Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Deuxième partie. Textes transversaux : problèmes communs et mutations à venir

12. Un choix éditorial : s’ouvrir à l’international

Otilia Holgado

Texte intégral

1En France, les sciences de l’éducation ont longtemps pratiqué une collaboration internationale majoritairement francophone. Or, la période actuelle est caractérisée par la recherche de toute forme de reconnaissance et invite les chercheurs à dépasser les frontières linguistiques. Les revues scientifiques qui publient les travaux des chercheurs francophones se voient affectées : sont-elles prêtes à suivre les chercheurs dans leur mouvement vers l’extérieur de ces frontières, les accompagner dans leurs collaborations avec des collègues non-francophones, publier également les travaux de ces derniers ? La problématique soulevée en priorité est celle de la langue d’écriture et de publication des articles scientifiques : comment satisfaire à la fois les auteurs et les lecteurs ? Comment garder sa lisibilité face à un public d’auteurs de plus en plus hétérogène de point de vue linguistique ? De quels moyens les revues disposent-elles pour cela ?

2Ce texte dresse un état des lieux et discute les politiques éditoriales mises en place par une série de revues en sciences de l’éducation, en France, dans les pays francophones et, à titre d’exemple dans un pays non-francophone, la Roumanie.

1 La quête de reconnaissance internationale : quelques constats

3Internationalisation est le mot-clé qui ouvre en grand aux chercheurs francophones les frontières géographiques, culturelles et linguistiques de la recherche scientifique. La mobilité internationale est aujourd’hui facilitée, encouragée, financée et valorisée par de nombreuses institutions et organismes de recherche. Contrairement aux sciences naturelles et physiques, qui ont été rapidement contraintes à partager, à confronter et valider à l’échelle internationale les nouvelles découvertes de la science, la recherche en éducation s’est plus longtemps contentée d’une visibilité plus restreinte. En effet, les recherches dans le domaine de l’éducation ont la particularité d’être davantage situées et contextualisées que dans les sciences « dures ». Confrontée à une variété de contextes, la recherche en éducation s’intéresse à des phénomènes qui ont une pertinence sectorielle, institutionnelle ou nationale. En dehors du contexte qui lui est propre, chacune de ces recherches serait difficile à comprendre. Ainsi, les résultats obtenus ne sont pas tenus à une validation par la communauté scientifique dans son ensemble. Toutefois, comme le souligne Latour (1995), la valorisation des travaux de recherche ne peut se satisfaire d’une reconnaissance interne ou locale, raison pour laquelle les collaborations internationales ont toujours existé, mais se sont limitées pendant longtemps à des collaborations entre des pays francophones. Contrairement à la recherche dans d’autres domaines, la barrière de la langue a été plus difficile à franchir dans le domaine des sciences de l’éducation. La difficulté de communication avec les milieux non-francophones est encore ressentie aujourd’hui, quoique les collaborations entre les chercheurs francophones et non-francophones s’intensifient progressivement. Au départ, les collaborations plurilinguistiques les plus étroites et les plus durables se sont construites sur des critères géographiques et historiques, dans les régions transfrontalières. Il s’agissait généralement de collaborations à petite échelle, entre des chercheurs singuliers ou entre des chercheurs et des milieux de pratique d’enseignement ou de formation. Ces collaborations prenaient la forme d’expérimentations : vérifier localement des résultats obtenus dans un contexte comparable. Avec le temps, les collaborations entre les chercheurs ont pris de l’ampleur et se sont généralisées. Ce fut ensuite le tour des équipes de recherche de construire des collaborations. Aujourd’hui, l’ouverture à l’international des communautés de recherches n’est plus un enjeu, mais une évidence. Dans ces conditions, les modalités de valorisation de la recherche — et donc de la carrière professionnelle des chercheurs — doivent également évoluer. Or, la reconnaissance de la recherche se faisant essentiellement par les pairs (et la publication d’un ouvrage ne bénéficiant pas toujours d’un travail critique de la part des pairs), la qualité des travaux des chercheurs est essentiellement jugée sur la base des articles soumis dans des revues scientifiques à comité de lecture. La préoccupation majeure des chercheurs (Bart, 2008) est donc de publier dans des revues scientifiques reconnues et cotées. C’est ainsi que la préoccupation des chercheurs se répercute sur les revues : pour se faire une renommée ou pour garder leur renommée, les revues ont intérêt à être indexées dans des bases de données de recherche nationales et internationales. Cette exigence pour les revues pèse directement sur la reconnaissance de l’activité scientifique des chercheurs.

4En France, les chercheurs sont soumis à l’injonction de publication dans des revues indexées par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur. Dans d’autres pays, ce sont d’autres instances qui gèrent la reconnaissance des chercheurs, mais le principe de survie des revues reste le même : se trouver sur la liste de périodiques scientifiques pour lesquels la valeur scientifique des articles parus est reconnue. Pour se trouver sur cette liste, les revues sont tenues de renouveler leur positionnement sur le « marché » de la publication scientifique et notamment de soigner leur visibilité internationale. C’est avec leurs principes fondateurs, l’image acquise et des nouvelles ouvertures que les revues doivent composer pour satisfaire les critères requis : assurer une publication de qualité, garder leur lectorat et élargir la provenance des auteurs.

5Nous présenterons ci-après les choix éditoriaux faits par certaines revues dans l’intention d’accroître leur visibilité et leur reconnaissance sur le plan national et international.

2 La situation en Europe hors espace francophone

6Partout en Europe, la pratique courante de la langue anglaise se généralise progressivement chez les jeunes chercheurs. Dans les pays nordiques, l’anglais est devenu la langue seconde pratiquée par toutes les personnes du milieu universitaire. Ailleurs en Europe, le français est encore parlé comme langue seconde dans plusieurs pays, surtout en Europe centrale et de l’Est.

7En Roumanie, la publication dans d’autres langues que la langue officielle du pays, plus précisément dans des langues de circulation internationale, est une exigence à la fois pour les chercheurs et pour les revues scientifiques. La reconnaissance des revues par les instances nationales en dépend. Dans ce pays dont la langue parlée, le roumain, a un rayonnement limité, l’internationalisation de la recherche se manifeste de la manière suivante :

  1. Les jeunes chercheurs roumains cherchent à publier leurs travaux dans des revues référencées dans des bases internationales, telles qu’EBSCO. Mais comme les revues indexées sont en grande partie des revues anglophones, l’anglais devient progressivement la langue de circulation privilégiée par la communauté scientifique roumaine. Le français perd du terrain. Ceux qui continuent à parler et à écrire en français sont surtout les chercheurs déjà consacrés. N’étant plus à la recherche de reconnaissance, ils ne sont pas soumis aux mêmes enjeux de publication que les jeunes. Ils produisent une forme particulière de littérature scientifique, constituée d’essais, de travaux de synthèse et peu de résultats des recherches récentes.
  2. Pour rester dans la compétition, les revues scientifiques roumaines dépendent elles-mêmes de l’indexation dans les bases de données de recherche internationales. Or, pour être indexées, les revues sont contraintes à publier des articles dans des langues internationales. La revue Repere, revista de ştiinţele educaţiei, recueille de deux manières les articles qu’elle publie. Premièrement, à la suite de collaborations internationales des membres de ses comités éditorial et scientifique, des chercheurs étrangers sont invités à soumettre des articles. Ces articles, publiés dans la langue d’origine, garantissent la dimension internationale de la revue et en même temps permettent aux lecteurs roumains, qui pour la plupart lisent au moins deux langues de circulation internationale, de connaître des travaux faits ailleurs. Deuxièmement, les chercheurs roumains qui ont effectué une mobilité internationale soumettent eux aussi des articles dans une langue de circulation. Ainsi, tout numéro de revue peut regrouper des articles écrits en roumain, anglais, français, allemand et espagnol, et signés par des chercheurs consacrés, roumains et étrangers, ainsi que par des doctorants roumains. Pour assurer l’évaluation des articles soumis, la revue Repere s’est dotée d’un comité scientifique international, composé de chercheurs appartenant à des institutions roumaines, anglophones, francophones, germanophones et hispanophones. Contrairement aux attentes, l’anglais n’est pas privilégié ; ce qui importe le plus pour la reconnaissance de la revue selon les critères qui lui sont applicables, c’est la variété des langues et donc d’origines des chercheurs qui signent des articles dans cette revue.

3 La situation en France

8D’une manière générale, en sciences de l’éducation, les chercheurs français travaillent et écrivent en français. Jusqu’à récemment, ils se tournaient vers l’étranger plus par choix que par nécessité. Publier à l’international était une manière de tenter l’opportunité de trouver une nouvelle place dans le monde scientifique et aussi un défi, celui d’essayer d’établir des points d’ancrage dans un monde différent. Mais récemment, l’évolution des critères de notations et de reconnaissance de l’activité scientifique fait de la publication dans des revues indexées ou internationales une injonction. Publier par nécessité amène les chercheurs français à se désintéresser de l’acte même de valorisation de leurs travaux (Bart, 2008), ce qui a pour effet une baisse du nombre et de la qualité des publications soumises dans les revues francophones. En même temps, les revues francophones commencent à être sollicitées par un public étranger, lui-même en quête de reconnaissance internationale. Nous assistons ainsi à une rotation des articles de recherche entre les revues scientifiques ayant une reconnaissance équivalente dans un domaine donné, ainsi qu’à une ouverture volontaire et clairement affichée des revues françaises à des travaux de recherche produits au-delà de l’espace francophone.

9Tout en gardant un grand intérêt pour l’ouverture à l’international et en soignant leur image de revue internationale, un grand nombre de revues françaises publient uniquement des articles en français, écrits par des auteurs de provenance variée (espace francophone, Amérique latine, Afrique, Asie) et dont la langue de travail n’est pas nécessairement le français. Il s’agit ici aussi d’un mouvement de rotation : une partie des auteurs non-francophones sont des « habitués » des revues francophones, leur nom se retrouvant parmi les auteurs d’articles parus dans plusieurs revues.

  • 1 http://theodile.recherche.univ-lille3.fr/cms/index.php?option=com_
    content\ & view (...)

10Les revues comme Éducation et socialisation, Éducation permanente, Les sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, Travail et Apprentissages ont choisi le français comme langue unique de publication, tout en proposant des résumés en anglais et/ou en espagnol. De plus, la revue Savoirs accepte pour publication des articles déjà parus dans des revues nationales ou internationales dans une autre langue, à condition que la traduction française — à la charge de l’auteur — soit de bonne qualité1.

11Les articles inédits de par la provenance des auteurs et des systèmes éducatifs auxquels ces recherches réfèrent sont rares, mais pas absents. La revue Recherches et Éducations réunit dans un numéro thématique de 2008 dédié à l’éducation comparée, des articles sur l’enseignement de l’histoire au Nicaragua, sur l’émergence des systèmes éducatifs africains, sur l’éducation comparée en Chine. Ce dernier article présente dans ses premiers paragraphes les enjeux d’ouverture vers l’international des chercheurs chinois et, comme résultat, l’apparition d’une série de revues de sciences de l’éducation entièrement dédiées à des articles venant d’ailleurs ou à des textes qui présentent et discutent les théories et les résultats des recherches étrangères. Par la suite, Recherches et Éducations introduit ses lecteurs aux politiques éducatives du Brésil (2010) et de l’enseignement supérieur en Tunisie (2012). Tous ces articles sont publiés dans un français d’une excellente qualité.

  • 2 http://theodile.recherche.univ-lille3.fr/cms/index.php?option=com_
    content\ & view (...)

12Dans l’objectif de donner accès à ses lecteurs à des recherches importantes et peu connues dans l’espace francophone2, la revue Recherches en didactiques inaugure en 2011 une rubrique intitulée Recherches en langues étrangères. Ainsi, plusieurs numéros récents de la revue contiennent un article écrit par des auteurs majoritairement anglophones, traduit en français.

13Publiant jusqu’alors des articles uniquement en français, la revue Recherche et formation renouvelle en 2010 sa ligne éditoriale dans l’intention de « nous ouvrir aux recherches internationales dans notre champ » (Lantheaume & Rayou, 2010). L’ouverture à l’international se matérialise par la publication dans la langue de travail des chercheurs d’articles écrits par des auteurs non-francophones. Ces articles sont assortis de résumés longs traduits en français. Pour pouvoir assurer l’expertise de ces articles, le nouveau programme met en avant des comités renouvelés, le comité de rédaction et de lecture affichent dorénavant cinq membres en provenance de pays non francophones. Il faudra toutefois attendre 2012 pour que la revue publie deux articles en langue étrangère, dans deux numéros thématiques consécutifs : un texte en portugais cosigné par trois chercheurs du Brésil (no 69/2012) et un texte en anglais présenté par les coordonnateurs du numéro comme un point de vue d’un spécialiste de la thématique (no 70/2012). Pour ces articles, le titre est traduit en français et l’article est accompagné d’un résumé traduit en quatre langues, dont le français.

4 La situation dans les pays ayant deux ou plusieurs langues officielles

14La question se pose différemment dans les pays ayant plusieurs langues officielles, comme le Canada et la Suisse. La communauté scientifique francophone est partagée entre sa volonté de garder son identité linguistique et celle de collaboration et de partage avec les collègues anglophones (au Canada), germanophones et italophones (en Suisse).

15Au Canada, les revues scientifiques fonctionnent sur l’un ou l’autre des deux principes suivants. Dans le premier cas, par exemple la revue Canadian Journal of Éducation/Revue canadienne de l’éducation, les auteurs choisissent de soumettre un article soit en anglais, soit en français. L’article sera publié uniquement dans la langue d’écriture, pendant que les textes de cadrage, les titres et les résumés des articles sont rédigés dans les deux langues.

  • 3 www.acelf.ca rubrique La revue en bref.
  • 4 www.rse.umontreal.ca/renseignements_generaux.htm.

16Dans le deuxième cas, le choix linguistique est clairement affiché et aucune dérogation n’est accordée. C’est le cas de plusieurs revues : Recherche qualitative, qui tente de promouvoir la recherche en langue française, Éducation et francophonie, présentée comme une « revue scientifique arbitrée qui présente des résultats de recherche inédits sur l’éducation en langue française. Les thèmes qu’elle aborde touchent tous les ordres d’enseignement et font appel à la contribution de différents chercheurs à travers la francophonie internationale3 » ainsi que la Revue des sciences de l’éducation, périodique francophone mise sur pied en 1974 par l’Association francophone des doyennes et doyens, de directrices et directeurs d’éducation du Canada pour publier des textes qui contribuent à l’avancement des connaissances et à la réflexion critique dans le domaine des sciences de l’éducation4. Ayant également publié jusqu’à ce jour uniquement des articles en français, les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation (NCRE) affichent en 2014 une ouverture à l’international qui vise à accroitre son rayonnement international et qui se matérialise par deux actions de publication conjointe. La première est une collaboration avec la Revue suisse des sciences de l’éducation, qui publie dans la langue d’écriture des travaux de recherche issus de trois courants culturels (francophone, germanophone, italophone). Ainsi, exceptionnellement et en l’honneur de cette collaboration, le numéro thématique 17-1/2014, intitulé TraductionS/TranslationS, est commun aux deux revues. Pour l’occasion, les articles sont publiés dans leur langue originale (Saussez & Périsset, 2014). C’est une première pour les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation. La deuxième collaboration a été établie avec la revue chilienne Estudios Pedagógicos, qui publie des articles en langue espagnole. À partir de 2015-2016, les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation envisagent de publier annuellement un article récent représentatif de l’évolution actuelle de la recherche chilienne publié dans la revue Estudios Pedagógicos. Cet article sera traduit en français. De la même manière, un article représentatif de l’évolution actuelle de la recherche québécoise en éducation qui paraîtra dans la revue NCRÉ, sera sélectionné pour être diffusé dans la revue Estudios Pedagógicos. Jusqu’en 2014, les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation avaient publié principalement des articles issus de la recherche dans l’espace francophone, à l’exception de son numéro inaugural (1994) dans lequel était paru une reprise d’article récent écrit par un auteur américain. L’article avait été traduit en français par une chercheure québécoise chevronnée.

17En Suisse, parmi les revues qui s’affichent comme étant francophones, nous identifions la revue Formation et pratiques d’enseignement en questions. Celle-ci pratique une ouverture à l’international fondée principalement sur la communauté scientifique francophone et publie des articles en français écrits par des auteurs francophones. Toutefois, en 2012, un article écrit par des chercheurs germanophones paraît en deux versions intégrales, en français et en allemand.

18Dans le même registre, Le cartable de Clio est une revue francophone d’envergure internationale consacrée à la didactique de l’histoire. Publiée jusqu’en 2013, la revue a eu son ancrage en Suisse et s’est efforcée de faire connaître et diffuser dans tout l’espace francophone les résultats de travaux de recherche des trois zones linguistiques helvétiques. La langue d’écriture était le français et les auteurs des articles étaient principalement des enseignants et des didacticiens de l’histoire suisses, français, belges et québécois.

5 Discussion

19S’ouvrir à l’international est une intention qui fait consensus pour les revues francophones en sciences de l’éducation, soucieuses d’être classées dans des bases internationales. Mais comment faire ? Vers quels horizons s’ouvrir en priorité ? Comment concilier le besoin d’ouverture à l’international et le maintien des spécificités déjà acquises par les revues ? À la lumière des exemples de politiques éditoriales que nous avons présentés, nous faisons une série de constats au regard de l’état actuel et des perspectives d’internationalisation qui s’ouvrent aux revues scientifiques francophones.

20Aujourd’hui comme hier, la dimension internationale des revues françaises en sciences de l’éducation est principalement donnée par les pays d’appartenance des auteurs et des membres des comités, qui restent majoritairement francophones. Les chercheurs français, suisses, belges et québécois se partagent en réalité le même espace de publication, celui des revues francophones du domaine. S’étant établie progressivement, cette réalité n’a pas eu besoin d’être affichée par les revues en tant que politique éditoriale. Il s’agit cependant des deux principaux aspects qui confèrent aux revues francophones leur dimension internationale ; l’internationalisation du lectorat est un aspect qui reste encore à préciser et à construire.

21Récemment, plusieurs revues francophones ont fait des tentatives pour s’ouvrir davantage à l’international. Toutefois, ces tentatives restent timides. Les évolutions sont modestes, les moyens humains et financiers dont disposent les revues ne leur permettant pas de concevoir une politique éditoriale ambitieuse d’ouverture à l’international au-delà des frontières linguistiques et culturelles de la francophonie. Les changements mis en place sont instables et n’aboutissent pas toujours à des pratiques éditoriales pérennes : les articles et les rubriques en langues étrangères ne sont pas présents dans tous les numéros des revues qui les annoncent ; les revues affichent des résumés dans d’autres langues, mais pas dans les mêmes langues. Une réflexion commune des revues sur les actions potentielles d’internationalisation à mener et l’harmonisation de ces actions avantagerait la communauté scientifique en augmentant et en organisant d’une manière plus cohérente la visibilité externe des travaux réalisés par les chercheurs francophones. En effet, chaque chercheur publie dans plusieurs revues. Dans un temps limité, les mêmes thématiques se retrouvent traitées, à tour de rôle, dans plusieurs revues. Leur traçabilité est difficile depuis l’étranger. Disponibles dans plusieurs langues (et les mêmes pour toutes les revues), les résumés des articles publiés assureraient une traçabilité plus facile et plus complète des travaux francophones depuis l’étranger.

22Se pose également la question de la qualité de la langue française pour les articles écrits par des auteurs non-francophones. Certains de ces auteurs prennent le soin de faire traduire ou corriger leurs articles avant de les soumettre à des revues francophones. Mais ce n’est pas toujours le cas, tous les auteurs n’ayant pas la possibilité de le faire. Pourtant, la qualité scientifique d’un article écrit dans un français approximatif pourrait retenir l’attention du comité de lecture auquel il est soumis. Dans ces conditions, l’accepter ou le refuser est un choix difficile pour la revue en question. Ce choix dépend considérablement du statut de la revue sollicitée. Dans l’impossibilité de financer ou d’assurer elle-même la traduction, une revue indépendante pourra toutefois recommander à l’auteur les services d’un traducteur scientifique. Les revues rattachées à des équipes de recherche importantes pourraient trouver parmi leurs collaborateurs un chercheur bilingue qui accepterait de traduire ou de réviser l’article en question. Toutefois, tant que la traduction scientifique n’est pas reconnue comme activité scientifique par les instances qui évaluent les chercheurs, cette personne n’acceptera pas souvent de donner à la science une partie conséquente de son temps de travail pour réaliser cette tâche très exigeante.

23Enfin, se pose la question de la diversification des langues d’écriture des articles dans les revues jusqu’alors francophones. Quelles seraient les raisons qui amèneraient ces revues, qui ont un lectorat francophone déjà acquis et relativement fidèle, à proposer des articles dans d’autres langues ? Nous entrevoyons ici deux possibilités. Premièrement, élargir son lectorat au-delà des frontières linguistiques habituelles. Mais dans ce cas, en publiant des textes des chercheurs non-francophones dans leur langue d’origine, les revues francophones ne renverraient-elles aux acteurs de la communauté scientifique internationale leur propre image ? Deuxièmement, amener à ses lecteurs des références internationales originales. Cette possibilité semble pertinente au regard du constat que la traduction n’est pas sans défauts, notamment dans la recherche en sciences de l’éducation (et, plus largement, en sciences sociales) où les termes employés ont des significations subtiles et souvent implicites, ancrés dans des cultures dont la familiarité se construit par des lectures répétées. Dans ce cas, la traduction ne peut être littérale, mais nécessite une reformulation et une translation des notions et des concepts d’un univers conceptuel vers un autre, plus familier aux lecteurs potentiels. Comme l’expliquent Saussez et Périsset (2014) « la traduction, en opérant à la fois sur le texte et sur le rapport au monde qu’il institue, greffe des notions dans de nouvelles structures de sens ». Aujourd’hui, le processus de traduction échappe complètement aux éditeurs et s’avère parfois ingérable par ceux-ci. Publier les articles dans leur langue d’origine présente l’avantage d’offrir aux lecteurs des propos qui échappent à l’altération par la traduction et restent donc fidèles à la pensée des auteurs. Toutefois, si cette pratique s’intensifie, ne risque-t-elle plutôt de faire perdre le lectorat habituel ? Cela dépend, naturellement, de la langue de publication. En ce qui concerne l’anglais, des nombreux chercheurs francophones (dont la quasi-totalité des jeunes chercheurs) lisent l’anglais. Lorsque leur intérêt pour les travaux des collègues anglophones est très vif, ils vont chercher les articles qui paraissent directement dans des revues anglophones. Seraient-ils prêts à se dédier à cet exercice dans leur revue francophone habituelle ? Quant à d’autres langues, comme l’espagnol, l’allemand ou le portugais, celles-ci sont lues par un public plus restreint. Trouver des articles dans leurs périodiques francophones habituels risquerait de déclencher un sentiment de frustration chez des nombreux lecteurs : d’une part, on leur annonce des articles d’un grand intérêt et d’une grande qualité scientifique et, d’autre part, on ne leur fournit pas les clés de lecture de ces trésors.

24De plus, accepter pour publication des articles soumis dans des langues étrangères suppose de doter son comité de lecture de chercheurs aptes à expertiser ces articles : des chercheurs connus et reconnus dans l’espace francophone, parlant couramment une autre langue en plus du français. La maîtrise du français scientifique est essentielle lorsqu’on souhaite que les membres du comité de lecture soient familiers avec la littérature scientifique francophone dans leur domaine et, autant que possible, des lecteurs réguliers des revues pour lesquelles ils expertisent. Ces perles rares sont généralement des chercheurs de langue française qui ont intégré des équipes de recherche à l’étranger ou des chercheurs étrangers ayant fait leurs études doctorales ou post-doctorales dans des structures de recherche francophones et sont restés depuis des collaborateurs de ces équipes.

25L’intention de ce texte a été de montrer que la langue de publication peut à la fois faciliter et limiter l’accès à la recherche. Nous concluons par le constat que les revues francophones ne semblent pas pouvoir échapper à une mise en mouvement vers une plus grande visibilité et une reconnaissance internationale, mais qu’une collaboration plus étroite entre les revues est essentielle. Nous voyons un intérêt à ce que les revues se rassemblent pour s’investir dans une véritable problématisation autour de la langue de publication, qu’elles pourront commencer à aborder à travers les deux questions suivantes : à qui bénéficient les articles en langues étrangères publiés dans des revues francophones ? Par qui ces articles sont-ils lus ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Bart D. (2008), Les modes de valorisation de la recherche en sciences de l’éducation et le développement professionnel des enseignants-chercheurs de la discipline. Thèse de doctorat en ligne : https:
//tel.archives-ouvertes.fr/tel-00349776.

Lantheaume F. et Rayou P. (2010), « Recherche & formation : une nouvelle étape », Recherche et formation, 63, 2010, p. 5-6.

Latour B. (1995), Le métier de chercheur, regard d’un anthropologue, Paris, INRA.

Saussez F. et Périsset D. (2014), TraductionS — « TranslationS ». Problèmes et défis posés par la traduction dans le champ de l’éducation. Les Nouveaux cahiers de la recherche en éducation, 17 (1), 2014 (numéro conjoint avec la Revue suisse des sciences de l’éducation, 36 (2), 2014).

Notes

1 http://theodile.recherche.univ-lille3.fr/cms/index.php?option=com_
content\ & view=article\ & id=157 : presentationred\ & catid=8 : red\ & Itemid=72.

2 http://theodile.recherche.univ-lille3.fr/cms/index.php?option=com_
content\ & view=article\ & id=157 : presentationred\ & catid=8 : red\ & Itemid=72.

3 www.acelf.ca rubrique La revue en bref.

4 www.rse.umontreal.ca/renseignements_generaux.htm.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search