Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

La génétique littéraire

Un exemple d'étude microgénétique : le début du second chapitre de Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert

Florence Pellegrini

Texte intégral

  • 1 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, PUF, 1994, p. 109.

1Depuis une trentaine d'années, la critique littéraire s'est enrichie d'une nouvelle approche, la critique génétique, qui se propose, par l'étude des manuscrits de travail des écrivains, de mettre en évidence le processus créateur qui a donné naissance à l'œuvre. Contrairement aux autres méthodes critiques, elle n'a pas pour visée ultime le texte mais l'écriture, « entendue comme avènement et événement, comme processus d'énonciation écrite. »1 Elle opère donc un déplacement d'intérêt du texte vers les étapes de son élaboration, vers le « brouillon », état mouvant et incertain, « laboratoire secret » de l'écrivain. Elle opère également une série de déplacements critiques : parce qu'elle recherche et exhibe ce qui, par essence, ne doit pas être publié ; parce qu'en considérant le texte édité comme une étape du processus à l'égal des précédentes — étape ultime, certes, mais pas « meilleure » — elle le désacralise ; parce qu'elle renferme toujours une part d'incertitude liée aux difficultés d'établissement des dossiers génétiques ou aux erreurs de déchiffrement des manuscrits, elle provoque parfois scepticisme et méfiance. Quant aux éditions génétiques, qui pourraient participer de la diffusion et de la reconnaissance de cette approche critique, elles restent marginales, les manuscrits abondants et protéiformes des écrivains se prêtant mal au format livresque.

  • 2 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? Le cas Flaubert : essai de typologie fonctionn (...)
  • 3 Ibid., p. 33.

2Pourtant, la critique génétique, loin de s'opposer aux autres approches critiques, peut s'allier à elles afin de compléter, d'affiner la perception que l'on a d'une œuvre, la connaissance de la poétique d'un écrivain. Et pour certains textes marqués par l'indétermination, où opèrent des « stratégies d'inachèvement »2, l'approche génétique peut s'avérer particulièrement efficace et « éclairante » : l'étude des manuscrits de travail est alors un moyen de contrôler et d'enrichir les hypothèses formées à partir du texte final. Ainsi pour Flaubert, et en particulier pour Bouvard et Pécuchet, œuvre ultime et « hénaurme », l'étude des « brouillons » permet de valider, de préciser des interprétations que « le texte laisse souvent à l'état d'hypothèses, et parfois même à l'état de simples conjectures. »3 Dans ce roman monumental, au sens souvent « indécidable », l'analyse du dossier de genèse, si elle permet de mieux cerner le processus d'élaboration de l'œuvre flaubertienne, est aussi une aide précieuse pour la compréhension même du texte.

Qu'est-ce que la critique génétique ? État des lieux4

  • 4 Les remarques qui suivent sont largement inspirées de l'ouvrage d'Almuth Grésillon, Eléments de cr (...)
  • 5 Almuth Grésillon, op. cit., p. 1.
  • 6 Almuth Grésillon, op. cit., p. 12.
  • 7 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre » (...)
  • 8 Ibid.

3Apparue au début des années 1970, la critique génétique, en tant qu'étude des traces écrites de la genèse d'une œuvre littéraire, a progressivement défini son objet propre et s'est peu à peu dotée d'outils adaptés. Comme le précise Almuth Grésillon, il s'agit d'étudier « les manuscrits de travail des écrivains en tant que support matériel, espace d'inscription et lieu de mémoire des œuvres in statu nascendi. »5 La génétique textuelle s'intéresse donc tout autant au papier — il faudrait d'ailleurs mettre l'expression au pluriel, tant est grande la diversité des supports utilisés par les écrivains : carnets, calepins, feuilles volantes ou, plus insolites, cartes à jouer comme dans le cas de Rousseau — et à l'aspect matériel des manuscrits qu'au processus créateur dont ils portent la trace. La critique génétique vise en effet à rendre compte d'une dynamique, à restituer et à rendre visible le travail d'élaboration d'une œuvre. Elle « traque à la fois l'écriture débordante du désir et la scription réglée du calcul »6, c'est-à-dire que loin de sacraliser le dernier état du texte — publié ou non — elle s'attache à mettre à jour les différents possibles narratifs envisagés par l'écrivain avant que ne s'établisse un choix et que ne se « fabrique » le texte définitif. L'approche génétique se propose ainsi de déplacer l'interrogation critique « de l'écrit vers l'écriture, de la structure vers le processus, de l'œuvre vers sa genèse. »7 Considérant que le texte définitif d'une œuvre littéraire est le résultat « d'un travail, d'une élaboration progressive, [elle] s'est donné pour objet cette dimension temporelle de devenir-texte. »8 Un premier problème apparaît donc, intimement lié à la nature même de la critique génétique : celui de la conservation de la genèse de l'œuvre.

Spécificité du manuscrit moderne

4L'approche génétique nécessite comme préalable indispensable l'existence même et la conservation des manuscrits de travail des auteurs : qu'ils soient brouillons rédactionnels, plans ou simples notes, tous n'ont pas été conservés, détruits par le temps ou les auteurs ou tout simplement égarés voire perdus. Le statut extrêmement fluctuant du manuscrit au cours des siècles a contraint la critique génétique à circonscrire son champ d'étude aux manuscrits « modernes », en particulier les manuscrits du xixe et du xxe siècles.

5Le manuscrit « moderne », objet de la critique génétique, se distingue du manuscrit « ancien » par sa fonction : c'est un manuscrit de travail, destiné à un usage privé de l'écrivain, contrairement au manuscrit ancien qui, jusqu'à l'apparition de l'imprimé au xve siècle, permettait d'assurer la diffusion, la circulation des textes. Le manuscrit ne présente d'intérêt pour le généticien que comme brouillon au sens large, trace individuelle d'une création, témoin d'un travail d'élaboration et marque d'une originalité. Les manuscrits médiévaux, généralement anonymes et transcrits par des copistes — avec toutes les « variantes » et modifications textuelles qu'une telle pratique peut engendrer —, n'entrent donc pas dans le cadre des études génétiques.

  • 9 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Seuil, 1989, p. 24.

6Quant à la conservation des brouillons des écrivains, elle n'a pu s'effectuer qu'avec l'émergence progressive du concept « d'auteur ». Comme le précise Bernard Cerquiglini, « le brouillon devient désirable, quand le texte se fige et que son auteur a des droits. »9 Et il faudra attendre la fin du xviiie siècle pour qu'une loi garantisse à l'écrivain des droits d'auteur. C'est donc sous l'influence conjuguée de progrès techniques et de mutations sociales et idéologiques qui aboutissent à la reconnaissance de l'écrivain comme créateur original et singulier qu'apparaît le brouillon moderne.

  • 10 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre » (...)

7Dernier facteur important pour la conservation des manuscrits de travail, le changement radical de l'attitude des écrivains eux-mêmes. Abandonnant peu à peu une esthétique de la perfection qui voulait que l'auteur masquât toute la phase d'élaboration de son œuvre, les écrivains ont scrupuleusement gardé leurs manuscrits en vue d'une communication — souvent posthume — au grand public : ainsi Stendhal qui fit relier ses manuscrits autobiographiques en vue d'une publication ultérieure, ou Victor Hugo qui légua par codicille testamentaire tous ses manuscrits à la Bibliothèque nationale. Très nettement au xixe siècle, en liaison avec le changement de statut social de l'écrivain, le brouillon acquiert une valeur officielle et publique — une valeur marchande aussi —, ce qui explique que nombre d'écrivains aient gardé leurs manuscrits de travail. Et c'est ce manuscrit spécifique, « historiquement déterminé entre la fin du xviiie et le xxe siècle »10 que la critique génétique se propose d'étudier.

Constitution et analyse d'un dossier génétique

  • 11 Je dois cette distinction à Pierre-Marc de Biasi. Louis Hay et Almuth Grésillon utilisent une term (...)
  • 12 La phase prérédactionnelle regroupe les documents de préparation et de programmation de l'œuvre (s (...)
  • 13 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? », opcit., p. 53.

8L'observation des manuscrits de travail des écrivains révèle que les démarches créatrices varient considérablement d'un auteur à l'autre, générant des manuscrits d'aspect très divers. Toutefois, à l'intérieur de cette diversité, il est convenu de distinguer deux grands types d'écritures littéraires : les écritures « à déclenchement rédactionnel » — type Stendhal — et les écritures « à programmation scénarique » — type Flaubert11. De ces deux démarches résultent des dossiers de genèse différents et la méthode critique doit prendre en compte cette diversité afin de restituer au mieux le cheminement de l'écriture. Si la plupart des dossiers de genèse font apparaître, comme le précise Pierre-Marc de Biasi, « la succession de plusieurs phases de travail : les phases prérédactionnelle, rédactionnelle, pré-éditoriale, éditoriale »12, le nombre des manuscrits se rapportant à chacune de ces phases fluctue selon les écrivains et selon les œuvres. Ainsi, pour les écritures « à déclenchement rédactionnel », la phase prérédactionnelle est pratiquement inexistante. Et que dire de la phase éditoriale voire de la phase pré-éditoriale pour des œuvres inachevées, comme le Second volume de Bouvard et Pécuchet de Flaubert ou la Vie de Henry Brulard de Stendhal ? « Chaque genèse singulière traverse le champ des étapes virtuelles de l'écriture à son rythme propre et selon un itinéraire unique. »13

  • 14 Voir, par exemple, le travail de spécification et de classement qu'a réalisé Pierre-Marc De Biasi (...)

9À l'hétérogénéité des manuscrits provoquée par les démarches divergentes des écrivains vient s'ajouter celle liée à la phase d'élaboration dans laquelle les manuscrits s'inscrivent : pour une même œuvre, un écrivain peut accumuler notes documentaires, plans, ébauches, brouillons, le dossier de genèse devenant alors un ensemble disparate qu'il convient, avant même de procéder à l'analyse, de répertorier, spécifier et classer14, afin de proposer des outils d'étude adaptés.

  • 15 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre » (...)
  • 16 Almuth Grésillon, opcit., p. 113.
  • 17 Ibid., p. 116.

10De fait, le travail du généticien s'articule autour de quatre étapes : tout d'abord il convient de collecter — et de dater — les manuscrits se rapportant à l'œuvre étudiée, manuscrits qui peuvent être dispersés dans diverses collections, divers lieux ou pays. Dans un second temps doit s'effectuer un travail de spécification, c'est-à-dire une reconnaissance et un classement des manuscrits par type (plan, notes, brouillons, mise au net...) et par phase. La troisième opération, plus précisément centrée sur les brouillons, vise à restituer « l'ordre chronologique de leur production »15. Le généticien n'est donc pas seulement un critique littéraire interrogeant les divers états du texte, c'est aussi un archiviste, un bibliothécaire qui doit organiser le matériau brut, support de son travail. Quant à la dernière étape, le déchiffrement des manuscrits, elle est concomitante des précédentes : « classer et déchiffrer les documents d'un dossier génétique sont deux opérations conjointes et solidaires qui s'effectuent dans un va-et-vient permanent. »16 Le déchiffrement doit être le plus exhaustif possible. Il s'agit non seulement de « lire à la lettre » le manuscrit — et lorsque l'on a approché la graphie de certains écrivains, on sait combien cette opération peut s'avérer délicate —, mais également de lire « les mots sous les mots », « deviner sous le trait de la biffure le signifiant supprimé, savoir chercher son substitut dans l'espace alentour. »17 Une fois ce patient travail d'organisation et de déchiffrement achevé, il s'agira pour le généticien d'en rendre compte dans une transcription la plus fidèle et la plus complète possible, ce qui n'est pas sans poser problème tant l'aspect des manuscrits peut s'avérer confus et hétéroclite.

11Une autre cause d'hétérogénéité qu'il faut évoquer : le genre littéraire dans lequel s'inscrit l'œuvre. En effet, les dossiers génétiques seront très différents selon qu'il s'agit d'un roman, d'une nouvelle, d'une pièce de théâtre ou de poésie. Différents en volume, tout d'abord — et l'on comprend aisément qu'une nouvelle ou un conte fournisse un dossier de genèse plus réduit qu'un long roman — mais différents également par la nature, l'aspect des manuscrits. Ainsi la critique génétique se démultiplie en fonction des objets à étudier, de façon d'autant plus considérable qu'une telle approche peut s'appliquer non seulement à la genèse d'œuvres littéraires mais également aux autres domaines artistiques.

  • 18 L'avant-texte désigne « l'ensemble de tous les témoins génétiques écrits conservés d'une œuvre ou (...)
  • 19 Almuth Grésillon, op. cit., p. 31.
  • 20 Pierre-Marc de Biasi, « Edition horizontale, édition verticale. Pour une typologie des éditions gé (...)
  • 21 Jean Starobinski, « Approche de la génétique des textes : introduction pour un débat », Naissance (...)

12Cette méthodologie rigoureuse et complexe traduit bien le déplacement d'intérêt qu'opère la critique génétique : rétablissant une chronologie dans la masse confuse des manuscrits de travail, elle permet la mise à jour du processus créateur, le dernier état du texte prenant sa place dans la chronologie au même titre que les autres. Si pour l'établissement de l'avant-texte18 un regard « téléologique » reste inévitable — comment reconstituer un ordre dans les brouillons rédactionnels si ce n'est en comparant les divers états du texte à la version finale ? —, le dernier état du texte n'est pas privilégié. L'enjeu de la critique génétique n'est pas « l'édition du meilleur texte, mais l'élucidation du travail d'écriture »19. Il s'agit de « rendre intelligible une étape de [la] genèse [d'une œuvre] ou le processus qui lui a donné naissance », de donner à lire « ce qui se trouve en amont : un certain état, inachevé et encore virtuel, de l'écriture. »20 Chaque étape du texte, chaque rature, chaque ajout ou suppression doit être considéré, dans cette mise à jour du « mouvement vers l'œuvre », comme le suggère Jean Starobinski : « suffit-il de lire les « avant-textes » en fonction du texte final qui veille en eux comme leur avenir caché ? N'y a-t-il pas illusion rétrospective, à croire que le texte définitif se cherchait lui-même dès sa première mise en train, comme si une intention première devenait de plus en plus sûre d'elle-même à mesure qu'elle progresse ? [...] Si c'est « l'expérience » qui compte [...] tout aura, à titre égal, valeur d'indice pour le lecteur qui veut savoir. »21

Un exemple d'étude microgénétique : le début du chapitre II de Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert.

13Appliquée à Flaubert, l'analyse génétique s'avère particulièrement efficace : parce que la « méthode de travail » de l'auteur étayée d'une solide recherche documentaire est productrice de nombreuses traces écrites (notes de voyage ou de lecture) ; parce que Flaubert a conservé ses manuscrits de travail, depuis la plus petite note jusqu'aux scénarios et aux brouillons rédactionnels, qui nous sont parvenus par l'intermédiaire de sa nièce Caroline Franklin Grout ; parce que Flaubert, enfin, « piochait » inlassablement ses textes, les retravaillait sans cesse jusqu'à l'obtention de la phrase idéale, digne d'être clamée dans le « gueuloir ». Pour chaque page de chacune des œuvres de Flaubert, nous possédons plusieurs états du texte, à des degrés divers d'achèvement. Si l'on met de côté les plans et scénarios pour ne considérer que les brouillons rédactionnels, les versions d'un même passage sont nombreuses qui nous révèlent le perfectionnisme de leur auteur.

Établissement du dossier génétique

  • 22 L'édition de référence utilisée est celle de Claudine Gothot-Mersch, Folio, 1991. J'indique le num (...)

14Cette analyse porte sur le début du second chapitre de Bouvard et Pécuchet, ultime roman de Flaubert qui aborde successivement tous les domaines du savoir et se donne à lire comme un répertoire critique des sciences et des arts. Le fragment étudié correspond aux trois paragraphes inauguraux du second chapitre du texte final.22 Il s'agit du début de la phase expérimentale du récit, sorte de nouvel incipit qui présente le cadre essentiel de l'action : la ferme acquise par les deux bonshommes et la campagne environnante.

Quelle joie le lendemain en se réveillant ! Bouvard fuma une pipe, et Pécuchet huma une prise qu'ils déclarèrent la meilleure de leur existence. Puis ils se mirent à la croisée pour voir le paysage. On avait en face de soi les champs, à droite une grange, avec le clocher de l'église, — et à gauche un rideau de peupliers. Deux allées principales, formant la croix, divisaient le jardin en quatre morceaux. Les légumes étaient compris dans les plates-bandes, où se dressaient, de place en place, des cyprès nains et des quenouilles. D'un côté, une tonnelle aboutissait à un vigneau, de l'autre un mur soutenait les espaliers ; — et une claire-voie, dans le fond, donnait sur la campagne. 11 y avait au delà du mur un verger, après la charmille un bosquet, derrière la claire-voie un petit chemin. (p. 74)

  • 23 op. cit., p. 111.

15La constitution du dossier génétique s'est révélée assez aisée dans la mesure où, comme le fait remarquer Almuth Grésillon, « les manuscrits [de Flaubert] sont tombés « dans le domaine public » et méticuleusement répertoriés par des chercheurs passionnés par les manuscrits de « l'homme-plume ». »23 J'ai choisi de réduire mon étude aux manuscrits de la « phase rédactionnelle », rassemblés en trois volumes de « brouillons » (1 203 feuilles) et un volume de trois cents feuilles réservé au manuscrit autographe. Tous ces manuscrits sont conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen.

  • 24 Tous les fac-similés des manuscrits flaubertiens sont consultables à L'Institut des Textes et Manu (...)

16La consultation des manuscrits de Bouvard m'a permis de rassembler neuf versions différentes de la première page du second chapitre : huit versions appartenant aux brouillons (ms g 225) auxquelles s'ajoute la page de mise au net du manuscrit autographe (ms g 224, f° 16). Parmi les huit feuillets du brouillon, on peut établir deux sous-ensembles : trois feuillets de type scénarique, comportant des indications qui concernent l'ensemble du second chapitre (f° 70, f° 76 v°, f° 71) et cinq feuillets de réécritures successives de la première page du chapitre (f° 81 v°, f° 77 v°, f° 84 v°, f° 75 v°, f° 103 v°). L'ordre dans lequel je présente ces feuillets correspond à mon propre classement.24

17Ce passage, qui rapporte l'installation des deux personnages principaux dans un petit village, Chavignolles, situé entre « Caen et Falaise », et leur découverte émerveillée de la campagne environnante le matin qui suit leur arrivée dans leur nouvelle demeure, est esquissé très tôt par Flaubert. Sa correspondance ainsi que ses « Carnets de travail » en portent la trace. Il s'agit pour l'auteur de « planter le décor » dans lequel les personnages vont évoluer jusqu'à la fin du roman puisque l'action, initialement située à Paris (chapitre I), se déplace dans la campagne normande pour les chapitres II à X.

18L'observation des brouillons rédactionnels révèle que le passage descriptif inaugural figure dès les premières versions du texte, précédé d'une présentation rapide des protagonistes.

  • 25 Yvan Leclerc, La Spirale et le Monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, Sedes, (...)

19Le f° 70 condense la présentation des personnages en une formule symétrique — « une pipe et une prise » — qui ne mentionne pas le propriétaire de chacun des accessoires, pipe et tabatière. On retrouve le même phénomène dans les f° 76 v° et 71, avant que n'apparaissent des initiales dans le f° 81 v° (« B. fuma une pipe et P. huma une prise qui leur parut la meilleure de toute leur vie »). Au folio suivant (f° 77 v°), les personnages sont nommés. On retrouve donc en ce début de chapitre le parallélisme et la complémentarité qui président à l'organisation des portraits des deux bonshommes. Comme le souligne Yvan Leclerc, l'indétermination présente dès le scénario, qui « divise mais ne distribue pas (« L'un prise, l'autre fume. ») [...] aboutit à la répartition Bouvard - Pécuchet, en particulier dans ce petit chef-d'œuvre de parallélisme syntaxique, morphologique, prosodique et phonétique [...] : « Bouvard fuma une pipe, Pécuchet huma une prise ». »25 Quant à l'état d'esprit de Bouvard et de Pécuchet en ce premier matin chavignollais, il est, à leur « réveil » — le terme figure au début de la première ligne des f° 70, 76 v° et 71 —, rigoureusement identique : leur enthousiasme est traduit par l'usage du superlatif « la meilleure de leur vie » dans les f° 70 et 76 v°. Le f° 71 propose une variation en « merveilleuse », adjectif remplacé par « suave » dans les f° 84 v° et 75 v°. Le choix final du seul superlatif, s'il évoque un paroxysme de bonheur, a estompé la douceur, la sensualité suggérées par le qualificatif « suave ».

20Une autre atténuation que révèlent les brouillons consiste en la suppression du déterminant de totalité dans la même expression. Apparu tardivement dans le f° 77 v° — « la meilleure de toute leur vie » —, il se maintient dans le f° 84 v° — « la plus suave de toute leur existence ». Le f° 75 v° montre une hésitation (le terme est raturé à deux reprises) qui se conclura par l'élimination du terme dans le manuscrit autographe. Or ce déterminant de totalité n'aura de cesse de proliférer dans la suite du roman, en particulier dans les paragraphes évoquant les ouvrages consultés par Bouvard et Pécuchet, références obligatoires de chacune de leurs « expériences ». Les « résumés » sont en effet élaborés selon une même technique, caractérisée par la récurrence de tournures à valeur impérative où se trouvent associés tours impersonnels ou pronoms indéfinis, présents de vérité générale et déterminants de totalité :

- Toutes les affections proviennent des vers. (p. 128)
- Toutes les viandes ont des inconvénients, (p. 135)
- Tous les corps animés reçoivent et communiquent l'influence des astres. (p. 280)

21Si le mode de présentation systématique et péremptoire peut, dans certains cas, renvoyer à une forme adoptée par les ouvrages eux-mêmes (manuels techniques ou guides, par exemple), le lecteur a le plus souvent l'impression qu'il relève de la méthode de lecture particulière des deux bonshommes, et des déformations qu'ils font subir au texte original. Les parallélismes de construction sont trop nets pour ne pas alerter le lecteur. Les énoncés deviennent alors incertains, suspects, sans qu'il soit possible de déterminer où s'arrête la citation littérale de l'ouvrage et où commence l'interprétation défaillante des personnages. Car c'est bien un « défaut de méthode » qui se manifeste dans leur volonté de tirer des enseignements pratiques de tous les livres qu'ils parcourent. Ils « pèchent par excès », comme le révèlent certains passages du roman qui évoquent l'application par Bouvard et Pécuchet des préceptes lus :

- Excité par Pécuchet, [Bouvard] eut le délire de l'engrais. Dans la fosse aux composts furent entassés des branchages, du sang, des boyaux, des plumes, tout ce qu'il pouvait découvrir [...] et poussant jusqu'au bout ses principes, ne tolérait pas qu'on perdît l'urine. (p. 89)
- [Leur manie] était si forte qu'ils regrettaient les monuments sur lesquels on ne sait rien du tout. (p. 167)
- [...] et pour Bouvard et Pécuchet tout devint phallus. (p. 180)
- [La métaphysique] revenait à propos de la pluie ou du soleil, d'un gravier dans leur soulier, d'une fleur sur le gazon, à propos de tout. (p. 310)

  • 26 Gustave Flaubert, lettre du 16 novembre 1879 à Gertrude Tennant.
  • 27 Gustave Flaubert, lettre du 19 août 1879 à Mme Roger des Genettes.

22Une nouvelle fois, l'emploi répété du déterminant de totalité attire l'attention du lecteur sur le caractère excessif des agissements des personnages. Qu'il s'agisse d'interprétation ou d'expérimentation, chaque démarche devient douteuse. Dans un tel contexte, comment analyser la suppression par Flaubert du déterminant de totalité au début du second chapitre ? Peut-être s'agit-il de ne pas trop discréditer les héros en ce début de roman ? Dans cette « revue de toutes les idées modernes »26, cette « encyclopédie critique en farce »27 qu'est Bouvard et Pécuchet, une disqualification trop nette et immédiate des protagonistes irait sans doute à l'encontre de l'effet recherché. Et l'indétermination prévaut dans un texte dont la charge ironique, quoique partout présente, reste souvent « indécidable » parce qu'elle ne se réduit pas à une forme conventionnelle et que son objet n'est pas définitivement circonscrit.

23Une autre hypothèse possible serait un refus de redondance, puisque les sentiments de Bouvard et Pécuchet ouvrent le chapitre de façon tonitruante : à partir du f° 81 v° apparaissent la tournure exclamative et la mention explicite de leur enthousiasme (« Quelle joie à leur réveil ! ») ; le f° 84 v° intègre le complément de temps qui perdurera jusqu'au dernier état du texte (« Quelle joie le lendemain en se réveillant ! »).

  • 28 « Martigny. Le chemin de fer sépare le terrain boisé et pittoresque. De la platitude à gauche. Abs (...)
  • 29 Lettre à Caroline du 24 juin 1874 : « Je placerai Bouvard et Pécuchet entre la vallée de l'Orne et (...)

24La modification la plus intéressante se trouve sans doute au début du passage descriptif qui fait suite à la présentation de Bouvard et Pécuchet. Si l'on se réfère à la correspondance et aux « Carnets de travail », on remarque que Flaubert évoque en des termes identiques le lieu où il va implanter son roman : l'accent est mis sur la « platitude »28 de l'endroit, voire sa « stupidité »29. Dans les « brouillons », la description de la campagne chavignollaise restitue fidèlement cette impression de médiocrité. Le paysage est décrit en des termes qui font écho aux expressions figurant dans le Carnet 18 bis : le f° 71 mentionne, en marge, un paysage « simple, car ils avaient entrepris, dans ce pays superbe [...] de choisir un endroit plat ». Dans les feuillets suivants, l'idée de simplicité est reprise et amplifiée par l'utilisation d'un adjectif à valeur adverbiale « fort » (« Il était fort simple », ms g 225, f° 81 v°, f° 77 v°, f° 84 v°, f° 75 v°, f° 103 v°). Quant à la platitude du lieu, elle est développée de la même manière jusqu'à occuper un paragraphe entier dans le f° 103 v° : « Il était fort simple, car au lieu de s'établir dans un endroit charmant, comme on en trouve partout aux environs, ils avaient choisi le plateau qui sépare la vallée de l'Orne de la vallée d'Auge, et ne fait qu'une plaine d'une monotonie continue. » Initié dès le troisième brouillon rédactionnel (f° 71) sous forme d'un ajout marginal (« il était simple car ils avaient entreprit [sic], dans ce pays superbe entre deux vallées de choisir un endroit plat »), ce paragraphe s'élabore progressivement et se déploie jusqu'au feuillet de mise au net.

  • 30 La transcription se limite aux feuillets 81 v°, 77 v°, 84 v°, 75 v° et 103 v°. J'indique en italiq (...)

25Afin de rendre compte du processus d'amplification du passage, je propose ci-dessous une transcription linéarisée des différents états du texte.30

26f° 81 v° : <<Quelle joie>> à leur réveil <<quand [après] le premier étonnement dissipé ils [reprirent leurs esprits] reconnurent où ils étaient>> <B fuma> une pipe et <P huma> une prise <qui leur parut> la meilleure de leur vie.

27Ils se mirent à la leur [fenêtre] <croisée> pour regarder le paysage. Il était fort simple car [cinq mots illisibles] <au lieu de [choisir] <prendre> leur installation dans> la vallée de l'Orne ou dans la vallée d'Auge <<car dans cette région où les endroits [charmants] <accidentés> sont nombreux>> ils avaient [eu l'esprit de choisir] <choisi leur maison> <sur le plateau> un endroit tout plat.

28f° 77 v° : Quelle joie à leur réveil ! [Quand le premier étonnement dissipé, ils reconnurent où ils étaient] Bouvard fuma une pipe et Pécuchet huma une prise [qu'ils déclarèrent] [<qu'ils déclarèrent l'un et l'autre>] <<qu'ils déclarèrent>> la meilleure de toute leur vie.

29Ils se mirent [à leur] <à la> croisée pour [regarder] <jouir du> le paysage. Il était fort simple, car [dans cette région où les endroits accidentés sont nombreux] [<au lieu de s'établir dans un endroit agréable comme on trouve dans ce pays>] <comme on trouve partout> <<aux environs>> ils avaient choisi le plateau qui sépare la vallée de l'Orne [et] de la vallée d'Auge et [fait] <ne fait qu'une> [trois mots illisibles] plaine [d'une] monotonie [fastidieuse].

30f° 84 v° : Quelle joie [à leur réveil ! Bouvard fuma une pipe et Pécuchet huma une prise qu'ils déclarèrent [< l'un et l'autre>] la meilleure de toute leur vie] <à leur réveil. Ils se levèrent tout de suite> <<Quelle joie le lendemain en se réveillant. B fuma une pipe et P huma une prise qu'ils déclarèrent la plus suave de toute leur exist. Puis ils se mirent à la croisée>> et ils se mirent <tout de suite> à la croisée [pour contempler le paysage] <voir le paysage>.

31Il était fort simple car [au lieu de s'établir] <au lieu de s'établir> dans [un] <un> endroit charmant comme on en trouve [partout] [<partout>] aux environs ils avaient choisi le plateau qui sépare la vallée de l'Orne de la vallée d'Auge <en> [ne] fait / faisant [<faisant>] [qu'] une seule plaine d'une monotonie fastidieuse.

32f° 75 v° : Quelle joie le lendemain en se réveillant. Bouvard fuma une pipe et Pécuchet huma une prise qu'ils déclarèrent la plus suave de [toute] [toute] leur existence puis ils se mirent à la croisée pour voir le paysage.

33Il était fort simple car au lieu de s'établir dans un endroit charmant <comme> on en trouve [partout] <partout> aux environs, ils avaient choisi le plateau qui sépare la vallée de l'Orne de la vallée d'Auge [illisible] et ne fait qu'une plaine d'une monotonie [fastidieuse] <continue>.

34f° 103 v° : Quelle joie le lendemain en se réveillant ! Bouvard fuma une pipe et Pécuchet huma une prise qu'ils déclarèrent la meilleure de toute leur existence. Puis ils se mirent à la croisée pour voir le paysage.

35Il était fort simple, - car au lieu de [choisir] <s'établir dans> un endroit charmant, comme on en trouve partout aux environs, ils avaient choisi le plateau qui sépare la vallée de l'Orne de la vallée d'Auge, et ne fait qu'une plaine d'une monotonie continue.

  • 31 Jean-Luc Seylaz, « Un aspect de la narration flaubertienne : quelques réflexions sur l'emploi du « (...)

36Manifestement pris en charge par un narrateur hétérodiégétique, conscience anonyme, « témoin omniprésent et omniscient sur la convention duquel sont fondées tant de narrations »31, ce paragraphe s'intercale entre une phrase qui introduit la pause descriptive (« Puis ils se mirent à la croisée pour voir le paysage ») et le début de la description de la campagne proprement dite (« On avait en face de soi, des champs, à droite une grange avec le clocher de l'église un peu plus loin, et à gauche un rideau de peupliers »). A la manière des passages explicatifs qui clôturent certaines des « expériences » de Bouvard et Pécuchet et explicitent pour le lecteur les raisons de leur échec, ce paragraphe souligne en même temps qu'il le justifie le décalage qui existe entre le point de vue annoncé — celui, émerveillé, des deux bonshommes — et la vision restituée, dominée par la médiocrité et la platitude. De cette « charnière explicative », laborieusement élaborée au travers de six feuillets (f° 71, 81 v°, 77 v°, 84 v°, 75 v°, 103 v°), ne subsiste dans le manuscrit autographe qu'une bribe (« Il était simple », ms g 224, f° 16) finalement raturée, le texte définitif proposant, dans un enchaînement abrupt, un étrange contraste entre le regard contemplatif porté sur le paysage et la description réalisée.

Quelle joie le lendemain en se réveillant ! Bouvard fuma une pipe, et Pécuchet huma une prise qu'ils déclarèrent la meilleure de leur existence. Puis ils se mirent à la croisée pour voir le paysage. On avait en face de soi les champs, à droite une grange, avec le clocher de l'église, — et à gauche un rideau de peupliers. Deux allées principales, formant la croix, divisaient le jardin en quatre morceaux. Les légumes étaient compris dans les plates-bandes, où se dressaient, de place en place, des cyprès nains et cíes quenouilles. D'un côté, une tonnelle aboutissait à un vigneau, de l'autre un mur soutenait les espaliers ; — et une claire-voie, dans le fond, donnait sur la campagne. Il y avait au delà du mur un verger, après la charmille un bosquet, derrière la claire-voie un petit chemin. (p. 74)

  • 32 « Avec » indique seulement la simultanéité ; « divisaient », « étaient compris » rappellent le lan (...)

37L'abondance d'articles indéfinis (« une grange », « un rideau de peupliers », « une tonnelle », « un petit chemin », « des cyprès », « des quenouilles »), associée à des termes suggérant la petitesse (« nains, « plates-bandes », « vigneau », « petit ») et à l'usage des locutions verbales les plus simples (« on avait », « il y avait »), génère une impression de médiocrité qui s'accorde mal avec la « joie » des personnages. Le recours à une énonciation « neutralisée », dépourvue de toute valeur affective32, confirme la distance entre le personnage focal et la voix narrative. Que la description soit « motivée » par la présence d'une phrase faisant directement référence à la vision ou par la mention de la « croisée », ouverture à travers laquelle le regard peut se déployer, ne suffit pas à garantir la stabilité du texte. Flaubert se jouant manifestement des conventions narratives, le lecteur de cette version finale ne sait guère comment interpréter ces dysfonctionnements du texte, ces entorses constantes aux « règles réalistes ». Bouvard et Pécuchet sont-ils stupides de « contempl[er] » un paysage qui semble bien terne ? ou bien cette description de la campagne chavignollaise est-elle le symétrique parodique de la description inaugurale du roman, celle du boulevard Bourdon ? De quoi se moque-t-on ? de la naïveté de deux citadins effectuant un retour à la nature ou des codes romanesques qui veulent qu'une pause descriptive s'inscrive dans le récit avec le plus de vraisemblance possible ?

38L'avant-texte est plus explicite — plus réducteur aussi — quant au sens à donner à ce passage descriptif : le paragraphe finalement supprimé contient en effet une condamnation manifeste du choix géographique des bonshommes. L'intervention explicative du narrateur — présence d'un lien de causalité (« car ») et dévalorisation du choix des personnages (« au lieu de choisir un endroit charmant », « monotonie fastidieuse », « monotonie continue », présence de la restriction « ne... que ») — offre au lecteur une assise rassurante. Le narrateur, instance fiable, permet, par le discrédit qu'il jette sur les personnages, la restauration du sens.

  • 33 « Une nuit, Pécuchet fut réveillé par le craquement d'une botte dans le corridor. La veille comme (...)

39La suppression du passage s'intègre en fait dans un processus d'indétermination qui se manifeste lorsque l'on progresse dans le roman : le narrateur omniscient qui, dès l'incipit, prenait en charge description du cadre et présentation des personnages et restaurait, par ses interventions à la fin de chaque « expérience », la cohésion du texte s'efface peu à peu au profit d'une instance narrative « neutre » qui se contente de rapporter les actions de Bouvard et Pécuchet sur le mode du constat, sans jamais proposer d'éclaircissement à leurs échecs ou à leurs réussites. Aussi, bien des épisodes restent-ils mystérieux pour le lecteur, à l'instar de ces traces de pas que les deux personnages découvrent un matin dans leur jardin sans que le responsable soit jamais identifié33.

  • 34 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? », op. cit., p. 58.
  • 35 Raymonde Debray-Genette, « Études génétiques, esquisse de méthode », Métamorphoses du récit, Autou (...)

40Problématique parce que résistant à la modélisation de par la diversité et l'hétérogénéité de ses objets d'étude — et que penser d'une méthodologie qui ne s'appliquerait qu'à quelques objets précis ? —, la critique génétique s'avère pourtant un moyen efficace de déchiffrement des « stratégies de l'inachèvement », comme les nomme Pierre-Marc de Biasi. Mettant au centre le manuscrit et non plus le texte, elle permet de « connaître ce qu'il y avait là où la forme définitive a installé le vide d'une ellipse », et par là-même d'en « savoir plus sur la nature de cette ellipse. »34 L'hiatus perceptible dans le texte final et dont l'interprétation reste toujours périlleuse peut se trouver éclairci, sinon résolu, par l'étude des manuscrits de travail. La génétique, loin de s'opposer à la critique textuelle, de détruire « les principes d'une poétique narrative [...] mine l'assurance que pourrait donner le texte final, plus souvent qu'elle ne la confirme. Elle rend sensible, non seulement à la variation, mais, plus encore, et c'est déjà en cela qu'il peut exister une poétique spécifiquement génétique, au(x) système(s) de variation. »35 Elle permet donc un redéploiement du sens, ouvre de nouvelles perspectives interprétatives.

41La génétique textuelle autorise, en restituant au texte sa dimension temporelle, un élargissement des possibilités d'interprétation. Substituant la multiplicité des manuscrits à l'unicité rassurante du « texte clos », elle est souvent perçue comme déstabilisante. N'est-elle pas plutôt enrichissante dans la mesure où l'analyse des dossiers de genèse éloigne le risque d'une lecture univoque et figée du texte, et confirme l'hypothèse de la pluralité du sens ?

Ouvrages et articles génétiques consacrés à Gustave Flaubert

42BIASI, Pierre-Marc de, « L'esthétique référentielle. Remarques sur les Cahiers de travail de Gustave Flaubert », Flaubert, L'Autre, Pour Jean Bruneau, textes réunis par F. Lecercle et S. Messina, Presses Universitaires de Lyon, 1989.

43BIASI, Pierre-Marc de, « L'élaboration du problématique dans La Légende de Saint Julien l'Hospitalier », Flaubert à l'œuvre, Raymonde Debray-Genette (éd.), Flammarion, 1980.

44BIASI, Pierre-Marc de, « Flaubert : dynamique de la genèse », Genesi, critica, edizione. Atti del convegno internazionale di studi, Scuola normale superiore di Pisa, a cura di Paolo d'Ioria e Nathalie Ferrand, 1998.

45BIASI, Pierre-Marc de, « Flaubert, la genèse d'un incipit. Écrire la première phrase de La Légende de Saint Julien l'Hospitalier », Équinoxe n° 16, 1999.

46BIASI, Pierre-Marc de, « Flaubert et la poétique du non finito », Le manuscrit inachevé, Louis Hay (éd.), éditons du CNRS, 1986.

47DEBRAY-GENETTE, Raymonde, « Un cœur simple — ou comment faire une fin : étude des manuscrits », Gustave Flaubert n° 1 : La Revue des Lettres modernes, 1984.

48DEBRAY-GENETTE, Raymonde, « Genèse d'une description : les écuries d'Hérodias », Les manuscrits des écrivains, Louis Hay (éd.), Hachette-CNRS, 1993.

49DEBRAY-GENETTE, Raymonde, « La poétique flaubertienne dans les Plans et scénarios de Madame Bovary », Genesis n° 13,1999.

50DORD-CROUSLÉ, Stéphanie, Bouvard et Pécuchet et la littérature : étude génétique et critique du chapitre V de Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, thèse de doctorat en littérature française sous la direction de Jacques Neefs, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, décembre 1998.

51DUCHET, Claude, « La différence génétique dans l'édition du texte flaubertien », Flaubert 2, Mythes et Religions 1, textes réunis par Bernard Masson, La Revue des Lettres Modernes, Minard, 1986.

52DUCHET, Claude, « Écriture et désécriture de l'histoire dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert à l'œuvre, « Textes et documents », Flammarion, 1980.

53GOTHOT-MERSCH, Claudine, « Bouvard et Pécuchet : sur la genèse des personnages », Flaubert à l'œuvre, « Textes et Manuscrits », Flammarion, 1980.

54HERSCHBERG-PIERROT, Anne, « La mise en texte des idées reçues dans Bouvard et Pécuchet », Gustave Flaubert. Procédés narratifs et fondements épistémologiques, Études recueillies et présentées par Alfonso de Toro, Acta romanica, Gunter Narr Verlag, Tübingen, 1987.

55HERSCHBERG-PIERROT, Anne, « Sur les notes de lecture de Flaubert », Flaubert, L'Autre, Pour Jean Bruneau, textes réunis par F. Lecercle et S. Messina, Presses Universitaires de Lyon, 1989.

56HERSCHBERG-PIERROT, Anne, « Étude génétique de l'incipit de Bouvard et Pécuchet », Équinoxe n° 16,1999.

57LE CALVEZ, Éric, « Paysage mouvant, paysages décrits dans Bouvard et Pécuchet », Gustave Flaubert 3, Mythes et religions 2, La Revue des Lettres modernes, Minard, 1988.

58LE CALVEZ, Éric, « La description focalisée : une problème de poétique génétique (à propos de L'Éducation sentimentale) », Poétique n° 108, novembre 1996.

59LE CALVEZ, Éric, « La charogne de Bouvard et Pécuchet. Génétique du paragramme », Texte(s) et Intertexte(s), 1997.

60LE CALVEZ, Éric, « Génétique du présent descriptif. L'exemple de L'Éducation sentimentale », Équinoxe n° 16, printemps 1999.

61LECLERC, Yvan, La spirale et le monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, « Présences critiques », Sedes, 1988.

62Les Manuscrits littéraires à travers les siècles, Actes du colloque franco-russe de Moscou, 20-27 septembre 1993, textes réunis et présentés par Almuth Grésillon, Du Lerot-Tusson, 1995.

63MATSUZAWA, Kasuhiro, « Un essai de commentaire génétique de l'épisode des Bertaux dans Madame Bovary », Équinoxe n° 14, 1997.

64NEEFS, Jacques, « Noter, classer, briser, montrer, les dossiers de Bouvard et Pécuchet », Penser, classer, écrire, Presses Universitaires de Vincennes, 1990.

65SÉGINGER, Gisèle, « Chorégraphies scripturales de Flaubert. De l'inspiration à l'aspiration », Genesis n° 11, 1997.

66WILLEMART, Philippe, Dans la chambre noire de l'écriture : Hérodias de Flaubert, Toronto, Paratexte, 1996.

Notes

1 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, PUF, 1994, p. 109.

2 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? Le cas Flaubert : essai de typologie fonctionnelle des documents de genèse », Pourquoi la critique génétique ? méthodes, théories, sous la direction de Michel Contat et Daniel ferrer, éditions du CNRS, 1998, p. 58.

3 Ibid., p. 33.

4 Les remarques qui suivent sont largement inspirées de l'ouvrage d'Almuth Grésillon, Eléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, et de l'article de Pierre-Marc de Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre », Encyclopœdia Universalis, Symposium, version CD-Rom, 1997. On pourra également se référer au récent ouvrage de Pierre-Marc De Biasi, La Génétique des textes, « 128 », Nathan Université, 2000, synthèse qui présente l'histoire de la discipline, ses techniques et méthodes.

5 Almuth Grésillon, op. cit., p. 1.

6 Almuth Grésillon, op. cit., p. 12.

7 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre », op. cit., p. 1.

8 Ibid.

9 Bernard Cerquiglini, Éloge de la variante. Histoire critique de la philologie, Seuil, 1989, p. 24.

10 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre », op. cit, p. 2.

11 Je dois cette distinction à Pierre-Marc de Biasi. Louis Hay et Almuth Grésillon utilisent une terminologie différente et opposent « écriture à programme » et « écriture à processus ». Dans tous les cas il s'agit de distinguer les écritures qui se fondent sur un travail de conception préliminaire et multiplient plans, scénarios, notes, ébauches, etc., des écritures qui refusent toute programmation initiale et s'appuient sur la rédaction d'un « premier jet ».

12 La phase prérédactionnelle regroupe les documents de préparation et de programmation de l'œuvre (scénario, plan, document de régie centrale, et éventuellement dossier documentaire et ébauches) ; la phase rédactionnelle est constituée des notes relatives à différents fragments de l'œuvre et prises par l'écrivain pendant la rédaction, des scénarios développés, des brouillons et mises au net ; la phase pré-éditoriale comprend les derniers états du texte avant publication (manuscrit définitif, épreuves corrigées, « bon à tirer ») ; la phase éditoriale, enfin, correspond au texte édité et aux diverses versions qui peuvent exister du vivant de l'auteur. Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre », opcit., p. 3-7.

13 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? », opcit., p. 53.

14 Voir, par exemple, le travail de spécification et de classement qu'a réalisé Pierre-Marc De Biasi pour les Carnets de Gustave Flaubert. Pierre-Marc de Biasi, « La notion de « carnet de travail » : le cas Flaubert », Carnets d'écrivains 1. Hugo, Flaubert, Proust, Valéry, Gide, du Bouchet, Pérec, « Textes et Manuscrits », collection publiée par Louis Hay, éditions du CNRS, 1990, p. 23-56. Le travail de « tri » et de classement doit être reconduit pour tous types de manuscrits.

15 Pierre-Marc De Biasi, « La critique génétique : l'analyse des manuscrits et la genèse de l'œuvre », opcit., p. 8.

16 Almuth Grésillon, opcit., p. 113.

17 Ibid., p. 116.

18 L'avant-texte désigne « l'ensemble de tous les témoins génétiques écrits conservés d'une œuvre ou d'un projet d'écriture, et organisés en fonction de la chronologie des étapes successives », Almuth Grésillon, op. cit., p. 241. Lavant-texte est donc une reconstitution des étapes de la genèse, réalisée par le critique.

19 Almuth Grésillon, op. cit., p. 31.

20 Pierre-Marc de Biasi, « Edition horizontale, édition verticale. Pour une typologie des éditions génétiques (le domaine français 1980-1995) », Éditer des manuscrits. Archives, complétude, lisibilité, « Manuscrits modernes », sous la direction de Béatrice Didier et Jacques Neefs, PUV, 1996, p. 159.

21 Jean Starobinski, « Approche de la génétique des textes : introduction pour un débat », Naissance du texte, ensemble réuni par Louis Hay, José Corti, 1989, p. 211.

22 L'édition de référence utilisée est celle de Claudine Gothot-Mersch, Folio, 1991. J'indique le numéro de la page entre parenthèses, en fin de citation. Pour mettre en relief certains mots, j'ai choisi les caractères gras.

23 op. cit., p. 111.

24 Tous les fac-similés des manuscrits flaubertiens sont consultables à L'Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM). Les manuscrits de Bouvard et Pécuchet, contrairement à ceux de Madame Bovary (voir Marie Durel, Classement et analyse des brouillons de Madame Bovary, thèse de doctorat, Université de Rouen, 2000) ou des Trois contes (voir Giovanni Bonaccorso, Corpus flaubertiannum I, II, III — Gustave Flaubert, Un cœur simple, I, édition diplomatique et génétique des manuscrits, Les Belles Lettres, 1983. — Herodias, ibid., Librairie Nizet, 1991. — La légende de saint Julien l'Hospitalier, ibid., Didier érudition, 1998) n'ont encore été que très partiellement étudiés : on pourra voir, par exemple, la thèse de doctorat de Stéphanie Dord-Crouslé qui porte sur le chapitre V (Stéphanie Dord-Croulé, Bouvard et Pécuchet et la littérature : étude génétique et critique du chapitre V de Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, thèse de doctorat en littérature française sous la direction de Jacques Neefs, Université Paris VIII, Vincennes-Saint-Denis, décembre 1998), le travail d'Éric Le Calvez sur un extrait du chapitre VIII (Éric Le Calvez, « La charogne de Bouvard et Pécuchet. Génétique du paragramme », Texte(s) et Intertexte(s), 1997), ou bien l'article de Anne Herschberg-Pierrot sur l'incipit du roman (Anne Herschberg-Pierrot, « Étude génétique de l'incipit de Bouvard et Pécuchet », Équinoxe n° 16, 1999). De nombreux feuillets des brouillons restent encore inexploités. Le dossier génétique de cette étude a été constitué à partir des deux premiers volumes des brouillons et du manuscrit autographe. Le corpus analysé, malgré une potentielle incomplétude — et l'exhaustivité ne saurait être revendiquée sans l'exploitation de la masse globale des manuscrits rédactionnels —, révèle un phénomène de suppression assez intéressant qui concerne un paragraphe entier au début de la première page du chapitre.

25 Yvan Leclerc, La Spirale et le Monument. Essai sur Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, Sedes, 1988, p. 52.

26 Gustave Flaubert, lettre du 16 novembre 1879 à Gertrude Tennant.

27 Gustave Flaubert, lettre du 19 août 1879 à Mme Roger des Genettes.

28 « Martigny. Le chemin de fer sépare le terrain boisé et pittoresque. De la platitude à gauche. Absolument plat à gauche. », « folio 5 », « Carnet 18 bis », Gustave Flaubert, Carnets de travail, édition établie par Pierre-Marc de Biasi, Balland, 1988. Je souligne.

29 Lettre à Caroline du 24 juin 1874 : « Je placerai Bouvard et Pécuchet entre la vallée de l'Orne et la vallée de l'Auge, sur un plateau stupide, entre Caen et Falaise. [...] Les bords de l'Orne, de Condé-sur-Noireau à Caen, sont on ne peut plus... pittoresques ! » Je souligne.

30 La transcription se limite aux feuillets 81 v°, 77 v°, 84 v°, 75 v° et 103 v°. J'indique en italique tout ce qui est écrit de la main de l'auteur, entre crochets [ ] les ratures, entre soufflets < > les ajouts interlinéaires, entre double soufflets << >> les additions marginales. [< >] signale un ajout interlinéaire raturé ; la barre verticale / une substitution par recouvrement. Les interprétations proposées concernent l'évolution globale du fragment narratif et s'attachent à élucider le double mouvement de dilatation et de suppression considéré dans son ensemble.

31 Jean-Luc Seylaz, « Un aspect de la narration flaubertienne : quelques réflexions sur l'emploi du « on » dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert et le comble de l'Art, Sedes, Société des études romantiques, 1981, p. 25.

32 « Avec » indique seulement la simultanéité ; « divisaient », « étaient compris » rappellent le langage mathématique et « morceaux » est un terme quasi indéfini qui peut s'appliquer à n'importe quel ensemble.

33 « Une nuit, Pécuchet fut réveillé par le craquement d'une botte dans le corridor. La veille comme d'habitude, il avait tiré lui-même tous les verrous — et il appela Bouvard qui dormait profondément.
Ils restèrent immobiles sous leurs couvertures. Le bruit ne recommença pas. Les servantes interrogées n'avaient rien entendu.
Mais en se promenant dans leur jardin, ils remarquèrent au milieu d'une plate-bande, près de la claire-voie l'empreinte d'une semelle — et deux bâtons du treillage étaient rompus. — On l'avait escaladé, évidemment.
Il fallait prévenir le garde champêtre.
Comme il n'était pas à la mairie, Pécuchet se rendit chez l'épicier.
Que vit-il dans l'arrière-boutique, à côté de Placquevent, parmi les buveurs ?
Gorgu ! — Gorgu nippé comme un bourgeois, — et régalant la compagnie.
Cette rencontre était insignifiante. Bientôt, ils arrivèrent à la question du Progrès. « , chapitre VI, p. 256.

34 Pierre-Marc De Biasi, « Qu'est-ce qu'un brouillon ? », op. cit., p. 58.

35 Raymonde Debray-Genette, « Études génétiques, esquisse de méthode », Métamorphoses du récit, Autour de Flaubert, Seuil, Poétique, 1988, p. 46.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search