Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Première partie. Des populations de sangliers fortement soumises aux transformations paysagères et responsables d’externalités négatives

Chapitre II. Une nouvelle lecture de l’augmentation des populations de sangliers : la prépondérance du facteur paysager

Texte intégral

1L’augmentation du nombre de prélèvements de sangliers, la médiatisation régulière et fréquente de sa présence sont autant d’éléments attestant de l’accroissement de la densité des populations. S’il est indéniable que les facteurs endogènes à l’espèce ou encore les politiques de gestion cynégétiques (lâchers, consignes de tir, agrainages, etc.) ont contribué à cette augmentation, un autre facteur est, semble-t-il, prépondérant et concerne l’évolution des milieux. Il convient de caractériser les paysages afin d’étudier les possibles relations entre les populations de sangliers et les types d’occupation du sol et de voir dans quelle mesure des territoires peu anthropisés, offrant sécurité et alimentation, jouent un rôle fondamental dans l’accroissement des populations.

2Pour ce faire, une spatialisation des prélèvements de sangliers et des types d’occupation du sol, voire des types de milieux, sera réalisée. Cette approche portera aussi bien sur des données structurelles que dynamiques, menées à différentes échelles en fonction des processus en jeu. En effet, les différentes problématiques posées nécessitent des changements d’échelles, qui successivement varieront entre échelle départementale, cantonale ou communale voire micro-locale. Toute la difficulté réside dans le choix du niveau adéquat en fonction de la problématique posée. Ce choix soulève un certain nombre de difficultés car derrière la notion d’échelle, il est fait référence à l’échelle de représentation cartographique plus qu’à celle des niveaux d’observation et d’analyse. Afin de faciliter le traitement des données et les restitutions cartographiques, les bases de données sont structurées selon le codage des maillages administratifs. Lorsque l’information est disponible, le maillage communal a été privilégié. Néanmoins, il reste peu adapté à la gestion d’une espèce aussi grégaire que le sanglier dont le domaine vital s’étend généralement sur plusieurs communes. Ce dernier utilise un domaine estimé entre 10 000 et 15 000 ha. En raison de ces contraintes méthodologiques, l’analyse sera menée de manière disjointe entre la caractérisation des populations de sangliers et les types d’occupation du sol. Ce n’est que dans un deuxième temps que les éventuelles ségrégations spatiales seront vérifiées par le croisement des deux phénomènes et par l’élaboration de typologies synthétiques. Enfin, à travers un exemple local, certains processus seront mis en évidence.

1 Les prélèvements de sangliers et leurs évolutions

3L’analyse des différentes dynamiques spatiales s’appuie principalement sur des données statistiques provenant du Réseau Cervidés-Sanglier, qui permet d’appréhender indirectement l’évolution des populations de sangliers à travers leur prélèvement. Rappelons que, compte tenu de la difficulté à estimer le niveau des populations de sanglier, les prélèvements dus à l’activité cynégétique sont considérés comme des indicateurs fiables pour suivre l’état et l’évolution des populations d’ongulés sauvages. Il faut toutefois que le nombre de chasseurs reste stable car les prélèvements dépendent de la densité d’animaux présents mais également de l’effort de chasse.

4Le suivi des prélèvements de sangliers est réalisé grâce à deux types d’informations : une enquête orale réalisée auprès de personnes ressources chassant le sanglier et la saisie des carnets de prélèvements renseignés par certaines équipes de chasseurs. De cette manière, les prélèvements sont connus en France depuis 1973 même si leur fiabilité ne fut considérée comme acceptable que plus tardivement. L’étude est bornée aux années 1989-1997, les modes de collecte de l’information par département offrant la possibilité d’une analyse spatiale.

1.1 Une répartition et des dynamiques de prélèvements départementaux très hétérogènes

5Malgré une augmentation continue du nombre de prélèvements entre 1988 et 1997 (de près de 14 %), la répartition des prélèvements est loin d’être homogène à l’échelle de la France. Si on est passé de 0,18 sanglier prélevé par an et par km2 en 1988 à 0,56 lors de la saison cynégétique 1999-2000, l’analyse des prélèvements fait apparaître des disparités spatiales nettes (carte 5 page suivante).

6Avec près de 15 % des prélèvements nationaux réalisés autour de l’Arc méditerranéen et 5 % en Alsace-Lorraine, ces régions apparaissent comme des lieux privilégiés de l’implantation et de l’évolution des populations de sangliers. Toutefois, en dynamique, la région méditerranéenne confirme sa prédominance, alors que l’Est de la France semble engagé dans un processus descendant. À titre d’exemple, dans le département de l’Hérault, le résultat des battues a plus que doublé en 10 ans, laissant supposer une augmentation significative des populations de sangliers, modifiant radicalement l’organisation des activités cynégétiques dans ces régions. Une typologie des densités de prélèvements de sangliers par départements permet de mettre en évidence quatre ensembles différenciés (carte 6 p. 61).

  • ‣ Un premier ensemble regroupe les départements où les prélèvements départementaux sont inférieurs à la moyenne nationale. Ces derniers connaissent un prélèvement moyen de 0,13 sanglier prélevé par km2. Ils sont situés essentiellement dans les régions de l’Ouest où le sanglier était peu présent en 1988 (0,06 sanglier prélevé par km2). Toutefois, les prélèvements n’ont cessé d’augmenter pour atteindre, en 1997, 0,23 sanglier prélevé par km2. Ceci se traduit par un accroissement annuel moyen de près de 15 % en 10 ans.
  • ‣ un deuxième ensemble correspond à des départements dont le niveau des prélèvements est proche du niveau des prélèvements nationaux qui est de 0,42 sanglier prélevé par km2 environ. Ces départements, où l’on prélevait 0,19 sanglier par km2 en 1988, ont connu une progression quasi continue jusqu’en 1997/98. Il s’agit de départements situés essentiellement dans l’Est de la France et en périphérie des secteurs de forts prélèvements.
  • ‣ Le troisième ensemble regroupe des départements qui ont connu un fort accroissement durant ces dix dernières années. En effet, on est passé de 0,18 sanglier prélevé par km2 en 1988 à 0,59 sanglier prélevé par km2 en 1997-1998. Ces départements sont situés sur l’Arc méditerranéen et dans l’Est de la France. Compte tenu de l’abondance des populations de sangliers, on observe de nouveaux comportements cynégétiques (augmentation du nombre des chasseurs, structuration et organisation des équipes de chasse).
  • ‣ le dernier ensemble correspond aux départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin, auxquels il faut ajouter la Corse dont les prélèvements en 1988 étaient déjà très supérieurs à la moyenne nationale (0,45 sanglier prélevé par km2). En effet, durant la saison cynégétique 1997- 1998, les prélèvements atteignaient près de 1,44 sangliers prélevés par km2. Si ces départements ont dû également gérer l’abondance, ils disposaient néanmoins d’une certaine expérience en matière de chasse aux sangliers avant 1988.
  • Pour saisir la dynamique décennale des prélèvements départementaux, une analyse des contributions départementales annuelles sur l’ensemble de la période 1988-1998 a été réalisée. Elle a permis de distinguer quatre profils d’évolution (carte 7 page suivante). Le classement des départements selon la dynamique des prélèvements se différencie nettement du patron spatial de la typologie de la densité des sangliers prélevés. Les deux premières séries regroupent l’essentiel des départements avec un profil d’augmentation continue (courbe continue) proche de la moyenne nationale (courbe en pointillés).
  • ‣ La première série concerne des départements dont la dynamique a été particulièrement forte depuis 1988 et dont la croissance a été continue de 1988 à 1997. Elle concerne essentiellement des départements situés dans le Sud de la France mais également dans le Centre Ouest et au nord du pays.
  • ‣ La deuxième série rassemble des départements dont l’augmentation a également été continue durant cette dernière décennie mais dont la progression a été nettement moins forte que celle de la première série. Cette dernière est très proche du profil moyen national. Elle est observée sur une majorité du territoire français.
  • ‣ Les troisième et quatrième séries ont des profils irréguliers : il s’agit d’un nombre limité de départements dont les prélèvements n’ont pas connu de trajectoires régulières.

Carte 5. — Taux d’accroissement annuel moyen entre 1988 et 1997 des prélèvements de sangliers déclarés en France

Carte 5. — Taux d’accroissement annuel moyen entre 1988 et 1997 des prélèvements de sangliers déclarés en France

Carte 6. — Typologie de la densité des sangliers prélevés connus en France de 1988 à 1997

Carte 6. — Typologie de la densité des sangliers prélevés connus en France de 1988 à 1997

7La troisième série est caractérisée par une dynamique très faible de 1988 à 1991 ; cette dynamique sera suivie d’un fort accroissement jusqu’en 1993, puis d’une forte baisse jusqu’en 1995, pour enfin, connaître à nouveau une période de croissance des prélèvements. Cette situation a été observée dans deux départements, la Haute-Saône et le Cantal.

Carte 7. — Typologie de la dynamique des prélèvements de sangliers en France de 1988 à 1997

Carte 7. — Typologie de la dynamique des prélèvements de sangliers en France de 1988 à 1997

8Enfin, la dernière série est caractérisée par une évolution lente jusqu’en 1994. Cette dynamique diminuera durant 2 années, pour connaître un nouvel accroissement jusqu’en 1998. Ce profil est observé pour sept départements.

9Les deux typologies présentées concernant la densité des prélèvements et leurs dynamiques montrent clairement qu’il n’existe pas de relation entre la densité des prélèvements et leur évolution durant la période d’étude. En effet, des départements ayant des niveaux de prélèvements très proches peuvent avoir connu des trajectoires très différentes. Par contre, la dynamique des prélèvements permet d’observer nettement un phénomène de diffusion spatiale qui tend à s’étendre avec les années. L’expression cartographique du phénomène (carte 8 page ci-contre) montre clairement un processus de diffusion.

10Les départements à forts prélèvements augmentent en nombre à partir de deux foyers : l’Est et le Midi languedocien. Seulement six départements (Corse du sud et Haute Corse, Meurthe et Moselle, Hérault, Gard et Ardèche) pouvaient être considérés comme des départements à forts prélèvements durant la saison cynégétique 1988- 1989. Dès 1992-1993, huit départements sont concernés par de forts prélèvements. Ces aires s’étendent largement en faisant apparaître deux ensembles bien distincts : l’un couvrant tout l’Est et se propageant vers l’ouest et le sud du Bassin parisien, l’autre centré sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, des Pyrénées-Orientales, aux Alpes-Maritimes, et s’étendant vers le sud du Massif central et les Alpes. Néanmoins, pour saisir plus finement la répartition et nuancer les disparités au sein même d’un département, il convient de travailler à une échelle d’analyse beaucoup plus fine.

1.2 Mise en évidence de trois patrons spatiaux à l’échelle communale

11La carte lissée de la densité de sangliers prélevés par commune (carte 9 p. 66) permet une localisation précise des secteurs de prélèvements de sangliers. Au premier abord, trois patrons spatiaux se dégagent. Le pourtour de l’Arc méditerranéen ressort très nettement ainsi que l’Est de la France et la région Centre.

12Cette carte illustre très clairement les continuités et discontinuités de la répartition spatiale des populations de sangliers. Ainsi, de fortes densités de prélèvements se distinguent très nettement sur le pourtour de l’Arc méditerranéen et dans le nord-est de la France (Alsace et Lorraine). Le sud du Bassin parisien, la Brie et le Berry sont également des secteurs où les prélèvements sont importants comme le Loir-et-Cher (Sologne) où le tableau de chasse n’a cessé d’augmenter depuis le début des années 1980. Par opposition, le Grand Ouest de la France reste peu marqué par la présence d’une population soutenue. La densité des prélèvements demeure faible dans la Manche, la Sarthe ou les Pyrénées-Atlantiques. Enfin, le Massif central, malgré des prélèvements encore faibles, semble esquisser une légère amplification des prélèvements dans des espaces encore soumis à un exode rural et agricole séculaire.

Carte 8. — Densité de sangliers prélevés par départements de 1988 à 1998

Carte 8. — Densité de sangliers prélevés par départements de 1988 à 1998

Carte 9. — Interpolation de la densité de sangliers prélevés par commune en 1997

Carte 9. — Interpolation de la densité de sangliers prélevés par commune en 1997

selon la méthode des krigeages

1.3 Les prélèvements de sangliers dans l’Hérault : un exemple représentatif de la situation du pourtour méditerranéen

13Compte tenu du statut du Sanglier et de la diversité écologique des territoires, le département de l’Hérault peut être considéré comme une zone d’étude représentative de la situation du pourtour méditerranéen en termes de densité de sangliers.

1.3.1 Des milieux diversifiés

14Cette diversité écologique réside dans les nombreux contrastes que l’on peut observer sur les 622 673 hectares du département de l’Hérault. En effet, les facteurs climatiques, géomorphologiques ou encore écologiques se répartissent de façon inégale dans ce département. Ainsi, si le climat méditerranéen (sécheresse et chaleur d’été simultanées et prolongées, pluies d’automne brutales...) est largement dominant, d’autres influences sont relevées sur les franges occidentales sous influence atlantique ou encore au nord-ouest du département qui est soumis à des ambiances climatiques montagnardes dues notamment au relief. Les altitudes s’échelonnent du niveau de la mer à 1148 mètres au sommet de l’Espinouse.

15Analyser et comprendre la répartition spatiale des prélèvements de sangliers nécessite une prise en considération de la géographie départementale. Ainsi, la superposition de la carte des densités d’animaux prélevés avec la carte des régions forestières établie par l’Institut Forestier National (IFN) enrichit l’analyse. L’IFN a défini chaque région forestière comme étant « une unité naturelle qui présente pour la végétation forestière, des caractères de sol et de climat suffisamment homogènes, pour abriter des types de forêts comparables ». Les critères d’altitude, de topographie, de substrat géologique, de sol, d’hydrographie fondent la logique du découpage. Pour le département de l’Hérault, six régions forestières de superficie inégale ont ainsi été définies. Il s’agit :

  • de la Plaine viticole ;
  • des Garrigues ;
  • des Avant-monts-Lodevois ;
  • de la Montagne noire ;
  • du Mont Somail, de l’Espinouse et de la bordure de Lacaune ;
  • des Causses.

16Les régions forestières comme la répartition des populations de sangliers se distinguent très nettement en fonction de l’étagement altitudinal. Ainsi, des gradients très nets apparaissent du sud au nord-ouest du département (carte 10 page ci-contre).

La faible présence du sanglier dans la plaine littorale.

17La « plaine littorale » s’étend d’ouest en est, de Béziers à Montpellier en continuité avec la plaine de l’Aude et du Gard. Les sols calcaires sont peu épais et secs. Ils servent de support pour la majeure partie du vignoble. Sur les marges des garrigues, se sont développés des sols rouges méditerranéens associés à quelques rendzines rouges. En bordure du fleuve Hérault, les sols d’alluvions fluviales calcimorphes sont très productifs et bien irrigués en eau. Quelques boisements morcelés et d’étroites forêts ripicoles, le long des cours d’eau, sont présentes sur des reliefs à sols calcaires dépassant rarement les 100 mètres d’altitude. Les formations boisées les plus fréquentes sont constituées de Chêne vert (Quercus ilex) et plus rarement de Pin d’Alep (Pinus halepensis). Dans cette région, les prélèvements de sangliers sont parmi les plus faibles du département. Cependant, l’observation de sangliers est de plus en plus fréquente. Sur ces territoires, la chasse au petit gibier (perdrix, lapins, lièvres, etc.) y est traditionnelle, même si des sangliers peuvent y être prélevés. Les prélèvements demeurent faibles et surtout mal connus car la tenue d’un carnet de prélèvement n’était obligatoire jusqu’alors que pour la chasse en battue.

Carte 10. — Interpolation des prélèvements de sangliers connus dans l’Hérault durant la saison cynégétique 2002-2003 selon la méthode des krigeages

Carte 10. — Interpolation des prélèvements de sangliers connus dans l’Hérault durant la saison cynégétique 2002-2003 selon la méthode des krigeages

Les Garrigues : un habitat apprécié par les sangliers

  • 1 Maury R., (1958). « La garrigue ». Ann. Soc. Bot Hist. Nat. Hérault, 98 (3), p. 53.

18Ces plateaux étagés (200 m d’altitude en moyenne) sont du même âge que les Causses, mais moins érodés, et formés de dépressions (terrains plus récents et plus tendres, d’âge Crétacé au Miocène : argiles, marnes, limons, grès), dominées au nord par les hauteurs de la Séranne. Cet ensemble se prolonge sur une vaste étendue au nord-est, dans le département du Gard. À l’exception de quelques dépôts tertiaires à faciès argileux, gréseux ou limoneux, ce sont les « calcaires dolomitiques » ou « marno-calcaires » du Jurassique et du Crétacé qui sont les plus représentés. Maury (19581) estimait que la garrigue occupait déjà plus de 360 000 ha. On trouve cette formation végétale sur les plateaux et les bassins calcaires.

19La garrigue est généralement composée de formations ligneuses basses d’espèces méditerranéennes entrecoupées de boisements forestiers constitués de chênes kermès et de chênes verts, et plus rarement de pins d’Alep. Les parties boisées sont minoritaires par rapport aux formations arbustives souvent dégradées. Le niveau de prélèvements peut y être élevé. Il est d’autant plus important que les formations arbustives sont denses.

20À l’ouest de la vallée de l’Hérault, les garrigues cèdent la place aux avant-monts (carte 10 page précédente).

Les Avant-monts et le Lodévois : une région de prédilection pour le sanglier

21Il s’agit de collines et de bassins ancrés dans un paysage boisé prémices du Massif central. Ce sont des coteaux très morcelés, parfois coupés de gorges. Le climat est de type subméditerranéen. Les roches mères sont variées (schistes, calcaires, argiles, basaltes, formations molassiques, etc.). Les peuplements forestiers sont composés de chênes verts dans les parties basses et sèches et de chênes pubescents et de quelques peuplements artificiels de conifères dans les autres terrains. En fonction de l’étagement altitudinal, les peuplements prennent le plus souvent l’aspect de garrigues, parfois de taillis et plus rarement celui de futaies ou de mélange de taillis et futaies, ce qui compose un habitat de prédilection pour les populations de sangliers. La grande majorité des prélèvements est réalisé dans cette région.

La Montagne noire : une montagne favorable aux sangliers

22Il s’agit du versant oriental de la Montagne Noire dont l’altitude varie de 500 à 900 mètres. Les sols schisto-gréseux avec affleurements de calcaires et de grès sont érodés, souvent superficiels et irréguliers. Forêts et landes (à bruyères et genêt purgatif) occupent l’essentiel de l’espace. Les formations boisées progressent au détriment des landes. Ces forêts sont constituées d’un mélange de feuillus (le hêtre est présent dans la partie haute) et de conifères plantés lors de reboisements récents. Le rôle de la forêt est de première importance en terme de lutte contre l’érosion des sols. Cette diversité des peuplements est favorable aux sangliers. Les prélèvements y sont élevés.

Le Mont Somail, l’Espinouse et la bordure de Lacaune : des conditions difficiles mais pas totalement hostiles aux populations de sangliers

23Situés en limite départementale au nord de Béziers, les massifs du Caroux et de l’Espinouse constituent la région forestière la plus élevée du département (de 700 à 1148 mètres d’altitude). Le climat y est rigoureux et très pluvieux, et marque la limite du bioclimat méditerranéen. Le substrat est constitué de roches dures, cohérentes (roches métamorphiques, gneiss et micaschistes en majorité). Les sols sont superficiels et irréguliers. Les forêts et les landes dominent et sont entrecoupées par des terres agricoles et des pâturages.

24Les conditions climatiques rigoureuses (neige) et l’importance des massifs de conifères sont des freins à l’accroissement des populations de sangliers. Ces différents facteurs limitants n’ont cependant qu’une faible influence sur les populations de sangliers qui y sont très présentes. La région en bordure de Lacaune leur est nettement plus favorable compte tenu des conditions climatiques et altitudinales plus clémentes.

Les Causses : un milieu à forte potentialité pour le sanglier

25À l’extrémité nord du département de l’Hérault se trouve un plateau calcaire à la topographie tabulaire et au modelé karstique très développé. Il s’agit de l’extrémité sud du Causse du Larzac. L’altitude moyenne oscille autour des 800 mètres. Les calcaires jurassiques, souvent dolomitiques, sont recouverts d’argiles de décalcification ou de placages d’argiles à graviers portant des sols bruns de type calcique ou lessivé. Le terme de « Causse » évoque davantage des parcours à moutons que de la forêt, les formations boisées occupent pourtant une large part de ces espaces marqués par la déprise agricole.

26Le peuplement forestier est composé d’une lande arbustive, de boisements lâches entrecoupés d’étendues non boisées (pâturages, landes, etc.). La strate arbustive est dominée par le buis. Les chênes pubescents sont relayés localement par les chênes verts dans les parties basses et sur les versants exposés au sud, constituant la base des peuplements. Quelques hêtres (Fagus sylvatica L.) et futaies de pins noirs d’Autriche (Pinus nigra Arn. subsp. nigra) peuvent localement composer la strate arborescente. Les populations de sangliers ont su coloniser ces espaces et profiter aussi bien de la quiétude que de la richesse trophique de ce milieu. Les prélèvements y sont importants et en augmentation.

27Quelle que soit l’échelle d’analyse retenue, la répartition des prélèvements de sangliers n’a rien d’aléatoire, des continuums se dessinent très nettement. Des relations existent entre populations de sangliers et organisation des milieux. Les changements et les types de paysages sont des facteurs importants pour comprendre l’accroissement des populations de sangliers.

1.3.2 L’effort de chasse

28L’importance de l’effort de chasse dans la réalisation des prélèvements doit être prise en considération car toutes les équipes n’ont pas la même assiduité.

29En effet, l’effort de chasse varie en fonction du risque de dégâts. Selon les unités de gestion, les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse sont étalées dans le temps. Dans l’Hérault, certaines unités peuvent bénéficier de près de deux mois de plus de chasse aux sangliers. Ainsi, les équipes les plus assidues ne pouvaient réaliser que 52 sorties en 1990-1991 alors qu’avec une assiduité maximale, ce chiffre est passé à 81 sorties possibles en 2000-2001. Bien évidemment, ce nombre de sorties maximum ne concerne pas toutes les équipes du département ; sont concernés uniquement les secteurs où les risques de dégâts sont importants. Ainsi, sur les 81 journées de chasse qui étaient autorisées durant la saison cynégétique 2000-2001, les chasseurs de l’Hérault n’en ont utilisé en moyenne que 42. Cette moyenne cache de grandes disparités. Seulement une diane n’a pas manqué aucune battue. Cette assiduité se traduit également spatialement, les biotopes favorables aux sangliers sont tout naturellement les plus chassés comme c’est le cas dans l’est et le nord du département et plus particulièrement dans les unités de gestion de l’Espinouse et des Avant-Monts. Inversement, dans la plaine viticole peu favorable aux sangliers, l’activité est moindre. Toutefois, la diffusion du sanglier est telle, que des équipes se sont récemment constituées même si elles ne le chassent qu’occasionnellement.

30Le nombre moyen de participants par battue est peu variable, entre 17 et 24. Il n’a d’ailleurs guère évolué depuis une quinzaine d’années. Quelques rares équipes rassemblent plus d’une soixantaine de chasseurs. Le maximum observé fut de 90 chasseurs.

Carte 11. — Nombre moyen de journées chassées par commune dans l’Hérault en 2000

Carte 11. — Nombre moyen de journées chassées par commune dans l’Hérault en 2000

31Le nombre de journées-chasseurs, c’est-à-dire le nombre total de journées individuelles de chasse réalisées dans l’Hérault au cours d’une saison cynégétique, a augmenté de près de 55 % entre 1990 et 2000. En effet, durant la saison 2000-2001, on ne comptait pas moins de 200 000 journées-chasseurs. Ce chiffre était de près de 90 000 en 1990- 1991. Il est un peu plus parlant si on le ramène à une unité de surface de 1 000 ha en considérant que finalement tout le département est chassé. Le chiffre est de 329 journées-chasseurs pour 1 000 hectares chassés. Entre l’augmentation du nombre de sorties et du nombre d’équipes, on constate que l’effort de chasse a considérablement progressé. Il est donc indéniable que les moyens mis en œuvre pour réaliser le tableau de chasse dans l’Hérault ne sont guère comparables entre 1990 et 2000. Si la population de sangliers a augmenté, l’effort de chasse s’est également accru. Cet élément est particulièrement important à prendre en compte dans la réalisation du tableau final. Notons également que même si les populations de sangliers sont importantes, deux sorties sur cinq se soldent par une bredouille. Toutefois, on constate que globalement, l’importance des prélèvements ne cesse de s’améliorer au fil des années, même si les prélèvements journaliers importants (supérieurs ou égaux à cinq sangliers) restent faibles. Ceci peut être expliqué par la configuration géographique des territoires mais également par le mode de chasse utilisé. La meute de chiens a tendance à poursuivre un seul animal à la fois. Il est d’ailleurs fréquent que les sangliers ne quittent pas leur remise alors que les chiens l’ont traversée et ont pris en chasse un seul animal.

32Durant la période de chasse, il est possible de chasser 6 fois en 15 jours à quelques exceptions près, liées au calendrier (voir graphique 2 p. 76). Le total des chasseurs présents fluctue tout au long de la saison. Les deux premières quinzaines correspondent à l’ouverture anticipée.

  • 2 Avant l’ouverture générale, la chasse du chevreuil est réservée aux détenteurs d’une autor (...)

33La chasse au sanglier est autorisée avant l’ouverture générale, le plus souvent au 15 août, sauf pour le gibier d’eau et le tir du chevreuil qui s’effectuent dans des conditions bien spéciales2. Le sanglier est alors la seule espèce dont la chasse est autorisée. Certains chasseurs de petit gibier participent également à ces battues en attendant l’ouverture générale. Le nombre de chasseurs présents avant l’ouverture générale est donc important. Traditionnellement, le mois de septembre correspond dans le département à la période des vendanges, l’activité cynégétique mais également les prélèvements sont alors en net repli, surtout dans les zones viticoles.

Tableau 4. — Importance du tableau journalier dans l’Hérault de 1986 à 2003 : pourcentage du nombre de sorties en fonction du résultat de la chasse

Tableau 4. — Importance du tableau journalier dans l’Hérault de 1986 à 2003 : pourcentage du nombre de sorties en fonction du résultat de la chasse

Source : FDC 34, 2003

Graphique 2. — Évolution du prélèvement et des chasseurs présents au cours de la saison 2000-2001 dans l’Hérault

Graphique 2. — Évolution du prélèvement et des chasseurs présents au cours de la saison 2000-2001 dans l’Hérault

34Les mois de novembre et décembre sont les mois où les prélèvements de sangliers sont maximum, l’effort de chasse est également important, les équipes et les chiens de ces derniers sont au summum de leur forme. Puis, dès le mois de janvier, de nombreuses laies sont gestantes, l’activité cynégétique se ralentit afin de protéger les reproductrices, l’effort de chasse n’est maintenu que dans les secteurs où le risque de dégâts est important.

35Ainsi, l’examen des tableaux journaliers montre des corrélations évidentes entre l’effort de chasse et le nombre d’animaux tués.

  • 3 Vassant J., (1984). op. cit.. p. 55.

36Des constantes apparaissent d’une année sur l’autre dans la vitesse de réalisation et de composition du tableau de chasse. J. Vassant (19943) a constaté que « le pourcentage de réalisation du tableau est comparable dans le temps d’une année à l’autre globalement sur le massif ou pour des parties du massif. On observe le même phénomène pour le taux de prélèvement de jeunes, de femelles et de mâles ». Ainsi, généralement, dès le 30 octobre, 40 % des prélèvements sont réalisés. Les équipes transmettent, d’ailleurs, des informations sur l’activité cynégétique aux alentours du 11 novembre, ce qui permet à la Fédération Départementale de Chasseurs de l’Hérault de dresser un bilan à la mi-saison et de donner des consignes en fonction des objectifs de gestion fixés.

37L’activité des équipes, et donc l’effort de chasse, peuvent être mesurés à différentes échelles. Si en matière de gestion de population de sangliers, la maille supra-communale s’impose, nous avons néanmoins choisi d’appréhender cet effort à l’échelle communale qui reste une unité de base intéressante administrativement. Toutefois, l’organisation et la pratique du territoire cynégétique ne se calquent pas toujours sur des limites communales reconnues. Certaines équipes chassent sur plusieurs communes. Or, les informations contenues dans les carnets de prélèvements sont saisies à la commune de domiciliation de l’équipe. Il est donc difficile d’appréhender réellement l’impact de l’équipe sur les autres communes d’autant que les superficies chassées ne sont pas connues. Lorsque plusieurs équipes se partagent un territoire communal, des regroupements de données sont nécessaires pour obtenir une information sur la base communale. Pour mieux comprendre les relations entre prélèvements de sangliers et effort de chasse, nous avons retenu un certain nombre de critères, pour la saison cynégétique 2000-2001 :

  • le nombre d’équipes présentes sur une commune ;
  • le nombre moyen de sorties par commune ;
  • le nombre total de sorties par commune ;
  • le nombre moyen de chasseurs par jour de chasse sur la commune ;
  • la somme de tous les chasseurs présents au cours d’une saison cynégétique ;
  • le total des sangliers tués sur la commune ;
  • la moyenne de sangliers tués par sortie ;
  • le nombre de chasseurs nécessaires pour tuer un sanglier (somme de tous les chasseurs présents divisée par le total des sangliers tués).

L’efficacité a également été prise en compte :

  • Le nombre de journées où au moins un sanglier a été prélevé ;
  • Le nombre de journées sans prise.

L’importance des dégâts de sangliers a été prise en compte au travers des montants des indemnisations de dégâts, à savoir :

  • Le montant des indemnisations de dégâts de sangliers en 2000 ;
  • La moyenne des indemnisations de dégâts de sangliers de 1998 à 2000 ;
  • La moyenne des indemnisations de dégâts de sangliers de 1988 à 1997.

Enfin, des données illustratives ont été retenues. Il s’agit de savoir si :

  • des chevreuils sont prélevés sur la commune ;
  • la commune a été concernée par une ouverture anticipée au
    15 août 2000 ;
  • la commune a été concernée par une fermeture retardée au
    11 février 2001.

38Nous avons retenu un découpage en cinq classes pour sérier l’effort de chasse au niveau communal (carte 12 page suivante).

Classe 1 : Communes où l’effort de chasse est maximum Cette classe regroupe des communes où les prélèvements sont les plus élevés du département. En moyenne, ce sont plus de 300 sangliers qui ont été prélevés dans ces communes durant la saison 2000-2001. De nombreuses équipes (plus de six en moyenne) se partagent le territoire communal. L’effort de chasse y est maximum. Le nombre de chasseurs présents est très élevé (plus de 50 chasseurs) comparé à la moyenne départementale qui, rappelons-le, est de 22 chasseurs par sortie. De plus, l’assiduité de ces équipes est maximale. Parmi les jours autorisés pour aller à la chasse, rares sont ceux qui n’ont pas été utilisés. En moyenne dans cette classe, plus de 70 journées ont été chassées. Dans ces conditions, le nombre de journée-chasseurs ne peut être qu’élevé et avoir des répercussions directes sur les prélèvements. Quatre sangliers en moyenne sont tués par sortie. Le pourcentage de réussite est très important puisque dans 88 % des cas, la journée se solde par au moins une prise. Cet effort de chasse est encouragé car le risque de dégâts est fort. Ces équipes ont bénéficié d’une prolongation de la chasse par le biais d’une fermeture de la chasse retardée.

Carte 12. — Gradation de l’effort de chasse dans l’Hérault en 2000-2001

Carte 12. — Gradation de l’effort de chasse dans l’Hérault en 2000-2001

Classe 2 : Communes où l’effort de chasse est fort Dans ces communes, le nombre de journées-chasseurs est fort, lorsqu’il est comparé à la moyenne départementale. Le nombre de sorties et le nombre de chasseurs présents à chacune d’entre elles sont bien supérieurs à la moyenne du département. Généralement, le territoire communal est partagé en deux équipes. Ainsi, les journées soldées par au moins un prélèvement sont fréquentes. En moyenne, il est nécessaire de mobiliser 14 chasseurs sur le terrain pour prélever un sanglier. La moyenne de sangliers prélevés est légèrement supérieure à deux sangliers par sortie. Il est à noter ici que, malgré les forts prélèvements, le montant des indemnisations suite aux dégâts de sangliers est proche de la moyenne départementale. Pour autant, ces équipes bénéficient de l’ouverture anticipée et de la fermeture retardée.

Classe 3 : Communes où l’effort de chasse est moyen fort Dans ces communes, l’effort de chasse est considéré comme moyennement fort : c’est-à-dire que l’activité cynégétique se situe juste au-dessus de la moyenne départementale. Le nombre de sorties est généralement inférieur à 60. Une vingtaine de chasseurs sont présents aux battues, ce qui est conforme à la moyenne départementale. Une à deux équipes se partagent le territoire communal. Si le pourcentage d’échec est élevé, proche de 30 %, le nombre de sangliers tués reste conséquent, puisque pas moins d’une centaine de sangliers ont été prélevés sur ces communes durant la saison 2000-2001. Parallèlement, le montant des indemnisations des dégâts est très élevé (en moyenne sur ces communes, plus de 5 500 euros ont été versés en 2000). Dans la majorité des cas, il ne semble pas que ces communes aient bénéficié d’une ouverture anticipée ou d’une fermeture retardée.

Classe 4 : Communes où l’effort de chasse est faible Ces communes sont situées en périphérie des zones à forts prélèvements. Les équipes, généralement une par commune, effectuent une cinquantaine de sorties dans la saison et rassemblent en moyenne moins de 20 chasseurs. Le nombre de journées-chasseurs y est donc plus faible que la moyenne départementale. La présence de plus de 22 chasseurs est nécessaire pour prélever un sanglier. Ceci est révélé également par le pourcentage de journées sans prises (48 %), ce qui représente pas moins de 25 journées. Au final, c’est une cinquantaine de sangliers qui ont été prélevés sur ces communes durant la saison 2000-2001. Toutefois, ces communes ne font pas l’objet d’un montant d’indemnisation de dégâts élevé, il est même plutôt faible, proche des 800 euros par commune. Là encore, ces communes se sont conformées à la date d’ouverture générale précisée par l’arrêté préfectoral pour la saison cynégétique en cours.

Classe 5 : Communes où l’effort de chasse est très faible Dans ces communes, la chasse aux sangliers ne semble pas être une priorité pour les chasseurs. En effet, cette classe rassemble les équipes de chasseurs qui effectuent une quinzaine de sorties dans la saison. Généralement, une seule équipe est en action sur le territoire communal, avec moins de 18 chasseurs par battue. Le nombre de journées avec au moins une prise est très faible. Ces derniers chassent en fait beaucoup moins le sanglier que les autres équipes. 290 journées-chasseurs ont été réalisées alors que la moyenne départementale se situe aux alentours de 1 000 pour la saison 2000-2001. Ce faible effort cynégétique a certainement des effets directs sur le tableau de chasse, moins de 20 sangliers sont prélevés sur ces communes. Globalement, la présence de sangliers est somme toute faible, ces derniers ne trouvent d’ailleurs pas des conditions favorables à leur implantation ; l’absence d’habitat sécurisant, de moindres ressources alimentaires sont autant de facteurs limitants. Néanmoins, certaines communes ont pu bénéficier d’une fermeture retardée.

39Cette approche typologique permet de mettre en évidence les nombreux biais que représente le suivi des populations de sangliers au travers des seuls tableaux de chasse. En effet, si l’effort de chasse n’est pas pris en considération, toute comparaison de données n’est guère possible, d’autant qu’actuellement, on ne dispose pas de méthode de dénombrement directe (comptage) offrant des résultats fiables. Le niveau des populations n’est connu qu’au travers des prélèvements sans que l’on sache précisément quelle est la part de la population totale prélevée par les chasseurs.

40Cette typologie montre clairement que plus l’effort de chasse est important, plus les prélèvements s’accroissent. Pourtant, l’effort de chasse est très variable pour des raisons multiples : scissions entre équipes, pratiques traditionnelles ou raisons historiques sont autant d’éléments qui expliquent l’activité des équipes. Par ailleurs et très logiquement, lorsque les populations de sangliers sont peu présentes, l’effort de chasse est moindre ; or la présence de sangliers est fortement conditionnée par le type d’occupation du sol.

1.3.3 Le paysage : un révélateur des pratiques cynégétiques

  • 4 Le nombre de chasseurs en activité correspond à la somme de tous les chasseurs présents au (...)

41Si les prélèvements de sangliers en France sont fortement spatialisés, les pratiques cynégétiques le sont tout autant. L’accroissement quasi généralisé des populations de sangliers a conduit à un changement de pratique cynégétique. Ce comportement peut alors être comparé au processus de prédation caractérisé par des fluctuations d’effectifs d’espèces proies et de leurs prédateurs, généralement, légèrement décalées dans le temps. Le niveau des prélèvements est déterminé par l’aptitude du chasseur à capturer le gibier et par la capacité de ce dernier à éviter la capture. Même si cela peut apparaître comme une évidence, le nombre de sangliers prélevés est directement lié au nombre de chasseurs présents ainsi qu’au nombre de sorties réalisé. L’exemple de la répartition de l’effort de chasse et des prélèvements de sangliers dans le département de l’Hérault est, en cela, sans équivoque. La représentation du nombre de chasseurs en activité4 est fortement liée au nombre de sangliers prélevés mais également aux types de paysages fréquentés (carte 13 page ci-contre).

42Ainsi, la plaine viticole et la garrigue basse ouverte (constituée d’une strate à dominante herbacée et parsemée d’arbustes) sont le support de territoires de chasse généralement orientés vers le petit gibier (perdrix rouge, lièvre et lapin de garenne), le sanglier n’y est que rarement présent. Les espèces de petit gibier à poil et à plume ont toutefois bien du mal à résister aux transformations écologiques des territoires et à une forte pression cynégétique. Les nouvelles techniques agricoles (mécanisation, utilisation de pesticides, d’engrais, etc.) nuisent à l’ensemble du petit gibier. À cela, il faut rajouter l’importance des épizooties (myxomatose, Viral Hemmoragic Disease (VHD), tularémie, pseudotuberculose, coccidose, etc.) dont les effets sur les populations varient selon les années et les conditions climatiques. Pour chasser dans ce type de milieu, les chasseurs procèdent principalement à des repeuplements de lièvres, lapins et perdrix rouge ou ont recours à du gibier de tir.

43Les rares équipes de chasseurs de sangliers en place chassent généralement sur plusieurs communes afin de pouvoir disposer d’une superficie boisée suffisante. C’est la condition sine qua non pour pratiquer la chasse en battue aux chiens courants. Ces chasseurs découvrent, pour la grande majorité, la chasse aux sangliers et n’ont comme expérience que la chasse aux lapins avec des petits chiens courants (petit fauve de Bretagne, basset, etc.)

Carte 13. — Répartition de l’effort de chasse et des prélèvements de sangliers durant la saison cynégétique 2002-2003 dans l’Hérault

Carte 13. — Répartition de l’effort de chasse et des prélèvements de sangliers durant la saison cynégétique 2002-2003 dans l’Hérault

44La garrigue haute et la région forestière correspondant aux Avant-monts sont des territoires de chasse particulièrement « fermés », impénétrables, composés essentiellement de taillis de chênes verts. Le sanglier et la bécasse sont les deux « gibiers rois ». Les chasseurs sont d’ailleurs généralement « spécialisés ». Ils investissent tout leur effort dans la traque d’un seul gibier. Pourtant, la chasse du sanglier dans ce type de paysage est une pratique récente datant d’un peu plus de deux décennies. Cette pratique émergente est devenue à présent dominante et le nombre d’équipes ne cesse de s’accroître. Il faut dire que, dans ce type de paysage les prélèvements de sangliers sont très élevés. Il n’est pas rare de voir qu’une commune peut être chassée par plusieurs équipes, fréquemment deux voire trois, même parfois plus. Les conflits entre équipes sont souvent nettement perceptibles.

45Enfin, que ce soit sur les Monts ou sur le Causse où l’on retrouve des milieux plus ouverts, généralement des parcours, l’effort de chasse aux sangliers est plus faible que dans les Avant-monts. La chasse aux lièvres y est communément pratiquée mais elle décline depuis plus de 35 ans. En effet, les effectifs de lièvres et de petit gibier en général ont du mal à résister à une pression cynégétique parfois forte et aux transformations des biotopes, et ce, malgré les nombreux lâchers de gibier d’élevage ou de reprise.

46L’abandon des parcours, suite à des changements de pratiques d’élevage ou conséquence de la déprise agricole, a mené les milieux vers des formations boisées. Ceci a conduit les chasseurs de petit gibier à se spécialiser dans la chasse aux sangliers. Ainsi, les pratiques cynégétiques sont largement conditionnées par les types et les dynamiques des paysages.

2 L’occupation du sol en France au travers d’enquêtes agricoles et d’images aériennes

47Si un nombre important de paramètres sont susceptibles d’expliquer l’accroissement numérique des populations de sangliers, l’occupation du sol et le paysage en général semblent jouer un rôle fondamental. Ainsi, on peut émettre l’hypothèse selon laquelle l’évolution des formations boisées et para-forestières, dans un contexte de déprise agricole dans certaines régions, est un élément susceptible d’expliquer la répartition du niveau des prélèvements de sangliers.

48Il est donc nécessaire d’appréhender l’occupation du sol et d’essayer de caractériser les types de milieux. Dans un premier temps, il convient de les décrire en fonction de l’intérêt qu’ils représentent pour le sanglier. La précision de l’occupation du sol est fonction de l’échelle considérée. Aussi, selon les hypothèses formulées, l’analyse ira du niveau départemental au niveau micro-local.

49Il est proposé ici d’identifier, par une approche cartographique, différents types paysagers. Il s’agit de rechercher le maximum de diversité et de ressemblance.

50Cette ébauche typologique sera basée essentiellement sur des critères d’occupation du sol susceptibles de présenter un intérêt pour les populations de sangliers. Cela devrait permettre de mieux cerner les relations entre les modes d’utilisation du sol et la présence de sangliers.

51La difficulté d’une telle approche réside notamment dans la localisation et la délimitation d’unités homogènes. En effet, alors que certaines limites sont nettes et non ambiguës, d’autres le sont beaucoup moins, leur délimitation repose sur des gradients et des seuils qui font rarement l’unanimité.

2.1 La quantification de l’évolution paysagère et ses limites (méthodes, sources, échelles)

52De nombreuses méthodes sont utilisées pour décrire l’occupation du sol et notamment pour connaître la nature des surfaces agricoles et forestières. Deux grands types sont toutefois distingués.

53Le premier type concerne les statistiques « à dire d’expert ». Il s’agit soit d’inventaires fondés sur des déclarations (c’est notamment le cas pour les exploitants agricoles qui ont des obligations de déclarer certaines informations nécessaires aux calculs de la fiscalité foncière), soit d’enquêtes périodiques sur l’état de leur exploitation. C’est ainsi que sont obtenues les données provenant de l’administration fiscale (cadastre) ou de la Direction de l’Agriculture et de la Forêt (Recensement Général Agricole, déclarations annuelles de récolte, etc.).

54Le deuxième type vise à exclure le propriétaire ou l’exploitant pour analyser directement l’occupation du sol par photo-interprétation ou télédétection (Corine Land Cover par exemple). Néanmoins, ces techniques nécessitent des vérifications sur le terrain. Un important travail d’échantillonnage est alors nécessaire pour réaliser des classifications supervisées par les photo-interprètes.

55Ces deux types d’acquisition d’informations reposent sur des concepts très différents. L’une se veut exhaustive et l’autre par sondage. Les résultats n’ont pas le même degré de précision ni de fiabilité. Aussi, les chiffres peuvent être différents en fonction du type de méthodes retenues.

2.2 Approche départementale des prélèvements de sangliers : intérêts et limites du Recensement Général Agricole

  • 5 Le recensement de 1988 a été prescrit par le décret du 8 avril 1988. Il a recommandé à l’é (...)

56Le Recensement Général Agricole5 (RGA) est une enquête réalisée auprès de l’ensemble des exploitations agricoles françaises. Depuis la seconde guerre mondiale, il y a eu cinq recensements (1955, 1970, 1979, 1988, 2000).

57Le Service Central des Enquêtes et Études Statistiques (SCEES) du ministère de l’Agriculture et de la Forêt a assuré la direction du Recensement Général Agricole de 1988 et sa responsabilité conjointement avec l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques.

  • 6 Agreste, (1988). Recensement Général Agricole PROSPER. Cantons et régions agricoles Lozère(...)

58La collecte de l’information ainsi que le contrôle des questionnaires sont assurés par les services statistiques des Directions départementales et régionales de l’Agriculture et de la Forêt. L’exploitation informatique principale a été assurée par l’Institut National de la Statistique et des Études Économiques. Les exploitations informatiques complémentaires sont réalisées par le ministère de l’Agriculture et de la Forêt. (AGRESTE, 19886).

59Les recensements de 1955, 1970-1971, 1979-1980, 1988 considèrent l’exploitation agricole comme une unité économique et non comme une unité spatiale, même si son identification repose sur des critères de surface.

  • 7 (1 ha de surface agricole utile ou 20 ares en culture spécialisée), ou générer une activit (...)

60Pour autant, la définition d’une exploitation est relativement large. Effectivement pour le R.G.A de 1988, une exploitation agricole est une unité économique répondant à quatre conditions : produire des produits agricoles, atteindre ou dépasser une certaine taille7, être soumise à une gestion courante indépendante, être localisée dans la commune où est situé son siège. La contrainte de ce type de données réside dans le fait qu’une exploitation est recensée pour une commune donnée. Néanmoins, elle peut tout à fait exploiter des terres sur des communes voisines, ce qui génère donc des biais particulièrement importants à l’échelle communale. En effet, il y a là un réel problème de concordance spatiale. Les résultats obtenus par ce type d’inventaire peuvent générer une sur ou sous-estimation des surfaces par rapport à la surface communale connue. De plus, le recensement général agricole ne peut offrir qu’une vision partielle de la situation puisque les terres non rattachées à une exploitation échappent totalement au recensement, ce qui rend certaines interprétations parfois difficiles. Autre carence relevée, le recensement général de l’agriculture aboutit pour nombre de régions de moyenne ou basse montagne à une double sous-estimation. Ainsi, les landes et friches délaissées par les exploitants et leurs troupeaux seraient sous-estimées tout comme les landes et friches utilisées.

61Le SCESS a mené une enquête de contrôle sur le terrain du RGA de 1970. Cette enquête a montré que les terres labourables sont bien couvertes par le recensement. En revanche, plus de 8 % de la surface toujours en herbe (STH) n’est pas prise en compte. Il s’agit essentiellement des pacages d’utilisation collective. 49 % des landes et friches considérées comme inutilisées ne se rattachent à aucune des exploitations agricoles recensées. Toujours dans ce rapport du SCEES, « il est très difficile de distinguer les landes productives des landes improductives, et il est possible qu’au R.G.A. on ne recense que la superficie agricole utilisée dans le total des superficies. En ce qui concerne les landes et friches non productives, les bois et forêts et le territoire non agricole rattaché aux exploitations, l’exploitant ne voit pas le plus souvent la nécessité de répondre aux questions [...] car elles sont à la fin de questionnaire “utilisation des terres” et une certaine lassitude se fait déjà sentir ».

62Ces biais sont d’autant plus importants à connaître lorsque l’on sait l’importance des friches et des bois pour les populations de sangliers. Le fichier AGRESTE et ses données issues de la statistique agricole fournissent donc les éléments quantitatifs nécessaires à la compréhension de la dynamique d’occupation du sol mais il faut avoir à l’esprit les limites de ce type d’informations.

2.2.1 Analyse de la superficie agricole utile

63Pour ce qui est de l’évolution de l’occupation du sol, les analyses montrent des découpages territoriaux relativement tranchés. La répartition et l’évolution de la superficie agricole utile dissocient les régions entre elles.

64En structurel, la répartition de la SAU confirme bien évidemment l’existence de zones insérées dans un système économique intensif (Bassin parisien, Nord de la France, Bassin aquitain) alors que des pratiques agricoles extensives sont observables dans la majorité du pays. La qualité des sols, les potentialités environnementales favorisant bien évidemment la partie septentrionale du pays, les moyennes montagnes et les sols pauvres du sud ne constituent pas des espaces à fort rendement agricole.

65En dynamique, le découpage est sensiblement différent. Dans un contexte de déprise agricole, hormis des effets ponctuels de forte augmentation de la SAU sans valeur de modèle, la France semble s’orienter vers une stabilité de la SAU. Plus de la moitié des départements ont conservé leur SAU en dix ans, aussi bien dans les régions très agricoles que dans les espaces périphériques. Que ce soit en Lozère, dans l’Eure et Loir ou dans la Somme, les espaces laissés à la production agricole sont restés inchangés. Parallèlement à ce modèle dominant et admis, il convient de signaler l’existence d’un processus inverse très circonscrit à quelques régions. Loin des cadres admis du développement agricole national, les espaces méridionaux à agriculture extensive ainsi que la Vallée du Rhône ont connu une déprise agricole sans précédent. De l’Hérault jusqu’aux Alpes de Haute Provence en passant par l’Ain et la Nièvre, ce modèle semble spatialement se généraliser dans des espaces où l’activité agricole est largement surpassée par les fonctions tertiaires, urbaines et touristiques (carte 14 page suivante).

2.2.2 La relation SAU et population de sangliers

66Au vu de cette carte, il semble que la répartition et l’évolution de la SAU ne soit pas sans relation avec la répartition des populations de sangliers. Il est logique de constater que les départements où la SAU est très forte correspondent à des zones de prélèvements faibles, puisqu’ils n’offrent généralement que peu d’habitat sécurisant pour l’espèce. Par contre, une baisse significative de la SAU peut avoir des conséquences différentes sur les populations de sangliers selon que le changement d’occupation du sol devienne ou non plus favorable à l’espèce.

Carte 14. — Répartition et dynamique de la Surface Agricole Utile

Carte 14. — Répartition et dynamique de la Surface Agricole Utile

2.2.3 Analyse de la superficie boisée

67Le deuxième critère de l’analyse de l’occupation du sol concerne la répartition et la dynamique boisée telle qu’elle est définie par la base de données AGRESTE. Elle comprend aussi bien les bois et les forêts proprement dits, que les superficies boisées hors forêts comme par exemple la garrigue. Constituant un habitat potentiellement favorable au maintien et à l’évolution des populations de sangliers, cela laisse déjà présager des corrélations potentielles entre les deux dynamiques.

68Effet inverse de l’évolution de la SAU auquel s’ajoutent les processus d’urbanisation, la superficie boisée est largement conditionnée par les différentes pratiques humaines. Dans les espaces faiblement agricoles du Massif central ou dans d’autres régions du centre de la France, la déprise agricole a déjà laissé place depuis une vingtaine d’années à des forêts spontanées ou de production. Dans le Massif central par exemple, l’augmentation de la forêt est exclusivement liée à l’abandon de plus en plus croissant des terres agricoles. La fermeture des paysages, largement dénoncée par les acteurs économiques et politiques, devient un avantage indéniable pour les populations de sangliers. Dans d’autres régions, l’exploitation sylvicole productiviste prend le pas sur l’agriculture traditionnelle, dessinant de vastes espaces boisés de résineux et de feuillus comme dans l’est du Bassin parisien et dans le nord de la France.

69Ailleurs, l’emprise de la forêt diminue sous l’effet de nouvelles pratiques agricoles intensives, comme par le développement du processus d’urbanisation. Le sud du pays aux évolutions démographiques soutenues se construit dorénavant autour des grandes agglomérations de plus en plus étendues, laissant de moins en moins de place aux activités agricoles et à la forêt. L’Hérault et le Var en sont les archétypes même. Avec une augmentation de 30 % de la superficie construite, ils illustrent l’urbanisation du sud de la France engagée depuis une quarantaine d’années (carte 15 page ci-contre).

70Au terme de ces premières analyses, il apparaît clairement que l’espace national est fortement segmenté. De grandes entités spatiales aux comportements similaires déterminent de vastes régions structurellement et dynamiquement très divergentes. Par ailleurs, la quantification des superficies boisées contenue dans le fichier AGRESTE soulève bien des interrogations. En effet, et notamment en région méditerranéenne, la garrigue n’est pas toujours considérée comme de la forêt mais plutôt comme de la broussaille voire de la friche. Aussi, il convient dorénavant de dépasser cette lecture composite en dressant des typologies synthétiques qui pourraient par la suite donner lieu à des analyses de corrélations. Ces dernières pourront alors justifier ou non les effets de causalité recherchés.

Carte 15. — Répartition et dynamique de la superficie boisée 1989-1997

Carte 15. — Répartition et dynamique de la superficie boisée 1989-1997

71Une typologie des paysages agraires dominants à l’échelle départementale a été réalisée (carte 16 page suivante). En effet, l’utilisation du sol et dans une certaine mesure les orientations technico-économiques contribuent à façonner les paysages.

72Douze variables concernant à la fois la production agricole et les superficies boisées ont constitué l’ossature de l’analyse. Ces variables ont été retenues car elles constituent pour le sanglier des ressources alimentaires ou des espaces de sécurité. Elles concernent les superficies cultivées et non cultivées ainsi que les types de productions. Elles ont été pondérées par la superficie totale du département calculée par l’Institut Géographique National en 1976.

73De manière générale, ces variables s’intéressent aussi bien aux superficies de cultures annuelles, céréales (blé tendre, blé dur, seigle, orge, avoine, triticale et riz), de maïs (fourrage, grain, semence), d’oléagineux (colza, tournesol et soja), protéagineux (légumes secs) et aux cultures pérennes : prairies (artificielles ou naturelles), vignes comme aux milieux non cultivés (forêt, châtaigneraie, garrigue, friche, lande, etc.).

74L’approche départementale laisse apparaître des zonages relativement importants, dessinant de vastes entités géographiques plus ou moins propices au développement des populations d’ongulés. Alors que certaines d’entre elles offrent des potentialités d’habitats et des ressources alimentaires indéniables, d’autres paraissent moins hospitalières, au point que la capacité d’accueil des milieux peut être considérée comme négligeable voire nulle pour le sanglier.

75Cette classification met en évidence huit types de paysages agraires dominants. Logiquement, la typologie obtenue dissocie les départements en fonction des orientations technico-économiques des exploitations et notamment celles pratiquant la monoculture intensive et productiviste de celles basées sur des systèmes de production plus extensifs.

76Le premier type est caractérisé par les grandes cultures céréalo-betteravières (type 1). Ces dernières se trouvent dans les grandes plaines fertiles du nord du Bassin parisien, mais également dans les régions picardes de la Beauce et de la Brie. Ces paysages offrent en théorie des éléments favorables en termes de ressources alimentaires aux populations de sangliers. Par contre, la superficie boisée est nettement résiduelle, au point de limiter les domaines d’habitats de ces derniers.

Carte 16. — Typologie des paysages agraires départementaux dominants

Carte 16. — Typologie des paysages agraires départementaux dominants

77Le centre de la France, le Val de Loire et une partie du midi toulousain sont caractérisés par une agriculture tout aussi intensive mais beaucoup plus diversifiée associant les cultures d’oléagineux, protéagineux comme des céréales ou des vignes (type 2). Cette diversité qui est peu ou pas rencontrée dans les zones des groupes précédents peut constituer un atout alimentaire notable. Par contre, contrairement aux grandes régions productives septentrionales, la superficie boisée est nettement plus présente sous une forme naturelle ou plantée, plus ou moins exploitée.

78Tout en restant dans ce modèle d’agriculture intensive, la Bretagne se différencie clairement et constitue un groupe à elle seule, celui de la polyculture associée à l’élevage (type 3). Une grande part de la production agricole est destinée à l’alimentation du bétail (porcins, bovins, etc.) et de ce point de vue, elle peut répondre en partie au régime alimentaire des ongulés sauvages. Néanmoins, la superficie boisée éparse demeure très faible.

79Une autre forme de système de production est l’élevage extensif associé à des cultures résiduelles (type 4). Généralement, cette orientation technico-économique a été fortement touchée par la déprise agricole et ce d’autant plus que les sols exploités étaient pauvres. Ce type se retrouve dans les zones de montagnes et de moyennes montagnes, comme dans le sud du Massif central, dans les Alpes ou dans la chaîne pyrénéenne. Le climat, les pentes laissent peu de place aux superficies exploitées, et donc offrent un rôle majeur aux bois, landes ou forêts qui ont tendance à s’étendre.

80Le type 5 est caractérisé par de la polyculture associée à d’importantes superficies toujours en herbe. L’économie agricole est orientée vers l’élevage, ce qui n’assure guère de protection pour les sangliers. Par contre, la forte superficie boisée dans le Rouergue par exemple ou dans le Limousin peut localement jouer, selon les types de forêts, un rôle plus ou moins important dans le devenir et la protection des populations de sangliers.

81À côté de ces zones de polyculture, la production céréalière de la Limagne et des Monts du Lyonnais offre des potentialités d’accueil aux suidés sauvages car la polyculture de piémont est accompagnée de superficies boisées dans les régions du Massif central (type 6).

82Ailleurs, les superficies boisées occupent des espaces beaucoup plus étendus. Associées à une polyculture dominante, une grande partie de la Lorraine et des Ardennes constitue un ensemble homogène où les répartitions entre superficies exploitées et zones boisées sont théoriquement autant d’atouts pour l’accroissement des populations de sangliers (type 7).

83Les vignobles associés à des parcelles de céréales, de vergers entourés par de vastes étendus de garrigues et de forêts caractérisent une grande partie du sud de la France, notamment dans sa partie méditerranéenne (type 8). Constituant un support favorable aux populations de sangliers, ces régions du sud méritent une attention toute particulière compte tenu de l’évolution actuelle des populations d’ongulés sauvages.

84Bien que grossière, l’approche départementale permet tout de même de mettre en évidence la grande diversité des systèmes de production agricole mais également de saisir l’importance de l’occupation du sol comme facteur explicatif de la répartition et de l’accroissement des populations de sangliers. Compte tenu de l’hétérogénéité des grands types de paysages agraires et pour évaluer l’importance des zones de contact entre les principaux types d’occupation du sol, il convient d’opter pour une description beaucoup plus fine des types de milieux. Les données de l’inventaire Corine Land Cover sont pour cela particulièrement pertinentes.

2.3 Une cartographie européenne de l’occupation du sol : le programme Corine Land Cover

85La base de données géographique Corine Land Cover a été créée par la Communauté Européenne et le ministère de l’Environnement français à partir de 1989. De nombreuses sources d’informations géographiques ont été utilisées. En effet, cette cartographie repose sur la photo-interprétation visuelle d’images satellites — Spot XS, Landsat MSS — assistée de données d’appui telles que photographies aériennes, cartes topographiques ou thématiques diverses. Ainsi, les photographies aériennes panchromatiques de l’Institut Géographique National (IGN) et les photographies aériennes de l’Inventaire Forestier National (IFN) ont été utilisées, tout comme les cartes topographiques de l’IGN, les cartes de végétation du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) au 1/200 000e, les cartes des types de peuplement forestier de l’IFN. Les couches d’occupation des sols et des réseaux ont également servi de support.

86Si certaines régions ont été interprétées en 1987 et 1988 à un seuil de 5 hectares, la base a été entièrement remise aux normes européennes. Celles-ci prévoient notamment un seuil de 25 hectares pour les éléments de surface et 100 mètres pour les éléments linéaires. Toutefois, 24 % des objets ont une superficie inférieure au seuil des 25 hectares. Cette base de données est composée d’un ensemble d’objets géographiques contigus de type surfacique couvrant l’intégralité du territoire métropolitain. Au total, près de 350 000 polygones décrivent l’occupation du sol.

87La typologie Corine Land Cover propose une nomenclature subdivisée en trois niveaux de précision. Le premier niveau met en évidence quatre postes :

  • les territoires artificialisés (tissu urbain, voies de communications, équipements, etc.) ;
  • les territoires agricoles (terres arables, cultures permanentes, prairies, zones agricoles hétérogènes) ;
  • la forêt et les milieux semi-naturels (forêts, milieux à végétation arbustive et/ou herbacée, espaces ouverts) ;
  • et enfin les zones humides et les surfaces en eau.
  • 8 Dion R., Essai sur la formation du paysage rural français. Paris, Flammarion, coll. « Géog (...)
  • 9 Amat J.-P., « À la découverte de la forêt française ». In J. Gadant, J.-P. De Monza (dir.) (...)

88Pour comprendre la relation entre l’occupation du sol et les prélèvements de sangliers, il convient de ne pas se limiter à la seule étude de la répartition agricole et forestière. Une approche globale des territoires, basée sur l’analyse paysagère, semble indispensable. Cette dernière demeure d’autant plus essentielle que les paysages français sont diversifiés et évoluent rapidement. Les causes de ces mutations sont multiples et si l’urbanisation semble, en théorie, peu jouer dans ces modifications (5 % seulement du territoire sont affectés), il faut aller chercher des éléments d’explication dans d’autres postes d’occupation du sol. La diversité paysagère repose alors essentiellement sur le fait que plus de 60 % de la surface du territoire national est allouée à la production agricole (carte 17 page ci-contre). Pour R. Dion (19918) « La part de l’homme dans la formation du paysage rural, c’est avant tout l’aménagement des terroirs agricoles suivant un certain plan, qui régit non seulement la forme et la disposition des champs, mais aussi la répartition de l’habitat lui-même. ». La diversité paysagère est également le fait d’une diversité forestière relativement riche. La superficie occupée par la forêt en France représente vingt millions d’hectares soit plus de 30 % du territoire national. Pour J.-P. Amat (19989), « la France est un carrefour biogéographique des milieux tempérés. À son échelle, la diversité forestière est infinie et ses variations s’orchestrent autour de trois motifs : le cortège des espèces, les structures des peuplements, les ambiances écologiques ». Le 1 % restant correspond à des surfaces en eau et aux zones humides, zones que les sangliers ne dédaignent pas.

Carte 17. — Occupation du sol selon la nomenclature Corine Land Cover en 1997

Carte 17. — Occupation du sol selon la nomenclature Corine Land Cover en 1997

89Depuis près de deux siècles, l’évolution des techniques, des modes de production et l’augmentation des rendements ont bouleversé rapidement les paysages et les écosystèmes. Qu’elle soit intensive ou extensive, l’activité agricole a dessiné de nouveaux paysages aux caractères diversifiés. Si la plupart des espaces les plus productifs ont été affectés par le remembrement, les grands travaux de drainage, de défrichement, etc., les espaces les moins adaptés à la production intensive ont été plus ou moins délaissés. Peu ou pas entretenus, ils sont aujourd’hui soumis à des processus de déprise aux conséquences écologiques importantes en termes de biodiversité par exemple.

2.3.1 Les espaces agricoles au travers de Corine Land Cover

90Les zones agricoles hétérogènes et les terres arables sont le support privilégié pour la culture des plantes annuelles. Cette diversité est très importante en France même si les céréales sont les plantes les plus cultivées. La Beauce s’impose tout naturellement avec des rendements de 80 à 100 quintaux à l’hectare. La production de maïs est en constante augmentation depuis les années 70. Le rendement de certaines cultures ne cesse de s’améliorer, c’est notamment le cas des oléo-protéagineux, pommes de terre et betteraves par exemple.

91En termes de superficie, les prairies ne représenteraient pas moins de huit millions d’hectares, soit près de 25 % du territoire agricole (carte 18 page suivante). Sous leur forme la plus extensive, ces dernières sont localisées prioritairement dans les régions agricoles à faible productivité. C’est donc tout naturellement qu’on les retrouve dans le Massif central, en Bretagne, dans l’Est de la France et dans les régions de moyenne montagne.

Carte 18. — Territoires agricoles selon la nomenclature Corine Land Cover

Carte 18. — Territoires agricoles selon la nomenclature Corine Land Cover

92Les cultures permanentes sont dominées par la viticulture. Les principales régions viticoles sont le Languedoc-Roussillon, le Bassin aquitain, la vallée du Rhône, la Provence, la Bourgogne, le Beaujolais, le Val de Loire. À cela, il faut rajouter le vignoble de Champagne, d’Alsace et de Charente. Si le pourtour méditerranéen est propice à la viticulture, il l’est également pour l’arboriculture et l’oléiculture.

2.3.2 Répartition cantonale des forêts et milieux semi-naturels

93La forêt française couvre 14 millions d’hectares soit un quart du territoire national. Elle est constituée d’une mosaïque de massifs qui résulte de relations complexes entre des facteurs naturels, sociaux, économiques et politiques. L’ouest et le nord de la France sont peu boisés. Quatre ensembles régionaux forestiers, au taux de boisement supérieur à 35 %, se dessinent. Il s’agit de l’arc montagneux oriental des Vosges au Jura, des Alpes-de-Haute-Provence, du Massif central et de l’Aquitaine.

94La superposition de la carte de la part des forêts et milieux semi-naturels à celle des territoires de chasse où les prélèvements sont supérieurs à 0,74 sanglier prélevé par km2, seuil qui traduit une bonne implantation des populations, permet de rechercher visuellement d’éventuelles relations entre ces facteurs. Au vu de la carte 19 page ci-contre, il semble bien qu’il existe une relation entre espaces boisés et prélèvements de sangliers. Ceci est particulièrement net pour l’Arc méditerranéen, l’Est et le Centre de la France. En revanche, dans les Landes ou encore dans le Massif central, malgré une part importante de forêts, on note très peu de prélèvements de sangliers. Il convient donc de s’intéresser au type de boisement et d’essayer de valider ces hypothèses.

  • 10 Buttoud G., (2003). « La Forêt : Un espace aux utilités multiples ». Notes et Études docum (...)

95Pour Buttoud (200310), « la dynamique forestière en France est essentiellement le fait de la colonisation naturelle de landes et de friches, liée à la déprise agricole. La forêt serait plus subie que voulue ». La prime au boisement des terres agricoles instituée par la Commission européenne au début des années quatre-vingt-dix ne semble pas avoir eu de conséquences significatives sur l’extension de la forêt. Les causes avancées seraient plutôt structurelles et liées à la recomposition des systèmes productifs agricoles. Les années 1992- 1993 correspondent également à la politique de jachères en France. Depuis, les terres les moins productives sont restées en jachère même après la fin des primes. C’est donc tout naturellement que la plus forte progression de la forêt trouve son origine dans le développement des landes, du maquis, et de la garrigue.

Carte 19. — Part des forêts et milieux semi-naturels et prélèvements de sangliers en 1997

Carte 19. — Part des forêts et milieux semi-naturels et prélèvements de sangliers en 1997

96L’autre caractéristique de la forêt française est sa diversité. Pas moins de 136 essences ou groupes d’essences sont représentés, composés d’au moins 76 espèces de feuillus et 60 de résineux. Néanmoins, une dizaine d’espèces constitue 90 % des peuplements forestiers.

97Les deux tiers de la superficie boisée sont occupés par des feuillus. Les plus présents sont le Chêne, le Hêtre, le Charme, le Châtaignier. Une cohorte d’autres espèces très disséminées se mélange aux essences les plus répandues. Les résineux couvrent un tiers des surfaces boisées. Les pins, sapins, épicéas sont dominants dans les Vosges, le Jura, les Alpes, les Pyrénées. En Aquitaine, la forêt landaise a été entièrement plantée avec des résineux (pin maritime).

98Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche distingue trois types de forêts :

  • les forêts de plaines et de collines ;
  • les forêts de montagnes ;
  • les forêts méditerranéennes.

99Les forêts de plaines et de collines sont les plus représentées en France. Elles couvrent près de 60 % de la surface forestière totale du pays. Elles ont été pour la plupart modifiées par l’homme. Au cours du temps, elles ont fait l’objet de destructions, de reconstitutions et d’enrichissements. On y retrouve le cortège de feuillus présents dans notre pays. Chênes et hêtres sont les espèces dominantes.

100Les forêts situées au-dessus de 500 mètres d’altitude sont définies par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche comme des forêts de montagne. Cette définition assez large concerne environ 5 millions d’hectares, ce qui représente presque un tiers de la forêt française. Compte tenu de sa localisation, un quart d’entre elles se trouve situé sur des pentes de plus de 30 %. Ces forêts ont des fonctions particulières et notamment celle du maintien des sols. Elles sont composées essentiellement de résineux, pins sylvestres, pins à crochet, mélèzes, sapins pectinés, épicéas, etc.

Carte 20. — Types de peuplements forestiers par canton

Carte 20. — Types de peuplements forestiers par canton

Tableau 5. — Évolution de la surface boisée entre 1993 et 1998 (en ha/an)

Tableau 5. — Évolution de la surface boisée entre 1993 et 1998 (en ha/an)

Source : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises, 2000

101La forêt méditerranéenne correspond à des formations subfores-tières de types landes, maquis ou garrigues. Très localisée, elle représente moins de 10 % de la forêt française. Ces boisements n’ont qu’une faible valeur économique et sont particulièrement sensibles aux incendies de forêts. La végétation est adaptée à la rareté de l’eau. Les formations naturelles dominantes sont sempervirentes et xérophiles. Le chêne vert est l’espèce emblématique de cette région. Ce dernier est bien adapté à des conditions difficiles : sols peu profonds et pierreux, sécheresse estivale. Quelques résineux comme le pin d’Alep, le pin maritime, ou le pin pignon sont également caractéristiques de cet espace.

102L’évolution des différents types de forêts en France est relativement contrastée. L’extension de la forêt montagnarde et plus encore de la forêt méditerranéenne contraste avec la stabilité des forêts de plaines et collines. La déprise agricole, beaucoup plus marquée en montagne et sur le pourtour méditerranéen, explique en partie cette dynamique forestière, même si la cartographie des friches à une petite échelle est particulièrement difficile à réaliser. De nombreuses sources en font néanmoins état, mais les friches sont dans la plupart des cas incluses à d’autres formations comme les landes par exemple. Les chiffres avancés varient de façon considérable en fonction des méthodes utilisées.

Tableau 6. — Évolution de la surface boisée et des types de forêts entre 1989 et 1999

Tableau 6. — Évolution de la surface boisée et des types de forêts entre 1989 et 1999

Source : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises, 2000

2.4 La commune de Nant (Aveyron) à l’épreuve de la photo-interprétation

103L’analyse des rapports entre le paysage et les pratiques de gestion des ressources doit être appréhendée en tenant compte des dynamiques spatiales. Toutefois, ces dernières ne sont généralement perceptibles qu’à une échelle relativement fine. Il faut donc conduire une analyse spatiale et temporelle qui permette de réfléchir sur les effets à court et moyen termes de l’action de l’homme sur l’organisation du territoire.

104Une approche au niveau micro-local est menée à travers l’exemple de la commune de Nant (carte 21 page suivante). Cette commune est située au sud-est de l’Aveyron (chef-lieu de canton et arrondissement de Millau). Elle s’enfonce en coin entre les départements du Gard et de l’Hérault et reflète bien les mutations spatiales qui ont touché le pourtour de l’Arc méditerranéen. Le changement de pratiques culturales, l’abandon des cultures en terrasses, la progression des formations boisées et para-forestières sont quelques exemples des transformations qui ont marqué ce territoire. L’enjeu scientifique n’est pas tant de connaître l’évolution des surfaces, mais bien de connaître les grandes tendances d’évolution et d’en expliquer les causes et les conséquences.

105Pour rendre compte des dynamiques des formations boisées, la méthode retenue consiste à mener une analyse diachronique de l’occupation du sol. Deux états successifs, l’un en 1978, l’autre en 1997, ont été menés sur le même espace. Deux outils d’analyse ont été utilisés en association pour ce travail :

  1. L’outil SIG, afin de localiser les éléments de paysage et de spatialiser leur évolution dans le temps.
  2. Les matrices de transition (Godron & Lepart, 197311 ; Forman & Godron, 198612), pour modéliser l’évolution des surfaces des éléments de paysage au cours du temps.

Carte 21. — Localisation de la commune de Nant

Carte 21. — Localisation de la commune de Nant

106La première opération consiste à dresser une cartographie de l’occupation du sol en 1978 et en 1997. Pour cela, deux missions de photographies aériennes ont été utilisées. La première mission en panchromatique noir et blanc date de 1978, les clichés ont été pris à l’échelle 1/17 000e par l’Institut Forestier National. La seconde en couleur a été réalisée par l’Institut Géographique National et a donné lieu à la création d’ortho-photographies exploitables du 1/1000e au 10/1000e.

  • 13 Ifn, (1991). Instruction pour la photo-interprétation. Document interne.
  • 14 IFEN. (1997). Nomenclature Corine Land Cover.

107L’interprétation des photographies aériennes s’est inspirée de la méthodologie mise en œuvre par l’IFN (IFN, 199113) et de l’IFEN (IFEN, 199714) mais a dû être adaptée compte tenu de la problématique posée. En effet, l’objectif fixé est de mesurer les grandes tendances d’évolution.

108Une nomenclature simplifiée de l’occupation du sol a été élaborée comme suit :

  • Tissu urbain ;
  • Terres arables ;
  • Cultures permanentes ;
  • Prairies artificielles ;
  • Forêts ;
  • Milieux à végétation arbustive et herbacée ;
  • Réseaux de communications ;
  • Surface en eau.

109La numérisation de cartes dans un système de coordonnées géographiques permet une représentation des types d’occupation du sol mais facilite également la mesure des différentes entités (calcul de surface, de périmètre, etc.).

110La superposition de la carte de 1978 avec celle de 1997 permet d’analyser les changements ainsi que les transitions entre les types d’occupation du sol qui ont eu lieu dans la commune de Nant durant la période considérée. Pour ce faire, une intersection, au sens mathématique du terme, a été réalisée entre les deux couches. Cette intersection génère autant de types de dynamiques qu’il y a de transitions. La nomenclature en 8 types peut révéler théoriquement 64 évolutions possibles. L’intersection pose un problème d’incertitude spatiale car elle génère des polygones de taille réduite qui peuvent venir « parasiter » les couches primitives dont ils sont issus. Se pose alors la question de savoir, si ces nouveaux polygones correspondent réellement à un changement d’occupation du sol ou bien s’ils sont le fait d’erreurs d’interprétation et de cartographie, auquel cas il s’agit d’éléments « parasites » n’ayant aucun sens. Gautier (1996) a décrit trois sources d’erreurs inhérentes à la méthode :

  1. lors de la photo-interprétation, les limites entre les éléments de paysage ne sont pas toujours très nettes et peuvent être tracées différemment aux deux dates ;
  2. le report de la photo-interprétation sur la carte n’est pas toujours précis, surtout quand les limites des unités spatiales ne suivent pas des lignes remarquables de la carte (route, ligne de crête, etc.) ;
  3. la numérisation est manuelle et donc relativement imprécise.

Tableau 7. — Occupation du sol de la commune de Nant en 1978 et en 1997

Tableau 7. — Occupation du sol de la commune de Nant en 1978 et en 1997

Source : Raynal, 2003

Carte 22. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1978

Carte 22. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1978

Carte 23. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1997

Carte 23. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1997

111Ces trois erreurs s’additionnent dans la constitution des couches primitives. Elles sont suffisantes pour que l’on puisse mettre en doute la signification des « polygones de fragmentation » qui, après l’intersection entre les deux couches, bordent un même élément de paysage. Le fait de savoir si ces polygones ont un sens ou non, a une influence directe sur l’analyse spatiale en cours, car la dynamique de la zone d’étude est mesurée grâce à la surface cumulée par type d’occupation du sol. Pour minimiser ces sources d’erreur, les polygones inférieurs ou égaux à 0,5 ha ont été sélectionnés et ont fait l’objet de vérifications au cas par cas. Ces derniers étaient soit réaffectés au polygone voisin, soit supprimés.

112La cartographie de l’occupation du sol en 1978 (carte 22 p. 110) montre que les milieux à végétation arbustive et herbacée occupent près de 50 % du territoire communal. L’espace forestier est néanmoins très présent puisqu’il représente un peu plus de 30 % de l’occupation du sol. Le territoire réservé à l’agriculture avoisine les 20 %. Il faut toutefois souligner la difficulté à interpréter des photographies aériennes non actuelles car il est très difficile d’engager des vérifications sur le terrain. Il n’empêche que lorsque l’on compare l’occupation du sol entre 1978 et 1997, il apparaît clairement que le milieu s’est considérablement « fermé », c’est-à-dire que les formations para-forestières et forestières ont largement progressé.

113Ce territoire s’avère être particulièrement favorable à l’implantation et au développement des populations de sangliers car près de 80 % de la superficie communale est constitué de forêts et de milieux semi-naturels. L’espace agricole couvre quant à lui 18 % de la surface.

114Les principaux changements portent sur la progression de la forêt, dont la part a largement augmenté de + 14 %, alors que la surface des milieux à végétation arbustive et herbacée s’est considérablement réduite (-13 %). Cette baisse touche essentiellement les surfaces en pâturages extensifs caractérisés par des milieux à végétation herbacée qui pendant longtemps ont servi de parcours pour les moutons. Incontestablement, on observe un recul des terres agricoles. Ce recul concerne aussi bien les terres arables que les cultures permanentes (vignes, arbres fruitiers, etc.).

115L’exploitation des matrices de transition permet d’analyser l’évolution de l’occupation du sol sur la commune de Nant entre 1978 et 1997. À partir des données brutes, il est possible d’exprimer les transitions en pourcentage afin de résumer les changements observés depuis 1978. Le graphique 3 permet de visualiser plus aisément les changements entre les types d’occupation du sol. La largeur des flèches est proportionnelle au pourcentage de transition d’un type d’occupation du sol à un autre. Seules ont été représentées les transitions de plus de 5 % de la surface initiale d’un type d’occupation du sol. Lorsque les surfaces totales se maintiennent, elles sont exprimées en pourcentages de surface. Par ailleurs, les tendances d’évolution sont précisées.

Tableau 8. — Évolution de la surface de l’occupation du sol sur la commune de Nant entre 1978 et 1997

Tableau 8. — Évolution de la surface de l’occupation du sol sur la commune de Nant entre 1978 et 1997

Source : Raynal, 2003 NB : Ce tableau est réalisé sans ordonnancement particulier des types d’occupation du sol

Graphique 3. — Graphe de transitions des types d’occupation du sol entre 1978 et 1997 sur la commune de Nant

Graphique 3. — Graphe de transitions des types d’occupation du sol entre 1978 et 1997 sur la commune de Nant

116L’analyse des transitions qui portent sur plus de 10 000 hectares montre la dominance de la forêt sur les autres types d’occupation du sol et la tendance à l’accroissement de cette dernière qui bénéficie de l’apport des milieux à végétation arbustive. Compte tenu des difficultés de l’exploitation des photographies aériennes de 1978, les milieux à végétation herbacée ont dû être rassemblés avec les milieux à végétation arbustive. Cette nomenclature ne permet guère de saisir l’origine des transformations. En effet, c’est justement les parcours abandonnés sur des espaces à végétation herbacée qui évoluent naturellement vers des espaces à végétation arbustive puis vers la forêt. Les prairies artificielles, c’est-à-dire semées par l’homme (luzerne, sainfoin, etc.) semblent provenir d’une reconversion des terres arables, parfois liée à des périodes de jachère. Par ailleurs, il est à noter que près d’une centaine d’hectares de terres agricoles ont changé d’affectation entre 1978 et 1997 et sont devenus de la forêt ou des milieux semi-naturels.

117Les transitions lorsqu’elles sont mineures restent difficiles à expliquer. Ce graphe pose bien le problème de la précision des définitions des types d’occupation du sol mais également les difficultés d’identification de ces types à partir de photographies anciennes. L’utilisation de ces dernières permet de saisir les grandes tendances d’évolution. Cependant, d’autres études ont montré également cette régression des terres cultivées au profit du saltus sur l’ensemble du Causse du Larzac (Aveyron) et sur le Causse Méjean (Lozère).

118Au vu des prélèvements, il semble que les populations de sangliers aient su tirer profit de l’augmentation des surfaces boisées. Ainsi pour la commune de Nant, les parcelles qui ont évolué vers la forêt ont pour origine les milieux à végétation arbustive et herbacée. Il s’agit notamment de parcours qui ont été progressivement abandonnés dans 98 % des cas. Les 2 % restants sont d’anciennes terres arables ou cultures permanentes souvent difficiles à travailler. La détermination de zones en friches ou composées de formations à végétation herbacée n’est pas toujours chose aisée surtout sur des photographies anciennes et en noir et blanc. Sur la commune de Nant, la part de superficie boisée inchangée entre 1978 et 1997 s’élève à 3 309 ha sur une superficie totale de 10 940 ha (carte 24 p. 117). Durant cette même période, la part de forêt aurait progressé de plus de 1 600 ha, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 2 %. Ce regain de la forêt a conduit à une augmentation de la capacité d’accueil du territoire en faveur du sanglier, même si l’accroissement de la forêt et des populations de sangliers sont deux phénomènes qui ne peuvent être observés sur le même laps de temps car les vitesses d’accroissements sont différentes. Il est à noter que parallèlement la densité de sangliers prélevés a fortement progressé entre 1987 (date à partir de laquelle les prélèvements sont connus) et 1997 ou encore 1998. Les prélèvements sont passés de 71 sangliers prélevés en 1987 à 332 en 1998, soit un accroissement annuel de près de 15 %. Ce chiffre est à manipuler avec précaution car l’échelle communale est mal adaptée à l’analyse des prélèvements ; en effet, une population de sangliers vit généralement sur un espace bien plus vaste que le territoire communal. Le domaine vital d’une population s’étend fréquemment au-delà de 30 000 ha. De même, il n’a pas été possible de prendre en compte l’effort de chasse, qui pourtant est loin d’être constant sur l’ensemble de la période. La progression des formations boisées et des prélèvements de sangliers sont cependant des éléments tangibles dont la population locale est bien consciente.

Photo 2. — Transformation des paysages à Saint-Jean-du-Bruel

Photo 2. — Transformation des paysages à Saint-Jean-du-Bruel

119Cet exemple local est particulièrement intéressant car très représentatif de la situation dans le sud de la France. Il révèle des changements paysagers particulièrement nets, plus ou moins profitables à la faune sauvage. Entrainant par là même des changements dans les pratiques cynégétiques locales.

Carte 24. — Évolution des formations boisées et des prélèvements de sangliers sur la commune de Nant

Carte 24. — Évolution des formations boisées et des prélèvements de sangliers sur la commune de Nant

120Plus généralement, l’analyse diachronique de l’espace pose des problèmes thématiques et techniques. Sur le plan thématique, toute la difficulté réside dans la prise en compte des pratiques rurales qui ont une incidence directe sur l’organisation spatiale. Toutefois, ces pratiques ont généralement un impact différé sur l’occupation du sol. D. Gautier (1996) estime qu’il faut compter de 20 à 30 ans entre une modification des pratiques rurales et ses conséquences sur l’évolution de la structure du paysage. Il précise par ailleurs que cette période peut être plus longue quand l’élément de paysage possède un rythme d’évolution lent, en particulier pour les éléments pérennes des systèmes ruraux comme les formations arborées ou les terrasses.

121Sur le plan technique, l’utilisation d’un SIG permet d’établir facilement des matrices de transition, qui restent un modèle simple de simulation des cinématiques spatiales. La constitution de couches correspondant à une représentation de l’occupation du sol permet de calculer facilement des surfaces, d’établir des croisements et de mener de nombreuses requêtes spatiales. Cependant, cette technique n’est pas sans soulever des problèmes et notamment celui de la gestion des transitions aux frontières, tout comme la création des polygones « parasites » qui doivent être éliminés afin de ne pas nuire aux conclusions de l’analyse.

122Si la cartographie permet de saisir les dynamiques d’occupation du sol ou des populations de sangliers, le discours des chasseurs comme celui des « gens du cru » permet également d’apprécier l’importance du phénomène dans cette commune.

123Les formations para-forestières évoquent la friche. Pour Dérioz (1994), « La friche se trouverait à la charnière entre deux grands mythes de la nature : celui, bénéfique, de la terre nourricière et féconde, qui s’oppose à la nature sauvage et hostile. Elle manifeste la revanche de forces naturelles contre lesquelles le paysan mène un combat millénaire de domestication ».

  • 15 Piqueur : valet qui s’occupe des chiens.
  • 16 Grosrichard F., (1987). « La France des derniers feux », le Monde, 8-12-1987.
  • 17 Bailly A., Beguin H., (1993). Introduction à la géographie humaine. Paris, Masson, coll. « (...)
  • 18 Bertrand G., (1975). op. cit., p 333.

124Les friches sont décrites par les chasseurs comme un environnement végétal hostile, constitué de végétation piquante et impénétrable pour l’homme et parfois même pour ses chiens, seuls les sangliers arrivent à s’y frayer un chemin. Pourtant dans la pratique, rares sont les espaces qui ne sont pas chassés, peu ou prou « le piqueur15 » arrive à se frayer un chemin pour atteindre ces lieux, qui bien souvent servent de zones de remise pour les sangliers. Malgré la végétation dense, les chiens, s’ils sentent la présence de sangliers, pénètrent au cœur même des remises pour déloger le gibier tant recherché. Ces espaces sont fondamentaux pour la pratique de la chasse aux sangliers et sont systématiquement explorés. Pourtant, ces milieux sont connotés négativement car dans les discours, l’enfrichement est associé à la désertification. « ... quand il n’y a plus d’hommes, de femmes et d’enfants, l’école ferme, puis vient le tour de la poste, de la station-service, du bureau de tabac... tandis que genêts, ronces, bruyères envahissent les champs ». (Grosrichard, 198716). Ces transformations territoriales suscitent beaucoup de nostalgie : il est fait référence au travail des agriculteurs mais également à des modes de chasse aujourd’hui révolus. Cette phrase prononcée par un chasseur est révélatrice de la situation : « Avant, toutes les parcelles en terrasses étaient cultivées en blé, c’était fameux pour le petit gibier. À présent, il y a plus de sangliers que de lapins ! ». Dès lors, il semble utile de s’interroger sur les facteurs explicatifs de la spatialisation de l’occupation du sol. Longtemps, les caractères biophysiques étaient considérés comme déterminants. Mais, très rapidement, les recherches intègrent en plus les facteurs humains, passant ainsi du déterminisme à l’environnementalisme. Des divergences notables sont alors soulignées concernant les facteurs explicatifs (Bailly et Beguin, 199317). Est-ce que ce sont les contraintes biophysiques, les systèmes de production, les marchés et systèmes de transport, ou encore des facteurs sociaux ou culturels qui expliquent les localisations des productions agricoles ou de la couverture forestière ? Pour G. Bertrand (197518), « L’espace rural est à la fois réalité écologique et création humaine ». Ainsi, l’agencement des paysages n’est pas le fruit du hasard. Il convient donc de mettre en œuvre toutes les approches, qu’elles soient analytiques ou systémiques, pour tenter de mieux comprendre ces localisations.

125En premier lieu, il paraît bien difficile de nier que les conditions biophysiques et notamment le climat, le sol et le relief influent aussi bien sur la localisation des forêts que sur celle des terres agricoles. Les plantes comme les animaux ont des besoins en énergie et en eau pour vivre. Le climat par exemple, a des conséquences directes sur ces derniers. Ce sont généralement les valeurs extrêmes qui sont considérées comme facteur limitant, capable de compromettre le cycle de reproduction. Néanmoins, les températures et les précipitations ne peuvent à elles seules expliquer la localisation des cultures. Les types de sols, le relief et la pente constituent autant de paramètres à prendre en considération. Les effets sont divers, ils peuvent entre autres modifier les conditions climatiques (précipitations et températures), même si leur répartition reste très inégale sur l’ensemble du territoire.

  • 19 Tricart J., (1994). Écogéographie des espaces ruraux. Nathan, coll. « Fac. Géographie ».
  • 20 Bertrand G., (1975) op. cit..

126Le relief et les fortes pentes rendent également l’accessibilité des produits et des hommes plus difficiles et génèrent des contraintes à la mécanisation agricole et sylvicole, ce qui entraîne de fait des surcoûts de production. Ce déterminisme ne peut cependant pas tout expliquer à lui seul ; aux impératifs climatiques ou pédologiques, il faut rajouter des facteurs socio-économiques et culturels. J. Tricart, (199419) précise que « dans les mêmes conditions naturelles, les bénéfices que les producteurs peuvent espérer d’une culture varient considérablement en fonction des conditions de crédit, de transport [...], de commercialisation [...]. La marge de profit, dans chaque cas, peut soit rendre rentable une culture déterminée dans un milieu écologiquement marginal, soit au contraire, rendre peu rentable une culture pourtant bien adaptée au milieu ». L’artificialisation des milieux a été constante, l’homme tentant en permanence de maîtriser au maximum les éléments naturels. Cependant, la maîtrise du milieu naturel est loin d’être totale. Elle semble bien difficile sur de grandes superficies. D’autant que cette artificialisation a un coût souvent élevé, rendant les denrées produites moins compétitives. G. Bertrand (199420) résume la complexité des faits. Pour lui, « l’espace rural comporte une part plus ou moins grande d’éléments naturels [...]. Toutefois, ces composants naturels ne doivent pas être imposés comme une donnée préalable mais comme une réalité vécue à la fois dominante et dominée, combattue et utilisée de l’intérieur d’une organisation sociale et économique [...]. L’espace rural ne peut donc s’appréhender que globalement. C’est un ensemble dans lequel les éléments naturels se combinent dialectiquement avec les éléments humains ». Les facteurs de production (terre, travail, capital), les systèmes de production ainsi que l’organisation des transports sont autant de facteurs explicatifs de la localisation mais également des mutations agricoles.

127Les interventions des acteurs politiques et économiques peuvent également jouer sur l’évolution des paysages. Ainsi, politiques agricoles et intégrations des filières jouent un rôle non négligeable en termes d’évolution et de mutations agricoles. La Politique Agricole Commune (PAC) a, par exemple, pris des mesures de protection et de soutien financier pour tenter d’accroître la productivité agricole. L’objectif était de maintenir un niveau de vie équitable à la population agricole, de stabiliser les marchés et enfin de garantir aux consommateurs l’approvisionnement à des prix raisonnables. Ces choix politiques se traduisent par l’extension, la stabilité ou la régression de certaines pratiques culturales ou sylvicoles, ce qui a des répercussions directes sur les territoires.

128Enfin, l’approche systémique propose une lecture des changements agricoles à travers les relations entre l’agriculture et son environnement. Ceci permet d’intégrer les structures spatiales, les caractéristiques éco-géographiques des milieux mais également les dimensions économiques.

129À travers ces différents courants, on mesure toute la complexité à expliquer et à comprendre la localisation des productions agricoles ou sylvicoles, d’autant que les paramètres évoqués n’interviennent pas tous à la même échelle et que certains sont difficilement mesurables.

130L’influence des milieux sur les populations de sangliers est d’autant plus difficile à appréhender qu’il s’agit de réalités changeantes et dynamiques jamais réellement stables, inscrites dans le temps et dans l’espace. Ainsi, pour avoir une vision la plus complète possible, il paraît nécessaire de combiner toutes ces approches à différentes échelles, du global au local par exemple. Ceci révèle bien toute la complexité des systèmes interagissant entre eux qui pourtant sont des « clés » de lecture pour saisir la répartition et la diffusion de la faune sauvage.

3 Prélèvements de sangliers et occupation du sol : deux phénomènes particulièrement corrélés

131Les analyses conduites à partir des différents types d’occupation du sol ainsi que ceux relatifs aux prélèvements de sangliers semblent confirmer que des liens existent entre ces deux familles de variables. Toutefois, rappelons que ces liens de causes à effets doivent être maniés avec précaution, compte tenu des biais introduits par l’ensemble des données disponibles. Ces biais rendent tout naturellement plus difficile la mesure des processus. La difficulté réside alors dans le choix de la méthodologie à mettre en œuvre pour quantifier les mutations et les corrélations entre ces deux phénomènes, l’objectif étant de caractériser les habitats favorables aux populations de sangliers et de s’interroger sur l’existence d’éléments de concordance entre les prélèvements de sangliers et les types de milieux.

132Les nouvelles pratiques agricoles responsables de l’augmentation des lieux de gagnage sont-elles indirectement des éléments déterminants dans l’accroissement des populations animales ?

133Parallèlement à la déprise agricole, dont le résultat se traduit par une augmentation des formations boisées, existe-t-il un lien entre l’augmentation des superficies forestières et para-forestières, habitat potentiel, et l’évolution des populations de sangliers ?

134L’habitat du sanglier devant assurer sécurité et nourriture, ne faut-il pas chercher des complémentarités entre superficies boisées et zones de productions agricoles pour expliquer certains niveaux de populations animales ?

135C’est pour tenter de répondre à ces questions que des croisements typologiques et des calculs de corrélations seront réalisés entre prélèvements de sangliers et types d’occupation du sol. Cette approche sera menée à différents niveaux d’analyse en ayant recours à deux sources d’informations déjà présentées, qui sont le Recensement Général Agricole et la base Corine Land Cover. Les échelles départementale et cantonale seront privilégiées.

3.1 Croisement entre typologie paysagère et prélèvement de sangliers

136Le croisement typologique réalisé à l’échelle départementale fait apparaître au premier abord que les deux zonages obtenus (prélèvements de sangliers, type de paysages agraires départementaux dominants) se superposent dans une large majorité. Toutefois, certains regroupements de départements ayant des caractéristiques dans l’une ou l’autre typologie ne sont plus perceptibles à la lecture conjointe.

  • 21 r calculé = -0,5551, r lu = 0.2422, n = 90, p = 2, α = 0.02. n : nombre de valeurs d’une v (...)
  • 22 r calculé = 0,3966, α = 0.02.

137Le calcul du coefficient de corrélation entre le pourcentage de prélèvements de sangliers et la Surface Agricole Utile (SAU) à l’échelle départementale traduit une dépendance inverse entre ces deux phénomènes21. Ainsi, de manière générale, on observe que les départements à prélèvements très faibles sont ceux où la SAU est importante et la superficie boisée faible. Ce sont des espaces aux paysages de grandes cultures (culture intensive de maïs et de protéagineux), laissant peu de place aux superficies boisées. Ces territoires ne semblent pas répondre aux exigences vitales des populations de sangliers même si ces derniers peuvent être attractifs à un stade végétatif bien déterminé. Outre ces espaces d’agriculture dominante, les paysages constitués en grande partie de prairies sont également corrélés à des prélèvements plus faibles que la moyenne. C’est dans les espaces où ces deux caractéristiques sont réunies que le milieu semble le moins favorable aux populations de sangliers. Les campagnes du Nord-Pas-de-Calais en sont une illustration parfaite. Dans un espace voué à une agriculture productiviste, les prélèvements de sangliers, malgré une augmentation notoire, demeurent parmi les plus faibles de France. La situation est similaire aussi bien dans les Pays de Loire, la Bretagne que dans une partie du Bassin aquitain. On peut, d’ores et déjà, orienter notre réflexion vers le capital forestier qui semble, plus que l’espace agricole, constituer une explication à l’évolution des populations de sangliers. D’autant que la corrélation est également significative entre prélèvements de sangliers et superficie boisée22. Si l’analyse des données AGRESTE au niveau départemental permet de mettre en évidence les relations entre le type d’occupation du sol et la répartition des populations de sangliers, cette source reste mal adaptée pour saisir la diversité et la localisation des paysages français.

138À ce stade de notre étude, il convient de réaliser à présent un croisement avec une autre source d’informations plus précise et plus détaillée permettant une interprétation plus fine de la répartition des prélèvements de sangliers au niveau national. Le croisement typologique est réalisé à l’échelle cantonale compte tenu de la précision de la base Corine Land Cover et des réalités éthologiques du sanglier.

3.2 Les prélèvements de sangliers : une répartition cantonale fortement liée aux types d’occupation du sol

139Le niveau cantonal est utilisé pour identifier les types de milieux favorables ou défavorables aux populations de sangliers. Plusieurs questions se posent alors :

  • les territoires agricoles sont-ils peu propices aux prélèvements de sangliers ?
  • le type de boisement a-t-il une influence sur le nombre de prélèvements réalisés ?
  • la forêt méditerranéenne constitue-t-elle un habitat favorable aux populations de sangliers ?

Le choix des critères est basé sur plusieurs points :

  • une connaissance du terrain ;
  • la connaissance bibliographique ;
  • l’écologie des populations d’ongulés ;
  • une reproductibilité des critères.

Les variables retenues correspondent à la part cantonale des superficies de :

  • terres arables ;
  • cultures permanentes ;
  • praires ;
  • forêts ;
  • milieux naturels à végétation arbustive et/ou herbacée ;
  • densité de sangliers prélevés par km2.

140Au final, les analyses statistiques multicritères menées au niveau national permettent une représentation des cantons français (carte 25 page suivante).

141Avec 33,45 % de la variance totale, l’axe 1 oppose clairement les variables : Milieux à végétation arbustive à forts prélèvements aux milieux peu boisés à faibles prélèvements en 1997-1998. Dans ce premier axe, il y a donc une mise en comparaison des zones fortement marquées par l’activité agricole, peu sensibles aux prélèvements d’ongulés, avec des zones beaucoup moins exploitées et semblant nettement plus favorables à la localisation des sangliers. Dès lors, il est possible d’envisager des oppositions entre espaces agricoles et espaces semi-naturels pour expliquer la répartition des populations de sangliers sur le territoire national. Force est de constater que ce n’est pas toujours le cas, puisque le critère culture permanente semble assez proche du critère prélèvements des sangliers. En fait, la nomenclature cultures permanentes comprend les vignobles, les vergers et les oliveraies.

Carte 25. — Analyse en composantes principales entre prélèvements de sangliers et occupation du sol

Carte 25. — Analyse en composantes principales entre prélèvements de sangliers et occupation du sol

142Avec près de 23 % de la variance totale, l’axe 2 isole terres arables et prairies. Ce deuxième axe n’isole pas le critère prélèvement, qui semble d’ailleurs peu sensible à cette décomposition spatiale. Toutefois, à la lecture de la carte, il semble que, si la corrélation au niveau national reste insignifiante, dans le Massif central et dans le Jura, l’occupation du sol entre prairies et terres arables paraît devoir jouer un rôle déterminant. Dans ces espaces d’agriculture très extensive, la présence de prairies, largement surreprésentées et sous-exploitées, peut constituer un territoire favorable aux ongulés. Il en est de même pour le vignoble, lorsque ce dernier est implanté sur de petites parcelles à proximité de milieux à végétation arbustive comme peut l’être la garrigue.

143De fait, si la présence d’un milieu naturel ou semi-naturel favorise l’implantation de sangliers et offre un habitat favorable, notamment en région méditerranéenne, ailleurs, la liaison n’est pas systématique. Il semble que le degré d’exploitation de la forêt mais surtout le type d’essences forestières jouent un rôle majeur dans l’analyse des corrélations. La présence de forêt ne suffit pas à elle seule à expliquer la localisation animale.

  • 23 r calculé = 0,6663, r lu = 0,2301, n = 2796, p = 2, α = 0,02.
  • 24 r calculé = 0,0404, lu = 0,2301, n = 2796, p = 2, α = 0,02.

144La dépendance entre forêts de feuillus et prélèvements de sangliers est particulièrement forte23. Par ailleurs, il y a une totale indépendance entre les forêts de conifères et les prélèvements de sangliers24.

145La cartographie des résidus met en évidence les cantons s’écartant du modèle général (carte 26 page ci-contre). Elle permet d’observer les cantons où, au vu de la superficie de feuillus, les prélèvements de sangliers sont plus forts ou plus faibles que la moyenne nationale. La même analyse a été menée entre forêts de conifères et prélève ments de sangliers. Le particularisme de la forêt landaise ressort très nettement, cette dernière présente des sous-prélèvements lors de la relation feuillus/prélèvements et des sur-prélèvements lors de la relation conifères/prélèvements. En fait, le développement d’une population de sangliers n’est pas lié à un type de végétation mais à un cortège végétal et à un environnement. Ces derniers doivent offrir des conditions de sécurité et des ressources alimentaires suffisantes aux animaux.

Carte 26. — Dépendance entre les forêts et arbustes feuillus, forêts de conifères et prélèvements de sangliers par canton

Carte 26. — Dépendance entre les forêts et arbustes feuillus, forêts de conifères et prélèvements de sangliers par canton

146Dans l’Est comme dans le Sud de la France, les cantons à très forts prélèvements sont caractérisés par une forte superficie de forêts de feuillus et une SAU faible. Les zones montagneuses des Alpes ou plus encore des Pyrénées, bien que fortement boisées, sont peu propices à l’implantation du sanglier. En effet, les types de boisements (résineux) et l’altitude sont des facteurs limitants. Les essences forestières et en particulier la chênaie jouent un rôle majeur dans l’accroissement des populations. La progression des forêts de feuillus ou mixtes est généralement suivie par un accroissement du niveau des populations car il y a là un gage d’habitat favorable pour les sangliers.

147Connaissant mieux les principales relations entre prélèvements et occupation du sol, il est à présent possible de dresser une typologie des prélèvements et d’en apprécier l’intensité en fonction des grands types de milieux. Les variables, issues de la nomenclature Corine Land Cover, sont croisées avec la densité d’animaux prélevés, d’après la base de données produite par le réseau Cervidés-Sanglier.

148L’occupation du sol a été agrégée par canton. Les postes retenus sont les suivants :

  • Territoires artificialisés.
  • Terres arables.
  • Cultures permanentes.
  • Prairies.
  • Zones agricoles hétérogènes.
  • Forêts de feuillus.
  • Forêts de conifères.
  • Forêts mélangées (feuillus, conifères).
  • Milieux naturels à végétation arbustive et/ou herbacée.
  • Espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation.
  • Zones humides et surfaces en eau.

149Une typologie en neuf classes a été retenue (carte 27). Elle dissocie au niveau des cantons les espaces selon la nature de l’occupation du sol et la densité des prélèvements de sangliers.

Carte 27. — Typologie de la répartition des prélèvements de sangliers en 1997 en fonction des types de milieux

Carte 27. — Typologie de la répartition des prélèvements de sangliers en 1997 en fonction des types de milieux

Classe 1 : Prélèvements importants en milieu de feuillus denses. C’est en région méditerranéenne que ce zonage est le plus présent. La forêt méditerranéenne, composée d’un cortège d’arbustes, joue un rôle particulier pour les populations de sangliers. En effet, elle offre un habitat sécurisant, car souvent impénétrable, et d’importantes disponibilités alimentaires.

150Dans des régions de l’est de France et du Centre, la déprise agricole, causée par tout un ensemble de facteurs a favorisé nettement la recolonisation naturelle de forêts de feuillus, expliquant également en partie la forte progression des sangliers.

  • 25 Abaigar T., (1992). Paramètres de la reproduction chez le sanglier (Sus scrofa) dans le su (...)
  • 26 Mauget R., Pépin D., (1985). La puberté chez le sanglier : étude préliminaire du rôle de l (...)
  • 27 Matschke G. H., (1964). The influence of oak mast on European wild hog reproduction. In : (...)
  • 28 Aumaitre A., Quere J.-P., Peiniau J., (1984). Influence du milieu sur la reproduction hive (...)
  • 29 Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (Direction de l’espace rural et de la forêt). (2 (...)

151La prédominance du chêne dans la couverture forestière locale offre des conditions d’habitat et de nourriture semblant leur convenir parfaitement. En effet, rappelons que le sanglier a été classé comme un omnivore à tendance frugivore et de surcroît opportuniste. Aussi, la consommation de glands en région méditerranéenne occupe une large part de son régime alimentaire (47 %). La part de cet aliment fluctue tout naturellement au cours des saisons (Maillard, 1996). De nombreux auteurs soulignent l’influence que peut avoir la glandée sur les fonctions biologiques et les performances physiologiques des animaux (Abaigar, 199325). Mauget et Pépin en 198526 ont montré à partir d’animaux élevés en captivité qu’une consommation plus ou moins importante de ces fruits forestiers pouvait influencer la date d’entrée en oestrus des laies et le nombre d’embryons. Matschke en 196427 avait déjà souligné que le nombre de femelles participant à la reproduction était nettement supérieur les années de bonne glandée. Aumaitre et al. (198428) précisent également que les années de bonne glandée, la date du pic des mises bas peut être avancée de deux mois par rapport à une année normale. Le facteur déterminant serait l’augmentation du poids des individus provoquée par cette abondance de nourriture. Tous ces auteurs montrent bien l’importance et le rôle de la forêt méditerranéenne sur la qualité et la quantité des individus, ainsi que sur leur « budget espace-temps ». Cet impact sur les populations de sangliers est d’autant plus important que ces dernières années la forêt méditerranéenne, malgré les incendies, a connu une progression constante jusqu’en 2000. Effectivement, selon le ministère de l’Agriculture et de la Pêche (2000) le taux de variation annuel de la superficie forestière était de ` 1.2 % entre 1989 et 1999 (ministère de l’Agriculture et de la Pêche, 200029).

152Les espaces ainsi caractérisés, considérés comme attractifs sont aujourd’hui victimes d’une telle concentration d’animaux qu’une gestion rigoureuse de l’abondance s’impose. Les politiques mises en place ces dernières années, comme les initiatives locales en matière de prélèvements, offrent un cadre d’action qui se développe nettement.

Classe 2 : Prélèvements forts en milieu viticole. Les paysages viticoles du Languedoc et de la Vallée du Rhône sont entrelacés par des milieux à végétation naturelle arbustive et/ou herbacée. Il s’agit plus précisément de formations végétales basses et fermées composées principalement de buissons et d’arbustes. Sur le pourtour méditerranéen, c’est la garrigue à chênes verts et kermès, avec son cortège de végétation sclérophylle, qui domine. Ce morcellement paysager est particulièrement propice au maintien et à l’accroissement des populations animales. Les sangliers n’hésitent pas à faire des intrusions en zone viticole pour compléter l’item alimentaire forestier.

Classe 3 : Faibles prélèvements en milieu à couverture forestière importante. Le rôle des différentes essences nuance l’idée d’une corrélation systématique entre superficie boisée et dynamique des populations. En effet, le paysage très forestier des Landes ou des massifs montagneux de l’Est ici concerné est composé essentiellement par des forêts dominées par des conifères (pin maritime) ou par des forêts mixtes. Ce type d’essence (résineux) ne fournit apparemment pas les éléments vitaux suffisants pour l’apport nutritionnel des populations de sangliers. Alors que la superficie boisée est parmi les plus importantes de France, les prélèvements de sangliers restent anecdotiques au regard de la moyenne nationale.

Classe 4 : Faibles prélèvements en milieu mixte agricole et forestier. Ce type rassemble des cantons où la densité d’animaux prélevés est la plus faible observée en France. Le paysage agricole est marqué par des zones agricoles hétérogènes et des prairies. Ces zones sont composées de cultures annuelles associées à des cultures permanentes. Il s’agit pour l’essentiel d’une juxtaposition de petites parcelles diversifiées. Elles peuvent être interrompues par de la végétation « naturelle ». Par ailleurs, les prairies sont des surfaces enherbées, composées principalement de graminées. Ces prairies sont pâturées pour l’essentiel. Certaines peuvent être fauchées mécaniquement. Si la présence de forêts offre un habitat privilégié pour les populations animales, il faut toutefois qu’elles dépassent plusieurs centaines d’hectares d’un seul tenant et qu’elles ne soient pas composées uniquement de résineux.

Classe 5 : Faibles prélèvements en milieu agricole dominant. La superficie en terre arable est très importante. Des openfields céréaliers de la Beauce et de la Limagne, aux champs de betteraves du nord du Bassin parisien, les paysages surexploités des régions du Nord constitués principalement de plantes sarclées (pommes de terre, betteraves, etc.) laissent peu de place aux forêts. Quelques bosquets de feuillus peuvent ici et là être présents. L’insignifiance de la superficie boisée, la présence de grandes parcelles intensivement exploitées, l’affaiblissement de la diversité culturale et une spécialisation des structures agraires au niveau de chaque région, n’offrent pas les garanties vitales en termes d’habitat et de nourriture nécessaires à l’implantation de l’espèce.

153Ainsi, la restructuration du tissu productif agricole a dessiné de nouveaux paysages laissant peu de place aux populations d’ongulés sauvages. La mécanisation, les remembrements, les déforestations et la modernisation des exploitations, visant à augmenter la productivité, ont dégradé les écosystèmes parallèlement à une concentration des productions au niveau des exploitations et des régions.

Classe 6 : Faibles prélèvements en milieu montagnard. Il s’agit pour l’essentiel de zones montagneuses situées à haute ou très haute altitude, Alpes et Pyrénées. On retrouve également des pelouses et pâturages naturels, la végétation arbustive étant en mutation. La présence d’un tapis végétal extrêmement ouvert, en altitude, et la présence exclusive de conifères rendent cet espace relativement peu attrayant pour les populations de sangliers. De plus, les sangliers sont mal adaptés à de longs déplacements sur des sols enneigés.

Classe 7 : Faibles prélèvements en milieu humide et littoral. Ces zones se situent à l’intérieur des terres (marais, tourbières), ou dans les espaces maritimes (dunes, marais salants, etc.) bordant le littoral. Certaines peuvent être en communication avec la mer, soit de façon permanente, soit de façon périodique à différents moments de l’année. La végétation est généralement basse, voire inexistante. Les prélèvements de sangliers y sont plutôt faibles même si localement certaines populations sont bien implantées, la Camargue étant l’exemple type.

154Viennent ensuite des cantons où aucun sanglier prélevé n’a été déclaré en 1997, ce qui n’empêche pas qu’ici ou là, quelques sangliers soient prélevés mais ils ne sont généralement pas comptabilisés. Parmi ces cantons, deux types sont à distinguer.

Classe 8 : Prélèvements insignifiants en milieu agricole exclusif. L’agriculture pratiquée de manière intensive ou plus extensive occupe la quasi-totalité de la superficie. Les sols y sont généralement fertiles et sans forte pente. Le sanglier ne semble pas trouver de lieux sécurisants pour s’y remiser. Il s’agit de zones agricoles hétérogènes composées d’un parcellaire généralement de petite superficie où s’imbriquent cultures annuelles et permanentes. Dans les régions d’élevage, ce sont les prairies artificielles qui sont très présentes. Là encore, le critère sécurité ne semble pas être garanti par ce type d’occupation du sol.

155La présence de bocages, tout en offrant un cadre plus attrayant, ne suffit apparemment pas à initier véritablement une dynamique animale. La présence modérée de forêts, parallèlement à des actions de gestion et de maîtrise des populations plus soutenues qu’ailleurs, ont eu raison de la multiplication et de la diffusion animale. Au dire de certains responsables cynégétiques, la présence d’élevages porcins et les risques sanitaires potentiels encourus (peste porcine classique) expliqueraient une pression cynégétique draconienne.

Classe 9 : Prélèvements insignifiants en milieu artificialisé. Il s’agit essentiellement de territoires urbanisés, continus ou discontinus et particulièrement bien équipés en réseaux routiers et/ou ferroviaires. Une partie du territoire est également recouverte par les eaux, donc inutilisable pour l’animal. Les zones urbanisées rendent par ailleurs impossible la pratique de la chasse aux sangliers. Dans ces secteurs, l’homme ne laisse que peu de place aux populations de sangliers, en réduisant parfois de façon significative son domaine vital.

156Les approches statistiques et cartographiques ont permis de mettre en évidence le rôle et l’importance de la forêt et plus précisément des types de peuplements forestiers pour l’accroissement des populations de sangliers. Par ailleurs, la grande « adaptabilité » de l’espèce lui a permis de coloniser et de se développer dans des biotopes très variés, dès lors que des règles élémentaires de gestion étaient respectées.

Conclusion

157L’analyse des prélèvements de sangliers est actuellement la source la plus fiable pour suivre l’état et l’évolution des populations. Elle permet de percevoir très nettement l’augmentation continue des effectifs depuis plus d’une quinzaine d’années. Toutefois, cet accroissement est très hétérogène au niveau national. Les départements de l’Est et du Sud connaissent un accroissement sans précédent alors que les effectifs restent modérés dans le Nord et l’Ouest de la France. Il semble également qu’il n’existe pas de relation entre la densité et la dynamique des prélèvements à l’échelle départementale. La cartographie des prélèvements à l’échelle communale met en évidence des patrons spatiaux distincts.

158L’Arc méditerranéen, l’Alsace - Lorraine offrent des conditions privilégiées pour l’implantation et l’évolution des populations de sangliers. La répartition des populations de sangliers n’a rien d’aléatoire et des continuums se dessinent très nettement. Il convient toutefois de nuancer ces constatations, en Sologne notamment où la chasse aux sangliers peut être pratiquée dans des conditions très artificialisées (chasse privée, chasse en enclos, etc.).

159Compte tenu de la forte dépendance des sangliers avec le milieu dans lequel ils vivent, il est important pour la compréhension de la répartition des populations de prendre en considération le facteur paysager et notamment l’occupation du sol, qui selon notre approche demeure un facteur particulièrement déterminant.

160Les paysages, largement façonnés par les conditions biophysiques mais également les politiques publiques ou économiques, ont des conséquences non négligeables sur la dynamique des populations de sangliers mais également sur les pratiques cynégétiques. Compte tenu du comportement grégaire du sanglier et des pratiques cynégétiques liées à sa chasse, le niveau communal est peu adapté pour interpréter les données de prélèvements de sangliers. Au niveau national, l’échelle cantonale est plus approprié et relativement fine pour comprendre les dynamiques milieux/populations de sangliers qui n’évoluent ni à la même vitesse, ni sur le même pas de temps. Les phénomènes observés sont loin d’être linéaires et évoluent en fonction des interactions entre nature et société.

161Les enquêtes agricoles et l’exploitation d’images aériennes sont autant de méthodes utiles pour appréhender l’occupation du sol. Toutefois, chacune de ces méthodes permet de répondre à des problématiques spécifiques. Ainsi, le Recensement Général Agricole permet une approche diachronique et générale de l’occupation du sol. Cependant, les typologies obtenues à l’échelle départementale, même si elles sont utiles dans le cadre d’une première approche, nécessitent d’être affinées car elles sont trop générales et insuffisamment précises pour une bonne compréhension de la répartition des prélèvements. La base de données Corine Land Cover à l’échelle cantonale s’avère être une source d’informations plus détaillée pour étudier notamment les relations entre les formations boisées et les prélèvements de sangliers. Enfin, la photo-interprétation à grande échelle permet de rendre compte des dynamiques des formations boisées et de les comparer avec l’évolution des prélèvements de sangliers et des pratiques cynégétiques.

162Cette approche multi-scalaire permet de constater que la progression des formations boisées et para-forestières dans un contexte de déprise agricole dans certaines régions, est un élément explicatif de l’accroissement des populations de sangliers. En effet, les transformations territoriales sur le pourtour méditerranéen ont conduit à une augmentation des lieux de remise et de gagnage. Ces espaces assurent des fonctions vitales, fondamentales pour le sanglier.

163La progression des forêts de feuillus ou mixtes qui sont parfois perçues négativement sous l’angle de la fermeture paysagère, de l’amenuisement de la biodiversité et plus généralement des problèmes environnementaux, constitue à l’évidence un habitat privilégié pour les populations de grands mammifères sauvages. En effet, les ongulés y trouvent une certaine sécurité et une autonomie alimentaire variables en fonction des peuplements forestiers.

164La plus grande part des feuillus dans les régions de l’Est associe alors à la quantité boisée, une qualité tout aussi importante. Bien évidemment, les situations ne sont pas exclusivement liées à une quantité et une qualité forestière quelconque, les pratiques humaines et notamment l’agrainage (nourrissage artificiel) peuvent compenser en totalité ou en partie les déficits quantitatifs et qualitatifs forestiers. Si l’agrainage est bien ciblé dans le temps et dans l’espace, il permet une protection relativement efficace des cultures. C’est également un élément à ne pas négliger dans la dynamique des populations dès lors que les quantités de maïs utilisées sont importantes et généralisées dans le temps.

165Des relations particulièrement nettes existent entre densité d’animaux prélevés et type d’occupation du sol. C’est en effet dans les milieux constitués de feuillus denses que les prélèvements sont les plus importants. Ils offrent des conditions d’habitat et de nourriture très satisfaisantes pour le sanglier. À l’inverse, les milieux boisés mais constitués majoritairement par des résineux semblent peu convenir aux sangliers. Le Sanglier est également peu présent dans les milieux dits « ouverts », que ce soit parce que le milieu est agricole, montagnard ou qu’il s’agisse encore de milieu humide et littoral. Enfin, les milieux artificialisés (agglomérations, zones industrielles, réseaux de communication, etc.) ne permettent guère aux populations de trouver leur place.

166L’augmentation des superficies boisées a incontestablement favorisé l’implantation et l’accroissement des populations depuis une quinzaine d’années. Cet accroissement est tel que de nombreux débats et de multiples réflexions font état de l’impact des ongulés sauvages sur l’économie des régions rurales. Le sanglier est parfois perçu comme « la bête noire » du fait qu’il est potentiellement porteur de risques. Il génère donc des interactions au bénéfice ou au détriment de la vie des acteurs.

Notes

1 Maury R., (1958). « La garrigue ». Ann. Soc. Bot Hist. Nat. Hérault, 98 (3), p. 53.

2 Avant l’ouverture générale, la chasse du chevreuil est réservée aux détenteurs d’une autorisation préfectorale individuelle exclusivement à l’approche ou à l’affût, accompagné d’un guide.

3 Vassant J., (1984). op. cit.. p. 55.

4 Le nombre de chasseurs en activité correspond à la somme de tous les chasseurs présents au cours d’une saison cynégétique ramené à 1 km2.

5 Le recensement de 1988 a été prescrit par le décret du 8 avril 1988. Il a recommandé à l’échelon mondial par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et a fait l’objet d’un règlement dans le cadre de la Communauté Économique Européenne.

6 Agreste, (1988). Recensement Général Agricole PROSPER. Cantons et régions agricoles Lozère. Ministère de l’Agriculture et de la Forêt, no 2, p. 87.

7 (1 ha de surface agricole utile ou 20 ares en culture spécialisée), ou générer une activité suffisante de production agricole estimée en effectifs d’animaux, en surface de production ou en volume de production.

8 Dion R., Essai sur la formation du paysage rural français. Paris, Flammarion, coll. « Géographes », p. 9.

9 Amat J.-P., « À la découverte de la forêt française ». In J. Gadant, J.-P. De Monza (dir.), L’Atlas des forêts de France. p. 11-50.

10 Buttoud G., (2003). « La Forêt : Un espace aux utilités multiples ». Notes et Études documentaires, no 5168, La Documentation Française, p. 17.

11 Godron M., Lepart J., (1973). « Sur la représentation de la dynamique de la végétation au moyen de matrice de transition ». In Bericht der Internationalen Symposium der Vereinigunf zur Vegetationkunde. Reinhold Publ. p. 273.

12 Forman R. T. T., Godron M., (1986). Lanscape Ecology. New York, John Wiley & Sons, p 337.

13 Ifn, (1991). Instruction pour la photo-interprétation. Document interne.

14 IFEN. (1997). Nomenclature Corine Land Cover.

15 Piqueur : valet qui s’occupe des chiens.

16 Grosrichard F., (1987). « La France des derniers feux », le Monde, 8-12-1987.

17 Bailly A., Beguin H., (1993). Introduction à la géographie humaine. Paris, Masson, coll. « Géographie » 4e éd. p 47.

18 Bertrand G., (1975). op. cit., p 333.

19 Tricart J., (1994). Écogéographie des espaces ruraux. Nathan, coll. « Fac. Géographie ».

20 Bertrand G., (1975) op. cit..

21 r calculé = -0,5551, r lu = 0.2422, n = 90, p = 2, α = 0.02. n : nombre de valeurs d’une variable ; p : nombre de variables explicatives (une seule dans le cas d’une corrélation simple), α : risque d’erreur.

22 r calculé = 0,3966, α = 0.02.

23 r calculé = 0,6663, r lu = 0,2301, n = 2796, p = 2, α = 0,02.

24 r calculé = 0,0404, lu = 0,2301, n = 2796, p = 2, α = 0,02.

25 Abaigar T., (1992). Paramètres de la reproduction chez le sanglier (Sus scrofa) dans le sud-est de la péninsule ibérique. Mammalia, 56 (2). pp. 245-250.

26 Mauget R., Pépin D., (1985). La puberté chez le sanglier : étude préliminaire du rôle de l’alimentation. in : Proc. xvii th. Congr. Of the Internat. Union of Game Biol., Brussels. pp 509-526.

27 Matschke G. H., (1964). The influence of oak mast on European wild hog reproduction. In : Proc. Annual Conf. S.E. Assoc. Game and Fish, 18. pp 35-39.

28 Aumaitre A., Quere J.-P., Peiniau J., (1984). Influence du milieu sur la reproduction hivernale et la prolificité de la laie. In : F. Spitz et D. Pépin (Eds.). Symposium International sur le Sanglier. Colloque de l’INRA. p. 69-78.

29 Ministère de l’Agriculture et de la Pêche (Direction de l’espace rural et de la forêt). (2000). Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises, Paris.

Table des illustrations

Titre Carte 5. — Taux d’accroissement annuel moyen entre 1988 et 1997 des prélèvements de sangliers déclarés en France
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Carte 6. — Typologie de la densité des sangliers prélevés connus en France de 1988 à 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Carte 7. — Typologie de la dynamique des prélèvements de sangliers en France de 1988 à 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Carte 8. — Densité de sangliers prélevés par départements de 1988 à 1998
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Carte 9. — Interpolation de la densité de sangliers prélevés par commune en 1997
Crédits selon la méthode des krigeages
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Carte 10. — Interpolation des prélèvements de sangliers connus dans l’Hérault durant la saison cynégétique 2002-2003 selon la méthode des krigeages
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Carte 11. — Nombre moyen de journées chassées par commune dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 4. — Importance du tableau journalier dans l’Hérault de 1986 à 2003 : pourcentage du nombre de sorties en fonction du résultat de la chasse
Crédits Source : FDC 34, 2003
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique 2. — Évolution du prélèvement et des chasseurs présents au cours de la saison 2000-2001 dans l’Hérault
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Carte 12. — Gradation de l’effort de chasse dans l’Hérault en 2000-2001
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Carte 13. — Répartition de l’effort de chasse et des prélèvements de sangliers durant la saison cynégétique 2002-2003 dans l’Hérault
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Carte 14. — Répartition et dynamique de la Surface Agricole Utile
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte 15. — Répartition et dynamique de la superficie boisée 1989-1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Carte 16. — Typologie des paysages agraires départementaux dominants
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 17. — Occupation du sol selon la nomenclature Corine Land Cover en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Carte 18. — Territoires agricoles selon la nomenclature Corine Land Cover
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Carte 19. — Part des forêts et milieux semi-naturels et prélèvements de sangliers en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Carte 20. — Types de peuplements forestiers par canton
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 5. — Évolution de la surface boisée entre 1993 et 1998 (en ha/an)
Crédits Source : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises, 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Tableau 6. — Évolution de la surface boisée et des types de forêts entre 1989 et 1999
Crédits Source : Ministère de l’Agriculture et de la Pêche, Les indicateurs de gestion durable des forêts françaises, 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Carte 21. — Localisation de la commune de Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 7. — Occupation du sol de la commune de Nant en 1978 et en 1997
Crédits Source : Raynal, 2003
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Carte 22. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1978
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Carte 23. — Occupation du sol sur la commune de Nant en 1997
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau 8. — Évolution de la surface de l’occupation du sol sur la commune de Nant entre 1978 et 1997
Crédits Source : Raynal, 2003 NB : Ce tableau est réalisé sans ordonnancement particulier des types d’occupation du sol
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Graphique 3. — Graphe de transitions des types d’occupation du sol entre 1978 et 1997 sur la commune de Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo 2. — Transformation des paysages à Saint-Jean-du-Bruel
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Carte 24. — Évolution des formations boisées et des prélèvements de sangliers sur la commune de Nant
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Carte 25. — Analyse en composantes principales entre prélèvements de sangliers et occupation du sol
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 26. — Dépendance entre les forêts et arbustes feuillus, forêts de conifères et prélèvements de sangliers par canton
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Carte 27. — Typologie de la répartition des prélèvements de sangliers en 1997 en fonction des types de milieux
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3113/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search