Version classiqueVersion mobile

Éducation, formation et santé

 | 
Séverine Colinet
, 
Céline Avenel

Quatrième partie. Les enjeux éducatifs, de formation et propositions des équipes en sciences de l’éducation aux équipes de soins et aux patients

11. De nouvelles optiques de co-accompagnement

Texte intégral

1Notre enquête, on l’a vu, a mis en avant le fait que la relation duale médecin-patient n’est pas en mesure d’appréhender l’ensemble des dimensions (familiale, sociale, scolaire, professionnelle...) des parcours d’annonces et de leur accompagnement. En d’autres termes, lorsque la relation médecin-patient ne suffit plus pour répondre aux questionnements des couples, l’accompagnement nécessite d’autres ressources que médicales.

1 Deux configurations issues de l’enquête

2L’enquête a permis de montrer que deux configurations sont mises en place par les équipes de soins afin de répondre aux besoins d’accompagnement dans le parcours d’annonces, en vue de couvrir l’ensemble des dimensions précédemment citées :

  • la mobilisation de patients-ressources,
  • la création de dispositifs d’éducation thérapeutique du patient
    (E.T.P.) pour les parents dont l’enfant est né avec une maladie rénale.

3Le propos dans ce chapitre est d’analyser ces deux ressources créées par les équipes médicales afin de dégager les compétences pédagogiques nécessaires à l’accompagnement des parcours d’annonces diagnostiques et de proposer des perspectives de formation.

1.1 Un partage d’expériences entre pairs

4Le partage d’expériences entre patients est une question importante à leurs yeux, comme le montre l’extrait ci-dessous d’une mère qui soulève cette question de la rencontre entre parents :

Je pense que ce qui devrait exister — peut-être que ça existe, mais je ne sais pas — ce qui devrait exister au sein de l’hôpital... souvent, quand je vais à l’hôpital, les parents sont souvent dans les chambres avec les enfants. Et puis des fois, il y en a qui sont distants. Il y en a qui s’enferment dans la chambre pour l’enfant. Il y en a qui n’osent pas. Mais je pense que, des fois, ils devraient peut-être organiser (comme ils organisent des journées... je ne sais pas... spéciales à l’hôpital) des journées : les personnes qui sont en néphro ou en neuro, les parents qui veulent puissent se réunir autour d’une table ronde et, voilà, parler de leur vécu et de leur ressenti à l’hôpital et tout ça. Et je pense que ça pourrait vraiment aider et apporter aussi bien pour l’équipe médicale que pour nous... parce que je pense qu’ils sont tellement enfermés dans une bulle... (3-1-F, mère, 38 ans, second entretien)

5La mise en place de groupes d’échanges entre patients pourrait être proposée dans les différents services hospitaliers de façon plus systématique, dès que les couples sont pris en charge pour un parcours d’annonces. Par ailleurs, des relais auprès d’autres parents, c’est-à-dire l’intégration de patients-ressources en anténatal, seraient à envisager. Cela conduirait à redéfinir les articulations entre les parcours des professionnels et ceux vécus par les parents pour éviter leur dissociation. Ces parcours deviennent alors plus collectifs et décentrés de la seule relation duale parent-médecin.

6Dans l’un des centres de l’enquête, le couple concerné par le diagnostic anténatal peut rencontrer, sur proposition du néphropédiatre, une famille dont l’enfant est atteint d’insuffisance rénale. Nous avons l’exemple d’une mère enceinte qui a ainsi pu rencontrer la mère d’un enfant de trois mois hospitalisé dès la naissance. Rencontrer la mère d’un enfant souffrant d’une insuffisance rénale sévère dans le service de dialyse a permis à cette femme de progresser dans sa décision de poursuivre sa grossesse :

La dame était ici, à l’hôpital, déjà avec son fils qu’elle avait accouché. Et donc elle était d’accord que je vois son fils, qu’on m’explique par rapport à son fils [...] elle était un peu réservée pour m’expliquer son vécu, son enfant, tout ça et tout. Mais j’ai trouvé ça super. J’ai trouvé ça super de se dire... Et puis, finalement, je me suis dit : je ne suis pas toute seule. C’est vraiment de dire : on n’est pas toute seule dans le même cas et que, s’il y en a d’autres, je peux y arriver.
(3-1-F, mère, 38 ans, second entretien)

7Ensuite, ayant elle-même bénéficié de cette rencontre, elle a pu à son tour partager son expérience de parents d’enfant insuffisant rénal auprès de couples. Une chaîne de transmission d’un partage d’expérience s’est donc mise en place :

Après, quand on m’a proposé, c’était oui tout de suite, c’était même pas « je réfléchis » [...] ça paraissait tellement logique... et puis ça fait du bien... Et puis, en plus, avec certaines personnes, on arrive à rester en contact. Donc on voit l’évolution aussi de l’enfant, de cette personne et on... Et voilà, des fois, quand on voit des nouvelles... « Oui, ça va mieux... Ci, ça »... on se dit : il y a encore de l’espoir. Ce n’est pas... tout n’est pas fermé. Ou alors si ça va un peu moins, on est là, on est... « Ah, c’est qu’une étape » On se remonte le moral comme on peut. (3-1-F, mère, 38 ans, second entretien)

8La mobilisation des expériences des pairs permet de favoriser les apprentissages, comme la gestion des situations d’urgence ou la compréhension des symptômes de la maladie rénale, c’est-à-dire ceux de parent-aidant pour accompagner l’enfant. Grâce à la transmission d’expériences entre pairs, les couples peuvent projeter un avenir dans un parcours d’annonces marqué par de nouveaux statuts et de nouvelles activités.

9Le schéma 5, page suivante, est repris pour que soit visualisée la mise en place d’un accompagnement favorisant une approche plus globale par la mobilisation des patients-ressources dès le parcours d’annonces en anténatal.

10Pour assurer un continuum entre les parcours, les dispositifs de relais entre couples durant le parcours d’annonces diagnostiques et l’E.T.P. en post-natal seraient à développer dans les différents centres hospitaliers. Dans ce qui suit, nous allons voir combien un accompagnement s’appuyant sur une démarche d’E.T.P. peut améliorer la qualité de l’accompagnement au parcours d’annonces diagnostiques.

Schéma 5 — Représentation de l’accompagnement aux transformations des rôles sociaux des patients durant les différents parcours, du parcours d’annonces au parcours post-natal. Schéma élaboré par les auteures

Schéma 5 — Représentation de l’accompagnement aux transformations des rôles sociaux des patients durant les différents parcours, du parcours d’annonces au parcours post-natal. Schéma élaboré par les auteures

1.2 L’E.T.P. dans le parcours post-natal

11Les médecins qui s’appuient sur l’éducation thérapeutique se saisissent des nouveaux modes d’accompagnement au parcours d’annonces mobilisant des compétences pédagogiques. Les programmes d’éducation thérapeutique constituent des ressources associant actions de soins et actions éducatives et relèvent d’articulation de l’expérience des acteurs en réduisant l’effet de menace ressentie par les couples.

12Différents programmes d’E.T.P. existent en France. Ainsi, à Lyon, en 2008, un programme a été progressivement mis en place sur l’insuffisance rénale avant la dialyse (Jolivot, 2011). Il s’adresse aux patients adultes et fonctionne à partir de groupes de 4 patients selon des sessions s’étalant sur douze mois. Plusieurs intervenants sont mobilisés : un médecin, une infirmière, une diététicienne et un pharmacien. Les ateliers traitent des thématiques relatives au fonctionnement des reins, aux repas quotidiens, à la compréhension des analyses biologiques.

13Dans le contexte du parcours en post-natal, une expérience d’E.T.P. nous a été relatée par une des mères de l’enquête. Elle a connu un diagnostic anténatal des valves de l’urètre postérieur, atteinte très sévère des reins de son fils. Elle nous a expliqué avoir participé à des séances d’E.T.P. :

J’ai participé à des séances d’éducation au niveau de l’hôpital de (ville), qui m’avaient été conseillées par le docteur (nom néphropédiatre). Et je trouvais ça très bien. Il y avait des séances entre les parents [...] on faisait des mises en situation vraiment. Et ça a permis de... d’apprendre des choses, déjà... On faisait des jeux de rôles : « Je suis médecin, votre enfant a tel symptôme, qu’est-ce que vous faites Est-ce que tout de suite, vous filez... » Moi, j’ai tendance à faire ça. (Prénom enfant), il a de la fièvre, je le mets dans la voiture, je file aux urgences. Et, en fait, ça m’a permis de voir que, non, les parents... En discutant, tout ça, autour d’un café, c’était sympathique. Les parents disaient : « Mais non, il ne faut pas paniquer comme ça. » [...]
J’ai énormément de mal à laisser (prénom enfant) et à partir en vacances... Et je me rends compte que les autres parents, ils me disent : « Il faut déculpabiliser. Nous, on part maintenant. Il est greffé, ils ont grandi. Leur traitement, c’est à heure régulière. » Il faut pas arrêter de vivre. Il faut continuer à avoir une vie...[...].
Même (prénom enfant) parlait avec d’autres enfants qui ont vécu... disait : « Tu vois, maman, lui aussi... alors sauf que lui, il a une cicatrice ici et moi, je l’ai là. » C’est marrant, ils comparaient leurs cicatrices.
(8-3-LZ, mère, 31 ans, second entretien)

14Au regard des transformations des rôles sociaux qui interviennent durant les différents parcours (cf. schéma 5), nous proposons la mise en place systématique de programmes d’E.T.P. et la mobilisation de patients-ressources dans les services dès le parcours d’annonces diagnostiques. Ceci permettrait de formaliser une démarche éducative d’accompagnement.

15Intéressons-nous à la dimension pédagogique dans le co-accompagnement élaboré par les médecins.

2 La compétence de co-accompagnement avec les pairs

16En créant les supports des séquences d’E.T.P., en sélectionnant un type de modalité, la mise en situation des parents dans notre enquête, les médecins et professionnels de santé mobilisent une compétence pédagogique, celle consistant à savoir construire des dispositifs d’accompagnement au parcours d’annonces fondés sur le partage d’expériences.

2.1 Des choix pédagogiques

17Cette compétence se traduit par différents choix pédagogiques opérés par les médecins de ces équipes médicales, comme celui de recourir aux patients-ressources. Dans ce type d’accompagnement, ces derniers sont un patient, des couples ou des familles, ayant déjà connu un parcours d’annonces diagnostiques de la maladie rénale de l’enfant.

18De plus, les professionnels réfléchissent aux situations qui vont amener les patients à acquérir des connaissances sélectionnées au préalable par les médecins et relatives :

  • aux retentissements de la maladie rénale sur l’organisme,
  • à la gestion des situations d’urgence,
  • à la compréhension des symptômes de la maladie rénale.

19Nous avons identifié des besoins chez les patients qui, dès le parcours d’annonces, constituent des axes à partir desquels un co-accompagnement entre médecins et patients peut être organisé :

  • acquérir des connaissances sur l’insuffisance rénale ;
  • acquérir des connaissances sur le quotidien de la maladie rénale infantile : arrivée de l’enfant à la maison, médicaments à éviter, régime alimentaire à connaître ;
  • rencontrer des patients ayant connu un parcours d’annonces et dont l’enfant est né ;
  • échanger avec d’autres couples et familles ;
  • connaître les associations de patients.

20Ces besoins pourraient être mobilisés par les équipes en sciences de l’éducation dans une formation sur le développement et l’élaboration de programmes d’E.T.P. dans les parcours anténatal et post-natal de la maladie rénale.

2.2 Des perspectives de formation des médecins

21Il faut savoir que dans le D.P. C. actuel, il n’existe aucune formation, dans la spécialité néphrologie, qui propose la méthode « Dispositifs spécifiques — Programme d’éducation thérapeutique ».

22Afin d’aider les professionnels de santé à s’appuyer sur l’approche du co-accompagnement, les axes suivants pourraient constituer les fondements d’une session de formation :

  • acquérir des connaissances sur l’éducation thérapeutique du patient,
  • mobiliser l’approche de l’E.T.P. et concevoir des actions d’accompagnement aux parcours d’annonces,
  • mutualiser les expériences de mobilisation des patients-ressources : rencontrer un parent ou un couple dont l’enfant est né et hospitalisé, ou soigné à domicile,
  • travailler sur le sens social du parcours d’annonces pour les parents : ce que signifie entrer dans le rôle de parent-aidant,
  • programmer des objectifs d’acquisition en fonction des parcours des patients,
  • sélectionner les connaissances à acquérir (sur la maladie, sur les procédés techniques à utiliser soi-même pour son enfant...) et proposer des modalités pédagogiques associées.

23Ce travail serait à mener dans les contextes de la formation initiale et continue. L’intérêt serait de mutualiser un ensemble de méthodes : des séances plénières sur la mise au point des connaissances à acquérir sur l’E.T.P., des séances d’échanges sur la diversité des formes d’accompagnement, des séances fonctionnant à partir d’une approche réflexive sur les conceptions des professionnels et enfin des séances de réflexion sur des situations-problèmes lors de simulations.

24Pour terminer sur ces perspectives de formation, voici un tableau qui récapitule l’ensemble des compétences d’accompagnement aux parcours d’annonces que nous avons analysées et les thématiques de formation que nous proposons :

Tableau 31 — Les compétences spécifiques à l’accompagnement aux parcours d’annonces et les perspectives de formation

  • 1 Les dimensions des compétences d’accompagnement sont interdépendantes, toutefois nous (...)
  • 2 Formation initiale (FI).
  • 3 Formation continue (FC).
Dimensions des compétences1 Compétences spécifiques aux parcours d’annonces Objectifs de la formation Modalités pédagogiques
Dimension pédagogique • Savoir rendre accessibles des informations • Produire un discours intelligible. FC : mutualisation des outils à visée pédagogique.
Dimensions cognitives, sociales médicales complexes.
• Savoir rendre visible et concrète la future prise en charge de l’enfant à naître.
• Mobiliser des outils pédagogiques.
• Introduire une dimension « éducative » dans le parcours d’annonces pour une approche plus globale du patient.
Dimension pédagogique Savoir construire des dispositifsd’accompagnement du parcours d’annonces fondés sur le partage d’expériences. • Approche du co-accompagnement entre médecins et patients.
• Mobiliser lespatients-ressources.
• Sélectionner les connaissances à acquérir pour favoriser une participation active et autonome du patient.
FI2 et FC3 : dispositif comprenant :
— séances plénières,
— séances d’échanges,
— approche réflexive,
— simulation de situations-problèmes.
Dimension cognitive Savoir maîtriser la consultation en anténatal. Produire un discours d’annonce incluant une phase de restitution de l’enfant durant l’anamnèse. Simulation à partir de jeux de rôles en
FI et FC.
Dimensions cognitives et sociales Savoir établir une relation médecin-couple qui favorise le cheminement parental. • Évaluer la pertinence de la durée de la consultation en fonction des couples.
• Fragmenter la diffusion des informations diagnostiques dans le temps.
• Évaluer le degré
Situations d’apprentissage par résolution de problèmes.
Situations de choix relatifs :
— à la gestion temporelle de la consultation,
— aux supports de transmission de l’information,
du processus décisionnel parental — à l’évaluation des attitudes décisionnelles des couples.
Dimension sociales et affectives Savoir mobiliser une attitude empathique et gérer les émotions de la relation médecin-patient. Gérer à part ses réactions émotionnelles et les stratégies de régulation émotionnelle. FI et FC : groupes d’analyses de pratiques :
— le conflit éthique de l’annonce,
— la question de l’attachement aux patients,
— l’identification au patient.
Savoir identifier et gérer les représentations personnelles, sociales et culturelles des couples. • Inclure pour les patients un temps de verbalisation autour du sens du mot « grave ».
• Produire un discours sur l’information diagnostique lorsque l’anomalie n’est pas visible sur le corps.
• FI : jeux de rôles/travailler la verbalisation en partant de situations de simulation basées sur des degrés de sévérité variables.
• FC : approche de la pédagogie narrative.
• FI et FC : simulation en santé.
Scénarii de situation d’accompagnement complexe en raison de représentations réductrices de l’insuffisance rénale.
Savoir percevoir le couple. • Améliorer les connaissances sur l’approche globale du patient.
• Évaluer les caractéristiques cognitives, émotionnelles et culturelles des couples.
Modules de formation (initiale comme continue) basés sur la méthode du groupe focalisé.
Dimension cognitives, sociales et affectives Savoir anticiper et mesurer l’impact des mots du médecin durant le parcours d’annonces. Favoriser l’empowerment du patient acteur dans son parcours d’annonces. • Entretiens simulés avec despatients-ressources.
• Scénarii de formation en formation initiale basés sur quatre situations :
— le manque d’explications,
— le manque d’espoir,
— le manque d’humanité,
— un discours médical inadéquat voire abusif.
Savoir gérer l’incertitude médicale dans les consultations de parcours d’annonces diagnostiques. Adopter une attitude empathique dans le contexte du diagnostic incertain. • FI : scénarii de simulation en santé basés sur les « zones grises ».
• En FC : groupes d’analyses de pratiques autour de parcours en « zones grises ».
Savoir adapter son discours et intégrer le parcours de vie avec l’insuffisance rénale dès le diagnostic. Mobiliser l’approche biopsychosociale et developper un regard réflexif sur son discours. FI et FC : groupes d’analyses de pratiques : mutualiser les savoirs des équipes.
Dimensions cognitives, sociales et affectives
Dimension pédagogique
Savoir préparer aux parcours de soins, savoir préparer au rôle de parent-aidant et savoir soutenir par la verbalisation. • Transmettre des informations sur le parcours de vie avec l’insuffisance rénale infantile, et notamment ses impacts sur la vie familiale, personnelle et professionnelle.
• Soutenir par la verbalisation
Dispositif associant le groupe de discussion et la simulation en santé.
Dimension de coordination entre les intervenants du parcours d’annonce Savoir mobiliser la communicationinterprofessionnelle. • Améliorer la coordination entre professionnels non-hospitaliers compris.
• Prendre conscience des incohérences dans les discours qui réduisent la qualité de l’accompagnement des parcours d’annonces.
fi : situations d’apprentissage par résolution de problèmes.
fc :
— simulation d’une consultation d’annonces à plusieurs médecins,
— approche réflexive.

25Réfléchissons à présent au rôle singulier, mais aussi aux difficultés, des équipes en sciences de l’éducation dans le champ de la formation des professionnels de santé.

3 Le rôle des équipes en sciences de l’éducation

26En tant que spécialistes de l’ingénierie pédagogique, les équipes en sciences de l’éducation peuvent apporter des supports pour penser la formation des médecins à l’accompagnement au parcours d’annonce.

3.1 Enrichir les modalités pédagogiques de formation des médecins

27Actuellement, le D.P. C. s’appuie sur différentes méthodes pédagogiques. Sur l’ensemble des formations dédiées aux médecins, toutes spécialités comprises :

  • 3451 formations proposent la méthode « pédagogique ou cognitive – en groupe » : formation présentielle (congrès scientifique, séminaire, colloque, journée, atelier, formation interactive, formation universitaire...),
  • 1148 formations s’appuient sur la méthode « pédagogique ou cognitive – individuelle » : formation à distance (e-learning, supports écrits et numériques...) et formations diplômantes ou certifiantes,
  • 1323 formations mobilisent la méthode « analyse des pratiques – revue de dossiers et analyse de cas ».

28En ce qui concerne les formations dédiées aux néphrologues :

  • 291 formations proposent la méthode « pédagogique ou cognitive – en groupe » : formation présentielle (congrès scientifique, séminaire, colloque, journée, atelier, formation interactive, formation universitaire...),
  • 110 formations développent la méthode « pédagogique ou cognitive – individuelle » : formation à distance (e-learning, supports écrits et numériques...) et formations diplômantes ou certifiantes,
  • 97 formations mettent en place la méthode « groupe d’analyse de pratiques, staff des équipes médico-soignantes ou médico-techniques, pratiques réflexives sur situations réelles ».

29On peut donc constater que la modalité largement majoritaire reste actuellement la formation en groupe, et notamment lors de congrès scientifiques. Les temps de formation des médecins donnent souvent lieu à des séminaires avec des présentations de résultats de recherche. Il existe donc un enjeu, celui de proposer d’autres modalités par lesquelles renouveler la formation des acteurs du soin.

3.2 Intégration des patients-ressources

30La mobilisation des sciences de l’éducation est susceptible d’apporter un éclairage nouveau en identifiant les besoins de professionnalisation portant sur les parcours d’annonces. La présence d’une équipe en sciences de l’éducation jouerait un rôle de médiation humaine, plus distanciée du soin, ce qui pourrait favoriser les interactions en réinterrogeant des évidences pour les soignants, la médiation humaine et les interactions étant deux principes qui contribuent fortement à l’acte d’apprentissage (Conjard, 2003).

31Des formateurs, des spécialistes de pédagogie et d’ingénierie pédagogique interviennent déjà dans le milieu hospitalier en participant à la conception et à la conduite d’actions de formation et éducatives pour accompagner des patients, comme dans le cas de campagnes de prévention (Dominicé et Jacquemet, 2009). Notre contribution va dans ce sens. Il s’agirait de participer à la conception de formations permettant aux professionnels de santé de mobiliser l’approche du co-accompagnement entre médecins et patients dans les parcours d’annonces. L’apport fondamental d’une telle action de formation serait d’intégrer, de façon centrale, les patients-ressources dans les façons de concevoir les parcours en anténatal et en post-natal. Cela pourrait aboutir à une réflexion en termes de partenariat véritable et à une reconnaissance de différents statuts :

  • dans l’accompagnement des parcours des pairs, c’est-à-dire des autres patients,
  • dans la formation initiale et continue des médecins afin de développer la réflexion sur le co-accompagnement.

32En ce sens, notre enquête pourrait être reprise lors d’une session de formation pour conduire une réflexion avec les équipes de soins. Elle peut constituer un support pour travailler sur les discordances mises en évidence entre les vécus des médecins et ceux des patients. Notre étude a fait apparaître la nécessité pour le médecin d’inscrire son discours dans une perspective pouvant être celle du parcours de soins et du parcours de vie pour les familles. Une réflexion sur le nouveau rôle familial et social de parent-aidant trouverait sa place ici.

33L’une des fonctions des équipes en sciences de l’éducation serait aussi de mutualiser les ressources pédagogiques existantes dans les équipes médicales concernées par les parcours d’annonces, pour les faire connaître et les rendre visibles à l’ensemble de la communauté des professionnels du soin. Pour ce faire, il serait possible d’envisager la création d’un centre pédagogique virtuel accessible à n’importe quel médecin en France, quel que soit le lieu géographique où il exerce. Le travail de l’équipe en sciences de l’éducation porterait sur la centralisation d’une base de données audio et vidéo à partir d’entretiens avec des professionnels de santé, de consultations d’annonce simulées et filmées lors de formations ou d’entretiens simulés avec des patients-ressources. Ce travail pourrait se faire en collaboration avec la Société de néphrologie pédiatrique.

34Enfin, nous proposons de réfléchir aux éventuelles difficultés auxquelles les équipes en sciences de l’éducation pourraient être confrontées et aux pistes pour y répondre.

3.3 Répondre aux difficultés des équipes en sciences de l’éducation

35Une des difficultés que pourraient rencontrer les équipes en sciences de l’éducation concerne la légitimité, aux yeux des médecins, à intervenir sur le thème des parcours d’annonces sans compétences médicales. Toutefois, un travail montrant l’expertise des professionnels en sciences de l’éducation sur des questions pédagogiques inciterait très certainement à travailler en collaboration avec les équipes de soins, dans une logique complémentaire et comprise comme telle.

36On peut imaginer des résistances de la part des professionnels de santé en poste à se dégager de leurs obligations professionnelles pour participer à des temps de formation. En effet, les médecins avancent souvent le manque de temps. Un travail de sensibilisation à mener par les équipes en sciences de l’éducation auprès des chefs de services s’avèrerait indispensable.

37Pour parvenir à mobiliser des médecins non hospitaliers, y compris des généralistes dans des formations dont le thème pourrait leur sembler quelque peu éloigné des parcours de patients rencontrés, là encore un travail explicatif s’avèrerait nécessaire. Il pourrait se réaliser en amont des formations, par une collaboration forte entre professionnels du soin et équipes en sciences de l’éducation. La coordination de l’ensemble des acteurs du parcours d’annonces, hospitaliers ou non, représente une compétence centrale pour les praticiens. Les équipes en sciences de l’éducation, champ particulièrement propice à la transversalité, ont donc un rôle à jouer.

38En formation initiale, les programmes sont très chargés et les interventions déjà très denses. La mise en œuvre de nos propositions supposerait des ajustements par rapport à certaines interventions. Cela nécessiterait en outre de revoir la forme des évaluations actuelles en intégrant des modalités d’évaluation à partir de simulations avec des patients-ressources. Inclure ces derniers dans les cursus de formation entraîne un important renouvellement du système des études de médecine. Mais cela correspond aux orientations actuelles incitant au développement de la simulation en santé. La conférence de consensus international sur la recherche en simulation de 2011 a identifié dix axes de recherche majeurs, dont l’ évaluation de l’impact de la simulation sur l’évolution des patients » et l’« étude des méthodes permettant d’évaluer la transformation de l’apprentissage par la simulation » (H.A.S., 2012 : 29). Enfin, cela viendrait affirmer la nécessaire mise en place d’un partenariat médecin-patient à tous les niveaux du soin, de la formation des médecins à la prise en charge des personnes malades.

Notes

1 Les dimensions des compétences d’accompagnement sont interdépendantes, toutefois nous avons signalé la présence de compétences prépondérantes par une police en gras.

2 Formation initiale (FI).

3 Formation continue (FC).

Table des illustrations

Titre Schéma 5 — Représentation de l’accompagnement aux transformations des rôles sociaux des patients durant les différents parcours, du parcours d’annonces au parcours post-natal. Schéma élaboré par les auteures
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search