Version classiqueVersion mobile

Éducation, formation et santé

 | 
Séverine Colinet
, 
Céline Avenel

Troisième partie. Les parcours d’annonces d’après les discours des acteurs

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

1Au terme de cette partie, nous sommes en mesure d’identifier différents types d’accompagnement mis en place par les médecins auprès des patients :

  • un accompagnement durant les consultations d’anténatal ;
  • un accompagnement à la prise de décision pendant le parcours d’annonces ;
  • un accompagnement aux transformations des rôles sociaux chez les patients pendant ce parcours.

2Il ressort que les parcours d’annonces diagnostiques de l’anomalie rénale durant la grossesse, et leurs accompagnements, constituent une situation génératrice de contraintes pour les médecins et les patients en raison :

  • des difficultés communicationnelles intervenant dans l’interaction médecin-patient du fait d’une incertitude clinique ;
  • de la nécessité d’inscrire des parcours d’annonces dans une progression temporelle afin de faciliter le processus décisionnel du couple, notamment lorsque l’éventualité de l’I.M.G. est posée ;
  • de tensions issues du discours médical qui contraignent l’empowerment du patient durant le parcours d’annonces ;
  • d’une absence de formalisation des parcours d’annonces.

3L’enquête nous a permis de mettre en évidence une résistance à dépasser les apprentissages informels des praticiens. Ces apprentissages correspondent à « tout phénomène d’acquisition et/ou de manifestation durable de savoirs (déclaratifs, procéduraux ou comportementaux) produits en dehors des périodes explicitement consacrées par le sujet aux actions de formation instituées (par l’organisation ou par un agent éducatif formel) et susceptibles d’être investis dans l’activité professionnelle » (Cristol et Muller, 2013 : 32). Plus précisément, l’apprentissage des parcours d’annonces répond à une logique qui se situe à un niveau d’apprentissage informel non-intentionnel qui relève de leur socialisation professionnelle. Il s’agit d’« un apprentissage tacite, presque naturel des valeurs, attitudes, comportements, savoir-faire et connaissances » (ibid., 2013 : 21).

4Selon Dubar (1991), la socialisation professionnelle se traduit par la transmission et l’acquisition de façons de faire, d’être et de penser collectives. Les acquis identitaires qui en découlent constituent des formes de reconnaissance et d’appartenance au groupe professionnel. Par conséquent, le refus de remettre en question ce qui semble avoir le statut de valeurs communes, c’est-à-dire ne pas rompre l’intimité d’une consultation et ne pas remettre en question l’apprentissage autonome et expérientiel des parcours d’annonces traduiraient la tendance inhérente à cette socialisation professionnelle. Rompre l’intimité de la relation médecin-patient par la formalisation des discours, des postures et des compétences reviendrait à se différencier d’une norme traditionnelle commune.

5En tout état de cause, l’idée qui résulte de cette partie est celle d’un besoin incessant de formation aux parcours d’annonces afin d’articuler l’expérience des médecins et celle des patients.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search