Version classiqueVersion mobile

Éducation, formation et santé

 | 
Séverine Colinet
, 
Céline Avenel

Première partie. Les mutations dans le soin et la formation médicale

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1Cette première partie a mis en exergue les mutations en œuvre relatives à la figure du patient. Les patients sont acteurs et même partenaires des équipes de soins. Ils demandent une reconnaissance de leur expérience vécue par les professionnels. Patient-ressource, patient-navigateur, patient-expert, patient-partenaire, patient-formateur mais aussi patient-chercheur, autant d’expressions qui désignent les nouvelles figures des patients qui s’efforcent de représenter leurs intérêts en étant présents dans l’ensemble des phases du soin, c’est-à-dire lors de la prise en charge comme dans la formation des professionnels et dans les institutions de recherche. Ils impulsent un certain renouveau dans la relation soignant-soigné qui n’est pas sans retentissement en matière de professionnalisation. Une mutation clé concerne également l’éducation thérapeutique du patient qui figure dans les textes réglementaires. La participation active du patient devient un objet de formation.

2Ces mutations ont entraîné une diversification et une multiplication des acteurs dans la démarche de soin. Les patients, l’entourage familial et les associations de patients ont développé une expertise issue de leurs parcours avec la maladie. Ils constituent aussi une force d’action dans la réflexion sur les pratiques de soin en formalisant des attentes sur le plan de l’accompagnement du patient. Si certaines attentes se sont concrétisées à travers le développement du modèle biopsychosocial voire du modèle partenarial, ou encore en matière de droits des patients, elles restent éparses dans le champ de l’annonce.

3Au niveau des contenus de formation, nous avons pu constater que la terminologie employée est celle « d’annonce ». Il n’est pas question de « parcours d’annonces », notion qui introduit l’idée d’une progression propre aux patients comme aux praticiens.

4Les contenus pédagogiques de chaque cycle de la formation initiale des médecins montrent que l’annonce est explicitement mentionnée en tant qu’objectif d’acquisition, mais les compétences qui sont liées sont peu explicitées.

5Notre ouvrage prend une importance particulière au regard de la place des parcours d’annonces notamment dans le dispositif actuel du D.P. C. en santé. Même si la thématique de « l’annonce » est présente dans les contenus de la formation continue, elle semble peu représentée au regard du nombre de programmes de formation ouverts aux médecins comme aux professionnels de santé. En outre, elle reste peu explicitée par spécialité, à l’exception de la cancérologie.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search