Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects de la critique musicale au XIXe siècle

 | 
Sylvie Triaire
, 
François Brunet

Berlioz

Hector Berlioz. Décédé le 8 mars 1869 ; enterré le 11 mars

Michaël Pakenham

Texte intégral

  • 1 Voir Marcel Dietschy, La Passion de Claude Debussy, ch. IV, « Mélomanes mégalomanes », À la Baconni (...)
  • 2 Consulter le catalogue de l’exposition du musée d’Orsay (17 avril-16 juillet 2000), La Dame aux éve (...)

1Cet hommage à Berlioz, publié dans La Chronique du 18 mars 1869, est signé d’un nom – Charles Erhardt – qui ne nous dit absolument rien, étant le nom écourté de Charles Erhardt de Sivry, né à Paris le 15 novembre 1848, fils d’un faux marquis décédé sans doute en 1849. Sa mère, après trois ans de veuvage, épousa Théodore Mauté qui se disait « Mauté de Fleurville ». De ce deuxième lit naquit le 17 avril 1853, une fille, Mathilde, qui deviendra Madame Paul Verlaine en 1870. Son demi-frère Charles, musicien doué, tenait ses dons de sa mère, excellente pianiste, qui eut le jeune Debussy comme élève avant son entrée au conservatoire1. Sivry apprit le piano à cinq ans, le violon à douze et le violoncelle au Conservatoire en un temps record (entré dans la classe de Chevillard le 5 avril 1867, il fut rayé le 1er octobre suivant !). Il jouait d’autres instruments et fut un excellent timbalier. Autrement dit, Sivry était un autodidacte. Sa première composition l’amena à fréquenter le salon de Nina de Callias2 où il se trouvait en la compagnie de Charles Cros et de ses frères, du médecin Antoine, du sculpteur Henry, d’Anatole France, de Camille Pelletan, de François Coppée, de Verlaine évidemment, de musiciens distingués tels que le violoniste Sivori et le violoncelliste Seligmann, et de compositeurs – un nommé Péru tombé dans l’oubli, un autre devenu célèbre, qui n’était autre que Chabrier. Un journaliste, Edmond Lepelletier, futur biographe de son condisciple Verlaine, ne manqua pas de glisser un écho dans Le Nain Jaune du 1er juillet 1869 à propos de la première audition publique d’une version primitive d’un ouvrage qui connaîtra un grand succès cinq ans plus tard au théâtre des Délassements-comiques :

Nous avons entendu au théâtre des Jeunes Artistes, rue de la Tour d’Auvergne [...] une ronde extravagamment bouffe encore inconnue du public, mais qui a déjà été répétée plus d’une fois en cœur dans des ateliers et des salons amis, après un joyeux repas. Cela est intitulé : le Rhinocéros en mal d’enfant ou le Naturaliste dans l’embarras ! Je ne veux pas vous donner une idée de cette charge à outrance, prodigieusement réussie [...].
La musique, vive, originale, au rythme entraînant et destiné à la popularité rapide, est l’œuvre d’un jeune musicien de talent M. Charles Ehrardt, qui bientôt peut-être empêchera de dormir le grand maître Offenbach et le petit maître Hervé.

  • 3 La publication du journal fut interrompue le 29 mai 1898 ; Sivry mourut à Paris, le 15 janvier 1900
  • 4 Alain Mercier, « Un Conteur fantastique au temps du symbolisme : Charles de Sivry », Revue des Scie (...)

2Par la suite, Sivry composa plusieurs opérettes et pantomimes, sans oublier un ballet, Le Cœur de Sita (1891). Dans un autre genre, il mit en musique La Légende d’Hiram, symphonie maçonnique, donnée au Palais du Trocadero en 1878. Pour gagner sa vie, il fut longtemps pianiste au Chat noir où il fournissait également de la musique pour le théâtre d’ombres. Après la fermeture du cabaret, il passa aux Quat’z-Arts et publia dans le journal du même nom ses Souvenirs sans regrets, laissés malheureusement inachevés3. En fait, Sivry écrivait beaucoup – quelques monologues d’un humour froid récités par Coquelin Cadet, et une abondance de récits. Alain Mercier a consacré une étude au conteur fantastique4 qui ne manqua pas de contribuer à L’Initiation de Papus. Sa participation à Paris à l’Eauforte, dont il devint le gérant, n’est pas négligeable, mais c’est surtout au Progrès artistique, Journal musical et littéraire, auquel il collaborait régulièrement dès sa fondation en 1878, qu’il donna quantité de textes, critiques musicales, poèmes en prose, et des séries d’articles ou de contes : « Les musiciens des rues », « Paris-misère », « Les pauvres bêtes », « Contes de l’autre monde », etc. Il est particulièrement plaisant de constater qu’après son hommage à Berlioz de 1869, le premier texte signé « Charles de Sivry » du Progrès artistique prend son envol à partir de la Marche de Rakoczy de la Damnation de Faust.

Hector Berlioz

3Il y avait à l’église de la Trinité, jeudi dernier, un enterrement relativement mesquin, si la beauté d’un service funèbre doit être en raison directe de la valeur du mort. La France pourtant compte un trop petit nombre de compositeurs de génie pour ne pas prendre quelque souci lorsqu’elle perd un homme comme Berlioz.

  • 5 En effet, le septuor des Troyens avait été prévu mais l’organiste avait raté le signal d’entrée. À (...)

4Sa vie n’avait été qu’une longue suite de déboires et de désirs non satisfaits ; tout lui fut angle et entra dans sa chair. Parvenu au bout de sa vie, on l’entendit dire avec ce sourire sarcastique qui lui était propre : « On va donc maintenant jouer ma musique ! » Sa musique ! à peine a-t-on exécuté quelques mesures même à son enterrement5.

  • 6 Le Journal des Goncourt du 13 septembre 1888 révèle que Sivry avait quelque chose en commun avec le (...)

5Ce n’est ni une biographie que nous voulons faire ici, ni un portrait que nous voulons peindre ; cette biographie tous les journaux l’ont écrite, et quant au portrait, il est partout. La vie entière du maître est tout entière écrite sur cette figure pâle et attristée, qui, dans le dessèchement d’une vieillesse hâtive, garde encore les traces d’une beauté fine. Sur cette face exagérément nerveuse un trésor de souffrance est amassé. La vie n’y apparaît que réduite à la faible dose qu’il faut au génie pour se manifester. Le pli de la bouche s’est fait amer à cause de l’absinthe bue6. Et au travers de tout cela on retrouve le jeune homme enthousiaste qui écrivit par amour l’opéra de Roméo [sic], mais l’ironie domine et le pli de chaque ride est un sarcasme. L’imbécillité publique a fait ce ravage, puis, après l’avoir fait, elle le trouve malséant.

6Les contempteurs des idoles philistines, les hommes qui se sont révoltés contre la fatalité ne sont jamais sympathiques, n’ayant jamais été les plus forts. – Berlioz est un vaincu : la foule n’aime pas les vaincus.

  • 7 Hector Berlioz, Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, 1843.
  • 8 Son Traité général d’instrumentation date de 1837 (édition augmentée de 1844). Berlioz fit don de l (...)

7Les Allemands, qui nous sont quelque peu supérieurs, et comme musiciens et comme philosophes, ont appelé Berlioz le Beethoven français. Nous pouvons dire, sinon qu’il était plus que Beethoven, du moins qu’il a fait plus que lui pour l’art. Nous lui devons, outre ses compositions peu connues et mal notées, d’ailleurs, plusieurs ouvrages didactiques qui manquaient à l’art musical. Son plus remarquable à tous égards est son Traité d’instrumentation7, que tous les professeurs ont consulté pour faire les leurs. Avant lui, un seul musicien avait fait un semblable ouvrage, très beau au point de vue archéologique, mais fort incomplet à celui de la composition musicale. Georges Kastner8 ne s’était, en effet, occupé que de la description et de l’historique des instruments de musique.

8Berlioz a développé cette partie théorique et s’est de plus occupé d’indiquer de la façon la plus détaillée les difficultés de doigté et d’étendue de certains instruments que les compositeurs ne pouvaient guère connaître sans en savoir jouer ; de plus, il a traité de la partie toute spéculative de l’instrumentation, c’est-à-dire des effets résultants de la différence des timbres, non-seulement des divers instruments, mais encore des changements de registres dans un même instrument.

  • 9 Berlioz fut le critique musical du Journal des débats pendant trente ans ; il exprime son soulageme (...)

9Berlioz a ce signe caractéristique des génies d’avoir pu exprimer ses idées sous des formes très-diverses. – Génie conscient, il était doué d’un merveilleux sens critique et les Soirées de l’orchestre [1852], les Grotesques de la musique [18599] sont des pages qui témoignent en même temps d’une grande intelligence esthétique et d’un vrai talent d’écrivain.

10Mais viennent avant tout ses œuvres d’art, que le manque d’espace ne nous permet pas d’analyser avec l’attention religieuse et recueillie qui leur est due ; nous ne pourrons même les nommer toutes.

  • 10 La Damnation de Faust, voir Mémoires, ch. LIV.

11Bien avant le chef-d’œuvre de Gounod, Berlioz avait fait un Faust10 ; bien avant le maître applaudi, il avait admirablement compris l’immense poëme de Gœthe, et tous les types du poëte avaient été rendus par le musicien d’une manière frappante. Tout y était, jusqu’à l’élément comique. Il y a dans la Scène de la Taverne des rires de têtes de mort à faire frissonner, et la Chanson à boire se termine par un chant liturgique et par une fugue à la fois grotesque et géniale sur le mot amen. Le Faust de Berlioz est presque contemporain avec celui de Spohr ; ce dernier fort inférieur, du reste, même à celui de Gounod.

  • 11 La Fuite en Égypte date de 1850 et fut incorporée dans L’enfance du Christ quatre ans plus tard.

12La Fuite en Égypte11 est un oratorio plein d’effets tout nouveaux comme orchestration et comme contrepoint. Un pianiste nous disait en entendant cette œuvre : « Berlioz est le Chopin de l’orchestre. »

  • 12 Cette ouverture, la première composition orchestrale de Berlioz, marque l’achèvement de l’opéra en (...)

13L’ouverture des Francs-Juges12 n’a eu de succès qu’en Allemagne ; on devait s’y attendre ; c’était fatal ! nous ne sommes pas encore assez musiciens en cette terre classique du vaudeville pour apprécier [sic] la grande musique.

  • 13 Achevés en avril 1858, gravés à ses frais en 1861 ; seule la deuxième partie, Les Troyens à Carthag (...)

14Nous l’avons assez prouvé en consommant l’insuccès des Troyens13, œuvre où peut-être se trouvent pourtant des choses dignes de quelque attention ne seraient-ce que le duo principal et la romance sur le vaisseau.

  • 14 À Bade parce que Benazet, directeur des jeux de cette ville d’eau, avait commandé cet opéra-comique (...)

15Une petite partition en deux actes – Béatrice et Bénédict jouée à Bade14 par Montaubry, Prilleux, Mlles Monrose et Geoffroy, a été refusée avec enthousiasme à Paris, malgré son grand succès obtenu et certes mérité. C’est un chef-d’œuvre d’esprit et de finesse, et les concetti de Shakspeare [sic] ne pouvaient certainement trouver un plus excellent interprète.

  • 15 Aucun hymne de ce titre ne figure dans l’œuvre répertorié du compositeur. Le critique pense probabl (...)

16Citons encore de Berlioz l’Hymne aux morts de juillet15, chant splendide où l’artiste rêvait la liberté pour sa trop ingrate patrie.

17Cependant, vu le caractère simiesque et capricieux de notre nation, nous pouvons dire, maintenant que Berlioz est mort, que le nom d’un artiste illustre vient à dater de ce jour s’ajouter à la liste déjà si nombreuse de ses admirateurs.

18La gloire est la fleur des tombes.

19Charles Erhardt

Notes

1 Voir Marcel Dietschy, La Passion de Claude Debussy, ch. IV, « Mélomanes mégalomanes », À la Baconnière, Neuchâtel, 1962.

2 Consulter le catalogue de l’exposition du musée d’Orsay (17 avril-16 juillet 2000), La Dame aux éventails, Nina de Callias, modèle de Manet.

3 La publication du journal fut interrompue le 29 mai 1898 ; Sivry mourut à Paris, le 15 janvier 1900.

4 Alain Mercier, « Un Conteur fantastique au temps du symbolisme : Charles de Sivry », Revue des Sciences humaines, avril-juin 1967, p. 215-232.

5 En effet, le septuor des Troyens avait été prévu mais l’organiste avait raté le signal d’entrée. À la fin de la messe il joua La Marche de pèlerins (Harolde en Italie.)

6 Le Journal des Goncourt du 13 septembre 1888 révèle que Sivry avait quelque chose en commun avec le grand compositeur : « Retrouvé ce soir, chez Daudet, Sivry, le musicien, que j’avais rencontré autrefois chez Burty [...]. Le blanc de l’œil brillant d’un alcoolisé, avec quelque chose de fou dans l’allure, mais une immense mémoire musicale des musiques de tous les pays et de tous les temps, avec une prédilection pour les chants populaires [...] »

7 Hector Berlioz, Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes, 1843.

8 Son Traité général d’instrumentation date de 1837 (édition augmentée de 1844). Berlioz fit don de l’olographe de Roméo et Juliette à Kastner.

9 Berlioz fut le critique musical du Journal des débats pendant trente ans ; il exprime son soulagement en donnant sa démission dans la Postface de ses Mémoires.

10 La Damnation de Faust, voir Mémoires, ch. LIV.

11 La Fuite en Égypte date de 1850 et fut incorporée dans L’enfance du Christ quatre ans plus tard.

12 Cette ouverture, la première composition orchestrale de Berlioz, marque l’achèvement de l’opéra en 3 actes en septembre 1826. Craignant que le solo en bémol des trombones ne fût trop difficile à exécuter, Berlioz demanda l’avis d’un tromboniste de l’Opéra. Complètement rassuré, rempli de joie, en rentrant chez lui il ne regardait pas où il marchait et se donna une belle entorse. « J’ai mal au pied, dit-il dans ses Mémoires, quand j’entends ce morceau. D’autres, peut-être, ont mal à la tête. »

13 Achevés en avril 1858, gravés à ses frais en 1861 ; seule la deuxième partie, Les Troyens à Carthage, fut jouée de son vivant.

14 À Bade parce que Benazet, directeur des jeux de cette ville d’eau, avait commandé cet opéra-comique tiré de Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare, créé le 9 août 1862.

15 Aucun hymne de ce titre ne figure dans l’œuvre répertorié du compositeur. Le critique pense probablement à « l’Apothéose » de la Symphonie funèbre et triomphale.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540