Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Deuxième partie. Textes transversaux : problèmes communs et mutations à venir

14. Le passage à l’accès libre, entre idéal de circulation des connaissances et dé-financement des revues

Audrey Gonin, Sylvie Jochems et Michel Parazellionin et Sylvie Jochems et Michel Parazelli

Texte intégral

Introduction

1Dans le contexte de la révolution numérique, le monde de l’édition scientifique connaît actuellement des reconfigurations majeures : la transformation des modalités concrètes par lesquelles les contenus des revues, en particulier, sont diffusés, conduit à des changements plus globaux affectant les pratiques éditoriales mais aussi les politiques de recherche et leur économie. Dans les pages qui suivent, nous proposerons une analyse des transformations liées au passage à l’accès libre, afin de mieux saisir leurs tenants et aboutissants pour des revues savantes du champ des sciences humaines et sociales. Partant de l’implication des auteur-e-s dans la revue Nouvelles pratiques sociales, publiée au Québec, cette démarche vise à s’approprier ces enjeux et à effectuer une démarche de projection, en examinant les conséquences possibles des politiques actuelles pour des revues telles que la nôtre.

2En premier lieu, le contexte dans lequel s’inscrit l’enjeu du passage à l’accès libre sera examiné, en le situant à la conjonction de trois mouvements. Le premier est de nature technologique : l’arrivée puis le développement de l’Internet ont en effet conduit à une reconfiguration de la diffusion des contenus des revues scientifiques, les modalités de diffusion numériques étant devenues incontournables. Le second se situe au plan idéologique : l’idéal de partage des savoirs et techniques, solidement enraciné dans les fondements même de l’Internet, y a trouvé une modalité de réalisation et d’expansion sans précédent. Le troisième mouvement correspond à des transformations politiques et économiques se déroulant à un niveau international : ces dernières années, différentes orientations gouvernementales poussent les chercheur-e-s à diffuser librement les analyses ou résultats de recherches réalisées à l’aide de fonds publics. Ces différentes variables constituent une équation à laquelle le monde de l’édition scientifique est appelé à répondre, au moins en partie. La mise en contexte effectuée dans le premier temps de l’article ne visera pas une analyse détaillée et approfondie de ces différents mouvements, mais à situer les origines du problème ou de l’opportunité — selon le regard posé sur le phénomène — qui se présente aux revues savantes. En vue de se positionner vis-à-vis de ces enjeux, il est en effet utile d’en avoir une compréhension suffisamment fine pour mieux repérer les choix politiques et sociaux opérés, au-delà des arguments économiques régulièrement invoqués.

3Les conséquences que ces orientations peuvent avoir sont par ailleurs à examiner. En ce sens, les spécificités de certaines disciplines ou de certains champs de recherche, tels que ceux des sciences humaines et sociales, en particulier, sont à prendre en considération. Au travers du cas particulier de la revue Nouvelles pratiques sociales, le second temps de ce texte consistera en un exercice de projection dans l’avenir : nous nous demanderons ce qu’impliquerait un passage à l’accès libre intégral à ses contenus. À partir de cet exemple, certains enjeux des transformations actuelles pour les revues ayant un public cible restreint seront mis en évidence.

1 Émergence de l’accès libre aux contenus des revues savantes

1.1 Un contexte de transformation technologique : la révolution numérique

4Tout d’abord, il est utile de souligner que le monde de l’édition scientifique et des revues savantes en particulier n’en est pas à sa première transformation. Différents jalons ont marqué les modes de production de textes savants, depuis les premières formes de validation par les pairs, au xiiie siècle, jusqu’aux débuts de la diffusion de connaissances sous forme périodique, au xviie siècle (Beaudry, 2011). Parallèlement à ces inventions éditoriales, des transformations technologiques ont précédemment influencé les pratiques de communication scientifique : l’apparition de l’imprimerie — la typographie en caractères mobiles, plus spécifiquement — et la révolution industrielle en sont deux aspects majeurs (Beaudry, 2011). Actuellement, une transformation d’ampleur comparable s’effectue par le passage d’une prédominance de l’imprimé à celle du numérique, tout particulièrement pour les revues scientifiques (Zawacki, 2010).

5Le développement du numérique est bien entendu relié à celui de l’Internet, ce dernier s’étant en bonne partie bâti sur la « culture du Libre » (Broca, 2013). Ainsi, les utilisatrices et utilisateurs du web s’attendent souvent à ce que les contenus disponibles sur Internet soient gratuits, et des études montrent que le lectorat d’ouvrages numériques s’attend à ce que le coût en soit réduit d’un tiers environ, par rapport à leur version imprimée (Wormser, 2014). En ce sens, Jean-Claude Guédon estime que « le libre accès est bien plus qu’un des modèles possibles pour la publication des contenus scientifiques. Nous pensons qu’il est la caractéristique principale des documents numériques » (2014, p. 111). Ce contexte conduit le monde de l’édition scientifique à se diriger vers une diffusion gratuite des textes, compte tenu du fait que le libre accès augmente généralement le nombre de consultations (Zawacki, 2010). Comme le souligne un rapport de l’UNESCO, « les chercheurs, qui visent un bénéfice d’impact non directement commercial, ont intérêt à ce que leurs publications aient une large diffusion et donc que l’accès au savoir soit libre » (2005, p. 17). Ainsi, dans le champ de la recherche scientifique et de sa communication, la visée d’un rayonnement le plus large possible est plus fondamentale que celle d’une rentabilité économique (Guédon, 2014). Cette visée pragmatique de diffusion maximale des savoirs pousse donc à un accès gratuit aux contenus des revues, celui-ci étant le plus favorable à leur consultation.

1.2 L’idéal de libre circulation des connaissances

6Parallèlement à la raison instrumentale qui justifie l’accès libre par son efficience pour maximiser la circulation des savoirs, leur diffusion gratuite renvoie également à des considérations morales. En effet, la gratuité renvoie au désintéressement individuel, au profit de l’utilité sociale, mais aussi aux valeurs d’équité (accès universel) et de solidarité (partage au sein d’une communauté). Le lien entre le numérique et l’échange non marchand de savoirs n’est pas automatique, mais ils sont tous deux au cœur de la fondation et du développement de l’Internet (Broca, 2013) qui, au-delà des aspects technologiques, s’est en partie fondé sur des bases idéologiques valorisant ces principes moraux. De plus, l’Internet offre la possibilité de renouveler des pratiques de coopération (Cardon, 2010). Celles-ci s’inscrivent largement dans un système d’échange par le don (Mauss, 1925) : l’organisation des pratiques selon des valeurs de gratuité et de générosité (Couture et coll., 2010) traduit l’importance de l’éthique du don dans les pratiques en ligne — par rapport au principe de rétribution qui domine dans le cadre des échanges contractualisés caractérisant le système marchand. Le développement de l’Internet est donc propice à la libre circulation des savoirs et de la création, qu’ils soient de nature technologique, culturelle ou scientifique.

  • 1 Il est notable qu’à cette époque (xve et xvie siècles) : « la bibliothèque prétend jouer u (...)
  • 2 « La bibliothèque d’Alexandrie réalise alors le rêve aristotélicien d’une culture universe (...)

7L’idéal de partage des savoirs n’est certes pas né avec l’Internet, car il caractérisait déjà la pensée des humanistes de la Renaissance1, et avant cela, a présidé dans l’Antiquité à la fondation de la bibliothèque d’Alexandrie2 (Diu, 2008). En lien avec une conception de la bibliothèque comme « espace ouvert pour la discussion », le rêve ancien d’une « bibliothèque sans murs » ([35]) se voit en quelque sorte, et paradoxalement, « matérialisé » par le numérique. Ainsi, l’idéal d’une libre circulation des savoirs, qui était présent dans les origines mêmes de la démarche scientifique, trouve avec l’existence du Web une formidable opportunité de réalisation. En tant que chercheur-e-s, il est assurément souhaitable d’avoir un accès libre aux textes scientifiques. D’un autre côté, la pérennité de nos revues dépend de ressources économiques, comme le souligne également le rapport de l’UNESCO :

Les éditeurs, qui touchent un revenu direct de la vente des articles, tendent à limiter la diffusion de l’information scientifique à ceux qui peuvent la payer. Le rôle des éditeurs n’étant pas simplement de diffuser les publications, mais d’en assurer la qualité en organisant l’examen par les pairs, il se produit une tension entre les deux exigences essentielles de la science : la publicité de l’accès et le contrôle de l’information.
  (2005, p. 117)

8Les modes de résolution de cette tension reposaient jusqu’à présent, en bonne partie, sur le rôle joué par les bibliothèques publiques et universitaires, celles-ci rendant le contenu de revues savantes accessible à la population, aux étudiant-e-s et aux chercheur-e-s. Or, la pression économique subie par ces institutions de diffusion des connaissances, dans les dernières années, génère une rupture.

1.3 Le contexte économique et politique de l’édition de revues scientifiques

  • 3 Elsevier est l’un des plus grands éditeurs scientifique et, selon son site Internet, colla (...)
  • 4 http://isites.harvard.edu/icb/icb.do?keyword=k77982\&tabgroupid=icb.tabgroup143448.
  • 5 www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/377476/pour-une-recherche-libre-et-gratuit (...)
  • 6 Le Welcome Trust est une « fondation à but non lucratif britannique qui est le premier org (...)

9Les dernières décennies ont vu se développer de grands consortiums d’édition tels que Wiley, Elsevier, Springer, Sage, etc. Récemment, un conflit a émergé entre ces consortiums et les bibliothèques universitaires, voire plus largement le milieu académique dans son ensemble. En effet, les coûts pratiqués par ces grands éditeurs privés ont fait l’objet d’une contestation dont témoignent le boycott d’Elsevier3, en 2012, ou encore le memorandum de l’université de Harvard qualifiant d’« intenables » ces tarifs et invitant ses membres à publier dans des revues à accès libre4. Dans le contexte des marges de profits pouvant atteindre 35 %5, pour ces grands éditeurs internationaux, il y a en effet un problème de légitimité des prix des abonnements aux bouquets de revues qu’ils offrent, d’autant plus que les contenus diffusés sont le fruit de travaux financés par des fonds publics, en grande majorité. Ces bouquets restreignent par ailleurs les choix stratégiques des bibliothèques, qui ne souhaitent pas forcément s’abonner à l’ensemble des revues qui y sont incluses. Ainsi, dès 2003, un rapport réalisé pour le Welcome Trust6 concluait que « la structure actuelle du marché n’œuvre pas pour les intérêts à long terme de la communauté scientifique » (Vajou et coll., 2009, [7]).

10Ce contexte économique, associé aux enjeux identifiés précédemment, a conduit à ce que différentes instances politiques, organismes publics et fondations privées subventionnant des activités de recherche se positionnent en faveur d’un accès libre aux articles scientifiques. Les premiers gestes en ce sens ont été posés par des organismes subventionnaires :

  • 7 Les articles doivent ainsi faire l’objet d’une « barrière mobile » d’au maximum six mois, (...)

Walport, la fondation britannique, décida en 2005 d’énoncer une politique exigeant des chercheurs financés par le Welcome Trust le dépôt en accès libre des articles publiés six mois (ou moins) auparavant7. Cette décision se révéla extrêmement importante ; elle conduisit en 2008 à une loi analogue aux États-Unis, qui s’appliqua dès lors aux milliers de publications issues des 18 milliards de dollars de recherche provenant des National Institutes of Health (NIH). Au Canada, le Canadian Institutes of Health Research (CIHR) s’est aligné sur les normes des États-Unis, et de plus en plus d’agences de financement de la recherche, un peu partout dans le monde, suivent ces modèles.
(Guédon, 2014, p. 120)

  • 8 « The government has announced that it will make publicly funded scientific research avail (...)
  • 9 www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/ostp_public_access_memo_2013.pdf.

11Au plan politique, le gouvernement du Royaume-Uni a produit en 2012 une politique visant à ce que les écrits issus de recherches financées par des fonds publics soient diffusés gratuitement8, parallèlement à une recommandation de la Commission Européenne en ce sens (Wormser, 2014). Suite à ces initiatives européennes, le gouvernement des États-Unis a emboîté le pas en 20139. Partant de ces incitations, voire de ces injonctions faites aux chercheur-e-s, les revues doivent s’adapter à cette nouvelle réalité. Celle-ci conduit à se trouver pris entre le risque de voir le nombre de contributions soumises diminuer fortement, en maintenant une barrière économique pour accéder aux textes, et le risque d’un déséquilibre budgétaire. Les activités liées à la production des revues ont en effet un coût, même si les dividendes des actionnaires de grands consortiums sont retirés de l’équation. Dans la perspective d’un accès libre, deux solutions « s’offrent » de prime abord aux équipes de rédaction : faire passer l’addition du côté des auteur-e-s (Getz, 2005), en leur imputant les coûts liés au travail éditorial, ou bien s’appuyer sur le budget des universités ou centres de recherche pour assurer les coûts matériels (locaux, matériel informatique...) et, au travers de l’implication de chercheur-e-s, le travail lié aux procédures techniques et administratives nécessaires à l’édition d’une revue. Une troisième solution assez évidente est celle d’une augmentation du financement public des revues, mais rien de tel ne s’annonce dans l’horizon québécois ou canadien.

2 Un passage à l’accès libre de Nouvelles Pratiques Sociales (NPS) ?

12Dans le second temps de ce texte, nous allons examiner les enjeux du passage à l’accès libre à partir du cas particulier de NPS, qui peut être révélateur pour des revues comparables. Nous présenterons tout d’abord la revue, afin de situer son créneau éditorial, son comité de rédaction et son lectorat, puis nous nous pencherons sur la question du financement de son activité. Finalement, une dimension souvent omise de la réflexion sur l’édition de revues savantes sera mise de l’avant : au-delà d’une simple validation du contenu d’articles scientifiques, le rôle d’animation d’éditoriale joué par une revue telle que NPS est à considérer.

2.1 Situation de la revue NPS

13Nouvelles Pratiques Sociales est une revue québécoise portant sur le champ de l’intervention sociale, et plus largement sur les pratiques visant à travailler le social (Barel, 1982) selon des perspectives démocratiques du changement social (Fédération internationale des travailleurs sociaux, 2010). Partant de ce champ, les articles qui y sont publiés portent aussi bien sur les objets de ce champ — les enjeux ou problèmes sociaux et psychosociaux visés par l’action (marginalités sociales et inclusion, violences, besoins des populations vieillissantes, situations de handicap, logement, développement local, etc.) — que sur les pratiques qui y sont développées (modalités d’intervention au niveau individuel, groupal ou collectif, pratiques démocratiques et participatives, mouvements sociaux, etc.). L’une des spécificités de la revue NPS est que son champ se trouve au carrefour de différentes disciplines des sciences humaines et sociales, sans entrer pleinement dans l’éducation, la sociologie ni la psychologie. Fondée en 1988, la revue NPS a le statut de revue institutionnelle de l’UQAM, ce qui lui confère des avantages financiers et symboliques — sur le plan de la reconnaissance de son activité plus spécifiquement. Ceci ne signifie pas pour autant que seuls des membres de l’UQAM siègent à son comité de rédaction : celui-ci comprend des membres de sept universités du Canada et neuf membres internationaux. Le lectorat de la revue est composé de chercheur-e-s, d’enseignant-e-s et d’étudiant-e-s, bien entendu, mais aussi d’acteurs du champ de l’intervention sociale. À ce titre, c’est une revue d’interface entre milieux de recherche, de formation et de pratique.

14La revue NPS publie deux numéros par an. Ceux-ci sont structurés autour de dossiers thématiques, dont la responsabilité est confiée à un-e ou plusieurs chercheur-e-s invités, désignés par le comité de rédaction de la revue à l’occasion de ses rencontres bisannuelles. Parallèlement à ces dossiers, des articles hors-thème sont publiés dans la rubrique « Perspectives », et la revue comprend une rubrique de comptes-rendus d’ouvrages. En plus de ces types de publications « traditionnelles », NPS publie dans chaque numéro une entrevue réalisée avec un acteur-clé d’un sujet d’actualité pour le champ de l’intervention sociale, organise d’autre part un débat entre deux auteur-e-s sur une question faisant l’objet de controverses, et donne régulièrement une place à des « échos de pratique » (textes portant sur des pratiques d’intervention) ainsi qu’à des notes de recherche. Il est utile de préciser ces éléments car les diverses rubriques de la revue, au-delà des textes faisant l’objet d’une expertise en double aveugle (articles du dossier et la rubrique « Perspectives »), contribuent au rôle d’animation éditoriale qui sera discuté ultérieurement.

  • 10 Cette période payante est donc quatre fois plus longue que celle recommandée par la fondat (...)

15La revue NPS a actuellement une barrière mobile de deux ans10, à l’issue desquels l’ensemble des articles est accessible gratuitement. Ce modèle est une possibilité offerte par le portail Érudit, qui diffuse, à l’instar de Persée par exemple, les contenus d’un grand nombre de revues. L’originalité d’Érudit est d’être une plate-forme inter-universitaire à but non lucratif, née d’une collaboration entre l’université de Montréal, l’université Laval et l’université du Québec à Montréal. Ainsi, elle ne peut faire l’objet des mêmes critiques que Wiley ou Elsevier : les tarifs pratiqués auprès des bibliothèques sont beaucoup plus raisonnables que ceux des consortiums internationaux privés. Le portail Érudit permet également d’adopter des modalités de diffusion en accès libre. À titre d’exemple, la revue VertigO, diffusée aussi sur Érudit et reconnue institutionnellement par l’UQAM, fonctionne à partir de ce modèle. Ainsi, il n’y a pas d’obstacle à opérer une transition vers l’accès libre sur le plan organisationnel, ni technique ou communicationnel. Advenant cette transition, nous garderions en effet la possibilité d’être inclus dans le bouquet d’Érudit, et donc d’être référencés par l’intermédiaire de cette plate-forme.

2.2 Un dilemme entre l’idéal de gratuité et de partage, et l’enjeu du financement

16À l’image du milieu universitaire (Paquin, 2013), le passage à l’accès libre fait l’objet d’un consensus, sur le plan axiologique, au sein du comité de rédaction de la revue : la plus grande accessibilité possible des contenus de la revue est considérée comme souhaitable, en lien avec un idéal de « grande conversation » scientifique (Guédon, 2014), et en convergence avec la préoccupation de la revue pour les enjeux démocratiques (Parazelli, 2004). Tel qu’énoncé dans un avant-propos récent de la revue :

  • 11 « Si l’on part du principe que la connaissance scientifique est un bien public, il s’ensui (...)

S’il ne peut constituer l’alpha et l’oméga de la démocratisation des savoirs, l’accès libre en constitue, assurément, un ressort important. Considérant la connaissance scientifique comme un bien public11, l’UNESCO s’est donné l’objectif de « favoriser l’accès universel à l’information et au savoir » (2008 : 32). Également, « bon nombre de scientifiques considèrent que la science pour garder son efficacité liée à l’exercice de sa libre rationalité doit pouvoir résister aux influences et intrusions des acteurs politiques et économiques, et pour cela demeurer un bien public » (Peugeot, 2010 : 4 ; voir aussi Hess & Ostrom, 2007).
(Gonin & Jochems, 2013, [7])

  • 12 La revue dédommage l’université du Québec à Montréal pour les heures non enseignées à part (...)

17Au plan politique et moral, l’équipe de la revue adhère au principe de la gratuité et de la démocratisation des savoirs. Il s’agit toutefois de conjuguer ces idéaux avec l’enjeu de pérennité de NPS, cette dernière impliquant un équilibre budgétaire. Ainsi, les aspects économiques représentent le seul principal obstacle au passage à l’accès libre. Afin de pouvoir situer ces enjeux dans leur contexte, il est utile de dire quelques mots sur les modalités de financement de NPS. Depuis plusieurs années, la revue reçoit des subventions d’organismes publics, ce qui permet d’embaucher des étudiant-e-s pour assurer les tâches de secrétariat, de coordination du processus éditorial et de promotion de la revue. Ces fonds permettent également de rendre disponibles les chercheur-e-s qui coordonnent le travail éditorial, au travers d’une diminution de leurs heures d’enseignement12. Pour les années financières 2011 à 2013, les subventions ont représenté environ 60 % des revenus de la revue. Une part des revenus de la revue est liée aux ventes des versions papier de la revue, mais ceux-ci sont en diminution : entre 2010 et 2013, nous observons environ 25 % de réduction du nombre des abonnements à la version imprimée de la revue. Par contre, la consultation de ses contenus en ligne a augmenté de près de 50 %, au cours de cette même période. Le contexte décrit précédemment se traduit donc dans l’évolution des pratiques de notre lectorat. Sans grande surprise, la diminution de la consultation papier au profit du numérique est une tendance lourde observée depuis plusieurs années.

  • 13 Ceux-ci consistent en ce qui revient à la revue des abonnements des bibliothèques, et aux (...)

18Au regard des coûts de production de la version imprimée de la revue, qui sont à peu près équivalents aux revenus qu’ils suscitent, nous avons récemment décidé de cesser l’édition imprimée de la revue. La question qui se pose actuellement n’est donc pas celle du support papier ou numérique, mais bien spécifiquement celle de l’accès libre aux contenus. En effet, même en cessant la production de la version imprimée, les revenus commerciaux13 de la revue représenteront environ 20 % de ses entrées financières, ce qui n’est pas négligeable. Bref, et pour ne pas nous étendre plus longuement sur ces aspects budgétaires, en vue de passer à l’accès libre intégral, il s’agit d’adopter un nouveau modèle à même d’assurer la pérennité de la revue.

2.3 Évolutions actuelles des modes de financement des revues

19Nombre de revues, dans les dernières années, ont développé un système qui transfère les coûts du processus d’édition aux auteur-e-s — à l’image du transfert des coûts opérés par les postes aux États-Unis (Getz, 2005). Cette modalité a été adoptée par de nombreuses revues, certaines ayant même adopté un modèle faisant payer à la fois au lectorat et aux contributrices et contributeurs (Suber, 2013). Le principe général est toutefois de rendre les contenus librement accessibles en inversant la source de revenus, ceux-ci étant ponctionnés au niveau de celles et ceux qui produisent les articles plutôt qu’à celui de leur lectorat. Ce transfert peut prendre différentes formes (Open Access Directory, 2014 ; Suber, 2013) :

  • Il est possible d’instaurer des frais de soumission applicables à l’ensemble des textes soumis pour publication, ou des frais de publication exigés seulement pour les textes retenus à l’issue du processus d’évaluation ;
  • les frais de soumission ou de publication peuvent être payés à partir de fonds de recherche, par les employeurs ou centres de recherche des auteur-e-s, ou encore être pris sur leurs deniers personnels advenant qu’il n’y ait pas d’autres possibilités. Certaines revues appliquent toutefois des politiques dispensant de frais de soumission ou de publication des auteur-e-s ou institutions qui ne sont pas en mesure de les payer.

20Or, ces modèles ont émergé dans le champ de la santé (Guédon, 2014) : la question de leur pertinence pour des disciplines des sciences humaines et sociales (SHS) se pose. En effet, ces dernières sont notablement moins financées que les premières. À titre d’exemple, le financement de base des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) s’est élevé à 941,4 millions de dollars pour le budget 2013-2014, pendant que le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) en recevait 344,8, comme l’indiquent des rapports ministériels cités par l’Association canadienne des professeures et professeurs d’Université (2013). Ainsi, les chercheur-e-s en sciences humaines ont eu un taux de réussite de 27 % au concours de programme de subventions ordinaires du CRSH, comparativement à un taux de 59 % aux IRSC. Partant, la possibilité de payer des frais de soumission ou de publication est plus réduite dans les SHS.

  • 14 Source : www.wileyopenaccess.com/details/content/12f25e0654f/Publication-Charges.html.
  • 15 Nous arrondissons ici les sommes de 500 et 5000 US$ indiquées sur le site de Elsevier : ww (...)
  • 16 www.springeropen.com/about/apcfaq/howmuch.
  • 17 Lorsque les chercheur-e-s ont l’obligation de publier en accès-libre, en lien avec les pol (...)
  • 18 À l’exception de quelques revues qui n’appliquent pas ces frais : www.uk.sagepub.com.proxy (...)

21Or, il est notable que les frais de publication en accès libre pratiqués par Wiley s’élèvent régulièrement à plus de 1500 euros14. En ce qui concerne Elsevier, ces frais de publication varient de 400 à 4000 euros selon les revues15. Du côté de Springer, les revues dont les contenus sont en accès libre appliquent des frais de soumission (que l’article soit finalement publié ou pas) s’élevant de 500 à 1500 euros16. Les éditions SAGE, quant à elles, se sont également adaptées aux nouvelles directives politiques et institutionnelles en offrant un accès libre à la demande17, et ont établi des frais de soumission variant de 1200 à 2500 euros18. Il est souvent moins onéreux de publier un texte en accès libre lorsqu’on appartient aux SHS, mais ces frais restent tout de même dissuasifs quand on ne dispose pas de fonds de recherche pour les défrayer.

2.4 Enjeux de ces transformations pour les revues à public cible restreint

22En somme, les grands éditeurs internationaux initialement critiqués par les bibliothèques et le monde universitaire se sont très bien adaptés aux nouvelles orientations politiques et institutionnelles, en récupérant par un autre biais la perte de revenus liée au passage à l’accès libre de certains contenus. Ainsi, leurs actionnaires ne doivent pas être trop inquiets. Mais les revues du domaine des sciences humaines et sociales, en particulier lorsqu’elles sont francophones, ne possèdent pas la marge de manœuvre dont disposent les revues du champ de la santé à large rayonnement international. Comme le souligne Gérard Wormser :

L’édition de recherche, expérimentale, artisanale, innovante à petite échelle relève alors du bénévolat et de la constitution de solidarités locales, mais son économie reste aléatoire ; elle ne peut guère conquérir de marchés ni transformer le prestige en profits. Une partie symboliquement significative de la création intellectuelle est progressivement poussée hors du jeu [...]. (2014, p. 107)

23Dans le contexte d’un financement plus restreint alloué aux chercheur-e-s en SHS, le transfert des coûts vers les auteur-e-s est une perspective inquiétante pour une revue telle que NPS, car bon nombre des auteur-e-s publiés dans la revue disposent de peu de moyens. Mettre en place des frais de publication ou de soumission, en vue de compenser les revenus liés à la vente des contenus, conduirait à les exclure de nos pages. Ce modèle pourrait donc conduire à fragiliser l’équilibre budgétaire de revues telles que la nôtre, mais aussi à réduire la diversité des contributions dans le champ des sciences humaines et sociales. Introduire des frais de soumission ou de publication ne constitue donc pas une solution viable pour des revues telles que NPS.

24En vue de justifier les coûts de soumission ou de publication qu’ils appliquent dorénavant, les grands éditeurs internationaux mettent en avant que les procédures d’évaluation des articles, ainsi que leur édition suite à leur acceptation ont un coût. Nous ne pouvons que souscrire à ce constat. Toutefois, le modèle du transfert des coûts du côté des auteur-e-s qui est actuellement mis en avant pourrait conduire à la fragilisation voire à la disparition d’un certain nombre de revues, sans restreindre les profits réalisés par les grands éditeurs — ces derniers ayant trouvé les moyens de maintenir leurs revenus. L’équilibre trouvé dans le milieu de l’édition scientifique québécois et canadien, permettant à la fois une viabilité financière et le fait de mener le travail éditorial dans de bonnes conditions, semble ainsi parvenir à un point de rupture. Certaines revues en SHS pourraient, au final, être les premières victimes du bras de fer engagé contre les éditeurs qui réalisent d’importants profits en publiant les résultats de recherches financées par des fonds publics.

25Sans modalités alternatives de financement, les revues ayant un lectorat relativement restreint, parce qu’elles portent sur des objets de recherche locaux (les enjeux du droit constitutionnel au Québec, par exemple) ou qu’elles se destinent à une communauté scientifique de faible ampleur (la recherche francophone en travail social, dans notre cas), sont mises en péril par le passage à l’accès libre. D’un autre côté, le maintien d’une barrière financière marginaliserait encore davantage ce type de revues, le lectorat se dirigeant préférentiellement vers des contenus en accès libre. L’horizon est donc plutôt sombre pour les revues qui, du fait de leur lectorat relativement restreint et d’objets de recherche peu financés, ne peuvent monnayer l’accès à la publication. Ceci soulève, plus largement, des enjeux concernant la diversité des objets et des perspectives de recherche dans le champ des revues scientifiques. La disparition de revues représentant des domaines ou des courants minoritaires viendrait en effet réduire la pluralité épistémique et l’enrichissement qu’autorisent les divers « styles scientifiques » (Ruphy, 2013). Nous pouvons, certes, tabler sur l’inventivité de revues telles que NPS dans le champ de l’édition en sciences humaines. Il y a toutefois lieu d’alerter les acteurs du champ politique quant aux effets probables d’un passage à l’accès libre compensé par le transfert des coûts de production vers les auteur-e-s, pour des revues ayant un public-cible restreint.

2.5 Au-delà de la diffusion de savoirs, la fonction sociale des revues

26La fonction sociale actuelle de plusieurs revues scientifiques en sciences humaines et sociales ne se réduit pas à la simple accessibilité des articles. Si le seul intérêt du libre-accès était de rendre disponibles des articles au fur et à mesure de leur dépôt dans une sorte d’entrepôt numérique, comme il en existe de plus en plus dans les universités, à quoi peut donc bien servir le travail des revues scientifiques désormais ? Nous ne parlons pas des revues scientifiques qui jouent ce un rôle d’entrepôt numérique disciplinaire, tout en assurant l’évaluation des textes soumis, mais de celles qui vont au-delà de la seule production continue d’articles sans proposition thématique. Par exemple, la revue NPS fait partie de ces revues qui jouent activement ce rôle d’animation éditoriale au sein d’une communauté de chercheurs ainsi que d’intervenants sociaux, dans son cas spécifique. Ce rôle d’animation éditoriale est d’ailleurs à la source de la naissance de ce type de revue.

27Si nous examinions les conditions historiques d’émergence de plusieurs revues scientifiques, nous découvririons qu’elles ont vu le jour grâce à des acteurs intéressés bien sûr, mais surtout à cause d’un contexte socio-historique particulier exigeant un travail de médiation des connaissances dans l’espace public de la recherche. En ce qui concerne la revue NPS, elle est née en 1988 d’une préoccupation partagée par plusieurs chercheurs en travail social et du monde de l’intervention sociale en regard du contexte de transformation de l’État-providence. Transformation en grande partie indéterminée menant vers quelque chose de « nouveau » qu’il convenait d’interroger. D’où le nom de la revue : « Nouvelles pratiques sociales ». D’autres revues, telles que VertigO en environnement, en 2000, ou Déviance et société en criminologie, en 1977, ont aussi vu le jour à partir d’un constat partagé d’une partie de la communauté des chercheurs concernant la nécessité d’attirer l’attention sur une problématique particulière, sur un angle d’analyse à développer ou sur la valorisation d’un phénomène à étudier. Il suffit de prendre connaissance de l’éditorial du premier numéro de chacune de ces revues pour en retrouver la trace.

28Prenant souvent la forme d’une interpellation des chercheurs à réfléchir sur telle ou telle question, d’une certaine manière et pas d’une autre, ou sur une situation nouvelle demandant d’être étudiée, l’animation éditoriale des revues résulte d’un choix stratégique des membres d’un comité de rédaction afin non seulement de gérer et d’anticiper la production des connaissances dans un sens donné, mais aussi de trouver les moyens de mettre en débat ces connaissances dans l’espace public à travers la publication d’un numéro. Ainsi, lancer un appel à contributions sur le thème de la prévention précoce dans l’univers de l’intervention sociale (premier numéro hors série de NPS), n’est pas neutre ni dénué de scientificité. Si nous prenons cet appel comme exemple, il faut dire qu’il n’est pas l’effet du hasard, mais le résultat de discussions entre des acteurs du monde de la recherche et celui de l’intervention qui constatèrent l’importance de lancer un débat public sur les connaissances à l’origine de ce type de prévention controversée. Sans la médiation d’une revue scientifique, aucun débat épistémologique n’était possible. On peut dire que le travail de médiation et d’animation scientifique que la revue accomplit ici favorise l’avancement des connaissances non seulement théoriques mais pratiques. Les diverses rubriques de la revue NPS (échos de pratique, entrevue, échos et débats) traduisent le rôle qu’elle joue sur ce plan.

29Bref, accéder aux articles librement ne donne pas nécessairement accès aux enjeux divers de connaissances qui traversent le contenu des articles scientifiques produits. C’est pourquoi des revues mettent en place des lieux de discussion collective où le débat et le développement de perspectives de recherche et de connaissances est non seulement possible, mais partagé publiquement à travers chaque numéro publié. Sur le plan démocratique, il importe aussi que plusieurs revues d’un même domaine de connaissances puissent exister, étant donné les différences de points de vue qui coexistent dans la société où les chercheurs exercent leur métier. Ce qui ne peut se faire dans le contexte d’un accès libre de type « entrepôt numérique ». Notons que la tendance actuelle des pratiques gestionnaires des fonds soutenant les revues scientifiques ou des universités qui hébergent des revues semble valoriser une représentation strictement économique de l’accès aux connaissances scientifiques produites par la recherche. La perspective démocratique liée au travail de médiation publique des revues abordée plus haut ne semble pas concurrencer la richesse des « lingots d’or » que représentent les articles à entreposer dans les entrepôts numériques.

30Ainsi, importe-t-il de mettre en évidence que les revues ne sont pas de simples vecteurs permettant la diffusion de savoirs validés par un processus d’évaluation scientifique : elles contribuent également à structurer le champ dans lequel elles s’inscrivent, par la constitution de collectifs et par la définition de créneaux éditoriaux qui spécifient et enrichissent les perspectives d’une discipline donnée. Placer les revues dans une situation précaire et ignorer leur fonction sociale pourrait conduire à réduire la pluralité de ces perspectives.

Bibliographie

Références bibliographiques

Association Canadienne des Professeures et Professeurs d’Université (2013), Le financement fédéral de la recherche fondamentale, Dossiers en éducation, 13 (1), p. 1-8. En ligne : www.caut.ca/docs/default-source/education-review/educationreview13-1-fr.pdf?sfvrsn=2.

Barel Y. (1982), « Les enjeux du travail social », Revue interuniversitaire de sciences et pratiques sociales, n° 3, p. 19-35.

Beaudry G. (2011), La communication scientifique et le numérique, Paris, Lavoisier.

Broca S. (2013), « Free Software et Open Source : utopie et idéologie », in C. Paloque-Berges et Ch. Masutti (dir.), Histoires et culture du Libre, Paris : Framabook, p. 253-273. En ligne : http://framabook.org/histoires-et-cultures-du-libre/.

Cardon D. (2010), La démocratie Internet, promesses et limites, Paris, Le Seuil et La République des Idées.

Couture S., Haralanova C., Jochems S. et Proulx S. (2010), Un portrait de l’engagement pour les logiciels libres au Québec (Note de recherche pour le Centre de recherche interuniversitaire sur la science et la technologie), Québec, Bibliothèque et Archives nationales du Québec. En ligne : www.cirst.uqam.ca/Portals/0/docs/note_rech/2010_03.pdf.

Durampart M. (2009, dir.), Sociétés de la connaissance. Fractures et évolutions, Paris, CNRS Éditions.

Fédération internationale des travailleurs sociaux (2010), Définition du travail social, Consulté le 15 décembre 2010 sur : www.ifsw.org/p38000376.html.

Gass A. (2005), « Paying to Free Science : Costs of Publication as Costs of Research », Serials Review, 31 (2), p. 103-106.

Getz M. (2005), « Open-Access Scholarly Publishing in Economic Perspective », Journal of Library Administration, 2005, 42 (1), p. 1-39.

Gonin A. et Jochems, S. (2013), « Nouvelles pratiques sociales en ligne. Enjeux et potentialités de la diffusion des savoirs via Internet à l’heure du 2.0 », Nouvelles pratiques sociales, 25 (2), p. 1-11.

Gumpenberger C., Ovalle-Perandones M.-A. et Gorraiz J. (2013), « On the impact of Gold Open Access journals », Scientometrics, 96 (1), p. 221-238.

Hess C. et Ostrom E. (2007, dir.), Understanding Knowledge as a Commons : From Theory to Practice, Cambridge (MA), MIT Press.

Le Crosnier H. (2013), « Préface », in C. Paloque-Berges et Ch. Masutti (dir.), Histoires et culture du Libre (p. V-XII), Paris, Framabook. En ligne : http://framabook.org/histoires-et-cultures-du-libre/.

Ruphy S. (2013), Pluralismes scientifiques. Enjeux épistémiques et métaphysiques, Paris, Hermann.

Notes

1 Il est notable qu’à cette époque (xve et xvie siècles) : « la bibliothèque prétend jouer un rôle d’instrument au service de l’utilité publique » (Diu, 2008, [8]). Il est également intéressant de constater que dès ses premiers développements, « la bibliothèque humaniste se voit ainsi soumise à une tension permanente entre domaine privé et espace public » ([6]). Cette tension ne date donc pas d’hier...

2 « La bibliothèque d’Alexandrie réalise alors le rêve aristotélicien d’une culture universelle, lié à celui d’une connaissance structurée et hiérarchisée. [...] La bibliothèque par excellence se veut à la fois collection universelle d’ouvrages (synagogon) mais aussi organisation des connaissances (syntaxin) : selon le canon alexandrin, l’accumulation de matériel s’accompagne nécessairement de sa mise en ordre suivant un dessein intellectuel. Le livre acquiert par là même un nouveau statut ; de source d’archivage destinée à préserver la littéralité des textes, il devient lieu d’élaboration de la pensée. » (Diu, 2008, [9]).

3 Elsevier est l’un des plus grands éditeurs scientifique et, selon son site Internet, collabore avec « 7000 journal editors, 70.000 editorial board members, 300.000 reviewers and 600.000 authors ».

4 http://isites.harvard.edu/icb/icb.do?keyword=k77982\&tabgroupid=icb.tabgroup143448.

5 www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/377476/pour-une-recherche-libre-et-gratuite.

6 Le Welcome Trust est une « fondation à but non lucratif britannique qui est le premier organisme non public de financement de la recherche biomédicale au Royaume-Uni » (Vajou et coll., 2009, [7]).

7 Les articles doivent ainsi faire l’objet d’une « barrière mobile » d’au maximum six mois, c’est-à-dire que la période pendant laquelle les textes sont payants ne doit pas dépasser 6 mois.

8 « The government has announced that it will make publicly funded scientific research available for anyone to read for free » (www.gov.uk/government/news/government-to-open-up-publicly-funded-research).

9 www.whitehouse.gov/sites/default/files/microsites/ostp/ostp_public_access_memo_2013.pdf.

10 Cette période payante est donc quatre fois plus longue que celle recommandée par la fondation britannique Walport, comme nous l’avons vu précédemment.

11 « Si l’on part du principe que la connaissance scientifique est un bien public, il s’ensuit que les données et informations scientifiques doivent être diffusées de la manière la plus large et la plus accessible possible, les effets bénéfiques pour la société étant fonction du nombre de personnes en mesure de les partager » (UNESCO, 2005, p. 181).

12 La revue dédommage l’université du Québec à Montréal pour les heures non enseignées à partir des fonds attribués à la revue par les organismes subventionnaires.

13 Ceux-ci consistent en ce qui revient à la revue des abonnements des bibliothèques, et aux redevances liés à la diffusion des contenus de la revue dans des activités d’enseignement : le système des « recueils de texte » associés aux cours, en Amérique du Nord, encadre la diffusion de textes scientifiques. La déclaration des droits d’auteur-e liée à la production des recueils conduit à ce que NPS ait eu des redevances s’élevant à environ 10 % de son budget, par exemple, en 2012-2013. Le fait de passer en accès-libre ne supprimera pas entièrement ces redevances, mais il est difficile d’évaluer dans quelle mesure elles se maintiendront.

14 Source : www.wileyopenaccess.com/details/content/12f25e0654f/Publication-Charges.html.

15 Nous arrondissons ici les sommes de 500 et 5000 US$ indiquées sur le site de Elsevier : www.elsevier.com/about/open-access/sponsored-articles.

16 www.springeropen.com/about/apcfaq/howmuch.

17 Lorsque les chercheur-e-s ont l’obligation de publier en accès-libre, en lien avec les politiques d’organismes subventionnaires exigeant ce mode de diffusion des résultats de recherche.

18 À l’exception de quelques revues qui n’appliquent pas ces frais : www.uk.sagepub.com.proxy.bibliotheques.uqam.ca:2048/repository/binaries/pdf/SAGE-Choice-Participating-Title-List.pdf.

Auteurs

École de travail social, Université du Québec à Montréal. Rédactrice en chef de la revue Nouvelles pratiques sociales.
Université du Québec à Montréal.

École de travail social, Université du Québec à Montréal. Rédactrice en chef de la revue Nouvelles pratiques sociales.
Université du Québec à Montréal.

École de travail social, Université du Québec à Montréal. Rédactrice en chef de la revue Nouvelles pratiques sociales.
Université du Québec à Montréal.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search