèces.

29L’accroissement du nombre d’usages et de fonctions nécessite un arbitrage qui vise à un partage équitable entre tous. Ces arbitrages sont d’autant plus difficiles à appliquer que, selon les instances juridictionnelles, nationales ou européennes, des interprétations législatives différentes ont été rendues. Dans ces conditions, la gestion de la faune sauvage et de ses habitats semble être une obligation. Toutefois, les mesures de gestion proposées par les différents acteurs sont loin de faire l’unanimité. Certains préconisent une protection stricte alors que d’autres souhaitent une gestion intégrée des espèces et des habitats. La mise en œuvre d’une telle politique nécessite une réglementation spécifique car, dans un cas, il s’agit de réglementer « l’exploitation » de la ressource, alors que dans l’autre, il s’agit d’encadrer ses conditions de « production ».

30La mise en œuvre d’une gestion concertée est d’autant plus complexe que les problématiques environnementales se sont, au cours des années, internationalisées. De fait, les structures cynégétiques doivent intégrer dans leurs actions des règles de droit international et national, de caractères hétérogènes et parfois contradictoires.

31Pour faire face à l’accélération de la dégradation de la nature par les activités humaines, de nouveaux concepts sont apparus au niveau international. Ainsi, le droit communautaire a fait prévaloir les notions de patrimoine commun ou de développement durable. Le droit européen est d’autant plus important qu’il l’emporte sur le droit français. Dès lors, le droit national doit être en conformité avec le droit communautaire. Mais l’État français semble confronté à deux types difficultés liées principalement à :

  • une clarification et une mise en concordance du statut de l’animal sauvage, car deux cultures juridiques latine et anglo-saxonne s’opposent. En France, l’animal sauvage est à l’heure actuelle res nullius et non res communis. Il est également classé selon trois catégories, gibier, nuisible ou protégé. Le statut et le classement des espèces ont des conséquences importantes en terme de dynamique des populations animales, de territorialités ou encore de responsabilités ;
  • l’éloignement de la prise de décision environnementale. La Commission et le Parlement Européen ont un pouvoir de codécision en matière d’environnement, ce qui donne une prééminence de l’exécutif sur la représentation populaire directe et ce, malgré le traité d’Amsterdam. Le principe de subsidiarité et la lenteur des procédures des contentieux (mises en garde, condamnations, astreintes) sont autant d’éléments qui laissent penser qu’un État peut déroger aux obligations communautaires.

32La réglementation internationale ou européenne éloigne le chasseur du centre de décision et ce, au moment même où l’État français, désireux que les décisions et les politiques publiques puissent être prises au plus près du terrain, souhaite mettre en œuvre une déconcentration pour simplifier les rapports entre administration et administrés.

33Les chasseurs obtiennent un droit de prélèvement en contrepartie d’une obligation à la gestion des espèces et du maintien de la qualité des habitats pour la biodiversité. En effet, la surexploitation ou la sous-exploitation cynégétique ne suffisent généralement pas à expliquer la disparition ou l’abondance de gibier ; celle-ci semble essentiellement liée à la qualité des habitats.

34Dans l’espace rural, les effets des aménagements cynégétiques réalisés par les chasseurs (cultures faunistiques, points d’eau, etc.) sont extrêmement limités si on les compare aux actions des agriculteurs et des forestiers qui, elles, influencent grandement la « production de ressources naturelles ».

35Par ailleurs, ces modifications anthropiques sont souvent le fruit de politiques et de réglementations nationales ou internationales sur lesquelles les chasseurs ont bien peu de prise. Leur capacité technique et financière, face à la tâche à accomplir, semble limitée, d’autant qu’ils sont rarement les propriétaires de leur territoire de chasse. Au vu des jugements des tribunaux, droit de propriété et gestion du patrimoine commun sont parfois contraires, aussi bien pour les propriétaires chasseurs que pour les propriétaires non-chasseurs. Le droit de non-chasse ne dispense en aucun cas le propriétaire des obligations de gestion de la faune sauvage. Sa responsabilité peut être engagée en cas de dégâts de gibier par exemple.

36En revanche, les chasseurs sont directement concernés par le souci de sécurité, pour eux et pour les tiers. Les risques encourus sont particulièrement importants, d’autant qu’il s’agit de tir à balles (chasse du grand gibier). Dans ce domaine, le législateur a souhaité un renforcement de la formation, avec une épreuve pratique lors de l’examen du permis de chasser et la possibilité de formation d’accompagnement des chasseurs tout au long de leur vie. Par ailleurs, les sanctions, suite à une infraction pour manquement à la sécurité ayant entraîné des blessures ou mort d’homme, ont été renforcées avec la loi chasse du 27 juillet 2000.

37Cette loi a d’une part renforcé l’encadrement lié à la détention d’armes à feu et d’autre part mis en place des schémas départementaux et locaux de gestion cynégétique dans le souci d’une régulation des espèces sauvages.

38Ces schémas doivent être conformes aux orientations régionales fixées par l’État, être en cohérence avec le schéma de services collectifs des milieux naturels et ruraux, et être en conformité avec les autres schémas départementaux approuvés.

39Le schéma est élaboré par les Fédérations départementales des chasseurs auxquelles il est demandé de définir des unités et des objectifs de gestion en association avec les propriétaires, les gestionnaires et les usagers des territoires concernés. Le schéma est ensuite approuvé par les préfets.

40Tout l’enjeu actuel est de légitimer la chasse en la présentant comme une activité à caractère culturel, social, économique qui contribue à la gestion de la faune sauvage et de ses habitats. Le défi est d’autant plus important que le délaissement des cultures au profit des formations boisées se poursuit et s’intensifie dans les espaces agricoles les moins rentables.

41Face à cette situation, les chasseurs se voient confier un devoir de régulation. Le problème est d’autant plus complexe que, contrairement aux cervidés qui peuvent remettre en cause l’équilibre faune/ flore, le sanglier est un animal qui perturbe finalement peu les écosystèmes. La rupture d’équilibre est davantage sociale (remise en cause économique) que biologique. Les difficultés de gestion ne sont pas liées à une remise en cause écosystémique mais sociosystémique.

42Dès lors, il semble illusoire de vouloir résoudre le problème des dégâts en agissant uniquement sur la réalisation de prélèvements car un nombre restreint d’animaux au comportement rarement prévisible peut commettre d’importants dégâts.

43Aussi, il paraît bien difficile d’imposer un nombre minimum de prélèvements obligatoires à réaliser, d’autant que cette donnée est bien difficile à obtenir car, dans l’état actuel des connaissances, les gestionnaires ne sont pas en mesure établir objectivement l’effectif de la population chassée, son taux de multiplication et la capacité d’accueil du milieu.

44Par ailleurs, les résultats de la chasse ne peuvent être garantis. Les modes de chasse aux sangliers tels qu’ils sont pratiqués, ne semblent pas porter atteinte à la survie de l’espèce. Preuve en est que le Sanglier, contrairement aux autres ongulés sauvages, n’a pas bénéficié de quotas pour limiter les prélèvements excessifs. La réglementation générale de la chasse contribue à la protection de cet animal et semble mal adaptée à la gestion de l’abondance. En effet, malgré des prélèvements importants, les populations augmentent notamment dans les régions méditerranéennes. Ceci laisse supposer que, malgré une reconversion de nombreux chasseurs, l’effort de chasse nécessaire pour réguler efficacement cet animal reste insuffisant. Compte tenu de la baisse régulière du nombre de chasseurs et du fait d’une reconversion déjà bien entamée de ces derniers, il paraît peu probable que l’effort de chasse puisse s’intensifier dans les années à venir.

45Les solutions aux problèmes des dégâts ne peuvent donc venir que d’une concertation de tous les acteurs car seule une gestion globale et cohérente de l’espèce et des biotopes et ce, à l’échelle d’unité de gestion, est susceptible d’offrir des résultats positifs.

46Ainsi, le chasseur de sangliers s’éloigne du modèle du chasseur « traditionnel » parcourant seul ou en petit comité l’espace rural à la recherche de gibier qu’il prélevait comme bon lui semblait. En effet, la chasse en battue tend à couper de plus en plus les chasseurs postés de la traque effective du gibier. Malgré leur fonction de « tireur », ils sont « passifs », contrairement au piqueur et à sa meute sur lesquels repose en grande partie le résultat de la journée de chasse. Pour bon nombre de chasseurs, les battues permettent de recréer des liens sociaux, de revendiquer leur appartenance à un territoire et, de manière plus pragmatique, d’acquérir régulièrement une part de venaison. Effectivement, il suffit qu’un des participants réussisse un tir, pour que tout le groupe puisse en profiter. Le partage du gibier, spécificité de la chasse aux sangliers, contribue à la cohésion de l’équipe et à la pérennité de la pratique.

47La chasse et la gestion de la faune sauvage constituent un immense champ de recherche et d’investigations sur lequel peu de géographes ont travaillé. Les sciences humaines et sociales sont en mesure d’apporter bien des éclairages sur les relations entre les hommes autour des enjeux de la nature, car la majorité des problèmes de gestion de la faune ne sont pas seulement techniques mais relèvent de rapports sociaux et spatiaux. Les travaux de recherche autour de la cynégétique sont un apport pour d’autres travaux interdisciplinaires traitant d’activités de loisirs ou de gestion concertée des ressources naturelles.

Notes

1 Loi Verdeille du 10 juillet 1964.

2 Op. cit. C. Traïni (2004).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search