Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Deuxième partie. Enjeux cynégétiques et gestion sociale des territoires

Chapitre V. Confrontations et conflits d’intérêts autour de l’activité cynégétique

Texte intégral

  • 1 Alphandéry P., Bergue M., (2004). Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d (...)
  • 2 Brunet R., (1991). Le territoire dans les turbulences. Montpellier, GIP Reclus.

1D’après Alphandéry et Bergue (20041), « Les collectivités humaines organisent et modèlent l’espace dans lequel elles vivent à travers des pratiques matérielles et symboliques ». Cette notion oriente notre réflexion autour du concept de territoire, qui comme le concept de paysage, constitue un terme particulièrement polysémique. Nous retiendrons donc la définition du territoire donnée par Brunet en 19912 : « Le territoire est une œuvre humaine. Il est un espace approprié. Approprié se lit dans les deux sens : propre à soi et propre à quelque chose. Il est la base géographique de l’existence sociale. Toute société a du territoire, produit du territoire. En fait, elle a en général plusieurs territoires, voire une multitude. »

  • 3 Renard J. (2000). « Les espaces flous entre agglomérations et pays : l’exemple de la Loire (...)
  • 4 Duran P., Thoenig J.-C., (1996). « L’État et la gestion publique territoriale », Revue fra (...)

2Toutefois, des analogies existent entre la notion de territoire en éthologie, qui correspond à un comportement agressif des animaux délimitant et défendant leur milieu, et le territoire des sociétés humaines résultant d’un découpage plus ou moins institutionnalisé. Le territoire recouvre alors diverses formes de rapport à l’espace que les individus et les groupes sociaux ne cessent de produire et de transformer dans le cadre de leurs relations sociales. Le temps de l’unique fonction agricole concédée à l’espace rural est désormais révolu. La multiplicité des fonctions et des usages est aujourd’hui de mise, entraînant ainsi de plus en plus un morcellement des territoires. Jean Renard (20003) parle « d’encombrement territorial » car les différentes fonctions se chevauchent fréquemment. Dès lors, des crises sociales peuvent apparaître, les acteurs ne se définissent plus par la seule adoption des codes sociaux répondant à leur identité sociale majeure mais sont confrontés à la concertation, aux négociations et aux responsabilités. Pour Duran et Thoening (19964), « Le territoire, plus que l’appareil d’État, constitue désormais le lieu de définition des problèmes publics. [...] Privé de son hégémonie, l’État trouve une raison d’être dans l’institution de capacités de négociation entre une grande variété d’acteurs ». Il en résulte des confrontations qui peuvent aboutir à ce que les psychosociologues appellent « conflits sociocognitifs ». Pour W. Doise (1991), « Il y a conflit sociocognitif lorsque que, dans une même situation, différentes approches cognitives d’un même problème sont produites socialement. Dans des conditions appropriées, la présence de ces différents points de vue peut favoriser leur coordination dans une nouvelle solution plus complexe et plus adaptée que chacune des approches préalables considérées isolément ».

3La chasse, et la chasse aux sangliers en particulier, sont utilisées ici comme révélatrices de confrontations entre acteurs. L’accent sera mis sur les divergences :

  • Producteurs/chasseurs ;
  • Cueilleurs/chasseurs ;
  • Chasseurs/chasseurs ;
  • Randonneurs/chasseurs ;
  • Environnementalistes/chasseurs.

4Ces confrontations donnent lieu à des régulations sociales qui sont nécessaires pour stabiliser les relations antagonistes entre les acteurs. En effet, ces derniers, qu’ils soient individuels ou collectifs, sont confrontés aux modalités du « vivre ensemble ». Ils sont alors partagés entre le souci de pérenniser leurs pratiques, voire leurs traditions, et la durabilité qui sous-entend l’idée de préservation des milieux et des espèces pour les générations futures. Les stratégies (scientifiques, juridiques, politiques, etc.) et les moyens de régulation ont lieu à différentes échelles supranationale, nationale, locale.

1 Interférences et conflits d’usages avec les chasseurs

5La pratique de la chasse, comme bien d’autres activités, a besoin d’un territoire pour exister. Il convient ici de présenter les principales activités susceptibles d’interférer avec les pratiques cynégétiques. Ces pratiques seront illustrées chaque fois que cela sera possible par des exemples pris sur la commune de Nant (Aveyron), dont les pratiques cynégétiques sont représentatives du mode de chasse de l’Arc méditerranéen. Il s’agit, en fait, de montrer l’importance de l’espace et du temps dans les phénomènes sociaux. La pratique de la chasse n’est ici utilisée qu’à titre d’exemple de phénomène social.

6Les représentations des pratiques spatiales posent des problèmes méthodologiques complexes. En effet, ces représentations à l’aide de graphiques ou de cartes ne peuvent être que fragmentaires, d’autant que ces outils de communication ne sont ni neutres ni innocents. Il y a toujours une perte d’informations par rapport au modèle absolu qui est l’espace représenté. Pour C. Jacob (1992), « la carte est ce dispositif qui montre ce que nul œil ne peut voir, quand bien même elle représenterait le territoire le plus familier, celui des déambulations quotidiennes ». Pour G. Di Méo (2000), « La carte contribue à créer le territoire en lui donnant un corps. Elle devient un attribut efficace du pouvoir. En matérialisant, en visualisant l’appropriation de l’espace par le groupe, elle exerce une véritable fonction idéologique et politique ».

7Parmi les pratiques « rurales » susceptibles d’interférer avec la chasse, il convient de distinguer celles liées à l’exploitation des ressources (agriculture, élevage, sylviculture, cueillette, etc.) de celles liées à la valorisation de ces ressources (commercialisation, tourisme, randonnée, etc.).

8Dans ce chapitre, l’analyse portera sur les pratiques dans leurs aspects spatio-temporels et seront décrites à l’aide de modèles. Nous tenterons de comprendre l’articulation des pratiques et des usages, puis de saisir les confrontations entre les acteurs et la chose cynégétique.

1.1 Confrontation avec les agriculteurs

9L’élevage ou la production de cultures sont des pratiques agricoles susceptibles d’interférer avec la cynégétique. La situation agricole sur la commune de Nant permet de mieux comprendre les éventuelles confrontations, d’autant que l’agriculture occupe une place particulièrement importante dans cette commune.

10Selon le Recensement Général Agricole de 2000, plus de 45 % du territoire serait à vocation agro-pastorale. Ce chiffre est certainement sous-estimé car les friches et landes sont fréquemment pâturées et ne sont pas toujours comptabilisées. Toutefois, le nombre d’exploitations agricoles ne cesse de diminuer depuis une vingtaine d’années, passant ainsi de 62 exploitations en 1979 à 39 en 2000. Par ailleurs, le nombre de chefs d’exploitation de plus de 50 ans est élevé, la moyenne d’âge est de 45 ans et seulement trois chefs d’exploitations ont un successeur. Cette situation n’est pas sans poser problème pour les années à venir en termes de gestion et de mutations des paysages.

11En revanche, la superficie agricole utilisée moyenne par exploitation ne cesse de s’accroître. Elle est passée de 77 hectares en 1979 à 123 hectares en 2000. Plus de 60 % de la surface des exploitations serait constituée de parcours. Compte tenu de la proximité de Roquefort, 80 % des exploitations des Causses se sont orientées vers l’élevage ovin lait, les autres produisant de la viande.

12L’élevage est généralement conduit selon un mode extensif même si la tendance est à l’intensification et à la modernisation des exploitations. L’élevage se pratique généralement en milieu extensif sur des milieux à végétation arbustive et herbacée, sur les pelouses, landes et bois. Ces derniers doivent néanmoins présenter des qualités végétales compatibles avec les besoins du troupeau.

13Les brebis laitières sont conduites de manière plus intensive à l’intérieur de la bergerie. Elles sont nourries avec du foin et des compléments alimentaires et ne pâturent que pour compléter leur ration ou lorsque leurs besoins alimentaires sont faibles.

14Selon les modes de conduite des troupeaux et la diversité des milieux, le circuit pastoral peut être complexe. L’itinéraire de pâturage résulte de la recherche d’un équilibre entre l’utilisation pastorale nécessaire à l’alimentation du troupeau d’une part, et le renouvellement des ressources d’autre part. À cela, il faut ajouter les stratégies propres à l’éleveur qui sont souvent liées à des facteurs économiques.

Tableau 17. — Importance de l’élevage pour la commune de Nant en 2000

Tableau 17. — Importance de l’élevage pour la commune de Nant en 2000

Source : RGA, 2000

Graphique 9. — Relation entre les composantes des activités de chasse et de pastoralisme (D’après Marchandeau, 1991)

Graphique 9. — Relation entre les composantes des activités de chasse et de pastoralisme (D’après Marchandeau, 1991)

15Les rapports entre l’activité pastorale et l’activité cynégétique peuvent se situer à plusieurs niveaux (graphique 9). Les relations étudiées privilégieront la dualité éleveurs/chasseurs de sangliers. Deux types de relations sont cependant à distinguer, celles aux effets directs et celles aux effets indirects.

16Les interférences directes, liées aux relations éleveurs/chasseurs de sangliers, sont de nature spatio-temporelle, même si la chasse aux sangliers se déroule peu en milieu agricole.

17Chasseurs et agriculteurs peuvent être amenés à se trouver au même endroit au même moment. Il arrive en effet que les chasseurs se postent en bordure de parcelles car les espaces y sont dégagés, ce qui facilite le tir des animaux. Pour des raisons de sécurité évidentes, cela peut poser des problèmes pour l’exploitant ou son cheptel. De plus, l’utilisation de chiens courants peut être source de dérangement pour les troupeaux. Ce dérangement est d’autant plus important lorsque les chiens échappent au contrôle de leur maître. Les chiens peuvent alors errer plusieurs jours avant d’être récupérés. Certains d’entre eux peuvent s’attaquer au bétail, et entraîner une panique au sein même du troupeau, ce qui peut se solder par des pertes importantes pour l’éleveur. Actuellement, l’utilisation de « colliers de repérage » sur les chiens courants est de plus en plus fréquente chez les chasseurs. Cet équipement leur permet une récupération plus rapide et plus sûre des chiens en fin de chasse.

18De plus, étant donné la pluriactivité des éleveurs, ces derniers consacrent de moins en moins de temps à la garde des troupeaux. Le temps de garde varie d’ailleurs selon l’âge et le dynamisme du berger, la durée du jour ou les activités agricoles et non agricoles du moment. Aussi, pour optimiser et faciliter la conduite des troupeaux, des aménagements pastoraux sont nécessaires. Ces équipements visent principalement à poser des clôtures pour parquer les ovins. La pose de clôtures dans des zones ouvertes constitue souvent un point de désaccord entre éleveurs et chasseurs car, outre la gêne qu’elle peut occasionner lors des déplacements des chasseurs, elle représente un danger pour les chiens (pendaison, électrification). Les clôtures peuvent aussi modifier les habitudes et le comportement des sangliers. Ceux-ci ont tendance à longer la clôture. La nuisance, de ce point de vue là, ne semble être que temporaire car rapidement les sangliers trouvent des passages dans la clôture et lorsqu’ils sont poursuivis, leur puissance leur permet de la trouer ou de la soulever avec une facilité déconcertante.

19D’autres interférences peuvent également être observées entre l’activité pastorale et l’activité cynégétique mais celles-ci ont des effets indirects. En effet, le pastoralisme a un impact non négligeable sur la dynamique de l’occupation du sol et sur les paysages. Il contribue notamment à lutter contre la fermeture des milieux et peut jouer un rôle positif contre les risques de dégradations écologiques (incendie, érosion, etc.). Pour faciliter la mise en place de systèmes d’élevage extensifs compatibles avec la préservation des milieux naturels, la CEE a instauré une réglementation en 1985. L’Article 19 du règlement 797/85 modifié permet aux États membres de délimiter des zones sensibles du point de vue de l’environnement et de subventionner, pendant une durée de cinq ans, les agriculteurs qui s’engagent par contrat à adopter ou à maintenir des pratiques compatibles avec les exigences de l’environnement.

20La commune de Nant a été éligible à ce titre ; les éleveurs conventionnés ont un cahier des charges à respecter. Ce dernier prévoit un calendrier de pâturage pour éviter le développement de friches, la fermeture du paysage d’une part et pour utiliser au mieux la production herbagère d’autre part. Ce sont donc des habitats et des zones de gîte utilisés par les sangliers qui sont ainsi modifiés voire détruits.

  • 5 Reitz in Scherrer V. 2002. Réinventer la chasse pour le xxie siècle. République Française. (...)

21L’agriculteur modèle ainsi les paysages et les milieux écologiques qui servent d’habitats pour la faune sauvage, ce qui a une influence directe sur la biodiversité et sur son abondance. Les chasseurs ont observé une chute drastique des populations de petit gibier (perdrix, cailles des blés, lièvres, lapins). Ils reprochent alors aux agriculteurs d’avoir entraîné la diminution voire la disparition d’espèces animales sauvages et notamment de petit gibier suite à une simplification et à l’intensification des systèmes de production. La pratique de la monoculture entraînerait un appauvrissement de la diversité de nourriture nécessaire à la cohabitation de multiples espèces. De plus, les transformations territoriales importantes comme l’assèchement des zones humides, le remembrement qui détruit brutalement et systématiquement haies, boqueteaux, talus, et autres lisières de parcelles, suppriment des habitats prisés par le petit gibier. Actuellement, la mécanisation qui est largement répandue en agriculture serait une cause de mortalité non négligeable pour la petite faune sauvage. Reitz (20025) dans une enquête nationale sur les causes de mortalité des perdrix grises constate que, sur 225 nids dont la cause d’échec a été déterminée, 30 % des destructions sont dues aux pratiques agricoles.

22Par ailleurs, dès 1947, dans Le Chasseur français, un article met en cause certains produits utilisés par les agriculteurs, particulièrement nocifs pour le gibier. Des préoccupations de ce type ne cesseront d’être évoquées par les chasseurs. Des intoxications mortelles dues aux anticoagulants (rotendicides) et aux traitements des semences avec des inhibiteurs de cholinestérase sont souvent mises en cause par les laboratoires vétérinaires. Ces produits sont largement employés pour lutter contre la prolifération de rongeurs (campagnols, ragondins, etc.). Il n’est pas rare que ces produits contaminent toute une chaîne alimentaire et plus particulièrement les prédateurs ou les charognards se nourrissant des cadavres. Les sangliers sont alors contaminés comme bon nombre d’espèces protégées, les rapaces en particulier.

23Les herbicides ont des effets indirects puisqu’en supprimant les mauvaises herbes, ils diminuent d’autant les ressources alimentaires végétales et suppriment les supports de vie de toute une gamme d’insectes indispensables pour la croissance de nombreux poussins. Le succès de la reproduction en serait directement affecté. Enfin, certains herbicides rendent possible la culture d’une même plante, plusieurs années de suite sur une même parcelle, ce qui favorise la monoculture, facteur de régression de la biodiversité. Toutefois, les agriculteurs ne sauraient être les seuls responsables de la régression des espèces chassées. Ils soulignent que des prélèvements excessifs sur le petit gibier sont le fait de certains chasseurs et parlent d’inefficacité des plans de chasse pour cette catégorie de gibier.

  • 6 Tisdelle C. A., (1982). Wild pigs : environmental pest or economic resources ? Sidney, Per (...)

24Les chasseurs sont fréquemment tenus pour responsables des méfaits commis par les sangliers. Dans le cadre d’une enquête australienne sur les dégâts de sangliers causés aux pastoralismes, Tisdell (19826) constate que 16 % des dégâts concernent des dommages aux clôtures, 30 % mentionnent des prédations sur les animaux domestiques (agneaux nouveau-nés, brebis pleines ou animaux blessés), 8 % des souillures aux réserves en eau, à cela s’ajoutent 20 % des dégâts concernent les dégradations de prairies ou consommation d’herbe. Hone (in Tisdell, 1982) estime que, sur 200 ha de prairies naturelles et artificielles, entre 14 % et 21 % de la surface ont été retournés par les sangliers, et que la production fourragère a diminué de 36 % en matière sèche dans les prairies artificielles et de 74 % dans les prairies naturelles. Les dégâts sur prairies étaient estimés à 54 500 euros pour le département de l’Aveyron en 1999.

25Le sanglier est également l’auteur de dégâts sur les productions végétales. À Nant, ces productions sont généralement situées dans les vallées. Il s’agit principalement de céréales, orge, blé qui, en 2000, occupaient 577 ha. La production de maïs semence est soumise à autorisation : plus aucun hectare n’est produit en 2000 alors qu’en 1988, 85 ha étaient destinés à cette culture. Les sangliers commettaient alors des dégâts dont l’indemnisation était particulièrement élevée. Actuellement, les dégâts portent essentiellement sur les céréales au semis puis lorsqu’elles sont dites « en lait », c’est-à-dire à un stade phénologique entre l’épiaison et la maturité.

26Aussi, les rapports entre agriculteurs et chasseurs sont parfois conflictuels du fait d’intérêts contradictoires. L’accroissement des populations de grand gibier, et de sangliers en particulier, n’a fait qu’accentuer l’importance des dégâts sur les productions agricoles, au point que la viabilité de certaines exploitations situées en zones difficiles demeure fragilisée. Les agriculteurs supportent mal le fait de voir leur travail anéanti par les sangliers. Dès lors, ils s’en prennent violemment aux chasseurs. L’exaspération des agriculteurs est nettement perceptible, d’autant que la presse en fait fréquemment écho. Ces derniers accusent les chasseurs d’avoir favorisé une surpopulation de grands animaux sauvages et d’être incapables de les réguler correctement. Se pose alors le problème d’estimation de la densité biologiquement optimale de gibier. Il s’agit de connaître l’intervalle de variation de la densité dans lequel la population prospère le mieux, en équilibre dans la biocénose. Chasseurs, agriculteurs et forestiers ont des conceptions très différentes du fameux « équilibre agro-sylvo-cynégétique ». D’une part, la densité biologiquement supportable n’est pas toujours économiquement supportable. D’autre part, certains agriculteurs acceptent mieux que d’autres les dommages causés par le gibier surtout s’ils sont eux-mêmes chasseurs.

Carte 53. — Confrontation entre territoire agricole et territoire de chasse sur la commune de Nant

Carte 53. — Confrontation entre territoire agricole et territoire de chasse sur la commune de Nant

27Depuis que le droit d’affût a été supprimé pour les agriculteurs, ces derniers perçoivent des indemnisations pour les dégâts aux cultures qu’ils subissent. Certains néanmoins réclament une meilleure indemnisation pour des dommages qui ne sont pas actuellement pris en charge, tel le travail lié à la restauration de la culture (remise en état d’une prairie par exemple).

28À Nant, les chasseurs se sont organisés pour aider les agriculteurs à protéger leurs cultures. Ce soutien envers les agriculteurs est un bon moyen pour obtenir les droits de chasse qui leur sont indispensables pour exercer leur activité.

29En définitive, la principale confrontation avec les agriculteurs ne repose pas tant sur des problèmes d’utilisation simultanée de l’espace, mais plutôt sur des problèmes économiques. Les agriculteurs, chasseurs eux-mêmes ou non, et les chasseurs de sangliers ne souhaitent généralement pas la pérennisation du conflit car une relation de commensalisme existe entre ces deux acteurs. Les uns possèdent le territoire de chasse, les autres les aident à lutter contre les dégâts de sangliers et les indemnisent. Aussi, des alliances sont souvent observées entre les deux parties. Ces dernières ont des préoccupations communes et s’associent pour défendre leur place et leur rôle dans la société.

1.2 Confrontation avec les forestiers

30La chasse se pratique de plus en plus dans les milieux boisés. Cela est dû, d’une part à la déprise agricole et au reboisement des parcelles anciennement cultivées, d’autre part à la régression du petit gibier associé généralement aux milieux ouverts. Ces nouvelles conditions écologiques et la régression du petit gibier ont contribué à un changement des pratiques cynégétiques. Ainsi, de la chasse individuelle ou en petite équipe (chasse du lièvre aux chiens courants), on assiste à une montée de la chasse collective orientée vers le grand gibier dans des espaces de plus en plus boisés.

31La confrontation avec les forestiers est d’autant plus importante que l’action de chasse aux sangliers se déroule pour l’essentiel dans ces milieux ou en lisière. Les forêts sur la commune de Nant représentent près de 45 % de la superficie totale. La forêt est privée à 95 %. Elle est détenue en grande partie par les agriculteurs qui possèdent à eux seuls plus de 1 000 ha de forêt (RGA, 2000). Elle est constituée essentiellement de chênes pubescents, de hêtres, de peuplements de pins sylvestres, essence autochtone et des reboisements en pins noirs. Cette forêt est peu exploitée. Elle se présente généralement sous forme de taillis qui ne sont guère entretenus. Elle constitue, néanmoins, un couvert efficace contre l’érosion, présente un intérêt paysager certain et joue un rôle écologique de première importance. Pour les populations de sangliers, elle assure une protection efficace (zones de gîtes) ainsi qu’un apport alimentaire essentiel.

32À l’image des agriculteurs, les forestiers disposent d’un réel pouvoir de modification des paysages. Le reboisement en résineux est vivement contesté par les chasseurs, ce type d’habitat n’étant guère favorable aux populations de sangliers. Là encore, les principaux différends entre forestiers et chasseurs portent sur des problèmes économiques, les forestiers souhaitant que les dégâts aux forêts soient indemnisés au même titre que les dégâts agricoles. Ces dommages sont essentiellement le fait des populations de cervidés (cerfs et chevreuils) car les sangliers ne sont guère destructeurs en forêt.

33Les chasseurs sont de fait de plus en plus présents en forêt et y réalisent de nombreux aménagements, circuits d’agrainage, miradors, entretien des chemins et des pistes. Ce qui contribue à l’appropriation de la forêt par les chasseurs qui en revendiquent un usage prioritaire.

1.3 Confrontation avec les cueilleurs de champignons

34La cueillette est définie comme le ramassage de productions spontanées. On ne cueille véritablement que des ressources ne résultant pas d’un processus productif préalable. Les pratiques de cueillette sur la commune de Nant concernent principalement le ramassage des champignons, des fruits des bois, des plantes sauvages et des escargots.

35Au-delà de son intérêt économique et social, la cueillette intéresse notre étude car elle s’inscrit véritablement dans l’espace et à ce titre, utilise parfois le même espace que celui utilisé lors des battues aux sangliers. Comme la chasse, la cueillette est une pratique symbolique d’affirmation et de revendication du territoire où elle est exercée.

  • 7 Gautier D., (1996). Analyse des rapports entre l’organisation spatiale et la gestion des r (...)

36Dans la mesure où elle concerne des productions spontanées, la possession est incertaine et la cueillette constitue une prise de possession, une appropriation. Lorsqu’elle est répétée, ce qui est le cas pour les habitants du territoire, elle institue une forme de droit d’usage qui « n’existe réellement que lorsqu’elle est rendue effective par et dans le procès d’appropriation concrète ». Pour D. Gautier (19967), la cueillette constitue à la fois :

  • une affirmation d’un droit acquis sur l’espace, que sa perpétuelle réaffirmation maintient comme droit d’usage ;
  • la revendication d’un droit à l’espace, fondé sur l’appartenance à une communauté rurale dont l’espace ainsi revendiqué constitue le territoire.

37Dès lors, la cueillette, comme la chasse ou l’agriculture, fait de l’espace un territoire et permet d’appréhender le concept de territorialité. L’objectif est la maîtrise d’un espace pour un usage spécifique. Selon les acteurs mis en présence et en fonction des espaces exploités, cet usage peut être source de conflits.

38Comme pour la chasse, les cueilleurs ont un statut différent selon qu’il s’agit des « gens du cru », c’est-à-dire les habitants du territoire, de migrants gardant un lien fort au territoire ou « d’étrangers », personnes extérieures à la commune ou sans aucune attache à cette dernière.

  • 8 Gautier D. 1996. Analyse des rapports entre l’organisation spatiale et la gestion des ress (...)

39La pratique de la cueillette s’inscrit dans le prolongement des anciens droits d’usage, y compris ceux liés aux communaux qui ont été partagés et vendus à la Révolution. Ainsi, les habitants du lieu et, par extension, leurs réseaux de parenté, propriétaires ou non d’un lopin, qu’ils soient ou non exploitants, sont perçus comme des ayants droit sur la commune. La légitimité de cet acte est rarement remise en cause par la population locale. La majorité des habitants laissent leurs voisins parcourir les terres qu’ils contrôlent et/ou qu’ils possèdent. En revanche, pour les personnes « étrangères » à la commune, la situation est bien différente. L’accès au territoire n’est pas aussi « libre » pour les « étrangers ». D. Gautier (19968) distingue deux catégories : les « professionnels » et les « cueilleurs occasionnels » :

  • les « professionnels » sont des spécialistes de la cueillette dont le produit est destiné à la vente ;
  • les « cueilleurs occasionnels » peuvent être des touristes, des résidents secondaires, des gens des villes alentour, qui renouent avec la nature et prennent du plaisir à cueillir. Ils ne cueillent pas pour de l’argent mais consomment ou donnent le fruit de leur cueillette.

40Les cueillettes concernent principalement les champignons, dont la période de pousse est éphémère et aléatoire. Sur la commune de Nant, une première sortie peut avoir lieu à la mi août, puis la période s’étale du 15 septembre aux premières gelées généralement à la fin de l’automne. Les autres cueillettes sont marginales et n’engendrent pas de conflits avec les pratiques cynégétiques.

41Cette commune n’est pas particulièrement réputée pour la cueillette de champignons. Toutefois, certaines espèces de champignons sont particulièrement recherchées. Il s’agit essentiellement des Cèpes de Bordeaux (Boletus edulis), des Bolets bronzés (Baletus aereus), des Chanterelles (Cantharellus cibarius). D’autres espèces de champignons sont également ramassées, Lactaires délicieux (Lactarius deliciosus), Rosés de prés (Psalliota campestris), Lépiotes élevées (Macrolepiota procera), etc. mais ces derniers ne sont pas considérés comme des variétés « nobles » par la population locale.

Graphique 10. — Interférences entre cueilleurs de champignons et chasseurs

Graphique 10. — Interférences entre cueilleurs de champignons et chasseurs

42Outre les champignons et autres escargots, la cueillette « sauvage » peut se porter sur des productions telles que les châtaignes, les amandes, les olives qui apparaissent souvent aux yeux du citadin comme « naturelles » c’est-à-dire n’appartenant à personne, ce qui peut être source de conflit.

43Bien que les pratiques spatiales des cueilleurs de champignons soient assez bien connues, il est difficile de dresser une cartographie précise à la suite d’une simple enquête de terrain.

44Compte tenu de la période et du lieu d’exercice, les ramasseurs de champignons et les chasseurs sont donc amenés à partager le même espace, au même moment. Les deux activités coexistent essentiellement dans les espaces forestiers, peuplés de feuillus ou dans de jeunes plantations de résineux de la fin septembre à la mi-novembre. Les premières gelées annoncent généralement la fin de la cueillette des champignons et celle des confrontations. Hormis quelques randonneurs, les chasseurs sont alors quasiment les seuls à utiliser le territoire comme espace de loisirs notamment durant la période hivernale.

1.4 Confrontation avec les randonneurs et autres usagers de la nature

  • 9 Chamboredon J.-C., (1980). « Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production (...)
  • 10 Mengin J., (1996). « Le lobby rural en France ». In M. Jollivet et N. Eizner, L’Europe et (...)

45En France, l’usage de l’espace rural pour la randonnée n’a cessé de prendre de l’importance ces dernières années. Cette pratique a été largement favorisée par une société de consommation qui encourage la diversification et le développement d’activités. Ainsi, les adeptes de la randonnée ont largement investi la campagne, à pied, à cheval, à bicyclette (vélo tout terrain), ou en automobile (motocyclette, véhicule tout terrain, etc.). Ornithologues, naturalistes amateurs, photographes arpentent également les campagnes. Les confrontations sur le terrain sont d’autant plus fortes que tous bénéficient de l’amélioration des infrastructures routières pour parcourir leur terrain de prédilection. Ceci entraîne de nouvelles relations ville/campagne. Chamboredon (19809) parle « d’urbains reruralisés à temps partiel ». La campagne devient alors un antidote précieux contre les désagréments de la ville. Les rapports sociaux y seraient « authentiques » et la communion avec la nature, immédiate. L’achat de maisons secondaires à la campagne par les Français mais également par certains étrangers (Anglais, Hollandais, etc.) traduit bien cet engouement récent. Selon J. Mengin (199710), le nombre de maisons secondaires aurait été multiplié par trois entre 1972 et 1990, passant de 973 000 à 2 832 000 résidences. Bernard Kayser parle de renaissance rurale. Toutefois, l’espace n’est plus ni tout à fait rural, ni tout à fait urbain, et les hommes qui l’habitent sont de plus en plus, par leur mode de vie, des réconciliateurs des deux mondes. Dès lors, le redressement démographique observé dans de nombreuses communes, parfois loin des villes, est le résultat de la recomposition des sociétés rurales. Ceci a des répercussions sur la vie quotidienne et la culture des populations rurales en contact avec les urbains. Les interférences spatiales entre chasseurs et autres utilisateurs de la nature sont de plus en plus fréquentes. Tout comme pour les ramasseurs de champignons, une cartographie de la pratique de la randonnée demeure très difficile à réaliser. Cette activité peut théoriquement avoir lieu toute l’année et être pratiquée sur la quasi-totalité du territoire. Dans la pratique, les choses sont beaucoup plus nuancées. On observe un pic de cette activité durant l’été. En période d’intempéries ou de grands froids, le nombre de randonneurs est faible.

46La commune de Nant ne fait pas exception à ce phénomène : elle attire un grand nombre de touristes et d’estivants. Elle possède de nombreux attraits grâce à ses très belles vallées et ses rivières. De nombreux chemins et sentiers de grande randonnée sont très prisés par les promeneurs et les sportifs de tous genres, d’autant que Nant est située au cœur d’une région parsemée de sites pittoresques tel le cirque de Navacelle, les gorges du Tarn, de la Dourbie, le Mont Aigoual, le village fortifié de la Couvertoirade, les Causses. Ainsi, pendant la belle saison, de nombreuses habitations retrouvent un propriétaire et la population de la commune triple voire quadruple, pour atteindre le nombre de 2 500 à 3 500 personnes.

Graphique 11. — Interférences entre randonneurs et chasseurs

Graphique 11. — Interférences entre randonneurs et chasseurs

47Dans ces conditions, l’organisation de battues aux sangliers à la mi-août s’avère plus délicate. Elles ont lieu généralement de très bonne heure et se terminent vers les 10 heures. Certaines équipes refusent même de chasser et attendent le mois de septembre, bien que la pénétration des randonneurs en forêt reste faible. Rares sont en effet ceux qui s’aventurent à plus de 150 mètres des chemins balisés, compte tenu de la dangerosité des armes utilisées lors des battues aux sangliers ; il n’est guère aisé d’organiser une battue en toute sécurité si des randonneurs ou toutes autres personnes sont susceptibles d’être présents dans l’enceinte même de la traque.

48La pratique de la chasse est une activité consommatrice d’espace. Le territoire et la territorialité comportent une dimension abstraite fondamentale. Ces derniers ne peuvent exister sans les pratiques de l’espace. Les chasseurs ont généralement une représentation rarement fidèle à leur itinéraire sur le terrain lorsqu’il leur est demandé de retranscrire leur parcours sur une carte. Pourtant, un territoire de chasse est un espace dont les limites ou les frontières sont matérialisables sur le terrain.

Graphique 12. — Confrontation entre les activités de cueillette et de loisirs et la chasse au sanglier

Graphique 12. — Confrontation entre les activités de cueillette et de loisirs et la chasse au sanglier

49La multiplicité des usages sur un même espace-temps (graphique 12) augmente le risque de conflits liés à une concurrence territoriale. Ils acquièrent une intensité particulière selon le statut des acteurs concernés. En effet, elle oppose d’un côté les gens qui ont un lien identitaire au territoire aux « étrangers ».

50Les gens qui ont un lien identitaire au territoire sont les personnes du lieu ou leurs réseaux de relations, familiales ou même seulement amicales. Au travers des pratiques, ces personnes manifestent leur lien au territoire. Le fait de pouvoir chasser, par exemple, est perçu comme un signe d’intégration territoriale.

51À l’inverse, les « étrangers » au territoire, n’ont pas de rapports étroits avec la société locale. Ce sont les touristes, les randonneurs, les cueilleurs « extérieurs ». Tous parcourent le territoire pour en jouir, et tentent de renouer un lien avec la nature ou de profiter de certaines ressources naturelles.

52La concurrence pour un usage simultané de l’espace est surtout le fait de quelques ramasseurs de champignons et de randonneurs. La gêne pour les chasseurs serait en somme toute limitée car les bois de cette commune sont peu propices à la cueillette de champignons et les randonneurs ne sont nombreux que durant la période estivale. La confrontation est donc forte essentiellement de la mi-août à la fin octobre. Néanmoins, jusqu’au mois d’octobre, les conditions climatiques (sécheresse) rendent difficile le travail des chiens à la chasse qui ne sont pas encore au meilleur de leur forme. De fait, certains chasseurs traquent le petit gibier en début de saison pour se consacrer à la chasse aux sangliers à partir du mois d’octobre ou de novembre.

  • 11 ONCFS. 2002. Enquête accidents de chasse 2001-2002. Comparaison avec les résultats de 1997 (...)

53Plus que d’avoir à partager l’espace, c’est la venue « d’étrangers » sur « leur territoire » que les autochtones contestent avant tout. Les reproches et les ironies vont bon train envers ces autres utilisateurs du territoire : « Tiens, ils viennent faire un peu de sport ! On les paierait pour le faire, ils ne le feraient pas. » Cet état d’esprit n’a rien d’anodin car ce témoignage n’est pas isolé. Ils prennent parfois un malin plaisir à exploiter l’inquiétude légitime de ces promeneurs liée à la présence d’hommes armés. Ce mode d’appropriation de l’espace quelque peu « terrorisant » renforce les revendications de personnes réclamant le droit à la nature pour tous et devenant parfois anti-chasse. Selon le statut de l’utilisateur de l’espace, l’altercation peut être plus ou moins vive. L’exaspération est toute aussi forte de la part de certains usagers de la nature vis-à-vis des chasseurs. Ainsi, certains revendiquent le droit d’admirer librement une faune sauvage moins craintive car non chassée. Pour d’autres, la chasse est vécue comme une agression du fait de l’utilisation d’armes à feu et des risques encourus. Sur le site Internet de l’Association pour la Protection de l’Animal Sauvage, on peut lire : « Il n’est pas normal qu’un loisir aussi dangereux qui concerne moins de 2 % de la population, mette en danger les millions d’usagers pacifiques de la nature et monopolise de ce fait les espaces naturels. Des centaines de milliers de personnes n’osent plus se promener le dimanche craignant les balles perdues, les menaces, ou les invectives de chasseurs forts de leur arme ». Ces derniers réclament l’interdiction de la chasse le dimanche après-midi, en s’appuyant sur le fait que cela correspond au jour où il y a le plus grand nombre d’accidents. Ce risque mis en avant par bon nombre d’associations de protection de la nature serait toutefois à relativiser. Selon une enquête sur les accidents de chasse menée par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, le nombre d’accidents causés par l’activité de chasse aurait fortement diminué entre 1997 et 2002. Par ailleurs, en 1998 et en 199911, deux non-chasseurs ont été victimes d’accidents mortels de chasse.

54Le territoire représente un véritable enjeu. D’âpres luttes existent pour accéder et tenter d’obtenir la maîtrise du territoire. Ces querelles ne concernent pas uniquement des activités non cynégétiques. Une réelle compétition existe aussi entre les équipes de chasseurs de sangliers dans la course à l’acquisition des baux de chasse qui sont régulièrement renégociés entre les propriétaires et les chasseurs.

2 Des désaccords avec les anti-chasses et les naturalistes

55Les profondes mutations ainsi qu’une réelle recomposition sociale ont bouleversé l’espace rural mais également la perception du rapport Homme/Nature. La chasse, autrefois largement pratiquée au point que beaucoup la considèrent comme une activité traditionnelle, est confrontée aujourd’hui à des attaques de plus en plus virulentes de la part de groupes de pression qui lui sont particulièrement hostiles. Sa légitimité est même remise en cause. Une enquête réalisée en 1998 par l’Institut Français de l’Environnement (IFEN) révèle que 49 % des français désapprouvent la chasse telle qu’on la pratique dans le pays, 39 % l’approuvent et 12 % n’ont pas d’avis. Les sources de désaccords sont nombreuses : il peut s’agir de conception opposée des rapports Homme/Nature ou encore de désaccords scientifiques ou juridiques.

2.1 Des conflits de conception des rapports Homme/Nature

56Les opposants à la chasse ont une vision et une conception de l’espace rural très différentes de celle des chasseurs. Cette confrontation ne peut s’inscrire uniquement dans un rapport ville/campagne car les chasseurs ne sont pas exclusivement des ruraux mais également des urbains. Il n’empêche que certains citadins ou néo-ruraux non-chasseurs conçoivent la campagne comme un ensemble de territoires érigés en objet de contemplation dont les valeurs esthétiques sont directement indexées sur leur virginité supposée. Ils recherchent alors la jouissance qui consiste à contempler à distance une nature inaltérée par la main de l’homme. Au regard de ces représentations, l’animal sauvage apparaît souvent comme le témoignage le plus émouvant de cette nature immaculée qui suscite fascination et respect. L’homme se devant d’entretenir un rapport pacifié avec la nature.

57Cette conception protectionniste se développe à l’échelle internationale. Ainsi, des organisations comme World Wildlife Fund, Greenpeace International, Birdlife International ont fait leur apparition. En France, de nombreuses associations de protection de la nature ont été créées comme la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), l’Association pour la Protection des Animaux Sauvages (ASPAS), la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN), la Ligue Française des Droits de l’Animal, ou bien encore le Rassemblement des Opposants à la Chasse (ROC) fondé, entre autres, par des membres des Amis des Renards et autres Puants (ARAP), et rebaptisé récemment Ligue pour la Préservation de la Faune Sauvage et la Défense des Non-chasseurs. Ces associations mettent en avant des oppositions idéologiques et scientifiques.

  • 12 Roc (1996). « Pour la nature et pour la vie. Livre du vingtième anniversaire ». 191 p.
  • 13 Monod T., (1996). La lettre de Théodore Monod, Courrier des lecteurs, Le Chasseur français

58Le Rassemblement des Opposants à la Chasse est l’une des associations les plus virulentes à l’encontre des chasseurs dont les attaques expriment des idéologies opposées. Ils s’opposent aux chasseurs en évoquant tous types de raisons. Les tracts et communications de cette association sont particulièrement significatifs. Ainsi, Hubert Reeves dans un tract du ROC écrivait que « Tuer pour le plaisir de tuer est un acte inhumain, indigne et dégradant. En convaincre les hommes est un objectif de toute première importance. C’est l’espoir de voir disparaître la cruauté, les guerres fratricides et les génocides ». Dans le livret du ROC, René Barjavel précisait lui que « Tuer nous avilit, chaque coup de fusil blesse celui qui tire et blesse l’espèce humaine tout entière. La plupart des chasseurs sont incapables, intellectuellement et moralement de comprendre cette position ». Toujours dans les communications du ROC12, on peut lire : « il est évident que s’amuser à tuer, c’est de l’infantilisme et du sadisme pur [...] Tuer pour s’amuser, c’est un assassinat qui ne doit pas être déguisé en crime passionnel. » Théodore Monod13 en tant que président du ROC dans un courrier à la revue Le Chasseur français écrivait : « Même en cas de difficultés liées à la présence d’une espèce “à problèmes”, et pour lesquelles il faut trouver des solutions qui prennent en compte le travail des hommes, le fusil est généralement le premier réflexe alors qu’il devrait être le dernier recours. Une telle habituelle attitude mérite d’ailleurs qu’on s’interroge sur l’aptitude (ou la volonté) de certains humains à résoudre les conflits autrement que les armes à la main. » Ce dernier écrivait également dans le livre du vingtième anniversaire du ROC que « s’il faut neuf mois pour fabriquer un nouveau-né, il faut vingt ans pour faire de ce dernier un adulte responsable, capable de participer efficacement à tous les combats qu’il faut livrer contre la violence, la bêtise et la cruauté, et par conséquent contre la chasse, qui symbolise si bien à elle seule ces trois méfaits majeurs d’un homme prétendant pouvoir se qualifier de sapiens » et de conclure « La chasse doit être supprimée, comme l’ont été d’autres institutions, anciennes mais ignobles, telle que l’esclavage » ou encore [Théodore Monod apostrophant les chasseurs] : « Vous vous trompez d’époque : sexisme, machisme et chasse sont vos attributs. Nous préférons défendre la liberté, l’égalité et la fraternité étendues à la défense de la vie dans sa diversité. »

59Dans ces propos, c’est le « respect de la vie » et le refus de la souffrance animale qui indignent ces militants. Ils contestent aussi bien la mise à mort d’espèces classées gibiers que les espèces classées nuisibles. Ils souhaitent que cette notion soit abandonnée et que certaines pratiques, tel le piégeage, soient interdites.

60Sans vouloir entrer dans d’habiles débats démagogiques opposants « anti-chasse » et chasseurs, on peut néanmoins comprendre que de tels points de discordes sont inconciliables et génèrent des attaques virulentes de la part des deux parties.

61Les opposants à la chasse considèrent que c’est une nature « pacifiée » qui doit être la base du rapport entre les hommes mais également entre les hommes et les animaux. D’autres opposants s’appuient sur d’autres fondements et notamment sur « la distance qui sépare l’homme des espèces animales ».

62L’intérêt que témoignent les Français pour la cause animale est révélateur de la montée de ce phénomène. En effet, le nombre de foyers français possédant au moins un animal de compagnie place la France en tête des états européens dans ce domaine et en seconde position au niveau mondial derrière les États-Unis. On estimait à la fin des années 1980 que près de 50 % des foyers possédaient un ou plusieurs animaux familiers. En 1993, on estimait que 8,2 millions de chats et 7,8 millions de chiens étaient présents dans les foyers français. C’est donc tout naturellement que des structures comme la Fondation Brigitte Bardot ou la Ligue pour la Protection des Oiseaux présidée par Allain Bougrain-Dubourg trouvent un écho auprès de certains Français. La forte médiatisation dont bénéficient ces personnalités participe certainement au développement des liens affectifs très forts entre les hommes et les animaux. L’animal est présenté comme un alter ego devant bénéficier des mêmes droits que les hommes. Par ailleurs, il serait difficile de dissocier l’amour porté aux animaux familiers (chiens, chats) de celui accordé aux animaux sauvages (phoques, baleines, ours ou grands singes par exemple). Ainsi, ces associations et ce type de public sont particulièrement hostiles à la pratique de la chasse et en réfutent l’idée même.

  • 14 Mazella L., (2000). Pourquoi tu chasses ? Réponses à mes enfants, Bayard Éditions, 110 p.
  • 15 François Patriat, député socialiste et auteur d’un rapport sur la chasse commandé par le g (...)

63Les chasseurs, de leur coté, tentent d’opposer des arguments face aux critiques dont ils font l’objet. Ils récusent le fait que la chasse puisse être motivée par une excitation liée à la mise à mort d’un animal. Une importante littérature est d’ailleurs consacrée à lutter contre une image dépréciative de la chasse. Il est vanté entre autres la communion avec la nature, les ruses des animaux chassés, le courage et la fraternité des chasseurs. Pour Mazzella (200014), « Le chasseur éprouve du plaisir à chasser, et il peut chasser sans tuer. Son plaisir est un plaisir d’amont : le plaisir, les multiples plaisirs de la chasse n’ont rien de commun avec un prétendu plaisir de tuer [...]. La chasse vaut mieux que la prise. C’est fondamental. Le but n’est pas forcément de prendre, à chaque fois, du gibier en le tuant. Ce qui importe à la chasse, c’est la manière d’approcher, pas le fruit de la conquête. Et conquérir pour moi, c’est réussir une approche, et cette réussite peut s’arrêter avant la mise à mort ». Nombreux sont les chasseurs qui affirment que l’acte de chasse est terni par les secondes qui suivent la mise à mort. L’entretien du 3 septembre 1999 de François Patriat15 au journal Le Monde est révélateur, « quand je rate une bécasse, je suis furieux ; quand j’en tue une, je suis malheureux ». Au vu de la fréquence de ce type de témoignage dans la littérature, il semble que l’engouement pour la pratique de la chasse ne puisse s’expliquer uniquement sur le fait de la mise à mort des animaux. Les chasseurs ne cessent de faire référence à une éthique pour justifier leur passion et de préciser que plus la capture est aisée, moins il y a de plaisir à chasser. Ces derniers prônent une limitation des prélèvements et un respect des règles qui régissent la chasse.

  • 16 Bouldoire J.-L., (1993). Demain la chasse ? Écologistes et chasseurs : le dialogue. Paris, (...)

64Les chasseurs se glorifient, par ailleurs, du rapport qu’ils entretiennent avec la nature et vantent les qualités nécessaires à la traque d’un animal sauvage. Bouldoire (199316) la décrit ainsi : « Lorsque, en l’homme, s’éveille son instinct de chasseur, il glisse progressivement vers un état de nature. Ses facultés si peu sollicitées dans sa vie civilisée retrouvent leur acuité ; ses sens s’éveillent. Resurgit cet instinct enfoui au plus profond de lui-même qui l’invite à un retour vers un état originel. [...] Être de chasse tendu vers un but incertain mais d’attrait irrésistible, le chasseur se meut sans bruit, retrouvant d’instinct les gestes qui lui font éviter les obstacles. Cette aisance naturelle, cette maîtrise du corps, il ne les a pas apprises. Il a seulement découvert un jour que son corps sauvage l’invitait à en user. » D’autres, enfin, s’appuient sur des textes religieux pour tenter de prouver la légitimité de leurs actes. Ils évoquent par exemple cet extrait de la Genèse qui précise que « Dieu créa les hommes à son image et leur dit : soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, soumettez-là, dominez sur les poissons, sur les oiseaux et sur tout animal qui se meut sur terre ».

  • 17 Elias N., (1987). La solitude des mourants. Christian Bourgeois Éditeur. p. 37.

65Il ne nous appartient pas ici de juger ni de l’éthique de la chasse, ni des arguments des uns et des autres mais de rendre compte des divergences entre chasseurs et anti-chasseurs, d’autant plus que les critiques adressées aux chasseurs se fondent, d’après Traïni 2003, sur « des normes et des considérations morales en appelant à la civilisation des mœurs ». À ce sujet, Norbert Élias en 198717 montre le poids de la pudeur sur les processus de civilisation des mœurs. Il précise notamment que « longtemps, les représentations symboliques de la mort, l’agonie des mourants, la vue des cadavres pourrissant, firent partie intégrante de la vie quotidienne ». Il fait à présent remarquer que « jamais dans l’histoire de l’humanité les mourants n’ont été relégués derrière les coulisses, hors de la vue des vivants, de manière aussi hygiénique ; jamais auparavant les cadavres n’ont été expédiés de la chambre mortuaire au tombeau de manière aussi indolore ni avec une telle perfection technique ». On mesure ici l’importance des analyses philosophiques et sociologiques. Ce conflit renvoie à des formes de socialisation différentes amenant à des conceptions du rapport à la nature très opposées, ce qui rend toutes conciliations très difficiles si ce n’est impossible.

2.2 Des désaccords scientifiques et juridiques entre chasseurs et naturalistes

66Le sanglier en lui-même ne fait pas l’objet de profonds désaccords entre chasseurs et naturalistes. Ce sont plutôt des points scientifiques et juridiques qui les opposent.

67Cependant, ces débats se répercutent sur toutes les pratiques cynégétiques, même si les plus médiatisés se focalisent autour des dates d’ouverture et de fermeture de la chasse aux oiseaux migrateurs ou de la revendication du droit de la propriété.

2.2.1 Désaccords autour des dates d’ouverture de la chasse des oiseaux migrateurs

  • 18 Pour répondre à ces exigences, les États membres se doivent d’instaurer un régime général (...)

68La directive no 79/409 du 2 avril 1979 sur la conservation des oiseaux sauvages, également appelée « directive Oiseaux », a été adoptée par le Conseil des Communautés européennes le 2 avril 1979. Elle concerne la conservation de toutes les espèces d’oiseaux, ainsi que leurs œufs, nids et habitats, vivant naturellement à l’état sauvage sur le territoire européen des Etats membres. Elle a pour objet la protection, la gestion et la régulation de ces espèces, et en réglemente l’exploitation18 (art. 1er). Elle charge les États membres de prendre les mesures nécessaires pour maintenir ou adapter les espèces d’oiseaux à un « niveau qui corresponde notamment aux exigences écologiques, scientifiques et culturelles, compte tenu des exigences économiques et récréationnelles » (art. 2).

69Par ailleurs, la directive établit des régimes différenciés selon un système de listes relativement complexe (espèces menacées de disparition, espèces vulnérables, espèces rares, espèces migratrices, etc.) La pratique de la chasse n’est pas incompatible avec cette directive. Elle doit néanmoins respecter les principes d’utilisation raisonnée et de régulation équilibrée du point de vue écologique des espèces d’oiseaux concernées. La directive suggère en particulier que la chasse n’ait pas lieu pendant la période nidicole, ni pendant les différents stades de reproduction et de dépendance. Dans le même esprit, les populations de sangliers peuvent également être régulées.

70L’article 9 de la directive prévoit les possibilités de dérogations classiques aux mesures de conservation. Ces dérogations sont strictement contrôlées par la Commission pour qu’il n’y ait pas d’incompatibilités avec les objectifs de la directive.

  • 19 Cour de justice des communautés européenne CJCE 7 déc. 2000, Commission c\ France, aff. C- (...)

71Les associations de la nature vont investir les tribunaux. Elles vont dénoncer les non-conformités des arrêtés d’ouverture et de fermeture de la chasse avec la Directive Européenne Oiseaux 79/409 du 2 avril 1979 en s’appuyant sur diverses études et rapports scientifiques. Chaque camp va contester la validité et la fiabilité des travaux scientifiques en fonction de ses propres intérêts. Ainsi, la Directive européenne sur la conservation des oiseaux sauvages va être systématiquement mise en avant pour réduire la période de chasse des chasseurs français. En effet, elle prévoit dans son article 7 que « les espèces ne doivent pas être tirées ni pendant leurs trajets migratoires, ni pendant les périodes de nidification, de reproduction et de dépendance (élevage des oisillons) ». De grandes batailles juridiques et scientifiques s’engagent alors entre chasseurs et « défenseurs des animaux ». Ces affaires ne vont réellement commencer qu’après la déconcentration des pouvoirs de l’État prévue par les lois de décentralisation de 1982. Dès lors, ce sont les préfets qui ont autorité pour prendre les arrêtés d’ouverture et de fermeture des périodes de chasse. Pas moins de 150 jugements de tribunaux administratifs et 30 arrêts du Conseil d’État seront pris contre des arrêtés préfectoraux entre 1988 et 1998. Ces décisions juridictionnelles donnent lieu à de nombreux rebondissements. La France a d’ailleurs été condamnée par la Cour de justice des communautés européennes pour manquement dans la transposition de la directive européenne du 2 avril 1979 sur les oiseaux migrateurs19. Cette directive paraît obsolète au regard de certains chasseurs. Ils remettent en cause le faible nombre d’études sur lesquelles s’est appuyée cette directive et leur fiabilité en 1979.

2.2.2 Revendication autour du droit de non-chasse

72Les opposants à la chasse impliquèrent à nouveau les institutions supranationales pour contester les dispositions de la loi Verdeille. Après avoir été déboutées par les juridictions françaises et avoir épuisé tous les recours au niveau national, les associations de protection de la nature saisirent la Cour européenne des droits de l’homme du Conseil de l’Europe pour faire part de leur exaspération face à l’impossibilité d’interdire l’intrusion de chasseurs sur des terres privées.

  • 20 Ce seuil est généralement fixé à 20 hectares en plaine.

73En effet, lorsqu’une ACCA est constituée, les propriétaires et les détenteurs d’un droit de chasse ont obligation d’y adhérer. Il n’est possible d’échapper à la dévolution du droit de chasse de l’ACCA que dans des conditions bien précises, stipulées dans le cadre de la loi du 10 juillet 1974. En conséquence, ne peuvent s’opposer à l’intégration de leur terrain dans le territoire de l’ACCA que les propriétaires disposant de terrains dont la superficie d’un seul tenant est supérieure aux surfaces requises spécifiées20 par les articles L 422-13 et suivants du code de l’Environnement. Peuvent également bénéficier de cette disposition les terrains situés dans un rayon de 150 mètres autour des habitations, les terrains clôturés, et ceux faisant partie du domaine public de l’État, des départements, des communes, des forêts domaniales, ainsi que ceux dont les propriétaires se sont opposés au droit de chasser pour des convictions personnelles. Cependant, le droit de non-chasse impose aux propriétaires d’assumer le risque et les conséquences de dégâts de gibier causés chez les propriétaires ou exploitants voisins.

74Contrairement à la juridiction française, l’Arrêt Chassagnou jugea que la loi Verdeille était contraire aux principes du respect du droit de propriété, de la libre association, et de l’absence de discrimination.

  • 21 L’Association cynégétique du Parc national des Cévennes créée en 1972, soit deux ans après (...)

75Dans le Parc National des Cévennes, l’organisation de la chasse est soumise à un régime particulier qui repose en partie sur le principe des ACCA. Le décret no 84-774 du 7 août 1984 réglemente et impose les conditions d’exercice de la chasse. Hors des limites du Parc National des Cévennes, c’est la réglementation nationale qui s’applique. Ainsi, l’Association Cynégétique du Parc National des Cévennes (ACPNC21) est l’instrument d’application du Parc en matière de chasse. Le droit de chasse y est reconnu exclusivement :

  • aux chasseurs domiciliés dans une « commune Parc » ;
  • aux propriétaires fonciers en zone propre, qu’ils soient résidents ou non, à la condition que les propriétaires possèdent au minimum 30 ha (décret modifié de 1984). Des cartes d’invitations journalières sont accordées aux propriétaires en fonction de la superficie de leur fonds ;
  • à ceux qui sont reconnus comme « anciens chasseurs » ; ce statut concerne les personnes qui avaient l’habitude de chasser dans la zone propre du Parc, pendant cinq ans au moins avant sa création. Une liste nominale de ces chasseurs a été établie, définitivement close au 31-12-1972, et le droit qu’elle confère n’est pas transmissible. Cette catégorie s’éteindra avec ses bénéficiaires.

76Cette organisation et ce régime particulier de la chasse ne semblent pas, à ce jour, être remis en cause ni par les chasseurs, ni par les associations de protection de la nature.

  • 22 Cohen-Tanugi L., (1985). Le droit sans l’État. Sur la démocratie en France et en Amérique. (...)

77Il n’empêche que toutes ces affaires occupent les devants de la scène médiatico-politique et suscitent des débats passionnés dépassant le cadre national. Cohen-Tanugi22 faisait déjà remarquer en 1985 que le recours au contentieux européen permet d’établir une relation directe entre les nationaux des États membres et les institutions communautaires, par-delà les autorités étatiques.

3 De nombreux conflits au sein même de la communauté des chasseurs

3.1 Des conflits éminemment cynégétiques

78Le droit de chasse est intimement lié au droit de la propriété, l’exercice de la chasse peut théoriquement avoir lieu sur la totalité de l’espace rural dès l’instant où les propriétaires, qu’ils soient privés ou publics, ne s’y opposent pas. Globalement, dans les régions caractérisées par de petites ou de moyennes propriétés, la maîtrise du territoire de chasse appartient à des sociétés de chasse de type communal. Ces sociétés se situent principalement au sud de la Loire. Les sociétés de chasse permettent d’institutionnaliser un droit d’usage collectif pour se protéger des chasseurs étrangers à la commune et pour ne pas laisser libre champ aux chasses privées. Ces dernières sont souvent jalousées car habituellement mieux gérées pour satisfaire les actionnaires extérieurs à la commune qui payent fort cher le droit de chasser.

  • 23 Bages R., Benayoun C., Nevers J.-Y. et al., (1978). « L’organisation d’une autodéfense col (...)
  • 24 Sous le terme, « étrangers » on entend maîtriser la venue de personnes extérieures et sans (...)
  • 25 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit.. 71 p.

79Les sociétés de chasse permettent aux membres reconnus de la communauté locale de disposer d’un droit d’usage collectif. Il s’agit là d’un moyen de protection contre les convoitises de chasseurs extérieurs. Bages et al. 197823 parlent d’une réaction « d’autodéfense » contre les « étrangers24 ». Dans les régions à faible effort cynégétique ou lorsque le territoire de chasse est trop étroit donc mal adapté à la pratique de la chasse aux sangliers, on assiste à des regroupements de sociétés communales pour former une structure intercommunale. Inversement, lorsque les clivages entre chasseurs sont trop importants, le territoire communal peut être partagé entre plusieurs sociétés. La promiscuité des équipes est alors une source de conflits supplémentaires. Dans ces régions, le refus d’un propriétaire à accorder le droit de chasse aux équipes locales est mal perçu, voire source d’ennuis. Diverses menaces de la part des chasseurs peuvent être proférées pour obtenir le droit de chasse. A. Vour’ch et V. Pelosse notent en 198825 que « la crainte de l’incendie volontaire, malveillance redoutée plus que toute autre, tempère ainsi nombre de velléités de soustraction au droit d’usage. La menace, effective ou supposée, fonctionne comme rappel à l’ordre coutumier... de façon particulièrement efficace ».

80C’est donc librement que les équipes de chasse pénètrent sur des propriétés privées appartenant à des chasseurs ou non, pour lesquelles ils ne disposent généralement pas de baux de chasse. Dans la majorité des cas, les baux sont obtenus par des « personnalités de la commune » suite à un consensus local ou à des accords verbaux.

81Ce sont finalement les propriétaires chasseurs qui sont les plus enclins à menacer l’intégrité du territoire de chasse. Dès l’instant où ils arrivent à se constituer un territoire suffisamment vaste pour pouvoir chasser le sanglier, le moindre conflit souvent attisé par des jalousies entraînera une scission de l’équipe. Les tensions sont souvent vives et un vrai rapport de forces s’exerce dans un premier temps. Chaque équipe montre alors sa capacité à maîtriser et à défendre son territoire. Une réorganisation est nécessaire, des compromis sont consentis de part et d’autre. La surveillance mutuelle reste cependant de vigueur. La moindre incursion d’une équipe sur le territoire voisin n’est plus tolérée.

82L’enjeu autour de la maîtrise du territoire est d’autant plus important que la connaissance des « passages » et la mémorisation des « postes » demandent une grande pratique et un interminable apprentissage, généralement transmis par des chasseurs « plus expérimentés ». Les personnes ayant longuement investi dans ce travail n’apprécient nullement de perdre le contrôle du territoire et toutes les connaissances si durement acquises. Chaque intrusion par des personnes non autorisées est perçue comme une violation et une agression à leur égard. Le fait même de chasser en limite des territoires suscite des tensions très perceptibles, surtout lorsque les relations avec l’équipe voisine sont déjà tendues. L’intrusion des chiens des équipes voisines venant débusquer des sangliers remisés sur un territoire dont ils n’ont pas le droit de chasse est assimilée à un vol. Ce braconnage occasionne généralement de vives altercations, soit immédiatement, soit lors d’éventuelles rencontres entre les équipes. Ces altercations peuvent alors avoir lieu hors de la période de chasse. Les fêtes votives ou les élections sont souvent des occasions pour régler les différends. Les rancœurs perdurent assez longtemps et sont inlassablement ressassées. À l’inverse, il existe assez souvent des « consensus » de bon voisinage et des accords tacites non écrits. Les amateurs de chasse aux chiens courants savent qu’il est bien difficile d’empêcher les chiens de poursuivre le gibier chassé. Dès lors, ils s’accordent des droits de suite sur leurs territoires respectifs.

83Les terrains domaniaux ou gérés par l’Office National des Forêts sont également très convoités par les chasseurs de sangliers. Le droit de chasse est cédé généralement par une adjudication publique des lots de chasse au plus offrant. Le bail obtenu est acquis généralement pour une période de 9 ans, mais des résiliations sont possibles au terme de la 3e et de la 7e année.

84Cette procédure courante dans l’Est de la France favorise les personnes fortunées. Les baux de chasse sont alors le plus souvent adjugés à des personnes extérieures à la commune. Toutefois, les chasseurs locaux sont parfois favorisés car l’administration forestière a tout intérêt à établir des rapports cordiaux avec ces derniers, dans un souci de préservation des boisements. La menace d’incendie volontaire est parfois prise en compte lors des adjudications. D’autant plus que les parcelles ONF peuvent être fortement « enclavées » sur le territoire communal, ce qui ne manque pas d’engendrer des frictions entre adjudicataires et chasseurs locaux.

  • 26 Dianes ou équipes de chasseurs de sangliers.

85Actuellement, on assiste à une augmentation quasi généralisée du nombre d’équipes de chasseurs de sangliers sur le pourtour méditerranéen. L’évolution du nombre d’équipes de chasseurs de sangliers dans le département de l’Hérault est particulièrement révélatrice de ce phénomène, puisque l’on est passé de 132 dianes26 en 1987 à 284 en 2001. Dans le même temps, le nombre de fusils, c’est-à-dire le nombre de chasseurs de sangliers par saison cynégétique a également progressé (de 30 % dans le seul département de l’Hérault). Ce chiffre n’est pas dû à une augmentation du nombre de chasseurs mais plutôt à un transfert des chasseurs de petit gibier, déçus, vers les équipes de chasseurs de sangliers. Les territoires n’étant pas extensibles, les altercations pour le contrôle du territoire sont donc très fréquentes.

86L’accès et le contrôle du territoire de chasse sont loin d’être les seules causes de rivalités. La pratique de la chasse est une activité éminemment conflictuelle. Beaucoup de pratiquants sont de vrais passionnés, très attachés à leur loisir. La moindre entrave ou remise en cause génère des brouilles, des scissions, des altercations, voire de vives contestations. Ces désaccords sont d’autant plus nombreux que les sources de conflits sont multiples.

87Les chasseurs adhérents d’une société de chasse n’ont pas tous les mêmes statuts. La notion d’ayants droit et d’« étrangers » est également présente au sein même des équipes. Ces différences de statut peuvent être à l’origine de certaines rancœurs. En effet, le montant de l’adhésion voté en assemblée générale varie en fonction des catégories. Généralement, trois catégories sont définies : propriétaires, résidents, actionnaires. Les contestations surviennent pour des cas litigieux : propriétaires n’ayant pas tout à fait la surface requise, fils ou parenté directe ne résidant pas sur la commune, actionnaires à qui on refuse la carte (leur nombre étant limité, ils ne représentent généralement pas plus de 10 % des membres de la société ; de longues listes d’attente sont souvent constituées et certaines personnes recommandées peuvent être favorisées).

88Le comportement à la chasse et notamment le non-respect des consignes de tir entraîne immédiatement des réprimandes. Il en est de même lorsqu’un manquement aux règles communes est constaté. Le fait, par exemple, de quitter son poste avant la fin de la battue ou encore celui de ne pas respecter les consignes de sécurité, suscitent de vives remontrances voire l’exclusion temporaire ou définitive.

  • 27 L’endroit supposé de passage des sangliers.

89La liste des raisons conduisant au conflit peut être relativement longue car tout sentiment d’inégalité au sein du groupe risque d’entraîner de l’amertume. On peut citer par exemple l’attribution des postes. En effet, tous les postes27 ne présentent pas les mêmes chances d’être empruntés par les sangliers. Ils sont d’ailleurs d’accès et de confort très variables. Enfin, certains comportements comme « voler un coup de fusil à son voisin » ou encore certains sujets (la qualité des chiens des autres, la maladresse de certains chasseurs ou encore parler « politique » à la chasse, etc.) peuvent fâcher.

90Assurément, lorsque l’on interroge les équipes sur les problèmes de gestion et de pratiques cynégétiques, les soucis proviennent du comportement des « autres équipes ». Les équipes voisinent sont qualifiées de « viandards ». Le discrédit attribué est important. Ainsi, il nous a été rapporté à maintes reprises, que ce soit sur le terrain ou lors de notre enquête, le discours suivant : « Tous nos efforts de gestion se trouvent dans la plupart des cas anéantis car nos voisins ne respectent aucune consigne de tir. Ils tirent sur tout ce qui bouge. Ils n’épargnent pas les laies meneuses, ni ne laissent vieillir la population. Les plus gros sangliers sont systématiquement pris pour cible. » La faute et l’erreur est toujours du fait de « l’autre ».

  • 28 Vassant J., (1994). « Notions de base pour la gestion ». In : Colloque « Gestion du sangli (...)

91En effet, pour accroître une population de sangliers, J. Vassant (199428) recommande de faire porter l’effort de chasse sur des animaux de moins de 40 kg ou de 50 kg et de préserver les femelles reproductrices. S’il est aisé de concevoir des règles de gestion, il est parfois bien difficile de les mettre en œuvre sur le terrain, d’autant que les raisons de ne pas les respecter sont nombreuses. Si les chasseurs sont bien conscients qu’il vaut mieux épargner la laie meneuse, encore faut-il pouvoir l’identifier rapidement dans l’action de chasse. Nombre de chasseurs hésitent à ne pas tirer car bien souvent ils ne savent pas si d’autres sangliers vont franchir la ligne de tir. Il en est de même pour les laies suitées, les marcassins ne sont pas toujours visibles au moment où la décision de tirer est prise. Certains chasseurs ont bien du mal à se contenir car nombreux sont ceux qui ont passé toute une saison sans voir un seul sanglier ; et le seul qui se présente à eux est un gros sanglier !

92En fin de saison, sous prétexte de prévention des dégâts, des prolongations de chasse sont accordées. Certaines équipes en profitent pour augmenter leurs prélèvements, d’autres, plus soucieuses de l’avenir des populations restent modérées. Les femelles sont souvent gestantes, moins mobiles donc plus vulnérables. Les prélèvements ont vite fait d’entamer le capital reproducteur. De même, pour ne pas amenuiser la ressource, certaines équipes établissent des règles de limitation en termes de prélèvements mais également en nombre de jours chassés. Quelles que soient les mesures de gestion mises en œuvre, ces dernières n’aboutissent que très rarement au résultat escompté si elles ne sont pas appliquées sur la totalité du domaine vital du sanglier. Ce domaine est généralement bien supérieur au territoire de chasse d’une équipe. On estime, compte tenu des études sur les déplacements des sangliers, que sur 20 000 ha, tout le monde chasse peu ou prou les mêmes sangliers. Dès lors, ceci génère de l’animosité entre les équipes et renforce le conflit autour de la gestion de la ressource, d’autant qu’il donne parfois naissance à des comportements mesquins du type « Si je ne le tue pas, c’est le voisin qui le fera ».

  • 29 Vassant J., (1994). « L’agrainage dissuasif : résultats d’expériences ». In : Colloque « G (...)
  • 30 Jullien J.-M., Brandt S. Vassant J., (1988). « L’apport de maïs à points fixes, est-il un (...)
  • 31 Tènement : Terre tenue d’un Seigneur, correspondant à un territoire de chasse.

93L’agrainage sauvage et incontrôlé pose également un certain nombre de problèmes. Il est courant d’entendre « Si je n’agraine pas, ce sont les voisins qui le feront pour garder tous les cochons ». L’agrainage de dissuasion a pour but d’éviter les dégâts aux cultures. Cette technique a été largement expérimentée par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Elle a prouvé que l’apport de maïs permettait de fixer les animaux en forêt. Les compagnies fréquentent chaque jour les traînées (Vassant, 199429). Jullien et al., 198830 ont également montré que les compagnies dominantes s’accaparent les agrainoirs automatiques. Cette technique a été rapidement détournée de son objectif premier puisque, dans bien des cas, il s’agit d’attirer et de fixer les animaux sur son territoire pour pouvoir ensuite les chasser plus facilement. Les équipes de chasseurs de sanglier se livrent donc une lutte acharnée et une surenchère pour attirer les animaux sur leur tènement31. Ils épandent parfois plusieurs tonnes de maïs et utilisent toutes sortes de produits que les sangliers affectionnent (crud d’ammoniac, goudron de Norvège, etc.) et autres poudres miracles !

94Une autre pratique cynégétique, les lâchers de sangliers est source de conflits. L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage conçoit que des lâchers soient réalisés « à condition qu’ils soient contrôlés et assortis d’un plan de gestion de l’espèce à long terme, prévoyant notamment la prévention des dégâts. Une augmentation des populations par des mesures de gestion appropriées au niveau d’une unité de population est la meilleure arme pour faire disparaître les lâchers clandestins ». Les lâchers de sangliers sont des opérations très onéreuses. Les équipes qui y ont recours n’apprécient guère que « leurs sangliers » aillent se faire tuer par d’autres. Par ailleurs, s’il est a priori aisé d’élever un sanglier, le lâcher dans la nature pour qu’il participe vraiment au repeuplement l’est beaucoup moins. Ces animaux sont fortement imprégnés par l’homme, au point que leur comportement s’en trouve modifié. Ces animaux manquent de ruse par méconnaissance du terrain, refusent de s’enfuir d’autant que leur panse est journellement remplie de maïs. Dans ces conditions, ils n’hésitent pas à blesser, parfois très grièvement, les chiens qui tentent de les déloger de leur remise. Ce changement de comportement agace les équipes qui ne cautionnent pas ce type de pratique.

95La technique de chasse s’avère être aussi une source de conflits car la chasse aux sangliers peut être pratiquée avec des races de chiens dont la quête est très différente. Le sanglier, comme on l’a vu, peut être chassé à l’aide de chiens courants de grands pieds. Ces chiens sont capables de poursuivre leur proie sur de très grandes distances et sont particulièrement tenaces. Une fois le gibier lancé, il est bien difficile de les arrêter. Ainsi, les équipes qui n’utilisent pas ces chiens prétendent qu’ils dérangent particulièrement les sangliers. Ces critiques sont d’autant plus vives lorsque les chiens sont utilisés sur un petit territoire de chasse, car très rapidement ils poursuivent le gibier sur le territoire de chasse des voisins, ceci entraîne des déplacements d’animaux mais contribue également à faire « circuler » les sangliers tantôt dans une équipe tantôt dans une autre.

96Il n’est pas rare, lorsqu’un sanglier a échappé aux chasseurs, que les chiens courants parcourent une dizaine de kilomètres, voire plus. Ils sont parfois récupérés au terme de plusieurs jours de cavale. L’identification des chiens avec des colliers propres à chaque équipe facilite la collaboration dans la récupération des chiens en fin de chasse. Le manque de solidarité entre les équipes, bien que fort rare, lors du recueil des chiens est une autre source de conflit.

Une expérience de suivi de parcours par GPS

97Afin de mieux suivre ses pérégrinations, nous avons équipé un chien « courant » d’un GPS (Global Positioning System). Ceci a permis de cartographier son trajet.

98Le trajet ci-dessous n’est présenté qu’à titre d’exemple car de réels enseignements ne peuvent être obtenus que par une répétition suffisante de cette expérience.

Carte 54. — Chemin parcouru par un chien courant de grands pieds poursuivant un sanglier lors d’une battue à Nant (12)

Carte 54. — Chemin parcouru par un chien courant de grands pieds poursuivant un sanglier lors d’une battue à Nant (12)

Photo 6. — Début de traque aux sangliers (chien équipé spécialement d’un GPS afin de pouvoir suivre son parcours). Cliché J.-C. Raynal

Photo 6. — Début de traque aux sangliers (chien équipé spécialement d’un GPS afin de pouvoir suivre son parcours). Cliché J.-C. Raynal

99Le tracé obtenu montre que, lorsqu’un chien courant poursuit un sanglier, il est particulièrement difficile de l’arrêter dès que les animaux chassés sortent de la traque. Une course poursuite s’engage alors entre le « Piqueur » et ses chiens pour tenter de les récupérer le plus rapidement possible. Selon le relief, il est plus ou moins facile de localiser les aboiements des chiens à la poursuite des sangliers. Généralement, les chiens finissent par perdre la trace de leur « proie ». Ils errent alors le long des routes ou s’approchent des habitations les plus proches. C’est donc au terme d’un long parcours qu’ils sont récupérés avant d’être reconduits au chenil.

  • 32 Calenge C., (2000). Influence du mode de chasse sur l’occupation de l’espace par le sangli (...)

100Les équipes qui chassent avec des chiens courants de petits pieds (basset fauve de Bretagne ou autres), ou encore les chiens mordants (foxes, jagdt-terrier, etc.) arrivent plus facilement à maîtriser leurs chiens car ils sont moins rapides et les menées sont plus courtes. On estime alors qu’ils dérangent beaucoup moins la faune sauvage. Toutefois, C. Calenge (200032), à l’issue d’une étude menée par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, n’a pas pu démontrer que la chasse aux sangliers avec des « grands chiens courants » occasionne une plus forte dispersion spatiale des sangliers que la chasse en battue avec des chiens de « petite quête ». Que le reproche soit fondé ou qu’il s’agisse de simple jalousie entre les équipes, ces deux modes de chasse différents sont à l’origine de bien des controverses.

101La tension entre les équipes peut également s’amplifier lorsqu’une équipe, concurrente, tue un sanglier levé par les chiens d’une autre équipe. De violentes discussions peuvent avoir lieu face à un refus de partager la venaison. Il existe, néanmoins, de nombreux cas « d’entente cordiale » où le partage de la venaison se fait sans problème.

  • 33 Cet argument est toutefois souvent réfuté car il est bien rare qu’un chien d’arrêt mette s (...)

102Les confrontations entre chasseurs ne concernent pas uniquement les chasseurs de sangliers. Les relations avec les chasseurs de petit gibier peuvent également être conflictuelles. En effet, les sangliers et les bécasses ont tendance à partager les mêmes remises. Aussi, les chasseurs de bécasses en quête de leur gibier pénètrent dans des secteurs particulièrement fourrés, ce qui pourrait provoquer la fuite et donc le dérangement des sangliers remisés33. Les chasseurs de sangliers voient alors leurs chances de capture compromises car avant chaque battue, ils parcourent leur territoire de chasse à la recherche du moindre indice laissé par les sangliers, dans le but de les localiser le plus précisément possible. Le conflit peut s’envenimer lorsque les équipes constatent que les sangliers ont été victimes de blessures causées par des tirs de grenailles.

103Les chasseurs solitaires ou en petits comités (trois à quatre) se livrant à la chasse aux sangliers sont également mal perçus par l’équipe « officielle », reconnue par les instances cynégétiques, qui ne saurait tolérer ces prélèvements anarchiques. Des pressions peuvent être exercées pour qu’ils stoppent ces agissements. Des menaces sont alors proférées à leur encontre ou sur leurs chiens. Inversement, les chasseurs de lièvre considèrent parfois que les chasseurs de sangliers sont une gêne car ils estiment que leurs chiens perturbent tout le gibier ou les privent momentanément d’accéder à certains territoires lorsqu’une battue s’y déroule.

104En définitive, la concurrence pour l’accès au territoire existe essentiellement entre les chasseurs eux-mêmes, qu’ils soient chasseurs de grand gibier ou de petit gibier (bécasses, lièvres). Toutefois, le chef de l’équipe, qui dans certains cas est également le président de la société de chasse, peut sélectionner les chasseurs et établir un règlement pour limiter les confrontations intestines. Par ailleurs, le tableau n’est pas aussi noir partout, il existe dans bien des secteurs des relations qui restent tout à fait cordiales.

105On perçoit ici l’importance du contrôle du territoire et les conflits qu’il suscite. La jalousie, la compétition, au sein même des équipes mais également avec les équipes voisines, attisent de vives rivalités. Ces conflits se traduisent sous différentes formes, de la simple rancœur à de la violence verbale ou physique. De plus, des conflits latents et non cynégétiques sont révélés par la pratique de la chasse.

3.2 La chasse comme révélateur de conflits a priori non cynégétiques

106La pratique de la chasse et de la chasse aux sangliers en particulier sont révélatrices de conflits latents ou en cours, n’ayant pas de lien direct avec la cynégétique. Les conflits révélés peuvent être divers et variés, allant de l’exploitation abusive des ressources naturelles à un refus de l’autorité administrative. Il s’agit, en fait, de manifester sa capacité de résistance vis-à-vis de l’extérieur. La chasse devient le théâtre où s’expriment des revendications qui, dans la vie quotidienne, ne trouvent guère d’échos. La constitution d’équipes de chasseurs de sangliers introduit un certain nombre « d’étrangers » dans la commune, susceptibles de participer à l’exploitation de ressources naturelles. Ces derniers cueillent des champignons, ramassent des châtaignes, reviennent hors de la période de chasse pour pêcher ou ramasser des myrtilles. Les paysans sont d’autant plus opposés à la venue de ces cueilleurs occasionnels que divers dommages peuvent être commis à cette occasion sur les cultures, les jardins, les clôtures, etc. Certains propriétaires ne cèdent leur droit de chasse qu’à la seule condition que la société n’accepte pas « d’étrangers » au sein de l’équipe.

107Toute intrusion de personnes extérieures à la commune venant troubler la quiétude du territoire soulève de vives mobilisations. Les équipes de chasseurs se manifestent très rapidement lorsque des projets de carrières, d’implantation de réseaux autoroutiers, ferroviaire, de centres d’enfouissement sont évoqués.

  • 34 « Des chasseurs de l’Aigoual sont sortis armés en pleine nuit barrer la route des cavalier (...)
  • 35 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit.. p 34.

108La contestation cynégétique est également un moyen de manifester son désaccord avec certaines interventions étatiques et de revendiquer une forme d’autonomie. Les rapports que les chasseurs entretiennent avec des organismes d’État (Office National des Forêts, Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Parcs nationaux, etc.) sont symptomatiques. La création d’un Parc national ou régional peut être vécue par une partie de la population comme un acte de dépossession partielle. Sa mise en place remet en cause et modifie le libre exercice des activités professionnelles et du droit des propriétaires individuels et collectifs, tout en transformant leur milieu de vie. La population n’est plus soumise au droit commun mais à une législation beaucoup plus restrictive. Dès lors, les questions de chasse prennent une importance particulière et parfois excessive. Il en est ainsi, dans le Parc National des Cévennes, seul Parc national français où la chasse est autorisée. La chasse est un point éminemment sensible car elle est souvent sujette à de vives polémiques et manifestations34, qui peuvent amener les chasseurs jusqu’au Conseil d’État. A. Vourc’h et V. Pelosse, (198835) soulignent le fait que « la chasse polarise des oppositions locales au Parc dépassant de beaucoup les seules questions cynégétiques ». Les chasseurs abordent d’autant plus facilement des questions extra-cynégétiques, qu’ils savent que le Parc n’a pu être créé que dans la mesure où la chasse banale pouvait y être pratiquée, ce qui leur permet d’exercer de forte pression sur cette administration.

  • 36 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit., p. 87.

109Pour A. Vourc’h et V. Pelosse (198836), les revendications des cévenols pour la gestion exclusive de leur terrain de chasse renvoie à une double perspective : l’une, celle de leur pratique cynégétique proprement dite, l’autre celle d’une tentative de récupération plus ou moins symbolique d’un territoire et d’un pouvoir dont les populations locales se sont senties dépossédées. Ainsi, l’affrontement des chasseurs avec le Parc est un moyen de contester l’immixtion d’une administration dans la vie quotidienne des locaux, tout en affirmant une identité locale et une spécificité régionale.

Conclusion

110La diversification et le développement des activités à la campagne ne cessent de prendre de l’ampleur au point que l’espace rural français est soumis à un multi-usage de plus en plus intensif. De fait, les confrontations entre acteurs s’avèrent être plus fréquentes et le territoire représente un véritable enjeu, car les différents groupes et individus tentent de se l’approprier. L’activité cynégétique est particulièrement consommatrice d’espace. Dès lors, elle se trouve confrontée avec d’autres activités comme l’agriculture, la sylviculture ou des usages récréatifs. Se posent alors des problèmes spatio-temporels inhérents aux différentes pratiques. Certains usages, lorsqu’ils ont lieu au même moment et sur le même lieu, ne sont pas toujours compatibles. Ces interférences peuvent déboucher sur des conflits d’intérêts et susciter des confrontations plus ou moins fortes. L’intensité de la confrontation est liée aux impacts directs ou indirects sur les autres activités.

111Parallèlement à des conflits d’usage, des divergences existent entre chasseurs et anti-chasseurs et naturalistes. Il peut s’agir de conceptions différentes voire opposées des rapports Homme/Nature ou de désaccords scientifiques et juridiques. La chasse est une activité conflictuelle, qui suscite des rivalités au sein même des communautés de chasseurs pour de multiples raisons cynégétiques ou qui sert à révéler des désaccords a priori non cynégétiques. Aussi, est-elle utilisée comme un moyen de revendication d’identité locale et de spécificité régionale.

112La pratique cynégétique est donc particulièrement riche en termes « d’histoires », « d’embrouilles », de jalousies, de rivalités, de dommages qui surgissent ou sont entretenus au cours des saisons de chasse. Les débats passionnés autour de la chasse sont nombreux. Ils débouchent parfois sur des oppositions ou des conflits, parfois complexes. Dès lors, des stratégies et des moyens de régulations sont mis en œuvre par les différents acteurs pour faire entendre leur point de vue ou tenter d’infléchir certaines décisions.

Notes

1 Alphandéry P., Bergue M., (2004). Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d’un mot. In Territoires en questions, Éthnologie française, xxxiv, Paris, PUF, p. 5-11.

2 Brunet R., (1991). Le territoire dans les turbulences. Montpellier, GIP Reclus.

3 Renard J. (2000). « Les espaces flous entre agglomérations et pays : l’exemple de la Loire-Atlantique ». Territoires vécus, territoires prescrits : au cœur des recompositions des espaces ruraux, Résumés du 24e colloque de l’ARF, Toulouse, 25-27 oct. pp. 253-263.

4 Duran P., Thoenig J.-C., (1996). « L’État et la gestion publique territoriale », Revue française de Science politique, no 4, vol. 46.

5 Reitz in Scherrer V. 2002. Réinventer la chasse pour le xxie siècle. République Française. Avis et rapports du Conseil Économique et Social. Les éditions des Journaux Officiels. Paris. p. 131.

6 Tisdelle C. A., (1982). Wild pigs : environmental pest or economic resources ? Sidney, Pergamon press, 445 p.

7 Gautier D., (1996). Analyse des rapports entre l’organisation spatiale et la gestion des ressources renouvelables appliquée aux paysages de châtaigneraie en Cévennes. Université d’Avignon et Pays de Vaucluse, thèse de Doctorat (dir. J.-P. Cheylan), 352 p.

8 Gautier D. 1996. Analyse des rapports entre l’organisation spatiale et la gestion des ressources renouvelables appliquée aux paysages de châtaigneraie en Cévennes. Thèse Géographie. Université d’Avignon et des pays de Vaucluse. p. 352.

9 Chamboredon J.-C., (1980). « Les usages urbains de l’espace rural : du moyen de production au lieu de récréation ». Revue française de Sociologie, xxi-1, p. 98.

10 Mengin J., (1996). « Le lobby rural en France ». In M. Jollivet et N. Eizner, L’Europe et ses campagnes, Paris, PFNSP, p. 177.

11 ONCFS. 2002. Enquête accidents de chasse 2001-2002. Comparaison avec les résultats de 1997 à 2001. Rapport interne. In Réinventer la chasse pour le xxie siècle. Avis et rapports du Conseil Économique et social. M. Victor Scherrer. Paris, 2002. op. cit. p 157.

12 Roc (1996). « Pour la nature et pour la vie. Livre du vingtième anniversaire ». 191 p.

13 Monod T., (1996). La lettre de Théodore Monod, Courrier des lecteurs, Le Chasseur français.

14 Mazella L., (2000). Pourquoi tu chasses ? Réponses à mes enfants, Bayard Éditions, 110 p.

15 François Patriat, député socialiste et auteur d’un rapport sur la chasse commandé par le gouvernement en 1999.

16 Bouldoire J.-L., (1993). Demain la chasse ? Écologistes et chasseurs : le dialogue. Paris, Édition Sang de la Terre, 235 p.

17 Elias N., (1987). La solitude des mourants. Christian Bourgeois Éditeur. p. 37.

18 Pour répondre à ces exigences, les États membres se doivent d’instaurer un régime général de protection de toutes les espèces d’oiseaux, comportant « l’interdiction de les tuer ou de les capturer intentionnellement, quelle que soit la méthode employée ; de détruire ou d’endommager intentionnellement leurs nids et leurs œufs et d’enlever leurs nids ; de ramasser leurs œufs dans la nature ; de les perturber intentionnellement, notamment durant la période de reproduction et de dépendance ; de détenir les oiseaux des espèces dont la chasse et la capture ne sont pas permises ». Le régime général impose également l’interdiction par les Etats membres de la vente, du transport et de la détention pour la vente, des oiseaux morts ou vivants de toutes espèces. La protection générale des oiseaux implique en outre des mesures pour la préservation, le maintien ou le rétablissement des habitats des oiseaux, dont il faut garantir la diversité et une superficie suffisante (art. 3).

19 Cour de justice des communautés européenne CJCE 7 déc. 2000, Commission c\ France, aff. C-374/98, zones de protection spéciales ; CJCE, 7 déc. 2000, Commission c\ France, aff. C-38/99, périodes de chasse).

20 Ce seuil est généralement fixé à 20 hectares en plaine.

21 L’Association cynégétique du Parc national des Cévennes créée en 1972, soit deux ans après la constitution du Parc, gère la chasse sur la « zone propre » du PNC sur environ 84 000 ha répartis sur 52 « communes parc ». Les « communes parcs » sont des communes dont le finage est compris tout ou en partie dans la « zone propre » du PNC, soit 39 communes lozériennes et 13 gardoises.

22 Cohen-Tanugi L., (1985). Le droit sans l’État. Sur la démocratie en France et en Amérique. Paris, PUF, p. 21.

23 Bages R., Benayoun C., Nevers J.-Y. et al., (1978). « L’organisation d’une autodéfense collective : note sur quatre associations communales de chasse du Midi de la France ». Association des ruralistes français, Lille, colloque Sociabilité et vie associative en milieu rural, 20 p.

24 Sous le terme, « étrangers » on entend maîtriser la venue de personnes extérieures et sans attaches à la commune. Les chasseurs se plaisent à traiter « d’étrangers » les personnes extérieures provenant des départements limitrophes ou encore les chasseurs résidant en ville et recherchant un territoire de chasse.

25 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit.. 71 p.

26 Dianes ou équipes de chasseurs de sangliers.

27 L’endroit supposé de passage des sangliers.

28 Vassant J., (1994). « Notions de base pour la gestion ». In : Colloque « Gestion du sanglier » Bull. Mens. Off. Nat. Chasse, 191. pp. 48-57.

29 Vassant J., (1994). « L’agrainage dissuasif : résultats d’expériences ». In : Colloque « Gestion du sanglier » Bull. Mens. Off. Nat. Chasse, 1991. pp. 101-105.

30 Jullien J.-M., Brandt S. Vassant J., (1988). « L’apport de maïs à points fixes, est-il un moyen efficace de dissuader les sangliers de fréquenter les céréales en lait ? » ONC, Bull. Mens., no 130, p. 19-26.

31 Tènement : Terre tenue d’un Seigneur, correspondant à un territoire de chasse.

32 Calenge C., (2000). Influence du mode de chasse sur l’occupation de l’espace par le sanglier (Sus scrofa L.). Université Montpellier II, Mém. DESS « Méthodes statistiques des industries agronomiques, agroalimentaires et pharmaceutiques », 46 p.

33 Cet argument est toutefois souvent réfuté car il est bien rare qu’un chien d’arrêt mette sur pied une harde de sangliers.

34 « Des chasseurs de l’Aigoual sont sortis armés en pleine nuit barrer la route des cavaliers du raid équestre international de l’Aigoual d’octobre 81. Plus récemment, ils perturbèrent la visite du Ministre de l’Environnement dans le Parc des Cévennes pour l’inauguration de l’Écomusée du Mont Lozère en octobre 1984, etc. ».

35 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit.. p 34.

36 Vourch A., Pelosse V., (1988). op. cit., p. 87.

Table des illustrations

Titre Tableau 17. — Importance de l’élevage pour la commune de Nant en 2000
Crédits Source : RGA, 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Graphique 9. — Relation entre les composantes des activités de chasse et de pastoralisme (D’après Marchandeau, 1991)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Carte 53. — Confrontation entre territoire agricole et territoire de chasse sur la commune de Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Graphique 10. — Interférences entre cueilleurs de champignons et chasseurs
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Graphique 11. — Interférences entre randonneurs et chasseurs
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Graphique 12. — Confrontation entre les activités de cueillette et de loisirs et la chasse au sanglier
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Carte 54. — Chemin parcouru par un chien courant de grands pieds poursuivant un sanglier lors d’une battue à Nant (12)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Photo 6. — Début de traque aux sangliers (chien équipé spécialement d’un GPS afin de pouvoir suivre son parcours). Cliché J.-C. Raynal
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3138/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search