Version classiqueVersion mobile

Jean Potocki : le travail du temps

 | 
François Rosset
, 
Dominique Triaire

Partie IV — Documents inédits

Manuscrit trouvé à Saint-Pétersbourg : Chronicon terræ prussiæ de Pierre de Duisbourg, traduit par Jean Potocki

Dmitriy Ivanovich et Ekaterina Igorevna

Texte intégral

Le manuscrit

  • 1 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collect (...)
  • 2 Voir l’Annexe I.

1Aux Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg est conservé un manuscrit imperceptible en apparence1. Sa demi-reliure est typique pour la fin du XVIIIe ou début du xixe siècle : le dos et les coins sont confectionnés en cuir clair et les plats sont couverts en papier teinté de rose. Le manuscrit est écrit sur papier filigrané de deux sortes « Pro Patria » et « C&I Honig ». La dimension des feuillets est 20 cm x 31 cm. Aujourd’hui, le manuscrit consiste de 35 feuillets, mais le recto seul est rempli de texte. La foliation figure dans le coin supérieur droit, en chiffres arabes et encre noire. La feuille no 36 sert de feuille de garde numérotée par la même main que les 35 autres feuillets. Au début du manuscrit, le second feuillet de garde et les deux feuillets du premier cahier ont été déchirées. À la fin, avant le feuillet no 36, un feuillet manque, mais cela ne trouble pas la foliation2. Le texte est écrit de la même main, y compris les peu nombreuses corrections. Outre le texte principal, il y a des notes marginales faites par une autre main. Sur le premier feuillet de garde, figure l’ex-libris du Comité archéographique ; sur le premier feuillet, le cachet bibliotheca academiæ vilnensis. Sur le plat, une étiquette porte l’inscription suivante :

  • 3 Les soufflets signalent des mots biffés.

LXXIV.
<Tables comparatives des langues et dialectes>3 Pierre de Duysbourg
Pars Chronici Prussiæ Petri de
Düsburg (inde ab initio utque ad capitulum XII.
Partis IIItiæ inclusive), in linguam Franco-
gallicam versa et conscripta, ut videtur, a
Cel. Joanne Potocki, additis aliquot notis
historicis.

2Or, à juger par le titre, le manuscrit décrit n’est rien d’autre qu’une partie du Chronicon terræ Prussiæ de Pierre de Duisbourg, source la plus connue sur l’histoire de l’Ordre teutonique, traduite par Jean Potocki. Aujourd’hui, il est connu d’abord grâce à son roman mystique Manuscrit trouvé à Saragosse, mais ses contemporains admiraient aussi son talent d’historien, d’archéologue et d’ethnologue.

La provenance du manuscrit

  • 4 Viktor Tchernobaev, « K istorii nabroska “Alfons saditsya na konya” » [À propos d’une ébauche “Alf (...)
  • 5 D. Triaire, Œuvre de Jean Potocki : Inventaire, Paris, 1985.

3Considérant les nombreux voyages de Potocki, ses vastes contacts et le fait qu’il ne se préoccupait pas lui-même du destin de ses ouvrages, il n’est pas étonnant que ses archives soient fortement dispersées partout en Europe. Même ses ouvrages imprimés étaient une rareté bibliographique puisqu’ils étaient publiés à de faibles tirages. En ce qui concerne les manuscrits, les contemporains de Potocki ne pouvaient plus déjà les trouver dix ou quinze ans après sa mort. La princesse Еlisaveta Vorontzova, née Branicka, amie d’Alexandre Pouchkine, prit des renseignements sur le Manuscrit trouvé à Saragosse à la demande de Pouchkine qui s’intéressait vivement aux œuvres littéraires et scientifiques de Potocki4. L’inventaire des ouvrages de Jean Potocki, écrits et imprimés, composé par M. Dominique Triaire5 montre l’ampleur de la dispersion géographique des manuscrits de Potocki qui se trouvent à Varsovie (Archiwum Główne Akt Dawnych w Warszawie), à Cracovie (Biblioteka Książąt Czartoryskich), à Wrocław (Ossolineum) à Moscou (Archives de la politique extérieure de l’Empire de Russie), à Saint-Pétersbourg (Bibliothèque Nationale de Russie), à Philadelphie (American Philosophical Society Library).

4Vu le destin difficile des archives de Potocki, il serait intéressant de retracer les voies par lesquelles la traduction du Chronicon terræ Prussiæ s’est trouvée aux Archives de l’Institut d’histoire à Saint-Pétersbourg. Comme beaucoup d’autres documents qui sont abrités aujourd’hui aux Archives de l’Institut d’histoire, l’autographe de Potocki faisait auparavant partie de la collection du Comité archéographique dont témoigne l’ex-libris6. Le Comité archéographique a été fondé en 1834, après une série d’expéditions successives de l’Académie des Sciences, comme une institution permanente dont le but principal consistait à publier des documents sur l’histoire russe. En outre, on trouve le cachet de la Bibliothèque de l’Académie de Vilnius (bibliotheca academiæ vilnensis7). On sait qu’en 1832, l’Université (Académie) de Vilnius a été fermée, et sa bibliothèque transférée ensuite à Saint-Pétersbourg8. Ainsi, on peut supposer que l’autographe de Potocki a rejoint la collection du Comité archéographique après avoir été conservé à Saint-Pétersbourg un certain temps. Mais comment le manuscrit est-il entré dans les fonds de la Bibliothèque de l’Académie de Vilnius ? Peut-être y a-t-il été remis par Karol Klaudiusz Wiszniewski, fils de l’administrateur des biens d’Uladivka (Uładówka), domaine de Potocki où il s’est suicidé. Dans les années 1820, Wiszniewski étudiait la médecine à l’Université de Vilnius ; puis il soutint sa thèse de doctorat à l’Académie de Médecine et de Chirurgie, créée à la suite de la fermeture de l’Université de Vilnius. En 1825 ou en 1826, Wiszniewski trouva à Uladivka quelques autographes de Potocki dont il offrit une partie à son alma mater. Trois manuscrits en outre entrèrent dans la collection de Władisław Pobog-Gorski (1822-1902), bibliophile qui s’intéressait à l’histoire de la Podolie. Sans doute, Wiszniewski et Pobog-Gorski firent-ils connaissance à Harkiv où Wiszniewski dirigeait l’École pratique vétérinaire qu’il avait établie, alors que Pobog-Gorski faisait ses études de droit à l’Université de Harkiv9.

5Osons supposer que le manuscrit de l’Institut d’histoire est le même document que celui que signale Michał Baliński

  • 10 M.

610

  • 11 Ibid., p. 208. Pour la dernière édition, voir Helmold von Bosau, Helmold : Chronica Slavorum, Neu (...)
  • 12 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collect (...)

7Outre le Chronicon terræ Prussiæ, Baliński mentionne une autre traduction de Potocki : Chronica Slavorum de Helmold von Bosau11. Ce manuscrit a aussi été trouvé aux Archives de l’Institut d’histoire dans la collection Rossica12. Il a une demi-reliure ressemblant à celle du Chronicon terræ Prussiæ et compte 43 feuillets dont les versos sont restés vierges aussi.

La traduction

  • 13 Les auteurs tiennent à remercier M. Dominique Triaire qui a vérifié cette hypothèse.

8Revenons à la traduction de Pierre de Duisbourg. L’écriture du manuscrit est facile à lire, mais loin d’être calligraphique. Notre attribution audacieuse de cette écriture à Potocki lui-même a été prouvée grâce à la comparaison avec les lettres autographes de Potocki13.

  • 14 Petrus de Dusburg, Chronicon Prussiæ, publ. Christoph Hartknoch, Francofurti et Lipsiæ, Sumtibus M (...)
  • 15 L’inscription n’est pas de la main de Potocki. On sait qu’en 1796, Potocki avait demandé à Ernst T (...)
  • 16 Petrus de Dusburg, Chronicon terræ Prussiæ, éd. M. von Töppen, dans Scriptores Rerum Prussicarum, (...)
  • 17 Ibid., p. 16-17.

9Au cours de son travail, Potocki se servait d’une seule édition du Chronicon qui existait à la fin du xviiie siècle, celle de Christoph Hartknoch14. On le sait à cause de la note marginale au verso du f. 35 du manuscrit : « Chronicon Prussica ed. Christophoro Hartknochii [...] 1679. 4o. Жеан [?] Потоцкий перевелъ отъ 1 до 96 стр. [Jean Potocki a traduit de la p. 1 à la p. 96]15 ». L’édition critique préparée par M. Töppen, plus détaillée et bien fondée, parut plusieurs années après la mort de Potocki16. Pourtant la publication faite par Hartknoch avait aussi ses avantages puisqu’elle a été fondée entre autres sur des manuscrits qui furent perdus vers la deuxième moitié du xixe siècle quand Töppen travaillait. Dans la préface de son édition, Töppen note que la publication de Hartknoch a été établie d’après le manuscrit de Königsberg. En outre, Hartknoch faisait usage d’un fragment de manuscrit qu’il avait trouvé chez le membre du Conseil de la ville de Königsberg, Daniel Wachschlager. Le fragment en question a fait partie du legs de l’historien Salomon Neugebauer. L’édition de Hartknoch est complétée par un grand nombre de notes composées à l’aide d’autres chroniques et recherches. Malgré cela, la publication de Hartknoch n’est pas impeccable. Comme le note Töppen, les noms sont parfois tant altérés qu’il est difficile de les identifier ; parfois Hartknoch tentait de corriger la langue de l’original17. Malheureusement, Töppen ne précise pas où.

  • 18 Voir l’Annexe III. Le Livre XLII occupe le tome IV des Fragments historiques et géographiques ; il (...)

10Dans quel but Potocki a-t-il traduit le Chronicon de Pierre de Duisbourg ? Parmi les ouvrages conservés de Potocki, on peut trouver des fragments du Chronicon dans ses Chroniques, mémoires et recherches pour servir à l’histoire de tous les peuples slaves (Varsovie, 1793), et dans le tome IV des Fragments historiques et géographiques sur la Scythie, la Sarmatie et les Slaves (Brunsvic, 1796) ; par exemple, au chapitre IX, Potocki décrit la mythologie des Prussiens (p. 140-149) d’après le texte et la traduction d’une partie du Chronicon. Il s’agit de la traduction des cinquième et sixième chapitres de la troisième partie du Chronicon qui dans l’ouvrage de Potocki semble un texte homogène parce que les numéros et les titres des chapitres sont absents chez Hartknoch. Il est à noter que dans le manuscrit pétersbourgeois ces deux chapitres ne sont pas traduits. Potocki a mis en face des titres de ces chapitres une accolade et au verso du feuillet précédent, il a écrit : « Ces deux chapitres se trouvent deja dans le livre. 4218 ». Cela considéré, on peut supposer que Potocki travaillait sur le manuscrit pétersbourgeois après la publication des Fragments historiques et géographiques, c’est-à-dire après 1796, mais on ignore dans quel but Potocki préparait la traduction d’autres fragments du Chronicon.

La méthode scientifique

  • 19 Włodzimierz Antoniewicz. « Niektóre zagadnienia historiografii dawnich Słowian xix-xx stulecia », (...)
  • 20 D. Triaire, « Le Moyen Âge de Jean Potocki », Revue des Langues Romanes, CXV/1, 2011, p. 30.
  • 21 Ibid., p. 33.

11La traduction de Duisbourg nous introduit dans le laboratoire scientifique de Potocki. Sur les feuilles de ce manuscrit, on peut observer les traces de son travail de chercheur. Potocki a créé ses ouvrages consacrés au moyen âge à l’époque où une image négative de cette période dominait dans la pensée européenne. Le Moyen Âge était représenté comme un temps de barbarie et de violence. Dans l’opinion commune, c’est notamment la parution des ouvrages de Walter Scott dans les années 1820 seulement qui provoqua un changement de cette image. Pour Potocki, au contraire, la période médiévale représente un lien qui unit l’Antiquité et le Temps Moderne. Il soulignait la continuité qui s’exprimait dans la stabilité des toponymes. Ainsi, l’attention à la topographie était propre à la méthode de Potocki19 qui peut être en toute assurance appelée pré-ethnologique20. L’analyse des noms, selon Potocki, permet de retracer les zones d’installation des groupes ethniques. Les chroniques donnaient la possibilité de suivre la succession et le transfert des noms et des mots entre les peuples. Pour établir la parenté des peuples, Potocki utilisait différents dictionnaires et des listes de mots qu’il composait pendant ses voyages. Il dessinait les arbres linguistiques des langues commençant par les langues-mères et finissant par les langues de ses contemporains21. Ainsi, il est curieux de remarquer que le cahier qui abrite la traduction du Chronicon de Pierre de Duisbourg avait servi auparavant pour le tableau comparatif des langues et des dialectes. Le titre qui figure sur le plat de la reliure a été rayé et remplacé.

  • 22 Werner Horn, « Hennenberger, Caspar », dans Neue Deutsche Biographie, Berlin, 1969, vol. 8, p. 542
  • 23 Voir Karl Lohmeyer, « Hennenberger, Caspar », dans Allgemeine Deutsche Biographie, Leipzig, 1880, (...)
  • 24 C. Hennenberger, Erclerung der Preüssischen groessern Landtaffel oder Mappen, Königsberg, Osterber (...)
  • 25 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collect (...)
  • 26 Voir l’Annexe IV.

12Tous les traits mentionnés peuvent être récupérés à travers des « notes du traducteur » de Potocki qui sont consacrées en principe au changement de la topographie des pays baltes. Quelles sources utilisait-il pour composer ses notes ? D’abord, un certain nombre de commentaires ont été tirés sans doute de la publication du Chronicon de Hartknoch. Ensuite, Potocki pouvait se servir du supplément à la carte de Prusse de Caspar Hennenberger, historien et cartographe du xvie siècle qui travaillait à Königsberg22. La carte fut publiée pour la première fois en 1576 en quatre in-folio sous le titre Prussiæ das ist, des Landes zu Preussen, welches das herrlichste Theil ist Sarmantiæ Europeæ, Eigentliche vnd Warhafftige Beschreibung23 ; Hennenberger publia ensuite un supplément à sa carte24. Hartknoch a utilisé le supplément de Hennenberger, mais il n’a mentionné que le numéro de référence de Hennenberger, tandis qu’il citait en entier les autres sources. Potocki ne s’est pas limité aux numéros de référence comme Hartknoch, mais il a donné le résumé des commentaires de Hennenberger. Outre ces deux sources, Potocki fait référence aux anciens auteurs, en particulier à Jordanès25. Pourtant un certain nombre de notes ne sont tirées ni de Hartknoch ni de Hennenberger. Par exemple, on ignore encore d’où Potocki a emprunté l’information sur Hugues Botyrus (chef militaire qui a attaqué les Prussiens dont il ne reste pas de preuves documentaires) et sur Marienverder, une des places fortes de l’Ordre teutonique26. Tout cela nous laisse supposer que Potocki avait d’autres sources à sa disposition dont les noms nous échappent.

  • 27 Scriptores rerum Prussicarum, éd. T. Hirsch, M. Töppen, E. Strehlke, W. Hubatsch, Leipzig, 1861, 6 (...)
  • 28 Voir l’Annexe IV.

13Il faut souligner que Potocki a commenté le texte d’une manière très sélective. Tout d’abord, la majorité de ses commentaires touchent la toponymie comme nous l’avons déjà mentionné. Ensuite, les commentaires sont inégalement répartis au sein du texte et ils ne commencent que dès le septième chapitre de la deuxième partie de Chronicon. L’absence de notes dans la première partie est évidente puisque Potocki n’avait pas pour but d’écrire l’histoire de l’Ordre teutonique. La première partie nous raconte l’histoire de l’Ordre avant son avènement en Prusse, tandis que la deuxième est consacrée à l’arrivée des chevaliers en Prusse, région qui intéresse Potocki plus précisément. Dès ce moment, il ajoute des remarques. La majorité des notes sont concentrées sur les dernières pages du manuscrit et sont liées à la troisième partie. Enfin, Potocki était loin d’admettre toutes les notes de Hartknoch qui sont beaucoup plus nombreuses. Il en a choisi une dizaine environ. On peut supposer qu’il a expliqué les toponymes peu clairs ou vagues. Ainsi, la sélection des lieux à commenter permet de reconstituer les connaissances des pays baltes à l’époque antérieure à la publication des sources richement commentées, comme Scriptores Rerum Prussicarum, Scriptores Rerum Livonicarum ou Monumenta Livoniæ Antiquæ27. Par exemple, Potocki a remarqué que la ville de « Roggow » était inconnue ; cette conclusion découle sans doute de l’absence de ce toponyme dans les ouvrages de Hartknoch et de Hennenberger28. Les chercheurs contemporains l’associent avec le village actuel de Rogów en Pologne, au nord de

14Toruń

  • 29 The Chronicle of Prussia by Nicolaus von Jeroschin. A history of the Teutonic knights in Prussia 1 (...)

1529

insula de Quidino3031

En guise de conclusion

16Les deux manuscrits présentés ici n’épuisent pas évidemment le legs scientifique de Potocki, conservé à Saint-Pétersbourg. En tant que membre étranger de l’Académie des Sciences, il dut laisser de nombreuses traces dans ses archives ; ce qui fait naître l’espoir de nouvelles découvertes. Le dépouillement systématique des fonds de la Filiale de Saint-Pétersbourg des Archives de l’Académie des Sciences de Russie nous donnera peut-être un jour plus d’informations sur la méthode de Jean Potocki.

Annexe I

17Schéma du manuscrit

1818(-2), 28, 38, 48, 58(-2)

19Pour les cahiers irréguliers :

Annexe II

Ex-libris du Comité archéographique

Ex-libris du Comité archéographique

Cachet de la Bibliothèque de l’Académie de Vilnius

Cachet de la Bibliothèque de l’Académie de Vilnius

Annexe III

Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 32, carton 658, no 4, f. 30v-31r.

Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 32, carton 658, no 4, f. 30v-31r.

Annexe IV

Potocki Hartknoch, 1679. Hennenberger, 1595.
1 Les neuf freres Gampti, ne peuvent être que les Gepides ou Gepanta de <D> Jornandes, qui séjournerent longtems dans le delta de la Vistule. <Du tems de Charlemagne ils furent> Lors qu’ils l’abandonnèrent il fut occupé par les vidi varii dont parle le même auteur. Du tems de Charles Magne des Saxons vinrent s’y établir, et c’est sur que Hugues Botyrus régna vers les tems de l’Empereur Othon I. [f. 24] De IX Fratribus Svecis, quæ tradit auctor noster, ea fusius erasmus Stella [p. 45] Primus est Berig, Secundus Gaptus, a quo Duisburgius noster IX illos Germanos Svecos appelat Gamptos, & Stella Ganipotos, nisi forte hæc vocabula malis corrupta esse ex nomine Gepidarum. [p. 46]
2 Nessowia s’apelle aujourd’hui Nieszewki. [f. 26] Germanis Nessaw, polonis Nieschowa, castrum ad Vistulam non procul a castro Vogelsang condictum [...] Niessoviam vero esse Diboviæ conterminam [...] appelarique Niesiowka i.e. Nessovia minor [p. 60]
3 Sainte Elisabeth est la fille du roi André de Hongrie qui épousa Louis, landgrave de Thuringe et de Hesse. [f. 26] S. Elisabetha Andreæ Hungariæ Regis filia, nata An. 1207 & non multo post adhuc in cunis Ludovico Landgr. Thuringiæ & Hassiæ desponsata, cui etiam postea nupsit [p. 61]
4 Nous ne connoissons plus Roggow [f. 32]
5 le castrum antiquum est le Stary grad d’aujourd’hui. [f. 32] Castrum antiquum Germanis dicitur Althaus. Polonis Starigrad. [p. 88]
6 Le Stagnum est au dire de Henneberg le Colmzee ou Chelmza d’aujourdhui ce qui paroit assés probable. [f. 32] Propugnaculum illud Schlemmo appelant multi, quidam etiam Stemmo, putanque hodie dici Gardensee alii Colmensee. [Ibid.] Schlemmo ist in festes Schloss Pipini eines Obersten der Preussen so ein Tyrannischen Man gewesen von ihm in einem See gebawet etzliche meinen bey Gardensee, etzliche bey Colmensee das glaublicher ist gewesen. [s. 422]
7 Cet ancien fort ne doit pas être confondu avec le Stary grad dont il a été question plus haut. [f. 32] Sed etiam quod Privilegium Culmense An.1233 concessium est, non castro, sed Civitati Culmensi [p. 89]
8 Ce fort de Sainte Marie est aujourd’hui Marienverder [f. 33]
9 et le <f> nom de Riesen s’est conservé dans la ville de Riesenbourg. L’isle de Quidin est formée par la Vistule et par une petite riviere qui se sépare <a> pres de Marienverder. [f. 33] Das Land tumb Risenburg hat man Resin geheissen und man helts darfür das es von Risen [...] den namen bekommen habe. [s. 398]
10 Ce Redino dont il est ici question est aujourd’hui Radzyn, et il paroit que l’Osza séparoit alors la terre de Culm avec la Pomezanie. [f. 36] Reden b. g. Polnisch Radzini hat einen Convent gehabt. [s. 394]
11 Voici donc quelles étoient alors les villes de chevaliers Theutoniques. Thorn, avec le fort de Fogelsanck qui étoit vis à vis. Colm ou Chelm. Stary grad ou сastrum antiquum Marienverder ou castrum insulæ St. Mariæ Stagnum Pepini, aujourd’hui Chelmzee Redino, aujourd’hui Radzyn. Notre auteur dit que les chevaliers avoient chassé les infideles de la terre de Colm, mais il est incertain <qu’on> qu’on les eut aussi chassé du pays de Lubow aujourd’hui Lobawa. [f. 36]

Notes

1 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 32, carton 658, no 4.

2 Voir l’Annexe I.

3 Les soufflets signalent des mots biffés.

4 Viktor Tchernobaev, « K istorii nabroska “Alfons saditsya na konya” » [À propos d’une ébauche “Alfons monte à cheval”], Vremennik Pushkinskoy komissii, vol. 4-5, 1939, p. 405-416.

5 D. Triaire, Œuvre de Jean Potocki : Inventaire, Paris, 1985.

6 Voir l’Annexe II.

7 Ibid.

8 http://www.mb.vu.lt/en/cultural-heritage/rare-books (Date d’accès : 17 septembre 2015).

9 P. B. Witkowski, « Jean Potocki à la charnière du xviiie et du xixe siècle d’après son journal de travail personnel et d’autres documents inédits des archives de Kiev », dans Rosset et Triaire, 2010, p. 164-167.

10 M.

Baliński,

Pisma historyczne Michała Balińskiego, Warszawa, 1843, vol. 3, p. 207.

11 Ibid., p. 208. Pour la dernière édition, voir Helmold von Bosau, Helmold : Chronica Slavorum, Neu übertragen und erläutert von Heinz

Stoob

, Darmstadt, 2008.

12 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 39, carton 636, no 4.

13 Les auteurs tiennent à remercier M. Dominique Triaire qui a vérifié cette hypothèse.

14 Petrus de Dusburg, Chronicon Prussiæ, publ. Christoph Hartknoch, Francofurti et Lipsiæ, Sumtibus Martini Hallervordii, Jenæ, Typis Iohannis Nisi, 1679.

15 L’inscription n’est pas de la main de Potocki. On sait qu’en 1796, Potocki avait demandé à Ernst Theodor Langer, bibliothécaire de Wolfenbüttel, de lui envoyer l’édition de Hartknoch (Lorenz Frischknecht, « Un hiver pour les livres. Dix lettres de Jean Potocki à Ernst Theodor Langer, bibliothécaire de Wolfenbüttel », Études de lettres, vol. 4, 2012, p. 195-222).

16 Petrus de Dusburg, Chronicon terræ Prussiæ, éd. M. von Töppen, dans Scriptores Rerum Prussicarum, Leipzig, Verlag von S. Hirzel, 1861. Bd. 1.

17 Ibid., p. 16-17.

18 Voir l’Annexe III. Le Livre XLII occupe le tome IV des Fragments historiques et géographiques ; il se confond avec les Chroniques, mémoires et recherches.

19 Włodzimierz Antoniewicz. « Niektóre zagadnienia historiografii dawnich Słowian xix-xx stulecia », Światowit : rocznik poświęcony archeologii przeddziejowej [...], no 27, 1966, p. 30 ; Maria Blombergowa, « Kontakty polskich starożytników i archeologów z rosyjskimi instytucjami naukowymi w Odessie (do 1914 r.) », Kwartalnik Historii Nauki i Techniki, no 4, 1995, p. 34.

20 D. Triaire, « Le Moyen Âge de Jean Potocki », Revue des Langues Romanes, CXV/1, 2011, p. 30.

21 Ibid., p. 33.

22 Werner Horn, « Hennenberger, Caspar », dans Neue Deutsche Biographie, Berlin, 1969, vol. 8, p. 542.

23 Voir Karl Lohmeyer, « Hennenberger, Caspar », dans Allgemeine Deutsche Biographie, Leipzig, 1880, vol. 11, p. 770.

24 C. Hennenberger, Erclerung der Preüssischen groessern Landtaffel oder Mappen, Königsberg, Osterberger, 1595.

25 Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 32, carton 658, no 4, f. 24.

26 Voir l’Annexe IV.

27 Scriptores rerum Prussicarum, éd. T. Hirsch, M. Töppen, E. Strehlke, W. Hubatsch, Leipzig, 1861, 6 vol. ; Scriptores rerum Livonicarum. Sammlung der wichtigsten Chroniken und Geschichtsdenkmale von Liv-‚ Ehst- und Kurland, Riga, Leipzig, 1848-1853, 2 vol. ; Monumenta Livoniæ Antiquæ. Sammlung von Chroniken, Berichten, Urkunden und andern schriftlichen Denkmalen und Aufsätzen, welche zur Erläuterung der Geschichte Liv-, Ehst-und Kurland’s dienen, Riga, Dorpat, Leipzig, 1835-1847, 5 vol.

28 Voir l’Annexe IV.

29 The Chronicle of Prussia by Nicolaus von Jeroschin. A history of the Teutonic knights in Prussia 1190-1331, trad. Mary Fischer, Edinburgh, 2010, p. 73 : Grzegorz Białuński, « Ród Pipina », Pruthenia : pismo poświęcone Prusom i ludom bałtyjskim, vol. V, 2010, p. 95.

30 Chronicon terræ Prussiæ, éd. cit., p. 57 ; William Pierson, « Altpreussische Namenskodex », Zeitschrift fur preussische Geschichte und Landeskunde, vol. X, 1873, p. 703 ; Waldemar Heyn, « Castrum parvum Quidin. Die älteste Burg des Deutschen Irdens in Pomesanien. Ein Beitrag zum Burgenbau der Frühzeit des Deutschen Ritterordens und zur Urgeschichte der Stadt Marienwerder », Zeitschrift des westpreußischen Geschichtsvereins, vol. 70, 1930, p. 8.

31 Ernst

Bahr,

« Zur Entstehung der kleinen Westpreussischen Landstädte », Acta Prussica. Abhandlungen zur Geschichte Ost- und Westpreußens, Wurzburg, 1968, p. 78 ; W. Pierson, art. cit., p. 703.

Table des illustrations

Titre Cahier I
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2205/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Cahier V
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2205/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Ex-libris du Comité archéographique
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2205/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Titre Cachet de la Bibliothèque de l’Académie de Vilnius
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2205/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Archives de l’Institut d’histoire de Saint-Pétersbourg, Section des Manuscrit occidentaux, collection 32, carton 658, no 4, f. 30v-31r.
URL http://books.openedition.org/pulm/docannexe/image/2205/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

Auteurs

Université d’État de Saint-Pétersbourg, Faculté de Philosophie 

Institut d’Histoire de Saint-Pétersbourg, Académie de Sciences de Russie

© Presses universitaires de la Méditerranée, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search