Version classiqueVersion mobile

Écritures du pouvoir et pouvoirs de la littérature

 | 
Sylvie Triaire
, 
Alain Vaillant

La génétique littéraire

Présentation

Sylvie Triaire

Texte intégral

1La génétique est aujourd’hui l’un des espaces de recherche les plus dynamiques dans le paysage des études littéraires. Il bénéficie d’une reconnaissance et d’un soutien institutionnels, dont témoignent les équipes CNRS, tout particulièrement celles de l’ITEM, mais aussi les ouvertures vers le grand public — expositions de manuscrits, articles dans la presse non spécialisée. Depuis peu, un public plus large encore est sensibilisé, les programmes de français du secondaire intégrant désormais la génétique textuelle — ce qui ouvre la redoutable question de la cohérence d’un enseignement littéraire qui, au moment où il révoque l’histoire littéraire, lui substitue l’histoire d’un texte, au risque de laisser, sans fil, les perles éparses...

2Née aux lendemains du structuralisme, la génétique a relayé les exigences d’immanence et de relation mesurée à un objet, conditions expresses à une étude soucieuse de se garder de toute dérive subjective, tant du point de vue de l’analyste que du côté de ce « sujet » créateur, l’auteur.

3La génétique a relayé le structuralisme en amont des textes : découvrant et transmettant les avant-textes, véritable terra incognita jusque-là, mais continent à aborder en tant que socle sur lequel se génère l’œuvre.

4De ce point de vue, il semble évident que la génétique ne se réduit nullement à un compte rendu exhaustif des différents états d’un texte λ — prise de possession de la page, marges, ajouts, paperolles ; classement de centaines de feuillets — mais doit ouvrir, par essence, sur la question de l’esthétique. La genèse de l’œuvre d’art se donne à lire dans ce travail de l’écrivain, d’ordre plastique, où le réagencement d’un mot témoigne de ce qu’une œuvre est en n’étant pas, plus, ce qu’elle aurait pu être — antériorité dont elle garde toujours quelque chose, fût-ce la trace invisible d’une suppression, via une arythmie dans le texte « final ».

5Qu’en est-il aujourd’hui, plus de vingt ans après ses débuts, de la génétique textuelle ?

6P. M. Wetherill, chercheur confirmé en ce domaine, propose une réflexion large : centrée sur les xixe et xxe siècles, elle amène à interroger le statut historique de l’approche génétique, en posant notamment la question du statut du manuscrit aux xvie et xviie siècles. La génétique coexiste avec la naissance de l’histoire littéraire qui, dans un mouvement de mémoire similaire, pousse les écrivains à conserver la trace de leur travail, à constituer ce travail en « histoire », strates successives devenant la nécessaire base — la même qui alors ferait défaut « dehors », dans le monde désorienté du siècle ? Le manuscrit, production historique, suscita la génétique, non moins historique manifestation — parmi d’autres — d’une pensée du fragmentaire, d’une sensibilité à l’« éclat », notre contemporaine, née elle aussi à l’aube des temps nouveaux, chez les romantiques allemands.

7F. Pellegrini fait, bibliographie à l’appui, le point méthodologique sur une critique génétique qui, trente ans après ses premiers pas, s’est dotée d’une terminologie et d’une typologie éprouvées. L’article propose ensuite une application pratique de la méthode génétique : la micro-lecture d’un épisode de Bouvard et Pécuchet montre de manière détaillée comment s’élabore le sens, selon de grainé fin des modifications, au fil d’une valse hésitation qui finit par imposer le mode flaubertien majeur, celui de la suppression, de l’ellipse. Cette micro-lecture, lecture de « myope » au sens noble que Flaubert donne à ce regard-là, présente les brouillons comme opera pour un inachèvement, arraché au terme d’une véritable stratégie rédactionnelle, opératoire dans ce micro-récit comme en bien d’autres.

8M. Berthomier propose d’articuler génétique des textes et musicologie, par la voie comparatiste, sur le moment de bascule de l’alphabet musical, soit au seuil du xxe siècle, dont les révolutions formelles induisent la quête explicative de la genèse d’une telle mutation. L’analyse cherche chez Debussy, engagé avec Pelléas et Mélisande dans une double genèse, musicale et dramatique, la « trace » originelle, littéralement mention de la voix, à partir de laquelle s’élabore, en en déplaçant la littérarité, le travail vocal opératique. La génétique, avec la musicologie, révélant ici le point par où la lettre se fait musique — le musicien, musicien avant toute chose.

9Ch. Chelebourg montre, dans le cas particulier de Nerval, l’importance des variantes, pour qui souhaite construire une poétique du sujet. Postulant que l’écriture opère, au fil du travail de réécriture, une réparation narcissique du sujet, sensible à travers la construction d’un idiolecte. Au fil des versions, « El Desdichado » cherche son titre, marque ou démarque ses signifiants majeurs du sceau de la majuscule, souligne ou estompe ses référents intertextuels. Ainsi la génétique se révèle-t-elle essentielle au travail de « poéticien du sujet », en montrant la quête identitaire s’accomplissant dans le trajet qui mène, chez Nerval, des lectures à l’écriture.

10Si la génétique relève d’une esthétique du fragmentaire, inaugurée par les romantiques allemands et devenu un poncif du post-modernisme, ce dossier s’inscrit consciemment dans ce moment culturel : fait de bribes d’une réflexion qui se poursuit ailleurs, notamment dans les revues et publications spécialisées.

11Il laisse ouvertes bien des perspectives — notamment celle de l’établissement des textes, qu’il s’agisse de les produire avec un choix de variantes et de brouillons, ou de la stricte question de l’établissement puis de l’édition du texte, combat à mener avec la génétique, dès lors que les manuscrits imposent, par exemple, une ponctuation qui, quoique non strictement normée, relève de la singularité d’une écriture et de choix esthétiques. La perspective, également, des correspondances, qui accompagnent le travail d’élaboration poétique par un processus analytique d’ordre esthétique, aparté ou monologue de l’écrivain confronté aux normes de son temps, aux libertés qu’il prend. Celle, aussi, d’une curiosité (fantasmatique ?) de l’origine de l’œuvre d’art ; celle, afférente, quoique d’obédience psychanalytique, du fondamental dérobement de cette origine. N’y a-t-il pas, toujours, au-delà des traces conservées, en amont du premier scénario, l’incompréhensible imposition, chez un sujet, d’un signifiant que l’œuvre cache, et partiellement révèle, en une circulation d’autres signifiants ? L’on sait ce que les surréalistes firent de cette imposition traditionnelle : un credo, et comme le premier mot balbutié d’un cadavre exquis. La génétique trouve son plein sens à se nouer à d’autres modes d’investigation des textes, notamment esthétique ou psychanalytique.

12Sa richesse et sa pérennité résident peut-être dans ces couvertures dont elle est porteuse. Car elle est alors production de cette volonté de savoir qui, en amont comme en aval, ouvre le texte, considéré non comme achevé, mais comme état momentanément arrêté dans une production plastique « en mouvement ». Ultime point de convergence de la « Modernité » et de la critique génétique, celle-ci appuyée sur celle-là, nourrie de ses œuvres.

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search