Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Première partie. Des populations de sangliers fortement soumises aux transformations paysagères et responsables d’externalités négatives

Chapitre III. Les populations de sangliers : vecteur de risques agri-environnementaux ?

Texte intégral

1Durant plus de 20 ans, les transformations territoriales et les structures cynégétiques ont largement participé à l’accroissement des populations de cervidés et de sangliers, au point que l’on est passé de la pénurie à l’abondance. La croissance de ces populations reste en grande partie liée aux contextes et aux potentialités des différents territoires. L’analyse des prélèvements en fonction des types de milieux est en cela très instructive. Toutefois, ces dynamiques composites des populations de sangliers ont des conséquences multiples et complexes car elles touchent de nombreux domaines sociologiques, économiques, institutionnels, etc. Cette abondance n’est pas sans poser des problèmes socio-spatiaux.

2En effet, avec l’accroissement des populations de sangliers, on peut s’attendre à des risques sanitaires plus importants car le sanglier s’avère être un relais, un réservoir ou un révélateur voire un vecteur sain de différentes pathologies. Ce dernier est d’ailleurs très sensible à un certain nombre de maladies contagieuses comme la peste porcine (classique ou africaine), la fièvre aphteuse, la maladie d’Aujeszky ou encore la rage. Le sanglier présente un risque de contamination pour les autres animaux même si ce risque concerne surtout les élevages porcins, compte tenu de la promiscuité des deux espèces. Plusieurs maladies contractées par les sangliers peuvent également être transmises à l’homme. Cependant, si théoriquement ces cas de transmissions sont possibles, ils restent peu fréquents. Seule la contamination par la trichine (nématodes parasites) présente un risque majeur pour l’homme (fièvre, œdèmes, douleurs musculaires, etc.). Cette larve peut néanmoins être détruite en respectant des consignes de santé et d’hygiène. La fréquence de la trichinellose semble augmenter parallèlement à la croissance des populations de sangliers.

3Autre risque, celui des collisions entre grands mammifères et automobiles. Il est lié à différents facteurs et notamment l’accroissement de populations mais également l’augmentation du trafic routier. Pour les usagers de la route, les collisions se soldent généralement par des dégâts matériels. Il arrive toutefois que des blessés voire des décès soient à déplorer.

4Enfin, les sangliers peuvent causer des dommages aux cultures. Ces derniers font néanmoins l’objet d’indemnisation par les chasseurs mais peuvent être source de conflits entre agriculteurs et chasseurs.

1 Le sanglier : une source de risque ?

1.1 Un risque accidentogène croissant

  • 1 Écotone (2002). Collisions entre grande faune et véhicules. Rapport d’études.

5Les collisions avec les grands animaux peuvent être lourdes de conséquences. La gravité du choc dépend de la masse et de la vitesse (E = 1/2M.xV2). En 2002, le bureau d’études ÉCOTONE1 estimait qu’en Haute Garonne, les collisions entre la grande faune et les véhicules impliquaient dans 48 % des cas des chevreuils, 44 % des sangliers, et enfin dans 8 % des cas des cerfs. Au niveau national, les collisions avec le grand gibier concernent essentiellement le chevreuil. Il serait impliqué dans 92 % des accidents, alors que les collisions avec des sangliers représenteraient environ 4 % des collisions.

  • 2 Bourcet J., Bracque P., Sapor C., (2003). Évaluation des risques liés à l’augmentation des (...)

6Le Nord-Est et le Sud-Ouest sont les plus concernés par ce problème. En effet, la densité du réseau routier conjuguée aux fortes populations de chevreuils augmente considérablement le risque dans ces départements. La mortalité d’animaux sauvages sur les routes est estimée à moins de 5 % de la mortalité globale. La SETRA évaluait entre 20 et 30 000 le nombre de grands mammifères tués sur les routes en 1994. Toutefois, ce chiffre reste mal connu. Le Centre d’Études Techniques de l’Equipement considère que 70 % des collisions ont lieu sur les routes départementales. La probabilité de collision dépend des effectifs des populations (les prélèvements à la chasse ont été multipliés par quatre depuis 1985) et de leurs habitudes respectives de déplacement mais également du nombre de véhicules en circulation. Le trafic routier national ne cesse de se densifier. Il a été multiplié par deux environ entre 1985 et 2001. Selon le Schéma Directeur National Routier de 2010, la France devrait compter plus de 11 000 km d’autoroutes, 2 500 km de liaisons rapides et plus de 25 000 km de routes nationales. Ainsi, Bourcet et al., (20032) estiment que la combinaison de ces deux facteurs conduit à une multiplication potentielle par huit du nombre des accidents durant cette période. Ils estiment à 100000 le nombre de collisions entre véhicules et grande faune pour l’année 2001. Le sanglier serait à lui seul impliqué dans 45 000 accidents. Ce nombre intègre toutes les collisions avec ou sans dégâts corporels. Ces statistiques prendraient également en compte les accidents dus à une manœuvre d’évitement et estiment que moins d’un accident sur deux voire sur quatre, sont finalement connus. On mesure ici toute la difficulté à établir des statistiques fiables dans ce domaine. Ces collisions avec la faune sauvage représenteraient 4 % environ des 2,3 millions d’accidents recensés par les compagnies d’assurance.

Carte 28. — Répartition des collisions connues entre automobilistes et grands mammifères (cerfs, chevreuils et sangliers) en 1989

Carte 28. — Répartition des collisions connues entre automobilistes et grands mammifères (cerfs, chevreuils et sangliers) en 1989
  • 3 Bourcet J., Bracque P., Sapor C., (2003). op. cit. p. 32.

7Pour les automobilistes, les collisions se soldent généralement par des dégâts matériels (16 % des collisions recensées). Les dégâts sont plus ou moins importants et sont liés au poids de l’animal percuté. Les dommages corporels sont à déplorer dans 2,2 % des cas, mais l’accident mortel reste l’exception. Les pertes financières suite à ce type d’accident sont loin d’être négligeables, surtout si le conducteur n’est pas assuré tous risques. L’Office National Interministériel de la Sécurité Routière donne globalement pour 2002 un coût unitaire moyen d’un accident de 12 000 euros sur lequel les assurances indemnisent à hauteur de 6 000 euros. Pour les collisions avec le grand gibier, le coût serait ainsi de 1 500 euros et l’indemnisation de 375 euros pour tenir compte des assurances tierce-collision non concernées. Bourcet et al., (20033) estiment le préjudice des collisions entre véhicules et grande faune pour 100 000 accidents à 158 millions d’euros, dont 96 millions d’euros impliqueraient des sangliers. Il s’agit là, bien évidemment, d’estimations qui sont difficilement comparables avec le montant des indemnisations agricoles qui se situait autour de 21,5 millions d’euros en 2002. Une meilleure prise en compte de ce risque dans les procédures d’aménagement du territoire par l’ajustement des tracés, l’aménagement adapté des sites permettrait d’éviter ou de limiter les accidents.

1.2 Le sanglier porteur de maladies transmissibles à l’homme

8À l’état sauvage, le sanglier peut être atteint par de nombreuses affections d’origine virale, bactérienne ou parasitaire. Une vingtaine a été identifiée comme étant source de morbidité ou de mortalité. Toutes n’ont cependant pas la même importance par rapport à leur transmissibilité et à leur pouvoir pathogène envers l’homme et les animaux domestiques. Aussi, il convient d’évoquer uniquement les maladies majeures, c’est-à-dire celles qui présentent un risque important pour ces derniers.

9Le sanglier peut transmettre diverses affections à l’homme. Ces affections sont véhiculées de différentes façons. Elles ont lieu généralement par contact avec des animaux malades, leurs carcasses, par ingestion de denrées alimentaires provenant de ces animaux ou par des arthropodes vecteurs. Il convient donc de s’intéresser à ces deux principaux modes de transmission.

1.2.1 Les maladies transmissibles par contact

10La tuberculose et la rage sont deux maladies susceptibles d’être transmises par contact. Néanmoins, en France, le sanglier n’a jamais été reconnu comme responsable de la transmission de ces maladies même si théoriquement la transmission reste possible. La présence d’anticorps chez des sangliers, à l’occasion d’enquêtes sérologiques réalisées sur la faune sauvage dans les années 1980, laisse supposer que le sanglier pourrait être réservoir de virus.

11La brucellose et l’infection à streptocoque sont des maladies zoonotiques (transmises par des arthropodes vecteurs) particulièrement graves et présentant des risques de transmission plus élevés. La brucellose est une maladie bactérienne provoquée par un germe du genre Brucella dont l’homme mais également les animaux domestiques ou sauvages peuvent être infectés.

  • 4 Le réseau SAGIR s’est vu confié, en 1986, la mission de déterminer les principales causes (...)

12Le réseau d’épidémio-surveillance mis en place par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, dénommé Réseau SAGIR4, travaille en étroite relation avec les laboratoires de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA). Ils ont mené un programme national de surveillance sérologique des sangliers. Depuis 1997, ce programme a permis de mettre en évidence des sérologies positives dans plus de 40 départements français et a établi que la population française de sangliers présente un fort taux d’infection brucellique, très largement répandue sur le territoire national avec une importance particulière dans les départements du Centre, Centre sud et de la moitié Nord de la France, alors que le Sud-est côtier semble beaucoup moins atteint. Ces résultats statistiques, accompagnés du fait que 26 % des sérums positifs appartiennent à des animaux de moins d’un an, tendent à prouver la circulation active de la bactérie.

13La manipulation de carcasses d’animaux infectés présente un risque pour l’homme car il peut se contaminer à cette occasion par voie transcutanée, muqueuse et conjonctivale. Toutefois, les cas de contamination sont extrêmement rares. En France, seul un éleveur de porcs a contracté la brucellose humaine transmise par un porc. Ainsi, d’après une étude récente de l’Institut National de Veille Sanitaire, l’infection par Brucella suis biovar 2 transmise à l’homme par les suidés serait asymptomatique.

14Autre maladie transmissible par contact : l’infection par la bactérie Streptococcus suis sérotype 2. Le centre de recherche AFSSA de Ploufragan a montré que, sur une trentaine de sangliers prélevés au cours de la saison de chasse 2001-2002, 40 % des animaux étaient porteurs du germe. L’homme est susceptible de s’infecter par voie cutanée au niveau de blessures des mains en manipulant les animaux ou à l’occasion de la préparation de la venaison. La maladie se manifeste alors dans la semaine suivant l’infection par des symptômes évoquant la grippe puis par une grave méningite qui laisse souvent des séquelles irréversibles de surdité et de troubles locomoteurs. Ces affections seraient en expansion dans les élevages porcins ; toutefois, plusieurs cas auraient été signalés récemment dans les milieux de la chasse.

15Le contact n’est pas le seul moyen de transmission, l’ingestion de certaines parties de la venaison peut entraîner un certain nombre de maladies et notamment la sarcosporidiose ou encore la trichinellose.

16La sarcosporidiose, par exemple, est une maladie provoquée par un sporozaire, parasite monocellulaire dont le cycle comprend le passage par deux hôtes dont l’homme pourrait être un des hôtes définitifs et qui s’infesterait en consommant de la viande insuffisamment cuite de sanglier, hôte intermédiaire, porteuse de kystes sarcosporidiens. Deux enquêtes menées en 1981 et 1986 font état d’un taux d’infestation des sangliers de 34 % et 45 % ce qui indique que le risque existe. La gravité de cette maladie est relativement faible pour l’homme.

17Le risque de contamination est nettement plus important avec les larves de trichine. De 1952 à 2000, environ 110 cas de trichinellose humaine contractée à partir de viande de sanglier ont été recensés. C’est une maladie provoquée par la présence dans les muscles de la larve d’un parasite appartenant à la classe des nématodes (vers ronds) de très petite taille (1,5 à 4 mm de long pour une section de 40 à 60 millièmes de millimètres) dont les adultes vivent dans l’intestin grêle de l’hôte où ils se reproduisent. La maladie se traduit, après une phase intestinale le plus souvent silencieuse, par une phase d’invasion et d’atteinte musculaire caractérisée par de la fièvre, des œdèmes et des douleurs musculaires accompagnés de symptômes variés parfois très alarmants selon les localisations. Il s’ensuit une phase chronique au cours de laquelle les symptômes s’atténuent et qui peut durer plusieurs années. La trichinellose est le seul risque zoonotique sérieux, il peut néanmoins être éliminé en soumettant la venaison à une congélation prolongée (-15o C pendant 15 jours) ou par une cuisson prolongée des viandes à une température suffisamment élevée.

18Autre danger, pouvant être évité par le respect de règles de santé et d’hygiène : l’intoxication alimentaire et les toxi-infections. En effet, comme toutes les viandes, la venaison peut contenir des produits toxiques (résidus de pesticides, de métaux lourds, etc.) qui présentent un danger pour le consommateur si leur teneur dépasse les normes tolérées. De la même façon, le dépouillement, la préparation de la carcasse et sa conservation doivent être réalisés dans des conditions hygiéniques et sanitaires satisfaisantes afin de prévenir toute source de contamination.

19Ainsi, l’homme peut être affecté par plusieurs types de maladies transmises par les sangliers. Actuellement, la fréquence de ces affections pour l’homme reste faible, eut égard au nombre de sangliers prélevés et manipulés (environ 400 000 sangliers en 2002). Mais si le danger pour la santé humaine reste limité, il en est tout autre pour la santé animale et notamment pour le porc domestique. En effet, le sanglier et le porc domestique sont des animaux très proches. Ils partagent d’ailleurs un certain nombre de pathologies communes.

1.3 Le risque pour la santé animale

20Les principales maladies communes aux sangliers et aux porcs domestiques sont la tuberculose, la brucellose, la maladie d’Aujeszky et la peste porcine classique. Ces maladies inquiètent les éleveurs de porcs car elles sont très contagieuses.

21À partir de 1999, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage a lancé un programme d’étude pour essayer de déceler la prévalence de cas de tuberculose bovine chez le sanglier. Le bacille tuberculeux bovin a ainsi pu être isolé à un pourcentage de prévalence très variable de 2 à 28 %.

22Les élevages de porcins en plein air craignent particulièrement les infections de brucellose. En effet, contrairement aux élevages industriels, qui estiment avoir éradiqué la maladie de leur élevage, les élevages en plein air restent très exposés à cette maladie très contagieuse. 31 foyers dans 22 départements ont été ainsi observés entre 1993 et 2001. Le sanglier est considéré par les éleveurs porcins comme un réservoir de germe. Ces mêmes éleveurs sont également confrontés à la maladie d’Aujeszky qui est une maladie virale neurotrope, infectieuse et contagieuse. La transmission de cette dernière peut se faire de façon directe par contact ou indirectement par le biais de produits provenant d’animaux malades ou porteurs sains, ainsi qu’à distance par voie aérienne.

23Cette maladie existait de façon enzootique dans les élevages porcins de la Bretagne et sporadique dans d’autres départements. Cependant, depuis 2002, il semblerait que cette maladie soit en passe d’être éradiquée des élevages porcins. En revanche, même si le sanglier n’extériorise pas la maladie cliniquement, il n’en est pas moins un porteur sain, ce qui représente une source de re-contamination potentielle pour les élevages porcins et plus particulièrement pour ceux de plein air.

24Enfin, la peste porcine classique, autre maladie virale et infectieuse est inscrite sur la liste des maladies réputées contagieuses. Elle représente un risque majeur pour la filière porcine. La contagion s’effectue de façon directe par contact avec des animaux en incubation, malades ou porteurs sains et de façon indirecte par l’ingestion de tous les produits issus de ces animaux, ainsi que par l’intermédiaire d’objets divers souillés par les matières virulentes (tissus, excrétions et sécrétions). En milieu extérieur, le virus est particulièrement résistant. La sensibilité du sanglier est voisine de celle du porc. Dans une population soumise à l’action du virus, la maladie peut se présenter sous forme suraiguë, aiguë, chronique ou inapparente selon la virulence de la souche et de l’agent en cause. La résistance des animaux évolue au fur et à mesure de la maladie car une immunisation naturelle peut apparaître, principalement chez les adultes, les jeunes étant plus sensibles. Jusqu’en 1992, la France métropolitaine était considérée comme indemne de peste porcine classique. En novembre 1991, des mortalités anormales de sangliers étaient signalées dans les Vosges du Nord et, fin janvier 1992, le réseau SAGIR isolait le virus de la peste porcine classique à partir de prélèvements effectués sur des sangliers du département de la Moselle, entraînant une déclaration auprès de la Commission Européenne.

25Depuis, différents foyers ont été signalés et des mesures de protection ont été prises tant au niveau local que communautaire pour circonscrire la maladie aux départements du Nord-est de la France et aux pays frontaliers. En effet, les sérologies effectuées sur les populations de sangliers du reste de la France se sont révélées négatives.

26Face à ces différentes affections dont le risque de transmissibilité concerne surtout les porcs domestiques et ce dans les deux sens, les éleveurs porcins tentent de se mobiliser compte tenu des enjeux économiques. En effet, la réglementation relative aux maladies réputées contagieuses, impose, en cas de maladie déclarée, une série de mesures destinées à circonscrire et à éviter l’extension des foyers. Ces mesures sont très contraignantes et représentent un coût économique important, résultant de conséquences induites directes et indirectes. Les mesures de police sanitaire prévoient notamment dans la zone déclarée infectée l’abattage systématique et la destruction des animaux appartenant aux espèces sensibles moyennant des indemnisations. À titre d’exemple, en 1997, une épizootie de peste porcine classique aux Pays-Bas a entraîné l’abattage de 12 millions de porcs et la restructuration complète de l’élevage porcin dans ce pays. Par ailleurs, elles imposent des restrictions de déplacements afin de limiter les risques de diffusion de la maladie. La circulation des animaux est interdite, les déplacements des personnes et des biens sont sévèrement contrôlés. La durée de ces restrictions a été fixée à trente jours par la directive communautaire 2001/89/CE. Si l’épizootie n’est pas rapidement maîtrisée, les élevages sont rapidement engorgés d’autant qu’ils sont souvent spécialisés (naisseurs, post-sevreurs, engraisseurs, etc.). En outre, il est fait obligation d’abattre des animaux sains pour respecter des densités nécessaires au bien-être animal. Les éleveurs sont généralement confrontés à l’arrêt des exportations. Ainsi, l’unique foyer de peste porcine classique apparu dans un élevage porcin en 2002 en Moselle a eu pour conséquence de restreindre ou fermer les marchés asiatiques (chinois, japonais, coréen) et américains (USA, Brésil) aux produits porcins français pendant de longs mois. Ceci a entraîné des pertes de part de marché pour la France qui est souvent difficile à reconquérir.

27Ainsi, pour les éleveurs de porc, le sanglier est perçu comme une nuisance et un réservoir de maladies enzootiques et épizootiques. Leur inquiétude est grandissante à la vue de l’accroissement des populations de sangliers. Il faut cependant souligner que, s’agissant de la peste porcine classique, les modèles épidémiologiques établissent qu’une densité de 1 à 2 sangliers pour 100 ha ou la présence de 200 sangliers dans un massif suffisent à entretenir assez de contacts entre les animaux pour assurer une transmission durable du virus. Il paraît donc bien difficile d’éliminer totalement ce risque sanitaire, tout comme le risque de collision entre véhicule et grands mammifères sauvages qui ne peut être exclu.

2 Les dégâts de sanglier : un risque économique récurrent pour les exploitations agricoles

28L’accroissement des populations de sangliers augmente la probabilité que des sangliers commettent des intrusions dans les parcelles agricoles et y commettent des dégâts. Les coûts de ces dégâts, qu’ils soient directs ou indirects, sont loin d’être négligeables. L’indemnisation et la prévention de ces dommages agricoles pèsent lourdement sur les budgets des fédérations des chasseurs, au point que certaines d’entre elles doivent mettre en place un timbre dont les revenus serviront uniquement à l’indemnisation des dégâts. Ces indemnisations sont loin de satisfaire tous les agriculteurs. La recherche de gain de productivité est un souci quasi permanent. Aussi, les agriculteurs tolèrent mal que la rentabilité des exploitations soit affectée. Les tensions voire les conflits entre agriculteurs et chasseurs sont légions. Il convient donc, dans un premier temps, de s’intéresser aux types de dégâts agricoles et à leur impact économique, puis d’étudier les différents facteurs de risques et les mesures prises pour leur gestion tant au niveau national que local.

2.1 Les dégâts de sangliers : typologie et bases juridiques de l’indemnisation

  • 5 Ballon Ph., Bouldoire J.-P., (1983). « Dégâts dus au gibier ». In Chasse et Agriculture. B (...)

29Ph. Ballon et J.-P. Bouldoire en 19835 proposent la définition suivante : « Le dégât de gibier est défini comme étant le résultat de l’activité d’un animal pouvant affecter le rendement d’une culture agricole ou d’un peuplement forestier. Il peut s’agir de dommages résultants de prélèvements alimentaires importants ou d’un comportement particulier (frottis, bauge, etc.) ». Toutes les espèces animales sont susceptibles d’effectuer des prélèvements alimentaires sur les productions agricoles ou forestières. Cependant, pour bon nombre d’entre elles, les prélèvements restent insignifiants, ce qui n’affecte que très peu les rendements.

30Les dégâts dus aux sangliers peuvent être de deux types : indirects ou directs. Sont définis comme indirects les dégâts liés à la recherche de petits rongeurs ou des résidus de récolte. Le sanglier fouille le sol à l’aide de la partie supérieure du groin. Il laisse alors des sillons et des traces très caractéristiques qui peuvent être une gêne pour certains travaux agricoles, fauches de prairies en particulier. Les dégâts directs correspondent à une consommation de la culture. Ce sont les dégâts les plus importants. Néanmoins, toutes les cultures ne présentent pas la même appétence et donc certaines sont plus prisées que d’autres.

31Les céréales sont les cultures les plus touchées car les dégâts peuvent avoir lieu à différents stades végétatifs.

32Au stade « semis », le sanglier recherche soit la semence, soit des résidus de récolte de l’année précédente. Les dommages peuvent également être très importants lorsque les céréales sont dites « en lait », car, à ce stade, elles sont particulièrement appréciées par les sangliers. Compte tenu de leur taille relativement petite, le sanglier doit pour atteindre les épis coucher les tiges. Ainsi, les dégâts sont souvent considérables au regard de la consommation réelle qui représente rarement plus de 30 % des céréales couchées. Les sangliers, friands de céréales, apprécient particulièrement le maïs, le blé tendre et l’avoine qui sont préférées aux céréales barbues (orge, seigle, blé dur, etc.). Mais les sangliers s’attaquent également à bien d’autres cultures. Les prairies sont le théâtre idéal pour la recherche de racines, de vers ou autres larves. Le sanglier creuse et soulève des mottes d’herbe en espérant trouver sa pitance. Enfin, il n’hésite pas à endommager les arbres fruitiers et les vignes où il égrène les grappes de raisins. Ici encore, les dégâts sont plus importants que la consommation réelle par l’animal car les sangliers déterrent parfois les jeunes plants de vigne (greffés-soudés), ou endommagent les arbres fruitiers (cerisier, pêcher, abricotier, etc.) pour attraper quelques fruits.

33En France, l’importance des dégâts de gibier n’est mesurée actuellement qu’au travers des indemnités versées aux réclamants (évaluation financière) ou à partir des éléments de calcul de ces indemnités (pertes en volume).

34De ce fait, la totalité des dommages ne peut être recensée car les dégâts de faible importance ne font pas l’objet d’une demande de réparation. Par ailleurs, les bases juridiques de l’indemnisation des dégâts occasionnés par les diverses espèces de gibier diffèrent notablement. Les statistiques prennent en compte uniquement les indemnisations versées par les Fédérations Départementales des Chasseurs. En revanche, lorsque la réparation est à la charge du titulaire du droit de chasse, cette dernière est souvent méconnue.

35C’est la loi du 24 juillet 1937, relative à la réparation des dommages causés aux récoltes par le gibier, qui prévoit la réparation des dégâts s’il est établi que le gibier provient d’un fonds où il se trouve en quantité excessive. Cette loi sera amendée par la loi du 18 septembre 1946 qui précise que « les indemnisations allouées aux cultivateurs pour dégâts causés à leurs récoltes par un gibier quelconque ne peuvent être réduites dans une proportion quelconque pour servitude de voisinage ». Il s’agit donc d’une réparation intégrale des dégâts, basée sur le principe de la responsabilité du détenteur du droit de chasse défaillant qui a laissé proliférer le gibier ou qui a négligé de le détruire. Il y a alors application de l’article 1383 du Code Civil : « Chacun est responsable du dommage qu’il a causé non seulement par son fait, mais encore par sa négligence et par son imprudence ». Pour obtenir réparation, c’est au réclamant d’établir la preuve de cette faute ou de cette négligence.

36Cette loi s’avère être difficile à appliquer car il est souvent peu aisé d’établir la preuve de la faute ou la négligence du détenteur du droit de chasse. Les dégâts aux cultures sont alors dans la majorité des cas supportés par les seuls exploitants agricoles. C’est donc l’article XIV de la loi du 27 décembre 1968 qui va modifier profondément cette réglementation. En effet, cette loi institue le principe du versement par l’Office National de la Chasse d’une indemnité à celui qui a subi un préjudice du fait des sangliers ou des grands gibiers soumis à un plan de chasse (cerf, chevreuil, daim, mouflon, chamois, isard) sans que le réclamant n’ait à établir la preuve de la provenance de ce gibier d’un fonds où il se trouve en quantité excessive. L’Office National de la Chasse n’est cependant pas tenu pour responsable de ces dégâts, puisque le texte de loi prévoit qu’un abattement proportionnel (actuellement 5 %) est appliqué sur le montant de l’indemnité, écartant ainsi la réparation intégrale, donc la notion de responsabilité. Par ailleurs, la loi dispose que « nul ne peut prétendre à une indemnité pour des dommages causés par des gibiers provenant de son propre fonds ». Les grands animaux, notamment les cerfs et les chevreuils, ont pour habitat « normal » les peuplements forestiers. Les dégâts qu’ils sont susceptibles de commettre sur ces peuplements ne sont donc indemnisables que dans la mesure où le réclamant peut apporter la preuve que les animaux responsables ne proviennent pas de son propre fonds. Ainsi, la loi du 27 décembre 1968 porte à la charge de l’Office National de la Chasse l’indemnisation des dégâts de sangliers et du grand gibier soumis au plan de chasse et retire ces espèces du champ d’application de la loi du 24 juillet 1937. La quantification des dégâts de gibier dépend donc du mode d’indemnisation. Les statistiques reflètent uniquement les dommages causés aux cultures agricoles et indemnisés par des fonds provenant des fédérations des chasseurs. Il est à noter cependant que la loi du 27 décembre 1968 n’est pas applicable dans les départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin qui bénéficient d’une réglementation particulière. Aussi, les éléments statistiques présentés ci-après n’intègrent pas les données propres à ces trois départements.

37Le décret no 2001-552 du 27 juin 2001 a transféré les compétences en matière de gestion des indemnisations des dégâts, de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage vers les Fédérations Départementales des Chasseurs via une commission nationale puis départementale.

38Les Fédérations Départementales des Chasseurs et la Fédération Nationale des Chasseurs disposent d’un compte d’indemnisation des dégâts de grand gibier. Le compte géré par les fédérations départementales sert à financer les indemnisations, les frais d’estimation et les frais de secrétariat. Ce compte est alimenté par le produit des taxes de plans de chasse du département et des participations éventuelles des chasseurs de grand gibier du département. Le compte de la Fédération Nationale des Chasseurs est lui alimenté par les cotisations nationales grand gibier. Il sert à financer des actions de prévention des dégâts de grand gibier, à régler les charges d’expertise, de formation des experts et des estimateurs. Il est également utilisé pour rémunérer les frais de personnels et les contentieux.

2.2 Spatialisation des dégâts agricoles en France

39En France, les dégâts aux cultures sont essentiellement le fait de deux espèces : les sangliers et les cervidés. Les indemnisations versées pour des dégâts attribués aux sangliers représentent près de 78 % du montant total des indemnisations. Les cerfs engendreraient 20 % des indemnisations, 2 % sont généralement attribués à d’autres espèces comme le chevreuil, le mouflon, etc.

40La répartition par espèces ou groupes d’espèces est inégale au niveau national (carte 29 page ci-contre). Les populations de grands ongulés sauvages sont beaucoup plus présentes dans l’Est de la France et dans le Bassin parisien que dans le Sud. La surface agricole utile y est supérieure.

41Les préjudices économiques aux cultures peuvent être très importants. Ainsi, l’impact des ongulés sur le milieu naturel et les cultures est bien réel. L’indemnisation des dégâts aux cultures agricoles sur pieds, versée par les chasseurs aux personnes ayant subi des dommages, constitue un indicateur de l’importance des dégâts agricoles. Ce dernier est toutefois à pondérer en fonction du type de culture. En effet, toutes les cultures ne présentent pas le même risque et le montant de l’indemnisation est directement lié à la nature de la culture.

42La culture du maïs, maïs grain ou maïs semence, est très appréciée par les sangliers. Les indemnités versées sont d’autant plus impor tantes que les dégâts portent sur du maïs semence, le maïs fourrager ayant une valeur monétaire moins élevée. En termes d’indemnisation, les céréales autres que le maïs ne représentent pas moins de 28 %, soit près de 3 800 000 euros en 1997. Les céréales dans leur totalité correspondent à plus de 65 % du montant total des indemnisations.

Carte 29. — Répartition des dégâts par espèces de gibier en 1997

Carte 29. — Répartition des dégâts par espèces de gibier en 1997

Graphique 4. — Répartition des indemnités de dégâts de sangliers par type de culture en France en 1997

Graphique 4. — Répartition des indemnités de dégâts de sangliers par type de culture en France en 1997

43Les dégâts sur les prairies sont également très onéreux, compte tenu du coût de restauration d’une prairie. Les indemnités versées pour les dégâts sur le vignoble sont fonction du type de cépage endommagé et du classement de ce dernier (AOC, grand cru classé, vin de pays etc.).

44En termes de dynamique, les indemnisations de dégâts de sangliers ont presque doublé en euros courants en 10 ans, passant de 7 millions d’euros en 1988 à un peu moins de 14 millions d’euros en 1998. Ils atteignaient la somme de 21,5 millions d’euros en 2001-2002.

  • 6 Deker (de) J.-L., Roussel I., (1998). « Les dégâts de sangliers et de grands gibiers en 19 (...)

45J.-L. Deker (de) & I. Roussel (19986) estiment à 95 euros le coût par animal prélevé en 1999. Ce chiffre est à comparer au prix du sanglier en carcasse non dépouillé qui varie autour de 2 €/kg.

46Cette période (1990-2000) est marquée par deux pics de forte indemnisation. Le premier pic concerne l’année 1991 avec un montant de près de 15 millions d’euros. Le second est observé en 1996 avec un montant de 17,6 millions euros. Depuis 1996, on observe une stabilisation voire une baisse des indemnisations se situant aux alentours des 14 millions d’euros. L’année 1997 a marqué un net recul par rapport à l’année 1996. En termes de dossiers traités, les pics correspondent aux deux années « noires » en termes de dégâts, à savoir 1991 avec 40 362 dossiers et 1996 avec 45 979 dossiers. Le nombre de dossiers d’indemnisation ne doit pas être confondu avec le nombre de bénéficiaires, puisque certains réclamants établissent plusieurs dossiers. Entre 1989 et 1999, le nombre de dossiers traités est passé de 23 000 à près de 40 000. Certes, les dossiers sont très inégaux. Néanmoins, il est à noter qu’un peu moins de 60 % sont des réclamations portant sur moins de 305 euros. Les dossiers compris entre 305 et 3 048 euros représentent 42 % des dossiers traités. Enfin, seulement 1 % des dossiers dépassent les 3 048 euros. Des différences existent également entre les départements. Leur montant est particulièrement élevé dans l’Est de la France, notamment en Côte-d’Or où les cervidés commettent d’importants dégâts. La majorité des dégâts a lieu à l’est d’une diagonale Rennes-Toulon. Les dossiers importants sont situés essentiellement dans le Nord-est de la France, où les céréales et les prairies sont très présentes et entrecoupées de forêts. Sur la façade atlantique, le nombre de dossiers est beaucoup moins important : la quasi-exclusivité de l’agriculture et une faible densité des populations de sangliers n’y sont pas étrangères (carte 30 page suivante).

Graphique 5. — Évolution des prélèvements d’ongulés, du cours du blé et des dégâts (Indice base 100 en 1990)

Graphique 5. — Évolution des prélèvements d’ongulés, du cours du blé et des dégâts (Indice base 100 en 1990)

47Il est à noter que si les prélèvements de grand gibier ont été multipliés par 2,5 depuis 1990, les indemnisations de dégâts, dans le même temps, n’ont pas suivi la même tendance et sont même restées dans l’ensemble plutôt stables. Il semblerait que la réforme de la Politique Agricole Commune, dont les orientations ont permis une baisse substantielle du prix des céréales jusqu’en 1994, puis plus modérée ensuite, a été favorable aux chasseurs durant cette décennie. Le monde cynégétique se serait par ailleurs mobilisé en mettant en place des moyens de protection et de dissuasion visant à limiter les dégâts. Ces différentes actions expliqueraient en partie la stabilisation des indemnisations. Cependant, la situation au niveau départemental met en évidence des caractéristiques locales très contrastées. Les indemnisations atteignent parfois des niveaux très élevés et obligent à gérer l’abondance. La cartographie de la répartition du montant des indemnisations de dégâts attribués aux sangliers permet de visualiser trois ensembles (carte 31 p. 156) :

  • Les régions du Nord-est de la France (Lorraine, Vosges et Bassin parisien oriental) sont particulièrement touchées par le problème de dégâts aux cultures. Les départements de la Haute-Marne avec plus de 760 000 euros et de la Côte-d’Or avec plus de
    1 300 000 euros enregistrent les plus importants coûts d’indemnisation.
  • Les régions du Sud de la France, malgré des niveaux de prélèvements élevés laissant penser un niveau élevé des populations de sangliers, sont des espaces moins affectés par les dommages aux cultures. Les Pyrénées-Orientales et la Lozère sont les départements du Languedoc-Roussillon où le montant des indemnisations est le moins élevé (près de 115 000 euros en 1997 pour la Lozère). Le classement par ordre décroissant du montant des indemnisations par département français place le département de l’Hérault en 20e position.
  • Dans l’Ouest, le Massif central et le Nord, peu d’indemnités pour les dégâts aux cultures sont versées, parallèlement à de faibles prélèvements.

Carte 30. — Répartition et montant des dossiers d’indemnisation des dégâts aux cultures en 1997

Carte 30. — Répartition et montant des dossiers d’indemnisation des dégâts aux cultures en 1997

Carte 31. — Indemnisation de dégâts aux cultures attribués aux sangliers

Carte 31. — Indemnisation de dégâts aux cultures attribués aux sangliers

Photo 3. — Intrusion de sangliers dans une parcelle de betteraves. Cliché J.-C. Raynal

Photo 3. — Intrusion de sangliers dans une parcelle de betteraves. Cliché J.-C. Raynal

48La spécialisation agricole mais également l’organisation paysagère, à savoir l’imbrication entre milieux agricoles et milieux forestiers, expliquent en partie ces disparités départementales. Par ailleurs, le type même de culture détruite (coût de production) a des répercussions directes sur le montant des indemnisations.

49La pondération du montant des indemnisations par le nombre de sangliers prélevés permet de caractériser d’importants écarts entre les départements. Globalement, ce rapport est de 15 euros par sanglier prélevé en Languedoc-Roussillon contre plus de 90 euros en Bourgogne. Ceci apparaît clairement avec la cartographie des résidus qui met en évidence les écarts, positifs et négatifs, entre les valeurs observées et les valeurs calculées au moyen d’un modèle (carte 32 page suivante).

50La cartographie des résidus de la relation indemnisation des dégâts/ prélèvements permet de visualiser deux types de situations. D’abord, il est fait cas des départements dont le montant d’indemnisation au vu du nombre de sangliers prélevés est supérieur à celui de la moyenne nationale. Ces départements sont essentiellement localisés dans l’est et au nord de la France. À l’inverse, les départements de l’Ouest (Côtes-d’Armor, Morbihan) mais surtout du Sud de la France (Arc méditerranéen notamment) se trouvent dans une situation opposée, c’est-à-dire qu’au vu du nombre de prélèvements, le montant des indemnisations est bien inférieur à la moyenne nationale. Ainsi, la densité de sangliers présents ne peut, à elle seule, expliquer le montant des dégâts. La compréhension des différences départementales trouve en partie des réponses dans trois types de variations :

  • le niveau de densité des populations de sangliers ;
  • la nature des cultures ;
  • la valeur économique de ces productions.

Carte 32. — Disparités dans l’indemnisation des dégâts de sangliers en France en 1996-1997 : Cartographie des résidus de la relation indemnisation des dégâts/prélèvements de sangliers

Carte 32. — Disparités dans l’indemnisation des dégâts de sangliers en France en 1996-1997 : Cartographie des résidus de la relation indemnisation des dégâts/prélèvements de sangliers

51L’évaluation du risque de dégâts occasionnés aux cultures par les sangliers peut s’appuyer sur un postulat a priori évident reposant sur deux principes. Le premier est caractérisé par une présence indispensable de sangliers, le second par une présence indispensable de cultures susceptibles d’être endommagées par les sangliers. Ainsi, la cartographie des indemnités des dégâts pondérées par la surface agricole utile offre une autre vision de la sensibilité des départements au regard du risque de dégâts sur les cultures (carte 33 page suivante).

52La région Lorraine, où l’utilisation du sol est partagée presque également entre espace forestier et espace agricole, est fortement exposée aux risques de dégâts. Il en est de même pour les départements frontaliers comme le Jura, la Haute-Savoie et la Savoie. La pondération par hectare de surface agricole utile permet de modérer les propos spécifiant que l’espace méditerranéen serait peu enclin aux dégâts de sangliers. En effet, lorsque le montant des indemnisations est ramené à 100 hectares de SAU, le Var et l’Hérault font partie des départements où le rapport est plus élevé. Si, en valeur absolue, ces départements versent finalement des indemnisations modestes comparées aux départements du Nord Est, cela résulte en partie d’une faible superficie agricole mais également de caractéristiques géographiques qui ne peuvent être appréhendées qu’à une échelle plus fine.

53Un essai de synthèse sur la sensibilité face aux problèmes de dégâts de sangliers peut toutefois être mené à l’échelle départementale. Il s’agit en fait de prendre en considération deux types d’informations : l’un vise à appréhender le niveau des populations estimées à partir des prélèvements et l’autre à apprécier l’importance des dégâts aux cultures au travers des montants des indemnisations. Cette analyse multivariée permet de classer les départements français en prenant en compte, finalement, les contextes de gestion.

Carte 33. — Montant des indemnités liées aux dégâts de sangliers pour 100 ha de SAU

Carte 33. — Montant des indemnités liées aux dégâts de sangliers pour 100 ha de SAU

54La cartographie de l’impact spatial du sanglier en France et des contextes de gestion (carte 33 page précédente), portant sur la période 1989-1997, est obtenue à partir des données suivantes :

  • le nombre de sangliers prélevés par département ;
  • la dynamique des prélèvements de sangliers ;
  • les montants des indemnisations des dégâts de sangliers par département ;
  • la dynamique des montants des indemnisations par département.

55Elle permet de mettre en évidence six situations différentes. Les contextes de gestion sont triés selon un gradient allant de situations où les prélèvements et les dégâts atteignent des volumes importants par rapport à la moyenne nationale à des situations où les prélèvements et les dégâts sont très faibles.

Type 1 : Départements aux prélèvements très forts et aux indemnisations de dégâts très élevés

56Il s’agit des départements situés essentiellement dans l’Est de la France déjà mis en évidence lors de la cartographie des résidus de la relation indemnisation des dégâts/prélèvements de sangliers en 1997. Dès 1989, les prélèvements y sont déjà plus élevés que la moyenne nationale. Une forte augmentation est observée de 1989 à 1990. Cet accroissement n’a pas perduré puisque dès 1991, on retrouve le niveau de 1989. De 1991 jusqu’en 1997, les prélèvements ne cessent de progresser régulièrement, mais encore lentement.

Type 2 : Départements à très forts prélèvements et aux montants d’indemnisation faibles par rapport à la moyenne nationale

57Cette classe regroupe les départements à très forts prélèvements, mais aux montants d’indemnisation plus faibles qu’attendu, compte tenu du rapport (prélèvements/dégâts). Ces départements ont connu une dynamique hétérogène de 1989 à 1991, et une augmentation régulière des prélèvements depuis. Ce sont pour l’essentiel les départements languedociens auxquels il faut ajouter le Var et l’Ardèche.

Carte 34. — Impact spatial et contextes de gestion du sanglier en France

Carte 34. — Impact spatial et contextes de gestion du sanglier en France

Type 3 : Départements aux prélèvements forts et dégâts élevés

58Cette classe est caractérisée par des prélèvements forts ou proches de la moyenne nationale. Ces départements sont également concernés par des montants d’indemnisations supérieurs à la moyenne nationale. Il s’agit essentiellement des départements de l’Ouest et du Sud : Alpes, sud du Bassin parisien, sud du Massif central, et des Pyrénées, mais également la Lorraine, la Champagne et les Ardennes.

Type 4 : Départements aux prélèvements et aux montants d’indemnisation de dommages moyens

59Cette classe regroupe les départements où les prélèvements et les dégâts se situent aux environs de la moyenne nationale. Localement, les prélèvements et les dégâts peuvent être faibles. La croissance des prélèvements s’est faite en deux temps : à partir de 1991 puis à partir de 1995. Ces départements se situent sur une diagonale Limousin/Jura. La Normandie, la Provence et ainsi que le Midi toulousain peuvent être associés à ce groupe.

Type 5 : Départements isolés à forte dynamique des prélèvements avec des montants d’indemnisation faibles

60Deux départements sont regroupés dans cette classe, il s’agit du Finistère et de la Creuse. La dynamique y a été continue et toujours croissante durant cette dernière décennie. Si le montant global des indemnisations de dégâts est faible, le coût moyen des dégâts par sanglier prélevé est néanmoins très fort compte tenu du niveau très faible des prélèvements.

Type 6 : Départements aux prélèvements et aux montants des indemnités faibles

61Ce dernier type caractérise essentiellement les départements de l’Ouest et du Nord de la France et une partie du Massif central. Même si la dynamique a été continue et toujours croissante durant cette dernière décennie, la pointe de la Bretagne appartient également à cette classe. Néanmoins, elle présente des particularités qui lui sont propres, liées notamment un niveau de densité faible des populations.

62Ce type d’analyse permet une première approche de l’impact spatial du sanglier en France et des contextes de gestion auxquels sont confrontés les gestionnaires de la faune sauvage. Toutefois, l’analyse des données brutes comme le nombre de sangliers prélevés ou le montant des indemnisations de dégâts versées ne permettent pas, à l’échelle départementale, d’intervenir à bon escient face au risque de dégâts. Le contexte géographique, socio-économique, et l’environnement des parcelles doivent être pris en considération afin d’être en mesure de proposer des schémas départementaux de gestion prenant réellement en compte le risque de dégâts. Rappelons que la gestion d’une espèce comme le sanglier ne peut être envisagée que sur des unités suffisamment vastes, généralement supérieures à 20 000 hectares. À titre d’exemple, une analyse sera focalisée sur le département de l’Hérault car ce dernier traduit parfaitement la situation du sanglier sur l’arc méditerranéen et ses marges. L’abandon d’une partie du vignoble et de certains parcours, depuis plus de deux décennies, a abouti à des transformations territoriales manifestes. Ces mutations semblent être très favorables aux populations de sangliers. Les prélèvements ont nettement augmenté depuis 1988. Dans le même temps, les dommages aux cultures agricoles causés par les sangliers sont régulièrement soulignés et les montants des indemnisations de dégâts ont fortement progressé.

3 Le risque de dégâts de sanglier en milieu méditerranéen : l’exemple du département de l’Hérault

63En région méditerranéenne et sur ses pourtours, dans les zones peu productives, le nombre d’exploitations a fortement diminué, ce qui a contribué à produire un paysage où dominent d’immenses surfaces de « sylva-saltus ».

64Ces dernières englobent ou jouxtent des parcelles cultivées dont la valeur ajoutée est parfois élevée. Dans le même temps, le nombre de sangliers prélevés a connu une forte progression depuis vingt ans dans l’Hérault et plus largement en milieu méditerranéen. Le montant des dégâts occasionnés aux cultures par les sangliers a tant progressé qu’il suscite l’inquiétude de certains agriculteurs mais également des instances cynégétiques chargées de leur indemnisation. Les sommes versées atteignent un niveau parfois élevé dans ce département. De plus, ces dommages à répétition deviennent pour certains agriculteurs insupportables. En effet, les indemnités versées sont passées de 155 000 euros en 1988 à plus 230 000 euros en 2000, tout en connaissant un certain nombre de fluctuations. Dans l’Hérault, comme au niveau national, l’année 1998 restera une année à forte indemnisation (plus de 350 000 euros) (graphique 6).

Graphique 6. — Évolution des prélèvements de sangliers dans l’Hérault et montant annuel d’indemnisations des dégâts aux cultures

Graphique 6. — Évolution des prélèvements de sangliers dans l’Hérault et montant annuel d’indemnisations des dégâts aux cultures

65Il est donc important de comprendre la répartition et l’évolution des dégâts afin de définir un niveau de sensibilité des communes face à ce risque de dommage. Une fois encore, il convient de caractériser des types d’occupation du sol mais également de tenir compte des pratiques cynégétiques. Le but est d’essayer de spatialiser les zones à risque.

66Comme cela a été évoqué au niveau national, l’évaluation du risque de dégâts occasionnés aux cultures par les sangliers repose sur deux principes a priori évidents. Ces principes sont d’une part la présence indispensable de sangliers, et d’autre part la présence indispensable de cultures à risque. Dans le département de l’Hérault, les dégâts indemnisés depuis 18 ans ont concerné, par ordre décroissant d’importance du montant des dommages, la vigne, les céréales, les prairies, le maïs, l’arboriculture, le maraîchage, les pois, le tournesol, le sorgho et le colza.

67L’approche cartographique par unités de gestion (carte 35 page suivante) indique clairement que le nord du département est plus concerné par le problème de dégâts de sangliers. Cette échelle d’analyse révèle également d’importantes disparités spatiales face aux problèmes des dégâts, ces derniers, très localisés, touchent très durement un nombre limité de communes. Ainsi, pour la seule année 2000, le montant des indemnisations de dégâts attribués aux sangliers était de plus de 223000 euros. Les communes d’Olargues, Lodève, Salvetat-sur-Agout figurent parmi les communes les plus exposées, le montant des indemnisations est supérieur à 10 000 euros par commune. Le montant total des indemnisations est donc très dépendant de la nature de la culture, de son environnement mais également des moyens de prévention mis en œuvre.

68Ceci nous amène à nous interroger sur le rôle que peut jouer la part des cultures à risques sur le montant total des indemnisations. Il s’agira alors d’essayer de prendre en compte les disparités spatiales au niveau du département de l’Hérault et notamment les phénomènes de continuité et de discontinuité de l’occupation du sol.

69La méthodologie mise en œuvre repose sur une approche cartographique et statistique. Dans un premier temps, des cartes communales du niveau d’indemnisation seront réalisées en fonction de la nature des cultures endommagées (vigne, céréales et maïs, prairies et autres types de dégâts). Pour chacune de ces cartes, un niveau d’indemnisation est calculé à partir d’une moyenne d’indemnisation versée sur une période de 12 années (1988 à 2000). Les classes ont été établies en utilisant la méthode de discrétisation par quantile, obtenant ainsi une cartographie du niveau d’indemnisation : important ; moyen ; faible à nul.

70Dans un second temps, une typologie permettra de constituer des classes homogènes en fonction de trois critères : type d’occupation du sol, niveau de prélèvement et montant d’indemnisation de dommage aux cultures.

Carte 35. — Répartition des indemnisations par type de dégâts dans l’Hérault en 2000

Carte 35. — Répartition des indemnisations par type de dégâts dans l’Hérault en 2000

3.1 Répartition et principaux types de dégâts de sangliers dans l’Hérault

71Dans l’Hérault, le sanglier est responsable d’un bon nombre de dommages. Il est d’ailleurs le gibier qui cause le plus de dégâts aux cultures. La vigne est la culture la plus touchée en termes d’économie avec plus 50 % des indemnisations attribuées (carte 36), ce qui se traduisait en 2000 par un montant d’indemnisation proche des 120 000 euros. Les indemnisations de dégâts sur le vignoble se localisent principalement dans l’arrière-pays héraultais et notamment dans le Haut Lodévois et dans les environs de Fraïsse-sur-Agout. Plus de 10 000 euros ont été versés à la commune de Mons la Trivalle. La plaine viticole est dans son ensemble peu touchée par le problème de dégâts. Quelques communes comme Frontignan, Marseillan, Agde et Montagnac aux appellations bien connues subissent des dommages qui restent, somme toute, modestes.

Carte 36. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur le vignoble dans l’Hérault

Carte 36. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur le vignoble dans l’Hérault

72Le raisin n’est pas le seul fruit apprécié par les sangliers. Le montant des dégâts sur céréales et maïs s’élevait pour la même année à près de 72 000 euros, soit près de 30 % des indemnités. Très localisées, elles sont situées pour l’essentiel au nord et au nord-ouest du département, en limite de l’Aveyron et du Tarn. Deux entités distinctes sont observables (carte 37 page ci-contre). La première comprend les communes de Ceilhes-et-Rocozels, Roqueredonde, Avène. Les dégâts dans ce secteur sont importants. Ainsi, pour la seule commune d’Avène, l’indemnisation annuelle en 2000 sur céréales et maïs était légèrement inférieure à 5 000 euros. La seconde entité rassemble les communes de la Salvetat-sur-Agout, Fraïsse-sur-Agout, Le Soulié et Courniou. Pour ces quatre communes, le montant des indemnisations atteignait plus de 7 000 euros, soit près de 12 % des indemnisations départementales annuelles. Quelques communes isolées comme Assas ou Cazouls-les-Béziers font l’objet d’indemnisations importantes sur céréales.

Carte 37. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur céréales dans l’Hérault en 2000

Carte 37. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur céréales dans l’Hérault en 2000
  • 7 Trace dans le sol faite avec le boutoir du sanglier.

73Selon le recensement général agricole de 2000, la superficie de prairies était estimée 100 000 ha pour le département. Les indemnisations de dégâts sur prairies représentent près de 15 % du montant total. Généralement très circonscrits, ces dégâts (carte 38 page suivante) concernent essentiellement le Nord-Ouest du département. Les communes de la Salvetat-sur-Agout, Fraïsse-sur-Agout, le Soulié, et Cambon-et-Salvergues sont à nouveau confrontées à l’intrusion de sangliers sur le territoire agricole. En effet, les prairies même isolées sont régulièrement visitées par des sangliers recherchant vers et tubercules. Ils endommagent, par de nombreux boutis7, prairies et parcours destinés à l’élevage bovin et ovin.

74Enfin, beaucoup plus limités et extrêmement localisés, d’autres dégâts sont également à mettre sur le compte du sanglier, il s’agit essentiellement de dommages en arboriculture, maraîchage, et culture d’oléagineux. Ces dommages font l’objet d’indemnisations évaluées à près de 10 000 euros pour l’année 2000, soit près de 5 % du montant total des indemnisations.

75L’approche exploratoire et descriptive des différents types de dégâts dans l’Hérault peut être complétée et synthétisée par l’élaboration d’une typologie à l’échelle communale. Les variables retenues dans le cadre de cette analyse multivariée sont les prélèvements de sangliers, les montants des indemnisations de dégâts fournies par la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Hérault et la superficie des cultures à risques, susceptibles d’être endommagées par les sangliers. Ces données concernent l’année 2000, elles sont issues du Recensement Général Agricole.

76Cette analyse a permis de regrouper en quatre types les communes héraultaises en fonction des dégâts causés par le sanglier (carte 39 p. 172). Les communes pour lesquelles nous ne disposions pas d’informations sur les prélèvements ou n’ayant pas de cultures présentant des risques de dommages ont été exclues de l’analyse : il s’agit de communes situées dans la plaine viticole. Dans cette zone, les prélèvements sont mal connus, la superficie des cultures à risques est élevée mais le montant d’indemnisation des dégâts est faible, voire nul. En effet, le vignoble occupe la quasi-totalité de la superficie communale, les formations boisées y sont quasiment absentes.

Carte 38. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur prairies dans l’Hérault en 2000

Carte 38. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur prairies dans l’Hérault en 2000
  • ‣ Le premier type rassemble des communes de grandes superficies où les prélèvements sont très inférieurs à la moyenne générale, avec moins quarante sangliers prélevés par commune chassée. Les cultures à risques représentent une part très importante de la surface communale, ceci pouvant représenter parfois plus de trois mille hectares. Les terres agricoles en place sont pour l’essentiel des prairies ou des parcours. Les formations boisées sont loin d’être absentes dans ces communes. Les dégâts se situent autour des cent cinquante euros par commune, ce qui reste proche de la moyenne départementale. Ils sont essentiellement caractérisés par des indemnisations portant sur les céréales : blé, orge voire maïs. Néanmoins, ce dernier reste peu cultivé dans l’Hérault. Des dégâts sur le vignoble sont également recensés.
  • ‣ Le deuxième type regroupe des communes où le niveau de prélèvement est proche de la moyenne générale, à savoir 70 sangliers prélevés par commune. Les indemnisations communales sont, somme toute, plus modestes (inférieur à 350 euros). Ces communes sont essentiellement viticoles. La surface des cultures à risques ainsi que le montant des indemnisations sont très inférieurs à la moyenne générale. La forêt et la garrigue sont très éparses. Les superficies de ces dernières sont inférieures à la moyenne générale du département.
  • ‣ Le troisième type réunit des communes où les prélèvements sont supérieurs à la moyenne générale. Pour bon nombre de communes, les prélèvements dépassent les cent sangliers déclarés. Les surfaces de cultures susceptibles d’être détruites par les sangliers se situent à une valeur proche de la moyenne générale. Pour autant, le montant des indemnisations est très supérieur à la moyenne générale. En effet, il est de plus de 4 500 euros en moyenne. Il faut dire que ces communes sont bien pourvues en sangliers. Les milieux forestiers et para-forestiers occupent l’essentiel du territoire communal. Ils représentent en moyenne plus de deux mille hectares. La superficie agricole utile représente moins de six cent hectares en moyenne. Le vignoble occupe moins de quatre-vingt-dix hectares mais il est régulièrement visité par les sangliers. Les parcelles agricoles sont souvent entourées de massifs forestiers composés pour l’essentiel de forêts de chênes ou de garrigue. Aussi, les sangliers viennent volontiers compléter leur ration alimentaire dans les parcelles de vigne, de céréales ou de prairie.
  • ‣ Enfin, le quatrième type regroupe des communes où les prélèvements communaux réalisés sont les plus importants du département. Ils frôlaient en 2000 les 300 sangliers prélevés par commune. Le record était observé sur la commune de Riols avec plus de 500 sangliers prélevés. Le montant des indemnisations de dégâts et la superficie des cultures à risques sont supérieurs à la moyenne. Ces communes sont de grande superficie et sont occupées en quasi-totalité par la forêt méditerranéenne. Cette dernière couvre parfois plus de 3 000 hectares. Là encore, ce qui caractérise ces communes au regard de l’indemnisation, ce sont les dommages sur les prairies et les céréales. Le vignoble n’en est pas pour autant totalement épargné.

Carte 39. — Typologie de la répartition des dégâts dans l’Hérault en 2000

Carte 39. — Typologie de la répartition des dégâts dans l’Hérault en 2000

77Cette typologie nous montre que la relation entre le nombre de sangliers prélevés et le montant des indemnisations versées n’est pas toujours de mise, du fait de particularités communales. Par ailleurs, d’autres facteurs que celui de la superficie de culture à risque interviennent dans l’explication du montant des indemnisations. Aussi, pour tenter de mieux comprendre la répartition et la spatialisation des dégâts, le passage de l’échelle communale à l’échelle de grandes unités naturelles nous a semblé pertinent. En effet, l’analyse par grandes entités permet de mettre en évidence certaines caractéristiques dominantes et d’étudier leurs rôles en tant que facteurs explicatifs. Ainsi, la structure de l’occupation du sol sera prise en compte dans les répartitions des dégâts afin d’étudier d’éventuelles relations.

3.2 Des territoires inégalement soumis au risque de dégâts

  • 8 Maillard D., Roca L., Melac O., (1999) op. cit., pp. 4-11.

78La présence de sangliers et de cultures à risques ne permet pas à elle seule d’expliquer le niveau du montant des dégâts. Il semble que l’organisation et la structuration paysagère jouent un rôle déterminant. Prendre en compte l’influence du paysage dans le niveau des indemnisations nécessite de travailler sur des entités suffisamment vastes. La délimitation de ces entités repose sur l’agrégation d’unités de gestion cynégétiques définies par Maillard et al., (19998). Ces unités, qui se veulent homogènes, ont été obtenues en prenant en compte des paramètres écologiques (sol, végétation, climat, types de boisement), agricoles (types de culture) et cynégétiques (modes de chasse, niveau de prélèvement). Le montant des indemnisations ainsi que le type de cultures indemnisées, a également été intégré dans l’analyse. Au final, ce sont trois grandes « régions naturelles » qui ont été mises en évidence dans le département de l’Hérault. Ces trois grandes régions ont été par la suite intersectées avec la couche occupation du sol de Corine Land Cover, afin de calculer un indicateur de morcellement par grande « région naturelle ». Par ailleurs, des calculs de distance des cultures à risques aux forêts permettent d’obtenir des informations sur l’environnement de ces parcelles.

79Trois grands ensembles paysagers sont donc à différencier compte tenu du niveau des indemnisations de dégâts versées.

La plaine viticole, un espace finalement peu enclin aux dégâts de sangliers Ce territoire est soumis à une urbanisation galopante. Il s’agit d’un espace convoité par de nombreux projets (ligne TGV, autoroutes, espace résidentiel, etc.). Les terres peu exploitées représentent effectivement une réserve foncière intéressante, très prisée des constructeurs et des aménageurs. L’habitat des sangliers en diminue d’autant, même si ces derniers n’hésitent pas à faire des intrusions au cœur même des cités. Dans cet espace, l’occupation du sol est dominée par la viticulture. Toutefois, les céréales ou quelques vergers viennent parfois s’intercaler entre de grandes étendues de vignes peu morcelées.

Carte 40. — Indicateur de morcellement des entités forestières et prélèvements de sangliers dans l’Hérault en 1997

Carte 40. — Indicateur de morcellement des entités forestières et prélèvements de sangliers dans l’Hérault en 1997
  • 9 Chabal L., 1997. Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithiques final, Antiquité tardive). (...)

80Les formations boisées sont peu présentes et sont très morcelées. D’après le Floc’h et al., 1973 in Chabal, 1997,9 ce sont le frêne oxyphylle et l’orme champêtre qui s’étendraient si les activités humaines actuelles n’empêchaient pas leur extension. En effet, actuellement la basse plaine, où l’altitude est comprise entre 5 et 25 mètres, reste largement vouée à la viticulture. Si le raisin est très apprécié des sangliers, il est ici peu endommagé. La part des indemnisations versées pour cette région naturelle représente moins de 2 % du montant total. Il n’y a d’ailleurs aucune corrélation linéaire entre le montant des indemnisations sur la vigne et la superficie plantée de vignoble. De même, il n’y a pas de corrélation significative entre le montant des indemnisations et le nombre de sangliers prélevés. Il faut cependant souligner que le nombre de sangliers prélevés dans cette zone reste relativement faible puisqu’il était, en 2000, de 0,52 sanglier par km2. D’autre part, la corrélation entre superficie boisée et prélèvements de sangliers est très forte.

  • 10 r calculé = 0,54 ; degré de liberté = 81 ; α = 0.02

La garrigue et les Avants-Monts : un espace prédisposé aux dégâts de sangliers La « garrigue » est associée à un type de végétation comme cela a déjà été évoqué au chapitre 2 p. 57. Les espèces ligneuses sont imbriquées dans des boisements lâches constitués essentiellement de chêne verts et chêne kermès ; le pin d’Alep se mêle parfois à ces formations boisées. Les « Avants-Monts » sont pour l’essentiel occupés par de la garrigue moins éparse qui, cette fois, revêt une forme différente en fonction de l’altitude qui varie de 25 à 800 mètres. Le chêne vert constitue des taillis voire plus rarement des futaies. Sur les parties de l’ubac, ou plus haut en altitude, il est possible de trouver du chêne pubescent lorsque les sols sont plus acides. Ce type d’habitat est providentiel pour les populations de sangliers. Ces derniers trouvent des zones impénétrables, garantes d’une certaine sécurité et d’une nourriture importante, constituée en grande partie par les glands des chênes. La corrélation entre superficie boisée et nombre de sangliers prélevés est ici significative10. Par ailleurs, ce terroir convient tout à fait à la viticulture. Certains vins bénéficient même d’Appellation d’Origine Contrôlée. Les dégâts sur le vignoble n’ont pas besoin de concerner des surfaces importantes pour atteindre des sommes élevées. Les montants des indemnisations représentent 30 % des indemnisations versées dans le département. Une fois encore, il n’existe pas de corrélation significative entre surface de vignes et montant des indemnités affectées au vignoble. En revanche, la vulnérabilité des parcelles de vignoble augmente considérablement avec le morcellement et l’enclavement (carte 41).

Carte 41. — Indicateur de morcellement des entités viticoles et montant des indemnisations de dégâts sur le vignoble dans l’Hérault

Carte 41. — Indicateur de morcellement des entités viticoles et montant des indemnisations de dégâts sur le vignoble dans l’Hérault

81Ce morcellement rend par ailleurs les systèmes de protection (clôtures) plus difficiles à mettre en œuvre. Le risque est d’autant plus fort que les populations de sangliers sont bien implantées dans cette unité. La densité de sangliers prélevés par km2 atteignait 2,8 animaux en 2000.

Les Monts et les Causses : des unités naturelles lourdement touchées par les dégâts. Très peu urbanisés, les Monts notamment ceux du Sommail-Espinouse et de la bordure de Lacaune sont occupés pour l’essentiel par des terres agricoles et des formations boisées. La forêt est présente sous différentes formes. On la retrouve en taillis, futaies ou mélange taillis et futaies. Ainsi, des futaies de hêtres y sont bien implantées, l’étage montagnard, entre 800 et 1 100 mètres, lui convenant tout à fait. Il en est de même pour les résineux, Douglas ou pins d’Orégon issus de plantation. La partie Causse dans l’Hérault est également loin d’être dépourvue de forêt. On y retrouve à peu près la même superficie de forêts que dans les Monts (10 %). Les boisements sont lâches, entrecoupés d’étendues de type landes ou parcours. Le chêne pubescent et le chêne vert constituent l’essentiel des taillis. Comme dans les Monts, des plantations de résineux ont été réalisées dans les sols les plus profonds à la fin du xixe siècle. Les cultures céréalières et les pâturages participent à la conduite d’élevages ovins et bovins. Cette unité est la plus concernée par la problématique des dommages aux cultures et ce malgré des prélèvements importants. En effet, 45 % des prélèvements de sangliers dans l’Hérault sont réalisés dans cette unité naturelle. La corrélation entre le montant des indemnités versées et les prélèvements de sangliers est significative.

82Si les montants des indemnisations restent dépendants de la nature des cultures, la structuration paysagère est un facteur de risque à prendre en considération. Le montant des dégâts varie en fonction du morcellement des cultures.

Source : Corine Land Cover, 1997

Tableau 9. — Caractérisation des entités de terres arables et des zones agricoles hétérogènes en fonction de leur nombre et de leur superficie

Tableau 9. — Caractérisation des entités de terres arables et des zones agricoles hétérogènes en fonction de leur nombre et de leur superficie

Source : Corine Land Cover, 1997

Tableau 10. — Caractérisation des entités de vignes et vergers en fonction de leur nombre et de leur superficie

Tableau 10. — Caractérisation des entités de vignes et vergers en fonction de leur nombre et de leur superficie

Source : Corine Land Cover, 1997

Tableau 11. — Caractérisation des d’entités de prairies en fonction de leur nombre et de leur superficie

Tableau 11. — Caractérisation des d’entités de prairies en fonction de leur nombre et de leur superficie

Source : Corine Land Cover, 1997

83La proximité de l’environnement forestier autour des cultures à risques représente un facteur de risque de première importance. En effet, les milieux forestiers et para-forestiers offrent souvent aux sangliers des lieux de sécurité et de tranquillité. La présence des remises à proximité des cultures augmente de façon significative le risque de dégâts qui est d’autant plus fort que l’enclavement du vignoble par rapport à la forêt rend la protection particulièrement difficile.

84Dans une approche exploratoire, une carte de la vulnérabilité du vignoble est ici proposée (carte 42 page suivante). Son élaboration s’appuie sur la proximité des zones boisées en périphérie des zones viticoles et sur le niveau d’indemnisation. L’analyse spatiale permet de connaître l’environnement immédiat, constitué par les parcelles de vigne situées à moins d’un kilomètre de formations forestières ou para-forestières. L’importance des dégâts dans le département est estimée par la moyenne des indemnisations versées entre 1988 et 2000.

85Il apparaît très clairement que les zones viticoles circonscrites ou bordées par des formations forestières ou para-forestières sont très exposées au risque de dégâts par les sangliers. À l’inverse, le risque de dommage est faible lorsque la région est composée essentiellement par de la monoculture de type viticole et que par ailleurs les formations boisées sont quasi absentes ou très morcelées. Une parcelle entourée de massifs forestiers s’avère plus exposée au risque de dégâts que la même culture située dans un espace de monoculture (plaine viticole, les grandes cultures céréalières, etc.).

86Rappelons qu’en terme méthodologique, cette analyse menée à l’échelle départementale s’appuie en grande partie sur la nomenclature d’occupation du territoire du programme Corine Land Cover. Or, cette description reste mal adaptée pour une approche fine de la répartition des dégâts. En effet, comme nous l’avons déjà dit, la superficie minimale cartographiée est de 25 ha ; ce seuil reste trop imprécis pour saisir pleinement l’environnement des parcelles à risque. L’analyse à très grande échelle semble plus appropriée pour répondre à ce type de problématique. Une approche parcellaire couplée avec des ortho-photographies exploitables entre le 1 000e et le 10 000e serait d’un intérêt certain.

87Toutefois, la problématique des dégâts ne peut être abordée uniquement d’un point de vue technique ou éthologique. La prise en compte de l’évolution de la société et notamment le refus de tout risque soulève de nombreuses questions. Il s’agit alors de trouver le niveau acceptable de ces aléas afin qu’ils soient tolérés par les citoyens. L’étude des facteurs environnementaux, humains et politiques sont également des facteurs importants dans la gestion du problème des dégâts. Ces facteurs ne sont, pour l’essentiel, perceptibles qu’à une échelle locale à micro-locale.

Carte 42. — Vulnérabilité des zones viticoles vis-à-vis du risque de dommage commis par les sangliers dans l’Hérault en 2000

Carte 42. — Vulnérabilité des zones viticoles vis-à-vis du risque de dommage commis par les sangliers dans l’Hérault en 2000
  • 11 Ce barème est fixé annuellement par une commission présidée par le préfet ou son représent (...)

88Les facteurs naturels comme la pente et l’exposition sont des éléments qui participent à la sélection des habitats de sangliers. Les conditions climatiques et météorologiques concourent à des fluctuations du montant des indemnisations et ce, de différentes manières. Il peut s’agir d’effets directs sur les végétaux et notamment sur la fructification d’arbres comme les chênes ou les hêtres. Une bonne glandée a différentes conséquences. Tout d’abord, les animaux disposent d’un apport nutritionnel en forêt pendant une période plus importante. Ceci peut les encourager à y rester et à ne pas faire d’intrusion dans les zones agricoles. Par ailleurs, la consommation de glands a un effet direct sur la reproduction des sangliers. Les années de bonne glandée sont généralement suivies d’un accroissement du nombre de naissances et d’une diminution des pertes sur la population juvénile. Si les conditions météorologiques ont des effets sur la fructification des arbres, elles ont également un effet sur les cultures agricoles. De mauvaises conditions météorologiques peuvent anéantir ou réduire les rendements, entraînant par là même une hausse du prix unitaire des denrées, ce qui a des répercussions sur le barème d’indemnisation11.

Photo 4. — Zone particulièrement sensible aux dégâts de sangliers compte tenu du morcellement des cultures. Cliché G. Valet

Photo 4. — Zone particulièrement sensible aux dégâts de sangliers compte tenu du morcellement des cultures. Cliché G. Valet

89Les mauvaises conditions climatiques en fin de saison de chasse amènent parfois les animaux à se rassembler dans des secteurs abrités et moins enclins aux intempéries. Ceci peut générer localement des surdensités. Les cultures à proximité se trouvent alors particulièrement exposées à l’intrusion des sangliers.

  • 12 Spitz F., Lek S., Dimopoulos I., (1996). « Neural network models to predict penetraction o (...)

90Ainsi, un certain nombre de facteurs environnementaux (proximité avec un massif forestier, présence de zones humides, proximité de routes, lieux d’habitations à proximité de cultures, etc.) sont autant de facteurs de risque. Ces facteurs ont été étudiés par SPITZ et al. (199412). Ils ont pu, grâce à l’utilisation de réseaux de neurones, modéliser la fréquence des visites par les sangliers dans une parcelle donnée et estimer le risque d’une parcelle d’être visitée pendant une semaine donnée.

  • 13 Politique Agricole Commune.

91Les politiques publiques ont également des répercussions sur le montant des indemnités versées. Le cas du maïs en est un parfait exemple. Le montant de l’indemnisation de dégâts sur du maïs semence n’est aucunement comparable avec des dégâts sur maïs fourrager. Dans le cadre de la PAC13, certaines communes sont autorisées à produire du maïs semence. Dès lors, les dégâts subis dans ces parcelles entraînent implicitement des coûts d’indemnisation particulièrement élevés. Ces autorisations à produire sont limitées dans le temps, la fin de ces contrats se traduit par une baisse du montant des indemnités versées. Les politiques agricoles et les rotations des cultures affectent directement les coûts d’indemnisation.

92En matière de prévention et de protection contre les dégâts de gibier, les Fédérations départementales, voire la Fédération Nationale des Chasseurs peuvent jouer un rôle politique particulièrement important. En effet, elles ont les moyens d’orienter, de guider et d’encourager les sociétés de chasse à entreprendre des actions pour lutter contre les dégâts de grand gibier. À titre d’exemple, certaines Fédérations, comme celle de l’Aveyron, mettent à disposition des agriculteurs une partie du matériel de protection (clôtures électriques, répulsifs, maïs) ou le propose à des prix subventionnés.

  • 14 Vassant J., Jullien J.-M., Brandt S., (1987). « Réduction des dégâts de sangliers sur blé (...)

93L’agrainage est fréquemment incité par les Fédérations des chasseurs. Cette technique vise à distribuer du maïs en forêt afin de dissuader les sangliers d’aller chercher de la nourriture dans les zones cultivées. Pour Vassant J. et al., 198714, cela permettrait de diminuer de 70 % les dégâts sur céréales en lait si 1 kg de maïs par jour est distribué aux sangliers durant la période critique.

  • 15 Ces dates sont fixées par le préfet après avoir entendu l’avis de la commission départemen (...)

94Toutes les méthodes de prévention ou de protection, pour être réellement efficaces, doivent être pensées à l’échelle d’unité de gestion. Aussi, il est recommandé de créer des associations de protection des cultures pour coordonner les actions de prévention qui dépassent largement le cadre communal. Par ailleurs, le coût de la dissuasion et de la protection est souvent élevé. Ce coût est parfois équivalent aux montants des dégâts économisés mais cet effort consenti par les chasseurs représente un intérêt psychologique non discutable pour les agriculteurs. Lorsque les méthodes de prévention sont insuffisantes ou ne donnent pas entière satisfaction, des actions directes sur les populations de sangliers peuvent être entreprises. On peut citer, par exemple, le tir d’animaux de nuit par des personnes habilitées à cet effet sur les zones à risque ou l’organisation de battues administratives. Ces battues peuvent avoir lieu toute l’année. C’est le préfet qui décide des secteurs où les actions doivent être menées. Il est en mesure également de prolonger ou de limiter les périodes de chasse15. Aussi, assiste-t-on à des ouvertures anticipées (début août par exemple) ou à des fermetures retardées (fin février, début mars). Rappelons toutefois, que ces « prélèvements exceptionnels » représentent moins de 10 % du prélèvement total. Ce sont donc les équipes de chasseurs de sangliers qui assurent l’essentiel des prélèvements et par là même, la principale régulation de cette espèce. L’efficacité des équipes au niveau local est un des facteurs qui contribue à une maîtrise du montant des dégâts. Pour cela, ces dernières doivent avoir un impact significatif sur la densité des populations de sangliers et ne pas pratiquer des lâchers d’animaux.

95De plus, l’implication des équipes de chasseurs de sangliers dans la prévention des dégâts, la bonne entente avec les équipes voisines sont autant de facteurs qui permettent d’optimiser les actions de gestion des populations de sangliers.

96Enfin, les estimateurs de dégâts de gibier ont une responsabilité importante, d’autant que certains dégâts sont difficilement mesurables. C’est notamment le cas lorsque les dégâts sont indirects. La détérioration d’une prairie peut entraîner par exemple la casse de matériel ou engendrer des pertes de temps à la récolte dont les conséquences peuvent être graves en cas d’intempéries par exemple. La qualité des experts peut influencer le résultat des expertises. Des protocoles limitant au maximum les risques d’erreurs d’interprétation sont donc à rechercher. Le traitement et l’analyse de photographies aériennes prises à une distance proche du sol pourraient être une des solutions pour estimer les dégâts sur plusieurs dizaines d’hectares de maïs, de céréales ou de prairies dans un temps réduit.

Conclusion

97L’examen des données sur la répartition des prélèvements de populations de sangliers ainsi que celles relatives aux transformations territoriales indiquent qu’il existe bien des relations entre les deux processus. Malgré les problèmes liés à la méthode et aux biais inhérents à la nature et la fiabilité des données, les analyses statistiques et les croisements typologiques renforcent l’idée selon laquelle le territoire intervient nettement dans les dynamiques des populations animales. Bien évidemment, les facteurs de cette croissance sont multiples. Qu’ils soient endogènes à l’espèce, politiques ou juridiques, ils s’associent très souvent à des facteurs environnementaux et territoriaux, qui parfois semblent bien plus discriminants que les actions d’aménagement cynégétique dans l’explication de l’accroissement des populations d’ongulés.

98Les mutations territoriales, résultats de pratiques humaines complexes, ont transformé les habitats en les rendant soit plus hospitaliers, dans les espaces fortement soumis à la progression forestière et en partie délaissés par une agriculture résiduelle, soit inhospitaliers dans les régions marquées par un système agricole intensif. Cette situation de déséquilibre, à l’origine de la réorganisation de la population animale, remet en cause certains équilibres écologiques. Les conséquences sont multiples et complexes. De plus, les répercussions sont perceptibles dans de nombreux domaines (sociologiques, économiques, institutionnels, etc.) et cet accroissement des populations animales ne va pas sans poser des problèmes socio-spatiaux que ce soit en termes de sécurité routière, de risques sanitaires ou encore de dégâts aux cultures. Ainsi, le risque de collisions entre automobilistes et sangliers ne cesse de croître sous l’effet conjugué de l’augmentation des populations mais également du trafic routier.

99Le sanglier peut également être un réservoir de maladies pour l’homme et les animaux. Toutefois, les transmissions et les risques pour l’homme restent actuellement relativement limités. En revanche, de nombreuses maladies (tuberculose, brucellose, maladie d’Aujeszky, la peste porcine classique, etc.) sont communes et transmissibles entre le porc et le sanglier. Aussi, de nombreux éleveurs de porcs perçoivent le sanglier comme un vecteur de risque pour leur élevage, dont les conséquences sanitaires et économiques peuvent être lourdes (abattage du cheptel, perte de certains marchés, etc.).

100Actuellement, c’est sur les cultures agricoles que l’on peut le mieux mesurer l’impact économique des populations de sangliers. En effet, les chasseurs par le biais de différentes cotisations alimentent des fonds servant à payer des actions de prévention et d’indemnisation de dégâts de gibier. La loi d’indemnisation des dégâts de gibier a mis un terme « au droit d’affût » instauré à la Révolution française. Depuis, les populations ont considérablement augmenté. Parallèlement, les indemnisations de dégâts de sangliers ont presque doublé en 10 ans. En France, les dégâts aux cultures sont essentiellement le fait de deux espèces, les sangliers et les cervidés. Toutefois, près de 80 % du montant total des indemnisations serait le fait des sangliers. Les céréales (blés et maïs) sont les cultures les plus touchées, viennent ensuite les prairies et le vignoble. Cependant, les situations mettent en évidence des caractéristiques locales très contrastées. Les régions du Sud de la France, au vu du nombre d’animaux prélevés ont des coûts d’indemnisation moindres, comparés à la moyenne nationale. Les départements du Nord Est restent les plus affectés.

101Le montant des indemnisations versées est essentiellement dû à la conjugaison de trois facteurs que sont le niveau de densité des populations de sangliers, la nature des cultures, et la valeur économique des productions. Toutefois, ces facteurs restent insuffisants pour une prise en compte efficace du risque de dégâts. Le contexte géographique, socio-économique et l’environnement des parcelles doivent être pris en considération dans le cadre d’une politique de gestion du risque. L’analyse de la répartition ainsi que de la superficie de l’occupation du sol sont donc des éléments importants à étudier, auxquels, il faut rajouter les facteurs humains, politiques, environnementaux. À titre d’exemple, les parcelles de vigne circonscrites par de la forêt ou des formations boisées sont nettement plus exposées aux risques de dégâts que les parcelles conduites en monoculture. De plus, la vulnérabilité des parcelles agricoles augmente considérablement avec le morcellement et l’enclavement.

102L’organisation et la volonté des acteurs locaux sont autant d’éléments qui participent à la maîtrise des dégâts de gibier. Les bonnes relations agriculteurs / chasseurs sont en cela primordiales. Les équipes de chasseurs en fonction de leur efficacité à réguler et à gérer les populations de sangliers contribuent à cet effort.

103Si les populations de sangliers peuvent entraîner dans certains cas des risques soit pour d’autres espèces animales soit pour l’homme et générer des externalités négatives (dommages aux cultures, coût inhérents aux collisions, etc.), ces populations font toutefois partie intégrante du patrimoine commun et constituent une ressource exploitable dont la valeur ne peut être réduite à la seule dimension monétaire. En effet, il existe différentes formes d’usage de la faune autres que la chasse. L’observation de la nature, le tourisme sont autant de valeurs positives. La mesure de la valeur d’une espèce sauvage n’est pas chose aisée. Différentes méthodes existent, il s’agit généralement d’indicateurs physiques (nombre d’observations, etc.) ou encore des études basées sur le consentement à payer. Mais ces méthodes sont souvent contestées. Aussi, nous nous limiterons à une approche économique, basée sur la mesure de flux monétaires consacrés à la pratique de la chasse.

104La situation nécessite aujourd’hui une réflexion sur les modes d’interférence entre certaines pratiques humaines et la modification des écosystèmes. Des méthodes de gestion durable des populations animales, des actions de régulation entre les différents acteurs économiques, professionnels, cynégétiques sont aujourd’hui nécessaires pour éviter que naissent, çà ou là, des conflits d’usages, parfois difficiles à maîtriser.

Notes

1 Écotone (2002). Collisions entre grande faune et véhicules. Rapport d’études.

2 Bourcet J., Bracque P., Sapor C., (2003). Évaluation des risques liés à l’augmentation des densités des sangliers sauvages en France. Rapport du ministère de l’Écologie et du Développement durable et du ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales, Paris, p. 32.

3 Bourcet J., Bracque P., Sapor C., (2003). op. cit. p. 32.

4 Le réseau SAGIR s’est vu confié, en 1986, la mission de déterminer les principales causes de mortalité de la faune sauvage. Son intervention est essentiellement financée par le milieu cynégétique (ONCFS, Fédérations des chasseurs). Le principe de fonctionnement du réseau est de faire collecter par les Fédérations départementales de chasseurs, les cadavres d’animaux sauvages signalés dans la nature par ses différents usagers et de les faire analyser dans les laboratoires appropriés si les causes de la mort ne sont pas évidentes (accidentelles ou tir de chasse).

5 Ballon Ph., Bouldoire J.-P., (1983). « Dégâts dus au gibier ». In Chasse et Agriculture. BTI, p. 377.

6 Deker (de) J.-L., Roussel I., (1998). « Les dégâts de sangliers et de grands gibiers en 1997 ». ONC, BM, no 238, nov., p. 11.

7 Trace dans le sol faite avec le boutoir du sanglier.

8 Maillard D., Roca L., Melac O., (1999) op. cit., pp. 4-11.

9 Chabal L., 1997. Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithiques final, Antiquité tardive). L’anthracologie, méthode et paléoécologie. Documents d’archéologie française, no 63. Paris.

10 r calculé = 0,54 ; degré de liberté = 81 ; α = 0.02

11 Ce barème est fixé annuellement par une commission présidée par le préfet ou son représentant, et composée de cinq représentants des intérêts cynégétiques et de six représentants des intérêts agricoles et forestiers.

12 Spitz F., Lek S., Dimopoulos I., (1996). « Neural network models to predict penetraction of wild boar into cultivated fields ». Journal of biological systems, vol. 4, no 3, pp. 433-444.

13 Politique Agricole Commune.

14 Vassant J., Jullien J.-M., Brandt S., (1987). « Réduction des dégâts de sangliers sur blé et avoine en été. Étude de l’efficacité de l’épandage maïs grain en forêt ». ONC, Bull. Mens., 113, p. 24.

15 Ces dates sont fixées par le préfet après avoir entendu l’avis de la commission départementale de la faune sauvage.

Table des illustrations

Titre Carte 28. — Répartition des collisions connues entre automobilistes et grands mammifères (cerfs, chevreuils et sangliers) en 1989
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Carte 29. — Répartition des dégâts par espèces de gibier en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique 4. — Répartition des indemnités de dégâts de sangliers par type de culture en France en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Graphique 5. — Évolution des prélèvements d’ongulés, du cours du blé et des dégâts (Indice base 100 en 1990)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Carte 30. — Répartition et montant des dossiers d’indemnisation des dégâts aux cultures en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Carte 31. — Indemnisation de dégâts aux cultures attribués aux sangliers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Photo 3. — Intrusion de sangliers dans une parcelle de betteraves. Cliché J.-C. Raynal
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 32. — Disparités dans l’indemnisation des dégâts de sangliers en France en 1996-1997 : Cartographie des résidus de la relation indemnisation des dégâts/prélèvements de sangliers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre Carte 33. — Montant des indemnités liées aux dégâts de sangliers pour 100 ha de SAU
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Carte 34. — Impact spatial et contextes de gestion du sanglier en France
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Graphique 6. — Évolution des prélèvements de sangliers dans l’Hérault et montant annuel d’indemnisations des dégâts aux cultures
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Carte 35. — Répartition des indemnisations par type de dégâts dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Carte 36. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur le vignoble dans l’Hérault
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Carte 37. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur céréales dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Carte 38. — Répartition des indemnisations des dégâts de sangliers sur prairies dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Carte 39. — Typologie de la répartition des dégâts dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Carte 40. — Indicateur de morcellement des entités forestières et prélèvements de sangliers dans l’Hérault en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 41. — Indicateur de morcellement des entités viticoles et montant des indemnisations de dégâts sur le vignoble dans l’Hérault
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Crédits Source : Corine Land Cover, 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Tableau 9. — Caractérisation des entités de terres arables et des zones agricoles hétérogènes en fonction de leur nombre et de leur superficie
Crédits Source : Corine Land Cover, 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 10. — Caractérisation des entités de vignes et vergers en fonction de leur nombre et de leur superficie
Crédits Source : Corine Land Cover, 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 11. — Caractérisation des d’entités de prairies en fonction de leur nombre et de leur superficie
Crédits Source : Corine Land Cover, 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Carte 42. — Vulnérabilité des zones viticoles vis-à-vis du risque de dommage commis par les sangliers dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Photo 4. — Zone particulièrement sensible aux dégâts de sangliers compte tenu du morcellement des cultures. Cliché G. Valet
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3118/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search