Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique musicale au XIXe siècle

 | 
Sylvie Triaire
, 
François Brunet

Compte rendu

Spectacles de la parole, sous la direction d’Hélène Millot et Corinne Saminadayar-Perrin

Marie-Ève Thérenty

Texte intégral

1Du fait d’une indéniable perte d’influence de la rhétorique au xixe siècle, et d’un affaiblissement des salons et de la conversation, l’intérêt des dix-neuviémistes a longtemps plutôt porté sur les phénomènes neufs de « textualisation » de la littérature, sur le règne proclamé de l’imprimé, de l’image et du journal ou sur les techniques neuves du roman impersonnel. Aujourd’hui, à travers les colloques et les axes des centres de recherche, un nouveau mouvement de recentrement sur la voix, la parole et l’éloquence semble se manifester dans nos études du dix-neuvième siècle. Finalement, la séparation historique entre l’écrivain et l’orateur, entre le conteur et le causeur s’avère plus paradoxale qu’univoque. D’un côté, il est vrai, les écrivains s’appliquent à marquer leurs différences par rapport aux discours sociaux (conversations mondaines, discours parlementaires, débats judiciaires, cours), mais de l’autre la parole, qu’elle soit codifiée par la rhétorique ou « libérée », continue à rester un modèle et une source d’inspiration constante pour la littérature. On redécouvre, à côté justement de cette tendance du xixe siècle à la textualisation de la littérature, une pratique exacerbée de la parole vive manifeste chez les écrivains à travers l’usage de la chanson, de la blague, avec la fréquentation du cabaret, du café-concert, par l’attention plus que vive portée aux discours parlementaires ou aux débats judiciaires retranscrits dans les journaux, à travers l’investissement massif d’écrivains comme Sainte-Beuve dans de longues séries de cours magistraux, ou encore avec l’émergence de genres nouveaux comme l’interview, qui apparaît dans les années 1870-1880. Nombreuses sont également les œuvres littéraires qui, dès leurs titres, font allusion à cette poétique de la parole, de la voix ou de la conversation : Complaintes, Chansons des rues et des bois, L’homme qui rit, Causeries du lundi, Conversations entre onze heures et minuit, Ricochets de conversation...

  • 1 L’ouvrage est issu d’un programme de recherche organisé à l’université Jean-Monnet (Saint-Étienne) (...)

2Un ouvrage collectif dirigé par Hélène Millot et Corinne Saminadayar-Perrin, Spectacles de la parole, apporte un éclairage tout à fait neuf sur ces questions de concurrence entre l’écriture et la parole. Car ce livre intègre bien sûr les théories classiques (nous savons depuis les travaux de Mikhaïl Bakhtine que les romans sont construits selon des systèmes complexes de stratifications de voix) et les recherches linguistiques sur l’énonciation (Éric Bordas offre un article éclairant sur la polyphonie sandienne), mais il appuie surtout sa réflexion sur une description des discours sociaux qui hantent le xixe siècle — le cours, le discours politique, l’éditorial, le manifeste —, avant de voir que la littérature s’inspire de cette stratification et qu’elle en fait une des sources du renouvellement de l’écriture à travers — c’est l’hypothèse de l’ouvrage — une mise en spectacle de cette parole vive. Un des mérites de ce livre est, à travers la pluralité des interventions1, de proposer une vision tout à fait neuve d’un xixe siècle traversé par les discours, les paroles et leur mise en scène et de voir comment la littérature s’en inspire. Pour reprendre les mots de Corinne Saminadayar-Perrin, « la littérature ambitionne d’ouvrir un espace réflexif où se révèlent et s’éprouvent les langages constitués, le « prêt-à-parler » d’une époque et d’une société, afin de mettre en perspective les représentations et les enjeux qu’elles recouvrent — mise en perspective qui vaut aussi comme mise en accusation : si la littérature entre en conflit avec la parole, c’est aussi parce qu’elle ambitionne de la refonder en vérité. »

3L’ouvrage se divise en trois parties. La première partie est centrée sur les rapports entre éloquence et écriture et s’oriente donc vers une analyse des discours « sérieux » laissant délibérément de côté toute une série de paroles qui se développent au xixe siècle et qui sont plus marquées par la subversion ou par la remise en cause de toutes les valeurs et de toutes les normes (monologue comique, scie, blague). Dans cette première partie, on trouve notamment un article d’Anne Vibert, spécialiste de l’éloquence parlementaire, qui, à travers une analyse précise des discours de Lamartine et de Guizot, montre, à l’encontre des idées reçues, le renouveau du discours parlementaire sous la monarchie de Juillet. Corinne Saminadayar-Perrin y étudie les pratiques scolaires du discours entre 1815 et 1870, étude originale et ambitieuse qui s’appuie sur les instructions officielles, les témoignages sur l’organisation des classes et sur les manuels les plus utilisés durant cette période : elle montre notamment la schizophrénie d’un système éducatif où le culte toujours soutenu de l’éloquence s’accompagne du désir contradictoire de désamorcer les effets politiques possibles de la pratique du discours. Une des conséquences paradoxales de cette schizophrénie, essentielle pour la littérature, est une spécification de la pratique de l’éloquence et une tendance à définir la rhétorique par le travail de l’écriture au sens large. Jacques-Philippe Saint-Gérand se penche sur ce monument dix-neuviémiste qu’est le Dictionnaire de la lecture et de la conversation pour y découvrir un curieux et significatif flou autour de la question de la parole et de la science contemporaine des langues. Rémy Ponton relit l’ouvrage essentiel d’Albert Cassagne, La théorie de l’art pour l’art en France. Alain Pagès étudie la rhétorique du célèbre article de Zola « J’accuse », montrant comment cet éditorial et même surtout cette expression, « J’accuse », constituent « l’acte de parole » le plus pur qui soit. Il s’inscrit d’un côté dans une rhétorique d’époque, celle des journalistes et en même temps, rompant avec elle, il fonde un type d’engagement dégagé de la haine et du pamphlet.

4Dans une deuxième partie, l’ouvrage recense des contributions portant sur les paroles en spectacle : paroles publiques, paroles d’ailleurs, voire tables parlantes. Le théâtre d’abord est mis à l’honneur avec une contribution de Hans-Jurgen Lüsebrink sur la tragédie Brutus de Voltaire. La représentation de la pièce en 1790 et 1791 engendre la transformation de la salle de spectacle en un forum de prise de parole et entraîne une mise en lumière publique du débat politique. Dans un tout autre registre, Philippe Dufour étudie la mise en scène romanesque de la parole étrangère en circulant à travers Balzac, Flaubert, Chateaubriand, madame de Staël. Dans une perspective similaire, Éric Bordas, pour sa part, étudie le parler paysan dans les romans champêtres de George Sand. Loin d’avoir comme on peut le penser une fonction mimétique, cette insertion des paroles autres propose un idéalisme poétique et politique qui débouche sur une utopie. Viennent ensuite deux communications hugoliennes. Sarga Moussa propose une étude très instructive de l’« Orientale » des Châtiments en montrant comment Hugo, par la mise en spectacle de la parole d’Abd-el-Kader, libère sa propre parole satirique et imprécatoire. Quant à Daniel Sangsue, il étudie le phénomène des tables parlantes chez le Victor Hugo de l’exil, spectacularisation, s’il en est, de la parole. Jean-Pierre Bertrand, dans une perspective in de siècle, se penche sur le spectacle laforguien de la parole et montre qu’il y a construction d’une scène chez Laforgue, scène de music-hall, qui inscrit la parole en son sein.

5Dans une troisième partie, les articles étudient les rapports complexes et ambigus — à la fois concurrence, relève, dénégation — qui se nouent entre les figures de l’écrivain et de l’orateur. Balzac est d’abord à l’honneur à travers trois communications. Aude Déruelle montre comment Balzac se nourrit de toute la parole publique par une esthétique de la tartine dont évidemment l’insertion dans le roman pose problème mais qui lui permet d’un côté de montrer la dégradation de l’éloquence publique et de l’autre de poser une forme narrative neuve : un discours narratorial digressif et pédagogique. Christèle Couleau étudie la concurrence du discours auctorial et des discours du monde dans Illusions perdues et voit dans la polyphonie balzacienne le moyen choisi pour représenter l’éclatement des vérités. Claire Barel-Moisan s’intéresse aux spécificités et au pouvoir de la parole préfacielle balzacienne, qui joue entre le didactisme, l’ouverture du sens, la connivence et l’affrontement jusqu’à se résorber dans l’avant-propos unique de 1842. L’ouvrage se termine par deux analyses de la parole critique fin-de-siècle. Yoan Vérilhac étudie le spectacle de la critique tel qu’il est présenté dans les petites revues fin-de-siècle. Elles prônent, à l’inverse du discours de la connivence et de la mise en scène médiatique des écrivains pratiquée dans les quotidiens, un discours sur le littéraire conçu par et pour les lettrés. Hélène Millot clôt le volume en étudiant la pratique manifestaire dans les années 1885-1918 : elle dévoile la qualité chorégraphique du spectacle manifestaire.

6Il s’agit d’un ouvrage absolument essentiel, fort riche et représentatif de toute une nouvelle école d’historiens de la littérature attentifs à l’inscription de la littérature dans son contexte discursif. De manière très symptômatique d’ailleurs, c’est Jean-Yves Mollier, historien de la culture, spécialiste notamment de l’édition au xixe siècle, qui conclut cet ouvrage. On ne peut que souhaiter une poursuite de cette réflexion, qui peut-être pourrait s’orienter vers des discours sociaux moins sérieux mais tout aussi essentiels pour l’évolution du littéraire : la blague, le monologue comique, l’interview...

7Spectacles de la parole, sous la direction d’Hélène Millot et de Corinne Saminadayar-Perrin, « Lieux littéraires », Éditions des cahiers intempestifs, 27 euros.

Notes

1 L’ouvrage est issu d’un programme de recherche organisé à l’université Jean-Monnet (Saint-Étienne) par l’unité de recherche LIRE (« Littérature, idéologies, représentations aux xviiie et au xixe siècles », UMR 5611, C.N.R.S., Lyon II, Grenoble III, Saint-Étienne).

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr