Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Première partie. Des populations de sangliers fortement soumises aux transformations paysagères et responsables d’externalités négatives

Des populations de sangliers fortement soumises aux transformations paysagères et responsables d’externalités négatives

Texte intégral

Aujourd’hui, de nombreux indicateurs font état de l’augmentation spectaculaire en moins de trois décennies des populations de sangliers en France.

1En effet, différents indicateurs comme les carnets de prélèvements, les collisions recensées sur les routes, etc. traduisent des hausses significatives. Toutefois, cette dynamique qui est générale à l’ensemble du territoire français n’est pas homogène. Le niveau national masque, de fait, les fluctuations en dents de scie observées dans certains départements.

2Fort de ce constat et après avoir mis en évidence ces dynamiques croissantes, il est question de comprendre en quoi les disparités territoriales ont une influence dans la dynamique des populations de sangliers et pourquoi certaines régions sont plus sensibles que d’autres à l’augmentation des prélèvements.

3Il convient pour cela d’étudier les facteurs susceptibles d’avoir un effet sur la dynamique des populations mais également de prendre en considération la dynamique des habitats car la faune sauvage est très dépendante du milieu dans lequel elle vit.

  • 1 La majuscule est employée pour le terme sanglier, quand il signifie l’espèce et non pas l’ (...)

4Ainsi, dans un premier temps, nous aborderons des aspects méthodologiques, nécessaires pour mesurer la dynamique des populations de sangliers. Des résultats préliminaires seront présentés et commentés et les schémas explicatifs traditionnels seront explicités. L’accent sera mis sur les facteurs endogènes, c’est-à-dire propres à la biologie et à l’écologie du Sanglier1 mais également sur les facteurs exogènes, et plus précisément les effets des politiques de gestion sur cet animal.

5Dans un deuxième temps, nous nous focaliserons sur l’évolution de l’occupation du sol qui, selon nous, reste un facteur explicatif particulièrement déterminant. Pour cela, nous rechercherons des corrélations entre les prélèvements de sangliers et l’occupation du sol.

6Enfin, dans un troisième volet, nous aborderons les risques agri-environnementaux inhérents à la présence des populations de sangliers.

Notes

1 La majuscule est employée pour le terme sanglier, quand il signifie l’espèce et non pas l’animal.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search