Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’interview d’écrivain. Figures bibliques d’autorité

 | 
Sylvie Triaire
, 
Marie Blaise
, 
Marie-Ève Thérenty

Deuxième partie. Résistances et stratégies individuelles

Interrogations de Jules Verne

Daniel Compère

Full text

  • 1 Entretiens avec Jules Verne. 1873-1905. Textes réunis et commentés par Daniel Compère et Jean-Mich (...)

1Pendant longtemps, les études et biographies de Jules Verne ne connaissaient que trois ou quatre interviews de cet auteur. Et elles étaient considérées avec méfiance car elles contenaient parfois des propos surprenants. La quête que j’ai menée avec Jean-Michel Margot pendant plusieurs années a débouché sur plusieurs constatations. D’abord, il n’y avait pas que trois ou quatre interviews de Jules Verne, mais une cinquantaine. Ensuite, un bon nombre d’entre elles avaient pour auteur un journaliste étranger, anglais, américain, allemand ou italien. Mais ces interviews avaient été maladroitement traduites, ce qui expliquait les curieuses affirmations évoquées ci-dessus. Enfin, si certains propos de Verne étaient parfois sans grande nouveauté, d’autres apportaient un éclairage particulier sur ce que j’appellerai la personnalité de l’écrivain. Je pense ici à tout ce qui est relatif à la description de l’auteur : son apparence physique, ses gestes, les objets utilisés, son bureau, etc. Ces constatations ont débouché sur la publication de ces Entretiens avec Jules Verne en 19981.

  • 2 Sur ce point, je renvoie aux remarques de Jean-Marie Seillan sur le caractère hybride des intervie (...)

2Face à ces interviews, je me suis souvent trouvé embarrassé. D’abord sur le statut à accorder à ce texte qui ne peut pas être attribué à l’auteur, en l’occurrence Jules Verne. Ensuite, le lecteur a l’impression que l’auteur lui parle directement alors que ses propos sont retranscrits et passent par le filtre de l’interviewer. De plus, un propos oral est ici transcrit à l’écrit sans que l’on sache quel procédé l’interviewer a utilisé (notes rapides, sténographie, formules dictées par l’auteur, reconstitution partielle, etc.2) Enfin, nous avons affaire à un ensemble hétérogène : des documents rédigés dans plusieurs langues, avec une majorité de français et d’anglais, des interviewers divers (journalistes, lettrés, admirateurs, amis) et des rencontres ayant lieu à diverses époques (début de notoriété, célébrité).

3Pour Jules Verne, l’interview est l’occasion d’un regard critique sur son œuvre, non pas un discours théorique, mais un échange personnel sur une pratique littéraire. Trois points importants reviennent à ce sujet dans ses interviews : la genèse de l’œuvre (genèse d’ensemble et origine particulière de certains romans), le lien de l’œuvre avec la vie de son auteur, et la place qu’il occupe dans la littérature.

Éclairages sur la genèse de l’œuvre

  • 3 Marie A. Belloc, « Jules Verne chez lui », dans Entretiens, p. 101.

4À une question très directe, les interviewers ne reçoivent souvent qu’une réponse décevante. Ainsi, en 1895, lorsque Marie Belloc demande à Jules Verne comment lui est venue l’envie d’écrire ses romans, il répond : « Eh bien, je me suis toujours attaché à l’étude de la géographie, comme d’autres pour l’histoire ou les recherches historiques. Je crois vraiment que c’est ma passion des cartes et des grands explorateurs du monde entier qui m’a amené à rédiger le premier de ma longue série de romans géographiques3. » Deux ans auparavant, Robert Sherard avait amené plus finement Verne à raconter sa jeunesse et donc l’origine de sa vocation littéraire :

  • 4 Robert Sherard, « Jules Verne, sa vie et son travail racontés par lui-même », ibid., p. 88-89. Rob (...)

Mon père avait une maison de campagne à Chantenay, à l’embouchure de la Loire, et à côté il y a l’usine d’Indret qui appartient à l’État. Je ne suis jamais allé à Chantenay sans entrer dans cette usine et regarder les machines fonctionner, debout pendant des heures. Ce goût m’est resté toute la vie et aujourd’hui, j’ai toujours autant de plaisir à regarder une machine à vapeur ou une belle locomotive en marche qu’à contempler un tableau de Raphaël ou du Corrège. [...] Ma matière préférée a toujours été la géographie, mais à l’époque où je suis allé à Paris, j’étais entièrement pris par des projets littéraires. J’étais au plus haut point sous l’influence de Victor Hugo, très passionné par la lecture et la relecture de ses œuvres. À l’époque, je pouvais réciter par cœur des pages entières de Notre-Dame de Paris, mais c’étaient ses pièces de théâtre qui m’ont le plus influencé, et c’est sous cette influence qu’à l’âge de dix-sept ans j’ai écrit un certain nombre de tragédies et de comédies, sans compter les romans4.

  • 5 Idem., p. 90.

5Verne évoque ensuite combien sa rencontre avec Alexandre Dumas et ses encouragements ont été décisifs pour sa carrière théâtrale. C’est grâce à lui en effet qu’il voit sa première pièce de théâtre, Les Pailles rompues, représentée sur la scène du Théâtre historique en 1850. Parallèlement, Verne publie quelques nouvelles : « Ma première œuvre parut dans le Musée des familles où vous pouvez trouver l’histoire d’un fou dans un ballon, qui marque le début de la ligne que j’ai été destiné à suivre dans mes romans5. »

  • 6 Marie A. Belloc, op. cit., p. 102.

6Dans plusieurs interviews, Verne affirme le caractère déterminant de son admiration pour son époque dans la naissance de son œuvre. Ainsi dit-il à Marie A. Belloc : « J’estime que j’ai de la chance d’être né dans une période de découvertes remarquables, et peut-être plus encore d’inventions merveilleuses6. »

7Le point sur lequel Verne revient le plus souvent et avec beaucoup de précision est sa méthode de travail :

  • 7 Robert Sherard, op. cit., p. 91-92. Le personnage de Dickens auquel Verne fait allusion est M. Pic (...)

[...] au cours de mes lectures, j’ai relevé plein de choses ici et là qui ont trouvé leur utilité. Je peux vous assurer que je suis un grand lecteur et que j’ai toujours lu un crayon à la main. J’ai toujours avec moi un carnet et, comme ce personnage de Dickens, je note d’emblée tout ce qui m’intéresse ou qui pourrait me servir pour mes livres. [...] J’ai jusqu’à maintenant amassé plusieurs milliers de notes sur tous les sujets, et aujourd’hui, j’ai chez moi au moins vingt mille notes qui pourraient servir dans mon travail et qui n’ont pas encore été utilisées. Certaines de ces notes ont été prises d’après des conversations avec des gens. J’aime écouter les gens parler à condition qu’ils parlent de sujets qu’ils connaissent7.

  • 8 Marie A. Belloc, op. cit., p. 106.

8Cette méthode d’écriture qui repose sur des prises de notes à partir de lectures ou de visites sur place n’est pas très éloignée de celle des romanciers réalistes et naturalistes comme les Goncourt ou Zola. Pour Verne, elle se poursuit de manière méthodique, ainsi qu’il l’indique dans son entretien avec Marie Belloc en 1894 : « [...] j’établis d’abord les grandes lignes de ce qui va constituer mon nouveau roman. Je ne commence jamais un livre sans savoir ce que seront le début, le milieu et la fin. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours eu la chance d’avoir à l’esprit non pas un mais une demi-douzaine de projets bien déterminés. Si je suis à court d’idées sur un sujet, c’est à ce stade-là que je décide d’y renoncer. Une fois mon travail préliminaire terminé, je dresse un plan des chapitres puis je commence la véritable écriture de ma première version au crayon, en laissant une marge d’une demi-page pour les corrections, puis je lis le tout et le repasse à l’encre. Je considère que mon vrai travail débute avec le premier jeu d’épreuves, car non seulement je corrige chaque phrase mais je récris des chapitres entiers8. »

  • 9 Jules Hoche, « Jules Verne », dans Les Parisiens chez eux. Paris, E. Dentu, 1883. Repris dans Jean (...)

9Cette méthode est longuement développée dans de très nombreuses interviews, ce qui souligne combien Verne lui accorde une importance particulière. Nous la retrouvons aussi dans des articles contemporains qui s’apparentent plus au portrait qu’à l’interview. Par exemple, dans Les Parisiens chez eux, Jules Hoche écrit en 1883 : « Veut-il aborder un nouveau roman, il cherche d’abord sur la carte un pays exempt de raies, et, le nouvel itinéraire choisi, il y plante sa tente d’explorateur, représentée, je suppose, par une épingle. Mais avant de rien entreprendre, il lit scrupuleusement tout ce qui a été publié sur la contrée en question, afin de se bien pénétrer des reliefs naturels propres au sujet9. »

  • 10 Robert Sherard, op. cit., p. 92.

10Lors de ces interviews, Verne donne parfois des informations sur la genèse de certains de ses romans. Ainsi raconte-t-il à Robert Sherard l’origine du Tour du monde en quatre-vingts jours : « C’est ainsi qu’un jour, dans un café à Paris, alors que je lisais dans Le Siècle qu’un homme pouvait voyager autour de la terre en quatre-vingts jours, il m’est immédiatement venu à l’esprit que je pouvais profiter d’une différence de méridien et faire gagner ou perdre à mon voyageur un jour dans son voyage. Mon dénouement était tout trouvé. L’histoire a été écrite longtemps après. Je garde à l’esprit des idées pendant des années – quelquefois dix ou quinze – avant de leur donner forme10. »

11Un exemple d’idée qui a été longtemps conservée avant de trouver place dans un roman est rapporté par Pierre Dubois, un journaliste amiénois, dans une interview que Verne lui accorde en 1895 au sujet de L’Île à hélice :

  • 11 Pierre Dubois, « À propos de L’Île à hélice », dans Entretiens, p. 122.

Sur le Pont des Arts ! ne souriez pas, et l’idée me fut livrée par Jean Macé, l’auteur de la Bouchée de pain, le fondateur de la Ligue de l’Enseignement [...]. Est-ce en regardant un bateau-mouche ou seulement l’eau qui coulait que cette idée vint à mon compagnon, à mon collaborateur inconscient de ce jour-là ? Longtemps j’ai conservé dans l’esprit, sans y plus repenser, cette indication première, encore informe, et trente ans après j’ai tiré Standard-Island de la « mouche » de Jean Macé (peut-être même était-ce un bateau-lavoir11 ?)

12Adrien Marx qui est l’un des premiers interviewers de Jules Verne en 1873 raconte l’origine d’Hector Servadac à partir d’un dialogue entre lui-même et l’auteur :

  • 12 Adrien Marx, « Jules Verne », dans Entretiens, p. 21-22.

[...] il y a dix ans, une comète à noyau dur a passé sur la route de la Terre, juste un mois après elle. Supposez que la Terre ait été ralentie dans sa marche par une cause quelconque [...].
– Eh bien ?
– Eh bien ! il y avait rencontre...
– Et nous étions pulvérisés !
– Pas du tout. Les comètes ne sont pas si méchantes : il y avait un simple choc... La comète enlevait probablement un point de notre globe... un département de la France, peut-être. J’étais là, par hasard, et comme la comète poursuivait sa route en emportant le département avec son préfet, et une forte provision d’air respirable, je vivais quelques années dans l’empyrée, chevauchant avec ma comète en compagnie d’un fonctionnaire éclairé, prenant des notes en attendant qu’une nouvelle rencontre nous dépose, moi, le préfet et le département, sur cette Terre [...]. Voilà évidemment l’idée d’un livre !... Après la publication du roman que je viens de commencer, je m’y mettrai12...

  • 13 Adrien Marx semble être celui qui a introduit en France la pratique de l’interview. Dès 1865, il a (...)

13Le roman Hector Servadac sera effectivement mis en chantier peu après et publié en 1877. Grâce à ce précieux témoignage d’Adrien Marx, nous assistons presque « en direct » à l’apparition du projet d’un roman. Il est intéressant d’apprendre que ce projet est né d’une élucubration dont le roman conserve la donnée initiale (une comète qui emporte une partie du globe pour un tour dans l’espace, puis qui ramène ce morceau de Terre à son point de départ). Mais le département retenu sera finalement l’Algérie et le préfet deviendra le capitaine Servadac auquel se joindront d’autres personnages13.

  • 14 Pierre Dubois, op. cit., p. 122.

14S’il y a une démarche méthodique, elle s’appuie sur le hasard d’une lecture ou d’une remarque. Mais comme le souligne Pierre Dubois, « encore faut-il [...] une disposition originale de l’esprit [...] pour remarquer [...] le détail souvent de second plan, dont l’imagination tirera le plus grand parti en le renversant, le déformant, l’amplifiant14 ».

La vie et l’œuvre

15Les interviews apportent aussi un éclairage particulier sur la manière dont l’œuvre romanesque se nourrit de la vie de son auteur. De nombreux interviewers sont surpris du décalage qui existe entre l’apparence physique de l’auteur et son œuvre. Ainsi Adolphe Brisson rend visite à Verne fin 1898 :

  • 15 Adolphe Brisson, « Jules Verne », dans Entretiens, p. 135.
  • 16 Edmondo De Amicis, « Une visite chez Jules Verne », dans Entretiens, p. 112.

J’observe M. Jules Verne pendant qu’il s’exprime ainsi. Je suis frappé de l’extrême douceur répandue sur ses traits. Elle va presque jusqu’à la timidité. Cet homme qui imagina tant d’aventures extraordinaires, ne ressemble point à ses propres héros, ni au capitaine Hatteras qui découvrit le pôle, ni à Michel Ardan qui voyagea dans la Lune, ni au capitaine Nemo qui parcourut le fond des mers, ni à Hector Servadac, ni au rapide Phileas Fogg. Il a des yeux bleus très tendres, une voix discrète, des gestes attentifs et menus, l’allure d’un ingénieur distingué qui n’est pas sorti de son cabinet, ou d’un dignitaire de l’administration des finances15... De même, l’écrivain italien Edmondo De Amicis qui rend visite à Verne en 1895 le compare à un général en retraite, un professeur de physique ou un chef de division de ministère16.

16Certains interviewers commencent à développer la légende d’un écrivain voyageur en chambre, mais Verne rectifie toujours ces affirmations inexactes :

  • 17 Robert Sherard, op. cit., p. 93-94.

J’ai fait du yacht pour mon plaisir, mais ayant toujours dans l’idée de prendre des notes pour mes livres. C’est une préoccupation constante et chacun de mes romans a bénéficié de mes voyages. [...] Dans Les Indes noires, il y a le récit de mon voyage en Angleterre et ma visite des lacs écossais. Une ville flottante vient de mon voyage en Amérique en 1867 sur le Great-Eastern : je suis allé à New York, ai visité Albany et vu les chutes du Niagara et j’ai eu une chance formidable et la joie de voir le Niagara pris par les glaces. C’était le 14 avril, et il y avait des torrents d’eau qui se déversaient dans les mâchoires ouvertes de la glace17.

17Je passe rapidement sur ce lien entre la vie et l’œuvre pour aborder des questions plus littéraires.

La place dans la littérature

  • 18 Idem, p. 83.
  • 19 Ainsi lit-on au début d’une interview de 1905 : « Vous devez être fier que tant de vos prévisions (...)

18En 1894, Robert Sherard ouvre son interview par cette phrase : « Le grand regret de ma vie est que je n’ai jamais compté dans la littérature française18. » Il est vrai que de nombreux interviewers viennent trouver Verne et croient le complimenter en lui accordant le don de prévision19. À cela, l’auteur ne cesse d’opposer un démenti, rappelant qu’il n’a pas de formation scientifique, mais que sa démarche est toujours celle d’un romancier :

  • 20 Jules Verne, « L’Avenir du sous-marin », dans Entretiens, p. 210.

Je ne suis en aucun cas l’inventeur de la navigation sous-marine et les autorités en la matière prouveront depuis combien d’années – je dirais : une bonne cinquantaine, avant que je n’écrive sur le Nautilus – les Italiens travaillaient sur les vaisseaux de guerre sous-marins, et d’autres nations s’y intéressaient également. Tout ce que j’ai fait, c’était de profiter des grands privilèges de l’écrivain de fiction qui peut sauter par-dessus chaque difficulté scientifique avec la fantaisie des bottes de sept lieues et créer sur le papier ce que d’autres conçoivent en acier ou en d’autres métaux20.

  • 21 Marie A. Belloc, op. cit., p. 104-106.

19Tout en récusant l’étiquette de prophète, Verne se présente comme romancier, comme écrivain de fiction. Et il prend souvent soin de faire part de ses goûts littéraires, ce qui est une manière de situer son œuvre. Marie Belloc voit dans sa bibliothèque des exemplaires de Homère, Virgile, Montaigne, Shakespeare, Fenimore Cooper, Dickens et Scott. « Ces livres vous prouvent, observa M. Verne avec chaleur, combien mon affection pour la Grande-Bretagne est sincère. Toute ma vie, j’ai lu avec plaisir les œuvres de Sir Walter Scott. [...] Je n’ai pas mentionné, continua-t-il, l’écrivain anglais que je considère comme le maître de tous, à savoir Charles Dickens, [...]. J’estime que l’auteur de Nicolas Nickleby, David Copperfield et Le Grillon du foyer possède le sens de l’émotion, de l’humour, de la péripétie, de l’intrigue, une capacité de description, autant de qualités dont chacune aurait pu faire la réputation d’un être humain moins doué21 ».

  • 22 Robert Sherard, op. cit., p. 92-93.

20Et à Sherard il précise : « On dit qu’il ne peut pas y avoir de style dans un roman d’aventures, mais ce n’est pas vrai ; cependant j’admets qu’il est beaucoup plus difficile d’écrire de tels romans dans un bon style littéraire que les études de caractères qui sont tellement en vogue aujourd’hui. Et je vais vous dire que je ne suis pas un grand admirateur du soi-disant roman psychologique, parce que je ne vois pas ce qu’un roman a à voir avec la psychologie, et je ne peux pas dire que j’admire les soi-disant romanciers psychologiques. Cependant, je fais exception pour Daudet et de Maupassant. J’ai la plus grande admiration pour de Maupassant. C’est un génie qui a reçu du Ciel le don d’écrire sur tout et qui produit aussi naturellement et facilement qu’un pommier produit des pommes. Cependant, mon auteur favori est, et a toujours été, Dickens. Je ne connais pas plus d’une centaine de mots anglais, et j’ai donc dû le lire en traduction. Mais je vous déclare, Monsieur, que j’ai lu tout Dickens au moins dix fois22. »

  • 23 Cette enquête de Jules Huret qui repose sur les interviews d’une soixantaine d’écrivains paraît da (...)

21En répétant ainsi son admiration pour Dickens et Maupassant, Verne semble indiquer la place qu’il aimerait occuper dans la littérature française, celle d’un écrivain réaliste, ayant le sens de la description et de la construction narrative, mais dont l’œuvre peut aussi entreprendre des excursions dans le fantastique. Dans ce propos, on remarquera que Verne établit un classement qui rappelle celui de l’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret, opposant le roman psychologique (Bourget, Loti, France) aux œuvres de Daudet et Maupassant considérés comme le « naturalisme propre23 ».

22En parallèle à cette interrogation sur sa place dans la littérature, il n’est pas étonnant de voir Verne évoquer l’évolution du roman au xxe siècle et envisager sa disparition, la presse l’ayant remplacé :

  • 24 Anonyme, « Jules Verne dit que le roman sera bientôt mort », dans Entretiens, p. 178.

Je ne pense pas qu’il y aura encore des romans, en tout cas pas sous la forme de volumes, dans cinquante ou cent ans. Ils seront remplacés par le journal quotidien qui a exercé déjà tant d’emprise dans la vie des nations en plein essor.
Les romans ne sont pas une nécessité, même aujourd’hui ils perdent leur mérite et leur intérêt. Ce sont les journaux que le monde conservera comme archives historiques. Les journalistes ont si bien appris à colorer les événements de tous les jours que leur lecture donnera à la postérité une image plus vraie que ne pourrait le faire le roman historique ou descriptif, et quant au roman psychologique qui va bientôt disparaître, vous le verrez mourir d’inanition. [...] C’est dans la presse qu’on découvre la véritable psychologie de la vie et il y a plus de Vérité – avec un grand V – dans les affaires policières, les accidents de chemin de fer, les faits et gestes quotidiens des gens, les combats à venir que dans une tentative de morale psychologique enrobée de fiction24.

23Toutefois, cette peur de la fin de la littérature est davantage l’annonce de la fin du roman psychologique et du développement de la presse et de l’information. J’y perçois aussi une inquiétude personnelle : me lira-t-on encore dans cinquante ans ? Mon œuvre me survivra-t-elle ?

  • 25 Nous les avons toujours signalées dans notre édition.

24Avec toutes les réserves que l’on peut émettre sur les propos que nous rapportent ces interviews, elles constituent un précieux témoignage sur l’auteur et son œuvre. L’intérêt du nombre des interviews est que l’on peut les confronter. Comme dans une observation scientifique apparaissent des constantes, des anomalies et des exceptions. Les unes sont des affirmations répétées auxquelles nous pouvons donner crédit. Les anomalies seront considérées avec méfiance25. Les exceptions constituent des découvertes révélatrices.

25Enfin, ces interviews permettent à l’auteur de s’interroger lui-même sur sa pratique artistique et sur la valeur de son œuvre. Des questions que les interviewers ne perçoivent pas toujours, mais que nous entendons aujourd’hui.

Notes

1 Entretiens avec Jules Verne. 1873-1905. Textes réunis et commentés par Daniel Compère et Jean-Michel Margot, Slatkine, 1998. Abrégé désormais en : Entretiens.

2 Sur ce point, je renvoie aux remarques de Jean-Marie Seillan sur le caractère hybride des interviews dans sa préface aux Interviews de J. K. Huysmans (H. Champion, 2002, p. 10).

3 Marie A. Belloc, « Jules Verne chez lui », dans Entretiens, p. 101.

4 Robert Sherard, « Jules Verne, sa vie et son travail racontés par lui-même », ibid., p. 88-89. Robert Harborough Sherard (Londres, 1861-1943) est une personnalité intéressante. Écrivain lui-même, il fréquenta de nombreux artistes parmi lesquels Oscar Wilde dont il fut le premier biographe. À partir de 1884, il fut le correspondant parisien de divers journaux anglais et réalisa pour eux de nombreuses interviews d’auteurs français dont Émile Zola, Guy de Maupassant et Alphonse Daudet. Il leur consacra également des biographies et fut même le transcripteur de Daudet pour Premier voyage, premier mensonge.

5 Idem., p. 90.

6 Marie A. Belloc, op. cit., p. 102.

7 Robert Sherard, op. cit., p. 91-92. Le personnage de Dickens auquel Verne fait allusion est M. Pickwick.

8 Marie A. Belloc, op. cit., p. 106.

9 Jules Hoche, « Jules Verne », dans Les Parisiens chez eux. Paris, E. Dentu, 1883. Repris dans Jean-Michel Margot, Jules Verne en son temps vu par ses contemporains francophones (1863-1905), Encrage, coll. « Travaux », « Cahiers Jules Verne » II, 2004, p. 162.

10 Robert Sherard, op. cit., p. 92.

11 Pierre Dubois, « À propos de L’Île à hélice », dans Entretiens, p. 122.

12 Adrien Marx, « Jules Verne », dans Entretiens, p. 21-22.

13 Adrien Marx semble être celui qui a introduit en France la pratique de l’interview. Dès 1865, il a publié ses « entrevues » (c’est le nom qu’il leur donne) dans L’Événement, avant de les reprendre en volume dans Indiscrétions parisiennes (Paris, Achille Faure, 1866). Parmi les premiers interviewés, citons le dessinateur Gavarni, l’architecte Garnier et Baudelaire.

14 Pierre Dubois, op. cit., p. 122.

15 Adolphe Brisson, « Jules Verne », dans Entretiens, p. 135.

16 Edmondo De Amicis, « Une visite chez Jules Verne », dans Entretiens, p. 112.

17 Robert Sherard, op. cit., p. 93-94.

18 Idem, p. 83.

19 Ainsi lit-on au début d’une interview de 1905 : « Vous devez être fier que tant de vos prévisions se soient réalisées. [...] Vous avez également prévu l’automobile et le dirigeable quand la plupart d’entre nous étions encore enfants. » (« Jules Verne aujourd’hui », dans Entretiens, p. 221).

20 Jules Verne, « L’Avenir du sous-marin », dans Entretiens, p. 210.

21 Marie A. Belloc, op. cit., p. 104-106.

22 Robert Sherard, op. cit., p. 92-93.

23 Cette enquête de Jules Huret qui repose sur les interviews d’une soixantaine d’écrivains paraît dans L’Écho de Paris entre le 3 mars et le 5 juillet 1891, puis en volume dans la Bibliothèque Charpentier la même année.

24 Anonyme, « Jules Verne dit que le roman sera bientôt mort », dans Entretiens, p. 178.

25 Nous les avons toujours signalées dans notre édition.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy

Print version

amazon.fr