Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Deuxième partie. Enjeux cynégétiques et gestion sociale des territoires

Chapitre IV. Évolution des pratiques cynégétiques : un engouement récent des chasseurs pour le sanglier

Texte intégral

1L’augmentation des prélèvements de sangliers et de grands gibiers en général a contribué au développement de nouvelles pratiques cynégétiques. La chasse en battue aux sangliers s’avère, dans de nombreux cas, un mode de chasse sans ancrage traditionnel. Cette nouvelle pratique ne cesse de prendre de l’ampleur, au moment où le nombre de chasseurs au niveau national diminue régulièrement. Cependant, cette chasse collective trouve en partie ses racines dans certaines sociétés rurales. Elle joue un rôle d’autant plus important, qu’elle est souvent et parfois la dernière activité de loisir où les clivages sociaux sont dépassés. Si cette activité est parfois contestée par une partie de la population, elle demeure une activité particulièrement organisée et encadrée.

1 Organisation et économie de la chasse

1.1 L’organisation associative et administrative de la chasse

  • 1 Les fédérations départementales participent « à la mise en valeur du patrimoine cynégétiqu (...)
  • 2 Le découpage administratif en régions cynégétiques provient de l’arrêté en Conseil d’État (...)
  • 3 Anciennement Union nationale des fédérations départementales des chasseurs rebaptisée par (...)

2En France, l’organisation de la chasse repose sur des structures associatives et administratives. Cette organisation pyramidale a pour objectif d’assurer une cohésion entre les chasseurs et de permettre une transmission de l’information du local vers le général. Au niveau local, elle s’appuie sur des associations formelles ou informelles regroupées au sein d’une association départementale, la Fédération Départementale des Chasseurs. Les Fédérations Départementales des Chasseurs sont considérées comme des personnes morales de droit privé. Leurs missions sont définies dans le Code rural. Elles participent à la gestion et à la protection de la faune sauvage1, assurent des missions de service public, sous le contrôle du Préfet (art. L 221-6 C. rur. L 421-10 C. env.). L’ensemble des Fédérations départementales d’une même région cynégétique2 est regroupé en Fédération Régionale des Chasseurs. À l’échelon national, la plupart des Fédérations départementales adhèrent à une association nationale, la Fédération Nationale des Chasseurs3. Parallèlement, des associations nationales rassemblent des chasseurs qui se sont spécialisés dans un type de chasse, tel la chasse au grand gibier ou celle du gibier d’eau par exemple.

3Dans chaque département, un organisme consultatif sert de base à la structure administrative. Il est présidé par le Préfet ou son représentant. Ce dernier a tout pouvoir pour préserver la faune sauvage et les habitats, favoriser la gestion du capital cynégétique et la faune sauvage, dans le respect des équilibres biologiques et des intérêts agricoles et forestiers (art. R 221-28).

  • 4 Anciennement Office National de la Chasse rebaptisé par la loi du 26 juillet 2000.

4C’est la Direction de la Protection de la Nature (DPN) du ministère de l’Écologie et du Développement durable qui représente l’administration centrale. Il exerce la tutelle de l’Office National de la Chasse et de la faune sauvage4 et des divers conseils consultatifs à vocation nationale. L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, établissement public administratif, a pour activité la protection et la gestion de la faune sauvage. Cet Office participe « à la mise en valeur et la surveillance de la faune sauvage ainsi qu’au respect de la réglementation relative à la police de la chasse » (loi du 26 juillet 2000).

  • 5 Le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage est issu du décret du 27 avril 197 (...)

5Le ministre dispose également d’un organisme consultatif, le Conseil National de la Chasse et de la Faune Sauvage5. Ce conseil donne son avis au ministre sur les moyens propres pour préserver la faune sauvage et développer le capital cynégétique dans le respect des équilibres biologiques, améliorer les conditions d’exercice de la chasse (art. R 221-1 C. rur.).

6L’échelon international prend de plus en plus d’essor dans la préservation et la gestion de la faune sauvage et de ses habitats. Ceci est observé essentiellement au niveau européen avec la Commission des Communautés Européennes. Les Fédérations des chasseurs se structurent également au niveau européen. Elles ont créé à cet effet la Fédération des Associations de Chasseurs d’Europe, car cette activité existe dans la quasi-totalité des pays européens. Si la France est le pays d’Europe où le nombre de chasseurs est globalement le plus élevé (1 400 000 chasseurs en 2000), en revanche, lorsque l’on regarde le pourcentage de chasseurs dans la population totale en âge de chasser, elle ne vient qu’à la sixième position en Europe, après la Scandinavie, le Danemark et l’Irlande et se situe au même niveau que la Grèce. Cependant, la pression potentielle de chasse (nombre d’hectares chassables par chasseur) demeure très forte en France, au Portugal et au Danemark (carte 43 page suivante).

7L’importance du nombre de chasseurs en France peut s’expliquer par la démocratisation de la pratique cynégétique depuis la Révolution française. Cette dernière a aboli, la nuit du 4 août 1789, le privilège exclusif de chasse, le droit personnel de chasse exercé dans les capitaineries, royales ou non, et dans les réserves de chasse. Dès lors, la chasse est devenue une source alimentaire, puis un loisir pouvant être pratiqué par tout citoyen disposant d’un droit de chasse. C’est une activité très ancrée dans le patrimoine culturel français, connotée d’un caractère rural auquel beaucoup de français sont attachés. Par ailleurs, la diversité des paysages français et des espèces de gibier présentes permettent la pratique de nombreux de types de chasse (gibier sédentaire de plaine et de bois, oiseaux de passage, gibier d’eau, gibier de montagne).

8Du fait que la chasse soit une activité largement pratiquée, les flux financiers générés sont importants aussi bien au niveau européen qu’au niveau français. Au niveau économique, Pinet (1993) estime que la chasse représentait en 1992 environ 1,95 milliard d’euros, ce qui serait comparable aux flux générés par la production de films en France. Par ailleurs, 23 000 emplois seraient liés à ce secteur d’activité. Il estime qu’avec la baisse de nombre des chasseurs et l’augmentation des dépenses, le poids économique de la chasse en 2002 serait compris entre 2 et 2,5 Milliards d’euros. De son coté, la Fédération des Associations de Chasseurs en Europe (FACE) (1995) estime à 10 milliards d’euros et 100 000 emplois l’économie de la chasse en Europe.

Carte 43. — Répartition des chasseurs par pays

Carte 43. — Répartition des chasseurs par pays

Tableau 12. — Licenciés des Fédérations françaises

Tableau 12. — Licenciés des Fédérations françaises

Source : PINET J. M., 1993.

9La mesure des flux monétaires générés par les pratiques cynégétiques est évaluée en termes de répartition de la dépense annuelle des ménages selon leur affectation, ce qui se rapproche des méthodes de comptabilité publique. La pratique de la chasse aux sangliers comme pour tout autre gibier nécessite un certain nombre de dépenses. Certaines sont obligatoires, alors que d’autres dépendent des possibilités et des désirs du chasseur.

1.2 Le permis de chasser : une obligation incontournable

  • 6 Ce visa est obtenu sur présentation de deux pièces :
    — une attestation d’assurance (...)

10La pratique de la chasse est soumise à des obligations réglementaires donnant lieu à des dépenses incontournables. La détention du permis de chasser est la première condition pour la pratique de la chasse (art. L 233-1 C. rur. L 423-1 C. env.). À l’origine, l’administration ne délivrait les permis de chasse que pour connaître les individus porteurs d’arme et percevoir des recettes fiscales. La loi du 14 mai 1975, modifiée par celle du 26 juillet 2000, a transformé l’ancien permis de chasse en permis de chasser. Cet examen est un moyen d’éducation et de contrôle des connaissances en matière de faune sauvage, des lois et règlements concernant la police de la chasse, la protection des espaces naturels et les règles de sécurité liées au maniement des armes. Le permis atteste d’un niveau de connaissances théoriques mais également pratiques du chasseur. Les Fédérations Départementales des Chasseurs organisent la formation des candidats aux épreuves théoriques et pratiques. Le Préfet délivre à titre permanent le permis de chasser sur présentation d’une attestation de succès à l’examen. Pour pouvoir effectivement chasser, le chasseur doit être muni d’un permis visé et validé annuellement. Celui-ci atteste que le chasseur a bien souscrit une assurance et qu’il est à jour des redevances cynégétiques6.

11Une fois visé, le permis doit encore être validé par l’apposition d’un timbre fiscal, délivré par une Perception ou au sein des fédérations départementales des chasseurs qui appliquent le « guichet unique » (loi No 2005-157 du 23 février 2005). Ce timbre représente le montant des redevances cynégétiques obligatoires qui sont en 1999 de type national (179 euros), bi-départemental (82 euros) ou départemental (47 euros).

12Le chasseur est alors en règle s’il souhaite chasser le petit gibier. Par contre, s’il désire chasser le gibier d’eau ou le grand gibier, des validations spécifiques peuvent être nécessaires.

13La loi impose aux chasseurs d’indemniser toute personne ayant subi des dégâts aux cultures agricoles sur pied. Pour cela, et vu l’importance des dégâts de grands gibiers, les Fédérations Départementales de Chasseurs et l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ont obtenu du législateur en 1992, l’instauration du « timbre grand gibier » (38 euros en 2000). Ce timbre permet de chasser tous les grands gibiers dans tous les départements. Parallèlement se sont développés des « timbres grand gibier départementaux », là où les fédérations départementales des chasseurs sont « surcotisantes ».

14Le coût moyen de l’accès réglementaire à la chasse se situe aux environs de 300 euros. Il est toutefois possible de prendre une validation temporaire de 9 jours pour environ 100 euros, sans la possibilité de pouvoir chasser ni le grand gibier, ni le gibier d’eau.

1.3 Le territoire de chasse : un accès sous contrainte socio-économique

15La première des conditions pour pouvoir envisager de chasser nécessite la faculté d’accéder à un territoire. La Révolution française de 1789 a transféré le droit de chasse aux propriétaires fonciers suite à l’abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août 1789 par l’Assemblée constituante. Elle décide alors que « le droit exclusif de la chasse et des garennes ouvertes est aboli et tout propriétaire a le droit de détruire, seulement sur ses possessions, toute espèce de gibier, sauf à se conformer aux lois de polices » (art. 3). Ainsi, le droit de chasse est devenu un attribut du droit de la propriété. Aujourd’hui, propriétaires mais également simples citoyens peuvent s’adonner à cette activité. La chasse « banale » est ainsi née. Il s’agit d’une forme d’organisation de la chasse qui échappe à toute structuration collective, où tout le monde chasse chez tout le monde. Dans de telles conditions, il est bien difficile de faire respecter des règles de gestion cynégétiques.

16Cette désorganisation va rapidement amener les chasseurs à se structurer en s’appuyant sur des cadres juridiques. En effet, le morcellement de la propriété va entraîner la constitution d’associations de propriétaires pour exercer le droit de chasse. Les sociétés locales de chasse, généralement constituées en entité juridique de type association 1901, permettent légalement la gestion et la maîtrise du foncier, indispensable à la constitution d’un territoire de chasse. Cette entité associative est assimilée à une propriété privée, elle acquiert alors le droit de chasse car les propriétaires le lui ont cédé. L’association assure alors légalement le contrôle et l’accès au territoire de chasse. De fait et réglementairement, par leur adhésion, les membres peuvent chasser dans l’espace dont la société a le contrôle. Toutefois, ils acquièrent un statut différent selon leur appartenance ou non à la collectivité locale à travers la propriété, la naissance ou la résidence. Les personnes non propriétaires peuvent ainsi accéder à des territoires de chasse. Néanmoins, ils n’ont pas le même statut, ce qui se traduit souvent par des montants de cotisations d’adhésion plus élevés pour les personnes ne possédant ou ne résidant pas sur la commune chassée.

Tableau 13. — Répartition des dépenses réglementaires en 2002

Tableau 13. — Répartition des dépenses réglementaires en 2002

Source : Scherrer, 2002

Tableau 14. — Ventilation par institution des dépenses obligatoires

Tableau 14. — Ventilation par institution des dépenses obligatoires

Source : Scherrer, 2002

  • 7 Malafosse (de) J., (2000). Propriété, liberté et organisation administrative de la chasse (...)
  • 8 Sur les territoires soumis à la loi, des associations communales de chasse agrées (ACCA) d (...)

17L’objectif de la loi Verdeille du 10 juillet 1964 est d’assurer une bonne organisation de la chasse en France et de constituer des territoires de chasse cohérents. Pour J. de Malafosse (2000)7, cette loi réglemente « non seulement les réserves de chasse communales, mais la chasse communale elle-même en procédant à une organisation administrative de la liberté de chasser aux dépens du droit de propriété et de la liberté d’association ». Cette loi dissocie le droit de chasse, du droit de la propriété et distingue le droit de chasse, du droit de chasser. Le droit de chasse constitue un élément du droit de propriété, et appartient au propriétaire du fonds, qu’il soit personne privée ou personne morale, État ou collectivité locale, etc. Le droit de chasser est un droit strictement personnel. Il peut être conféré par un propriétaire ou un détenteur du droit de chasse à une personne qu’il aura choisie, ou détenu par une autorisation administrative. La loi Verdeille ne s’applique qu’aux départements dont la liste est arrêtée par le ministre de l’Environnement sur proposition des préfets. Vingt-neuf départements sont concernés (art. L 222-6 C. rur., L 422-6 C. env.). Dans quarante autres départements, ce sont uniquement certaines communes qui appliquent la loi Verdeille. La liste de ces communes a été arrêtée par le Préfet sur demande de 60 % des propriétaires représentant 60 % du territoire (art. L 222-7 C. rur., L 422-7 C. env.8). La loi sur la chasse du 26 juillet 2000 reconnaît le droit des propriétaires à s’opposer à l’intégration de leur terrain dans le territoire de l’Association Communale de Chasse Agrée (ACCA), pour les terrains d’un seul tenant et d’une superficie minimum de 20 ha (art. L 422-13 et s. C. env.). La modification de la loi Verdeille sur ce point est une conséquence de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 29 avril 1999 condamnant la France. Dans cet arrêt, le libre usage des biens était évoqué pour s’opposer aux incursions des chasseurs sur des fonds privés.

18L’accession à un territoire de chasse peut se faire par le biais de locations de territoires privés ou publics. Un territoire peut être loué de gré à gré par un propriétaire privé ou par enchères à un gestionnaire. Il est également possible d’avoir recours à des sociétés de chasse à but commercial. Un gestionnaire unique aménage un territoire, de surface variable, et propose des chasses à la journée ou à l’année, au petit ou au grand gibier. Ces chasses sont souvent totalement clôturées et possèdent une habitation permanente. Le mode et la période de chasse peuvent être différents du droit de chasse général, il s’agit de la « chasse en enclos ».

19L’accession à un territoire de chasse reste encore assez facile en France. Les flux financiers générés par cette accession sont loin d’être négligeables. Aldobrandi et al. (1998), dans une enquête sur le prix d’accession à un territoire, précisent néanmoins qu’il convient d’être prudent vis-à-vis des chiffres présentés compte tenu des fortes variations des prix locaux. En effet, le prix d’une carte de chasse en plaine est largement influencé par la proximité des grandes villes. Elles apportent souvent une plus-value, au même titre que la présence d’étangs et la densité de gibier. Les prix de location en forêts domaniales sont souvent relativement élevés. À ce titre, l’Office National des Forêts est souvent montré du doigt par les chasseurs. Ces derniers lui reprochent de réaliser des profits substantiels, de parfois réclamer l’indemnisation des dégâts forestiers, de ne pas accorder l’exclusivité de l’usage du territoire les jours de chasse aux adjudicataires.

  • 9 Aldobrandi P., Bussy C., Devilliers J.-L., Guerber T. J.-F., (1998). « Droit de chasser à (...)

20Les prix varient en fonction des modalités choisies, mais également en fonction du type et des potentialités du territoire de chasse. Il est à noter que de fortes disparités existent entre le Nord et Sud de la France. Les prix d’accession au droit de chasse, présentés ici, proviennent d’une enquête réalisée par Aldobrandi et al., (19989). C’est dans le Sud-ouest que le prix des cartes de « résident » pour les ACCA ou les chasses communales est le moins cher (30 à 50 euros). Il est beaucoup plus élevé dans l’Est du pays car le coût de la location des terrains y est plus élevé. Le prix augmente avec la proximité de la capitale, la demande étant forte. Le prix moyen d’une carte pour une saison cynégétique dans le Sud se situerait aux alentours de 45 euros. Le prix moyen de la carte pour les résidents serait parmi les moins chers de France, moins de 30 euros. Si une carte de « résident » en ACCA ou en chasse communale est largement abordable dans le Sud de la France, il n’en est pas tout à fait de même pour une personne « étrangère » à la commune. Dans ce cas, le prix moyen dans le Sud se situerait aux environs de 150 euros. Des prix particulièrement intéressants seraient à souligner en Lozère avec un prix moyen pour les non-résidents inférieur à 90 euros. Le Limousin, l’Auvergne, le Sud-ouest et même la Corse restent des territoires « ouverts » pour les non-résidents. En revanche, les régions Rhône-Alpes, Ile-de-France, et Nord-Pas-de-Calais le sont beaucoup moins, les prix variant de 230 à plus de 460 euros.

  • 10 Pinet J.-M., (1993). Les chasseurs de France : Organisation, typologie, économie, horizon  (...)

21En ce qui concerne les prix des locations, les données sont plus difficiles à obtenir. Ce sujet est souvent tabou et les écarts de prix sont parfois très importants. Au sud de la Loire, le principe de la location serait peu fréquent. Au nord, les tarifs en plaine s’étaleraient de 0,60 à 25 euros l’hectare par saison de chasse. En zone d’étangs, il faudrait compter 4 à 8 euros l’hectare. Pour les bois, avec les prélèvements importants de grand gibier, les prix se situeraient entre 8 et 15 euros l’hectare. En Région parisienne et dans l’Est du pays, il faudrait compter près du double. L’action de chasse est donc un revenu loin d’être négligeable pour certains forestiers. J.-M. Pinet (199310) a montré qu’après les adjudications de 1991, les recettes cynégétiques de l’Office National des Forêts s’élevaient à 26 millions d’euros, soit une augmentation en francs courants de 85 % par rapport à 1986. Ces recettes se répartissaient comme suit :

  • adjudications : 19,4 millions d’euros ;
  • locations amiables : 1,8 millions d’euros ;
  • licences : 3 millions d’euros ;
  • vente de grand gibier : 304 000 d’euros.

Tableau 15. — Coût d’accès à un territoire de chasse

Tableau 15. — Coût d’accès à un territoire de chasse

Source : Scherrer, 2002

22En forêt privée, le revenu locatif de la chasse représenterait en moyenne près d’un tiers des recettes. En revanche, dans nombre de chasses communales, particulièrement dans les ACCA, on ne rémunère pas le droit de chasse. Les dépenses sont alors affectées essentiellement à l’achat de gibier de repeuplement ou de tir. Ces achats représenteraient près de 60 % des dépenses des sociétés de chasse. Les 1 520 éleveurs de gibier recensés en 1992 réaliseraient un chiffre d’affaires de près de 140 millions d’euros.

23À titre indicatif, le tableau 15 donne un ordre de grandeur du coût de l’accession à un territoire de chasse. En 1992, 72 % des chasseurs accédaient à un territoire de chasse pour moins de 55 euros et ne contribuaient que pour 20 % à l’économie des droits de chasse, les 80 % des droits étant assurés par les 28 % restants.

24En ce qui concerne la chasse aux sangliers, le chasseur peut se dispenser d’une adhésion directe à une association de chasse si l’équipe à laquelle il appartient est considérée comme une entité juridique qui dispose du droit de chasse. Généralement, les équipes de chasseurs sont des émanations de la société de chasse locale car la chasse en battue du sanglier impose le regroupement d’un nombre suffisant de chasseurs. Dès lors, de nombreuses combinaisons sont possibles, une association peut donner lieu à la création de plusieurs équipes, tout comme il peut y avoir plusieurs associations sur une même commune. Mais l’objectif reste le même pour tous, il s’agit de s’approprier un territoire.

1.4 Équipements du chasseur et produits dérivés

25Aux dépenses réglementaires et d’assurance, de droits de chasse et de cotisation s’ajoute l’équipement spécifique du chasseur : les armes et les munitions. S’il est possible de chasser sans chien, la pratique de la chasse nécessite généralement une arme à feu. Il existe deux grandes catégories d’armes de chasse :

  • Le fusil à canon(s) lisse(s), conçu pour tirer des gerbes de plombs mais qui peut tirer également des balles. Le calibre le plus couramment utilisé est le calibre 12.
  • La carabine, qui possède un ou deux canons rayés intérieurement par des stries destinées à stabiliser la trajectoire de la balle. Ce type d’arme est utilisé uniquement pour le tir du grand gibier.

26J.-M. Pinet (1992) a estimé à 116 millions d’euros les flux financiers liés aux armes de chasse dont 84 millions d’euros pour les fusils et 32 millions d’euros pour les carabines. Actuellement, avec l’accroissement des populations de grand gibier, il est probable que les flux financiers liés à la vente de carabines aient nettement progressé. Un chasseur achète chaque année environ 150 cartouches et 5 à 6 balles, ce qui fait une dépense d’environ 40 euros. Globalement, en 1992, Pinet estimait les flux financiers liés à l’achat de munitions à près de 60 millions d’euros auxquels il faut ajouter 40 millions d’euros de dépenses d’entretien des armes. Par ailleurs, il estime que la fabrication des armes est le fait d’une trentaine d’entreprises et de leurs sous-traitants, dont 85 % sont situés dans le département de la Loire et emploient entre 500 à 700 personnes, auxquelles il faut ajouter autant de sous-traitance, soit de 1 000 à 1 400 emplois. La fabrication des munitions représente 1 000 emplois. L’importation et les filiales d’armureries génèrent environ 400 emplois. Les activités de vente et d’entretien (1 300 armureries, 700 commerçants non spécialisés ne vendant plus ni armes ni munitions) représentent environ 2 400 emplois. On arrive à un total d’environ 5 200 emplois pour un chiffre d’affaires de 217 millions d’euros en 1992.

Tableau 16. — Principale dépense annuelle et flux financier liés à la chasse en 1992

Tableau 16. — Principale dépense annuelle et flux financier liés à la chasse en 1992

Source : Pinet, 1992

27De plus, la pratique de la chasse nécessite un minimum d’équipements (couteaux, jumelles, lunettes de visée, pibole, etc.). J.-M. Pinet (1992) estime cette dépense à 50 euros par an et par chasseur. Le flux financier correspondrait à 80 millions d’euros.

28Un autre poste important concerne l’achat et l’entretien de chiens. En effet, la chasse au grand gibier, et en particulier celle du sanglier, nécessite le plus souvent l’utilisation de chiens. Les chiens les plus employés sont les chiens courants (les griffons, les briquets, les chiens d’ordre) ou des chiens de petit pied (fox, teckels, etc.). Selon une enquête que nous avons menée en 2003 (Club du sanglier, Sanglier Passion), 18 % des chasseurs de sangliers utiliseraient au moins dix chiens au cours d’une battue aux sangliers et 15 % en utiliseraient près de vingt.

29J.-M. Pinet (1992) pense que 40 % des chiens sont acquis pour moins de 152 euros et que 42 % sont acquis pour un prix compris entre 305 et 560 euros. Au prix d’acquisition du chien se rajoutent de nombreux frais et notamment ceux liés aux soins (les blessures sont d’ailleurs très fréquentes lors des battues aux sangliers), à l’assurance, à l’alimentation, et au petit équipement pour les chiens (colliers, grelots, remorques de transport, etc.). Les dépenses liées à l’acquisition et à l’entretien d’un chien sont donc importantes.

30Enfin, les chasseurs se déplacent, ce qui entraîne également des frais en termes d’utilisation de véhicule, d’hôtellerie ; et bien d’autres dépenses sont faites autour de la pratique cynégétique (livres, cadeaux, trophées, etc.). En résumé, la chasse entraînait, en 1992, une dépense par chasseur de 1 204 euros, générant un flux financier de près de 2 milliards d’euros, et créant 23 000 emplois. En Europe, pour la même année, les 6,5 millions de chasseurs avaient dépensé près de 10 milliards d’euros avec plus de 100 000 emplois directs, soit un emploi pour 65 chasseurs.

31Dans un sondage BVA de 2002, il ne semble pas que le coût lié à la pratique de la chasse soit un motif d’abandon. En revanche, il peut empêcher certains jeunes d’accéder à la pratique de la chasse. Aussi, les Fédérations Départementales de Chasseurs et certaines sociétés de chasse tentent par diverses actions de faciliter l’intégration des jeunes.

32Les problèmes d’intégration de personnes extérieures à la commune chassée ne concernent pas uniquement les jeunes chasseurs. Certaines personnes résidant en milieu urbain ont parfois bien du mal à accéder à un territoire de chasse.

33Différentes initiatives menées par le monde de la chasse tentent de pallier ces difficultés, on peut citer par exemple le programme Actéon qui a pour objectifs :

  • de proposer aux citadins une forme de tourisme chasse, pêche et de nature, dans un esprit d’authenticité et d’échange ;
  • de gérer durablement, sur des espaces « ordinaires » et ouverts, les ressources du milieu naturel ;
  • de contribuer à la diversification des activités économiques locales.

34Une douzaine de sites offrent ce type d’activité. En 1999, plus de 2 000 journées d’accueil ont pu être proposées. Ainsi au plan national, le poids de la chasse est loin d’être négligeable et peut avoir un impact sur le développement économique de certaines régions (région Centre, Rhône-Alpes par exemple) où la chasse contribue au maintien de certains métiers et savoir-faire (armurerie).

2 Enquête sur les spécificités de la chasse aux sangliers : organisation et fonctionnement des équipes

35La loi française n’autorise qu’un nombre réduit de modes de chasse : la chasse à tir avec armes à feu ou à l’arc, la chasse à courre à cor et à cri, la chasse au vol et les chasses traditionnelles dans certains départements. Tous les autres modes de chasse, y compris ceux utilisant l’avion et l’automobile comme moyens de rabat, sont interdits (art. L 224-4 C. rur., L 424-4 C. env.). Quel que soit le mode de chasse pratiqué, les prélèvements doivent être limités afin d’assurer la pérennité des espèces chassées. L’exercice de la chasse est donc limité dans le temps. Le droit français prévoit que « nul ne peut chasser en dehors des périodes de chasse fixées par l’autorité administrative » (art. L 224-4 C. rur., L 424-2 C. env.). Le Préfet fixe les périodes chaque année, conformément à l’article R 224-3 du code rural dans une perspective de développement durable.

36L’approche, l’affût, la battue permettent de prélever des sangliers. Les deux premiers modes sont des méthodes de chasse individuelles et silencieuses. Parfois, se pratique « la poussée silencieuse » qui est une forme dérivée de la battue. Elle s’effectue avec un nombre restreint de participants et généralement sans chien. Toutefois, la battue aux chiens courants ou mordants demeure le mode de chasse le plus utilisé pour chasser le sanglier en France.

37Afin de mieux comprendre l’organisation et le fonctionnement des équipes de chasseurs de sangliers, nous avons été amenés à réaliser une enquête dont l’objectif est de mieux comprendre une pratique cynégétique spécifique, la chasse en battue aux sangliers en France. Nos investigations se sont orientées principalement autour de trois thèmes principaux : le territoire de chasse, l’équipe de chasseurs et l’activité cynégétique de cette dernière. Il s’agit entre autres d’établir des typologies autour de ces grands thèmes et d’aboutir à une synthèse constituée de profils des équipes.

38La constitution d’un échantillon représentatif d’équipes est un exercice particulièrement délicat d’autant que l’on souhaite élaborer des profils au niveau du territoire national.

Nous avons pris le parti de diffuser ce questionnaire dans deux revues cynégétiques. Il s’agit du Bulletin de liaison de la Fédération départementale des chasseurs de l’Aude et de la revue Sanglier Passion de février-mars 2002. Cette dernière est à parution nationale avec un tirage de 45 000 exemplaires. Ce chiffre ne correspond pas au nombre de lecteurs, un tirage aussi important est nécessaire pour une diffusion dans les principaux points de presse français. Cependant, cette méthodologie introduit un certain nombre de biais. Ce type de diffusion sous-entend que tous les chasseurs lisent les revues dans lesquelles a été publiée l’enquête. Par ailleurs, le fait d’avoir à renvoyer le questionnaire dûment rempli sélectionne les individus les plus motivés et/ou ceux pour qui l’écriture n’est pas un handicap.
Cette enquête s’adresse aux équipes et non aux chasseurs de sangliers en tant qu’individus. Ce questionnaire a été rempli dans 70 % des cas par le président ou le chef d’équipe, dans 10 % par le secrétaire ou le trésorier, pour le reste, il s’agit de chasseurs suffisamment informés pour répondre au nom de leur équipe.
Au final, près de 400 équipes ont participé à cette enquête ; avec une moyenne de 26 chasseurs par équipe, ce sont près de 10 500 chasseurs qui sont ainsi directement représentés.

39Sur les 96 départements métropolitains français, 68 sont représentés dans ce questionnaire ; ceci permet d’obtenir une assez bonne représentativité des équipes de chasseurs de sangliers. La contribution de chacun des départements à l’enquête totale est assez homogène. 25 départements contribuent à hauteur de moins de 1 %, 21 départements entre 1 et 4 %, seul le département de l’Aude est surreprésenté (17 %), car la Fédération Départementale des Chasseurs a largement encouragé les chefs d’équipes à répondre à ce questionnaire.

40Globalement, les départements où la chasse au sanglier est pratiquée sont assez bien représentés dans l’échantillon. Néanmoins, pour pondérer certaines disparités départementales, la cartographie est présentée au niveau des régions cynégétiques (arrêté du 6 décembre 1995). Cette échelle permet de mettre en évidence certaines spécificités cynégétiques. Elle est basée sur l’agrégation des régions administratives françaises. Elles sont au nombre de sept, à savoir : Nord-est, Centre-Bassin Parisien, Ouest, Massif Central-Centre, Alpes-Jura, Sud-ouest Midi-Méditerranée. (carte 44 page suivante)

41La région ayant le plus participé à cette enquête est la région Midi-Méditerranée, région où la chasse aux sangliers est largement pratiquée. Vient ensuite la région Alpes-Jura dont le biotope est totalement différent de celui du sud de la France. Chaque région possède des potentialités différentes au point qu’il est légitime de se demander s’il existe des particularités des territoires de chasse, des équipes et du mode de chasse en fonction des différentes régions cynégétiques.

Carte 44. — Répartition du nombre de réponses par région cynégétique en 2002

Carte 44. — Répartition du nombre de réponses par région cynégétique en 2002

2.1 Des territoires de chasse variables selon les régions cynégétiques

42Les équipes de chasseurs de sangliers chassent sur un territoire communal dans 65 % des cas, les chasses privées (non commerciales) représentent 30 %, et les chasses domaniales 5 % des situations. Si le territoire de chasse est circonscrit pour 70 % aux limites d’une seule commune, 20 % des équipes chassent sur deux communes et quelques équipes sur quatre voire cinq communes. Aussi, il semblerait aujourd’hui que les chasseurs de sangliers partagent plus qu’avant le territoire de chasse avec d’autres équipes. Ceci ne semblait pas être aussi fréquent il y a cinq ans, au vu d’une enquête similaire où 61 % des équipes ne partageaient pas leur territoire avec d’autres équipes. Faut-il voir là un engouement pour cette chasse et la création de nouvelles équipes ? Néanmoins, la mise en place de Groupement d’Intérêt Cynégétique reste peu fréquente. 34 % des équipes adhèrent à ce type de structure dont l’un des objectifs est de promouvoir une gestion des populations de gibier en commun.

43Les surfaces chassées par chaque équipe sont très variables. La superficie moyenne du territoire de chasse est directement liée au système d’acquisition du droit de chasse, elle se situe approximativement autour de 2 000 ha. Les équipes des régions cynégétiques du Sud-ouest chassent généralement sur de vastes territoires (surfaces supérieures à 2 500 ha). Elles n’ont pas à dépenser d’importantes sommes pour acquérir le droit de chasse ; en effet, celui-ci est acquis le plus souvent sans contrepartie financière car les territoires communaux constituent l’essentiel de l’espace chassé. Par contre, dans l’Est de la France, la chasse a une fonction beaucoup plus mercantile. Dans ces régions, les droits de chasse des propriétés privées et des territoires communaux sont loués par adjudication. Le prix y est généralement très élevé. On peut noter également que près de 10 % des équipes sondées chassent sur moins de 400 ha.

44Pour saisir des particularités régionales, nous avons dressé une typologie du territoire de chasse en retenant comme critères la superficie chassée, le statut du territoire chassé, le nombre de communes chassées, l’adhésion ou non à un groupement d’intérêt cynégétique et enfin la présence ou pas d’autres équipes sur le territoire communal.

45Les variables ont été codées de la manière suivante :

46Trois types de territoire de chasse ont été mis en évidence (carte 45 page suivante).

  • Le type 1 est caractérisé par des territoires de chasse sur des espaces communaux, pouvant être occupés par d’autres équipes mais ne faisant pas l’objet d’adhésion à un GIC. La surface chassée y est très variable. Généralement, les équipes présentes chassent sur une seule commune. Ce type de territoire de chasse est le plus fréquemment rencontré en France.
  • Le type 2 concerne des territoires qui certes sont composés d’une part significative d’espaces communaux mais également d’au moins 30 % de propriétés privées. Globalement, plusieurs équipes occupent ce territoire cynégétique. Il est généralement grand, supérieur à 1 500 ha. Ces caractéristiques sont assez fréquentes dans l’Ouest et le Sud de la France.
    — Enfin, le type 3 rassemble des territoires partagés équitablement entre espace communal et propriété privée. La cohabitation avec d’autres équipes y est de mise. La gestion se veut concertée car l’adhésion à un GIC y est plus fréquente qu’ailleurs. La superficie du territoire de chasse y est petite à moyenne. Ce type est rencontré essentiellement dans l’Est de la France.

Carte 45. — Typologie des caractéristiques des territoires de chasse par région cynégétique en 2002

Carte 45. — Typologie des caractéristiques des territoires de chasse par région cynégétique en 2002

47Ainsi, il semblerait que pour mettre en accord les exigences du sanglier et celle de la chasse, il faille disposer d’un territoire suffisamment vaste. Comme nous l’avons vu, la surface moyenne du territoire d’une équipe de chasse est d’environ 2 000 hectares. Ce chiffre cache cependant de très grandes disparités qui sont directement liées au système de faire-valoir et d’acquisition du droit de chasse. Dès lors, on comprend que les équipes du Sud de la France chassent sur de vastes territoires généralement communaux acquis pour des sommes modiques. Par contre dans le Nord, le Centre et l’Est de la France, les conditions mercantiles ont des répercussions directes sur la taille des territoires, contraignant certaines équipes à chasser sur moins de 100 hectares, ce qui est peu adapté pour chasser le sanglier.

2.2 Le fonctionnement et les caractéristiques des équipes de chasseurs

48L’Équipe, le Groupe, la Diane, le Rallye, la Société, la Battue ou le Syndicat sont les noms les plus couramment utilisés pour désigner un groupe chassant en battue le sanglier. L’engouement pour cette chasse n’est pas nouveau mais semble s’accentuer depuis peu. Pour preuve, les 35 % des équipes sondées disent s’être créées au cours de cette dernière décennie. Les raisons invoquées sont nombreuses, mais c’est la raréfaction du petit gibier (du moins, les chasseurs semblent le percevoir ainsi) qui demeure la principale cause de l’intérêt croissant pour le sanglier. L’attrait pour la venaison de sanglier n’est peut-être pas étranger à cette situation, bien que peu d’équipes s’en réclament. Ainsi, sans être vraiment une tradition, la chasse au sanglier s’ancre dans les mentalités locales et beaucoup d’équipes perdurent. Près de 20 % d’entre elles ont plus de trente ans d’existence. Les remaniements majeurs, tels que changements de méthodes de chasse ou des modifications importantes du règlement intérieur et des dirigeants, sont finalement peu nombreux et concernent moins de 20 % des cas.

Graphique 7. — Répartition des chasseurs de sangliers par catégories socioprofessionnelles

Graphique 7. — Répartition des chasseurs de sangliers par catégories socioprofessionnelles

2.2.1 Composition démographique de l’équipe

49Dans notre échantillon, l’équipe-type de chasseurs de sangliers en fonction des catégories socioprofessionnelles (graphique 7) est composée en majorité de 31 % de retraités de 20 % d’ouvriers, de 15 % d’agriculteurs, de 7 % d’employés et d’à peine 3 % d’étudiants. Peu de différences apparaissent d’une région à l’autre si ce n’est une présence parfois plus importante des ouvriers et des professions libérales dans certains secteurs. Le coût des adjudications n’est certainement pas étranger à la situation.

50Il apparaît également dans cette enquête que la chasse au sanglier est une activité d’hommes, ce qui lui vaut souvent d’être taxée de misogyne car la présence féminine au sein des équipes reste très faible (moins de 2 % des participants). Cependant, 30 % environ des équipes disent accueillir au moins une chasseresse dans leur groupe.

51La chasse du sanglier est une activité de femmes et d’hommes dont l’âge est avancé puisque la classe d’âge des 30/60 ans représente plus de 55 % des effectifs. Les jeunes de moins de 30 ans semblent peu présents, ils sont moins de 15 % alors que les plus de 60 ans sont plus de 30 %. On notera que c’est dans la région cynégétique du Sud-ouest que l’on trouve le moins de « jeunes » : ils représentent dans les équipes moins de 10 % des chasseurs.

  • 11 Passages empruntés par les sangliers ; selon les régions, on parle de sentes, chalées, dra (...)

52L’origine des chasseurs est un indicateur de la capacité des équipes à intégrer des individus n’ayant pas d’attaches familiales ou foncières sur la ou les communes chassées. En règle générale, la chasse en équipe est par définition assez « ouverte » puisque près de 40 % des chasseurs sont « étrangers », comprenez « extérieurs » à la commune d’accueil (graphique 8 page suivante). La chasse en battue nécessite généralement la constitution d’équipe suffisamment importante pour que l’ensemble des postes11 soit pourvu. Ceci explique en partie cette ouverture en direction de personnes extérieures. Les équipes les plus « accueillantes » seraient les méridionales et celles de l’Est qui, pour beaucoup d’entre elles, sont composées de 50 %, voire plus, de non-autochtones. Celles du Sud-ouest, du Massif central et des Alpes-Jura recevraient moins de 30 % de chasseurs allochtones. Cependant, si certaines équipes hésitent à intégrer de façon permanente des chasseurs extérieurs, ce n’est pas pour autant qu’elles n’ont pas de contact avec ces derniers. Les invitations ponctuelles sont fréquentes, sans que l’enquête laisse apparaître de différences notoires selon les régions. On invite fréquemment les chasseurs des équipes voisines, les amis ou les relations professionnelles ou commerciales.

  • 12 Hell B., (1985). op. cit. p. 193.

53Le type de validation du permis de chasser est un autre indicateur de l’ouverture vers l’extérieur ou plutôt de la mobilité des chasseurs. Les chasseurs de sangliers sont généralement fidèles à un département et une simple validation départementale de leur permis de chasser semble leur suffire. Beaucoup de chasseurs avouent recevoir des invitations de chasse mais disent ne pas s’y rendre car ils affirment prendre plus de plaisir à chasser sur « leur » territoire, avec « leur » équipe et « leurs » sangliers. Pour Bertrand Hell en 198512, l’attachement du chasseur au territoire dénoterait également une forme d’appropriation du gibier. Toutefois, les chasseurs des régions cynégétiques de l’Ouest, du Nord-est, du Centre et du Bassin parisien sont les plus à même à prendre des validations nationales du permis de chasser. Pour tous, le territoire de chasse est un lieu chargé en émotion et en souvenir. Dans bien des cas, il est le support des souvenirs de l’enfance, et de tous les grands moments de la mémoire individuelle et familiale qui rattachent chacun à la chaîne des générations. Il est chargé d’anecdotes : « la combe du gros sanglier, d’un doublé ou autres tirs extraordinaires, etc. », d’odeurs, de bruits, des paysages, etc. Pour le chasseur, le territoire de chasse assure de nombreuses fonctions, c’est notamment un lieu d’évasion pour pratiquer sa « passion ».

Graphique 8. — Origine des chasseurs par région selon leurs attaches familiales ou foncières à la ou les communes chassées

Graphique 8. — Origine des chasseurs par région selon leurs attaches familiales ou foncières à la ou les communes chassées

2.2.2 Organisation des équipes

54Pour saisir l’organisation des équipes et mettre en évidence d’éventuelles particularités régionales, une typologie portant sur les équipes de chasseurs a été élaborée (carte 46 p. 219). Les critères suivants ont été retenus : la date de création, le besoin de remaniement important au sein de l’équipe, la taille de cette dernière, l’âge moyen des chasseurs et l’accueil de personnes extérieures à la commune.

55Les variables ont été codées de la manière suivante :

56Trois types ont été isolés. Le premier, le plus répandu en France, représente plus de 70 % des équipes. Il s’agit d’équipes constituées de chasseurs d’âge « mature » : 50 % des participants ont entre 30 et 60 ans. Les jeunes de moins de 30 ans sont peu représentés. Ces équipes sont stables et connaissent peu de remaniements importants au niveau des personnes dirigeantes. Globalement, entre 10 et 30 chasseurs participent aux battues.

57Le second type également largement répandu, exception faite du Nord-est et de l’Ouest de la France, se caractérise par des chasseurs majoritairement âgés. Ces chasseurs ont une longue expérience de la chasse en battue. Les équipes accueillent généralement des personnes extérieures à la commune, ce qui permet souvent de constituer des équipes relativement importantes (plus de 30 participants en moyenne lors des battues).

Carte 46. — Typologie des caractéristiques dominantes des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002

Carte 46. — Typologie des caractéristiques dominantes des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002

58Enfin, un autre type d’équipe s’isole nettement. Il s’agit d’équipes de petites tailles de moins de 10 chasseurs. Elles existent depuis peu et sont constituées essentiellement par de jeunes chasseurs de moins de trente ans en moyenne. Ces équipes accueillent peu de chasseurs extérieurs à la commune. Il s’agit pour l’essentiel de chasseurs de petit gibier, qui suite à la raréfaction de ce dernier, se sont réorientés vers la bête noire. On retrouve fréquemment ce type d’équipe dans les régions cynégétiques de l’Ouest et du Nord-est de la France.

2.3 Typologies des pratiques cynégétiques

59Comprendre le fonctionnement d’une équipe nécessite de connaître l’effort de chasse, c’est-à-dire l’ensemble des moyens mis en œuvre pour obtenir les résultats escomptés.

60Pour ce qui est du temps consacré à la chasse, les chasseurs du « Sud » sont les plus assidus. En Midi-méditerranéen, on chasse deux fois plus (48 journées en moyenne) que dans le Nord-est (23 journées en moyenne). Dans le sud, la superficie des territoires de chasse est telle qu’elle permet de changer de secteur à chaque sortie. De plus, la densité des populations autorise ou parfois contraint à une longue période de chasse pouvant s’étendre de la mi-août à la fin février.

61Concernant le nombre moyen de participants par battue, il y a peu de différences entre les régions. La chasse en battue postée rassemble en moyenne une vingtaine de chasseurs, même si la loi n’impose qu’un minimum de sept chasseurs pour constituer une équipe. Certaines équipes de taille imposante regroupent près d’une centaine de chasseurs, elles sont rares et nécessitent de la part des responsables une grande rigueur et une organisation sans faille.

62Les jours les plus chassés sont le samedi et le dimanche, avec un nombre de participants significativement supérieur aux autres jours de la semaine où, à défaut du mercredi, c’est le jeudi qui est le jour le plus chassé, plus rarement le lundi et le mardi. Le vendredi est rarement cité.

63Lorsque les règles de chasse sont abordées de manière générale et dans leur majorité, les équipes ont répondu favorablement aux questions posées. Peu ont été éludées. Les réponses apportées à cette partie de l’enquête ont peut-être été un peu « idéalisées ». La gestion des populations est d’ailleurs un argument fréquemment mis en avant pour légitimer l’acte de chasse. Néanmoins, des règles strictes de chasse sont nettement plus présentes dans le Nord que dans le Sud de la France. Les règles les plus souvent citées concernent les actions de protection des femelles reproductrices, c’est-à-dire que le tir des laies meneuses et des laies de plus de 50 kg est interdit. Les consignes préconisent d’orienter les prélèvements sur les bêtes rousses (animal de l’année) tout en épargnant les sangliers de moins de 20 kg. Le non-respect de ces règlements peut entraîner des sanctions financières ou disciplinaires (exclusion provisoire ou définitive de l’équipe). Des quotas journaliers et/ou par sex-ratio peuvent être mis en place. Certaines remises peuvent enfin faire l’objet d’une protection totale en interdisant l’accès à certains territoires pour éviter de déranger et de perturber les ongulés. Beaucoup reconnaissent que ces règles, aussi utiles soient-elles, sont cependant difficiles à mettre en pratique. Elles dépendent pour l’essentiel du mode de chasse et du type de chiens utilisés. Les chiens courants sont parfois perçus, par ceux qui ne les utilisent pas, comme un facteur de dérangement.

64Il paraît évident, au terme de cette enquête, que les chasseurs du Sud sont davantage confrontés à des problèmes de gestion de l’abondance qu’à ceux liés à une pénurie. Les règles proposées y sont alors tout autres.

65La question de la sécurité lors des battues aux sangliers est un problème majeur auquel sont confrontées les équipes de chasseurs. Les réponses sur ce thème sont pour le moins évasives et imprécises. Une grande majorité d’équipes disent appliquer des règles de sécurité mais bien peu les énoncent clairement.

66Ces règles seraient quand même rappelées systématiquement dans 60 % des cas, occasionnellement dans 30 % des cas et ce qui peut paraître surprenant, 10 % des équipes avouent ne jamais s’en préoccuper. Le port de vêtements de sécurité (brassard, gilet, baudrier, casquette fluo) est de plus en plus fréquent aussi bien pour les « piqueurs » que pour les « postiers ».

67D’une façon générale, la moitié des chasseurs, peut-être les plus « généralistes » utilise un fusil à canon lisse et l’autre moitié, sans doute plus « spécialiste » donne la préférence à une arme à canon rayé. Ce dernier type d’armement est favorisé par un mode de chasse particulier : affût, approche, ou lorsque le milieu permet des tirs à plus de cinquante mètres. Quelques très rares chasseurs (mais apparemment de plus en plus nombreux) utilisent l’arc, même en battue postée. Lorsque le territoire de chasse est vaste, les déplacements en voiture sont fréquents, que ce soit pour aller se poster ou pour récupérer chiens et sangliers. Bon nombre de chasseurs parcourent une centaine de kilomètres lors d’un week-end de chasse à bord de leur véhicule tout terrain. En moyenne, une équipe compte cinq véhicules de ce type. Le type de véhicule est bien évidemment fonction du niveau de revenus des chasseurs. Les voitures de petites cylindrées portant autocollant ou peinture à l’effigie de l’animal chassé font également partie du cortège.

68D’après les résultats de l’enquête, les équipes s’intéressent à leur territoire bien au-delà de la période de chasse. Parmi les interventions humaines ayant un but cynégétique, l’agrainage est de loin la pratique la plus courante et paradoxalement la plus décriée. En effet, la quasi-totalité des équipes disent le pratiquer. La dissuasion par rapport aux dégâts est la raison la plus souvent invoquée, bien que bon nombre d’équipes y voient aussi un moyen de fixer les sangliers sur leur territoire. Les chasseurs des régions du Nord-est, du Centre-Bassin Parisien et des Alpes-Jura pratiquent systématiquement l’agrainage. Les méridionaux seraient plus économes ou plus discrets. Des cultures destinées aux gibiers sont également mises en place, plutôt au Nord de la Loire.

69La création et l’entretien des chemins, la construction de miradors, la matérialisation des postes sont des aménagements largement pratiqués quelles que soient les régions (carte 47 page suivante). Les chasseurs s’impliquent également dans la pose des clôtures électriques de protection des cultures. Des différences régionales existent, directement liées à l’importance des cultures à risque. Les régions du Sud-ouest, du Massif Central-Centre et de l’Ouest sont particulièrement concernées. Enfin, points d’eau, pierres de sel et goudron de Norvège sont apportés et mis à la disposition des sangliers dans l’espoir de fidéliser les animaux. Trois équipes seulement avouent lâcher des sangliers.

70À la chasse au sanglier, deux grandes catégories de chiens sont utilisées : des chiens courants (grands et petits) et des « chiens mordants » (fox, jadgt terrier et teckels). Dans notre enquête, près de 90 % des équipes disent utiliser des « chiens courants ». Il convient cependant de nuancer ce propos, car beaucoup d’équipes adjoignent à leur meute des chiens mordants. On note également des différences régionales dans le choix des races utilisées. Les chasseurs de la région Nord et Est utilisent plus volontiers des chiens de race fox, teckel, jagdt terrier ou jack russel. Ces chasseurs découplent leurs chiens sur des territoires généralement inférieurs à 1 000 hectares. Plus au Sud et à l’Ouest, les surfaces chassées sont plus importantes, ce sont « les grands chiens courants » qui ont la faveur des chasseurs (carte 48 page ci-contre).

Carte 47. — Principaux aménagements cynégétiques réalisés par les équipes de chasseurs de sangliers

Carte 47. — Principaux aménagements cynégétiques réalisés par les équipes de chasseurs de sangliers

71Quels que soient les chiens utilisés, ces derniers semblent payer un lourd tribut au contact des sangliers. Près de 25 % des chiens seraient blessés lors de la poursuite des sangliers et 4 % succomberaient à leurs blessures. Ainsi, les frais vétérinaires pour entretenir une meute peuvent être élevés. Pour une vingtaine de chiens, ils avoisineraient annuellement les 2 500 euros au cours d’une saison. L’entretien de la meute est généralement assuré individuellement par quelques chasseurs (piqueurs). Néanmoins, il n’est pas rare que l’ensemble de l’équipe participe financièrement au coût. Les plus organisées (dans 10 % des cas) disposent d’une meute qui appartient à l’équipe, l’entretien est alors assuré collectivement. Il est parfois demandé en fin de chasse une participation dans ce but (alimentation, assurances, frais vétérinaires, etc.). Une ou deux meutes sont découplées par battue, ce qui représente une vingtaine de chiens au total. Là aussi, les différences sont importantes d’une équipe à l’autre et, très logiquement, les utilisateurs de « chiens de petit pied » découplent des meutes moins importantes que celle utilisant des « grands chiens courants ».

2.4 Les prélèvements de sangliers et le devenir de la venaison

72Les prélèvements sont généralement consignés sur des carnets. Ce carnet peut être individuel (rare) ou collectif. Ils sont tenus à jour par 85 % des équipes sans différences notoires entre région. D’après quelques commentaires et recoupements divers, dans la plupart des cas, seuls la date, le nombre, le sexe et le poids des animaux sont relevés. Dans certains départements, notamment dans le Sud de la France, où ce document est obligatoire, la liste nominative des chasseurs présents est inscrite ainsi que des informations sur le statut ou la qualité des animaux tués.

73L’enquête nous révèle que 45 % des équipes sondées réalisent des prélèvements annuels inférieurs à 20 animaux. Ce taux était de 58 %, il y a 5 ans. On observe également une augmentation significative du nombre d’équipes prélevant plus de 51 sangliers annuellement. C’est au sud que certaines équipes réalisent les prélèvements les plus importants. Globalement, 13 % des équipes sondées disent prendre plus de 100 sangliers dans la saison. Après la région Midi-Méditerranée, vient le Nord-est où près de 55 % des équipes prélèvent plus de 50 sangliers annuellement (carte 49 page suivante).

Carte 48. — Principaux types de chiens utilisés par les chasseurs de sangliers

Carte 48. — Principaux types de chiens utilisés par les chasseurs de sangliers

74Lorsque l’on interroge les équipes sur l’évolution des prélèvements depuis 3 ans, les réponses sont partagées en fonction des équipes et des régions. Pour près de 50 % des équipes, les prélèvements paraissent plutôt stables, alors que pour 30 % d’entre elles, le niveau de prélèvement semble avoir nettement augmenté entre 2000 et 2002. Certaines régions, comme le Nord-est ou l’Ouest, ne signalent aucune baisse des prélèvements en trois ans. 85 % des équipes confirment que la pesée des sangliers prélevés n’est pas systématique lorsque les animaux sont petits. Pour ce qui est des « gros » animaux dépassant les 100 kilogrammes, le nombre serait stable pour 60 % des équipes, alors que 30 % considèrent qu’il est en baisse. Pour autant, même s’il n’existe pas de corrélation entre le poids et l’âge des sangliers, cette donnée renseigne sur la structure de la population. Néanmoins, cette enquête n’a pas pu mettre en évidence l’efficacité des politiques de gestion visant à préserver les animaux de plus de 50 kg.

7545 % des équipes ne notent aucun changement dans le comportement des sangliers. La situation est, dans ce sens, relativement rassurante. En revanche, près de 20 % estiment que les ongulés sont moins « farouches » et qu’ils sont plus difficiles à « lever », c’est-à-dire que les menées sont moins longues. Cependant, il est à noter que les équipes qui ont observé ces changements d’attitudes pratiquent l’agrainage dans 80 % des cas. Faut-il y voir là une relation de causes à effets ?

76Une typologie de l’activité cynégétique des équipes semble utile pour synthétiser les particularités régionales mises en évidence à la lecture des réponses précédentes (carte 50 p. 229). Les critères choisis sont la superficie chassée, la taille de l’équipe, le nombre total de jours de chasse, le type de chiens utilisés et le nombre de sangliers prélevés.

Carte 49. — Répartition du nombre de sangliers prélevés par équipes de chasseurs en 2002

Carte 49. — Répartition du nombre de sangliers prélevés par équipes de chasseurs en 2002

77Les variables ont été codées de la façon suivante :

  • Le premier type se compose essentiellement d’équipes généralement grandes (>30 chasseurs) chassant sur de vastes territoires (supérieurs à 1 500 ha) et se servant de chiens courants. Ce sont des équipes très actives et particulièrement assidues. Ainsi, les prélèvements sont relativement importants, de 50 à 100 animaux, voire plus. On retrouve ce type d’équipe essentiellement dans le Midi Méditerranéen.
  • Un deuxième type d’équipe se caractérise par sa taille moyenne (entre 10 et 30 chasseurs par sortie) et la faiblesse de son activité. Elles organisent généralement moins de 10 battues par saison et prélèvent moins de vingt sangliers. Elles peuvent utiliser des chiens courants mais en petit nombre. On retrouve ce type d’équipes dans l’Ouest du pays.

Carte 50. — Typologie de l’activité cynégétique dominante des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002

Carte 50. — Typologie de l’activité cynégétique dominante des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002

78Enfin, le troisième type correspond au modèle d’équipe le plus répandu et le plus fréquemment rencontré dans l’Est et le Centre de la France. Ce sont des équipes de taille moyenne (entre 10 et 30 participants), généralement active et réalisant entre 11 et 40 battues par an. Elles opèrent sur des territoires moyens de 200 à 1 500 ha. Les prélèvements sont plutôt modérés et inférieurs à la cinquantaine d’animaux prélevés surtout durant le week-end.

2.4.1 L’après-chasse

79Après la battue, les chasseurs se rassemblent dans 90 % des cas pour préparer la venaison et commenter la chasse. Ceci se déroule généralement dans un local mis à disposition de l’équipe, dans 35 % des cas par un adhérent et dans 20 % par la commune. Il appartient également à l’équipe dans 30 % des cas. Cette dernière l’aménage avec beaucoup de soin. Dans 20 % des cas, ces locaux sont équipés d’une chambre froide et les conditions d’hygiène semblent satisfaisantes pour 90 % des équipes. Néanmoins, les critères de qualité semblent encore bien éloignés des « normes européennes ».

80Le mode le plus répandu de préparation de la venaison dans 70 % des cas est le « pelage » (peau ôtée). Cette méthode est simple, rapide, propre et nécessite peu de matériel. Le raclage après ébouillantage est pratiqué, surtout dans le Midi, par 20 % des équipes. La découpe en poil est plus rare et serait plus usitée dans l’Est de la France.

81Hormis pour les chasseurs du Nord-est, pour lesquels il est courant de vendre de la venaison, compte tenu des sommes versées lors des adjudications, la venaison est tout naturellement partagée entre les différents intervenants aux battues.

82Une part est régulièrement donnée aux propriétaires qui mettent leurs terres à disposition de l’équipe, ou à certaines personnes du village notamment les personnes âgées. Une partie est mise de côté pour le repas de fin de chasse, le loto, etc.

83La venaison peut aussi être échangée. Cette question a été occultée dans 20 % des cas dénotant en partie un certain tabou sur le devenir de la venaison. Lorsqu’elle est partagée entre chasseurs, elle se fait par tirage au sort dans 50 % des cas. Aux dires des chasseurs, on veille à un partage équitable. Pour cela, les équipes établissent un tour de rôle pour les parties nobles du gibier (cuissots). Quelle que soit la région, la hure, considérée comme un trophée, revient de droit au tireur. Les abats sont souvent consommés entre les membres de l’équipe en fin de journée et parfois, les piqueurs ont droit à une part supplémentaire, « la part des chiens ».

84Parmi les autres rituels ou us et coutumes, les sangliers mâles sont châtrés dans 60 % des cas. Il est parfois mentionné que les animaux sont saignés, ce qui améliorerait la qualité de la venaison. Ces gestes qui n’ont aucune connotation régionale ne font toutefois pas l’unanimité et engendrent de nombreux débats. En revanche, la pose de la brisée est davantage localisée aux départements de l’Est et de l’Ouest. Cette coutume consiste à briser trois petites branches après les avoir imprégnées du sang de l’animal : l’une est remise solennellement au chasseur qui la fixe sur son chapeau, la deuxième est posée sur le flanc de l’animal, la troisième est placée dans la bouche de l’animal. Enfin, les honneurs aux gibiers sont parfois rendus au cours d’un cérémonial jugé digne et indispensable pour certains, alors que pour d’autres ils seraient hypocrites et désuets.

2.4.2 Bilan des disparités inter-équipes et spécificités régionales

85Cette enquête a permis de distinguer quatre sortes d’équipes en fonction de leur organisation et de leur activité.

86Le premier type concerne des équipes créées récemment qui chassent sur une seule commune. Leur territoire de chasse est généralement modeste car elles le partagent avec d’autres équipes mais sans pour autant formaliser un Groupement d’Intérêt Cynégétique. Ces équipes regroupent peu de chasseurs, plutôt jeunes et souvent extérieurs à la commune et chassent avec quelques petits chiens mordants. Ce modèle d’équipe est très répandu dans l’Est où le droit de chasse est obtenu essentiellement suite à des adjudications souvent onéreuses.

87Le second groupe isole des équipes chassant depuis 6 à 15 ans sur un territoire communal dont la superficie est variable mais, pas trop exiguë (< 1 500 ha). Le nombre de chasseurs, essentiellement d’âge avancé, se situe entre 10 et 30. Ces derniers sont « peu actifs » (< 25 sorties) et prélèvent peu de sangliers (< 20 sangliers). Ils chassent généralement avec des chiens courants. Ce modèle se retrouve majoritairement dans l’Ouest de la France.

88Le troisième type, particulièrement présent dans le Sud, rassemble des équipes chassant sur de vastes territoires communaux ou intercommunaux avec des meutes parfois importantes de chiens courants. Plusieurs équipes sont en concurrence sur un même territoire. Certaines équipes existent depuis plus de 15 ans. Les chasseurs sont plutôt âgés et constitués en grandes équipes (> 30 chasseurs par sortie). Ces équipes, bien structurées, réalisent d’importants prélèvements atteignant parfois plus de 100 sangliers dans la saison.

89Enfin, le modèle le plus souvent rencontré au cours de cette enquête, concerne des équipes qui chassent sur une commune et y côtoient d’autres équipes. Le territoire de chasse de superficie moyenne (entre 200 et 1 500 ha) est constitué à la fois de terrains communaux et privés. Les chasseurs sont plutôt âgés et pratiquent depuis plus de 5 ans. De taille moyenne, ces équipes réalisent entre 11 et 40 battues par an, essentiellement le week-end et prélèvent moins de 50 sangliers par an.

90Au terme du questionnaire, il était demandé de rédiger un petit texte sur l’avenir de la chasse. Au travers des réponses, il apparaît deux grands types de chasseurs : les pessimistes et les optimistes.

91Pour les pessimistes, il n’y a pas grand espoir de progrès car les « autres » sont incorrigibles, ils anéantissent tous les efforts de gestion car ils agrainent trop, tirent « sur tous les sangliers », et ne chassent que pour le « morceau ». Ce sont des « viandards ». Par ailleurs, ils utilisent des chiens courants qui « perturbent et dérangent » la quiétude de tout le gibier ou, au contraire, utilisent des chiens mordants qui ne font « surtout pas courir les sangliers, pour mieux les garder chez eux ! »

92En plus, ces derniers se voient confrontés aux personnes extérieures qui viennent « chez eux » faire du moto-cross, du 4X4 (qu’ils utilisent largement !) ou du VTT. Leur tranquillité est également perturbée par les ramasseurs de champignons ou par les « écolos » qui mettent tout en œuvre pour les empêcher de chasser. Pour finir, « les agriculteurs ne supportent aucun dégât », « les forestiers ne plantent que des résineux, ce qui rend le milieu hostile aux sangliers qui ne sont plus des sangliers mais des cochongliers ».

93Pour le camp des optimistes, les biotopes ont changé, la friche et la progression des formations boisées sont perçues de façon positive puisque favorables au développement des populations de sangliers qui reste à leur yeux « le plus fabuleux des gibiers à chasser ». Ils observent une amélioration dans les rapports avec les équipes voisines, des ententes sont établies pour gérer l’animal à l’échelle de son domaine vital. Des comités de pilotage sont mis en place par unité de gestion et rassemblent autour de la même table agriculteurs, forestiers et chasseurs. Il nous a été précisé le caractère vital de la chasse du point de vue socioculturel et parfois même écologique et environnemental, « la chasse, ici c’est tout, nous y sommes viscéralement attachés depuis des générations ! », « Ici le résultat importe peu, nous n’avons pas d’obligation de résultat, c’est la convivialité et la fraternité qui sont les maîtres mots ».

94Ces oppositions liées aux pratiques et aux cultures cynégétiques sont perceptibles au niveau des régions. On observe plus d’incompréhension que de réelles oppositions, entre le Nord et le Sud. L’héritage du droit de propriété, voire des privilèges régaliens n’y sont peut-être pas étrangers. Au sud et notamment en terre d’Oc, la chasse a plus facilement échappé au monopole social de l’aristocratie ou de la bourgeoisie terrienne. Le morcellement de la propriété a conduit à la mise en commun du droit de chasse avec, comme mythe fondateur, une chasse libre et gratuite à laquelle les chasseurs locaux sont très attachés. Les uns sont plus stricts, les autres plus spontanés, mais tous affichent la même passion pour cette chasse.

3 La chasse aux sangliers dans le Sud de la France : les pratiques d’une équipe de chasseurs de Nant (Aveyron)

95Les pratiques cynégétiques varient nettement en fonction des régions et de la structuration locale des territoires de chasse (taille, relief, occupation du sol, etc.). L’analyse locale de la pratique de la chasse aux sangliers à Nant (Aveyron) permet une meilleure compréhension des acteurs et des stratégies territoriales qui ne peuvent réellement être étudiés que localement. La commune de Nant située au sud de l’Aveyron à la limite avec le département de l’Hérault est particulièrement caractéristique de l’organisation de la chasse dans le Sud de la France. En effet, il s’agit d’une commune relativement étendue (10 940 ha) sur laquelle six équipes chassent le sanglier. L’Office National des Forêts gère la pratique de la chasse sur les terrains dont il a la charge. Agriculteurs, forestiers et chasseurs sont conjointement concernés par l’organisation de la chasse. À ces acteurs clés, se rajoutent les randonneurs particulièrement nombreux dans cette région très favorable au tourisme rural.

96Notre étude se focalise sur une équipe : l’Association de Chasse des Agriculteurs et Propriétaires de Nant (ACAPC) qui a accepté de nous accorder des entretiens ainsi qu’un suivi en immersion lors d’une saison de chasse. Ceci nous a permis d’accompagner piqueurs et chasseurs lors des battues. Elle nous a également admis tout au long de l’année afin de suivre l’avancée des différents travaux et aménagements, le but étant d’essayer de comprendre les logiques d’acteurs et leur traduction territoriale.

3.1 L’ACAPC de Nant : un archétype des équipes de chasseurs de sangliers dans le Sud de la France

97Le fonctionnement de l’Association de Chasse des Agriculteurs et Propriétaires de Nant, et la pratique qu’elle a de son territoire, ont été étudiés durant quatre saisons cynégétiques, suite à de nombreuses sorties sur le terrain et entretiens. Toutefois, la retranscription d’observations obtenues par un suivi régulier au contact des chasseurs est un exercice délicat, car les faits doivent être exposés sans être embellis ni dénigrés et il comporte un risque d’ambiguïté discursive, qui est fonction des discours ou des représentations souvent contradictoires. En effet, tout n’est pas dit et il faut souvent décoder les revendications sous-jacentes dans l’ensemble des propos tenus.

3.1.1 Plus qu’un espace de chasse : un territoire à part entière

98Cette équipe exerce son activité uniquement sur une partie de la commune de Nant. La superficie chassée par cette association dépasse les 2 500 hectares. D’autre part, pas moins de six équipes possèdent un territoire de chasse sur cette commune.

99Malgré les discontinuités de son territoire de chasse, elle exerce une bonne maîtrise du foncier car elle détient des droits de chasse même pour des espaces isolés de faibles superficies. Cela lui permet de pouvoir chasser dans le secteur mais surtout d’éviter que des équipes concurrentes y chassent. En fait, ces espaces restreints servent surtout à des négociations avec les équipes voisines. Ainsi, la signature du droit de chasse, des accords oraux réciproques sont passés entre équipes pour chasser ou ne pas chasser certains secteurs.

100Les propriétaires terriens sont donc vivement sollicités et convoités pour qu’ils leur cèdent le droit de chasse. Contrairement à certaines régions notamment dans l’Est de la France, les propriétaires ne signent pas de baux de chasse. Le prix de la carte de chasse est fonction de la superficie de terrain apportée. Généralement, lorsque l’apport de terres est conséquent, les propriétaires ne payent pas de cotisations pour chasser. Ils bénéficient par ailleurs de cartes d’invitations gratuites et reçoivent des morceaux de venaison de choix (cuissots) ou encore, ils obtiennent l’aide des chasseurs pour protéger leurs cultures contre les dégâts de gibier.

101Les différentes équipes n’ont pas souhaité créer un Groupement d’Intérêt Cynégétique pour gérer les populations de gibier. En revanche, une association de protection des cultures regroupe les équipes de chasseurs de sangliers du canton et prône des règles de gestion communes dans un souci de limiter les dégâts de sanglier.

102Une partie du territoire communal est occupée par une forêt domaniale, ce qui signifie que l’Office National des Forêts gère et organise la pratique de la chasse sur ce territoire. Généralement, les locations sont obtenues par adjudications, le territoire est souvent loué à des équipes extérieures à la commune car les équipes locales ne disposent pas de moyens financiers suffisants ou ne souhaitent pas investir autant d’argent pour agrandir leur territoire. À Nant, ce sont des chasseurs extérieurs à la commune qui chassent sur les terrains domaniaux.

103Enfin, l’ACAPC, conformément à ses statuts, a classé en zone refuge une partie de son territoire. Il s’agit en fait d’une réserve pour la faune sauvage. En théorie, dans cet espace, aucun acte de chasse ne peut avoir lieu ce qui permet une relative tranquillité pour la faune sauvage. Toutefois, étant donné l’accroissement des populations de sangliers et le risque qu’elles représentent, la chasse aux sangliers y est autorisée sous certaines conditions.

  • 13 Traïni C., (2004). op. cit., p. 42.

104Le territoire de chasse n’est pas seulement un espace de loisir, il est également un espace social révélant un processus de territorialisation. En effet, pour Di Méo, 2001, « il met en évidence une combinaison spontanée d’espace existentiel et d’espace social, ce qui donne forme et contenu aux perceptions de l’homme ». Pour C. Traïni (200413), « l’appropriation du territoire de chasse s’étaye sur certaines figures établies de longue date et fait appel à trois des six principes définis. Il s’agit du principe de jaillissement de l’inspiration, du principe de l’efficacité et enfin du principe de l’engendrement depuis la tradition. » Pour C. Traïni (2004), « le chasseur conçoit le territoire de chasse comme un lieu d’évasion et d’introspection, comme une unité de gestion cynégétique, ou un patrimoine ».

Carte 51. — Limites des territoires de chasse sur la commune de Nant

Carte 51. — Limites des territoires de chasse sur la commune de Nant
  • 14 Goustat A., (1994). La parole aux terroirs. Le manifeste des chasseurs. Éd. du Rocher, p.  (...)

105Ainsi, les chasseurs de Nant reprennent le discours tenu par les défenseurs de la chasse, qui valorisent leur pratique en présentant le territoire de chasse comme un espace de liberté ayant pour cadre des paysages « féeriques » où l’émerveillement est permanent. Le territoire de chasse pourrait également permettre une introspection de soi. Pour A. Goustat (199414), « On vient au monde avec l’instinct de chasseur, on n’est pas chasseur à moitié, c’est inscrit au plus profond de nous ».

  • 15 Mazella L., (2000). Pourquoi tu chasses ? Réponses à mes enfants. Bayard Éditions, p. 57.

106Pour Mazella (200015), le chasseur change en quelque sorte de peau, « il tente d’acquérir la vitesse du chevreuil, la vue perçante de l’aigle, l’agilité du renard et la rapidité du faucon ». Le sauvage qui est en eux leur permettrait de saisir cette part indicible, d’inexprimable, de sublime qu’il y a dans le monde tel qu’il est, pour qui sait le regarder très attentivement.

107Le territoire contribuerait directement au bonheur, puisque le plaisir du chasseur s’évaluerait « à l’aune des émotions qui le traversent, les quantités d’images, dans la mémoire, des impressions, des sensations qui n’ont pas de prix, des choses vues, entendues, senties, vécues, qui valent tous les gibiers morts de la planète » (Mazella, 2000).

  • 16 Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, Office National de la Chasse et de l (...)

108La gestion et l’aménagement des territoires renforcent l’idée de territorialité. Toutes les instances cynégétiques, quel que soit le niveau pyramidal16, encouragent la chasse-gestion, plus rationnelle que la chasse-cueillette, qui semble, pour les gestionnaires, désuète et irresponsable. Les chasseurs sont encouragés à produire, à sélectionner et à bonifier le gibier en bons pères de famille afin de chasser dans l’avenir et de transmettre un capital cynégétique aux générations futures. Cette approche est comparable à ce qui se fait dans le domaine de la production. Toutefois, contrairement à un éleveur qui est propriétaire de son troupeau, rappelons que l’animal domestique est considéré comme res propria c’est-à-dire qu’il appartient à un propriétaire. Les chasseurs ne peuvent, eux, prétendre être propriétaires du gibier et ce, quelles que soient les améliorations quantitatives ou qualitatives qui peuvent être faites sur le gibier. Dans ce domaine, les chasseurs font preuve d’imagination et d’ingéniosité. Ainsi à Nant, dans le cadre de la gestion de populations de sangliers et autres ongulés, les chasseurs prennent parfois des mesures visant à limiter le nombre de prélèvements, à sélectionner les animaux en fonction de l’âge voire du sexe (notamment pour les cervidés), réalisent toutes sortes d’aménagements (cultures à gibier, circuits d’agrainage, etc.). Par ailleurs, divers travaux sont effectués pour faciliter l’action de chasse. La création de chemins et de miradors est une marque d’appropriation du territoire par les chasseurs. Ces aménagements participent au processus de territorialisation de l’espace chassé.

  • 17 Titeux G., (1981). L’aménagement des territoires, coll. « Grand gibier », Paris, Gerfaut C (...)

109Pour G. Titeux (198117), être chasseur ne signifie plus être « tireur » mais gestionnaire d’un cheptel et « aménagiste » d’un territoire... L’acte de chasse apparaît comme un aménagement avec la carabine, une gestion rationnelle des populations de grand gibier par le tir sélectif remplaçant le travail effectué autrefois par les « super-prédateurs » (loup, lynx). Il précise que ces aménagements s’imposent d’autant que les territoires sont de plus en plus « dénaturés ».

110Aussi, le temps passé et les moyens financiers consentis pour acquérir, aménager le territoire de chasse sont de plus en plus importants, tout comme les montants des indemnisations versés aux agriculteurs suite aux dégâts de sangliers. Forts de ces actions, les chasseurs se présentent comme des acteurs incontournables, contribuant à l’équilibre agro-sylvo-cynégétique.

  • 18 Mazella L., (2000). op. cit., p 11.

111Cette notion de territoire comme unité de gestion est récente, elle date du début des années soixante. Toutefois, son rôle dans le processus de territorialisation demeure beaucoup plus fort car les chasseurs perçoivent concrètement leurs actions sur le territoire, contrairement à la forte charge affective, qui elle n’est pas perceptible. En effet, il y a un attachement familial parfois viscéral, car le territoire est le lieu où se transmet la tradition. Pour L. Mazella (200018), « La chasse c’est surtout une histoire de filiation donc de transmission. On se transmet comme cela un savoir, un savoir-faire, une sensibilité, une “tradition” [...]. En un mot, on a toujours envie de transmettre à ses enfants ou petits-enfants ce que l’on aime et que l’on souhaite perdurer au-delà de soi-même ».

Photo 5. — Mirador destiné à la chasse aux sangliers. Cliché J.-C. Raynal

Photo 5. — Mirador destiné à la chasse aux sangliers. Cliché J.-C. Raynal

112Ainsi, parmi les revendications, lors de la manifestation des chasseurs du 14 février 1998 à Paris, des enfants brandissaient des pancartes avec les inscriptions suivantes : « Mon arrière-grand-père chassait, mon grand-père chassait, mon père chasse, et moi aussi je veux chasser. » Il s’agit là d’un moyen de revendiquer un droit au territoire et des pratiques parfois traditionnelles comme la chasse à l’aide de gluaux, les tenderies, les palombières, la chasse à la hutte ou aux gabions pour le gibier d’eau, etc. Mais les liens familiaux et les traditions ne sont pas les seuls invoqués lorsque le territoire de chasse est assimilé en tant que patrimoine. La référence historique du droit de chasse (abolition des privilèges lors de la nuit du 4 août 1789) représente un symbole fort auquel les chasseurs sont très attachés. Derrière ces revendications en faveur de la pratique de la chasse, d’autres revendications sont donc sous-jacentes et font référence à une volonté de préserver un mode de vie, une liberté et une spécificité locale, voire régionale.

3.1.2 Une équipe de « collègues unis »

113L’équipe que nous avons suivie se définit comme un groupe « de collègues » : « ici on chasse en famille », qui sont unis pour pratiquer une passion commune sur le territoire de Nant. Il faut dire que la passion et l’engouement pour la chose cynégétique s’avèrent profonds. Très souvent, il nous a été rapporté un certain caractère vital de la chasse : « La chasse, ici, c’est tout ! », ou « si on nous enlève la chasse ici, on meurt ! ». La chasse reste alors garante d’un certain mode de vie, à l’heure où la mondialisation de l’économie et la globalisation des échanges renforcent le risque d’uniformisation des sociétés, tels sont les propos souvent tenus.

114Au dire des chasseurs, elle permettrait à chacun de côtoyer son voisin sans préséance ni faux-semblant car tout s’appuie sur la spontanéité. En effet, dans les chasses hors enclos, il est totalement illusoire de prétendre connaître avec certitude les lieux et l’instant où passera le gibier. Cette incertitude nivellerait les contingences sociales lors de la traque du gibier.

115La cohésion et la solidarité se doivent d’être fortes au sein du groupe car le résultat final découle de la place et du comportement de chacun. Chacun est dépendant de l’autre. Pour que les stratégies soient acceptées par tous, elles doivent être suggérées, plutôt qu’imposées, par un chef. Toutefois, ce dernier doit être reconnu et respecté par tous, d’autant que juridiquement sa responsabilité peut être mise en cause.

116L’équipe de l’ACAPC est relativement ancienne, elle aurait été constituée dans les années 1970. Elle est couramment désignée par le patronyme de son dirigeant. Depuis, elle perdure. Le président de la société de chasse, également chef de l’équipe, occupe cette fonction depuis plus de dix ans, ce qui assure une certaine stabilité dans l’organisation. Sa fonction n’a pas été remise en cause même après la scission de 1996, qui a conduit à la création d’une autre équipe.

117Les chasseurs âgés de moins de 30 ans représentent moins de 15 % de l’effectif total, les plus de 60 ans sont représentés à plus de 30 %. Les jeunes ne remplacent que très partiellement ceux qui partent. Aussi, ils sont plus facilement intégrés et initiés aux techniques cynégétiques, parfois même avant l’âge de passer l’examen du permis de chasser. Leur rôle au sein de l’équipe est déterminant et utile à l’ensemble du groupe qui cherche, à travers eux, à perpétuer certaines valeurs. Par ailleurs, leurs capacités physiques leur permettent de conduire un équipage de chiens, de traquer des heures entières dans des terrains parfois très accidentés.

118Les chasseurs sont pour l’essentiel résidents dans la commune ou y ont des attaches foncières plus ou moins importantes. Plus étendue est la propriété foncière du chasseur, plus il est reconnu dans le groupe et jouit d’un statut privilégié.

119Les invitations ponctuelles sont néanmoins fréquentes, on accueille régulièrement des chasseurs des équipes voisines, des amis ou des relations professionnelles. En revanche, peu de chasseurs vont chasser dans d’autres équipes. Ils sont généralement fidèles à l’équipe et ne l’abandonnent que très rarement car l’attachement au territoire est très fort. Cette équipe est particulièrement assidue puisque quasiment tous les samedis et dimanches et certains jours fériés sont consacrés à la chasse en battue et ce, du premier week-end de septembre jusqu’à la fin janvier. L’effort de chasse est donc important avec un peu plus d’une vingtaine de participants à chaque battue. Cette équipe prélève une quarantaine de sangliers par saison. Il faut ajouter à cela une vingtaine de chevreuils et un peu moins de dix cerfs, biches ou daguets selon les attributions du plan de chasse.

120Il règne une sociabilité à dominante masculine au sein de cette équipe, même si cinq femmes sont régulièrement présentes aux battues (deux chassent et trois accompagnent leur époux ou leur père) et même si les épouses des autres chasseurs sont finalement très impliquées et sont au fait de la pratique cynégétique. En effet, elles sont souvent sollicitées pour divers préparatifs et acceptent l’absence de leur conjoint durant tous les week-ends que compte la saison de chasse. Par ailleurs, elles sont naturellement invitées aux repas « de chasse » qui sont des éléments de cohésion sociale entre les chasseurs, mais également avec les autochtones ou amis non-chasseurs.

121Ces festivités permettent de renforcer la structuration sociale parfois étiolée dans des espaces dépeuplés. Dans des espaces sous influence urbaine, ces repas permettent aux chasseurs et aux autochtones de renforcer des liens identitaires au territoire et à la « tradition cynégétique » par rapport aux nouveaux venus peu enclins à la chose.

122Totalement dépendant du piqueur et de sa meute, le « postier » tend à être coupé de la traque du gibier. En revanche, la battue aux sangliers contribue à établir des liens sociaux et à revendiquer une appartenance à un territoire.

123Ainsi, l’action de chasser n’est plus liée à la nécessité « de nourrir une tribu », mais plutôt à la recherche du « faire ensemble ». Consciemment ou inconsciemment, la chasse semble participer à une libération de la parole en revendiquant racines et quelquefois souvenirs d’enfance. En effet, elle s’insère dans des traditions familiales où la « vocation » se transmet de père en fils, ce qui par ailleurs constitue un élément d’identification et de différenciation des familles.

124Le partage de la venaison renforce la logique de cohésion sociale. Il se veut égalitaire et fait l’objet de règles particulières. La chasse semble donc être un facteur de sociabilité et de vie collective capable de rassembler les générations autour de mêmes valeurs ancestrales. Néanmoins, comme dans toute société constituée, des scissions et conflits peuvent avoir lieu à l’intérieur du groupe mais également avec des équipes voisines. La protection du territoire et des populations animales sont des sources de conflits caractéristiques. Ainsi, des querelles entre les différentes équipes, dont l’origine réside essentiellement dans une critique de la gestion des espèces animales (prélèvements considérés comme excessifs, etc.), renforcent le lien d’appartenance à une communauté indivisible et originale.

125Derrière des prétextes et des traditions cynégétiques se cachent certainement de vrais enjeux d’appropriation du territoire et de qualité de vie. Les antagonismes éclatent d’autant plus violemment que les usages et les fonctions de la nature sont de plus en plus nombreux. En effet, d’autres acteurs peuvent légitimement revendiquer l’accès et l’usage de cette nature (randonneurs, VTTistes, etc.). Les confrontations sont alors d’autant plus fortes que le territoire de chasse est situé en zone périurbaine ou sous forte influence urbaine.

3.2 Déroulement d’une journée-type de chasse aux sangliers en battue

126Le soleil n’est pas encore levé que les premiers chasseurs arrivent en voiture au rendez-vous de chasse qui est déjà envahi de vapeurs de café et de fumée. Il s’agit d’un bâtiment de ferme mis à la disposition de l’équipe par un chasseur du groupe qui est par ailleurs agriculteur/éleveur. Cette salle est utilisée également pour traiter la venaison et pour certains repas de chasse. En fait, seuls les chasseurs les plus motivés vont se réunir entre 7 et 8 heures du matin pour décider des secteurs à prospecter. Ce sont donc les chasseurs les plus aguerris qui vont, sans armes, parcourir minutieusement le territoire de chasse à la recherche d’indices laissés par les sangliers durant leurs pérégrinations nocturnes. Ils vérifient une à une les entrées supposées des passages de sangliers. Dans le jargon cynégétique, cela se nomme faire le « pied ». Certains mettent une brisée ou créent des revoirs pour observer plus aisément les déplacements des animaux. Les empreintes et les traces sont méthodiquement recherchées. Dès qu’un indicateur témoigne de la présence de sangliers, ces observateurs tentent d’en évaluer le nombre et la taille. Les femelles suitées, accompagnées de leurs marcassins seront épargnées. Les chasseurs plus expérimentés disposent d’un chien sûr et peu « bavard ». Ce dernier sera tenu la plupart du temps « au trait », c’est-à-dire au bout d’une longe. L’aide d’un chien permet de localiser beaucoup plus rapidement et avec plus de certitude les lieux de gîte. Lorsque les chasseurs pensent avoir correctement identifié la remise des « cochons », des marques au sol sont faites pour que les piqueurs puissent retrouver facilement les passages supposés lors de la traque. Ce circuit d’observation terminé, chaque chasseur rentre au rendez-vous de chasse pour rendre compte de ses observations au chef de battue. Après vérification et recoupement des informations, le chef de battue décide du choix du secteur à traquer et réfléchit à la meilleure façon de mener la traque. Le pisteur qui verra « ses cochons » attaqués sera glorifié si ses observations sont justes. Inversement, un chasseur ayant donné de mauvaises indications sera critiqué. Cette critique sera d’autant plus forte si d’autres sangliers ont été repérés et n’ont pu être chassés.

127Il est alors 11 heures, l’équipe commence à se constituer. Les membres de l’équipe vont alors manger ensemble. En fonction des disponibilités et des envies de chacun, certains arriveront après le repas à 12 h 30. Vers 13 heures, alors que les discussions vont bon train et que l’on se remémore les résultats du week-end dernier ou des histoires de chasse plus ou moins lointaines, l’équipe est à présent au complet. Chaque chasseur a pris soin de faire inscrire son nom sur un carnet tenu par le chef de battue. Il s’agit là d’une obligation réglementaire car chaque chasseur qui souhaite participer à une battue doit prouver qu’il est en règle vis-à-vis de la loi. Cette inscription facilite par ailleurs l’organisation et la sécurité de la battue : un numéro de poste est attribué à chaque chasseur. Elle permet également à ce dernier de pouvoir prétendre au partage de la venaison. Ceci évite que des chasseurs n’ayant pas participé à la battue puissent, le soir, réclamer un morceau de sanglier ! Ce carnet constitue une véritable « mémoire » pour l’équipe, il est régulièrement feuilleté pour choisir les secteurs de traques mais également pour se remémorer les bons moments passés.

128Le chef de battue rappelle les consignes de tir et de sécurité avant de distribuer « les postes ». Il précise le ou les gibiers chassés car parfois en plus du tir du sanglier, les chasseurs sont autorisés à réaliser le plan de chasse au chevreuil et au cerf. Les postes sont affectés soit d’autorité, soit en fonction des préférences de chacun. Est généralement pris en compte l’armement : les personnes disposant de fusils sont placées plutôt à des postes « courts », prêts à réaliser des tirs à moins 50 mètres, alors que les chasseurs équipés de carabines souvent munies d’appareils d’optique de visée (lunettes de tir, collimateurs) peuvent effectuer des tirs à longue distance (supérieurs à 100 mètres).

129L’adresse et les capacités physiques des tireurs sont également prises en considération. Les plus habiles sont placés à des postes « sûrs » et les personnes les moins véloces occupent les postes ne nécessitant pas une longue marche ; elles y amènent parfois leur siège pliant. Les membres de l’équipe ont une vision plus ou moins précise de leur territoire de chasse. Ils en connaissent généralement les limites mais ignorent la localisation de la totalité des postes. Ces postes sont nombreux (plus de 300 pour cette équipe). Ils sont souvent difficiles à trouver d’autant que de nombreuses variantes existent autour de ces points de passage. La connaissance de ces derniers est partagée uniquement par quelques chasseurs très assidus (chef d’équipe, chef de ligne, piqueur). Ce sont eux qui inlassablement vont placer les « postiers » dont la connaissance des postes est souvent très limitée. La localisation des postes est communiquée uniquement oralement par quelques personnes ressources. En l’absence de ces personnes, la recherche des postes est souvent fastidieuse et problématique. Il arrive également, lorsqu’il y a une scission au sein de l’équipe, qu’un chasseur connaissant bien les postes quitte l’équipe. Il y a alors une « perte de mémoire » fort dommageable car il n’existe pas de cartographie des postes. En effet, les cartes au 1/25 000e ne sont pas suffisamment précises pour repérer les zones de passage des sangliers. Les chasseurs s’appuient sur une toponymie locale et sur des éléments ponctuels du paysage pour se repérer. Certains de ces postes sont très anciens (plus de 100 ans), d’autres sont apparus récemment, suite à des modifications paysagères dues notamment à la progression de zones boisées. À travers leur pratique du territoire, les chasseurs de sangliers ont une conscience aiguë des transformations paysagères.

130Le chasseur trouve son poste grâce aux indications topographiques et paysagères plus ou moins précises fournies par le chef de ligne sur ordre du chef d’équipe. Ainsi, on peut entendre que le poste se trouve au « virage, à la route, au tas de pierre, au buisson noir, au mirador, aux poubelles ! etc. ». Il s’agit là d’une appréciation du paysage au sens propre du terme. Cette toponymie cynégétique est très variée car elle peut s’appuyer sur des histoires de chasse ou des personnages de l’équipe vivants ou décédés (le poste à Louis, à l’angle du champ de Dédé, etc.). Les postes sont un moyen d’appropriation de l’espace, « mon poste », et le support d’une mémoire d’événements propre à l’équipe.

131Une fois toutes les consignes données et après moult explications, les « piqueurs » se munissent d’un baudrier fluorescent alors que les « postiers » se coiffent de casquettes de couleur vive et prennent connaissance du numéro de leur poste.

132Les chasseurs rejoignent leur véhicule de type 4X4 ou des véhicules « utilitaires » parfois ornés d’autocollants ou de peintures à l’effigie de l’animal chassé. Ils s’y entassent à quatre ou cinq pour éviter les « embouteillages » sur les pistes. Ainsi, chacun essaye de se rendre à son poste avec la plus grande discrétion (en principe !) et s’assure de la place exacte de ses plus proches voisins afin de s’assurer des possibilités de tir sans risques.

13314 h 30, tout le monde est enfin posté. Les deux piqueurs vont se rendre à la remise pressentie pour mettre sur pied les sangliers. Il s’agit de les pousser vers les chasseurs postés. Ces derniers, l’oreille tendue, attendent un coup de carabine en l’air ou une succession de coups brefs de trompe signalant le « lancé » c’est-à-dire la mise en fuite des sangliers. Les huit chiens « anglo-français » accélèrent le train et leurs aboiements sont de plus en plus soutenus et rapprochés. Les piqueurs ont du mal à suivre la meute, d’autant plus que les fourrés sont denses et que la pente est raide.

134Les postiers accoutumés reconnaissent le timbre des aboiements des chiens, ce qui leur permet de suivre la chasse et de savoir quel est le chien qui mène. Tous savent que lorsque « Néro » (un chien confirmé) mène, cela pressent qu’au moins un sanglier se dérobe. Les chiens de tête ont vite fait d’arriver à la remise. La bête est là, énorme, hirsute, les soies dressées sur l’échine et bien calée dans une cépée de chêne. Sa mâchoire claque, le message est clair et l’imprudent ou le téméraire, homme ou chien, s’expose à des blessures qui peuvent être plus ou moins importantes. Dès lors, le piqueur n’attend pas, il tire une cartouche en l’air. Surpris, le sanglier, dans un fracas de branches cassées et de pierres roulées, fonce droit devant soulevant tout ce qui se trouve sur son passage et notamment les chiens. Ces derniers, après avoir été projetés, si aucune blessure grave n’est constatée, repartent de plus belle à la poursuite du gibier. La meute est renforcée par de nouveaux chiens qui sont découplés. Les aboiements résonnent dans tout le vallon. Pour les chasseurs, il s’agit là d’un moment particulièrement apprécié, certains estiment que c’est une véritable « musique ».

135Immobiles, transpercés par un vent glacial, les postiers attendent des heures durant, pas question de relâcher l’attention, à l’écoute du moindre bruit qu’il faut déchiffrer à travers le bruissement des feuilles et malgré le bruit incessant du ruisseau. Sait-on jamais, si un « goret » se présentait ! Le vent porte les échos de la meute qui doit passer sur la crête d’un versant opposé. En fonction de la direction de fuite choisie, ils savent si le « cochon » a des chances d’être tiré ou si au contraire il a quitté la chasse pour aller sur le territoire voisin. Le sanglier « forlonge », prend de l’avance sur la meute. Finalement, à grand renfort de voix, les chiens se rapprochent rapidement. La pression monte d’un cran, car les chiens sont tout près. Soudain, des branches craquent, des pierres roulent puis un souffle puissant et court se fait entendre.

136L’adrénaline continue à monter pour le chasseur posté. Il épaule sa carabine, commence à prendre sa visée en alignant la mire dans l’échancrure de la bande de battue. Il repère l’endroit où le sanglier est supposé sortir. Au petit trot, le sanglier arrive au poste mais là, il s’arrête, évente le chasseur. C’est donc d’un bond que le sanglier franchit la ligne de tir. Il sera alors terrassé par une balle de carabine. Durant un instant, personne ne bouge, au cas où le sanglier ne serait que blessé. Très rapidement, un piqueur vient constater le tir et féliciter le tireur. S’il s’agit d’un mâle, ce dernier sera châtré sur place par celui qui l’a tué. C’est l’acte ultime de domination envers un adversaire vaillant mais peu chanceux. Il paraît que cet acte permet d’améliorer la qualité gustative de la venaison. Vrai ou pas, il semble s’agir d’une tradition que la majorité des équipes respectent, « On le fait parce que ça s’est toujours fait ». Ici, l’équipe ne pose pas de brisée pour rendre les hommages au gibier.

137Pour des raisons de sécurité évidentes mais également pour assurer le bon déroulement de la battue, les chasseurs ne quitteront leur poste qu’après en avoir expressément reçu l’ordre. Cet ordre est transmis grâce à l’utilisation de trompes et de piboles qui sonnent la fin de la traque selon un code de sonnerie connu de tous. Le non-respect de cette consigne entraîne de vives réprimandes. Il en est de même si un chasseur ne respecte pas les consignes de tir ou les règles de sécurité. Des sanctions disciplinaires peuvent être prises à son encontre.

138La fin de la traque est sonnée, les chasseurs quittent leur poste. Certains sont déçus de n’avoir pas vu le moindre sanglier, d’autres au contraire souhaitent, sans l’avouer, que le sanglier passe aux postes d’à côté : « Un sanglier blessé, ça peut être dangereux ! » Selon le temps disponible ou si la première traque s’avère infructueuse, un autre endroit peut être chassé. Dès lors, il faut attribuer à nouveau un poste à chaque chasseur avant de pouvoir commencer une nouvelle traque. Le redéploiement de tous les chasseurs est souvent long et fastidieux, aussi il est rare que plus de deux secteurs différents soient chassés dans la même journée.

139Une fois les traques terminées, les sangliers tués sont transportés jusqu’au véhicule le plus proche pour être amenés au rendez-vous de chasse. Les chiens sont alors activement recherchés. Une centaine de kilomètres peut être parcourue dans le week-end par le piqueur et le chef de battue. Ces derniers passent beaucoup de temps à récupérer les chiens après chaque sortie. Certains ne seront retrouvés qu’au bout de deux à trois jours.

140Selon le tableau de chasse réalisé, des photographies seront prises. Elles permettent de se remémorer chacune des journées de chasse et c’est avec un verre à la main que les chasseurs referont la battue. La chasse en battue offre des possibilités incommensurables d’échanges verbaux. Tous les individus n’étant pas en mesure de suivre intégralement toute la partie, le rendez-vous de chasse permet à chacun de s’exprimer pour recomposer le déroulement de la journée. Chacun y apporte des informations fragmentaires. Une fois recoupées et vérifiées, les chasseurs essayeront de reconstituer l’intégralité de la scène de chasse. Chaque individu tente donc de faire reconnaître son rôle et ses qualités. Les sujets tabous, les reproches sont peu abordés car sources de vives altercations et de remontrances. En revanche, les malchanceux ou les maladroits sont largement chahutés et ironisés. Ils feront l’objet de moqueries pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Ces moqueries font partie intégrante du « jeu ». L’après-chasse est un moyen de poursuivre la chasse.

Carte 52. — Exemple de déplacement au cours d’une journée de chasse aux sangliers à Nant

Carte 52. — Exemple de déplacement au cours d’une journée de chasse aux sangliers à Nant
  • 19 L’animal est raclé, c’est-à-dire débarrassé de son poil et de sa bourre.
  • 20 Il s’agit du distillat d’une résine naturelle de résineux (pin). La colophane est égalemen (...)

141Dans cette équipe, en début de saison, certains animaux sont pelés. La peau est retirée comme sur un mouton. C’est une technique relativement rapide. Par la suite, la quasi-totalité des sangliers sont « raclés19 », ce qui permet de conserver la couenne, très utile pour préparer une daube. Cette technique est plus contraignante et demande de l’organisation et un minimum de matériel, notamment pour faire chauffer de l’eau à 75 degrés. L’animal est lavé au jet, puis il est arrosé d’eau chaude et saupoudré avec de la colophane, sorte de résine accélérant la chute des soies,20 avant d’être « raclé ». Les dernières soies sont brûlées au chalumeau. L’animal, plus propre, sera alors éviscéré dans de meilleures conditions. Ce sont généralement toujours les mêmes personnes qui se chargent de cette tâche. Ils se retrouvent alors en petit comité pour l’effectuer.

  • 21 Saquette : Sachet en plastique pour mettre sa part de gibier.

142Le partage de la venaison participe également à la logique de cohésion sociale. Il se veut égalitaire et fait l’objet de règles particulières. Ces dernières sont généralement non écrites mais intangibles. Ce partage est effectué par tirage au sort. Ainsi, ni le statut, ni la fonction sociale ne sont pris en compte lors du partage du gibier. Seule la tête revient généralement de droit au tireur, tel un trophée. Lorsque les prélèvements sont suffisants, les « piqueurs » ont droit à une part supplémentaire, il s’agit de la « part des chiens ». De même, des cuissots sont mis de côté pour les propriétaires qui accordent le droit de chasse. Le partage peut alors commencer, les morceaux de venaison, rouges de sang sont alignés sur une grande table. Sur chaque pièce, on met un petit carré de bois porteur d’un numéro. C’est le tirage au sort. Chacun prendra un petit papier plié en quatre soigneusement mélangé dans un béret ou un sac. À chaque numéro correspond un participant à la battue. Chacun repartira avec sa saquette21. Ce partage perçu équitable contribue donc au rassemblement des chasseurs et renforce les liens d’amitié. Il permet à chaque chasseur de bénéficier d’une part généralement importante de gibier qui sera consommé lors d’un repas de famille ou entre amis.

143La qualité gastronomique fait partie du plaisir de la chasse et sert aussi à légitimer cette activité. Les équipes organisent généralement différents repas et fêtes, ce qui permet de se retrouver et de faire le bilan de la saison écoulée. Les chasseurs déposent fusils et carabines pour la marmite et la fourchette, chacun y va de sa contribution afin que les dames, qui y sont invitées, n’aient pas à participer aux préparatifs. Une partie de la venaison est donc réservée pour cette occasion.

144La qualité gustative de la viande de sanglier varie en fonction de l’âge et de la manière dont est traitée la venaison. Il existe de nombreuses manières de préparer ce met, chaque région a ses propres recettes. Côtelettes de marcassins saisies sur la braise, ragot à la broche, cuissot rôti au feu de bois et fini de cuire à l’aide du « flambadou », daube et autre marinade dans des vins régionaux puissants, ou encore hure préparée en fromage de tête, les recettes et préparations sont innombrables. Ce gibier continue à occuper une place de choix dans la cuisine française. Le goût du « sauvage » et du « naturel » est redécouvert, aussi bien par les chasseurs que par les non-chasseurs.

  • 22 Afin de limiter les dégâts aux cultures, la chasse aux sangliers peut commencer mi-août ju (...)

145Ainsi, la chasse permet de se retrouver deux ou trois fois par semaine du mois de septembre au mois de décembre22 et permet, les autres jours, de commenter et de préparer la prochaine sortie. En fait, pour les chasseurs les plus passionnés et les plus assidus, la chasse ne se limite pas à quatre mois dans l’année, mais dure 365 jours par an. Les responsables et les membres du bureau sont en permanence sur leur territoire de chasse, ils protègent les cultures (clôtures électriques), ils agrainent les sangliers et aménagent le territoire de chasse. Moins de dix personnes réalisent les différents travaux cynégétiques. Cela va de la mise en place de cultures à la création et à l’alimentation de points d’eau, destinés à la faune sauvage et notamment aux sangliers. Par ailleurs, des chemins et des postes sont régulièrement créés et entretenus. Des miradors sont également implantés pour permettre le tir des animaux en toute sécurité.

146Ces chasseurs passionnés organisent également des lotos et tombolas pour récolter des fonds utiles au fonctionnement de leur association. Cet argent est ensuite utilisé pour les aménagements du territoire et du rendez-vous de chasse et pour l’entretien de la meute qui représente un travail quotidien assuré, ici, par le chef de l’équipe et le piqueur qui sont les seuls à avoir une autorité sur les chiens. Ce sont donc eux qui les éduquent et les entraînent. Ces entraînements ont lieu généralement à la mi-août avant l’ouverture de la chasse. Les chiens sont alors amenés dans un parc clos où des sangliers sont élevés spécialement à cette intention. La constitution d’une meute est un travail de longue haleine. Il faut sans cesse élever et faire chasser de nombreux chiens pour déceler les aptitudes de chaque individu et sélectionner les meilleurs ; en effet, la durée de vie d’un bon chien à sanglier est souvent courte, moins de dix ans.

Conclusion

147L’accroissement des populations de sangliers s’est accompagné d’un changement récent des pratiques cynégétiques. Ainsi, la chasse collective du grand gibier en battue tend à supplanter peu à peu la chasse individuelle du petit gibier dans les secteurs où ce dernier se porte mal. Il en va d’une réorganisation, parfois imposante, de l’action de chasse. Celle-ci est souvent contestée par les autres usagers de l’espace rural. Pourtant, la pratique de la chasse est une activité encadrée et très structurée qui repose, en partie, sur des bases associatives mais également administratives. Le but de ces dernières est de préserver la faune sauvage et les habitats, tout en favorisant la gestion du capital cynégétique. Le tout dans le respect des équilibres biologiques, des intérêts agricoles et forestiers, ainsi que des autres usagers de la nature. Il incombe aux chasseurs, comme à tout citoyen, des droits mais également des devoirs.

148La pratique de la chasse génère une économie non négligeable et créatrice d’emplois. Les dépenses proviennent notamment d’obligations incontournables (permis de chasser), des coûts d’accession à un territoire de chasse, des équipements et produits dérivés inhérents à l’exercice de la chasse. Pour autant, cette économie pourrait être touchée par une baisse régulière du nombre de chasseurs, inhérente pour une partie au vieillissement des pratiquants. Les jeunes semblent se désintéresser de ce loisir et ont, en plus, parfois du mal à intégrer une équipe de chasseurs. Il est en effet assez difficile pour une personne non originaire du lieu de chasse et vivant en milieu urbain d’entrer dans une équipe. Le coût d’accession au territoire de chasse est parfois très dissuasif. De plus, des quotas pour l’intégration de personnes « étrangères », extérieures à la commune chassée sont généralement établis.

149Outre les différences entre les modes et les types de chasse, il existe en France de véritables spécificités régionales inhérentes à la chasse aux sangliers, que notre enquête a permis de mettre en évidence. Ces particularités sont liées à l’histoire et aux caractéristiques propres du territoire de chasse. D’autres sont plutôt inféodées à l’équipe, les raisons peuvent alors être traditionnelles ou au contraire provenir de pratiques émergentes.

150Des différences existent entre le Nord et le Sud de la France. Les privilèges régaliens ont eu une influence sur le droit de propriété et donc sur le droit de chasse qui en découle. Les chasseurs du Sud peuvent généralement exercer leur loisir sur de vastes territoires pour des sommes modiques comparées aux tarifs pratiqués dans l’Est de la France. Le fait de chasser le sanglier sur des territoires généralement supérieurs à 1500 ha génère toute une organisation et une technicité particulière. Les chiens dits de « grands pieds » sont couramment utilisés. Ils sont capables de poursuivre le même sanglier durant plusieurs heures sur d’importantes distances. Inversement, plus le territoire de chasse est restreint, plus les chiens utilisés auront comme particularité de poursuivre l’animal chassé sur de courtes distances. La taille et la structuration locale des territoires de chasse (relief, occupation du sol, etc.) ont une grande influence sur l’organisation de la chasse. Ainsi, certaines règles de gestion ne peuvent pas toujours être transposées car elles sont adaptées à un territoire de chasse bien spécifique. Des particularités sont observables au niveau des régions cynégétiques. Il faut dire que les densités de sangliers ne sont pas égales et que les risques de dégâts n’y sont pas les mêmes. Dès lors, les consignes ne sont pas appliquées avec la même rigueur. Tout le monde chasse le même animal, pas forcément la « même bête ! ».

151La spécificité cynégétique de l’Arc méditerranéen se révèle au niveau micro-local. La chasse aux sangliers est une activité ritualisée, avec ses règles et ses codes. Il s’agit d’un véritable « jeu » auquel les chasseurs s’adonnent avec une relative assiduité, en général deux voire trois fois par semaine. Qu’ils soient du « cru » ou « extérieurs à la commune », tous sont viscéralement attachés à leur passion. Toutes remises en cause ou entraves au bon déroulement de leur loisir suscitent de vives réactions dont les manifestations peuvent avoir de nombreuses formes. Généralement, cela va de la simple confrontation à de véritables conflits.

Notes

1 Les fédérations départementales participent « à la mise en valeur du patrimoine cynégétique départemental et à la protection de la faune sauvage et de ses habitats. Elles apportent leur concours à la prévention du braconnage et à la gestion des habitats et de la faune sauvage. Elles conduisent des actions d’information, d’éducation et d’appui technique à l’intention des gestionnaires des territoires et des chasseurs. Elles coordonnent les actions des ACCA ». À ces missions s’ajoutent les actions de prévention des dégâts causés par le gibier et leur indemnisation, ainsi que l’élaboration du schéma départemental de gestion cynégétique (art. L 221-2 C. rur., L 421-5 C. env.).

2 Le découpage administratif en régions cynégétiques provient de l’arrêté en Conseil d’État du 6 décembre 1995.

3 Anciennement Union nationale des fédérations départementales des chasseurs rebaptisée par la loi du 26 juillet 2000.

4 Anciennement Office National de la Chasse rebaptisé par la loi du 26 juillet 2000.

5 Le Conseil national de la chasse et de la faune sauvage est issu du décret du 27 avril 1972 modifié le 30 juin 1975 (art. R 221-1 et s. C. rur).

6 Ce visa est obtenu sur présentation de deux pièces :
— une attestation d’assurance obligatoire (délivrée par un assureur) couvrant au minimum, la responsabilité civile ;
— quatre vignettes qui représentent le reçu d’adhésion à la Fédération départementale des chasseurs choisie. L’adhésion à une Fédération départementale est un acte obligatoire. Cette modalité garantit aux chasseurs une organisation structurée, une formation et des actions de communication et de gestion de la faune sauvage.

7 Malafosse (de) J., (2000). Propriété, liberté et organisation administrative de la chasse en France (1789-1964). RRJ, p. 147.

8 Sur les territoires soumis à la loi, des associations communales de chasse agrées (ACCA) doivent être constituées. Elles ont pour mission « d’assurer une bonne organisation technique de la chasse » (art. L 222-2 C. rur., L 222-2 C. env.). Elles gèrent le territoire de chasse constitué par l’apport des propriétaires de leur droit de chasse. Les terrains inclus dans le domaine de l’ACCA sont ceux dont la superficie est inférieure à 20 ha d’un seul tenant (ou 30, 40, 60 ha dans certains départements), à l’exception des terrains situés dans un rayon de 150 mètres autour des habitations, des terrains clôturés, de ceux faisant partie du domaine public de l’État, des départements, des communes, des forêts domaniales, ou de ceux dont les propriétaires se sont opposés au droit de chasser pour des convictions personnelles.

9 Aldobrandi P., Bussy C., Devilliers J.-L., Guerber T. J.-F., (1998). « Droit de chasser à la carte, le prix à payer : question de culture ». Chaumont, Revue Plaisirs de la chasse, no 555, p. 35-37.

10 Pinet J.-M., (1993). Les chasseurs de France : Organisation, typologie, économie, horizon 2000. Édit. Union nationale des fédérations départementales des chasseurs, 103 p.

11 Passages empruntés par les sangliers ; selon les régions, on parle de sentes, chalées, drailles, wechsels, furols, carrayrous, U posu, goules ou ballées.

12 Hell B., (1985). op. cit. p. 193.

13 Traïni C., (2004). op. cit., p. 42.

14 Goustat A., (1994). La parole aux terroirs. Le manifeste des chasseurs. Éd. du Rocher, p. 40.

15 Mazella L., (2000). Pourquoi tu chasses ? Réponses à mes enfants. Bayard Éditions, p. 57.

16 Conseil national de la chasse et de la faune sauvage, Office National de la Chasse et de la faune sauvage, Fédération nationale des chasseurs, Fédération départementale des chasseurs, etc.

17 Titeux G., (1981). L’aménagement des territoires, coll. « Grand gibier », Paris, Gerfaut Club-Princesse. p 22.

18 Mazella L., (2000). op. cit., p 11.

19 L’animal est raclé, c’est-à-dire débarrassé de son poil et de sa bourre.

20 Il s’agit du distillat d’une résine naturelle de résineux (pin). La colophane est également utilisée pour faciliter le plumage des volailles.

21 Saquette : Sachet en plastique pour mettre sa part de gibier.

22 Afin de limiter les dégâts aux cultures, la chasse aux sangliers peut commencer mi-août jusqu’à fin février.

Table des illustrations

Titre Carte 43. — Répartition des chasseurs par pays
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Tableau 12. — Licenciés des Fédérations françaises
Crédits Source : PINET J. M., 1993.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 13. — Répartition des dépenses réglementaires en 2002
Crédits Source : Scherrer, 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 14. — Ventilation par institution des dépenses obligatoires
Crédits Source : Scherrer, 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 15. — Coût d’accès à un territoire de chasse
Crédits Source : Scherrer, 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 16. — Principale dépense annuelle et flux financier liés à la chasse en 1992
Crédits Source : Pinet, 1992
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Carte 44. — Répartition du nombre de réponses par région cynégétique en 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Carte 45. — Typologie des caractéristiques des territoires de chasse par région cynégétique en 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 7. — Répartition des chasseurs de sangliers par catégories socioprofessionnelles
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Graphique 8. — Origine des chasseurs par région selon leurs attaches familiales ou foncières à la ou les communes chassées
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Carte 46. — Typologie des caractéristiques dominantes des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Carte 47. — Principaux aménagements cynégétiques réalisés par les équipes de chasseurs de sangliers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Carte 48. — Principaux types de chiens utilisés par les chasseurs de sangliers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Carte 49. — Répartition du nombre de sangliers prélevés par équipes de chasseurs en 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Carte 50. — Typologie de l’activité cynégétique dominante des équipes de chasseurs de sangliers par région cynégétique en 2002
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 51. — Limites des territoires de chasse sur la commune de Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Photo 5. — Mirador destiné à la chasse aux sangliers. Cliché J.-C. Raynal
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Carte 52. — Exemple de déplacement au cours d’une journée de chasse aux sangliers à Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3133/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search