Version classiqueVersion mobile

Pratiques cynégétiques, transformation territoriales et régulations sociales

 | 
Jean-Claude Raynal

Introduction générale

Texte intégral

1Depuis l’apparition de la vie, les espèces animales et végétales se partagent des espaces dans lesquels elles puisent les éléments indispensables à leur développement. Leur répartition à l’échelle mondiale démontre, en partie, que l’influence des conditions naturelles du milieu sur leur développement est forte. Les biotopes peu peuplés correspondent souvent à des milieux hostiles et contraignants. Ainsi, malgré l’intervention de plus en plus soutenue des sociétés humaines, la répartition et l’évolution des ressources naturelles guident en grande partie les dynamiques de la faune sauvage.

2L’artificialisation du milieu par l’homme modifie en grande partie les territoires et engendre de profondes mutations environnementales de plus ou moins grande importance. Dès lors, par ses activités, l’homme modèle selon des critères variés (économiques, sociologiques, culturels, etc.) le territoire et les paysages qu’il partage avec d’autres espèces animales. Parmi les pratiques ayant des conséquences majeures sur la mutation des milieux naturels, la plus importante est l’agriculture, dans toute sa diversité.

3La spécialisation des productions, les remembrements successifs et l’utilisation de fertilisants ont participé nettement à un amoindrissement de certaines ressources naturelles et à une diminution de la biodiversité. De fait, indirectement, les mutations agraires sont à l’origine d’un appauvrissement des écosystèmes qui s’adaptent difficilement à ces nouvelles campagnes. A l’opposé, dans la course au gain et à la productivité, certains espaces où les handicaps naturels n’ont pu être surmontés sont de plus en plus délaissés et sont soumis à une déprise parfois très prégnante. Dans ces espaces anciennement cultivés de manière extensive, les champs font place aux friches, aux landes, aux garrigues où les forêts réapparaissent parfois de manière très anarchique. Dans ce cas, les mutations environnementales peuvent être à l’origine de l’extension d’un territoire de plus en plus riche en potentialité d’habitat pour certaines espèces et de ressources alimentaires diversifiées. La situation de déprise peut indirectement être à l’origine d’une dynamique soutenue des écosystèmes.

4On peut légitimement s’interroger sur l’impact de l’action de l’homme sur la dynamique de certaines espèces animales et la modification de certaines pratiques sociales comme la chasse. Autrement dit, peut-on mettre en évidence l’existence de relations entre certaines pratiques humaines et l’augmentation, le maintien ou la diminution de certaines populations animales ? Pour ce faire, il convient de s’intéresser à l’histoire des pratiques humaines et à la coévolution de l’Homme et de la Nature.

5Globalement, l’homme est un acteur des mutations du milieu. Par son action, il modifie profondément les milieux et la biodiversité. Ainsi, certaines espèces endémiques sont très dépendantes de l’action de l’homme et en subissent indirectement les effets. C’est le cas de certains insectes, reptiles et rapaces totalement inféodés à des milieux dits « ouverts ». Dans ce cas, le défrichement lié à l’exploitation agricole des terres permet de maintenir ces types de milieux par ailleurs favorables au développement de populations animales spécifiques. En revanche, le reboisement ou le retour des formations para-forestières ou forestières, à la suite de l’extensification agricole, sont propices au développement d’autres espèces animales. Parmi celles-ci, les populations de sangliers demeurent un cas d’école. Elles connaissent en effet depuis plus d’une vingtaine d’années une augmentation sans précédent. La fermeture soutenue de certains types de paysages et leur degré d’hétérogénéité semblent avoir des conséquences sur l’organisation spatiale des populations de sangliers.

6Il semble donc opportun d’étudier les éventuelles relations entre l’accroissement des populations de sangliers et les modifications des paysages ruraux. Le facteur paysager est d’autant plus intéressant que depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, d’importants changements sont intervenus dans l’organisation de la production agricole en Europe. Ces mutations ont eu de profondes conséquences sur le plan socio-économique, sur le plan écologique ainsi que sur les modes d’occupation des terres. Effets liés ou simple coïncidence, il semble que les différentes dynamiques animales et paysagères ne soient pas totalement indépendantes les unes des autres et qu’il existe des corrélations entre les deux processus. Bien évidemment, ces liens de cause à effet doivent être maniés avec précaution. Les politiques de gestion, les capacités biologiques propres à l’espèce jouent également un rôle dans l’explication du phénomène. De plus, les biais introduits lors de la collecte des données statistiques pour quantifier les mutations rendent difficiles la mesure des processus et le choix de la méthode à mettre en œuvre.

7La dynamique des populations de sangliers a donné lieu à de nombreuses hypothèses formulées essentiellement par des biologistes des populations. En socio-écologie ou en écologie comportementale, l’évolution et la répartition des espèces animales ont été expliquées, pendant de nombreuses années, par l’influence des paramètres écologiques de l’habitat. Les disponibilités alimentaires sont le principal facteur avancé par les auteurs. La surface des domaines et la mobilité des animaux dépendent de l’abondance et de la répartition des ressources qu’ils exploitent selon leur sélectivité. Les animaux ajustent leur occupation de l’espace aux disponibilités trophiques, le but étant d’économiser leur énergie que ce soit dans la recherche de l’alimentation ou dans la défense du territoire. Le territoire et ses potentialités sont dans cette approche responsables des dynamiques animales.

8Pour les gestionnaires, les différentes politiques, les réglementations en matière de protection animale, les opérations de réintroduction et de gestion contribuent également à expliquer la croissance des ongulés sauvages dont l’impact socio-spatial demeure aujourd’hui problématique. Globalement, toutes ces propositions non exhaustives font référence au territoire comme élément central dans l’analyse des dynamiques des populations animales. Cette situation soulève d’autres questionnements comme celui de son utilisation et de sa gestion. Le territoire représente à la fois un habitat indispensable pour la faune sauvage mais également un espace construit et institutionnalisé où les affrontements et les consensus entre individus ou groupes sociaux peuvent être divers et nombreux. Dans ce contexte, se pose le problème de la concurrence et de la compétition entre les usages. En effet, de réelles confrontations existent entre usages productif et récréatif de l’espace. La place du sanglier et de la chasse sont aujourd’hui souvent contestées et soulèvent bon nombre d’interrogations, d’autant que les territoires sont soumis à un multi-usage de plus en plus en plus tendu. Ainsi, les relations qu’entretiennent les différents acteurs du territoire, agriculteurs, randonneurs, cueilleurs, avec les chasseurs sont souvent complexes compte tenu d’une incompatibilité, justifiée ou non, des différentes pratiques entre elles.

1 Le territoire : une clé pour l’analyse de la gestion de la faune sauvage ?

9L’approche territoriale est une clé pour l’analyse de la gestion de la faune sauvage dans la mesure où le territoire est un concept multidimensionnel. Le paysage, le territoire sont des termes particulièrement polysémiques. Les hommes mais également la faune sauvage s’approprient des espaces. Il s’agit pour les uns d’un espace physique, d’un espace social, d’un espace culturel et enfin d’un espace vécu, c’est-à-dire un espace perçu, représenté et pratiqué par les différents acteurs qui le composent, créant un sentiment d’appartenance, une identité ; pour les autres, il s’agit d’un espace que s’approprie un individu, un couple ou un groupe généralement familial, d’une espèce animale donnée, afin de s’y reproduire et/ou de s’assurer l’exclusivité de l’usage des ressources alimentaires disponibles.

10Territoire, acteurs anthropiques et faune sauvage sont réciproquement inter-liés. Une approche territoriale permet une mise en lumière du rôle des acteurs participant, par l’ensemble de leurs représentations, de leurs pratiques et de leurs stratégies, à la construction, à la dynamique du territoire et à son développement. Le rôle des acteurs est d’autant plus difficile à saisir qu’ils peuvent mener des actions individuelles ou collectives mais également jouer plusieurs rôles à la fois.

  • 1 Touraine A., (1997). Le retour de l’acteur : essai sociologique, Paris, Librairie générale (...)

11Aujourd’hui, les territoires sont soumis à un multi-usage de plus en plus intensif qui se conjugue d’ailleurs avec la multiplicité des acteurs. Ces derniers « luttent pour imposer leur projet, le modèle de société auquel ils aspirent » (Touraine, 19971). Face à ces évolutions, la notion d’acteur est nécessaire à la compréhension de l’organisation spatiale, mais doit être complétée par l’analyse des stratégies et des jeux d’acteurs territorialisés.

12Le processus de territorialisation, dans sa construction et son appropriation, est à la fois le moyen et la finalité de la gestion négociée des territoires. Il participe à la hiérarchisation des réseaux d’acteurs.

13Aujourd’hui, les relations entre l’homme, le milieu et la faune sauvage imposent une approche orientée vers la gestion. Cette approche simplificatrice cache une réalité bien plus complexe. En effet, la répartition et l’organisation des pratiques humaines sont d’autant plus difficiles à comprendre que de très nombreux paramètres interviennent et interagissent entre eux. Il peut s’agir de conditions physiques, climatiques, socio-économiques, politiques, financières, techniques, intellectuelles, etc. La somme de ces interrelations favorise tel ou tel type d’activité sur un espace et à un moment donné. Ceci n’empêche pas pour autant que des pratiques se retrouvent en concurrence ou soient totalement incompatibles. Plus que de donner satisfaction à tel ou tel groupe social, la gestion de la faune sauvage doit plutôt tendre vers une conciliation. La notion même de conciliation suppose implicitement l’existence de tensions voire de conflits en vigueur ou latents entre les usages et/ou entre les acteurs.

14Les enjeux, les tensions et les conflits contribuent à la mise en place par les acteurs de stratégies de régulation. Ces derniers sont partie prenante du processus et l’alimentent en permanence. L’analyse de la confrontation entre les acteurs de l’émergence des conflits, des modalités de régulation et de leurs conséquences est riche d’enseignements. Elle renseigne sur les dynamiques en présence, le positionnement des acteurs entre eux et par rapport à la ressource, et permet de mieux comprendre le fonctionnement des territoires.

15La problématique est donc la suivante : à partir du constat simple de la croissance des populations de sangliers d’une part et d’une transformation continue des paysages d’autre part, il s’agit de s’interroger sur les possibles relations entre les deux phénomènes.

16De prime abord, on est en droit de se demander en quoi les pratiques humaines responsables des évolutions paysagères peuvent influer sur la dynamique des écosystèmes. L’Homme par ses activités économiques, agricoles, industrielles, touristiques joue-t-il indirectement un rôle de premier ordre dans l’explication de la croissance des populations des ongulés sauvages ou est-il un agent passif ramenant ainsi les dynamiques animales à de seuls phénomènes naturels ? Bien évidemment, cette approche dichotomique ne semble pas devoir s’imposer et s’il est difficile d’isoler les effets de l’Homme des phénomènes naturels, il est clair qu’aujourd’hui l’analyse des facteurs explicatifs de la croissance des populations animales joue sur les deux registres.

17Pour cela, notre problématique comporte trois volets. Le premier traite de la possible existence d’un lien entre les pratiques humaines et la croissance des populations de sangliers. Il s’agit alors d’identifier ce lien et de démontrer qu’outre des phénomènes naturels biologiques et écologiques propres à l’espèce, les activités humaines sont souvent déterminantes dans l’explication de la cinétique des populations animales. De fait, l’approche biologique exclusive, à l’origine de thèses traitant de l’évolution des espèces, a montré ses limites. Il convient alors, par une approche plus géographique, d’introduire l’homme et ses actions comme un maillon supplémentaire dans l’analyse des facteurs explicatifs des dynamiques des écosystèmes.

18Le deuxième volet part de l’hypothèse selon laquelle l’augmentation des populations animales peut d’une certaine manière avoir des conséquences sur les dynamiques rurales. Qu’il s’agisse de conséquences sanitaires sur les autres espèces ou même sur l’homme (zoonoses), de conséquences économiques sur l’activité humaine (dégâts aux cultures, accidents de la route) ou de conséquences plus larges sur la société, notamment avec la réorganisation des pratiques cynégétiques, les impacts territoriaux de la dynamique animale constituent aujourd’hui un fait majeur de nos sociétés. Il s’agit donc dans cette partie, tout en restant non exhaustif, de cerner ces différents effets et dans la mesure du possible de les quantifier.

19Enfin, dans un troisième volet, nous nous demanderons en quoi les dynamiques des populations animales et leurs incidences sur les pratiques cynégétiques, posent le problème du multi-usage du territoire de chasse. Autrement dit, comment la territorialité est-elle définie entre pratiques cynégétiques et autres pratiques (productives et récréatives) et, éventuellement, quelles sont les mesures de régulation mises en place à différents échelons pour éviter des conflits ?

2 Une approche du phénomène au niveau national et sur le pourtour méditerranéen français

20Dans un souci de compréhension des phénomènes, une approche multi-scalaire est menée, elle vise à identifier des phénomènes généraux à une petite échelle. Leurs modalités d’application sont observées au niveau national et sur le pourtour méditerranéen français.

21Le choix des espaces d’application est également guidé par une volonté de disposer de cadres d’analyse pertinents, susceptibles de rendre compte des dynamiques et des disparités concernant les populations de sangliers mais également les pratiques cynégétiques.

22L’échelle nationale reste indispensable pour avoir une vision d’ensemble tant au niveau de la répartition des populations des sangliers qu’à celui des pratiques cynégétiques. L’échelle locale demeure le niveau d’observation le plus pertinent pour observer et comprendre les constructions sociales. Toutefois, ces deux échelles sont en interrelation.

23En fait, ce travail s’appuie sur un emboîtement d’échelles qui varient en fonction des problématiques posées. Les régions cynégétiques, les départements, les unités de gestion, les cantons ou encore les communes sont autant d’entités formant les cadres de l’étude. Pour chacune d’elles, des typologies seront réalisées afin d’étudier et de comprendre les spécificités territoriales.

24Pourtant, compte tenu de certains éléments climatiques, physiques ou encore anthropiques, les territoires en milieu méditerranéen et subméditerranéen ont des caractéristiques très particulières. Ces caractéristiques sont susceptibles d’être révélées par les paysages, la biodiversité ou encore par le mode de chasse pratiqué mais sont plus ou moins faciles à mesurer. La délimitation d’espaces homogènes ou de continuum soulève des problèmes méthodologiques. En effet, toute analyse structurelle concourt à réaliser des typologies à un instant donné qui peuvent évoluer dans le temps.

25Le milieu méditerranéen se caractérise également par des mutations socio-économiques profondes de l’agriculture, du tourisme et de l’urbanisation. Dans ce contexte se pose le problème de la concurrence entre les usages et notamment les usages récréatifs particulièrement nombreux dans l’espace rural. La croissance continue de la population urbaine des grandes agglomérations contribue à un multi-usage et à une compétition pour l’accession à un espace rural de plus en plus sollicité.

26Nos hypothèses seront testées plus précisément dans les départements de l’Hérault et de l’Aveyron. Il convient cependant d’apporter quelques précisions quant au choix de ces départements. En 2002, le département de l’Hérault est, après le Bas-Rhin, le département français où les prélèvements de sangliers sont les plus importants (avec un peu moins de 17 000 animaux prélevés). Ce département illustre parfaitement les différents biotopes et les pratiques cynégétiques communes au pourtour méditerranéen. Le département de l’Aveyron ne se situe qu’à la 18e place au niveau des prélèvements de sangliers en 2002 (avec près de 7 000 animaux tués), ce département est particulièrement intéressant, notamment dans sa partie méridionale, car l’espace rural y a connu d’importantes mutations. Les changements de pratiques agricoles ont permis une nette progression des formations boisées et para-forestières. Ceci a eu des répercussions sur la faune sauvage et notamment sur les populations de sangliers, mais également sur les pratiques cynégétiques. Enfin, rappelons que 15 % des prélèvements nationaux de sangliers sont réalisés sur le pourtour de l’Arc méditerranéen.

27Il était donc intéressant de pouvoir mener localement des investigations sur un espace ayant subi des transformations territoriales importantes. La commune aveyronnaise de Nant, située en limite nord du département de l’Hérault, a été retenue du fait du contexte local et des possibilités de coopération avec une équipe de chasseurs de sangliers.

3 Méthodologie

28La méthodologie élaborée vise à lier en permanence population de sangliers, pratique cynégétique et gestion territoriale. Elle a également pour objectif, d’analyser la situation des populations de sangliers et de comprendre les jeux d’acteurs et ce, dans un souci d’analyse spatiale des différentes territorialités et de leurs dynamiques.

29L’analyse fondée sur un emboîtement d’échelles spatiales et temporelles permet d’étudier les relations entre l’action de l’homme et la dynamique des populations de sangliers.

30Les modifications d’occupation du sol peuvent avoir un impact sur le comportement démographique des populations de sangliers. Il est ici question de mettre en évidence les milieux définis favorablement, de cerner la dynamique des populations de sangliers et de comprendre sa structuration spatiale. Ainsi, différentes typologies de l’évolution de l’occupation du sol et de la dynamique des populations de sangliers peuvent être réalisées, puis faire l’objet d’une lecture croisée. Des calculs de corrélations seront menés pour étudier l’existence d’éléments de concordance.

31Il convient donc de choisir avec pertinence les critères. En France, plusieurs indicateurs existent et permettent une lisibilité plus ou moins précise des situations selon les organismes. Le Recensement Général Agricole (RGA), l’Inventaire Forestier National (IFN), le programme Corine Land Cover (au niveau européen) sont autant de données hétérogènes fournies. Elles permettent cependant de saisir de grandes tendances concernant le devenir de l’occupation du sol. Une base de données a ainsi pu être constituée. Cette base contient des informations issues de la statistique agricole annuelle et nous a permis de dresser une typologie de l’occupation du sol au niveau national et d’en percevoir la dynamique entre 1988 et 1998. Le Recensement Général Agricole est utilisé pour les mêmes raisons et permet une analyse beaucoup plus fine à l’échelle communale. La base de données Corine Land Cover est utilisée pour représenter l’occupation du sol à l’échelle cantonale selon une typologie détaillée (territoires artificialisés, agricoles, forêts et milieux semi-naturels, zones humides et surfaces en eau).

32Cette base de données est complétée par des informations sur les prélèvements de sangliers par commune en France de 1988 à 1997, ainsi que par des informations sur le type et le montant des dégâts au niveau départemental. Toutes ces informations sont essentielles pour réaliser des typologies d’occupation du sol et des dynamiques des populations d’ongulés et permettent ensuite de procéder à des croisements typologiques.

33Par ailleurs, une enquête au niveau national (Sanglier Passion, Club du Sanglier) ayant pour objectif d’établir une typologie des équipes de chasseurs de sangliers a été réalisée : près de 400 questionnaires nous ont été retournés. Cette enquête fournit des informations sur le territoire chassé, le profil socioprofessionnel des chasseurs et sur les pratiques cynégétiques. Elle permet de comprendre en partie, à travers l’activité cynégétique, l’impact de l’évolution des populations d’ongulés sur les sociétés locales et le territoire.

34Toutes ces analyses quantitatives ou qualitatives sont complétées par des représentations cartographiques réalisées à différentes échelles utilisant des techniques d’analyse statistique et spatiale dans un souci d’approche diachronique.

35Des entretiens auprès des acteurs de la gestion de la faune sauvage mais également de l’espace rural ont été menés, de façon formelle ou informelle au gré de rencontres sur le terrain. L’objectif poursuivi est de déceler les régulations sociales et leurs répercussions territoriales.

36Ces rencontres ont permis de discuter de sujets scientifiques, administratifs, techniques ou d’usage avec des interlocuteurs tels que :

  • représentants de l’État (représentant du Préfet à la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt, DDAF) ;
  • chef de la garderie et des gardes de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ;
  • ingénieurs de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage et notamment des membres du Réseau Cervidés-Sanglier (CNERA) ;
  • directeurs et techniciens des Fédérations Départementales des Chasseurs (FDC) ;
  • agents de l’Office National des Forêts (ONF) ;
  • représentants des agriculteurs dans les Chambres Départementales de l’Agriculture ;
  • agriculteurs ;
  • Présidents de sociétés de chasse, chasseurs de sangliers ;
  • dirigeants d’associations de protection de la nature ;
  • randonneurs etc.
  • 2 Salles D., (1999). Vers une gestion intégrée : Quelles modalités ? Journées GIS, ÉCOBAG, A (...)

37Nous avons recueilli différents types de discours. La confrontation entre les langages chargés de « légitimité normative » ou de « légitimité sociale » sont porteurs de sens, de richesses et d’enjeux « dans des domaines qui exigent des expertises scientifiques et techniques complexes et dans lesquels le citoyen, l’usager, revendiquent de plus en plus une participation au processus de décision » (Salles, 19992).

38De nombreuses sorties sur le terrain ont également permis de saisir les enjeux et constater la manière dont les différents acteurs s’approprient le territoire.

39Enfin, une recherche bibliographique et documentaire a été menée en complément afin de comprendre les processus liés à la gestion sociale des territoires. L’analyse des textes réglementaires, législatifs ou procéduraux permet d’appréhender l’organisation et l’encadrement de la pratique cynégétique mais également de saisir les grands principes qui structurent le droit de l’environnement pour évaluer leur efficacité sur le terrain. Par ailleurs, les communications des différents groupes sociaux renseignent sur les discours admis et les stratégies qu’ils mettent en œuvre.

4 Les outils utilisés

40Cette méthodologie a nécessité l’utilisation de nombreux outils et notamment des logiciels spécialisés en base de données, statistiques, cartographie et système d’information géographique afin de manipuler des données de différents types : statistiques, vectorielles, matricielles (raster).

  • 3 C’est-à-dire qu’elles sont référencées à la surface de la terre dans un système de coordon (...)

41Les données spatiales acquises sont pour l’essentiel géoréférencées3. Un GPS (Global Positionning System) a permis de connaître les coordonnées d’un certain nombre de points ainsi que des trajets réalisés par les chasseurs et leurs chiens (traces).

42Tous ces éléments sont stockés dans une base de données géoréférencées. Les résultats obtenus sont présentés sous différentes formes : cartes, graphiques, tableaux, etc.

43L’ensemble de la démarche méthodologique peut se résumer de la manière suivante :

  • Le travail vise à connaître et à analyser la répartition et la dynamique des populations de sangliers en France afin d’identifier les facteurs d’occupation du sol déterminants dans l’implantation de ces populations.
  • Il s’agit ensuite de mesurer l’impact de ces populations sur les activités humaines.
  • Une enquête de terrain et une lecture croisée des textes législatifs, des discours dominants des groupes d’acteurs seront enfin utilisées pour saisir les enjeux cynégétiques et les confrontations entre les acteurs.
  • Enfin, les stratégies et les moyens de régulation seront abordés pour comprendre les fondements d’une gestion sociale des territoires.

Notes

1 Touraine A., (1997). Le retour de l’acteur : essai sociologique, Paris, Librairie générale française, coll. Le livre de poche, 255 p.

2 Salles D., (1999). Vers une gestion intégrée : Quelles modalités ? Journées GIS, ÉCOBAG, Agence de l’eau Adour Garonne, mars, 7 p.

3 C’est-à-dire qu’elles sont référencées à la surface de la terre dans un système de coordonnées géographiques connu.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search