Versione classicaVersione mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Introduction

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences. Lire, publier, diffuser

Jacques Fijalkow e Richard Étienne

Testo integrale

  • 1 Issu d’un symposium réuni à Toulouse en juin 2014 dans le cadre de Convisciencia, cet ouvrage n’a p (...)

1Si les recherches en éducation sont aussi anciennes que celles conduites dans n’importe quel autre domaine investi par les sciences humaines et sociales (SHS), les recherches proprement dites en sciences de l’éducation peuvent néanmoins être considérées comme beaucoup plus récentes que celles des autres SHS. On peut poser en effet qu’elles commencent vraiment, du moins pour la France, en 1967, avec l’institutionnalisation dans les universités d’un secteur spécifique, marqué à la fois par la mise sur pied de départements autonomes de sciences de l’éducation et par une section spécifique de sciences de l’éducation au sein du Conseil national des universités (CNU). Les revues de sciences de l’éducation sont l’expression de l’émergence de cette institutionnalisation, en tant que support des recherches conduites par les chercheurs dans ce domaine. Cet ouvrage concerne les revues en sciences de l’éducation et non les revues en éducation1. Le lecteur comprendra que nous les abordions sous un double angle, celui des mutations et celui des permanences, mais aussi dans un double perspective, les lire et y écrire. Les enjeux sont de premier plan pour une discipline jeune et en forte expansion, comme en témoignent les soutiens de l’Association des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation (AECSE) expliqué par Nassira Hedjerassi dans son avant-propos et de l’association scientifique AREF2013 présidée par Richard Étienne.

2Il s’agit donc ici spécifiquement de revues de recherche et non de revues portant sur l’éducation en général. Le parti-pris de scientificité fait toute la différence, sachant toutefois que tout est dit quand on parle de sciences et que rien n’est dit cependant car le débat sur ce qu’est une science en la matière est tout aussi vif et récurrent que dans n’importe quel autre secteur des sciences humaines et sociales. Pour bien marquer cette différence, cet ouvrage aurait pu s’intituler « Les revues de recherche en sciences de l’éducation » plutôt que « Les revues en sciences de l’éducation », mais c’eût été au prix d’une redondance sémantique entre « recherche » et « sciences ». Le titre finalement retenu présente donc un double mérite : éviter cette redondance et être plus bref. Ne s’intéresser qu’aux revues animées, au moins en partie, par la volonté de « faire science » permet de distinguer les revues qui nous intéressent ici de toutes celles, fort nombreuses, qui expriment des opinions ou des préoccupations strictement professionnelles et qui ne répondent donc pas à l’esprit qui anime les chercheurs en éducation : leur volonté d’inscrire leurs travaux au côté de ceux des SHS reconnues antérieurement par la communauté scientifique.

3Nous avons choisi d’ajouter un sous-titre qui précise la finalité d’une telle parution : « lire, publier, diffuser ». Le but d’une revue est en effet d’être lue mais ce but ne peut être atteint que s’il s’accompagne d’une production d’écrits sélectionnés, améliorés et validés selon les critères de toute communauté scientifique et si la diffusion de la revue permet d’y accéder. Là résident quelques constantes de la littérature de recherche mais il faut reconnaître que les revues se trouvent confrontées à bien des transformations : d’abord la révolution du numérique qui entraîne une réflexion sur les choix concernant les supports, ensuite des contraintes économiques de plus en plus pressantes et stressantes et enfin une évaluation de plus en plus présente dans la vie universitaire. Quels choix pour les revues ? Comment les argumenter et les assumer ? Comment maintenir un haut niveau d’exigence ? Comment informer sur les procédures de fabrication de nos revues ? Comment enfin, dans une perspective de socialisation, aider les jeunes chercheuses et chercheurs à être publiés sans abaisser le niveau d’exigence ? Telles sont quelques-unes des questions liées à ces mutations dont ce livre s’empare, sans jamais chercher à y répondre définitivement mais avec le désir explicite d’apporter une première pierre à ce que l’Association des enseignants et chercheurs en sciences de l’éducation (AECSE) a baptisé du joli nom de « collège des revues ».

  • 2 À titre d’exemples, en septembre 2013, rencontre à Paris de la Conférence des publications de psych (...)
  • 3 A. Prost (2010), Rapport sur les revues de l’Institut national de recherche pédagogique présenté en (...)

4Cette jeunesse relative de la discipline des sciences de l’éducation (qui se vit en vérité plutôt comme un carrefour interdisciplinaire) justifie en partie le choix du contenu de cet ouvrage, sachant toutefois que porter le regard sur soi-même, en l’occurrence s’interroger sur ses propres revues, est une tendance actuelle dans des disciplines voisines telles que la psychologie ou la sociologie, comme en témoignent des rencontres récentes entre chercheurs organisées sur la base d’un tel objet2. L’intérêt d’un projet de ce type pour les sciences de l’éducation s’exprime à son tour dans de précédentes tentatives d’examen de cet objet, comme en témoignent par exemple le groupe de travail animé par Antoine Prost (20103) et la mise en place par Yvan Abernot d’une commission de travail de l’AECSE.

5Sous-jacent à ce besoin de faire le point de la situation dans le cas d’une discipline émergente, puisque jeune cinquantenaire, il y a le relatif isolement de chaque rédaction de revue. En tant que directeur d’une revue, Les Dossiers des sciences de l’éducation, nous avons supposé que les difficultés auxquelles nous étions confronté étaient aussi celles de revues œuvrant dans ce domaine. Nous avons fait l’hypothèse qu’exprimer ces difficultés lors d’une rencontre entre animateurs de ces revues à partir d’une trame commune permettrait tout d’abord de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse, de voir ensuite si certains avaient trouvé des solutions à ces difficultés et, enfin, d’envisager la possibilité de sortir de l’isolement de chaque rédaction en contribuant par cette rencontre au développement d’une éventuelle coopération entre les revues.

6Sachant d’autre part, ne serait-ce qu’en faisant un effort de mémoire sur nous-même, ce que sont les affres d’un jeune chercheur quant à la publication de ses travaux de recherche, il nous a semblé qu’inviter nos collèges animateurs de revue à faire connaître le fonctionnement de leur revue permettrait aux plus jeunes d’entre nous qui, notre discipline étant en pleine phase de croissance, sont sans doute les plus nombreux à s’intéresser à ces revues, d’aborder mieux informés la redoutable épreuve que constitue cette nécessaire prospection. Sachant à quel point il est difficile de disposer d’informations en la matière, il nous est apparu utile de mettre en lumière ce qui demeure souvent dans l’ombre, sinon entouré de mystère. Il fallait pour ce faire que nos collègues animateurs de revue jouent le jeu et acceptent de révéler ce que sont leurs pratiques dans la gestion de leur revue, leurs difficultés et leurs doutes. La transparence ne pouvait qu’être au rendez-vous de la sincérité. Le caractère réciproque de l’exercice ne pouvait qu’en faciliter la réalisation.

7L’occasion d’une telle rencontre nous a été offerte par l’organisation à Toulouse du 4 au 6 juin 2014 par notre laboratoire des Journées Internationales EFTS, ConviSciencia de la recherche en éducation. Les responsables ont accepté qu’un symposium soit consacré à la question des revues en sciences de l’éducation. Des contacts ont été pris et un nombre substantiel de réponses positives nous étant parvenues, la rencontre put avoir lieu. Les textes produits à cette occasion répondent à une grille de réflexion commune invitant à examiner en particulier, mais sans obligation ni limite, les items suivants : choix des thèmes de publication, choix des auteurs (jeunes chercheurs/chercheurs confirmés), processus de sélection des articles, évaluation en double aveugle, choix des experts, quelle(s) méthodologie(s) de recherche, quelle(s) discipline(s) de référence, recherche et/ou recherche-action, quel lectorat (abonnement, vente en librairie), positionnement entre terrain et recherche pure.

8Les textes rédigés ont fait l’objet d’une expertise orale. Le processus suivi a en effet consisté à ce que chaque auteur envoie son texte à l’ensemble des participants avant la rencontre. Le responsable du symposium a ensuite choisi deux discutants pour chacun d’eux. Lors de la rencontre, les deux discutants ont rempli leur office en commentant les deux textes qui leur avaient été confiés, puis l’ensemble des participants ont pu s’exprimer à leur tour. Après la rencontre, les auteurs ont été invités à modifier leur texte en fonction des remarques qui leur avaient été faites. Nous disposons donc d’autant de textes que de participants, à raison d’un texte par revue représentée. Ils constituent la première partie de ce volume. À cet ensemble, nous sommes convenus en fin de rencontre d’ajouter un certain nombre de textes dits « transversaux », concernant des problèmes communs et des mutations à venir, choisis par ceux qui avaient exprimé le désir de les rédiger. Ces textes, qui ne s’appuient plus sur une seule revue, mais qui valent pour la totalité des revues francophones de sciences de l’éducation, reposent sur l’expertise de leur auteur et répondent à des interrogations pressantes du moment. Ils ouvrent aussi souvent sur d’intéressantes perspectives d’avenir, notamment en termes de réseau et de passage au numérique. Enfin, le manuscrit a été soumis à deux experts qui n’ont pas participé au symposium et qui ont validé son contenu.

Note

1 Issu d’un symposium réuni à Toulouse en juin 2014 dans le cadre de Convisciencia, cet ouvrage n’a pu voir le jour que grâce à la persévérance de Jacques Fijalkow, son initiateur et coordonnateur premier, et de Richard Étienne qui a trouvé dans les Presses universitaires de la Méditerranée (PULM) un éditeur de bonne volonté et dans les associations AREF2013 agissant pour le LIRDEF, EA 3749, et AECSE (Association des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation) un soutien moral et financier sans faille. Qu’ils en soient remerciés ici.

2 À titre d’exemples, en septembre 2013, rencontre à Paris de la Conférence des publications de psychologie en langue française (CPPLF) et à Istanbul d’un symposium sur les revues en sociologie de l’éducation (dir. J.-L. Derouet).

3 A. Prost (2010), Rapport sur les revues de l’Institut national de recherche pédagogique présenté en juillet 2010, Revue française de pédagogie, n° 173, p. 105-126.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search