Version classiqueVersion mobile

Les revues en sciences de l’éducation : mutations et permanences

 | 
Jacques Fijalkow
, 
Richard Étienne

Avant-propos de l’Association des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation (AECSE)

Nassira Hedjerassi

Texte intégral

1L’une des missions que nous avons fixées à notre mandat est de soutenir et d’alimenter les débats entourant notre discipline, partant d’un double constat, celui que les réflexions produites sur les sciences de l’éducation depuis son institutionnalisation en 1967 sont principalement le fait de l’Association des enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation (AECSE), au travers de publications majeures qui demeurent des références pour les chercheurs — pensons par exemple au livre Les sciences de l’éducation : enjeux et finalités d’une discipline — et que ces dernières années les questionnements d’ordre épistémologique ont eu tendance à se réduire considérablement. Or, les revues constituent l’un des cinq éléments définitoires du processus de disciplinarisation tel que modélisé par Rita Hofstetter et Bernard Schneuwly (2001). À ce titre, les revues constituent un observatoire intéressant car, comme le souligne Robert Boure (1993), elles participent du « parcours » de chaque discipline (l’histoire de la fondation, l’évolution de la discipline, son institutionnalisation) (p. 99). Selon lui, « La revue est donc le reflet plus ou moins déformé du fonctionnement général des sciences, de leurs institutions, de leurs chercheurs mais aussi du rapport que chaque discipline entretient avec elle-même, les autres disciplines et la société. Elle est un élément constitutif de la production et de la reproduction du savoir » (ibid.). Les revues comme organes de diffusion des nouveaux savoirs produits constituent un enjeu de taille pour une discipline comme la nôtre interrogée tout au long de son histoire, sur son caractère proprement scientifique. En effet, les premières revues marquent bien la tension entre revues savantes, revues militantes, revues professionnelles. L’enquête sur les centres de recherches et les périodiques menée en 1997 par Jacky Beillerot, à la demande du Comité National de coordination de la Recherche en Éducation (CNCRE) fait clairement ressortir que « Le champ des périodiques de l’éducation mobilise beaucoup les administrations et les associations de militants [...] » (p. 156).

2Au moment où l’Agence d’évaluation de la recherche dans l’enseignement supérieur (AERES) se mettait en place, que des listes de revues étaient établies en sciences humaines et sociales pour évaluer la production des chercheurs — réduite à la seule activité de publication — l’AECSE a initié en 2009 un groupe de travail réunissant notamment des responsables de revues. Cela a conduit à une entreprise de cartographie des revues francophones. Il s’agissait pour nous de ne pas passer sous les fourches caudines des critères inspirés en particulier par les sciences expérimentales. Cette réflexion s’est poursuivie au sein d’un groupe mixte de travail auquel l’AECSE a été invitée. Il a été mis en place par Joël Lebeaume, alors délégué scientifique en sciences de l’éducation auprès de l’AERES, pour produire la liste des revues reconnues et qualifiantes pour notre discipline. Cette liste qui fait l’objet d’une actualisation annuelle est riche aujourd’hui de plus de 500 références. Cette profusion, par contraste avec d’autres disciplines (proches de la nôtre, telles que les SIC — Sciences de l’information et de la communication ou les STAPS — Sciences et techniques des activités physiques et sportives), donne à voir la préoccupation partagée de la communauté, de se définir, de n’être pas définie par les autres.

3Par ailleurs, l’AECSE a été invitée à participer au projet européen de recherche « European Educational Research Quality Indicators » (EERQI, 2008-2011), dont la visée était « de développer de nouveaux indicateurs de qualité des travaux de recherche, d’établir des procédures d’analyse semi-automatique de textes scientifiques ». Cette recherche concernait également les revues.

4La question des revues constitue donc à un double titre un axe majeur de l’AECSE en tant que principale instance de représentation de la communauté des enseignants et chercheurs en éducation et en formation.

5D’une part, nous avons pour rôle de participer à la structuration du champ disciplinaire des sciences de l’éducation. C’est pour alimenter le questionnement collectif que nous avons organisé en juillet 2015 une table-ronde dans le cadre de la Biennale internationale de l’Éducation, de la Formation et des Pratiques professionnelles : « Quelle(s) coopération(s) des revues en éducation et en formation entre elles, et avec les champs professionnels ? » Par ailleurs, le groupe de travail sur les revues poursuit actuellement une réflexion autour de l’élaboration d’une charte des revues.

6D’autre part, nous devons également contribuer à la socialisation à notre discipline des jeunes chercheur-e-s. C’est dans cette perspective que nous avons été à l’initiative d’une Journée « Publier dans une revue de recherche en éducation et en formation » en juin 2015, appelée sans doute à être pérennisée, visant à accompagner les jeunes chercheur-e-s, à les aider à se repérer dans ce paysage foisonnant, pour publier.

7La présente publication, consécutive au symposium consacré aux revues scientifiques francophones de sciences de l’éducation, organisé à Toulouse les 5 et 6 juin 2014, s’inscrit parfaitement dans les préoccupations et les missions de notre association. Elle éclaire notre projet de mise en place d’un portail des revues francophones en sciences de l’éducation. C’est pourquoi nous la soutenons.

Bibliographie

1 Références bibliographiques

AECSE (1993), Les sciences de l’éducation : enjeux et finalités d’une discipline, Paris, AECSE/INRP.

Beillerot J. (2000), « La recherche en éducation en France. Résultats d’enquêtes sur les centres de recherches et les périodiques », Revue suisse des sciences de l’éducation, n° 1, p. 145-164.

Boure R. (1993), « Sociologie des revues de sciences sociales et humaines », Réseaux, vol. 11, n° 58, p. 91-105.

Charlot B. (1995), Les sciences de l’éducation, un enjeu, un défi, Paris, ESF.

Hofstetter R. et Schneuwly B. (2001), Les sciences de l’éducation en Suisse. Évolution et prospectives, Bern, CEST.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search