Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Première partie. Présentation des revues

4. Éducation et socialisation

Les cahiers du CERFEE1 ou les métamorphoses d’une revue

Richard Étienne et Roger Monjo

Texte intégral

  • 1 Adresse mél de la revue : educationetsocialisation@univ-montp3.fr.

1Le CERFEE, présenté comme un centre d’études et de recherche sur l’enfance, a été créé en 1982 par des enseignants-chercheurs de l’université Paul-Valéry (UPV) de Montpellier venus de diverses disciplines et appartenant à différentes Unités de formation et de recherche (UFR) : philosophie, psychologie, histoire, littérature anglaise. Le premier président en est Michel Jouhaud, psychologue, et le premier rédacteur en chef de la revue, André Guillain, psychologue lui aussi. Ce groupe a eu dès l’origine le souci de la pluridisciplinarité et le désir de travailler avec différents milieux professionnels liés à l’enfance et à l’éducation. Comme il organisait des journées d’études, ses premières publications à partir de 1988 en présentaient les communications pour aller au-delà du public réuni. Ses activités principales (journées d’études, revue, universités d’été) ont toujours témoigné de sa volonté de développer des recherches en liaison avec les différents milieux professionnels (réflexion sur les pratiques et prise en compte des problèmes concrets liés aux différentes institutions de l’enfance et de l’éducation). Nous étudierons d’abord son développement avec les aléas qui ont marqué les trois dernières décennies puis nous explorerons le présent et le futur de cette revue aujourd’hui identifiée dans le paysage scientifique, même si nous estimons qu’elle doit encore gagner en notoriété et contribuer davantage au développement de sciences de l’éducation ainsi qu’au dialogue avec les professionnels de l’éducation et de la formation, voire élargir son audience aux métiers de la relation humaine.

1 Du sigle au nom, les avatars d’une revue portée par des pionniers

2La création des sciences de l’éducation à l’UPV (1990), et, au même moment, la mise en place et le développement des Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) ont infléchi les buts du CERFEE : il s’est défini plus nettement comme un lieu de réflexion sur la formation que comme un lieu de formation, un centre de recherche universitaire classique, plus qu’un centre de ressources pour les professionnels de la formation. La présidence a été assurée par Yveline Fumat, première professeure de l’UPV, mais le rédacteur en chef demeurait André Guillain. Il est vrai que la parution, patronnée par l’université Paul-Valéry, n’a été régulière qu’à partir de 1990 (voir la liste des numéros en annexe).

3En 1997, avec le développement des sciences de l’éducation, le CERFEE est devenu clairement le Centre de recherche du département des sciences de l’éducation. Il a fixé un thème de recherche commun : la socialisation démocratique ; l’a décliné selon quatre axes avec une approche multi-référentielle : socio-politique, psychanalytique, esthétique, didactique. En 1998, il est devenu une composante de l’Institut de recherches sociologiques et anthropologiques (IRSA, équipe d’accueil 3025) de Montpellier 3. Le directeur en est Michel Tozzi, et Roger Monjo devient rédacteur en chef de la revue, ce qui termine l’opération de rapatriement des Cahiers sur le département. Les résultats de l’équipe de recherche sont publiés dans la revue Les cahiers du CERFEE, présentée sous sa nouvelle forme en 1998 et diffusée par le service des publications de l’université Paul-Valéry de Montpellier 3.

4Mais les ambiguïtés liées à l’existence d’une équipe de recherche à l’IUFM (co-habilitée avec Montpellier 2) qui est reconnue par le ministère en 2002 (EA 3749) incitent les enseignants-chercheurs à passer une convention de coopération. Elle est signée avec le Laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation, formation (LIRDEF), équipe d’accueil de l’IUFM de Montpellier. Sont prévues des actions en matière de recherche, de manifestations et publications scientifiques, d’enseignement et de formation. En décembre 2004, le CERFEE fusionne avec le CERFOR (Centre de recherche sur la formation des adultes de l’université Montpellier 3) et devient le Centre de recherche sur la formation, l’éducation et l’enseignement, intégrant pleinement la dimension de la formation continue, d’où ses deux axes majeurs qui sont dénommés socialisation démocratique et socialisation professionnelle. Le CERFOR (Centre de Recherche modèles et technologie de la FORmation), avait été créé en 1990 par des enseignants-chercheurs, des cadres et des responsables d’organismes de formation conduisant des travaux de recherche sur les politiques, les dispositifs et les processus de formation et de socialisation professionnelle.

5En octobre 2007, Richard Étienne succède à Michel Tozzi comme directeur du CERFEE qui, après un refus de dossier de jeune équipe, fait le choix, en décembre 2007, de rejoindre le LIRDEF, EA 3749. Un dossier de double habilitation, Montpellier 2 et 3, est déposé et obtenu pour le contrat suivant. Les membres du CERFEE intègrent ou non une composante du LIRDEF mais le CERFEE poursuit ses activités comme centre de recherche de Montpellier 3 jusqu’en 2011 où il est décidé de mettre fin au CERFEE, mais de préserver la revue dont le comité de rédaction est dès lors constitué par des membres du LIRDEF tout en maintenant son statut de revue scientifique. Elle n’est pas l’émanation du LIRDEF mais elle lui est adossée (voir le chapitre d’Étienne dans cet ouvrage). Le comité de rédaction s’étoffe pour accueillir deux représentants de chaque composante du laboratoire qui en compte quatre, ainsi que son directeur. Pour assurer la continuité, Roger Monjo et Richard Étienne continuent d’assurer la rédaction en chef et la direction de la publication. À partir de 2012, les comités de rédaction se tiennent à l’IUFM et l’intitulé de la revue change avec le passage sur revues.org qui suggère de trouver un titre plus évocateur. Il est décidé qu’elle s’appellera Éducation et socialisation. Par souci de continuité, le sous-titre est repris à l’ancien intitulé et marque la volonté de conserver l’identité en restant Les cahiers du CERFEE. Mais, comme il n’y a plus de centre, l’acronyme est ainsi décodé : Chercheurs et recherches en formation, éducation et enseignement. La revue adopte un nouveau rythme de parution avec trois numéros par an.

6Ainsi, la revue qui est antérieure à l’équipe de recherche de l’UPV lui a survécu et peut intéresser de futurs chercheurs sur ce type d’objet car elle a vécu trois métamorphoses : d’abord pluridisciplinaire et liée à la petite enfance, elle s’est recentrée sur les sciences de l’éducation avant de prendre en compte les nombreuses interrogations liées à la formation initiale et continue. L’enjeu n’est plus alors de développer une identité qui est maintenant confirmée par le nouveau titre ni de changer d’objets puisque les socialisations démocratique et professionnelle sont la cible principale que nous poursuivons. Notre objectif devient celui de cet ouvrage, à savoir renforcer la notoriété et la diffusion en enrichissant nos relations avec les autres publications.

2 Assurer le présent en pensant l’avenir

  • 2 www.lirdef.univ-montp2.fr/cerfee/spip.php?rubrique120.
  • 3 L’impression à la demande consiste à commander en ligne l’impression et la livraison d’un certain n (...)

7Notre revue figure depuis 2010 dans la liste publiée par l’AERES. Soutenue et publiée par les Presses universitaires de la Méditerranée (PULM), elle s’est donné une ligne éditoriale construite autour de cette double orientation en matière de socialisation démocratique et professionnelle. Elle a été l’objet en 2013 d’une nouvelle évaluation qui a permis de confirmer son statut de revue AERES qui est reconnu par la 70e section du CNU. Comme elle est disponible depuis 2013 sur le site revues.org, son nouveau titre d’Éducation et socialisation, qui conserve Les cahiers du CERFEE comme sous-titre, réaffirme l’identité forgée au fil des 32 numéros imprimés dont les 15 premiers sont accessibles sur le site du LIRDEF2. Les numéros 16 à 31 sont encore diffusés sous forme imprimée et sont destinés à être progressivement mis en ligne. Actuellement, seuls les numéros 31 à 40 sont en accès libre, en ligne sans possibilité toutefois de téléchargement ou d’impression à la commande3. On y voit apparaître de nouveaux sujets de recherche, même si la socialisation, démocratique ou professionnelle demeure le fil conducteur :

  • le numéro 31, encore disponible sur support imprimé mais aussi consultable sur revues.org, datant de 2012, a été coordonné par Emmanuelle Annoot et Richard Étienne et il porte sur l’égalité des chances, universités et territoires, il a été mis en ligne en septembre 2014,

  • le numéro 32 a été le premier mis en ligne en 2013 et il porte sur la petite enfance, avec présence de varias ; sa coordination a été assurée par Roger Monjo et Yveline Fumat,

  • le numéro 33 a été coordonné par Christian Reynaud sur le thème de l’éducation à l’environnement et il a été publié en 2013,

  • le numéro 34, publié lui aussi en 2013 et coordonné par Sophie Baconnet, est entièrement composé de varias avec présence de deux recensions,

  • le numéro 35 sur le stage en formation a été réalisé par Souâd Denoux (CRF du CNAM) en liaison étroite avec Phronesis et l’IRPE, mais aussi Philippe Maubant (université de Sherbrooke) et Emmanuel Triby (université de Strasbourg) et il a été mis en ligne en juin 2014,

  • le numéro 36 (octobre 2014) porte sur les éducations à ; il a été préparé par Hélène Hagège et Christian Reynaud avec Michel Fabre et Recherches en éducation de Nantes,

  • le numéro 37 (février 2015) se propose de penser les pratiques d’enseignement après/avec Bourdieu : quels héritages pour les jeunes chercheurs en éducation ? Pascal Roquet, Marie-Pierre Chopin et Gwénael Lefeuvre en ont été les responsables,

  • le numéro 38 (juin 2015) se penche sur la question suivante : accompagner le changement de la maternelle à l’université : un métier émergent ? La coordination a été assurée par Patrick Mayen et Loïc Braida,

  • le numéro 39 (octobre 2015) porte sur les effets des pratiques à visée philosophique à l’école primaire et dans l’enseignement spécialisé : du côté des élèves, du côté des enseignants ; il a été coordonné par Edwige Chirouter et Michel Tozzi.

  • le numéro 40 (février 2016), explore les reconfigurations de l’éducation par la prise en compte du care, il a été piloté par Pierre Usclat (UCO Angers), Renaud Hétier (UCO Angers) et Roger Monjo,

8Nous pouvons donc constater que de nouvelles réalisations se mettent en place : la sensibilité aux problèmes contemporains sous un angle éducatif (éducation à l’environnement), le partenariat avec des revues du champ (Phronesis, Recherches en éducation) et des laboratoires (le CRF du CNAM, l’IRPE de Sherbrooke et le CREN de Nantes). Ces inflexions traduisent la volonté de s’inscrire dans une démarche de coopération avec les revues, les laboratoires et les chercheurs (Barbier, Fabre, Triby, etc.), tout en restant fidèle à nos origines liées au développement, parfois incertain, des sciences de l’éducation et de la formation à Montpellier comme au niveau national. Si l’on parcourt les numéros programmés, on peut compléter cette analyse par d’autres volontés, comme le recours à de jeunes chercheurs (sans exclure les anciens), l’ouverture à d’autres champs et ministères comme l’agriculture ou à des pratiques émergentes comme la discussion à visée philosophique :

  • le numéro 41 (juin 2016), reviendra sur la question des compétences transversales, il est suivi par Valérie Becquet (université de Cergy-Pontoise) et Richard Étienne,

  • le numéro 42 (octobre 2016) sera coordonné par Céline Avenel et Nassira Hedjerassi (de l’université de Reims et co-présidente de l’AECSE) et aura pour thème : De l’orientation à l’emploi, l’approche transversale du genre,

  • le numéro 43 (février 2017) se penchera sur l’architecture scolaire, il est piloté par Béatrice Mabilon-Bonfils, François Durpaire (université de Cergy-Pontoise) et Geneviève Zoïa,

  • le numéro 44 (juin 2017) portera sur l’éducation thérapeutique du patient et sera coordonné par Jean-Marie Barbier, Martha Arciniegas du CNAM et Souâd Denoux avec la participation de l’université Pierre et Marie Curie ainsi que l’EHESS.

9Ainsi, de nouvelles initiatives se développent et se confirment : la volonté de coopérer avec les publications qui sont en relation avec des laboratoires comme le CREN de Nantes ou le CRF du CNAM se traduit dans les faits par des avancées pragmatiques. Il n’est pas dans notre intention de nous contenter de ces innovations. Nous sommes disposés à nous inscrire dans le mouvement que traduit, entre autres, cet ouvrage car chaque revue doit conserver et faire connaître sa ligne éditoriale. Mais notre discipline éprouve aussi la nécessité d’inscrire ses publications dans sa politique globale au moment où se généralisent la licence sur trois ans et le lien très fort avec les masters de l’enseignement et de la formation. Différents encouragements sont adressés à la recherche en enseignement, que ce soit par la voie de l’administration de l’Éducation nationale ou par des recherches dans des champs aussi divers que les neurosciences ou la psychologie cognitiviste, pour ne citer que deux domaines qui tentent de capter l’attention des financeurs en privilégiant une approche monodisciplinaire alors qu’une pluridiscipline comme la nôtre débat depuis longtemps de la façon d’aborder les questions de manière co-disciplinaire (Blanchard-Laville et al., 1996) ou multiréférentielle (Ardoino, 1992). Nous sommes également conscients du fait que notre travail doit tendre à non seulement confier des responsabilités d’articles mais aussi de dossiers à des chercheuses et chercheurs d’une nouvelle génération (Sophie Baconnet, Marie-Pierre Chopin, Emmanuelle Annoot, Christian Reynaud, Hélène Hagège, Gwénaël Lefeuvre, Loïc Braida, Pierre Usclat, Renaud Hétier, Valérie Becquet et Céline Avenel), tout en prêtant attention à le faire en relation avec des chercheurs chevronnés dont les noms apparaissent dans les coordinations énumérées ci-dessus.

10Enfin, nous tenons à exprimer deux types de préoccupations. Les premières portent sur les expertises dont la négociation se révèle assez ardue en raison de la surcharge des personnes sollicitées. Une des conséquences de cette bonne volonté, contrariée par le manque de disponibilité et de temps, réside dans des commentaires parfois blessants pour les auteurs, ce qui nous impose de « traduire » ces éléments de jugement dans des termes plus acceptables pour leurs destinataires. D’autre part, même si les éléments obtenus par notre site de référence nous permettent de constater un fort volume de consultation, nous sommes encore en attente des recettes et de la part qui nous sera attribuée via notre éditeur, les PULM. Il s’agit en effet de bénéficier d’un minimum de recettes pour pouvoir effectuer les opérations nécessaires à la confection ainsi qu’à la communication sur nos publications. Nous le répétons et terminerons par là : c’est par le développement du lectorat sous ses différentes formes que nous inscrirons nos revues dans le paysage scientifique et professionnel français.

Conclusion

11Née du besoin de publication d’actes, notre revue, Éducation et socialisation. Les cahiers du CERFEE, a connu un développement parallèle à celui des sciences de l’éducation à la fin du vingtième siècle et elle a pris le tournant de la formation en l’articulant avec les effets de la transformation du supérieur liés à la mise en œuvre de « Bologne ». Enfin, le passage au numérique est l’occasion d’un effort sur la qualité et la diffusion d’une revue scientifique reconnue comme telle en 2010 et renouvelée par l’expertise de 2013.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ardoino J. (1992), « L’approche multiréférentielle (plurielle) des situations éducatives et formatives dans l’approche multiréférentielle en formation et en sciences de l’éducation », Pratiques de formation. Analyses, n° 25-26, Paris 8.

Blanchard-Laville Cl., Chevallard Y. et Schuber-Leoni M.-L. (1996), Regards croisés sur le didactique. Un colloque épistolaire, Grenoble, La Pensée Sauvage.

Annexes

Annexe : Les cahiers du CERFEE* : Les numéros parus depuis 1988

Depuis 2013, la revue s’intitule Éducation et socialisation. Les cahiers du CERFEE.

Cette annexe recense l’ensemble des numéros sortis dont certains sont consultables en ligne, de 1 à 15 sur le site du LIRDEF (www.lirdef.univ-montp2.fr/cerfee/spip.php?rubrique120) et à partir du 31 sur celui de Revues.org (http://edso.revues.org/​). Les numéros 16 à 30 seront progressivement mis en ligne. Ils sont actuellement en vente sur le site des Presses universitaires de la Méditerranée (les PULM).

No 1 : Communiquer, jouer, éduquer (1988) épuisé.

No 2 : Petite enfance (1989) épuisé.

No 3 : Formation, insertion, réinsertion (1989).

No 4 : Les enjeux éducatifs (1990) épuisé.

No 5 : Expression et structuration (1990) épuisé.

No 6 : Le corps/des corps (1991).

No 7 : Vivre l’école (1991).

No 8/9 : Éthique de l’intervention (1993).

No 10 : Temps, mémoire, écriture (1994).

No 11/12 : Socialisation et construction cognitive (1995) épuisé.

No 13 : Autisme et régulation de l’action (1996) épuisé.

No 14 : Que veulent les filles ? (coordination : Yveline Fumat, Leila Acherar, 1997).

No 15 : Vers une socialisation démocratique (coordination : Michel Tozzi, 1998).

No 16 : École/famille : quelles médiations ? (coordination : Yveline Fumat, Gérard Pithon, 2000).

No 17 : À la recherche d’une éducation esthésique : rudiments, affinités, enjeux (coordination : Alain Bouillet, 2001).

No 18 : L’éducation à la citoyenneté (coordination : Roger Monjo, 2002).

No 19 : La discussion dans l’enseignement et la formation (coordination : Michel Tozzi, 2003).

No 20 : L’analyse des situations, des pratiques, de l’action et du travail en éducation et en formation dans la perspective d’une socialisation démocratique (coordination : Richard Étienne, 2004).

No 21 : Autorité et socialisation démocratique. De la famille à l’école (coordination : Yveline Fumat, Roger Monjo, 2006).

No 22 : Autorité et socialisation démocratique (II). Reconfigurer l’autorité éducative (coordination : Michel Tozzi, 2007).

No 23 : Émotions, compétences émotionnelles et capital émotionnel (coordination : Bénédicte Gendron, 2007).

No 24 : Compétences et socialisation (coordination : Bénédicte Gendron, Pierre Hébrard, Philippe Prevost, 2008).

No 25 : L’orientation des filles et des garçons vers l’enseignement supérieur (coordination : Christine Fontanini, 2008).

No 26 : Sciences de l’éducation, pédagogie, formation : enjeux épistémologiques (coordination : Yveline Fumat et Roger Monjo, 2009).

No 27-28 : Les sciences de l’éducation et de la formation. Enjeux et perspectives (coordination : Jacqueline Fontaine, 2010).

No 29 : Recherches émergentes en éducation et en formation (coordination : Richard Étienne et Philippe Prévost, 2011).

No 30 : L’écriture en sciences de l’éducation : information, formation, transformation et Varias (coordination : Martha Boeglin et Alain Jean, 2011).

No 31 : Égalité des chances, universités et territoires (coordination : Emmanuelle Annoot et Richard Etienne, 2012).

No 32 : Petite enfance : représentations et pratiques (coordination : Yveline Fumat et Roger Monjo, 2012).

No 33 : Éducation relative à l’environnement/Éducation au développement durable — Varias (coordination : Christian Reynaud, 2013).

No 34 : Varias (coordination : Sophie Baconnet, 2014).

No 35 : Le stage en formation, tendances, résistances — Varias (coordination : Souâd Denoux, Philippe Maubant et Emmanuel Triby, 2014).

No 36 : Les éducations à (coordination : Hélène Hagège et Christian Reynaud avec Michel Fabre, 2014).

Cette liste est complétée et actualisée sur le site : http://edso.revues.org/​.

Notes

1 Adresse mél de la revue : educationetsocialisation@univ-montp3.fr.

2 www.lirdef.univ-montp2.fr/cerfee/spip.php?rubrique120.

3 L’impression à la demande consiste à commander en ligne l’impression et la livraison d’un certain nombre d’exemplaires d’une publication.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search