Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Première partie. Présentation des revues

3. Quelle évolution de la politique éditoriale pour la revue internationale Les Sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle ?

Julie Delalande et Christine Seux

Texte intégral

1La revue internationale Les Sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, créée en 1967 par le professeur Gaston Mialaret, est une revue trimestrielle publiée actuellement par le Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE). L’ambition de la revue est de faire connaître, y compris au-delà des frontières nationales, les résultats originaux de travaux de recherche dans le champ de l’éducation, de la formation et de la socialisation. Si la revue bénéficie d’une certaine notoriété dans le paysage des revues internationales francophones de recherche en éducation, la question de la visibilité et de la qualité de la diffusion reste une des préoccupations centrales du comité de rédaction. Parmi les enjeux à soulever pour un bilan et un examen des perspectives autour de l’activité de la revue, cet article questionne trois points. Premièrement, la revue a choisi de conserver son approche générale des questions d’éducation ; le défi est alors d’échapper à l’éclectisme et au manque de visibilité que pourrait provoquer un apparent éparpillement. Deuxièmement, dans son travail au quotidien avec les auteurs, le comité de rédaction a pour mission non seulement de mettre en place une évaluation scientifique pertinente, mais aussi parfois de permettre à un auteur d’améliorer son article en fonction des remarques des experts. Jusqu’où doit aller l’accompagnement des auteurs ? Enfin, ces dernières années, le comité de rédaction a fait évoluer ses moyens de diffusion, par la mise en ligne de ses numéros récents sur le portail cairn.info et par la création d’une liste de diffusion. Cette évolution accompagne un changement des manières de travailler des chercheurs, tant auteurs que lecteurs, dans la mise en circulation et la recherche d’informations sur la toile. Quelles conséquences dans la manière dont le comité de rédaction se représente sa mission et participe à la diffusion de la recherche ?

1 Les Sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, une revue généraliste en sciences de l’éducation : historique, points de repère et choix éditorial

  • 1 G. Mialaret, « Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation en pays francophones », in V(...)

2La revue a une histoire portée par celle de la discipline. Sa création en 1967 par Gaston Mialaret vient accompagner la naissance des sciences de l’éducation comme discipline universitaire en France. En effet, c’est à la rentrée universitaire de 1967 que trois universités françaises, Bordeaux, Caen et Paris, reçoivent l’autorisation des autorités ministérielles de créer un cursus de sciences de l’éducation1. La première partie de son nom montre alors qu’une nouvelle attitude épistémologique est défendue, celle que les sciences de l’éducation sont une discipline à part entière et se distinguent de la pédagogie dont elle hérite. La seconde partie du nom de la revue rappelle qu’elle succède à la revue internationale d’éducation nouvelle Pour l’ère nouvelle, dont le premier numéro était paru en 1922 à l’initiative de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle. D’abord publiée aux éditions Didier, elle est, à partir de 1975, publiée par le Laboratoire de psycho-pédagogie de l’université de Caen, qui devient en 1985 le Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE).

  • 2 Le site dédié à la revue Pour l’ère nouvelle est consultable à l’adresse suivante : [www.unicaen.fr (...)
  • 3 A. Vergnioux (dir.), 40 ans des sciences de l’éducation. L’âge de la maturité ? Questions vives, Ca (...)

3La revue est donc un témoin de l’histoire de la discipline et souhaite honorer cet héritage de deux manières au moins. D’une part, en valorisant les numéros de Pour l’ère nouvelle par leur mise en ligne2, permettant ainsi que des chercheurs puisent dans ce patrimoine historique pour nourrir leurs réflexions. D’autre part, en continuant à soutenir l’unité de la discipline derrière son apparente diversité. Dans un colloque organisé par le CERSE en 2007 pour les quarante ans de la discipline, l’un des enjeux était de montrer que, si les sciences de l’éducation se sont constituées à partir de « disciplines mères », la psychologie, l’histoire, la sociologie et la philosophie de l’éducation, elles ont acquis, au fil de leur quarante ans d’existence, une certaine indépendance vis-à-vis de ces disciplines éponymes3. Faire de la recherche, en tant que sociologue de l’éducation par exemple, en sciences de l’éducation ou en sociologie n’est pas équivalent. Cela suppose des références à des auteurs et des concepts notamment, qui sont ceux de disciplines distinctes. Mais les préoccupations d’un chercheur sont plus largement fonction de l’histoire de sa discipline et de la manière dont il conçoit sa participation aux questions qui l’occupent. Ainsi, le fait qu’il existe aujourd’hui une génération de chercheurs issus d’un cursus complet en sciences de l’éducation est un élément fort dans la construction de la discipline.

4L’enjeu n’est pas seulement théorique. Car pour que la discipline continue d’exister, il faut que sa légitimité reste apparente pour les décideurs politiques. Si les chercheurs en sciences de l’éducation ne doutent pas de l’existence de cette discipline ni de son utilité pour porter des recherches scientifiques sur l’éducation, on sait que le ministère pose régulièrement la question de la pertinence à reconnaître une discipline qui ressemble à un agglomérat de disciplines autour d’un objet : l’éducation. Dans cette logique, il peut se demander pourquoi ne pas mener ces recherches en éducation dans les « disciplines mères » pré-citées.

  • 4 E. Prairat (coord.), « Normes et normativité dans l’éducation », Les sciences de l’éducation — Pour (...)
  • 5 C. Carra (coord.), « Renouveler les regards sur les violences à l’école », Les sciences de l’éducat (...)

5Les chercheurs du CERSE membres du comité de rédaction de la revue, sont porteurs de cette mission : continuer à faire apparaître l’enjeu épistémologique de la discipline. Tout l’intérêt d’une revue généraliste est d’embrasser l’ensemble des problématiques de la discipline. Dans sa politique éditoriale, le comité de rédaction veille ainsi à diversifier, d’un numéro à l’autre, les approches disciplinaires représentées (la philosophie dans son vol. 45, no 1-2 2012 coordonné par Prairat par exemple4). Il cherche aussi à constituer des numéros qui permettent le dialogue entre les « disciplines mères » sur des questions vives de la discipline, en profitant de la richesse qui découle d’un tel dialogue, comme sur la question des violences à l’école5.

  • 6 Vingt-huit années de recherche en éducation, Tables de la revue Les sciences de l’éducation — Pour (...)
  • 7 J.-P. Pourtois, H. Desmet, Épistémologie et instrumentations en sciences humaines, Liège, Pierre Ma (...)

6L’examen des tables thématiques de la revue témoigne de ce que recouvre la discipline comme champs ou micro-disciplines. Les premières tables thématiques de la revue ont été publiées en 1987 et recouvraient la période 1967-1987. Elles ont facilité la recherche bibliographique des chercheurs en éducation, ce qui était leur ambition. Mais elles ont aussi contribué à la réflexion épistémologique sur la discipline, en donnant à voir ses objets, ses référents et ses méthodologies, et leur évolution au fil des années. En 1995, de nouvelles tables sont constituées, qui portent sur la période 1967-19946. En plus de l’entrée thématique (16 entrées déclinées en sous-entrées), elles offrent un index chronologique, par auteurs et par mots clés. L’index par auteurs fait apparaître la diversité des horizons épistémologiques mais aussi géographiques dont proviennent les articles de la revue et donc les recherches en sciences de l’éducation. Le regard longitudinal que permet l’index chronologique fait ressortir la forte évolution de la discipline au cours de ces trente années. L’étude menée sur la seule décennie 1972-1982 par Jean-Pierre Pourtois et Huguette Desmet en témoignait déjà7. Elle cherchait à repérer les évolutions de la discipline du point de vue des « instrumentations » mobilisées, des théories sous-tendant les dispositifs empiriques et des disciplines d’ancrage, à partir de l’examen de trois revues : la revue américaine The Journal of Experimental Education et deux revues françaises, la Revue française de pédagogie et Les sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle. On le comprend, quand elles déclenchent des réflexions de chercheurs telles que celles exposées ci-dessus, les tables, outils apparemment anodins, contribuent à donner une visibilité à la discipline et à fournir des arguments à ceux qui veulent la défendre. Elles donnent à voir ce qui constitue la vie de la discipline.

7Dans son exercice quotidien, le comité de rédaction assume donc pleinement la particularité de la revue : celle de constituer un espace de construction de la discipline dans sa totalité. Elle se distingue donc d’autres revues qui, du fait de leur histoire ou de leurs choix éditoriaux, sont spécialisés sur une micro-discipline telle que l’éducation familiale, la formation ou la didactique. Mais de ce fait, au contraire de ces revues plus spécialisées, elle court le risque de donner l’impression à des lecteurs peu avertis de « manquer de caractère » en s’éparpillant sur tous les fronts. Face à ce danger, il semble que la constitution de numéros thématiques ou de dossiers, plus que de numéros varia, constitue un outil efficace. Le titre annoncé en couverture de numéro donne une visibilité à la question traitée, et la réunion de plusieurs contributions sur la question offre au lecteur un regard pluriel sur celle-ci ; elle en fait apparaître, si elle est réussie, la complexité et les enjeux. Aussi, dans la mesure du possible, nous cherchons à intégrer les articles varias que nous recevons dans les numéros thématiques, de manière à diminuer le nombre de numéros varias. La réunion sous une forme papier d’articles sans relation les uns avec les autres perd un peu plus son sens aujourd’hui, car elle n’apporte rien de supplémentaire à une consultation séparée de chaque article qui pourrait se faire en ligne, sur Internet. On voit comment la question de la mise en ligne comme moyen de diffusion, abordée plus loin dans cet article, influence des questions qui pourraient en être apparemment séparées.

2 Le travail quotidien d’un comité de rédaction avec les auteurs autour des versions successives : jusqu’où aller et quels sont les enjeux ?

8Dans son travail quotidien, le comité de rédaction de la revue Les sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle fonctionne d’une manière sans doute assez proche des autres comités de rédaction. Il reçoit des articles et se charge d’organiser l’évaluation de chacun d’eux par deux collègues compétents sur l’objet de l’article, après avoir rendu l’article anonyme. Ces collègues, membres du comité scientifique ou choisis en dehors de ce cercle en fonction des compétences requises, évaluent l’article en fonction de critères donnés par la revue et remettent leur rapport. Le comité de rédaction, au vu des deux rapports, prend la décision d’accepter tel quel l’article, de demander à l’auteur des modifications ou le refuse. Il peut aussi solliciter un troisième expert si les avis sont divergents et ne permettent pas au comité de se construire le sien.

9Nous aimerions ici examiner le cas des articles qui supposent des modifications pour être acceptés à la publication. Quels sont les effets sur l’auteur de ce travail de réécriture sous la direction d’experts anonymes eux aussi ? En particulier, si les chercheurs confirmés ont une certaine habitude d’être ainsi contraints à reprendre leur texte selon des critères qu’ils connaissent et pratiquent depuis qu’ils exercent, la situation est différente pour un jeune auteur dont l’écrit est l’un des premiers papiers qu’il soumet à un éditeur. Cette épreuve peut constituer un temps de formation, s’il accepte de jouer le jeu, qui l’aidera à maîtriser les codes et les attendus d’un article scientifique. L’anonymat des experts vise, entre autres, à ce que l’identité de l’évaluateur n’influence pas la réception par l’auteur des remarques faites. Il permet d’insister sur le fait que l’ensemble des rapporteurs a une manière commune d’évaluer un article.

10Ce travail de navette avec l’auteur suppose en effet de partager, entre membres du comité de rédaction et entre évaluateurs, une définition des attendus d’un article scientifique. Au moins amène-t-il à discuter des critères, au sein du comité de rédaction, qui définissent un article scientifique. Sa validité sur le plan scientifique repose sur la pertinence du cadre théorique. De plus, elle suppose, si l’article présente des données d’enquête, une méthodologie de recherche cohérente et une analyse des résultats convaincante. L’auteur doit montrer la portée scientifique de son article, sa contribution à la question qu’il traite et ce qu’il apporte aux problématiques intéressant les sciences de l’éducation. Enfin, les évaluateurs jugent la qualité de la rédaction, sa lisibilité et sa clarté, et finalement son respect des normes de mise en forme attendues et indiquées dans les consignes données aux auteurs, disponibles en ligne sur le site Internet de la revue. Les conseils de réécriture formulés à l’attention d’un jeune auteur l’aiguillent donc sur la manière de faire aboutir son écrit pour que la portée de son propos soit mise en valeur et que le chercheur place sa contribution à l’intérieur d’un champ de recherche référencé. Ils ne peuvent donc s’énoncer que si l’intérêt scientifique de l’article est évident pour les évaluateurs et encourage ces derniers à accompagner l’auteur pour mettre en valeur son travail. Les conseils doivent être suffisamment précis et explicites pour permettre au jeune chercheur de rédiger une nouvelle version de son article en mettant à profit les remarques des lecteurs évaluateurs.

11Mais pour qu’il soit disposé à travailler à cette nouvelle version et qu’il accepte les critiques qui lui sont faites, cela suppose en amont, quand il confie son article à la revue qu’il ait confiance dans le travail d’évaluation fait autour de son article. Il accepte d’autant plus les remarques qui lui sont faites qu’il a, de la rédaction, une image sérieuse et cohérente. Cette relation de confiance est possible s’il existe une transparence des procédures d’évaluation qui s’opère par leur description sur le site Internet de la revue, et par leur rappel dans les échanges qu’il a avec la revue. Mais son travail de réécriture dépend d’une part de la précision des remarques des évaluateurs qui doivent pointer dans le texte les passages à revoir, être explicites sur la manière de mieux argumenter son propos en lui conseillant, si besoin, des références à des auteurs. Ce travail dépend d’autre part de sa propre compréhension des remarques qui lui sont faites et de sa capacité à y répondre.

12L’auteur accepte d’autant plus de se soumettre aux exigences des évaluateurs qu’il considère que la publication de son article dans la revue lui apportera une visibilité et participera à construire sa notoriété de chercheur. Par conséquent, on comprend que ce processus d’évaluation et de réécriture autour d’un article dépend de l’autorité instituée de la revue.

  • 8 E. Prairat (2012), op. cit., p. 147-149.
  • 9 Voir en ligne : www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de-revues- (...)

13Si la revue fait autorité dans sa discipline, la publication du jeune auteur permet sa reconnaissance par la communauté scientifique et participe à lui donner les atouts nécessaires à sa qualification par le CNU (Conseil national des universités) aux fonctions de maître de conférences. De cette manière, sa publication contribue à « bâtir son avenir ». La responsabilité du comité de rédaction est donc engagée. Elle suppose une honnêteté dans son travail au quotidien, une déontologie. Pour Eirick Prairat, une perspective déontologique suppose d’agir de manière juste, c’est-à-dire non pas de promouvoir des valeurs mais de les honorer dans sa pratique8. Autrement dit, cela suppose d’avoir un sens du devoir et des actes qui doivent être faits ou évités, indépendamment des conséquences envisageables et prévisibles. Sur ce point, nous soutenons l’idée qu’assumer la responsabilité qui incombe à un comité de rédaction, c’est non pas agir en fonction des conséquences mais construire sa ligne de conduite, en amont d’un cas particulier, selon l’enjeu. L’accompagnement d’un jeune auteur jusqu’à la publication dans une revue « qualifiante », à partir d’un manuscrit non publiable en l’état, est porteur d’un enjeu plus grand que dans une revue « non qualifiante » (selon la liste élaborée et régulièrement actualisée par l’AERES9).

  • 10 D. Jérome, « L’autorité des grandes revues scientifiques », in A. Compagnon (2007, dir.), De l’auto (...)
  • 11 L’auteur rappelle que l’introduction de la bibliométrie dans l’évaluation de la recherche s’est fai (...)
  • 12 Comme le précise D. Jérome, le facteur d’impact d’une revue pour une année N est défini par la base (...)

14Comment se construit l’autorité d’une revue ? Comment évolue-t-elle ? Ces questions sont abordées, à propos des revues des sciences de la nature, de la technologie et de la médecine (STM), par Denis Jérome, directeur de recherche au CNRS émérite au Laboratoire de physique des solides d’Orsay et membre de l’Académie des sciences10 (Jérome, 2008). Ses titres l’autorisent à énoncer les enjeux qui entourent la question de l’autorité des revues scientifiques. Dans son article, il expose comment la professionnalisation de la recherche, l’intrusion de la loi du marché dans la diffusion scientifique et enfin l’arrivée des nouvelles technologies menacent l’autorité des revues. L’utilisation de la publication scientifique dans le processus d’évaluation de la recherche et des chercheurs eux-mêmes connait des dérives quand cette utilisation consiste à mesurer la valeur d’un travail par son impact selon le nombre de fois qu’il a été téléchargé et le nombre de fois qu’il a été cité ultérieurement par d’autres auteurs, c’est-à-dire selon des critères bibliométriques11. Il soutient que, dans leurs disciplines, les décideurs, gestionnaires de la recherche, sont en train d’acquérir le pouvoir sur les scientifiques en contrôlant les institutions et la vie professionnelle par leur culture du chiffre. Il rappelle que, alors que le facteur d’impact d’une revue (impact factor12) a des conséquences jusque chez les responsables de bibliothèques pour décider de leur maintien d’un abonnement à une revue, ce chiffre est aisément manipulable. La base ISI-Thomson comptabilise en effet l’ensemble des citations aux revues Science ou Nature, alors que beaucoup de ces citations concernent des références à des correspondances des lecteurs et à des commentaires rédigés par des éditeurs. Si la bibliométrie n’a pas la même place en SHS (sciences de l’homme et de la société), la culture du chiffre, du classement et de l’évaluation produit des effets sur l’ensemble de nos pratiques et participe à faire évoluer notre perception des revues et leur rôle dans la vie de la recherche. Ces effets sont visibles, par exemple, dans la moindre reconnaissance du travail d’un chercheur par la parution d’un livre par rapport à celle que lui donne la publication d’un article dans une revue prestigieuse. Pourtant, de notre expérience de chercheur, on peut penser qu’un livre peut encore marquer davantage les échanges scientifiques, peut faire référence et être davantage lu qu’un article perdu dans la masse des parutions.

  • 13 A. Renaut (2004), La fin de l’autorité, Paris, Flammarion.

15Reprenant les propos d’Alain Renaut13, Denis Jérome soutient qu’il n’y a pas d’autorité sans pouvoir, mais que la légitimité permet à cette autorité de s’exercer sans contrainte, par l’assentiment de ceux qui la reconnaissent. Dans notre modèle de société démocratique, les relations d’autorité supposent l’adhésion de ceux sur qui le pouvoir s’exerce. Ainsi, nous dirons que, si l’autorité d’une revue suppose sa reconnaissance institutionnelle, sa légitimité scientifique est le fait d’une histoire qui se construit à travers ses relations avec les auteurs et ses lecteurs.

16Laissant ouvert les débats suggérés par ce point autour du travail d’un comité de rédaction dans sa relation aux auteurs, nous retiendrons qu’ils ne se résument pas à une simple question technique autour de pratiques de réécriture et d’amélioration d’un article selon des critères scientifiques. Ils mettent en jeu la question de la reconnaissance d’une revue, fondée sur des enjeux qui dépassent ce qu’elle peut maitriser et donc modifier pour l’améliorer.

3 La diffusion numérique de la revue : travailler l’image de la revue et la mise en circulation des recherches

17Comme nous l’avons souligné précédemment, une partie importante du travail de la Rédaction est consacrée à la sélection et l’évaluation des articles et notamment à la mission d’accompagnement des jeunes chercheurs dans la reprise de leur proposition initiale. Si les conditions de fabrication des articles sont au centre de notre activité éditoriale, une autre dimension incontournable de celle-ci concerne la diffusion de la revue. Dans cette partie, nous allons aborder plus particulièrement la question du passage vers l’édition électronique et examiner les problèmes posés par ce passage au numérique.

  • 14 GFII (Groupement français de l’industrie de l’information). L’édition scientifique française en sci (...)

18Pour traiter cette question, il nous semble important de revenir tout d’abord sur la situation de la revue avant qu’elle ne fasse l’objet d’une diffusion numérique. Jusqu’à une période récente (début 2013), la revue n’existait que sous format papier. Soucieuse de promouvoir et de faire connaître les résultats de recherche présentés dans les numéros de la revue, la Rédaction n’a, pour autant, pas négligé les ressources numériques. En effet, depuis de nombreuses années, les procédures de diffusion des contenus des numéros s’appuient sur les nouvelles technologies et plus précisément sur l’Internet : le site du CERSE propose en accès libre les sommaires des numéros ainsi que les résumés des articles en français, anglais et espagnol ; la revue est, par ailleurs présente sur le site de l’AECSE (Association des enseignants et chercheurs en sciences de l’éducation). Cet ancrage, bien que superficiel, dans l’économie numérique, témoigne de la volonté de la revue de rendre visible les travaux des chercheurs qu’elle publie et mérite d’être souligné au regard du paysage de l’édition française de recherche en sciences humaines et sociales (SHS) à la fin des années 2000 : « Fin 2008, 54 % des revues de recherche en SHS (ce chiffre était de 76 % en 2005) ne disposent d’aucune présence sur Internet et restent exclusivement ancrées dans l’économie de l’imprimé14. »

19Parallèlement à cette interface web pour la diffusion, nous éditons chaque année sous format papier des documents publicitaires, prospectus et dépliants, dont la fonction est double : signaler les sommaires et les titres des derniers numéros parus et faire office de bon de commande. Nous les adressons aux bibliothèques et les distribuons lors des colloques organisés ou co-organisés par le CERSE. Dans cette même logique de promotion et de vente des numéros, nous procédons également à des échanges de sommaires avec des revues partenaires (Dossiers des sciences de l’éducation, Revue française de Pédagogie, Éducation et didactique...). L’ensemble de ces procédés de diffusion a sans doute participé à maintenir le nombre de nos abonnés jusqu’en 2008 et à parvenir à un relatif équilibre de notre gestion commerciale.

  • 15 GFII (Groupement français de l’industrie de l’information). L’édition scientifique française en sci (...)

20La notoriété et le prestige de la revue acquis notamment à travers son histoire ancienne liée à l’émergence de la discipline des sciences de l’éducation expliquent par ailleurs le maintien de nos abonnés, majoritairement des bibliothèques, bibliothèques universitaires, médiathèques et centres de documentation des IUFM (aujourd’hui, ESPE), auxquelles s’ajoutent des institutions relevant du domaine de la formation, de la santé (IRTS, CHU...) ainsi que des particuliers (enseignants, chercheurs, étudiants) en nombre relativement restreint. Le CERSE, éditeur de la revue Les Sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, n’a, cependant, pas échappé à la crise de l’édition de recherche en SHS qui touche l’ensemble des éditeurs (publics mais également privés) de ce secteur15. À partir de 2008, nous avons constaté un recul des abonnements et une érosion des ventes au numéro. En outre, au cours de cette même période, les coûts d’impression ont considérablement augmenté (une augmentation de plus de 30 % entre 2008 et 2009), ce qui nous a conduits à abandonner le procédé d’impression offset au profit du procédé d’impression à jet d’encre numérique. Cette mutation associée à la baisse des abonnements a eu pour effet de mettre en question notre système de diffusion et d’engager une réflexion sur la façon d’optimiser la gestion de nos abonnements, la vente et la distribution des numéros de la revue.

21Au centre de cette réflexion, se trouvait la question de l’édition électronique matérialisée par la mise en ligne de la revue sur les plates-formes numériques dédiées aux revues de SHS. Il ne s’agissait nullement de remplacer l’édition papier par une édition électronique (l’essentiel de nos revenus financiers provient des abonnements papiers) mais de réfléchir aux conditions et aux moyens d’augmenter la visibilité et d’accroître l’accessibilité aux contenus de notre revue. Si l’édition électronique des revues en SHS a été nettement plus tardive que celle des sciences de la nature, de technologie et de médecine (STM), elle a connu une accélération sensible en 2005, avec une brusque multiplication des portails et une nette augmentation de l’offre. Le paysage numérique s’est donc progressivement transformé, et, en 2011, la plupart des revues référentes dans le champ des sciences de l’éducation étaient présentes sur l’un des deux portails français de revues en SHS : cairn.info et revues.org.

22Dans ce contexte de reconfiguration du paysage des revues en SHS, le passage vers une version électronique nous est apparu comme une priorité. Les différentes expérimentations relatives à la mise en ligne des revues ayant déjà démontré la complémentarité entre édition papier et édition électronique, le projet d’une diffusion des numéros sous format numérique a été soutenu positivement par l’ensemble des membres du comité de rédaction. Chacune des deux solutions, la plate-forme revues.org et le portail cairn.info, présentait des avantages et des inconvénients. La plate-forme revues.org, soutenue par les plus grandes institutions de recherche françaises et dont la principale mission est la promotion de l’édition électronique en libre accès, ne nécessitait pas un investissement initial important au niveau économique et offrait en outre la mise à disposition d’instruments scientifiques tels que Calenda (pour les événements scientifiques), fr.hypotheses.org (100 blogs/carnets de recherche), etc. Cependant, si l’investissement économique initial était quasiment nul, cette offre requérait une formation technique du personnel de la rédaction visant la maîtrise et l’appropriation d’un logiciel d’édition électronique, le logiciel Lodel. Les opérations de conversion rétrospective des fichiers papier, ou « rétroconversion » (opérations qui consistent à assurer une certaine compatibilité dans la structure du document, ainsi que dans l’indexation correspondante qui assurera le lien avec le reste de la communauté scientifique) devaient être ici assurées en interne par les membres de la Rédaction. Avec ce modèle, nous étions donc dans une logique de l’appropriation, un système qui, certes, garantit une autonomie éditoriale mais repose sur les capacités des membres de la Rédaction à s’approprier l’outil et sur leur disponibilité à le faire fonctionner.

  • 16 « Le succès de CAIRN est porté par l’action cohérente et convergente d’acteurs publics et privés, d (...)
  • 17 G. Chartron, « Open access et SHS : Controverses », version preprint février 2014, article à paraît (...)
  • 18 G. Chartron, op. cit., p. 4.

23Le CERSE est indépendant des Presses universitaires de Caen. Avec le partenariat de diffuseurs (Ebsco, Swets, etc.) et d’un imprimeur, il assure seul l’ensemble des étapes de la publication éditoriale, de la fabrication à la distribution. Compte tenu de ces caractéristiques structurelles, nous n’avons pas souhaité ajouter ce travail de rétroconversion, coûteux en temps et en énergie, aux nombreuses tâches techniques déjà existantes. Le choix d’adhérer à la plate-forme revues.org a, de ce fait, été écarté et nous nous sommes tournés vers l’offre de la société Cairn. L’intérêt de cette solution résidait dans un modèle économique mixte alliant la gratuité pour l’accès au texte intégral des anciens numéros et un accès payant pour les numéros les plus récents selon le principe d’une barrière mobile allant de 3 à 7 ans. La société Cairn prend en charge le travail de rétroconversion des fichiers et assure les services de commercialisation des articles sous forme de licences souscrites principalement par les bibliothèques universitaires. Dans ce cas de figure, le problème majeur qui se posait à nous, était celui du financement de la prise en charge de la rétroconversion des premiers numéros. En effet, cette dépense est forcément importante au début du projet puisque le contrat de collaboration avec la société Cairn implique que les numéros des cinq dernières années soient accessibles sur le portail. Les années suivantes, elle est déduite des revenus numériques versés à l’éditeur et lui apparaît donc comme « invisible ». Contrairement à la plate-forme revues.org, l’investissement initial était ici relativement lourd du point de vue financier. Malgré ce frein, nous avons décidé d’opter pour ce modèle qui avait déjà fait ses preuves16 et de demander une subvention auprès du Centre national du Livre (subvention que nous avons obtenue et qui nous a permis de financer les coûts de la rétroconversion des fichiers natifs en mode XML, un mode de balisage structuré des textes adapté à la recherche sélective d’informations). Il restait alors à définir la durée de l’embargo. L’objectif de notre politique de diffusion étant d’accroître la visibilité de notre périodique et d’élargir l’accès des chercheurs au texte intégral, en particulier des chercheurs étrangers (notre périodique compte environ 30 % d’abonnés étrangers), nous avons fixé un embargo de 2 ans, délai relativement court en comparaison avec les données de barrières mobiles des 370 revues de la plate-forme Cairn.info : « la majorité des revues (85 %) ont fixé des délais à 3 ans et plus. Les délais les plus fréquents sont de 3 ans (36 %) et de 5 ans (26 %17) ». Si nous avons décidé de réduire au maximum ce délai dans le but de favoriser l’accessibilité, nous n’avons toutefois pas opté pour une barrière sèche de 12 mois craignant de susciter des désabonnements de la part des bibliothèques et au-delà une fragilisation des équilibres de fonctionnement. Ghislaine Chartron souligne, à ce propos, les risques d’un embargo trop court en citant les résultats publiés en 2012 d’une enquête conduite par deux associations d’éditeurs britanniques qui révèlent qu’une politique d’open access (accès libre) avec un embargo de 6 mois entraînerait des désabonnements importants et que la mesure serait particulièrement dommageable pour la diffusion des SHS : tandis qu’en SHS, « 35 % des bibliothèques déclaraient qu’elles conserveraient les abonnements dans leur totalité, ce taux serait de 56 % pour les STM18 ». Le principe de précaution est donc d’actualité.

24Si le processus de mise en ligne du texte intégral sur un portail de revues a un coût, il offre, par ailleurs, de nombreux atouts. Le premier concerne l’indexation qui bénéficie pleinement de la puissance du numérique. À l’heure où la « citabilité » intervient de plus en plus souvent comme critère d’évaluation des revues (selon le principe du facteur d’impact déjà évoqué), la présence de notre revue sur le portail cairn.info nous assure une forte visibilité, d’une part par le référencement (en apparaissant dans les bases de données des principaux outils de recherche tels que le moteur Google), et d’autre part, par le positionnement stratégique (le fait de sortir dans une position privilégiée dans les résultats des requêtes saisies sur les moteurs de recherche). Les autres bénéfices sont l’accessibilité, le partage et la circulation des contenus. En permettant de disposer d’un numéro ou d’un article quel que soit l’horaire ou le lieu géographique, la mise en ligne du texte intégral sur la toile favorise l’ouverture de notre publication à l’étranger et contribue au rayonnement international de la revue.

25Rendre un contenu accessible ne consiste pas seulement à le rendre visible mais il faut qu’il soit adapté aux usages. Or, en matière de lecture, les pratiques ont évolué avec les technologies du numérique, en priorité celles des jeunes chercheurs et des étudiants qui se distinguent par un recours quasi systématique aux moteurs de recherche. Thomas Parizot remarque à ce sujet que

  • 19 T. Parizot (2011), « Les enjeux de la diffusion des revues de psychologie en langue française : l’a (...)

[...] même dans le cas où les publications restent disponibles au sein des établissements dans leur format « papier », une part croissante du lectorat se détourne aujourd’hui des publications qui ne sont pas immédiatement accessibles par l’intermédiaire des systèmes d’accès distant mis en place par les universités, ou dont les articles ne sont pas indexés efficacement par les grands moteurs de recherche19.

26Il apparaît donc indispensable d’adapter les modes de diffusion aux usages si l’on souhaite que notre revue soit un outil de travail pour les étudiants, les jeunes chercheurs mais aussi pour les professionnels du monde de l’éducation, de la formation et du soin, et pas simplement un recueil des résultats de la recherche destiné aux spécialistes du domaine. À la différence des STM où la situation pourrait se résumer de façon schématique par la formule « les chercheurs parlent aux chercheurs », le lectorat de notre revue est un lectorat hybride, plus large, qui va bien au-delà de la sphère universitaire incluant des praticiens et des professionnels dans le domaine de la formation, du soin, etc., et pouvant même s’étendre au grand public intéressé par ces domaines de connaissance.

27C’est dans cette perspective d’adaptation à notre lectorat et à ses usages que nous avons décidé d’entreprendre la restructuration de l’architecture du site de la revue en mettant l’accent sur l’ergonomie et l’accessibilité de l’interface. Rendre le site plus attractif, simplifier son utilisation et veiller à ce que les différentes rubriques qui le composent soient cohérentes avec les attentes de nos lecteurs, tel est l’objectif de ce projet. Le passage à l’édition électronique a permis de questionner et repenser notre politique de diffusion et a suscité de nombreux échanges entre les membres de la Rédaction. De cette dynamique sont nées deux réalisations. La première est la création d’une liste de diffusion réunissant plus de 1000 abonnés appartenant en majorité à la communauté des chercheurs en sciences de l’éducation et permettant d’informer directement par courriel nos lecteurs de l’actualité de la revue. Ne pas simplement mettre des informations à disposition d’un lectorat mais les adresser directement à celui-ci, tel est l’intérêt d’une telle liste. Si le risque est d’entraîner une redondance voire une surabondance d’informations pour le destinataire, les potentialités du numérique réduisent celui-ci en garantissant un désabonnement simple et rapide (un seul clic suffit).

28La seconde réalisation concerne la mise en ligne du texte intégral de la collection de la revue Pour l’ère nouvelle. Ce projet à l’initiative du professeur Henri Peyronie offre à l’usager une recherche par diverses entrées (année/numéro/nom d’auteur/mot du titre) et permet l’accès à une collection rare qui n’est accessible que dans quelques bibliothèques : la Bibliothèque nationale à Paris, l’Institut français de l’éducation (IFE-ENS) à Lyon, ou l’Institut Jean-Jacques Rousseau à Genève. Il s’inscrit pleinement dans la politique de diffusion de la revue qui souhaite placer l’usager au centre de ses préoccupations et qui s’efforce de valoriser le patrimoine de ses collections via l’usage des technologies numériques.

29L’examen du processus d’édition numérique de notre revue révèle que ce processus ne se réduit pas uniquement à une dimension technique et stratégique (format de diffusion, choix du modèle...) mais implique la prise en compte des conditions de l’environnement (moyens humains, ressources disponibles...) et celle des caractéristiques du lectorat auquel s’adresse la revue. Les plate-formes numériques ne constituent pas seulement un nouvel espace de diffusion pour les revues, elles modifient l’image de celles-ci qui repose moins sur la notoriété et davantage sur la popularité (facteur d’impact) et façonnent de nouveaux usages qui, à leur tour, conditionnent les politiques de diffusion.

Conclusion

30En nous penchant sur l’évolution de la politique éditoriale de la revue Les sciences de l’éducation — pour l’Ère nouvelle, nous avons examiné quelques enjeux qui caractérisent la vie des revues scientifiques. Celles-ci sont un lieu de construction d’une discipline et, à partir de l’héritage qu’elles portent, elles continuent à façonner les champs de la discipline et à mettre en valeur les questions qu’elles identifient comme fondamentales à un moment donné des échanges scientifiques. Elles constituent aussi un passage obligé pour tout chercheur dont la reconnaissance passe entre autres par ses publications. Elles ont, de ce fait, une responsabilité qui suppose qu’elles se positionnent dans une perspective déontologique, qu’elles se construisent une ligne de conduite dans leur processus d’évaluation des articles et plus largement dans leurs échanges avec les auteurs. Leur autorité est fondée sur leur reconnaissance institutionnelle et sur leur légitimité scientifique, l’une et l’autre évoluant aujourd’hui sous l’effet des transformations des pratiques de lecture des chercheurs, des nouveaux moyens donnés par les technologies numériques mais aussi des modes et des moyens d’évaluation de la recherche et des chercheurs. Dans ce contexte de mutation, les comités de rédaction des revues se confrontent non seulement à un renouvellement des questions d’éthique que pose l’activité éditoriale, mais également aux problématiques de l’édition électronique scientifique, la composante numérique étant devenue un enjeu majeur dans la production mais aussi la diffusion des revues scientifiques.

Notes

1 G. Mialaret, « Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation en pays francophones », in Vergnioux A. (dir.), 40 ans des sciences de l’éducation. L’âge de la maturité ? Questions vives, Caen, PUC-Scérén, p. 9-22, 2009. G. Mialaret, Sciences de l’éducation : aspects historiques, problématiques épistémologiques, Paris, PUF (Quadrige), 2006.

2 Le site dédié à la revue Pour l’ère nouvelle est consultable à l’adresse suivante : [www.unicaen.fr/recherche/mrsh/pen].

3 A. Vergnioux (dir.), 40 ans des sciences de l’éducation. L’âge de la maturité ? Questions vives, Caen, PUC-Scérén, 2009. (www.unicaen.fr/services/puc/article.php3?id\_article=784).

4 E. Prairat (coord.), « Normes et normativité dans l’éducation », Les sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, vol. 45, n° 1-2, 2012.

5 C. Carra (coord.), « Renouveler les regards sur les violences à l’école », Les sciences de l’éducation — Pour l’Ère nouvelle, vol. 46, n° 1, 2013.

6 Vingt-huit années de recherche en éducation, Tables de la revue Les sciences de l’éducation — Pour l’ère nouvelle (1967-1994), établies par Henri Peyronie et Pierre Lesage, 1995.

7 J.-P. Pourtois, H. Desmet, Épistémologie et instrumentations en sciences humaines, Liège, Pierre Mardaga, 1988.

8 E. Prairat (2012), op. cit., p. 147-149.

9 Voir en ligne : www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de-revues-SHS-de-l-AERES.

10 D. Jérome, « L’autorité des grandes revues scientifiques », in A. Compagnon (2007, dir.), De l’autorité. Colloque annuel du Collège de France, Paris, O. Jacob.

11 L’auteur rappelle que l’introduction de la bibliométrie dans l’évaluation de la recherche s’est faite par la Direction des Recherches et Moyens d’Essais (DRME) à la fin des années 1960, mais que son extension au CNRS en 1970 a échoué.

12 Comme le précise D. Jérome, le facteur d’impact d’une revue pour une année N est défini par la base de données ISI-Thomson qui indexe plus de 6000 périodiques en science, par le rapport entre le total des citations vers cette revue à partir de toutes les revues enregistrées dans la base ISI durant les années N-1 et N-2 et la somme des articles publiés par la revue durant les mêmes années.

13 A. Renaut (2004), La fin de l’autorité, Paris, Flammarion.

14 GFII (Groupement français de l’industrie de l’information). L’édition scientifique française en sciences humaines et sociales. Rapport de synthèse, 17 novembre 2009, p. 10.

15 GFII (Groupement français de l’industrie de l’information). L’édition scientifique française en sciences humaines et sociales. Rapport de synthèse, 17 novembre 2009, p. 6.

16 « Le succès de CAIRN est porté par l’action cohérente et convergente d’acteurs publics et privés, dans le cadre d’une “tutelle Culture” : SNE/éditeurs privés/CAIRN/CNL/BNF. En raison de son succès et de la qualité de ses parrainages, CAIRN est aujourd’hui une voix influente dans les débats sur les modèles économiques de la publication SHS », GFII, Rapport de synthèse, op. cit., p. 11.

17 G. Chartron, « Open access et SHS : Controverses », version preprint février 2014, article à paraître dans la revue européenne des sciences sociales, p. 13.

18 G. Chartron, op. cit., p. 4.

19 T. Parizot (2011), « Les enjeux de la diffusion des revues de psychologie en langue française : l’approche développée par cairn.info », Bulletin de psychologie, n° 1.

Auteurs

Centre d’études et de recherche en sciences de l’éducation (CERSE, EA965), Université de Caen Basse-Normandie. Rédactrice en chef de la revue Les Sciences de l’éducation — Pour l’ère nouvelle.

Ingénieure d’études.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search