Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

La génétique littéraire

Une culture fragmentaire1

Peter Michaël Wetherill

Texte intégral

  • 1 Pour l'élaboration de cet article, je suis redevable pour ses conseils à Odile de Guidis de l'ITEM (...)
  • 2 En dehors d'un petit nombre de remarques préliminaires plutôt banales, et pour plus de cohérence, (...)

1L'essor des études génétiques2 depuis le début des années 1970 n'a rien d'étonnant, car le phénomène des manuscrits est non seulement méthodique mais historique. Il explore comme tant d'autres la rupture des valeurs et des mentalités qui intervient vers la fin du xixe siècle. Dans un espace humain où le fragment joue un rôle de plus en plus important, l'achevé est en somme dévalué ; on est de plus en plus attiré par tous les éléments disjoints qui jalonnent l'élaboration d'un texte et la pensée qui la sous-tend et qui constituent l'épaisseur même du processus de fabrication.

  • 3 - alors que, cassure planétaire, la version « définitive » du tableau se trouve à Chicago...

2Déjà l'émergence de la vision impressionniste privilégie la psychologie multiple et simultanée (voir Proust) aux dépens de celle, immuable, que fondent les premières pages des romans de Balzac ou de George Eliot : ce qui nous intéresse, en fin de compte, à des niveaux variables, ce sont les cassures narratives, multiples, simultanées, contradictoires, les « pentimenti » que l'ultra violet révèle. La génétique relate précisément ces cassures, et le succès de toute une série d'expositions génétiques à la National Gallery de Londres le démontre, comme la présence au musée d'Orsay des différents états de La Grande Jaïte3 ou la popularité de films qui montrent Picasso ou Pollock au travail. On voit déjà que ce n'est pas une simple préoccupation d'universitaires, car la publicité elle aussi reproduit ces tendances et en confirme l'universalité.

3L'intérêt qu'on porte aux manuscrits en cours d'élaboration, promis à un refaçonnage radical, abandonnés même, relève donc logiquement de cette mentalité nouvelle.

  • 4 Voir Park Honan, Shakespeare, a life, Oxford University Press, 1998, p. 275 et seq.

4La différence d'avec ce qui s'observe aux xviie et xviiie siècles est frappante. Il s'agit depuis la deuxième moitié du xixe siècle d'une mutation culturelle d'envergure. Jusqu'alors, on jetait les manuscrits et les épreuves corrigées avec, ou bien, comme la veuve de Mozart (mais c'est sans doute déjà un début de valorisation), on en découpait des morceaux pour les offrir à ses amis. C'est le dépôt des manuscrits d'Hugo, légués par Hugo lui-même, à la Bibliothèque nationale, et la constitution par Spœlberch de Lovenjoul de sa grande collection (de manuscrits balzaciens notamment) au cours du troisième tiers du xixe siècle qui marquent ce virage. Voilà pourquoi l'édition de Bordeaux, annotée de la main de Montaigne, ou le manuscrit des Confessions de Rousseau, déposé à l'Assemblée nationale, sont autant de survivances miraculeuses d'un âge où on se préoccupait peu de la manière dont l'auteur parvenait, si l'on peut dire, à ses fins. D'habitude, une fois composé à l'imprimerie, toute trace du processus génétique était supprimée. C'est pourquoi l'établissement du texte des pièces de Shakespeare pose tant de problèmes : faute de manuscrits, on n'est toujours pas sûr que la version qu'on imprime soit vraiment de lui. On ne peut pas parler de texte correct et de texte fautif mais seulement de versions approximatives, l'une étant sans doute préférable à (ou moins discutable que) l'autre. On ne sera jamais sûr d'avoir devant soi le vrai texte (formule bien moderne en tout cas) de Hamlet. On est même confronté à trois versions, celle d'un « good » quarto basé selon toutes les apparences sur un manuscrit d'auteur ; celle basée sur un « bad » quarto inspiré de manuscrits d'acteurs (réécriture d'un manuscrit authentique ?), et le Folio posthume de 1623 qui donne un texte apparemment revu et corrigé - pour compliquer les choses, la pièce de Shakespeare semble avoir connu plusieurs faux départs -, ce qui fait que, même quand le texte semble être basé sur un manuscrit, on n'est pas sûr qu'il s'agisse d'autre chose que d'une hypothétique version provisoire.4

5L'optique a pourtant changé, car le provisoire qui accompagne le devenir de la pensée créatrice (non seulement en littérature et en peinture, mais aussi en Histoire, sociologie, biologie, psychologie - on pense aux carnets de Pasteur et aux manuscrits de Freud...) n'a plus le même statut : le « mauvais folio » a autant d'intérêt que le « bon ». Le « mauvais » vaut le bon. Et, bien sûr, on s'intéresse à la fois au devenir du texte (c'est-à-dire aux différents stades de la composition d'un texte en tant que moments fixes et stables), et au processus qui le sous-tend.

6Dans ce contexte historique qui aurait besoin d'être nuancé, l'avant-texte est roi. Ces traces écrites, antérieures à l'émergence du texte final, accompagnent l'élaboration d'un texte. Ce terme d'avant-texte est utile, car il permet d'éviter les ambiguïtés et les limitations contenues dans le terme de manuscrit.

  • 5 Celles de Flaubert, de Proust, de V. Woolf sont particulièrement riches.

7Une petite mise en garde : la notion de création littéraire est bien vague, et celle de littérarité chère aux structuralistes, trop circonscrite, est un leurre. Si l'on s'intéresse exclusivement aux manuscrits, on risque de négliger leur interférence avec ce pullulement d'éléments extra-littéraires, biographie, éducation, voyages, rapport à la mère, carrière, maladies qui est au cœur de la création. L'écrit fusionne partiellement avec le reste, d'ailleurs, car l'élaboration d'un texte comporte une activité cérébrale où images, valeurs plus ou moins bien formulées, émotions, sensations et fragments d'écriture mentalement représentés s'entremêlent de façon inextricable. Cela étant dit, la seule trace stable, vérifiable, visible qui résiste, tant bien que mal aux élucubrations journalistiques (ou psychanalytiques), ce sont les traces physiques laissées par le travail de l'écrivain : manuscrits, éditions antérieures, correspondance5, sources annotées. Ce semblant d'objectivité rassure, on s'y accroche.

  • 6 « Exacerbée » parce que les études littéraires ne sont pas une activité scientifique. La subjectiv (...)
  • 7 ... alors que la version « primitive » d'Albertine remaniée par le frère de l'auteur et publiée en (...)

8Pour quoi faire ? Dans un premier temps, c'est-à-dire, sans doute, depuis l'essor des études classiques et bibliques, au moment de la Renaissance, et de l'esprit d'authenticité qui l'accompagne, on veut, en se reportant aux manuscrits et aux éditions primitives, s'assurer que le texte qu'on va imprimer (il s'agissait de la Parole de Dieu...) soit aussi fidèle que possible au texte original. Cette pratique, bien sûr, sous l'impulsion parfois exacerbée de la « scientificité »6, se poursuit encore, sur une grande échelle, de nos jours. Elle prend des formes très variées, qu'il s'agisse, comme on l'a vu, de reproduire un texte shakespearien « authentique » (c'est-à-dire tel qu'il pouvait être avant que les acteurs et les protes trop pressés ne s'en emparent) - ou bien, plus simplement, de se reporter aux manuscrits de Balzac déposés à l'Institut pour réaliser une nouvelle édition d'Illusions perdues. On veut publier le texte tel que l'auteur l'a lui-même écrit. Ce n'est pas toujours simple, car il faut du flair et une certaine indépendance d'esprit, non seulement pour concilier la mentalité d'époques qui attachent une valeur très variable au manuscrit d'auteur, mais pour contourner les écueils d'une édition moderne qui confronte une première version imprimée et des variantes que l'auteur fait intervenir ultérieurement (quel texte privilégier ?). D'où la polémique qui entoure depuis quelque temps l'édition de la Pléiade d'À la recherche du temps perdu réalisée sous la direction de Jean-Yves Tadié, qui ne semble pas tenir suffisamment compte de la version « corrigée » de La Fugitive/ Albertine disparue que Proust réalisa peu avant sa mort, et qui est très largement en porte-à-faux avec la fin de La Recherche, qu'il n'eut pas le temps de réviser.7

  • 8 La grande pionnière, c'est sans doute Gabrielle Leleu qui dès 1936 publia chez Conard en deux volu (...)
  • 9 À l'instar des personnages proustiens il n'y a pas d'authenticité, il n'y a que des états mal diff (...)
  • 10 Pensée spécifique, quoiqu'aux contours flous.

9À côté de ces problèmes traditionnels (la polémique autour de la Recherche que je viens d'évoquer est en somme une polémique « traditionnelle »), on assiste, surtout depuis une cinquantaine d'années, à l'émergence de préoccupations plus « modernes »8, privilégiant l'idée non pas que le manuscrit est une preuve d'authenticité9, mais qu'il est révélateur de cette dimension de la pensée10 (vécu, événements, et valeurs) qu'est la littérature. Loin de se contenter de l'analyse d'un problématique texte « final », on veut donc préciser et interpréter les mécanismes qu'un auteur met en œuvre, pour élaborer son texte et cerner l'évolution constante des différents états d'une œuvre en voie d'élaboration.

  • 11 Alors que, si des doutes subsistent quant à la date précise (fin 1863 ?) à laquelle Flaubert comme (...)

10Schématiquement, la genèse d'un texte possède trois dimensions : chronologie, dynamique, thématique. Cet ordre d'approche est souvent celui du travail critique et non de la création, car celle-ci est parcourue de chevauchements de toutes sortes : au milieu d'un plan, on relève souvent des élaborations textuelles, ou des tronçons documentaires qui appartiennent en principe à un autre moment de la genèse.11 On s'intéresse donc à la fois à la méthode de travail et aux stades traversés par ce texte - c'est-à-dire les états de pensée successifs ou simultanés de la matière textuelle : élaboration de l'histoire/du sujet, documentation, traitement des sources, articulation narrative, descriptive, thématique... Et, au-delà de ces considérations générales (trop vastes la plupart du temps vu l'importance des dossiers), on peut s'intéresser à la manière plus circonscrite dont un(e) auteur(e) élabore la fin d'un texte, à la façon dont il/elle fait surgir avec toutes sortes de retouches la vision sociale ou historique, ou à la présence « scripturale » de tel auteur (Flaubert par exemple) dans les avant-textes d'un autre (Proust...).

11Il est clair que cette genèse n'est pas compréhensible tant que la chronologie n'a pas été établie. C'est surtout l'étude des dossiers avec leurs ratures, additions, insertions, apports factuels, expansions, qui permet de suivre à la trace les différents états d'un texte (s'appuyant souvent sur d'autres indices, la correspondance d'un auteur par exemple, ou les filigranes). Soulignons qu'il ne s'agit pas à chaque fois d'un procédé unique particulier à tel ou tel auteur. Ici comme ailleurs, la dimension culturelle de la genèse a son mot à dire. Elle explique que les méthodes de travail des auteurs réalistes du xixe siècle sont autant de variantes d'un schéma de base : documentation, plans, scénarios, plans récapitulatifs, brouillons, copie autographe, copie de copiste, épreuves, première, deuxième, troisième éditions. Il ne s'agit pas forcément d'un ordre rigoureux : la documentation par exemple, intervient à des moments différents, les menus détails du récit étant souvent en place au moment où l'auteur entreprend la documentation qui le sous-tend. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la documentation réaliste sert de preuve, après coup, et non de fil conducteur qui détermine le déroulement du récit.

  • 12 Notre connaissance de la génétique flaubertienne est donc, comme de tout autre auteur, partielle.

12Le schéma que je viens d'indiquer est celui des dossiers flaubertiens, avec des variantes qui personnalisent son travail. Si donc Flaubert fait des scénarios très détaillés, il réserve le plus gros de ses efforts au travail des brouillons. La recherche d'un texte dont le rapport linguistique au réel soit un rapport unique le pousse parfois à l'élaboration de neuf, voire dix brouillons. Par contre, une fois livré au/ à la copiste, son roman l'intéresse beaucoup moins. Nous ne possédons pas ses épreuves12 mais il semble les avoir mal corrigées, car certaines éditions comportent encore des erreurs notoires : c'est le cas des « fossés pleins d'eau » du début de Saint Julien, alors que les manuscrits révèlent que c'est plus logiquement de « fossés pleins d'herbes » qu'il s'agit.

  • 13 Tous les dossiers comportent des niveaux de discours qui appartiennent en propre à un autre moment (...)
  • 14 Dossiers plans f°85, 170, 167. Cité par O.Lumbroso, « Quand détruire, c'est créer », Poétique n° 1 (...)
  • 15 La survie ou la disparition des avant-textes (les discussions avec Bouilhet sont des avant-textes) (...)

13Le travail de Zola est assez similaire, mais, comme nous possédons très peu de ses brouillons, l'analyse génétique porte forcément sur autre chose que le travail de la phrase. Il y a de plus des variantes méthodologiques importantes : surtout, les plans détaillés et l'ébauche, comme il les appelle, sont marqués par l'interférence de discours hétérogènes13 où, à la diégèse, se mêle un intense monologue : Zola pense tout haut, évoquant le thème qu'il veut développer (« Je veux faire le poème de la terre »), ou, pour L'Assommoir par exemple, les options auxquelles il est confronté et ses volte-face (« non, pas de drame », « pour mettre de l'équilibre dans l'œuvre »), les écueils à éviter (« je veux rester dans la simplicité des faits »14). Cette dimension génétique existe bien chez Flaubert : mais, comme elle se situe chez lui au niveau des longues discussions de travail qu'il eut avec Bouilhet, il n'en reste aucune trace15. Le monologue de Zola est essentiellement solitaire. C'est une autre façon de penser son travail.

  • 16 ... autre dimension, en somme, de la révolution temporelle réalisée par Proust.
  • 17 En quoi Balzac révèle la modernité de sa façon de penser.

14Si pour certains romanciers (Flaubert, par exemple), le travail du texte est essentiellement un travail de planification et de contraction, la chronologie génétique chez Proust et Balzac, par exemple, est bien différente. Pour Balzac, à cause de la dynamique essentiellement « expansionniste » de son travail, et de l'absence générale de plans et de scénarios16, la correction des épreuves représente un stade très important du travail du texte : les épreuves assument alors une fonction de brouillons, comme elles en témoignent, bardées qu'elles sont de substitutions, de suppressions, d'insertions, de becquets, de paperolles longues parfois de plusieurs dizaines de centimètres. C'est une caractéristique de la littérature moderne17 : certains auteurs ont une méthode de travail qui n'est rien moins que linéaire. Les termes de plan, scénario, etc. ne sont alors guère de mise : Proust, par exemple, travaille (comme Perec ou Robbe-Grillet d'ailleurs) sur plusieurs « lieux », sur plusieurs états de son manuscrit à la fois. Il se livre constamment au découpage et au transfert d'éléments d'un épisode à un autre (le début primitif d'Un amour de Swann disparaît pour refaire surface, dans la version imprimée, dans les premières pages du Temps retrouvé...). Plutôt que de composition linéaire, on a donc tendance à parler de montage. Souvent, à cause du découpage physique (ciseaux et colle) du manuscrit primitif et du déplacement des éléments, et de la difficulté d'identification du cahier d'origine, la chronologie est très difficile à établir. La dynamique de la genèse sur laquelle on travaille est, on le voit, pour des raisons souvent fortuites, très variable.

  • 18 C'est le défaut de certaines éditions. Voir plus loin.
  • 19 Voir les volumes du Corpus flaubertianum, G.Bonaccorso etc., éds (Klincksieck 1983 et seq), qui re (...)
  • 20 Voir respectivement M-J. Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, s.d., Y. Leclerc, Plans et (...)

15Cela étant dit, on saisit plus objectivement cette dynamique en réalisant non pas une transcription simplifiée18, mais, grâce à une transcription diplomatique, la « topographie » même de la pensée littéraire, la genèse d'un texte étant aussi la gestion de l'espace physique de l'écriture : la feuille de papier avec ses quatre marges, ses interlignes, son verso, ses ajoutages collés.19 Un tel semblant d'objectivité permet de mieux encadrer la mise en place et l'élaboration thématique (vision métaphorique et temporelle chez Proust, mentalités stéréotypées, religieuses chez Flaubert) qui constitue le fil conducteur du travail d'un auteur. On a déjà vu la définition du projet de Zola pour La Terre ; les premiers plans de Flaubert (reproduits entre autres par Marie-Jeanne Durry, Yvan Leclerc et Tony Williams20) en donnent d'autres exemples. Avec ou sans scénarios, on sait où on va.

  • 21 ... ni même pour certains chercheurs (mais je ne suis pas de leur avis) de porter un quelconque ju (...)
  • 22 Voir O.Lumbroso, art cit.

16C'est la narration qui donne une forme concrète à la thématique (réaliste, moderniste), et là non plus, évidemment, il ne s'agit pas de structures inventées de toutes pièces, mais de variantes sur la mentalité caractéristique d'une époque. Les récits de Flaubert ou de Zola incarnent celle du xixe siècle, tout comme le récit proustien possède les caractéristiques, qu'on retrouve chez Joyce et Döblin, de l'impressionnisme tardif, du cubisme, de la psychologie freudienne (que Proust ne connaissait pas). Notons qu'il ne s'agit nullement dans tout ceci d'« expliquer » le texte final à partir du texte primitif21, mais bien de décrire minutieusement et d'interpréter la dynamique et le cheminement d'une pensée et d'une méthode (distinction artificielle), avec tous les changements d'optique et d'accent et de sens que les modifications textuelles font intervenir, qu'il s'agisse d'ajouts, d'expansions (Balzac, Proust) ou de suppressions problématisantes (Flaubert), « d'ambiguïsations » qui réduisent sensiblement la portée documentaire de l'œuvre. Et puis, on relève l'impact de censures stratégiques/thématiques22 ou dues au climat moral (pudeurs, passé politique douloureux) de telle ou telle époque.

  • 23 Voir les actes de la journée d'études sur la bibliothèque de Flaubert, à paraître sous la directio (...)
  • 24 Sans qu'on puisse pour autant parler d'influence, ce serait trop simpliste.
  • 25 - qui pourtant attache bien plus d'importance que Proust à la linéarité temporelle de son récit.
  • 26 Voir P. M. Wetherill, « Manuscripts and literary history », Dalhousie French Studies, Vol. 8, Spri (...)

17On voit donc que d'autres facteurs ont pu déterminer le caractère de l'œuvre en cours : les éléments culturels et biographiques qu'on prend de plus en plus au sérieux depuis que s'est quelque peu relâchée l'emprise a-historique, inhumaine du structuralisme. On tient compte, dans le processus génétique, de la formation intellectuelle et affective de l'auteur. On cherche aussi à savoir ce que tel auteur lisait à tel moment de son activité, ou quels ouvrages il pouvait consulter chez lui, par exemple. C'est tout l'intérêt du travail qui se poursuit sur la bibliothèque de Flaubert déposée à la mairie de Croisset-Canteleu et du programme de reconstitution numérisée en cours de la bibliothèque de Proust23. Une telle valorisation souligne l'importance, en génétique, du contexte culturel24 qui « forme » les auteurs travaillant à la même époque - et l'on n'est pas étonné de constater que la méthode de travail d'un auteur n'a rien d'absolument autonome, même si elle peut être distinctive. Si Flaubert et Zola travaillèrent en fait à peu près de la même façon, il ne pouvait en être autrement, étant donné l'éducation qu'ils avaient reçue, car l'esprit scientifique et historique du xixe siècle était passé par là. D'autre part, les procédés génétiques ne « progressent » pas. On relève même une certaine circularité : bien que la substance de leurs œuvres soit assez différente (moins pourtant qu'on ne le pense), Balzac25 et Proust, on l'a vu, se ressemblent. Grâce à de telles convergences, un nouveau type, voire une redéfinition de l'histoire littéraire, se fait jour, fondé sur l'évolution et la récurrence des méthodes de travail.26

  • 27 La création d'un nouveau logiciel « Genesis » permettra cependant d'enregistrer les différents éta (...)

18Des techniques nouvelles surgissent pourtant qui restructurent la genèse des textes : l'invention de la machine à écrire d'abord, et du papier carbone qui l'accompagne creuse l'abîme culturel qui sépare Zola et Proust (bien que Zola, qui meurt en 1902, eût pu en profiter). Elle encourage la multiplication des versions et donc des possibilités de révision. Surtout, depuis une vingtaine d'années, le traitement de textes fait progresser notre vision de l'histoire littéraire. Avant l'invention du CD ROM scriptible, on a même pu craindre un certain temps la disparition des avant-textes27, mais on retient surtout maintenant la (trop grande ?) facilité avec laquelle on peut modifier, supprimer, fusionner et déplacer du texte et parvenir à une plus grande souplesse de composition - disloquant encore davantage la linéarité qui, même pour le public, a cessé d'être l'une des composantes de notre vision des choses. L'effet de ces nouvelles techniques commence à se manifester. En attendant, on peut parler de grandes réussites éditoriales qui mettent en lumière des genèses « traditionnelles » : l'édition des Rougon-Macquart réalisée à la Pléiade par Henri Mitterand, l'Ulysse de Joyce publié par H.W. Gabier, Les carnets de Flaubert édités par P.M. de Biasi. D'autres éditions sont sans doute aussi notoires, mais plus discutables : ainsi le Proust réalisé sous la direction de J.Y. Tadié aux éditions de la Pléiade, contient une grande quantité de transcriptions, mais un souci de lisibilité, déplacé mais compréhensible étant donné le public auquel cette édition s'adresse, fait disparaître les marques d'insertion et de déplacement, de substitution, voire d'hésitation - ce qui cache à notre vue tout un pan de l'activité créatrice de Proust, et en réduit très sensiblement l'utilité scientifique.

19Il faut admettre cependant que toutes les éditions, toutes les approches génétiques, sont discutables, car, inévitablement, elles sont subjectives et fondées sur des transcriptions qui comportent toujours des ambiguïtés et des erreurs. Et puis, comme on l'a vu, on ne dispose de tous les avant-textes d'aucun auteur. A l'avenir, en dépit de la réticence de certaines grandes bibliothèques, c'est la numérisation sur une grande échelle, la création d'hypertextes, qui, grâce aux possibilités de consultation multidimensionnelle (manuscrit et transcriptions, confrontation simultanée des différents états) qu'elle procure, permettra à la génétique de progresser : on pense ici à l'immense travail (en voie d'achèvement) de transcription et de reproduction numérisée de la troisième partie de L'Éducation sentimentale réalisé par Tony Williams, et qui fait de l'Université de Hull un grand centre d'études flaubertiennes.

Notes

1 Pour l'élaboration de cet article, je suis redevable pour ses conseils à Odile de Guidis de l'ITEM. Je suis bien sûr responsable de toutes les imperfections qui subsistent.

2 En dehors d'un petit nombre de remarques préliminaires plutôt banales, et pour plus de cohérence, je me limite ici au roman français des xixe et xxe siècles. Les textes médiévaux, la tragédie du xviie siècle ne soulèvent pas nécessairement les mêmes problèmes. Si je parle surtout de Flaubert, de Zola et de Proust, c'est que je connais mieux leurs avant-textes que ceux de George Eliot ou de Joyce.

3 - alors que, cassure planétaire, la version « définitive » du tableau se trouve à Chicago...

4 Voir Park Honan, Shakespeare, a life, Oxford University Press, 1998, p. 275 et seq.

5 Celles de Flaubert, de Proust, de V. Woolf sont particulièrement riches.

6 « Exacerbée » parce que les études littéraires ne sont pas une activité scientifique. La subjectivité y joue un trop grand rôle, même au niveau du choix de telle ou telle leçon manuscrite...

7 ... alors que la version « primitive » d'Albertine remaniée par le frère de l'auteur et publiée en 1929, semble en continuité directe avec le TR tel qu'il nous est parvenu. Voir Nathalie Mauriac-Dyer, « Un drame de l'inachèvement, À la recherche du temps perdu », in L'Œuvre inachevée, A. Rivara, G. Lavorel éd., Universités de Lyon II et III, CEDIC 1999, p. 227-236.

8 La grande pionnière, c'est sans doute Gabrielle Leleu qui dès 1936 publia chez Conard en deux volumes une transcription des avant-textes de Madame Bovary.

9 À l'instar des personnages proustiens il n'y a pas d'authenticité, il n'y a que des états mal différenciés.

10 Pensée spécifique, quoiqu'aux contours flous.

11 Alors que, si des doutes subsistent quant à la date précise (fin 1863 ?) à laquelle Flaubert commença à travailler sur L'Éducation sentimentale, les différents stades de composition qui conduisent à sa publication en 1869 sont relativement clairs. Voir Bernard Brun, Bulletin d'Informations proustiennes, n° 30, 1999, p. 78.

12 Notre connaissance de la génétique flaubertienne est donc, comme de tout autre auteur, partielle.

13 Tous les dossiers comportent des niveaux de discours qui appartiennent en propre à un autre moment de la genèse. La documentation contient des élaborations de phrases qui se maintiendront jusque dans la version imprimée, tandis que les brouillons contiennent très souvent des indications de régie...

14 Dossiers plans f°85, 170, 167. Cité par O.Lumbroso, « Quand détruire, c'est créer », Poétique n° 125, février 2001, (p..33-50), p. 38.

15 La survie ou la disparition des avant-textes (les discussions avec Bouilhet sont des avant-textes) illustrent le caractère aléatoire des études génétiques.

16 ... autre dimension, en somme, de la révolution temporelle réalisée par Proust.

17 En quoi Balzac révèle la modernité de sa façon de penser.

18 C'est le défaut de certaines éditions. Voir plus loin.

19 Voir les volumes du Corpus flaubertianum, G.Bonaccorso etc., éds (Klincksieck 1983 et seq), qui reproduit très fidèlement l'ensemble des avant-textes des Trois contes de Flaubert.

20 Voir respectivement M-J. Durry, Flaubert et ses projets inédits, Nizet, s.d., Y. Leclerc, Plans et scénarios de Madame Bovary, CNRS/Zulma, 1995, T. Williams, Flaubert, l'Éducation sentimentale, les scénarios, Corti 1992.

21 ... ni même pour certains chercheurs (mais je ne suis pas de leur avis) de porter un quelconque jugement critique.

22 Voir O.Lumbroso, art cit.

23 Voir les actes de la journée d'études sur la bibliothèque de Flaubert, à paraître sous la direction d'Yvan Leclerc aux Presses universitaires de Rouen -et J. Lambiriolle, « La bibliothèque de Marcel Proust, de la lecture à l'écriture », Bulletin d'Informations proustiennes, n° 30, p. 81-89.

24 Sans qu'on puisse pour autant parler d'influence, ce serait trop simpliste.

25 - qui pourtant attache bien plus d'importance que Proust à la linéarité temporelle de son récit.

26 Voir P. M. Wetherill, « Manuscripts and literary history », Dalhousie French Studies, Vol. 8, Spring/Summer 1985, p. 3-18.

27 La création d'un nouveau logiciel « Genesis » permettra cependant d'enregistrer les différents états des avant-textes en cours d'élaboration. Voir « Libération », 27 février 2001.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search