Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Première partie. Présentation des revues

6. Travail et Apprentissages, la vie d’une revue indépendante

Claude Raisky, Otilia Holgado et Patrick Mayen

Texte intégral

1La revue Travail et Apprentissages a vu le jour en 2007, dans le sillage de l’Association recherches et pratiques en didactique professionnelle qui s’est constituée au même moment. L’Association a apporté un soutien déterminant dans le lancement de la revue. Ses membres se sont mobilisés pour participer à la constitution de la première équipe dirigeante et du conseil scientifique de la revue et lui ont apporté une contribution financière qui a permis son lancement rapide par la sortie de son premier numéro, en février 2008. Cette contribution a été circonstancielle et ponctuelle, étant donné le souhait de laisser à la revue sa pleine autonomie, un choix motivé par la volonté de ne pas être l’organe d’une institution, d’une association ou d’un laboratoire et de pouvoir ainsi accueillir librement des participantes et participants venus d’horizon très divers pour intégrer le comité scientifique ou pour publier leurs contributions dans les pages de la revue.

2La volonté d’ouverture de la revue se situe néanmoins à l’intérieur d’un domaine précisément délimité dont il nous semblait, au moment de la création, qu’il était représenté de façon trop peu visible parmi les revues existantes. Ce qui réunit celles et ceux qui sont à l’origine de Travail et Apprentissages, c’est l’intérêt marqué pour la formation professionnelle. C’est l’idée que les processus par lesquels se construisent les compétences professionnelles peuvent être analysés et que les résultats de ces analyses constituent des ressources pour les actions de formation. Par conséquent, la ligne éditoriale est centrée sur la question du travail, sur les processus par lesquels on apprend pour le travail et par le travail. La revue accueille donc dans ses pages tout article qui apporte des éléments visant la compréhension des processus et des conditions d’apprentissages professionnels, sans exclusivité de références théoriques et de méthodes d’investigation. Le choix du titre de la revue traduit cette préoccupation. Le terme « travail » a été préféré à celui de « pratique » ou encore d’« activité(s) » et exprime la volonté de s’intéresser à l’ensemble des conditions qui déterminent l’activité professionnelle des personnes à l’œuvre. Nous voulions ainsi soutenir et rendre visible un champ de recherche et d’ingénierie d’ordre didactique nouvellement créé dans le champ de la formation professionnelle. Le sous-titre « Revue de didactique professionnelle » inscrit la revue Travail et Apprentissages dans cette histoire.

1 Positionnement académique et orientation théorique

3Les articles qui s’inscrivent dans une démarche de didactique professionnelle se distinguent a priori de ceux qui s’orientent vers les didactiques disciplinaires et qui sont centrés davantage sur les contenus de savoir. On constate toutefois qu’après une période de tensions entre les tenants des didactiques disciplinaires et les acteurs de la didactique professionnelle, les passerelles tant théoriques que méthodologiques se sont multipliées. Aujourd’hui, nombre d’articles que nous publions font appel à des concepts, méthodes et résultats de telle ou telle didactique disciplinaire. De même, nous constatons que les didactiques disciplinaires font aujourd’hui un large usage des théories, des méthodes et des résultats de la didactique professionnelle. La revue Travail et Apprentissages se situe ainsi à la rencontre de plusieurs disciplines reconnues comme telles par les instances de validation universitaire et de la recherche. Certes, toute science de l’éducation est plurielle, mais il nous semble qu’en ce qui concerne notre revue, elle présente cette particularité de faire appel explicitement et fortement tant à ce qui relève de la didactique que de certains domaines classés parmi la psychologie (section 16) : l’ergonomie, l’ergonomie cognitive, la psychologie du travail. Ainsi, ne s’agit-il pas de chercher à établir des passerelles entre plusieurs disciplines appartenant au domaine des sciences de l’éducation et à celui de la psychologie, mais de reconnaître et de faire reconnaître les liens entre ces disciplines tels que mis en évidence dans de nombreux articles publiés.

4La composition de notre conseil scientifique témoigne de cette double inscription : nous avons tenu à ce qu’il comporte une part importante d’ergonomes et de psychologues du travail qui s’investissent activement dans l’activité de la revue, en publiant, en participant au processus d’expertise des propositions d’articles et en apportant leur contribution à l’évolution de la politique éditoriale.

5Toutefois, cette double inscription ne va pas sans causer des difficultés. La revue Travail et Apprentissages est classée en sciences de l’éducation (section 70) et cela dès la sortie de son premier numéro. Nous avions imaginé que la revue pouvait être classée également en psychologie (section 16). Nos démarches n’ont jamais abouti, malgré le soutien de nombreux psychologues. Notre constat est celui de la rigidité des frontières entre disciplines telles qu’elles sont canonisées. La conséquence du seul classement en sciences de l’éducation est de ne pas répondre aux besoins de reconnaissance de tous nos contributeurs potentiels. Dans le domaine de la psychologie, seuls les chercheurs consacrés, voire « émérites », publient dans Travail et Apprentissages. Leurs articles sont les très bien venus, mais nous sommes privés de la publication de nombre de recherches conduites par des chercheurs émergents qui s’inscriraient tout à fait dans le champ de notre ligne éditoriale. Pour les jeunes chercheuses et chercheurs dont les travaux de recherche, par leur sujet, leurs problématiques, leurs théories de référence, leurs méthodes s’inscrivent totalement dans notre ligne éditoriale, mais qui souhaitent construire leur carrière en psychologie, l’intérêt à publier dans une revue classée en section 70 est aujourd’hui limité.

6Que notre revue en souffre quelque peu n’est peut-être qu’anecdotique, mais cela nous paraît préjudiciable dans nombre de domaines scientifiques et en particulier en sciences de l’éducation. Ne pourrait-on concevoir, comme règle largement appliquée qu’une revue, une équipe, un chercheur relèvent de plusieurs disciplines ? De fait, dans les pratiques, c’est ce qui existe couramment. Mais les dispositifs réglementaires ne suivent pas cette réalité scientifique.

7Les préoccupations théoriques de notre revue se doublent de ce que nous considérons comme une urgence sociale. Les grandes mutations du travail que connaissent les sociétés développées depuis quelques décennies rendent plus aiguë la nécessité d’apporter des réponses à de nouvelles exigences : l’élévation générale du niveau de formation, l’apparition de nouvelles professions, les pressions d’un appareil productif, tous secteurs confondus, dont l’évolution est de plus en plus rapide, comme la nécessité de mettre en œuvre des dispositifs de formation « tout au long de la vie » et de penser et assurer la cohérence des parcours de professionnalisation. Les travaux qui y répondent ne sont pas nouveaux, le premier numéro de la revue en témoigne (en particulier les articles de Jacques Leplat et d’Annie Weill-Fassina).

8Il nous paraît important de souligner les domaines empiriques dans lesquels les articles proposés s’inscrivent. Dans les premiers numéros de la revue, assez peu d’articles concernaient le travail des enseignants. Nous avons vu, petit à petit, augmenter considérablement le nombre d’articles soumis par des enseignants-chercheurs et, en ce qui concerne les auteurs français, de formateurs d’IUFM puis d’ESPE. Cette évolution n’est pas sans nous questionner. Travail et Apprentissages n’a pas vocation à devenir une revue principalement centrée sur la formation des enseignants, mais nous constatons que celles et ceux qui travaillent dans ce secteur professionnel font face à de considérables interrogations en ce qui concerne le rapport entre le travail, l’apprentissage et la formation. Leurs travaux s’inscrivent pour la plupart dans notre ligne éditoriale. Toutefois, à côté d’articles de grande qualité, c’est dans ce domaine que nous sommes amenés, à la suite des expertises réalisées, à écarter de la publication le plus grand nombre d’articles qui n’ont ni ossature théorique, ni rigueur méthodologique suffisantes.

2 Contributeurs potentiels

9Dans sa volonté de réunir chercheurs et praticiens autour des préoccupations communes, Travail et Apprentissages s’adresse aux chercheuses et chercheurs, aux étudiants des cycles supérieurs (master et doctorat) ainsi qu’aux formateurs, concepteurs de formation, conseillers en formation, responsables d’entreprises, psychologues exerçant leurs activités dans des organismes de formation, de conseil, d’insertion, de bilan et d’orientation, c’est-à-dire aux praticiens de la formation qui s’interrogent sur leurs pratiques. Quant aux auteurs des articles publiés, ceux-ci sont pour la plupart des chercheurs reconnus comme tels par leur statut. Ils se répartissent à peu près à part égale entre chercheurs seniors et jeunes chercheurs. Nettement moins nombreux, les autres contributeurs sont des responsables de formation ou des consultants, pour la plupart titulaires d’un doctorat. Si certains articles s’appuient sur des travaux d’ingénierie, tous sont marqués par des préoccupations d’ordre scientifique : ils visent l’établissement de résultats dont la signification dépasse le strict contexte de l’empirie considérée. C’est pour nous une exigence.

3 Langue de publication

10Travail et apprentissages est une revue francophone. C’était pour nous une façon d’affirmer la valeur des travaux conduits dans le monde francophone et de concrétiser les liens qui unissent nombre de chercheurs et d’équipes de recherche appartenant à ce milieu. Le ratio entre auteurs français et auteurs étrangers est de l’ordre de 65/35. Actuellement, nous souhaitons augmenter la part des auteurs étrangers, en particulier non-francophones. Cette volonté suit le constat selon lequel les travaux et les collaborations de nos contributeurs dépassent la barrière de la langue et font entrer dans leurs réseaux éditoriaux un nouveau public scientifique. À titre d’exemple, nous préparons actuellement un numéro coordonné par une collègue brésilienne qui comprendra exclusivement des articles écrits par des auteurs brésiliens.

4 Fréquence et format de publication

11Travail et Apprentissages en est aujourd’hui à son 13e numéro, paru en septembre 2014. La fréquence de parution est de deux numéros par an et le format typographique est celui d’un livre 16 × 24 cm. Certains numéros publient des articles indépendants les uns des autres, d’autres présentent des dossiers autour d’une thématique commune. Le nombre d’articles contenus dans chaque numéro est variable, tout comme le volume pouvant aller de 132 à 274 pages. Nous demandons aux auteurs de limiter leurs contributions à 40 000 signes. Sauf en de rares occasions, nous ne publions pas de recensions de livres ni d’informations sur la vie de la recherche (par exemple thèses soutenues). Plus qu’un choix délibéré, ceci est la conséquence de contraintes matérielles : nos deux numéros par an ne peuvent accueillir de telles rubriques. Pour ce faire, il faudrait augmenter le nombre de numéros annuels. Nous pourrions en réunir le contenu nécessaire, mais notre organisation — le travail bénévole des responsables qui assurent la totalité des tâches — n’est matériellement pas adaptée à une fréquence plus importante de parution.

12Les conditions éditoriales sont celles de toutes les revues scientifiques : les articles ne donnent pas lieu à contrat d’édition. À partir du moment où le texte est proposé et accepté par le comité éditorial de la revue, l’auteur cède ses droits d’édition à l’éditeur et en garde la propriété intellectuelle. Chaque auteur reçoit un numéro gratuit de la revue dans lequel est publié son article. De plus, en tant qu’auteur, il peut acheter plusieurs exemplaires de ce même numéro à 60 % du prix de vente public (soit 10 euros pour les numéros à 17 euros).

13La revue est publiée par la maison d’édition Éditions Raison et Passions basée à Dijon (www.raisonetpassions.fr). Il n’existe actuellement qu’une édition papier, diffusée pour les deux tiers par abonnement et pour un tiers par la vente au numéro (librairies, évènements, commandes individuelles). Une version numérique est en préparation, une demande est faite auprès de CAIRN pour sa diffusion.

5 Processus de sélection des articles

14Tout article reçu est examiné par un membre de la direction de la revue. Quelques articles, peu nombreux, tant sans doute notre ligne éditoriale est bien comprise, sont écartés car éloignés de celle-ci. Chaque article retenu est rendu anonyme avant d’être envoyé à deux experts. Chaque expert remplit une fiche (cf. en annexe modèle de fiche) qu’il retourne à la direction de la revue. En cas de désaccord entre experts, le comité éditorial soumet l’article à un troisième expert. Nous insistons, sauf si l’expert juge l’article impubliable, sur l’utilité des commentaires à partir desquels le ou les auteurs sont invités à réviser l’article. Certains experts font un remarquable travail d’annotation du texte soumis.

15À la réception des expertises, le comité de rédaction fait la synthèse des avis des experts et prend une décision : rejet, demande de refonte importante ou demande de corrections minimes. Le tout est renvoyé aux auteurs. Bien entendu, les expertises sont rendues anonymes avant d’être transmises aux auteurs. Les articles faisant partie d’un dossier sont d’abord validés par un ou plusieurs responsables du numéro thématique et ensuite expertisés selon ce même processus.

6 Choix des experts

16La revue Travail et Apprentissage s’est dotée d’un comité scientifique qui comporte actuellement 62 membres, essentiellement enseignants-chercheurs confirmés et directeurs de recherche en activité ou émérites. Parmi eux, 19 viennent d’autres pays que la France (Suisse, Canada, Belgique, Liban, États-Unis, Brésil, Australie, Portugal, Russie). Les experts sont choisis parmi les membres du comité scientifique et, dans quelques cas, hors de celui-ci. C’est dire qu’en acceptant de faire partie du comité scientifique de Travail et Apprentissages, ses membres s’engagent à participer à la vie de la revue en y apportant leur expertise.

17Nous soumettons un article à deux experts choisis, autant que possible, sur les critères suivants : un expert familier du contenu de l’article (domaine, problématique, théories, méthodologies mises en œuvre) et un expert plus éloigné de celui-ci.

7 Inscription dans un contexte économique en transformation

18Les sept ans de fonctionnement de Travail et Apprentissages ont été marqués par l’évolution du contexte dans lequel se situe la revue. Nous tenons à mentionner en premier lieu l’évolution de la recherche, matérialisée par la multiplication des institutions de recherche, d’ingénierie et de formation qui adoptent des orientations rencontrant les nôtres, c’est-à-dire s’intéressant à la relation entre le travail et l’apprentissage dans une visée d’amélioration des dispositifs, des programmes et des situations de formation professionnelle (Mayen, 2014). C’est dans ce milieu et dans ce contexte que Travail et Apprentissages trouve ses lecteurs et ses contributeurs. Toutefois, la pression économique exercée sur le monde du travail fait apparaître de nouvelles problématiques qui viennent bouleverser le fonctionnement de notre revue.

8 L’exigence de publication

19Les chercheurs et les enseignants-chercheurs se sont vus confrontés à de nouvelles exigences de production scientifique. Aujourd’hui, dans la plupart des pays, la gestion des carrières des chercheurs et des enseignants-chercheurs est totalement dominée par l’exigence de la publication. Cette exigence est de nature quantitative. Ce qui est comptabilisé c’est le nombre d’articles publiés dans des revues classées et le nombre de fois où un article bénéficie d’une référence ; les autres formes de production de la connaissance sont nettement moins valorisées. À cette aune beaucoup des chercheurs les plus prestigieux dans différentes sciences auraient fait une bien piètre carrière !

20Cette exigence de publication produit des effets que ressent Travail et Apprentissages. Nous tenons à souligner ici plusieurs déviances constatées. Premièrement, nombre d’articles qui nous sont proposés ont déjà été refusés par d’autres revues ou ont déjà été publiés (dans quelques cas, le changement du titre et quelques retouches mineures permettent de donner un nouveau visage à un article). Deuxièmement, une même recherche est exposée de façon fractionnée à travers plusieurs articles sans que ce fractionnement n’ait d’autre justification que la multiplication des références. Troisièmement, les numéros thématiques qui nous sont proposés comportent des textes qui se révèlent d’un trop faible niveau pour être publiés, mais qui, portés par le responsable d’un dossier qui justifie une cohérence globale, tente de leur donner une chance de publication.

21Ces faits nous amènent à penser que, certes, les revues classées ont pour contrainte de respecter les règles de fonctionnement édictées par les instances régissant la communauté scientifique et de se soumettre à l’évaluation de celles-ci, mais qu’en retour, ces revues, partie prenante du fonctionnement de la communauté scientifique, puissent jouer un rôle, au moins consultatif dans la conduite de ce fonctionnement. Le débat conduit il y a quelque temps par l’AECSE a été à cet égard fort intéressant. Nous pouvons espérer que l’initiative et la tenue de ce symposium auront des suites. Par exemple, que les colloques de sciences de l’éducation inscrivent assez régulièrement à leur ordre du jour la question de la publication.

9 Le fonctionnement des experts-évaluateurs

22L’expertise en double aveugle réalisée par quelqu’un d’incontestable est pour nous une exigence. Les évaluateurs de la revue sont des chercheurs dont les compétences sont reconnues et validées par la communauté scientifique. Ils occupent ou ont occupé des fonctions éminentes et leur activité est importante et abondante : activité de recherche, de direction de recherches, d’enseignement, charges administratives. Ils sont fortement sollicités et, par conséquent, leur emploi du temps est particulièrement chargé. Il leur arrive assez souvent de se voir obligés de décliner une demande d’expertise ou d’allonger assez considérablement les délais de remise de leur expertise. La gestion de la revue s’en trouve perturbée. On pourrait envisager un autre type d’organisation dans lequel un comité de rédaction assez large, d’une douzaine d’experts, prendrait en charge le processus. Le fonctionnement du processus éditorial en serait facilité, mais ceci pourrait générer deux difficultés. La première c’est que les membres de ce petit groupe d’experts verraient leur charge de travail fortement accrue. Dans la situation actuelle, cela semble assez peu réaliste puisque ce travail ne pourrait recevoir qu’une reconnaissance limitée. La deuxième c’est qu’il pourrait y avoir un risque de constitution d’une norme de pensée préjudiciable à l’ouverture qui est la nôtre. Cette difficulté, si la solution du comité de rédaction d’experts était mise en place, nécessiterait le recours assez régulièrement à des contre expertises de la part de membres du comité scientifique.

10 Le souci de scientificité

23Comme toutes les revues classées en sciences de l’éducation, Travail et apprentissages se présente comme une revue scientifique. La fiche que nous demandons aux experts de remplir lors d’une expertise présente un certain nombre de critères d’évaluation. Toutefois, nous avons des interrogations : Cette fiche est-elle assez fonctionnelle ? Son contenu est-il assez précis et rigoureux ? À partir du moment où un article est jugé positivement par rapport à ces critères, cela en garantit-il la scientificité ? En tant que revue scientifique reconnue, volens nolens, nous participons à la construction de quelque chose que l’on pourrait appeler la science didactique. C’est pourquoi nous insistons auprès de nos auteurs sur l’importance de cette question et avons publié plusieurs articles, qui, en abordant la question des méthodes mises en œuvre dans les recherches en didactique professionnelle apportent quelques contributions à ce débat (voir par exemple l’article de Patrick Mayen dans le numéro 13).

24La question de la scientificité est pour nous liée à celle de l’impact de ce que nous publions sur les pratiques de formation et d’ingénierie. À cet égard, nous constatons que le paysage est assez contrasté selon les domaines professionnels. Nombre des articles publiés par Travail et Apprentissages témoignent de liens et d’une fécondation mutuelle entre certains domaines, c’est dans le champ de la formation et du travail des enseignants que les relations entre recherches didactiques et travail enseignant sont le plus souvent bien ténues. La publication en France durant ces dernières années d’un certain nombre de livres sous la plume d’enseignants (en général extrêmement critiques envers l’institution) faisant le procès des « sciences de l’éducation » en général et plus particulièrement de la « didactique », la couverture médiatique dont ils ont bénéficié, témoignent de ce hiatus profond. Une revue scientifique ne peut se désintéresser de ce qu’il advient de l’usage (ou du non-usage) social, voire économique des travaux qu’elle publie. Le numéro 9 de notre revue dirigé par Isabelle Vinatier (université de Nantes), Sabine Kahn (université libre de Bruxelles) et Laurent Filliettaz (université de Genève) présente un gros dossier intitulé : « Formes et rôles des processus collaboratifs entre chercheurs et professionnels de la formation : pour quelle efficacité ? » La réception très positive de ce numéro (une de nos meilleures ventes, en dehors de nos abonnements) nous fait penser que la question est particulièrement cruciale.

11 Quel avenir ?

25Travail et Apprentissages est une revue indépendante, pilotée par une équipe de trois personnes. Elle n’est l’organe d’aucune institution, elle est indépendante économiquement, elle ne reçoit aucune subvention. C’est un choix qui a été fait et que nous avons pu maintenir jusqu’à présent au prix d’un investissement bénévole de ses responsables.

26À l’intérieur des Éditions Raison et Passions qui en assurent la publication et la diffusion, son budget est équilibré malgré un prix de l’abonnement — modeste — qui reste stable depuis le premier numéro. Nous assurons une diffusion gratuite auprès des membres du conseil scientifique ainsi que des auteurs. Toutefois, les raisons de nous interroger sur son avenir ne manquent pas. Elles sont de deux ordres, en partie liées. Les unes concernent le fonctionnement éditorial, les autres notre environnement.

27Pour ce qui est des interrogations concernant le fonctionnement, nous avons pointé plus haut la question de la disponibilité des membres du comité scientifique dans leur qualité d’experts ainsi que des responsables de la revue. Il faut y ajouter des difficultés liées à la diffusion. On assiste depuis quelques années à une évolution importante des circuits de diffusion de l’imprimé (livres, revues papier). Le secteur de la librairie ne se porte pas bien. Des librairies de sciences humaines (ou les rayons qui y sont consacrés dans les librairies généralistes) disparaissent. Dans Paris, trois librairies diffusaient Travail et Apprentissages de façon régulière et significative pour notre budget : en deux ans, deux ont fermé. Par ailleurs, en ce qui concerne les abonnements qui pour la plupart sont le fait d’institutions (universités, hautes écoles, associations de formation professionnelle), les lois du marché leur imposent de passer par des appels d’offre qui sont emportés par des officines dont le fonctionnement n’est pas fait pour nous faciliter la tâche. Ces agences d’abonnement sont, pour beaucoup, des entreprises avec lesquelles les relations sont difficiles et génèrent des frais superflus : elles sont basées aux USA (Alabama), en Angleterre, aux Pays-Bas, en Allemagne, etc. avec des bureaux qui se délocalisent assez souvent. Le suivi de la gestion des abonnements en est bien compliqué.

28En ce qui concerne ce que nous avons désigné plus haut par « notre environnement », plusieurs facteurs nous paraissent devoir être considérés : l’état des institutions de recherche, d’ingénierie et de formation et l’évolution des règles de leur fonctionnement. Leurs budgets (à des degrés divers selon les pays, mais c’est une tendance générale) se réduisent et le volume consacré aux abonnements à des revues subit une forte pression. Les règles (dont nous parlions plus haut) de gestion des carrières des enseignants-chercheurs se généralisent et créent des contraintes qui nous imposent des limites.

29Pour répondre à leur besoin de publication, le monde de l’édition a adopté des changements importants, tels que le développement de l’édition numérique et la mise en question de la réglementation régissant en France le droit d’auteur. La question de la propriété intellectuelle est en train d’être revisitée en France sous la pression à la fois de grands groupes internationaux de l’édition, d’agents littéraires, qui, sur le modèle des règles du monde anglo-saxon, visent à créer une profession intermédiaire entre auteur et éditeur. Par ailleurs, mus par la volonté de certains auteurs et labos de recherche, de se libérer des contraintes liées à la publication dans des revues, on voit apparaître des plates-formes de publication en libre accès que la numérisation des écrits et la mise en ligne rendent possibles.

30Cela ne va pas sans nous interroger : faut-il dès maintenant programmer la mort des revues (qu’elles soient sur support papier ou en ligne) ? Quid alors des procédures de validation, de classement, donc de gestion et d’organisation des institutions de recherche, d’enseignement supérieur et de leurs personnels ? Ou faut-il considérer ces publications en libre accès comme de la simple littérature grise ? Ce que nous pouvons constater c’est que, dans les domaines où à la fois la main-mise sur les revues par des groupes d’édition internationaux et les retombées économiques que peuvent générer les recherches — en médecine, et dans les sciences du vivant en particulier — le nombre de labos qui adhèrent à une plate forme en libre accès augmente (voir la plate forme HAL, ainsi que l’article publié dans le numéro du Nouvel Observateur du 14 au 18 mai 2014). Est-ce une façon de tenter d’échapper à ces contraintes du marché ? Il faut espérer que rien de plus ne se cache derrière ce type d’initiative.

31Quoi qu’il en soit, on ne peut que constater que dans le domaine des sciences de l’éducation, les problèmes ne se posent pas de la même façon. Les revues francophones ne sont pas aux mains d’Elsevier ou d’une autre multinationale, il n’y a pas chez nous de Lancet ou de Nature qui rapportent des millions à leurs éditeurs, nos tarifs d’abonnement ne font que couvrir nos frais, nous n’y gagnons rien financièrement. Pour ce qui est de Travail et Apprentissages, il s’agit d’un outil, au service des chercheuses et des chercheurs, un outil indépendant.

32Pour compléter notre propos, nous reproduisons un échange de courriels récent :

Courriel reçu le 18 avril 2014 de la part d’un documentaliste

De : M.X
À : raison passions raison.passions@free.fr
Chère équipe éditoriale,
En vue de valoriser les travaux de recherche réalisés au sein de nos laboratoires et d’en accroître le taux de citation, nous diffusons sur notre plate-forme d’archive ouverte XXXX et sur l’archive nationale HAL les publications déposées par nos chercheurs. Nous souhaitons en effet diffuser sur notre site le texte intégral (version auteur sans mention d’édition) de l’article : « ................. » de MM XX paru dans le no 11 de la revue « Travail et Apprentissages ».
La mise en ligne des documents dont vous êtes l’éditeur est réalisée en l’absence d’information précise concernant votre politique de diffusion en archive ouverte figurant sur votre site Internet ou sur le site Sherpa/Romeo
www.sherpa.ac.uk/projects/sherparomeo.html
Pour plus d’informations, notre site web est accessible à l’adresse
Cordialement,
Staff (sic !) xxxx

Notre réponse :

Le 18 avril 2014
Monsieur,
Publier une revue classée demande beaucoup de travail, une grande rigueur et coûte cher, même si beaucoup de travail est fait bénévolement. C’est par les abonnements et la vente au numéro que nous pouvons continuer d’être au service des chercheuses et chercheurs (c’est en publiant dans des revues comme la nôtre qu’ils assurent leur carrière). La mise en ligne gratuite des articles que nous publions tuerait la revue et priverait ainsi les auteurs d’un lieu de publication reconnu par les instances de classement. Tous les articles publiés par Travail et Apprentissages sont dûment référencés. Très prochainement ils pourront être achetés, article par article, sous forme numérique. Sur le site de la SARL Éditions Raison et Passions éditeur de la revue, détentrice des droits, chacun peut avoir accès librement aux résumés des articles.
Nous n’accordons d’autorisation de reproduction ou de traduction qu’au cas par cas et dans un cadre limité clairement défini. Bien entendu, contrairement à ce que vous voulez imposer, l’origine de tout article doit impérativement être mentionnée. Nous appliquons ainsi les règles de droit. Nous nous étonnons qu’en l’absence de toute autorisation, vous ayez décidé, apparemment, de publier un article issu de Travail et Apprentissages... et, de plus, sans citer la source.
Claude Raisky
Directeur de la revue scientifique classée Travail et Apprentissages

33Au-delà de notre agacement devant cette négation des règles — pour une grande part tacites — de publication dans des revues classées, cet épisode doit nous inciter à réfléchir à ce que nous souhaitons, mais surtout à ce qui est utile dans le domaine des sciences de l’éducation. Pour ce qui est de Travail et Apprentissages, les Éditions Raison et Passions, éditrices de la revue, s’interrogent sur la nécessité d’établir un contrat de type éditorial avec les auteurs des articles publiés.

12 Quelques mots pour conclure

34La revue Travail et Apprentissages considère qu’elle doit assurer une triple fonction : favoriser, par la publication d’articles validés par la communauté scientifique (le processus d’expertise) la diffusion de la connaissance dans la communauté scientifique ; contribuer à la carrière des chercheuses et chercheurs — en particulier les jeunes — en publiant leurs travaux dans une revue classée ; assurer une visibilité la plus large possible aux résultats de la recherche pour un usage de ceux-ci par les praticiens du domaine ainsi que par les décideurs.

35Nous pensons que ces trois fonctions sont inséparables et doivent être mises en œuvre. En ce qui concerne la troisième, les moyens de la réaliser nous échappent en grande partie puisqu’elle est tributaire de médiations étrangères à la revue, mais nous pouvons néanmoins la favoriser à travers la diffusion de la revue au-delà des seuls milieux de la recherche.

Annexe 2 : fiche d’évaluation proposée aux experts

Rapport pour le comité de rédaction de Travail et Apprentissages No de l’article :

Titre de l’article :

Rapporteur : (le nom sera effacé pour transmission à l’auteur)
Le manuscrit est :

Publiable en l’état (modifications de forme)

Publiable, avec demandes de modifications mineures (possible retour aux relecteurs)

À reprendre pour nouvelle évaluation après modifications majeures (retour en comité de rédaction et aux relecteurs)

Non publiable (cause faible niveau/sujet trop éloigné de la revue)

L’article apporte-il une contribution intéressante dans son domaine ?

La structure de l’article est-elle pertinente :

L’introduction comporte-t-elle : un enjeu social en lien avec travail et apprentissages / une problématique claire / un angle d’attaque précis / le plan ?

Le sujet est-il situé correctement dans son contexte : théorique/historique/institutionnel ?

La structure générale de l’article est-elle satisfaisante : cohérente/manifeste/équilibrée ?

La conclusion est-elle reliée à l’enjeu / à la problématique / au corps du texte / les points saillants ressortent-ils ?

La bibliographie : est-elle pertinente ?

Le corps de l’article est-il satisfaisant :

Les théories et les modèles mobilisés ?

La définition des concepts clés ?

Les argumentations : cohérence / fluidité / de quelle manière sont-elles articulées à des données ?

Les résultats sont-ils clairs, intéressants et leur intérêt suffisamment mis en valeur ?

La méthode est-elle bien développée :

Échantillon, origine des données : définis en détail ?

Les extraits d’entretiens sont-ils contextualisés (âge, statut, sexe, niveau de formation, expérience...) ?

Modèles, instruments : informations sur la validité et la significativité ?

Annexes

Annexe 1 : Consignes aux auteurs

Processus

Sur la base des rapports de deux experts, le comité éditorial prend une décision dont il rend compte à l’auteur. Quatre cas sont envisagés. Si l’article est classé en 2 ou 3, demande est faite à l’auteur de le revoir. Il sera définitivement accepté après relecture du texte modifié.

  1. Publiable en l’état (modifications de forme éventuellement) : article accepté.

  2. Publiable, avec demandes de modifications mineures (possible retour aux relecteurs).

  3. À reprendre pour nouvelle évaluation après modifications majeures (retour en comité de rédaction et aux relecteurs).

  4. Non publiable par Travail et Apprentissages (cause faible niveau/sujet trop éloigné de la revue).

Consignes de présentation

Longueur

Sauf accord explicite avec la rédaction, les articles devront faire entre 15000 et 40000 caractères (espaces non compris).

Forme

Pour la soumission, texte sous word avec un titre, un résumé, des mots-clés ; une fiche sommaire sur le ou les auteurs. On se limitera à trois niveaux de titres et sous-titres.

La version finale de l’article devra être remise sous deux formes :

— une version présentée telle que le ou les auteurs le souhaitent (titres, sous-titres, etc.)

— une version au kilomètre sans aucune « feuille de style ». ceci pour faciliter le travail de mise en pages... qui est réalisée bénévolement.

Le résumé 600 à 1000 signes maxi ; mots-clés 5 maxi ; la vérification orthographique devra être faite avant la soumission de l’article. En anglais : un titre, un résumé, des mots clés (en bon anglais).

Bibliographie

À établir selon les normes APA. Vérifier la correspondance entre appels dans le texte/références données (pas de copié-collé de biblios). Par ailleurs, il est recommandé de ne pas multiplier les références. Il est difficilement compréhensible qu’un article de 12 pages soit suivi d’une biblio de 4 ou 5 pages. Souvent en effet, lorsqu’elles se multiplient ainsi, les références données n’éclairent pas le propos.

Images

Si le texte comporte des images, elles devront être fournies en noir/blanc sous .jpg en avec une définition de 300 dpi (ces points sont très importants pour une bonne lisibilité).

La taille de ces images ne doit pas dépasser 12 × 19 cm.

Tableaux et schémas

Il est parfois difficile de faire tenir dans la page les tableaux et les schémas.

Ils ne doivent pas dépasser 12 × 19 cm. Exceptionnellement, un tableau pourra être au format « à l’italienne » (« paysage » sous Word). Attention au « grisé » : obscurcit plus souvent qu’il n’éclaire. Pas de couleur.

Notes

Les notes doivent être mises en bas de pages et non en fin de texte.

N.B. : Tout article proposé doit être un article original et non un article déjà publié, plus ou mois modifié et dont on a changé le titre.

Le lectorat :

Ce projet d’article s’adresse :

prioritairement à

est susceptible d’intéresser

Chercheurs, enseignants

Cadres des administrations publiques

Professionnels de la formation

Professionnels de l’information et de l’orientation

Responsables d’entreprises

Autres :

Résumé en quelques lignes de l’article en dégageant son intérêt principal

Commentaires et recommandations à l’auteur

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search