Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Première partie. Des populations de sangliers fortement soumises aux transformations paysagères et responsables d’externalités négatives

Chapitre premier. Difficultés du dénombrement des populations de sangliers et schémas explicatifs traditionnels de leur accroissement

Texte intégral

  • 1 Caugley G., (1994). « Directions in conservation biology ». J. Anim. Ecol., 63, p. 215-244
  • 2 Warren J., (1997). « The challenge of deer overabundance in the 21st century ». Wild. Soc. (...)
  • 3 Gill R. M. A., (1990). « Monitoring the status of European and north American cervids ». T (...)

1Les populations de sangliers et d’ongulés sauvages ont connu une croissance sans précédent depuis une vingtaine d’années, au point que les gestionnaires ont dû mener des actions visant à faire face, tantôt à une situation de pénurie et tantôt à la gestion de l’abondance dans bon nombre de départements français. Ce phénomène ne se limite pas au territoire national. Cette augmentation est générale dans l’hémisphère Nord et engendre de manière préoccupante des problèmes de conservation des populations (Caughley, 19941). J. Warren (19972) estime que la surpopulation de cerfs de Virginie s’est généralisée à un point tel que, dans les années à venir, ce problème représentera l’un des challenges les plus importants auquel devront faire face les gestionnaires de la faune sauvage en Amérique du Nord. En Europe, cette évolution est également constatée par R. M. A. Gill (19903).

2De fait, dans un souci de gestion durable des ressources naturelles et de suivi des populations d’ongulés, un minimum de connaissance sur la dynamique des populations de sangliers semble indispensable. La plupart des gestionnaires ont, depuis plusieurs décennies, tentés de mettre en place des méthodes de dénombrement permettant d’estimer la densité des populations ou de saisir les grandes tendances des dynamiques de populations. Toutes ces techniques de suivi ne sont pas sans poser de problèmes méthodologiques importants. Il convient donc, avant toute analyse, de comprendre les difficultés méthodologiques liées aux sources et aux techniques de dénombrement des populations, pour interpréter de manière la plus précise les résultats obtenus.

1 La difficile estimation de l’importance de la faune sauvage

3Étudier ou vouloir gérer des animaux sauvages en milieu naturel implique de connaître l’effectif de ces derniers de manière aussi précise que possible. Effectivement, une bonne connaissance des effectifs et de leur dynamique (rapport des sexes, répartition par classes d’âges, taux de reproduction, etc.) sont des éléments importants pour la gestion des populations. Ces éléments sont d’autant plus indispensables que la loi du 30 juillet 1963 (mod. L 26 juil. 2000) a instauré le prélèvement par plan de chasse pour le cerf, le chevreuil, le mouflon, le chamois et l’isard. Les gestionnaires de la faune sauvage ont le devoir de communiquer à l’administration un effectif estimé ou mesuré des populations de cervidés présents sur leurs territoires. Le sanglier n’est quant à lui qu’exceptionnellement soumis au plan de chasse. Néanmoins, il est toujours intéressant de pouvoir disposer de données indiquant la dynamique (augmentation, stabilisation ou régression) des populations, faute d’une connaissance précise des effectifs. Pour cela, il est indispensable de disposer de méthodes et d’outils fiables. Une question se pose donc : existe-t-il actuellement des méthodes objectives pour suivre les effectifs et l’évolution des populations d’ongulés sauvages et plus particulièrement de sangliers ?

1.1 Les différentes méthodes de dénombrement

4Dans les années 1970 à 1980, de nombreux travaux de recherche ont eu pour but la mise en place de protocoles pour dénombrer précisément les cheptels d’ongulés sauvages. Pour cela, un certain nombre de méthodes propres à chaque espèce a été mis en place. Le recensement d’animaux sauvages a donné lieu principalement à deux grands types de techniques :

  • ‣ Les techniques d’expertise : elles fournissent à l’instant « t » le nombre d’animaux présents sur un territoire. Les battues à blanc ou les poussées d’animaux sur secteur ou sur un secteur échantillon en sont des exemples. Des rabatteurs sont chargés de mettre en fuite les animaux remisés qui sont méthodiquement comptés et consignés par des observateurs. Ces techniques sont lourdes en main-d’œuvre. De plus, en zones fourrées ou en terrain accidenté, elles sont difficiles à mettre en place et les résultats sont incertains.
  • ‣ Les techniques indiciaires : elles fournissent un indice d’abondance qui doit être répété régulièrement pour permettre le suivi du cheptel. Ces techniques sont des méthodes plus légères que les techniques d’expertise. De nombreux indices existent, l’Indice Kilométrique d’Abondance (IKA) par exemple est largement utilisé par les gestionnaires. Il s’agit de comptabiliser le nombre d’animaux vus par kilomètre, lors d’un parcours qui peut être réalisé à pied ou à l’aide d’un véhicule. L’Indice Kilométrique d’Abondance permet d’indiquer comment évolue le niveau d’abondance de la population. Par contre, il ne permet pas de dénombrer l’effectif de la population, il renseigne seulement sur les tendances d’évolution à savoir l’augmentation, la stabilité ou la diminution de la population.

5L’utilisation du terme « recensement » constitue dans la plupart des cas un abus de langage, car recenser une population, c’est déterminer avec précision voire de façon exhaustive le nombre de ses individus, connaître leur répartition par sexe et par âge ; or ceci est particulièrement difficile à réaliser sur des animaux sauvages dans les milieux naturels.

  • 4 Andersen J., (1953). « Analysis of a Danish roe deer population ». Danish Rev. Game Biol., (...)
  • 5 Piolowski Z., (1984). « Some aspects of population structure longevity of field roe deer » (...)
  • 6 Ractcliffe P. R., (1987). « Red deer population changes and independente assessment of pop (...)

6Le nombre de méthodes disponibles est important ; chacune est particulière et adaptée aux espèces considérées. Le degré de fiabilité et de précision est très variable. À titre d’exemple, Andersen (19534), au cours d’une expérience, préleva 213 chevreuils dans un territoire déterminé alors que la population de chevreuils y était estimée, par les forestiers et les chasseurs, à environ soixante-dix animaux. D’autres auteurs comme z. Piolowski (19845) ou P.R. Ractcliffe (19876) publient des résultats similaires.

7La méthode de capture-marquage-recapture sert souvent de comparaison pour étalonner d’autres méthodes de recensement. Elle est essentiellement utilisée à des fins de recherche. Le principe de cette méthode est de capturer à l’aide de filets ou de cages-pièges des animaux qui sont relâchés munis de marques. Par la suite, un protocole de recaptures visuelles ou réelles est mis en place. Il permet de calculer la proportion d’animaux marqués dans l’échantillon repris.

8Cette méthode a également ses limites comme le coût engendré en temps et en personnel. Certaines conditions doivent être vérifiées pour que le calcul soit valable :

  • le nombre total d’animaux marqués et vivants pendant la reprise doit être connu ;
  • au cours de la période de reprise, l’effectif doit être constant ;
  • la possibilité de capture des animaux marqués doit être équivalente à celle des animaux non marqués ;
  • la proportion d’animaux marqués doit être importante (>2/3) pour obtenir des résultats fiables.

9La méthode de « Capture, Recapture » est utilisée aussi bien pour les populations de cerfs, chevreuils que pour les populations de sangliers.

10Enfin, d’autres méthodes de quantification existent, telle la méthode de dénombrement de sangliers par temps de neige dont le but est d’estimer l’effectif d’une population de sangliers par relevés d’empreintes sur la neige. La technique du dénombrement de sangliers par observations sur les places d’affouragement est peu contraignante et plus généralisable. Toutefois, les zones au relief escarpé et boisé sont des endroits où les dénombrements sont difficiles à réaliser.

  • 7 Groupe chevreuil, (1996). « Les bio-indicateurs : Futurs outils de gestion des populations (...)

11Ainsi, un nouveau concept des indicateurs population-environnement a fait son apparition. Il s’agit de méthodes plus légères de suivi de populations par indices liés aux relations entre la population et son milieu. Contrairement aux techniques précédentes, ces indicateurs n’ont pas pour objectif de déterminer une densité mais de refléter les tendances de l’évolution d’un système population-environnement (Groupe Chevreuil, 1996 a7). La définition donnée par le Groupe Chevreuil en est la suivante : « Un indicateur est un paramètre déterminé sur un animal ou un végétal, simple et aisé à mesurer, dont l’évolution est dépendante de celle du système individu-population-environnement. »

12Actuellement, il n’existe pas encore de bio-indicateurs validés pour le suivi des populations de sangliers. La connaissance des effectifs de sangliers ainsi que leur répartition par sexe et par âge n’est donc pas chose aisée. Les méthodes présentées ci-dessus donnent des résultats plus ou moins fiables et sont plus ou moins difficiles à mettre en œuvre en fonction des territoires. Au cours de ces vingt dernières années, quatre limites au dénombrement ont été mises en évidence : limites de précision, de justesse, de contenu d’information et de coût. Elles fournissent néanmoins une base de référence importante pour les gestionnaires de la faune sauvage.

1.2 Les sangliers prélevés à la chasse : un bon indicateur du niveau des populations

13Faute de méthode de dénombrement directe fiable et facile à mettre en œuvre à une échelle suffisamment fine (échelle des populations ou de métapopulation), le suivi des dynamiques des populations peut être connu par le biais des prélèvements effectués au moment de la chasse. Ces derniers permettent l’étude de la répartition et de la dynamique des populations de sangliers aussi bien au niveau national que local. La connaissance des prélèvements apporte donc des informations sur la distribution et les densités des populations d’ongulés chassés. Compte tenu de leur répétition et en considérant qu’ils se font au hasard au sein de la population, les prélèvements dus à l’activité cynégétique peuvent être considérés comme de bons indicateurs pour suivre l’état et l’évolution des populations. Les prélèvements de grands gibiers sont assez bien connus en France car ils sont pour l’essentiel soumis aux plans de chasse. Ces données (attributions, réalisations) traduisent assez bien les prélèvements de cervidés et autres, même s’il faut avoir à l’esprit que des dépassements du plan de chasse sont toujours possibles. En revanche, le sanglier n’est pas soumis au plan de chasse, à quelques exceptions près. Aussi, la connaissance des prélèvements est beaucoup plus difficile à obtenir puisqu’elle repose sur des enquêtes et des déclarations. Ces dernières sont centralisées depuis 1985 par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. En effet, le ministère en charge de l’Environnement a confié à ce dernier le suivi patrimonial des espèces chassables. Pour réaliser cette mission, il a mis en place un réseau de correspondants spécifiques, pour chaque espèce ou groupe d’espèces. L’organisation des réseaux est définie par la circulaire du 29 novembre 1985. Il comporte plusieurs niveaux : fournisseurs de données (chasseurs, naturalistes), correspondants/coordinateurs (gardes de l’ONCFS), techniciens de fédération, ...), responsables de réseau (techniciens ou ingénieurs de l’ONCFS).

14Toutes les données sont saisies soit au sein du réseau, soit par le Service du Patrimoine Naturel du Muséum National d’Histoire Naturelle qui est chargé de stocker et de traiter ces données avant de communiquer des documents de synthèse aux membres du réseau. Le réseau « Cervidés-Sanglier » utilise principalement deux sources d’informations pour connaître la répartition et la caractérisation des populations de sangliers en France. Il s’agit d’une part d’une enquête orale auprès des responsables d’équipes de chasseurs de sangliers réalisée depuis 1987 par les Services départementaux de la garderie de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et par certains services techniques des Fédérations Départementales des Chasseurs. D’autre part, certains départements ont mis en place un carnet de prélèvements. Ainsi, chaque journée y est consignée. Le nom des participants est mentionné ainsi que le tableau de chasse accompagné de renseignements sur la biologie des espèces chassées (poids, sexe des animaux prélevés). Ce sont donc ces carnets, lorsqu’ils existent, qui permettent de connaître le niveau des prélèvements.

15L’ONCFS mais également la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Hérault ont mis à notre disposition gracieusement une partie de ces bases de données. Aussi, au travers d’une analyse départementale, nous allons nous interroger sur la qualité d’un indicateur basé sur les prélèvements de sangliers.

16La réalisation du prélèvement (tableau de chasse) dépend en premier lieu de la présence de gibier sur un territoire mais également des moyens mis en œuvre pour parvenir à un résultat. La répartition, l’organisation et le fonctionnement des chasseurs sont des éléments particulièrement importants à prendre en compte.

17L’utilisation des données brutes des prélèvements introduit des biais dans l’analyse. Pour que cette dernière soit plus pertinente, il est nécessaire de pondérer ces données par d’autres types de variables, comme l’effort de chasse qui correspond au nombre de chasseurs actifs pour un jour de chasse donné, ainsi que le nombre total de journées chassées pour une saison. Il est important de connaître les moyens mis en œuvre pour réaliser les prélèvements et de savoir comment l’information est récoltée. Ces précautions sont indispensables pour effectuer des comparaisons spatiales.

18Les statistiques portant sur le nombre de sangliers prélevés à la chasse donnent essentiellement le nombre d’animaux tués en battue organisée. Cependant, il est possible que des sangliers soient prélevés lors de chasse banale, c’est-à-dire que le(s) chasseur(s), seul ou en petit groupe (généralement moins de sept) parcoure (nt) la campagne avec ou sans chien dans l’espoir de croiser du gibier. Les chances de rencontrer des sangliers dans ces conditions sont fortuites et le nombre d’animaux prélevés ainsi reste inconnu, non quantifiable mais de faible importance globale.

19La chasse en battue est un mode de chasse beaucoup plus organisé et mieux contrôlé. Un arrêté préfectoral fixe généralement les conditions de cet exercice. Un minimum de participants est requis (généralement entre 7 et 10 personnes), sous la direction du détenteur du droit de chasse ou de son délégué. Ces derniers doivent alors remplir un registre de battue dans lequel sont consignés la date, le lieu, la liste nominative des participants et, après la battue, les résultats obtenus.

  • 8 Chevrotine : cartouche dont la taille des grains est supérieure à 4 mm de diamètre.

20L’origine de ces carnets de prélèvements remonte à une dérogation accordée pour les départements de maquis et de garrigue. Ces derniers pouvaient utiliser la chevrotine8 (plomb d’un diamètre supérieur à 4 mm) alors que celle-ci est interdite, en France, pour chasser le grand gibier. Les chasseurs méridionaux désirant utiliser cette munition étaient contraints de s’organiser en équipes d’au moins sept participants sous la responsabilité d’un chef de battue nommément désigné et de tenir à jour un registre (comme pour une battue administrative). Le tir à balle étant devenu obligatoire dans la majorité des départements concernés, la tenue du registre n’a pas pour autant été supprimée. Les départements ayant bénéficié de cette dérogation disposent alors d’une information sur les prélèvements et les équipes d’autant plus fiable que ce carnet, véritable outil de mémoire, a été accepté par les chasseurs. Aujourd’hui, de nombreux départements ont compris tous les avantages de disposer d’informations quantitatives et qualitatives fiables sur les prélèvements de sangliers et ont adopté le système.

21Chaque équipe dispose d’un territoire qui lui est propre. La base statutaire du territoire de chasse peut être communale, privée ou domaniale. Ce territoire est soit circonscrit entièrement aux limites d’une seule commune, soit s’étend sur plusieurs communes contiguës ou non. D’une façon générale, l’équipe appelée « Diane » dans le Midi est une composante de la société de chasse locale. Plusieurs équipes peuvent être amenées à chasser sur la même commune mais sans chasser pour autant sur le même territoire de chasse. Cette dichotomie peut avoir des raisons diverses et variées souvent liées à des questions de relations humaines. À titre d’exemple, la carte de l’implantation des équipes et de leur activité dans le département de l’Hérault témoigne de la complexité de la pratique cynégétique (carte 1 page ci-contre). Ainsi, la répartition des équipes sur le territoire héraultais est loin d’être homogène. La concentration d’équipes est manifeste dans certains secteurs identifiés comme fortement peuplés en sangliers. Le territoire communal est parfois chassé par plus de quatre équipes différentes. Certaines profitent de l’absence d’équipes pour aller chasser sur d’autres communes situées parfois loin du domicile du détenteur du droit de chasse. Ceci a lieu généralement lorsque le territoire de chasse n’est pas suffisamment boisé, de sorte que la présence de sangliers demeure occasionnelle et généralement faible.

22Cette mobilité des équipes et ce partage du territoire sont également observables pour tout le Midi méditerranéen car la battue postée aux chiens courants reste le mode de chasse le plus pratiqué pour prélever des sangliers.

23Le suivi des populations d’ongulés à travers l’analyse des prélèvements oblige donc à être prudent, car de nombreux biais existent et s’ajoutent à ceux liés à l’acquisition propre de cette donnée. Rappelons qu’elle provient d’une déclaration volontaire des chasseurs. Il faut garder à l’esprit que les carnets de prélèvements permettent d’obtenir des informations particulièrement fiables, dès lors que les équipes se les sont appropriées. Cela demande généralement quelques années. Malheureusement, ce carnet n’est pas obligatoire dans tous les départements français, ce qui complique encore les analyses au niveau national. D’autant que certains départements non dotés de carnets de prélèvements fournissent des chiffres issus d’une enquête orale avec un degré de précision différent. Faute de sources plus fiables, nous avons été contraints d’utiliser cet indicateur pour tenter de percevoir et de saisir la dynamique et la répartition des populations de sangliers.

Carte 1. — Implantation des équipes de chasseurs de sangliers dans l’Hérault en 2000

Carte 1. — Implantation des équipes de chasseurs de sangliers dans l’Hérault en 2000
  • 9 Gaillard J. M., (1984). op. cit. p. 37.
  • 10 Badia J., F. SPTIz, G. Valet, (1991). « Estimate of the size of a hunted population ». Eco (...)

24Pour Gaillard (19849), aucune solution satisfaisante n’avait été trouvée pour la faune sauvage, à cause des pertes accidentelles, du braconnage ou d’une mauvaise information à la source (enquête orale, carnets de prélèvements mal ou incomplètement renseignés). Si une méthode similaire appliquée à la pêche commerciale a fait ses preuves en matière d’évaluation des stocks de poissons disponibles, ceci est dû au fait que les techniques de pêche sont standardisées, utilisées sur de vastes superficies et d’efficacité très bien connue. Par contre cette méthode est difficilement transposable à la chasse en battue car beaucoup de facteurs sont difficilement mesurables (intuition, habileté au tir, qualité des meutes, etc.). De fait, la seule notion du nombre de capture par indice d’effort n’est pas suffisante pour expliquer les résultats de la chasse. Badia et al. (199110) ont montré que les données contenues dans les carnets de prélèvements et l’utilisation d’une loi linéaire généralisée pouvaient permettre de créer un modèle capable d’estimer la taille des populations de sangliers (en considérant que l’on travaille sur une « population fermée » pendant la période de chasse). Toutefois, ce modèle demande à être affiné pour être applicable sur le terrain car les indications sont à moduler en fonction des modifications éventuelles du mode de chasse ou des règles de tir. Toutefois, elles permettent de faire le point à la moitié ou au tiers de la saison de chasse. Il est alors possible de réorienter les objectifs ou de modifier les méthodes de chasse et les règles de tir pour atteindre des objectifs de gestion. Ce modèle présente également de nombreux biais. Il n’est réellement efficace que lorsque la densité ne dépasse pas deux sangliers aux 100 ha et que l’ensemble de l’unité de la population est chassé durant les trois dernières semaines de chasse. Cette méthode est impossible à utiliser quand il existe des zones non chassées (réserves) dans lesquelles se cantonnent les sangliers. Par ailleurs, la pratique de la chasse ne s’effectue pas sur une « population fermée » au sens strict du terme car des animaux peuvent être classés comme non chassables en début de saison (marcassins) et le devenir en fin de chasse (bêtes rousses) ou provenir de territoires voisins. Ceci est surtout vrai pour les jeunes mâles satellites. Néanmoins, compte tenu de la répétitivité de l’activité des équipes d’une année sur l’autre, des constantes peuvent apparaître. Ainsi, la vitesse de réalisation et l’évolution de la composition du tableau de chasse annuel à l’échelle d’une population peuvent avoir valeur d’indice qu’il convient d’utiliser prudemment.

1.3 Cinétique des populations de sangliers : une croissance marquée par la continuité et la rupture

25Actuellement, on considère comme ancienne la présence de sangliers en France au point que certains chasseurs jugent cette chasse comme traditionnelle. Un rapide rappel historique nous permet de mesurer la cinétique des populations de sangliers.

26Les flux et les reflux de la démographie humaine ont été largement influencés par les aléas climatiques. Ceux-ci ont eu des conséquences à plus ou moins long terme sur la répartition de la végétation et de la faune sauvage.

  • ‣ F. Sptiz (198311) estime que pendant la dernière glaciation, la densité d’hommes en France se situait autour de 1 habitant pour 5 km2 et qu’ils utilisaient 0.1 à 1 kg/ha/an de viande d’animal sauvage. Ces hommes étaient très dépendants des grands troupeaux d’herbivores des zones découvertes.
  • ‣ La période postglaciaire, entre 8 000 et 6 000 ans avant J.-C., marque le développement de milieux boisés et la disparition des grands troupeaux d’herbivores. La situation alimentaire devient beaucoup plus délicate malgré la domestication du chien qui aide l’homme à traquer le gibier. Par ailleurs, l’élevage du mouton et du porc semble avoir été possible vers -7 000 à - 6 000. C’est au Néolithique que remontent les (rares) indices de la présence des plus anciens sangliers, comme en témoignent les peintures rupestres de la grotte d’Altamira, Sentender en Espagne. En France, des ossements de sangliers sont très souvent découverts dans les grottes préhistoriques, cela a notamment été le cas pour la grotte de l’Hortus située à 20 km au nord de Montpellier. Des recherches ont montré que cette grotte avait été occupée par des chasseurs.
  • ‣ Les premiers agriculteurs apparaissent vers -5 500 et on estime qu’à partir de -3 000, les chasseurs-cueilleurs diversifient leurs activités. Les surfaces non touchées par les agriculteurs-pasteurs forment alors de vastes îlots, inférieurs au million d’hectares. Pour G. Bertrand (197512), la transformation agricole de la France a commencé en deux zones et de deux façons différentes. Le long de la côte méditerranéenne, des populations mésolithiques indigènes ont développé des techniques d’élevage, de culture des céréales et de poterie sans pour autant perdre leurs traditions, y compris la place importante du gibier dans l’alimentation. Mille ans plus tard, ce mode de vie n’avait progressé que de 50 à 100 km vers l’intérieur. Au même moment, une véritable colonisation s’effectuait par le Nord-Est de la France, par de véritables paysans qui s’installaient en priorité sur les sols faciles à défricher et à travailler. Ils apportaient leurs semences et leur bétail ; le gibier devenait pour eux négligeable.
  • ‣ De - 3 000 à l’an 1 000 de notre ère, vont se succéder des formes de civilisation de plus en plus « technologiques » avec des phases de prospérité entrecoupées par des périodes de crises (aléas climatiques, épidémies, invasions, guerres). Les surfaces de parcours et de forêts, plus ou moins étendues, correspondaient aux zones les plus distantes des habitats permanents. Les surfaces totalement inexploitées étaient sûrement très réduites, les forêts étaient très dégradées dans l’ensemble, la grande faune était largement exploitée sans pour autant représenter une part importante du régime alimentaire des populations. Pour G. Bertrand, (1975), il semblerait que le facteur freinant le développement de l’agriculture ne soit pas lié à l’emprise de la forêt mais à la maîtrise de l’eau. Cette contrainte aurait été moins forte à l’âge du fer et du haut Moyen Âge. Cette phase climatique humide donna naissance à de vastes régions marécageuses en France, fixant là des populations d’oiseaux aquatiques. Pour F. Spitz (198313), ces changements ont surtout affecté les oiseaux aquatiques et non les animaux de la plaine et de la forêt, fondamentalement les mêmes depuis 8 000 ans : Cerf, Chevreuil, Sanglier, Lièvre, Lapin, Caille et Perdrix. Dardaillon (198414) rapporte que « la Grande Forêt de Sylvéréol, reste de la Sylve Dodesque, qui couvrait le littoral de la Camargue au xiie siècle, était riche de sangliers et cerfs ».
  • ‣ Au Moyen Âge, le sanglier est présent dans le Sud de la France. Ainsi, on peut lire dans l’arrêt du Parlement de Paris émis le 19 mai 1397 que le Vicomte d’Uzès reproche au coseigneur de Remoulins Jacques de Saint Quentin d’avoir pris la hure d’un sanglier dans les bois de la Coasse en aval du Pont du Gard. À cette époque, il y a de nombreuses contestations sur l’attribution de hures ou de pieds de sanglier entre seigneurs hauts justiciers et coseigneurs bas justiciers. Ceux-ci profitent de leur présence sur le terrain pour s’attribuer des redevances, court-circuitant ainsi les privilèges des seigneurs. Ces trophées n’ont aucune qualité économique, mais seulement honorifique. Dans les domaines languedociens, le roi d’Aragon, qui s’était octroyé la haute justice en 1249, exige quant à lui la tête du sanglier. Au même siècle, les évêques de Maguelonne exigeaient eux-aussi la tête. Au même moment, l’évêque de Viviers (Ardèche) demandait pour loyer de ses parcours à moutons de la montagne de Cruas... une hure de sanglier.

27Des documents tels qu’actes, sentences, arrêts du Parlement, etc. montrent la présence du sanglier en Languedoc jusqu’aux premières années du xviiie siècle. À la Révolution, les auteurs de l’époque citent le sanglier comme un animal disparu. Il n’est pas mentionné non plus dans la liste des animaux nuisibles dont les habitants du Gard se plaignent dans les cahiers de doléances auprès des États Généraux.

  • 15 Companyo, (1863). Histoire naturelle du département des Pyrénées-Orientales. T. III.
  • 16 Réguis J. F. M., (1880). « Note sur les Mammifères de la Provence » lue à la Séance annive (...)

28Le docteur Companyo dans le tome III de son « Histoire Naturelle du département des Pyrénées-Orientales » (186315) déclare que « cet animal a été très répandu dans le département mais la dévastation de nos forêts a donné aux chasseurs la facilité de parcourir nos montagnes et empêché sa propagation ». J. F. M. Réguis dans sa « Note sur les Mammifères de la Provence » (188016) constate tout de même que « même si cet animal devient de plus en plus rare, il existe en Provence autrement qu’à l’état de fossile... On en a tué un vers 1865 dans la partie du Ligonnès... D’autres prises ont été également signalées : forêt de Valensole, de Riez, de l’Esterel... »

29Notons que la raréfaction du sanglier correspond avec ce que Georges Bertrand appelle l’espace agricole fini au xive siècle. L’emprise agricole est alors maximum et la France compte 20 millions d’âmes au recensement de 1328. Les habitats resteront quasiment stables jusqu’au xixe siècle malgré les conflits et les épidémies. Jusqu’à la deuxième moitié du xixe siècle, le sanglier semble avoir disparu. Sa rareté est principalement due à la grande déforestation qui a débuté au xiie siècle. À cela, s’ajoute des excès de prélèvement.

30L’industrialisation, au xixe siècle, amène des changements radicaux : exode rural, développement des moyens de transports, etc. Un nouveau paysage apparaît alors, les paysans perdent à la fin du xixe de nombreux droits d’usages dont ceux liés au pâturage en forêt. Les boisements naturels ou artificiels passent de 17 % de la superficie de la France, lors du minimum forestier au xviiie-xixe siècle, à 25 % de nos jours. La deuxième moitié du xxe siècle est caractérisée par d’importants changements des spéculations agricoles tant au niveau régional qu’international en fonction du contexte économique.

31De nombreux témoignages montrent qu’à partir de 1880, les observations de sangliers, dans les départements du Sud de la France sont plus fréquentes. Les grandes campagnes de reboisement, notamment dans le Mont Aigoual (1888), certains lâchers (Montagne Noire, 1884), la mobilisation générale et l’interdiction des périodes de chasse pendant les premières années de la Grande Guerre (1914-1916) permettent aux sangliers de se multiplier. Leur abondance provoque la création de nombreuses sociétés de chasse qui agissent en tout temps pour répondre aux nuisances causées par les sangliers aux cultures. Le Conseil général de l’Hérault ira même jusqu’à voter une subvention de mille francs à la Diane Saint Ponaise lors de la session d’août 1898 car il est rapporté que « cette vaillante société cynégétique a abattu durant cette saison cynégétique plus de soixante sangliers ».

  • 17 Gasparin., (1850). Cours d’agriculture, t. 3, chap. IX, pp. 514-518.
  • 18 Spitz f., (1983). op. cit., p. 83.

32Le problème de dégâts de sangliers n’est pas nouveau et des autorisations de chasse seront accordées d’autant plus facilement que l’animal indésirable aura le statut juridique d’espèce nuisible, ce qui génère de nombreux abus. En fait, depuis des siècles, l’agriculture essaye d’empêcher les animaux sauvages d’entrer dans l’ager. Gasparin (185017) dans son cours d’agriculture recommande de construire des enclos pour interdire l’accès aux animaux malfaisants. Pour Spitz (198318), « la difficulté résiderait dans le fait que la chasse profite d’une faune dont l’agriculture a de tous temps essayé de s’affranchir, que la faune profite d’un jeu d’équilibre entre une activité alimentaire devenu récréative — la chasse — et une activité de subsistance devenue commerciale — l’agriculture ».

33La mobilisation des hommes pour la Seconde Guerre mondiale apporte un nouveau répit aux sangliers. Les pâturages et les parcelles cultivées disparaissent peu à peu. Les coupes forestières sont abandonnées. Les espaces ainsi produits deviennent difficilement pénétrables par l’homme et permettent aux sangliers de se développer.

34Aujourd’hui, l’information sur les prélèvements, disponible au niveau national, révèle un accroissement particulièrement marqué. Alors qu’en 1973, les prélèvements nationaux représentent moins de 30 000 sangliers, en 2000, ils atteignent plus de 300 000 animaux.

35Après une augmentation continue du nombre de prélèvements entre 1988 et 1997, Eymard, en 2000, dénote une rupture lors du bilan de la saison 1999-2000. Il estime à 10 % la baisse des prélèvements sur l’année. Ceci confirme le ralentissement de l’augmentation du tableau constaté depuis 1997. Le prélèvement aux 100 ha boisés est de 2 sangliers, soit 0,6 aux 100 ha totaux (idem en 1998).

36Depuis 1980, les prélèvements ont toutefois été multipliés par 5,4. La moyenne des prélèvements départementaux est de 3 299 animaux, mais la moitié d’entre eux ont un tableau inférieur ou égal à 2 309.

37Deux scénarios sont proposés à partir de ce constat :

  • ‣ Le premier laisse à penser que les populations augmentent plus vite que les prélèvements. Ainsi, la chasse aux sangliers, telle qu’elle est pratiquée actuellement, ne permettrait pas à elle seule de maîtriser les populations de sangliers. Cette phase d’expansion va se poursuivre et la régulation ne pourra provenir que d’un épuisement des ressources ou sous l’effet d’épidémies mortelles.
  • ‣ Le second que l’effort de chasse est de plus en plus important, ce qui entraîne une augmentation des prélèvements cynégétiques. Au point que ces derniers deviennent supérieurs au taux de renouvellement. Les populations seront alors stabilisées voire diminueront.

Graphique 1. — Évolution annuelle du tableau de chasse national de sangliers

Graphique 1. — Évolution annuelle du tableau de chasse national de sangliers

2 Les schémas explicatifs traditionnels de l’augmentation des populations de sangliers

38De nombreux facteurs sont fréquemment cités dans la littérature scientifique pour expliquer l’augmentation des populations de sangliers en France depuis une trentaine d’années. Certains facteurs sont propres à l’espèce (caractéristiques biologiques, stratégies de reproduction, tolérance alimentaire, etc.), d’autres sont exogènes. Les capacités d’adaptation de l’espèce sont régulièrement mises en avant, tout comme la disparition des grands prédateurs (loups, ours, lynx).

39L’accroissement des formations forestières et para-forestières, suite à de nouveaux usages de l’espace rural (abandon des terres agricoles), et les nouvelles pratiques cynégétiques (repeuplement, effort de chasse, aménagement cynégétique) sont également des facteurs à prendre en considération dans l’explication de la dynamique des populations de sangliers.

  • 19 Ellison L. N., (1991). « Dans quelles conditions peut-on justifier la chasse des tétraonid (...)

40La qualité de l’habitat et son évolution sont des facteurs primordiaux pour l’implantation des populations de sangliers. Sur le long terme, il aurait plus d’incidences sur la dynamique des populations de sangliers que tout autre facteur endogène à l’espèce ou toute politique de gestion. Certains vont jusqu’à démontrer que l’interdiction de chasser ne permet pas d’interrompre le déclin d’une population. À titre d’exemple, L. N. Ellison (199119) a montré que la chasse n’est pas la principale cause du déclin des populations de tétraonidés dans les Alpes et les Pyrénées, le déclin de ces populations s’étant poursuivi dans des zones en réserve en raison de l’altération des habitats. Les prélèvements raisonnés des espèces ne peuvent pas être dissociés de la gestion et l’amélioration des habitats. En Amérique du Nord, pour compenser les pertes d’oiseaux tués à la chasse et pour favoriser la présence de faisans, une association cynégétique regroupant 50 000 membres a investi entre 1982 et 1991 plus de 4,5 millions de dollars pour des aménagements d’habitat touchant 150 000 ha car, pour cette association, la sauvegarde d’une espèce nécessite avant toute chose la préservation d’un habitat favorable.

2.1 L’importance des facteurs biologiques endogènes à l’espèce

41Pour tenter de comprendre les raisons de l’accroissement des populations de sangliers, il convient d’essayer de situer et de préciser sa place dans le règne animal. Selon la classification binomiale du monde animal de Carl Von Linné, le Sanglier (Sus scrofa L.), du fait de son squelette osseux s’articulant autour d’une colonne vertébrale, se situe à l’embranchement des vertébrés. Son sang chaud, sa reproduction placentaire intra-utérine et l’allaitement des petits à la mamelle le place dans la classe des mammifères. Ses quatre membres terminés par un nombre pair de doigts, quatre en l’occurrence, en font un artiodactyle comme les bovidés, camélidés et cervidés. Étant non-ruminant et possédant entre autres des canines à croissance continue, les systématiciens le positionnent dans le sous-ordre des suiformes et dans l’infra-ordre des Suinae se divisant en deux familles, les suidés (porcs) et les tayassuidés (pécaris). Parmi les suidés, cinq genres sont à distinguer (Babyrousa, Hylochœrus, Phacochœrus, Potamochœrus, et Sus).

42Sous le genre Sus sont regroupées sept espèces Sus scrofa, Sus barbatus, Sus celebensis, Sus cebifrons, Sus plilippensis, Sus salvanius, Sus verrucosus.

43Le sanglier que nous allons étudier est donc le Sus scrofa L. Ce dernier se différencie en dix-sept sous-espèces qui sont présentes sur tout le continent européen et asiatique ainsi qu’en Afrique du Nord. Le Sanglier a été domestiqué par l’Homme dès qu’il s’est sédentarisé, il y a 10 000 ans. En effet, les porcins étaient moins aptes que d’autres espèces, chèvres, moutons, etc. à suivre l’homme nomade dans ses déplacements. Parallèlement au développement des sous-souches domestiques, la forme sauvage s’est maintenue. En France continentale, le sanglier est reconnu de souche pure lorsque son caryotype est de 36 chromosomes alors que le porc issu de la domestication du sanglier possède un caryotype à 2n = 38. C’est la scission d’une paire de chromosomes du sanglier qui fournit en fait une paire supplémentaire. Le croisement des deux espèces donne des sujets à 2n = 37 chromosomes. Néanmoins, il existe en Europe orientale et méditerranéenne, des souches de sangliers tout à fait naturelles et sauvages à 37 voire 38 chromosomes, sans croisement récent avec le porc domestique.

44Ailleurs, et en France notamment, sangliers et porcs ont peu ou prou vécu ensemble. Effectivement, dès le Moyen Âge, l’élevage de porcs se faisait en liberté plus ou moins surveillée. Plus tard, on retrouvera dans les livres de comptes des Ducs de Bourgogne, par exemple, les recettes de la location de pâturages pour des porcs dans les forêts. Le prix de la location variait selon l’importance de la glandée. Les croisements sangliers/porcs étaient donc déjà fréquents. Or, le croisement sanglier et porc est non seulement possible mais également fertile. Aussi, les éleveurs français de sangliers doivent conserver et commercialiser uniquement des sangliers au caryotype 2n = 36 chromosomes pour éviter toute « pollution génétique » de l’espèce.

45Néanmoins, un sanglier « génétiquement pur » ne signifie pas pour autant que ce dernier soit « sauvage » au sens cynégétique du terme. Un sanglier à 36 chromosomes élevé dans un enclos et trop bien nourri sera bien moins adapté à la vie en milieux « naturels » qu’un sanglier au caryotype 37 ou 38 né et ayant passé toute sa vie loin des hommes.

46Le sanglier (Sus scrofa L.) est une espèce particulièrement tolérante, capable de s’adapter à des conditions de biotope, de climat et de nutrition très variées. Sa vaste aire de répartition (carte 2 page suivante) traduit bien cette grande valence écologique. Depuis une vingtaine d’années, le développement des populations a fortement progressé dans la plupart des pays européens que ce soit en Espagne, en Italie, en Slovénie, en Hongrie, en Pologne ou en France. Il a néanmoins disparu des Îles Britanniques au xvie siècle. Le sanglier est donc présent dans la quasi-totalité de l’Europe jusqu’en Asie. On le retrouve du nord au sud, de la Scandinavie à la bordure méditerranéenne du continent africain et de l’ouest de la France vers l’est jusqu’au Japon. Dans le nouveau monde et en Australie, il s’agit essentiellement de sangliers domestiqués ou de porcs redevenus sauvages.

47Sa grande valence écologique en fait une espèce ubiquiste. L’épaisseur de neige et le sol gelé en quasi-permanence semblent être les facteurs limitants dans la partie septentrionale, alors que le manque d’eau est un facteur limitant dans la partie orientale. Le sanglier est présent sur la quasi-totalité du territoire français.

48En zone de montagne, le sanglier peut vivre à des altitudes assez élevées à condition qu’il trouve des points d’eau et un territoire où les dérangements sont peu importants car d’un point de vue alimentaire, le sanglier est opportuniste et exploite différentes sources alimentaires en fonction des saisons et des disponibilités de son territoire.

2.1.1 Une grande tolérance alimentaire

49Omnivore, le sanglier peut consommer et digérer des aliments d’origine végétale ou animale. Néanmoins, il consomme prioritairement des aliments d’origine végétale. L’abondance des fruits forestiers le conduit à un comportement frugivore et monophagique. En l’absence de fructification forestière, le sanglier exploite au maximum le milieu agricole. La nourriture d’origine végétale couvre environ 95 % de ses besoins, les 5 % restants provenant des animaux ou produits d’animaux. Même en présence d’un item alimentaire abondant, le sanglier ne s’en satisfait pas et complète son alimentation par d’autres aliments. Cette grande tolérance alimentaire lui permet d’exploiter et de vivre dans des milieux très variés.

Carte 2. — Répartition des suidés dans le monde

Carte 2. — Répartition des suidés dans le monde

50Par ailleurs, le fort potentiel reproductif du Sanglier peut être considéré comme le reflet de la parfaite adaptation de l’espèce aux différents milieux.

2.1.2 Une espèce à fort taux d’accroissement

51Les capacités d’accroissement d’une population animale dépendent largement des stratégies de reproduction de l’espèce. Chez la laie, la maturité sexuelle est atteinte aux environs de huit à neuf mois, à condition que son poids corporel soit d’au moins trente kilogrammes et qu’elle soit en bon état de santé. La majorité des naissances a lieu au printemps, les femelles ne sont généralement pas fécondes avant la date de leur premier anniversaire. Théoriquement, elles pourraient se reproduire toute l’année, mais comme la plupart des mammifères, leur cycle œstrien est interrompu pendant la gestation et la lactation active. Le cycle est également interrompu pendant l’été, période où les jours sont les plus longs. Lorsque la laie a emmagasiné suffisamment de réserves, le cycle peut alors reprendre. Pour beaucoup d’entre elles, l’anœstrus estival stoppe les cycles, ce n’est qu’à l’automne, quand elles sont âgées de dix-huit mois et plus, qu’elles participeront à la reproduction. La laie a un cycle œstrien tous les vingt et un jours (19-23 jours) mais elle est rarement réceptive plus de trente-six à quarante-huit heures. Elle est donc très dépendante de l’abondance des ressources alimentaires. Ainsi, généralement, une laie n’aura qu’une portée par an. Dans des conditions très exceptionnelles, il peut y avoir deux portées dans l’année, c’est le cas si la portée d’hiver est très précoce ou si la laie a perdu sa progéniture. La gestation dure entre 114 et 120 jours, ce qui est comparable à celle de la truie (3 mois, 3 semaines, 3 jours).

52Le nombre d’embryons viables est corrélé avec le poids de la femelle et non avec son âge. Il se situe entre 4 et 6 par femelle. Il faut également savoir qu’au niveau de l’espèce, le sex-ratio est proche de un à la naissance. Il naît autant de mâles que de femelles. On observe généralement deux « pics » de naissances : un de mars à juin et un autre plus court d’août à septembre. Ainsi, le Sanglier est doté d’un fort potentiel reproductif. Le taux d’accroissement annuel moyen se situerait autour des 150 %.

2.2 Des politiques de gestion d’une efficacité plus ou moins quantifiable

2.2.1 Les effets des lois et des règlements : la suppression du droit d’affût

53Le sanglier, comme la majorité des ongulés sauvages, a bénéficié de mesures législatives et réglementaires. En effet, les propriétaires terriens avaient acquis après la Révolution française le droit d’affût. Cette mesure permettait aux agriculteurs de se poster armés en lisière de bois et sur leurs champs pour les protéger d’éventuels dommages causés par le grand gibier. Cette pratique a engendré des excès et nuisait à la bonne gestion des espèces.

54Dans le même temps, les prélèvements effectués par les chasseurs étaient parfois excessifs car limités uniquement par le nombre de jours de chasse. Les contacts entre voisins étaient inexistants ou souvent conflictuels « si je ne tue pas le gibier, c’est mon voisin qui le fera » et les mesures de gestion ne dépassaient pas l’échelle du lot de chasse ou du territoire de chasse.

55Dès lors, il fut décidé d’instaurer les plans de chasse, notion introduite par la loi du 30 juillet 1963, mais ce n’est qu’à partir de 1979 qu’elle est réellement entrée en vigueur pour prélever cerfs, chevreuils et mouflons. En 1989, le plan de chasse est étendu aux chamois et isards.

56Un plan de chasse est attribué par le préfet. Ce dernier fixe, pour un territoire et une période donnée, un quota d’animaux à prélever. Les dépassements constatés sont sévèrement sanctionnés. Dès lors, tous les animaux soumis au plan de chasse se voient équipés d’un dispositif de marquage, il s’agit d’apposer un bracelet afin de pouvoir déplacer l’animal capturé (photographie 1 page ci-contre).

57Pour le sanglier, les choses sont différentes car le plan de chasse n’est mis en œuvre que dans quelques départements. Néanmoins, l’interdiction du droit d’affût a été très favorable à tous les ongulés car elle a mis un terme à une pratique assimilée à un quasi-braconnage de nuit des cervidés et sangliers.

2.2.2 Les effets des lâchers sur l’accroissement des populations

58Dès 1960, des opérations de réintroduction d’animaux ont été réalisées ; elles se sont en particulier accentuées entre 1975 et 1985. Chasseurs, forestiers, mais également les agents des parcs nationaux et certaines sociétés de protection de la nature ont lâché des ongulés sauvages. Ces opérations ont certainement contribué au développement de ces espèces, et du sanglier en particulier. Depuis les années 1990, ces opérations sont devenues exceptionnelles et ne concernent que très peu d’animaux. L’accroissement des populations et les risques de pollution génétique ont amené le législateur à réglementer cette pratique. Les conditions de lâchers sont strictement encadrées par l’administration. Il est toutefois impossible d’apprécier exactement la part de ces animaux dans le tableau national.

Photo 1. — Réalisation du plan de chasse « chevreuil ». Cliché : J.-C. Raynal

Photo 1. — Réalisation du plan de chasse « chevreuil ». Cliché : J.-C. Raynal

59En 1990, la Direction de la nature et des paysages a demandé qu’une enquête nationale soit réalisée pour recenser les enclos abritant des sangliers. Cette enquête a permis d’individualiser 1 400 installations correspondant essentiellement à des enclos d’élevage de sangliers (carte 3 page suivante).

Carte 3. — Nombre de sangliers reproducteurs en élevage en 1990

Carte 3. — Nombre de sangliers reproducteurs en élevage en 1990

60Le cheptel reproducteur en enclos a été estimé à 22 800 animaux et la production à 62 000 têtes. Toutefois, des lâchers clandestins peuvent encore avoir lieu ici ou là. L’efficacité de telles opérations reste limitée si elles ne sont pas suivies de mesures de gestion restrictives (interdiction de la chasse, mise en place de plans de chasse ou de gestion). Lâcher des animaux dans la nature semble a priori assez facile, faire en sorte que ces derniers participent au repeuplement l’est beaucoup moins. En effet, les chasseurs ont du mal à se procurer des animaux de bonne qualité, c’est-à-dire « des sangliers sauvages de race pure ». Les animaux croisés ou trop imprégnés par l’homme ont un comportement plus proche de l’animal de compagnie que du sanglier vivant à l’état sauvage. Ces derniers, une fois lâchés dans la nature, ont une attirance particulière pour les habitations, les jardins, les poubelles, etc., ce qui suscite des relations conflictuelles notamment avec les agriculteurs. Ainsi, dans la majorité des cas, les animaux lâchés clandestinement finissent généralement comme gibier de tir sans pouvoir repeupler réellement le territoire. De plus, ces opérations sont relativement onéreuses ce qui est également un facteur limitatif.

2.2.3 Les effets multiples et/ou pervers de l’agrainage

  • 20 Mauget R., (1980). Régulations écologiques, comportementales et physiologiques (fonction d (...)

61La généralisation du nourrissage du sanglier, par un apport massif de maïs notamment, a sans aucun doute des répercussions sur l’accroissement des populations. En effet, même si à notre connaissance peu d’études ont été conduites à ce sujet, il n’en demeure pas moins que l’apport important de nourriture permet aux jeunes sangliers de grandir plus vite et donc de rentrer plus tôt dans le processus de reproduction. Rappelons ici que c’est le poids et non l’âge qui est le critère déterminant de l’apparition des premières « chaleurs ». Les premiers cycles ont généralement lieu lorsque les femelles atteignent le poids de 30 ou 35 kilogrammes. Or dans certaines conditions un peu « artificialisées », ce poids est très vite atteint. R. Mauget (198020) a montré qu’en élevage dans des conditions d’alimentation stabilisées, la puberté peut être atteinte au plus tôt à l’âge de 8 mois et au plus tard à 20 mois. La ration alimentaire aurait également une influence sur la reprise du cycle reproductif chez les femelles. De plus, l’agrainage permettrait la survie des avortons et autres malingres au moment du sevrage, qui seraient irrémédiablement condamnés mais qui survivront grâce à cet apport inespéré de nourriture. En fin de compte, il semblerait qu’un nourrissage permette non seulement une augmentation des naissances mais également une baisse du taux de mortalité.

2.2.4 Limitation des prélèvements

62Même si le sanglier n’est pas soumis au plan de chasse comme c’est le cas pour le cerf et le chevreuil, il a toutefois fait l’objet d’effort de gestion entrepris par certains chasseurs. Il a bénéficié de la création de Groupements d’Intérêt Cynégétique (GIC) (carte 4 page ci-contre).

63Ces derniers ont souvent eu pour objectif d’accroître le niveau des populations tout en maintenant un niveau de dégâts acceptable. Pour cela, un partenariat est mis en place afin d’établir des règles de gestion communes à l’ensemble de l’unité de la population. Il s’agit là d’un véritable règlement intérieur commun approuvé par le Préfet. Des restrictions de tir sont alors émises et des règles qualitatives de prélèvement sont fixées selon des critères de poids et de sexe de l’animal. Le but est de préserver les femelles reproductrices. Dans d’autres départements, ce sont des plans de chasse (totaux ou partiels) qui sont mis en place. Tout animal abattu doit être obligatoirement muni d’un dispositif de marquage (bracelet ou autre), ce qui limite le nombre de prises. Ces mesures réglementaires traduisent une volonté des chasseurs de gérer cette espèce. Ces efforts de gestion sont d’autant plus consentis qu’ils sont couronnés de succès, ce qui ne manque pas alors à faire des émules. De plus, l’implantation d’un noyau à forte population permet l’extension et la colonisation de l’espèce sur des territoires non pourvus.

  • 21 Pratique visant à rabattre le gibier à l’aide de chiens capables de poursuivre des sanglie (...)

64Un autre facteur, quelque peu paradoxal, peut être source d’augmentation des populations de sangliers. Il s’agit de l’influence du mode de chasse en battue aux chiens courants sur la structure des prélèvements. La battue postée aux chiens courants21 ne permet pas, ou du moins très peu, de distinguer les sexes au moment du tir. On peut penser qu’a priori, le tir est aléatoire lorsqu’aucune contrainte n’est imposée. Les prélèvements réalisés devraient en théorie refléter la population chassée puisqu’ils représentent en quelque sorte un tirage au sort au sein de cette population. Pour autant, force est de constater que, sur un échantillon de plus de 120 000 sangliers prélevés dans le département de l’Hérault entre 1986 et 2002, l’étude du sex-ratio montre que les prélèvements concernent en priorité les mâles (53 %) et que les femelles représentent 47 % du tableau. Des résultats identiques ont été observés dans les départements de la Lozère, des Pyrénées-Orientales, du Var et du Vaucluse. Ces chiffres sont par ailleurs relativement constants d’une saison cynégétique à l’autre. Pourtant dans la nature, le sex-ratio même s’il est difficile à établir (sexage des embryons), serait proche de un à l’échelle d’une population, c’est-à-dire qu’il naît autant de mâles que de femelles. Le comportement des mâles pourrait expliquer en partie ce phénomène. Ils sont par nature plus isolés, et leur situation en périphérie des femelles, les rendrait plus vulnérables. De plus, non freinés dans leurs pérégrinations nocturnes par la présence de jeunes, ils feraient plus de chemin, donc laisseraient plus de traces, ce qui les rendrait plus vulnérables. Par ailleurs, un seul animal poursuivi par une meute de chiens a moins de chance d’échapper à la mort en passant la ligne de tir qu’un groupe d’animaux (laie suitée). Ce qui conduit finalement à une préservation des femelles et donc des reproductrices.

Carte 4. — Nombre de Groupement d’Intérêt Cynégétique grand gibier (campagne 1990-1991)

Carte 4. — Nombre de Groupement d’Intérêt Cynégétique grand gibier (campagne 1990-1991)

65L’âge est une autre caractéristique intéressante pour comprendre la dynamique de la population. Le poids ne peut pas à lui seul permettre de connaître avec précision l’âge d’un sanglier. Différentes méthodes existent (détermination de l’âge par examen de la dentition, à partir des mensurations des défenses pour les mâles, par pesée de cristallins, etc.). Les études de croissance des sangliers dont l’âge a été déterminé par la pesée du cristallin ont montré que la quasi-totalité des animaux de moins d’un an sont englobés lorsque l’on fixe la pesée à moins de 30 kilogrammes. Les 30 à 49 kilogrammes regroupent les mâles subadultes jusqu’à 18 mois et les laies en phase de possible reproduction. Au-delà de 50 kg, une majorité de mâles sont dans leur deuxième année et toutes les femelles des reproductrices potentielles. Ainsi, en examinant la répartition par poids de près de 117 000 sangliers prélevés sur une période de 16 années (tableau 2 p. 52), on constate une relative répétitivité des prélèvements par classes de poids ; les animaux de moins de 50 kg représentent en moyenne 62 % de la cohorte. Dans l’Hérault, aucune consigne de tir concernant le poids des animaux prélevés n’est imposée. Le capital reproducteur ne semble pas être mis à mal par le mode de chasse pratiqué (tableau 1, p. 51).

Tableau 1. — Pourcentage de sangliers prélevés par cohorte de poids dans l’Hérault

Tableau 1. — Pourcentage de sangliers prélevés par cohorte de poids dans l’Hérault

Source : FDC 34, 2003

  • 22 Vassant J., (1994b). « Notions de base pour la gestion ». ONC, no sp., colloque de Bergera (...)

66Dans ces conditions, les populations de sangliers ne peuvent qu’augmenter. D’autres facteurs plus ou moins mesurables favorisent certainement cet accroissement. Selon la structure en âge et le taux de reproduction des femelles, J. Vassant (199422) a établi les modèles théoriques d’accroissement suivants (les tableaux 2 et 3 page suivante).

67De façon générale, il est possible de prélever une certaine quantité d’animaux sans mettre en péril les populations sur le long terme. Ceci est d’autant plus vrai que certaines espèces et notamment les ongulés auraient la capacité à compenser les pertes liées à la chasse par une meilleure reproduction.

Tableau 2. — Population jeune (35 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)

Tableau 2. — Population jeune (35 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)

Source : Vassant, 1994

Tableau 3. — Population âgée (80 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)

Tableau 3. — Population âgée (80 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)

Source : Vassant, 1994

2.2.5 Des facteurs environnementaux aux conséquences parfois importantes

68Les changements de pratiques et la spécialisation agricole ont, soit conduit à une réorganisation totale du territoire dans le but de mener une politique agricole productiviste, soit abouti à l’abandon des pratiques agraires. Dans le même temps, les espaces boisés publics ou privés ont fait l’objet de nouvelles pratiques sylvicoles (réduction de la durée de rotation des peuplements forestiers, cloisonnement, conversion des taillis, etc.). Il s’en est suivi une fermeture des milieux, c’est-à-dire une progression des formations boisées ou para-forestières sous l’effet de reboisements naturels ou artificiels. L’Arc méditerranéen, le sud du Massif central, et la plupart des départements montagnards ont été particulièrement marqués par ces mutations, dont les conséquences se sont traduites par une augmentation de la capacité d’accueil des milieux pour toutes les espèces d’ongulés sauvages.

69Compte tenu du fort taux de multiplication d’une espèce comme le sanglier, ce dernier a eu vite fait de coloniser ces nouveaux espaces dès lors que ces biotopes offraient plus de place disponible, plus de lieux de remise, plus de nourriture. Malgré le fait que les populations de sangliers soient capables de s’adapter à une très grande diversité de milieux, l’habitat a une influence directe sur leur accroissement et leur dynamique.

70Il semble également que les modifications climatiques intervenues ces dernières décennies, notamment par des hivers doux et peu enneigés, aient favorisé la survie des animaux et plus particulièrement des jeunes. En effet, la morphologie des animaux (pattes courtes dont la hauteur représente toujours moins de la moitié de la hauteur totale) est particulièrement handicapante pour évoluer dans de la neige poudreuse. De plus, les sangliers trouvent leur nourriture quasi exclusivement sur ou dans le sol ; la neige et le sol gelé sont donc des obstacles de taille. Enfin, les conséquences climatiques sont fondamentales sur la croissance des arbres et sur la fructification de ces derniers, ce qui agit à son tour sur le développement et l’état des populations de sangliers.

Conclusion

71Vouloir étudier et comprendre l’évolution des populations de sangliers nécessite de disposer d’une bonne connaissance des effectifs et de leur dynamique : rapport des sexes, répartition par classes d’âges, taux de reproduction, etc. ; ce sont autant d’éléments à prendre en considération. Le dénombrement de populations s’avère être un préliminaire indispensable, cette tâche est pourtant loin d’être aisée. En effet, l’évaluation juste et précise des effectifs de sangliers n’est généralement pas possible sur de vastes territoires ou dans les milieux très boisés, au couvert végétal particulièrement dense ou au relief accidenté. Dans le meilleur des cas, les opérations de dénombrement permettent d’essayer de mieux préciser les effectifs à un moment donné dans un secteur restreint. Les différentes méthodes de dénombrement ne sont cependant pas généralisables compte tenu du grand nombre d’observateurs nécessaires et du coût de telles opérations. De plus, les résultats sont souvent d’une fiabilité contestable et rarement acceptés par tous les partenaires impliqués dans la gestion du sanglier. Les gestionnaires ont recours le plus souvent à des méthodes indiciaires plus légères à mettre en œuvre. Ces dernières ne permettent généralement pas de dénombrer l’effectif de la population mais renseignent sur les tendances d’évolution, augmentation, stagnation ou diminution de la population.

72Faute de méthodes de dénombrement directes suffisamment fiables, l’analyse des prélèvements réalisés à la chasse, compte tenu de leur répétitivité, constitue un indicateur intéressant et peu onéreux pour suivre la dynamique des populations de sangliers. En France, le réseau Cervidés-Sanglier centralise ces informations. Même si ce dernier permet une certaine cohérence de données, il n’en demeure pas moins qu’une telle source d’informations est affectée par de nombreux biais (effort de chasse non constant, organisation et mode de chasse différents, vraisemblance des déclarations des chasseurs, etc.). Aussi, la pratique de la chasse est soumise à de nombreux impondérables qui sont difficilement mesurables (intuition, habileté au tir, qualité des meutes, etc.).

73Néanmoins, au vu du recensement actuel des prélèvements, il est possible de supposer que les effectifs soient en constante progression depuis une vingtaine d’années. Ce phénomène n’est pas exclusivement français car cette augmentation des ongulés sauvages est également signalée dans tout l’hémisphère Nord. Des problèmes de conservation des populations y sont fréquemment évoqués. Ainsi, les gestionnaires ont été amenés à s’interroger sur les raisons de cette augmentation pour adapter les politiques de gestion. Ces dernières ont évolué, allant de la gestion de la pénurie à celle de l’abondance. De nombreux facteurs ont été évoqués, que ce soit en termes de capacité d’adaptation du sanglier, de mesures de gestion prises en faveur du sanglier (définition de la période de chasse, opérations de lâcher, agrainage, etc.). Les influences de l’homme sur cette espèce sont nombreuses puisqu’il peut agir directement sur les populations ou indirectement par le biais de politiques agricoles ou forestières. Cependant, toutes ces actions n’ont pas les mêmes répercussions et ne sont pas à mettre sur le même plan. Les transformations territoriales et notamment les changements d’occupation du sol semblent être un élément clé de l’accroissement des populations, qu’il convient d’examiner plus en détails et ce, au travers d’une étude des relations occupation du sol/ prélèvements de sangliers.

Notes

1 Caugley G., (1994). « Directions in conservation biology ». J. Anim. Ecol., 63, p. 215-244.

2 Warren J., (1997). « The challenge of deer overabundance in the 21st century ». Wild. Soc. Bull., sp. issue, Deer overabundance, 25, p. 215.

3 Gill R. M. A., (1990). « Monitoring the status of European and north American cervids ». The global environment monitoring system (GEMS), Information series, UNEP, Nairobi, Kenya, p. 220.

4 Andersen J., (1953). « Analysis of a Danish roe deer population ». Danish Rev. Game Biol., 2, pp. 127-155.

5 Piolowski Z., (1984). « Some aspects of population structure longevity of field roe deer ». Acta Theriol., 29, 17-33.

6 Ractcliffe P. R., (1987). « Red deer population changes and independente assessment of population size ». Symposia Zool. Soc. (London), 58, 153-163.

7 Groupe chevreuil, (1996). « Les bio-indicateurs : Futurs outils de gestion des populations de chevreuils ? » ONC, Bull. Mens., no 209, fiche no 90, 4 p.

8 Chevrotine : cartouche dont la taille des grains est supérieure à 4 mm de diamètre.

9 Gaillard J. M., (1984). op. cit. p. 37.

10 Badia J., F. SPTIz, G. Valet, (1991). « Estimate of the size of a hunted population ». Ecological Modelling, 55, p. 113-122.

11 Spitz F., (1983). La faune dans l’écosystème « France 1983 ». BTI. nos 377-378. p. 81-86.

12 Bertrand G., (1975). « Pour une histoire Écologique de la France rurale ». In Histoire de la France rurale, t. I, Paris, Le Seuil.

13 Spitz F., (1983). op. cit., p 83.

14 Dardaillon M., (1984). Le sanglier et le milieu camarguais, dynamique co-adaptative. Université de Toulouse, thèse de Doctorat, p. 73.

15 Companyo, (1863). Histoire naturelle du département des Pyrénées-Orientales. T. III.

16 Réguis J. F. M., (1880). « Note sur les Mammifères de la Provence » lue à la Séance anniversaire de la Société d’Études des Sciences Naturelles de Marseille.

17 Gasparin., (1850). Cours d’agriculture, t. 3, chap. IX, pp. 514-518.

18 Spitz f., (1983). op. cit., p. 83.

19 Ellison L. N., (1991). « Dans quelles conditions peut-on justifier la chasse des tétraonidés en régression en France ? » Gibier Faune Sauvage, vol. 8, déc., p. 353.

20 Mauget R., (1980). Régulations écologiques, comportementales et physiologiques (fonction de reproduction), de l’adaptation du sanglier, Sus scrofa L. au milieu. Université de Tours, thèse d’État, p. 137.

21 Pratique visant à rabattre le gibier à l’aide de chiens capables de poursuivre des sangliers afin que les chasseurs postés puissent les prélever.

22 Vassant J., (1994b). « Notions de base pour la gestion ». ONC, no sp., colloque de Bergerac, 9 et 10 juillet 1993, pp. 48-57.

Table des illustrations

Titre Carte 1. — Implantation des équipes de chasseurs de sangliers dans l’Hérault en 2000
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Graphique 1. — Évolution annuelle du tableau de chasse national de sangliers
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Carte 2. — Répartition des suidés dans le monde
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Photo 1. — Réalisation du plan de chasse « chevreuil ». Cliché : J.-C. Raynal
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Carte 3. — Nombre de sangliers reproducteurs en élevage en 1990
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Carte 4. — Nombre de Groupement d’Intérêt Cynégétique grand gibier (campagne 1990-1991)
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 1. — Pourcentage de sangliers prélevés par cohorte de poids dans l’Hérault
Crédits Source : FDC 34, 2003
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Tableau 2. — Population jeune (35 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)
Crédits Source : Vassant, 1994
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 3. — Population âgée (80 % de jeunes prélevés la saison de chasse précédente)
Crédits Source : Vassant, 1994
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/3108/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search